Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Avignon (Vaucluse). Abbaye de Saint-Ruf

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 262

Texte intégral

1Un diagnostic d’archéologie préventive a été réalisé par le service d’archéologie du conseil départemental de Vaucluse dans le parc de l’abbaye de Saint-Ruf à Avignon. Ce diagnostic a été prescrit à la suite du projet de réaménagement du jardin.

2Le site de l’abbaye de Saint-Ruf est implanté à proximité de la via Agrippa au sud d’Avignon, voie romaine qui relie Arles à Avignon. À la fin de l’Antiquité, une nécropole paléochrétienne se développa à l’emplacement de l’actuelle abbaye. Selon les fragments de sarcophages en marbre découverts sur le site, cette nécropole remonte au moins au ve s. D’après la tradition, l’église d’Avignon fut fondée par sainte Marthe (patronne de la ville) et son premier évêque fut saint Ruf qui vécut à la fin du iiie s. La très haute antiquité du site est identifiable par la découverte répétée, à cet endroit, d’inscriptions et de vestiges funéraires. C’est sur ce site que l’abbaye de Saint-Ruf sera fondée le 1er janvier 1039 par concession de l’évêque d’Avignon à quatre chanoines de la cathédrale qui y formèrent une communauté canoniale selon la règle de saint Augustin. L’abbaye, qui se trouvait isolée au sud de l’agglomération avignonnaise, vit ses murs rehaussés et pourvus d’un crénelage au xive s. pour faire face aux troubles causés par les bandes de routiers. Elle fut restaurée en 1628 suite aux dégâts qu’elle avait subis durant les guerres de Religion. En raison de l’état de délabrement de la nef, les derniers abbés décidèrent, en 1764, la destruction de l’abbaye. L’ensemble fut vendu comme bien national le 14 septembre 1796. Le site de l’abbaye fut par la suite transformé par la ville en station d’épuration, puis l’édifice fut classé au titre des monuments historiques en 1889.

3Les sondages pratiqués ont révélé des maçonneries en lien avec l’ancien monastère. Dans le premier sondage, trois maçonneries parallèles ont été découvertes (fig.). Une première prolonge le mur oriental accolé au chevet. Celle-ci, d’1 m d’épaisseur et de belle facture, a été interprétée comme le mur de clôture du couvent se poursuivant vers le sud. Une seconde maçonnerie a été découverte dans le même sondage, plus à l’ouest. Elle se situe dans l’alignement de la première dont l’arrachement est encore visible à proximité du clocher. Ce mur marque en fait l’emplacement probable d’un bâtiment adossé à la galerie orientale du cloître. En effet, nous savons de par les descriptions du couvent avant sa démolition que celui-ci possédait un cloître au sud de l’église. L’emplacement de la galerie orientale du cloître est encore marqué par ces deux murs en élévation. Le sondage 1 a mis en évidence une troisième maçonnerie située au centre (fig.). Celle-ci est différente des deux autres car les pierres sont liées avec de la terre et il n’y a pas de chaux ou de mortier. Un sondage a été pratiqué entre les deux murs dans le but de trouver un niveau de sol plus ancien, en lien avec la pièce voûtée. Il a fait apparaître quatre dalles ou pierres plates liées au mortier. Elles appartiennent à la couverture d’une tombe en coffre de pierre. Le mortier a été enlevé au niveau de la pierre recouvrant la tête du défunt et la sépulture a été ouverte. Compte tenu du milieu clos et humide, le squelette est apparu noirci ainsi que l’intérieur des pierres. La sépulture, située à 1,60 m de profondeur, a été laissée en place. Par ailleurs, le sondage a permis de reconnaître la présence d’un puits construit contre le mur oriental. Il semble moderne et est à mettre en relation avec les habitations visibles sur les cartes postales du début du xxe s.

4Plus au sud, un autre sondage a permis de reconnaître, à 1,20 m de profondeur, un mur large d’1,25 m. Il est également de belle facture et présente des assises construites en arête de poisson ou opus spicatum, caractéristique du xiie s. Il délimite le couvent au sud. La rencontre de ce mur et du précédent dans le sondage 1 marque donc l’emplacement de l’angle SE des bâtiments conventuels autour du cloître. D’après les gravures du xviie s., il semblerait que le monastère se poursuivait plus au sud avec des bâtiments annexes. Le sondage 29 a révélé une maçonnerie d’1 m d’épaisseur conservée à 1,80 m de profondeur. Cependant, elle ne semble pas appartenir au cloître car son orientation et son niveau d’enfouissement ne correspondent pas aux vestiges découverts précédemment. Il s’agit d’un mur constitué de blocs bruts assisés liés par un mortier de terre avec une mise en œuvre partielle en opus spicatum. Elle est également composée de fragments de tuiles antiques. Cette maçonnerie, conservée à un niveau inférieur, pourrait dater d’avant la reconstruction de l’abbaye au xiie s. Elle pourrait être contemporaine de la maçonnerie découverte au centre du premier sondage, le niveau de fondation de ces deux murs semblant identique.

5Un peu plus au sud, deux maçonneries ont été découvertes dans les sondages 6 et 10. Elles semblent appartenir au même mur mais leur épaisseur diffère légèrement. Elles ont la même orientation que le mur précédent, à savoir NO/SE.

6Des vestiges plus récents ont été découverts à l’est du chevet. Il s’agit, d’une part, de vestiges appartenant aux bâtiments et maisons visibles sur les cartes postales du début du xxe s. D’autre part, le sondage 12 a mis en évidence la présence de deux fosses bâties avec des murs comportant du ciment pouvant appartenir à l’usine de traitement de boues de la ville. Il pourrait s’agir de bacs de décantation possédant un voûtement réalisé avec des briques.

7Étant donné la nature des vestiges ainsi que leur profondeur et leur état de conservation, les travaux d’aménagement à venir ne devraient pas nécessiter une fouille préventive. Enfin, le niveau d’enfouissement des vestiges ne permet pas non plus de les mettre en valeur dans le cadre du réaménagement du jardin par la mairie d’Avignon.

Avignon, abbaye de Saint-Ruf, vue générale du sondage 1 et des trois maçonneries découvertes.

Avignon, abbaye de Saint-Ruf, vue générale du sondage 1 et des trois maçonneries découvertes.

Cl. G. Baro

Haut de page

Table des illustrations

Titre Avignon, abbaye de Saint-Ruf, vue générale du sondage 1 et des trois maçonneries découvertes.
Crédits Cl. G. Baro
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). Abbaye de Saint-Ruf »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 262.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). Abbaye de Saint-Ruf » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25075

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

service d’archéologie du département de Vaucluse [S.A.D.V.]

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

service d’archéologie du département de Vaucluse [S.A.D.V.]

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals