Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainAix-en-Provence (Bouches-du-Rhône...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Ancien collège des Prêcheurs

Responsable d’opération : Sandrine Claude
p. 258-259

Texte intégral

1Fondé en 1273 dans le faubourg oriental de la ville comtale, le couvent des Prêcheurs d’Aix est inclus dans le corps de ville à la fin du xive s. par une extension de l’enceinte urbaine, puis intégré à la grande place aménagée devant son palais par le roi René dans les années 1470 (actuelle place des Prêcheurs). À partir de 1776, la démolition du Parlement laisse sans locaux les parlementaires et la Sénéchaussée qui s’établissent aux Prêcheurs jusqu’à la mise en service, en 1832, du nouveau complexe judiciaire. Le couvent, qui échappe ainsi au démantèlement révolutionnaire, est, par la suite et jusqu’à sa fermeture en juin 2015, dévolu à l’enseignement (école normale, écoles primaires, conservatoire, collège de jeunes filles avec internat, puis lycée). La prescription d’un diagnostic archéologique sur ce complexe d’une emprise foncière de près de 5 200 m² a été motivée par son projet de réhabilitation en vue d’y établir le musée Jacqueline et Pablo Picasso.

2Présents en fondation à l’ouest et sur plus de 8 m d’élévation au nord et à l’est, dans le complexe actuel, les vestiges du premier couvent (fin du xiiie s. ou première moitié du xive s.) témoignent de son développement en trois corps de bâtiment distribués, au nord de l’église, autour du cloître. Au sein de ce dernier, qui apparaît dans la documentation en 1437, les restes des bahuts et l’emplacement du puits confirment, dès le Moyen Âge, l’existence de galeries de même emprise que les galeries modernes, mais d’un seul niveau : la présence d’un larmier et de prises de jour dans les élévations sur préau des bâtiments nord et est interdisent, en effet, d’envisager alors une galerie haute.

3Comme attendu, le diagnostic a mis au jour, à l’arrière du couvent, les vestiges de l’enceinte urbaine de la fin du xive s. (courtines et tour) en trois points, qui permettent de la restituer sur 45 m linéaires.

4Pour le xve s. et le début du xvie s., on relève de nouveaux percements (portes, fenêtres, fenêtres à coussièges), la création d’un enfeu dans la galerie nord du cloître, ainsi que la mise en place d’un décor figuré peint dans le bâtiment claustral oriental. Les travaux dont le cloître a pu également faire l’objet, durant cette période, ne sont représentés que par les deux colonnes octogonales insérées aux extrémités ouest et est de l’arcature moderne de la galerie sud. Il est enfin possible que les bâtiments nord et est aient été alors rehaussés d’un étage.

5Au cours de la période moderne, les bâtiments du carré claustral connaissent au moins six grandes campagnes de travaux, pour la plupart réalisées au xviie s. La première a doté au xvie s. l’aile nord de caves. La deuxième conduit, en 1605, à la démolition de l’enceinte de la fin du xive s. et à l’aménagement d’un vaste jardin à son emplacement et à celui des fossés. Le cloître pourrait avoir été reconstruit dans le premier quart du siècle à l’occasion d’une troisième phase de travaux. Seule sa galerie sud est bien datée par un prix-fait de 1612. En 1614, un quatrième chantier réaménage complètement le bâtiment claustral ouest doté de caves, d’une nouvelle façade et de boutiques en rez-de-chaussée. La cinquième phase, de loin la plus importante, a commencé en 1673 et semble achevée en 1679. Elle couvre le rez-de-chaussée du bâtiment claustral nord de voûtes sur croisées d’ogives, en prolonge l’extension de deux travées à l’est, crée un escalier monumental à l’angle NE du carré claustral et rehausse les galeries du cloître d’un étage ajouré de fenêtres rectangulaires et orné d’un décor de fleurs de lys sur fond bleu. L’escalier impose à l’est une nouvelle partition de l’espace intérieur du corps de bâtiment dont les salles sont distribuées, en partie nord, sur trois niveaux, tandis que sa moitié sud garde son découpage ancien sur deux niveaux. Le dernier chantier reconnu a été celui de la reprise de la façade ouest du couvent, sur la place des Prêcheurs, qui pourrait correspondre à un alignement mentionné en 1773.

6Durant la période moderne, le bâtiment annexe élevé au NE du carré claustral, prend progressivement ses dispositions. D’un premier ensemble bâti situé au nord de la parcelle, en rive sud de la rue Suffren, n’a été conservée qu’une portion du mur oriental dont l’axe oblique est manifestement calé sur l’enceinte médiévale, encore en élévation dans les premières années du xviie s. Ce bâtiment accueille dès avant le xviie s. les écuries du couvent et à partir de 1605 une unité de production d’huile dont a été retrouvé le pressoir à chapelle. La grande arcature qui en perfore la façade ouest pourrait appartenir à une réfection des écuries antérieure au milieu du xviie s. Entre 1653 et 1655, les Prêcheurs installent à l’étage de ce bâtiment le dortoir du noviciat, qu’ils rehaussent d’un niveau supplémentaire en 1663 pour y aménager leur bibliothèque.

7Les occupations funéraires sont apparues très discrètes au sein du couvent, notamment dans le préau du cloître qui n’a livré aucune sépulture. On les devine proches dans les cours orientales où les remblais du xixe s. recèlent de nombreux ossements humains, ainsi que dans la galerie sud du cloître. Dans les galeries nord et est, trois inhumations témoignent d’une occupation funéraire assez intense de ce secteur qui semble ouvert à d’autres membres que ceux qui composent la communauté religieuse (présence d’immatures).

8Nombreux et particulièrement invasifs, les travaux des périodes révolutionnaire et contemporaine sont le résultat de la nécessaire adaptation du couvent à ses nouvelles fonctions (tribunaux, enseignement). Ils ont œuvré dans le sens d’un morcellement des volumes anciens et d’une déstructuration des circulations – notamment dans le cloître dont les arcades ont été fermées et les galeries découpées en salles et bureaux – et ont généré la création de nouvelles distributions. Ils se caractérisent également par des campagnes systématiques de rhabillage des façades anciennes (façades sur préau de la galerie sud et du bâtiment claustral nord dans la grande cour) et par la création de nouveaux bâtiments dans les cours.

Aix-en-Provence, couvent des Prêcheurs. Plan de l’état médiéval (fin xiiie-xive s.) et des premiers réaménagements (xve-déb. xvie s.).

Aix-en-Provence, couvent des Prêcheurs. Plan de l’état médiéval (fin xiiie-xive s.) et des premiers réaménagements (xve-déb. xvie s.).

S. Claude, DAO M. Panneau, Direction archéologie et Muséum de la ville d’Aix-en-Provence

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aix-en-Provence, couvent des Prêcheurs. Plan de l’état médiéval (fin xiiie-xive s.) et des premiers réaménagements (xve-déb. xvie s.).
Crédits S. Claude, DAO M. Panneau, Direction archéologie et Muséum de la ville d’Aix-en-Provence
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Ancien collège des Prêcheurs »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 258-259.

Référence électronique

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Ancien collège des Prêcheurs » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25056 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25056

Haut de page

Auteur

Sandrine Claude

Direction archéologie et muséum de la ville d’Aix-en-Provence, membre associé au LA3M UMR 7298, CNRS-Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sandrine Claude

Direction archéologie et muséum de la ville d’Aix-en-Provence, membre associé au LA3M UMR 7298, CNRS-Aix-Marseille Université

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search