Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I.3. – Projets collectifs de recherche

Sainte-Christie-d’Armagnac (Gers). Le bourg

Responsable d’opération : Alain Champagne
Notice rédigée avec Nicolas Guinaudeau
p. 253-255

Texte intégral

1Le projet Sainte-Christie-d’Armagnac (Gers) s’est structuré en PCR en 2018. Il compte plusieurs équipes (archéologie, histoire, architecture en terre crue) et accueille chaque année de nouveaux membres. Les dix personnes actuellement intégrées à ce programme de recherche travaillent pour le moment autour du cœur du village. Le PCR s’organise autour de trois thèmes de recherche principaux : la construction en terre crue et archéologie du bâti, la morphologie et les origines du site et enfin l’histoire du site. Ce dernier se compose d’une motte féodale, de l’église paroissiale Saint-Pierre, d’une potentielle tour (base du clocher actuel de l’église), de deux portions de rempart en terre crue, d’un pigeonnier-porte et d’un logis à pan de bois. Notons que des sarcophages monolithiques trapézoïdaux sont présents en réemploi. Le logis à pan de bois dont l’état est préoccupant a fait l’objet d’une modélisation pour sa partie extérieure et des travaux de consolidations sont en cours, tout comme pour une partie du rempart, en attendant des travaux de restauration.

2Le principal atout de ce site est son architecture de terre crue conservée en élévation. Le projet intègre donc deux spécialistes de ce type de bâti. Le rempart de terre crue, qui vient d’être classé, comprend deux parties. Une portion à l’ouest est conservée sur une longueur de 18,70 m environ et une hauteur de 6,90 m pour la partie en terre massive et 11 m jusqu’au faitage. La portion conservée côté nord mesure 11,50 m de longueur et 3 m de hauteur. C’est un des rares, pour ne pas dire l’unique exemple de fortification en terre massive d’une telle ampleur conservée dans le SO. Ces constructions sont très accessibles, bien conservées et vont faire l’objet d’un programme de restauration et de consolidation, ce qui constitue une opportunité de travailler sur cette technique de construction tout en étant associés aux travaux de restauration annoncés qui seront confrontés à des choix techniques importants. La technique utilisée est celle de la terre massive en lits filants sans qu’il soit pour le moment possible de distinguer la méthode utilisée (pisé ou bauge). Les couches font entre 8 et 15 cm de hauteur sans qu’aucune trace de coffrage ne soit décelable. Un premier prélèvement de végétaux (bruyères), qui sont posés entre chaque couche de terre crue et jouent un rôle de drains et d’armatures lors du séchage des parois, a été réalisé pour une datation par le 14C. Les premiers résultats placent la construction de la portion ouest du rempart entre les années 1277 et 1323 ou entre les années 1347 et 1393. Cette datation devra être confirmée par de nouvelles analyses.

3L’opération archéologique effectuée en 2018 a consisté en la réalisation d’un sondage mécanique au niveau du fossé de la motte (autre notice). Elle visait d’une part à confirmer l’existence, au pied du tertre, d’un dispositif fossoyé, repéré lors des prospections géophysiques. Elle avait également pour but de dresser le profil de ce fossé et de caler chronologiquement son comblement par la lecture stratigraphique et l’analyse des artefacts recueillis. L’étude de la dynamique de comblement de ce fossé sec (10,25 m de large pour 3,20 m de profondeur) a révélé une séquence stratigraphique qui va du Moyen Âge central à la période moderne. Les données stratigraphiques acquises à cette occasion permettent d’entrevoir une occupation de l’ouvrage de terre fortifié durant le Moyen Âge central et le bas Moyen Âge, l’abandon de la fortification étant probablement intervenu au cours du xve s. ou au début du xvie s.

4Depuis deux ans, le travail en archives a livré de beaux résultats. Un livre de reconnaissance de la seigneurie de Sainte-Christie daté de 1500 et des visites de la seigneurie de 1739 ont été transcrits et/ou analysés. Ils permettent de saisir les transformations très profondes qui ont affecté cet ensemble entre la fin du Moyen Âge et l’époque moderne. Les parties hautes de l’actuel village étaient beaucoup plus densément peuplées qu’elles ne le sont aujourd’hui. Le village, qui comprenait environ une quarantaine de maisons vers 1500, est devenu un espace seigneurial constitué de bâtiments organisés autour d’une cour centrale avant 1739, soit en à peu près deux siècles, phénomène observé ailleurs dans le Gers à la même période. Seul le barri médiéval (faubourg) accueille encore de nos jours des maisons, le reste du village ayant glissé vers le nord. Le village était protégé d’une enceinte doublée d’un fossé alors que le barri était ceint d’un simple fossé. L’entrée du village semble située le long de l’église à l’ouest, à l’emplacement de la porte conservée dans le rempart de terre crue, elle est protégée par une barbacane abritant deux oustaus (maisons). Les fonds de la mairie conservent des pièces qui permettront d’alimenter l’histoire a priori complexe de l’église paroissiale. Les recherches sur cet édifice débuteront nous l’espérons en 2019. Des pièces modernes permettent d’alimenter l’histoire de certaines maisons anciennes du bourg, telle que l’ancien presbytère daté de 1764. Un document de 1812 le concernant permet aussi d’apprendre que certains habitants se souviennent de l’existence d’un pont-levis pour accéder au château.

Sainte-Christie-d’Armagnac, le bourg, vue aérienne du cœur du village avec de gauche à droite la motte (et la tranchée de sondage), le fossé, le logis seigneurial et l’église paroissiale.

Sainte-Christie-d’Armagnac, le bourg, vue aérienne du cœur du village avec de gauche à droite la motte (et la tranchée de sondage), le fossé, le logis seigneurial et l’église paroissiale.

Cl. S. Durand

PCR « les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne » , mécanisme encore présent dans le moulin à marée de Loix sur l’île de Ré.

PCR « les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne » , mécanisme encore présent dans le moulin à marée de Loix sur l’île de Ré.

Cl. B. Gissinger

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sainte-Christie-d’Armagnac, le bourg, vue aérienne du cœur du village avec de gauche à droite la motte (et la tranchée de sondage), le fossé, le logis seigneurial et l’église paroissiale.
Crédits Cl. S. Durand
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre PCR « les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne » , mécanisme encore présent dans le moulin à marée de Loix sur l’île de Ré.
Crédits Cl. B. Gissinger
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25052/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Champagne et Nicolas Guinaudeau, « Sainte-Christie-d’Armagnac (Gers). Le bourg »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 253-255.

Référence électronique

Alain Champagne, Nicolas Guinaudeau, « Sainte-Christie-d’Armagnac (Gers). Le bourg » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25052

Haut de page

Auteurs

Alain Champagne

ITEM EA 3002, université de Pau et des Pays de l’Adour

Articles du même auteur

Nicolas Guinaudeau

Acter Archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Champagne

ITEM EA 3002, université de Pau et des Pays de l’Adour

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals