Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Bar-sur-Aube (Aube). 13 rue Beugnot et 2, 4, 10 rue du Prieuré

Responsable d’opération : Vincent Marchaisseau
p. 263

Texte intégral

1Un projet immobilier de réhabilitation de l’îlot du prieuré Saint-Pierre (dépendance de l’abbaye Saint-Claude dans le Jura), accolé à l’église éponyme, au NO de la ville ancienne de Bar-sur-Aube, a entraîné la prescription d’un diagnostic archéologique sur les deux « cours » concernées par le projet et sur une analyse du potentiel archéologique conservé en élévation. Ce diagnostic a montré d’importants aménagements médiévaux encore conservés au sein du prieuré Saint-Pierre dont la création est antérieure au milieu du xiie s., tant dans les élévations que dans les données stratigraphiques. Bien que les remaniements modernes et contemporains soient conséquents, et caractéristiques d’une opération en milieu urbain touchant à des édifices religieux, certains bâtiments semblent préservés presque intégralement, à l’image du 13 rue Beugnot : la salle capitulaire, actuellement dans les caves, est encore parfaitement lisible et son dispositif de voûtement, qui reste encore à préciser, peut toutefois déjà être restitué ; à l’étage, la découverte d’une porte menant dans le transept de l’église et d’un lavabo liturgique montre une communication entre le bâtiment prieural et l’église. L’attribution de cet espace en tant que dortoir ou sacristie apparaît comme l’hypothèse la plus plausible. Toutefois, les différences de niveaux actuels en masquent grandement l’aspect originel.

2Les autres édifices subsistants conservent encore des maçonneries et de nombreux éléments architecturaux ponctuels (portes, baies, arcs…). Les sondages réalisés à l’intérieur des bâtiments laissent envisager la présence de sols anciens. Stratigraphiquement, les tranchées mécaniques ont également permis de documenter des bâtiments construits et détruits à l’époque moderne et contemporaine. En revanche, ce sont surtout les structures funéraires qui retiennent l’attention, tant par leur répartition spatiale (dans la cour du cloître et à l’extérieur de celle-ci au sein de l’îlot du prieuré) qu’en raison de leur probable densité. Le manque de datation demeure toutefois un frein à la reconnaissance d’une chronologie des inhumations que l’on pressent sur une courte durée (malgré près de 1,50 m d’épaisseur de terre de cimetière).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Marchaisseau, « Bar-sur-Aube (Aube). 13 rue Beugnot et 2, 4, 10 rue du Prieuré »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 263.

Référence électronique

Vincent Marchaisseau, « Bar-sur-Aube (Aube). 13 rue Beugnot et 2, 4, 10 rue du Prieuré » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25080

Haut de page

Auteur

Vincent Marchaisseau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Marchaisseau

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals