Skip to navigation – Site map

HomeNuméros49Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainAix-en-Provence (Bouches-du-Rhône...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur

Archaeological project director: Sandrine Claude
p. 259-260

Full text

1Une quatrième campagne de restauration du clos couvert de la cathédrale Saint-Sauveur, portée par la conservation régionale des monuments historiques, a permis de poursuivre en 2018, dans le cadre d’une fouille préventive, l’étude de l’édifice par les élévations extérieures du bras sud du transept (façades est et sud) et celles du chevet à pans coupés gothiques.

2Édifiées à partir de la fin du xiiie s., ces constructions s’inscrivent dans une campagne de travaux qui allonge la cathédrale romane d’une trentaine de mètres et lui donne son plan en croix latine, avant 1339. Toutes recourent majoritairement au calcaire lité miocène-oligocène gris ou beige, pour les parements traités en grand appareil de pierre de taille assisé. Un calcaire gris, plus fin, est employé dans l’encadrement des fenêtres en lancette qui ajourent chaque pan du chevet, ainsi que pour les larmiers et les têtes des contreforts qui épaulent ces murs, tandis que le calcaire coquillier (type pierre de Bibémus) a été réservé aux gargouilles, aux chapiteaux feuillagés des baies et peut-être à leurs remplages, remplacés au xixe s. et dont il ne reste plus trace aujourd’hui. Sur le bras sud du transept, la pierre de Bibémus façonne également l’encadrement triangulaire lobé et le remplage de la seule baie d’origine maintenue dans le mur est, au revers des élévations de la chapelle moderne du Corpus Domini.

3Au sein de cette mise en œuvre uniforme, on relève plusieurs ruptures. La première trahit la préfabrication des fenêtres à lancette à hauteur desquelles les assises des pans du chevet et des contreforts adjacents, pourtant liées en besace et continues dans les parties hautes de l’édifice, ne présentent plus aucun alignement. La seconde dessine, sur presque toute l’élévation orientale du bras sud du transept, à environ 2 m de sa jonction avec le chevet, une chaîne de pierres en attente qui impose de réviser sensiblement le phasage du chantier gothique admis jusqu’à présent, en plaçant la construction du bras sud après celle de la croisée. Une tourelle d’escalier en vis de plan hexagonal a cantonné, dès l’origine, l’angle SE du transept sud, constituant, avant la construction du campanile, le seul accès aux toitures.

4Le couronnement ancien de ces élévations n’a été conservé qu’au niveau du chevet sur deux assises en encorbellement dont l’arase s’aligne sur la base du dallage de pierre qui constitue la toiture sur voûte de la nef, du transept et du chevet gothiques. Assurément antérieure au rehaussement moderne des toitures de la cathédrale, la mise en place de cette couverture dallée en bâtière n’est pas précisément datée, mais sa liaison avec l’encorbellement du chevet et sa cohérence avec le système d’évacuation des eaux pluviales pratiqué dans les contreforts (conduits et gargouilles) invitent à la rattacher aux dispositifs médiévaux.

5Durant la période moderne, la principale transformation apportée aux terminaisons orientales de la cathédrale gothique est probablement liée à la construction, au nord, de la chapelle Notre-Dame d’Espérance et de la nef baroque dont le développement en hauteur a imposé un rehaussement des toitures du chevet et du transept de plus d’1,30 m. Montées à l’aplomb de l’encorbellement gothique, les maçonneries s’en distinguent par un appareillage peu soigné, chargé de remplois.

6C’est en entaillant ces constructions pour y ancrer ses fermes qu’a été installée la charpente actuelle en remplacement d’une structure plus ancienne. Ces restaurations que les analyses dendrochronologiques placent après le milieu du xixe s. ont été suivies de nombreuses interventions sur les couronnements des contreforts et sur les parements, avec notamment l’insertion de dalles de calcaire coquillier au sommet du mur sud du transept et des reprises localisées des parpaings par remplacement ou ragréages.

Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur. Vue de l’élévation est du bras sud du transept avec, à gauche, l’amorce d’une tour d’escalier hexagonale et, au premier plan, la chapelle moderne du Corpus Domini obturant une baie lobée gothique antérieure.

Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur. Vue de l’élévation est du bras sud du transept avec, à gauche, l’amorce d’une tour d’escalier hexagonale et, au premier plan, la chapelle moderne du Corpus Domini obturant une baie lobée gothique antérieure.

Cl. S. Claude, Direction archéologie et Muséum de la ville d’Aix-en-Provence

Top of page

List of illustrations

Title Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur. Vue de l’élévation est du bras sud du transept avec, à gauche, l’amorce d’une tour d’escalier hexagonale et, au premier plan, la chapelle moderne du Corpus Domini obturant une baie lobée gothique antérieure.
Credits Cl. S. Claude, Direction archéologie et Muséum de la ville d’Aix-en-Provence
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25062/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Top of page

References

Bibliographical reference

Sandrine Claude, “Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur”Archéologie médiévale, 49 | 2019, 259-260.

Electronic reference

Sandrine Claude, “Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur” [Note of archaeological project], Archéologie médiévale [Online], 49 | 2019, Online since 03 February 2020, connection on 03 August 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/25062; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.25062

Top of page

About the author

Sandrine Claude

direction archéologie et muséum de la ville d’Aix-en-Provence

By this author

Top of page

Archaeological project director

Sandrine Claude

direction archéologie et muséum de la ville d’Aix-en-Provence

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search