Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Auve (Marne). Église Saint-Martin

Responsable d’opération : Patrick Bouvart
Notice rédigée avec Vincent Marchaisseau
p. 260-261

Texte intégral

1Auve se trouve dans le département de la Marne, 26 km à l’est de Châlons-en-Champagne. Incendiée en septembre 1914, son église paroissiale bénéficie d’une protection juridique au titre de monument historique par un arrêté du 7 février 1916. En 2017-2018, des opérations archéologiques ont été prescrites et mises en œuvre dans le cadre d’un vaste programme de restauration, en raison de problèmes de stabilité dus à des infiltrations d’humidité tout autant que des reconstructions lourdes des années 1920. Dans un premier temps, sept tranchées de diagnostic ont été réparties en extérieur et en intérieur. Les résultats ont ensuite motivé une surveillance archéologique de terrassements superficiels dans la nef ainsi que l’ouverture de tranchées destinées à une reprise en sous-œuvre des élévations internes du bras de transept nord. Ils ont également incité à enregistrer des observations complémentaires sur le bâti. Outre les connaissances acquises sur les pratiques funéraires et l’architecture religieuse, les différentes recherches ont abordé les problématiques inhérentes à la morphogenèse d’un territoire médiéval. L’ensemble des nouvelles données autorise une révision de la chronologie relative du site.

2Sur la carte de l’état-major dressée au xixe s. (IGN, Géoportail), la localité apparaît comme un village-étape positionné sur l’itinéraire Châlons – Sainte-Menehould, également désigné comme « Route de Paris à Metz ». L’église intègre un petit bourg longiligne, témoignant de l’importance de la relation avec l’axe de communication et immédiatement en aval de la source de la rivière éponyme. Toutefois, autour de l’église, le développement de l’habitat paraît majoritairement conditionné par une autre voie, parallèle à la rive sud de l’Auve, et qui rejoint la localité voisine de Saint-Mard-sur-Auve. La chronologie de ces deux voies mériterait d’être établie pour cerner l’évolution de l’agglomération villageoise. Les recherches sur cette problématique devront alors intégrer une troisième voie, en apparence moins influente sur l’organisation du territoire, mais peut-être plus ancienne. Dénommée la Chaussée, elle relie Auve à Tilloy en longeant la rive nord de l’Auve.

3Actuellement, aucune découverte archéologique ne renseigne sur l’origine de ce centre paroissial. L’hypothèse d’une pérennisation d’un habitat mérovingien est suggérée par la proximité de 24 tombes anciennement découvertes au lieu-dit « Le Chemin d’Herconval ». Cependant, l’existence d’un édifice de culte n’est assurée qu’au xiie s. Il est daté entre 1131 et 1142 grâce à une charte du cartulaire de l’abbaye de Toussaint qui contient la mention altare de Summa Alva (Cart. de Toussaint, fo 15 vo ; Longnon 1891, p. 11). Dans ce contexte, il convient de s’interroger sur la localisation de cet autel qui pourrait désigner un lieu de culte disparu, situé au lieu-dit « Haute Auve » équivalant à la traduction de Summa Alva. Cette hypothétique localisation est confortée par un « ancien cimetière » proche du toponyme signalé sur la carte de Cassini (IGN, Géoportail) et sur le cadastre de 1834 (AD 51, 3P 727). L’église actuelle est équidistante de 300 m de la nécropole mérovingienne et de Haute Auve.

4Toutes les tranchées de diagnostic ont permis de reconnaître un substrat crayeux formant une butte naturelle. Les plus anciennes structures ont été repérées dans le bras de transept nord (fig.). Trois maçonneries en moyen appareil de moellons à tête dressée sont partiellement conservées sur la hauteur d’une assise (phase 1). L’orientation et la qualité des ouvrages sont favorables à l’hypothèse d’un premier sanctuaire. Malheureusement, les contextes stratigraphiques ne renseignent ni sur la chronologie de la construction ni sur celle de la destruction (phase 2). L’ensemble peut uniquement être considéré comme antérieur aux élévations actuelles de l’église. Le chevet, une partie des bras de transept et les supports de la nef semblent construits au xiiie s., selon un projet plus étendu vers l’ouest (phase 3). La chronologie et l’identité du commanditaire pourraient éventuellement être affinées par une lecture de l’armoirie intégrée à un chapiteau de la nef. Une phase de démolition est évidente pour les bras de transept (phase 5). Au xve s., une campagne de travaux aboutit à l’édification d’une façade occidentale dans l’axe du vaisseau central de la nef (phase 6). L’espace est alors raccourci et le bras sud de transept est sans doute reconstruit à la même période. La durée des travaux pourrait justifier une deuxième campagne au xvie s. Elle concerne le bras nord du transept et les collatéraux de la nef (phase 7).

5Dans les sondages et les tranchées, peu de mobilier a pu être collecté et la plupart des niveaux de remblais sont de même époque. Toutefois, sur le parvis de l’église, au droit du portail, les fragments d’un moule à cloche sont apparus rejetés dans l’unique tranchée de fondation débordante observée. Une datation radiocarbone indique un comblement entre le dernier quart du xve et la première moitié du xviie s. Cette datation ne nous permet cependant pas de la corréler aux différentes maçonneries de fondations présentant un caractère systématique retrouvées sous les murs gouttereaux mais aussi sous le chevet : fondations de blocs de craie taillés, présentant souvent un mortier terreux ocre déchaussé, surmonté par une fondation (et parfois une élévation) en blocs de calcaire dur et meulière liés au même mortier. Il faut envisager une reprise en sous-œuvre de l’ensemble des fondations de l’église. Dans le bras nord du transept, des os provenant d’une sépulture bouleversée ont été collectés au sein d’une fosse sépulcrale partiellement reconnue (phase 4). La datation radiocarbone d’un ossement est centrée sur le xive s. et suggère la présence de sépultures médiévales dans l’édifice. Dans la nef, des portions d’un sol en carreaux de céramique exposé à l’incendie de 1914 apparaissent à la même altimétrie que le niveau de circulation médiéval. Elles sont ponctuellement perturbées par des dépressions longilignes et orientées, interprétées comme des fosses de sépultures.

6Au final, à défaut d’avoir pu dater et interpréter les vestiges de la phase 1, des incertitudes persistent quant à l’identification d’une église romane. Les données acquises, bien que ponctuelles, sembleraient exclure une pérennisation in situ d’un lieu de culte du haut Moyen Âge. La petite nécropole mérovingienne et le « vieux cimetière » constituent sans doute les meilleures pistes pour aborder la question de la christianisation de cette localité. Les résultats obtenus avec l’étude de l’église d’Auve illustrent parfaitement les enjeux scientifiques associés aux diagnostics et suivis archéologiques dans le cadre des restaurations de monuments historiques. Ils dépassent le seul impact des travaux sur des sols, des maçonneries enfouies ou des sépultures. Ils conduisent régulièrement à une relecture des informations concernant l’occupation du sol et peuvent ainsi contribuer à redéfinir certaines zones de présomption de prescription archéologique.

Plan des différentes phases de construction de l’église Saint-Martin d’Auve.

Plan des différentes phases de construction de l’église Saint-Martin d’Auve.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan des différentes phases de construction de l’église Saint-Martin d’Auve.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Bouvart et Vincent Marchaisseau, « Auve (Marne). Église Saint-Martin »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 260-261.

Référence électronique

Patrick Bouvart, Vincent Marchaisseau, « Auve (Marne). Église Saint-Martin » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 30 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25071

Haut de page

Auteurs

Patrick Bouvart

ministère de la Culture

Articles du même auteur

Vincent Marchaisseau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Bouvart

ministère de la Culture

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals