Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Égligny (Seine-et-Marne). Abbaye de Preuilly

Responsable d’opération : François Blary
Notice rédigée avec Anne-Marie Flambard Hericher
p. 272-274

Texte intégral

1La communauté monastique cistercienne de Preuilly, sur la commune d’Égligny, est implantée à la fin de la seconde décennie du xiie s. L’abbaye s’installe sur un léger replat dominant de 5 m environ le fond de vallée aménagé en plusieurs viviers entre lesquels passe le ru canalisé de Preuilly ; elle se situe à 2 km au nord des premières habitations, à mi-distance entre Châtenay-sur-Seine, au sud, et Donnemarie-Dontilly, au nord. Le domaine monastique clôturé couvre 14 ha environ. Bien que l’abbaye ne bénéficie pas des privilèges statutaires des quatre filles aînées de l’Ordre : La Ferté (fondée en 1113), Pontigny et Clairvaux (fondées en 1115), et Morimond (fondée en 1117), sa cinquième place dans l’ordre des fondations cisterciennes fait de la création de Preuilly un tournant dans le développement de la congrégation.

2La première charte relate en détail la fondation de l’établissement monastique de Pruliacum, en 1118, par le comte de Blois (de Chartres et de Brie) Thibaut IV le Grand (1102-1151), devenu Thibaut II comte de Troyes et de Champagne à partir de 1125 par sa mère Adèle de Normandie (1067-1137), fille de Guillaume le Conquérant. Le site d’implantation se situe sur un territoire excentré du comté de Brie, proche du comté de Blois, possession familiale d’origine du comte.

3La fondation du monastère semble procéder d’un calcul politique, le comte de Champagne marquant l’appartenance de ce territoire forestier et frontalier à la limite du domaine royal. La protection royale ne tarda d’ailleurs pas puisqu’en 1138, Louis le Jeune (1137-1180) donnait au monastère sa terre d’Aigremont. Le rayonnement des premiers abbés et l’attrait de la société laïque pour le nouvel ordre favorisèrent un recrutement conséquent qui permit au monastère, dès la première décennie de son existence, d’essaimer en fondant Vauluisant (1127), puis La Colombe (1129) et Barbeau (1147).

4Des études pluridisciplinaires ont été entreprises sur l’abbaye depuis 2011 avec un recensement, une étude des archives conservées, des prospections géophysiques et un relevé microtopographique du domaine. Une étude de bâti et des relevés d’élévation ont également été réalisés sur l’abbatiale et sur un bâtiment domestique encore bien conservé : la grange des Beauvais.

5Après avoir effectué en 2016 des sondages d’évaluation du potentiel stratigraphique, d’une part, sur la salle capitulaire et, d’autre part, sur la grange des Beauvais, des fouilles programmées triennales 2017-2019 ont été autorisées. La campagne 2018 conduite du 3 juillet au 3 août a principalement porté, pour la fouille, sur deux secteurs de la grange des Beauvais : la salle GB3 (salle voûtée au centre du corps de bâti), la salle GB5 (située au nord de la salle intermédiaire GB4) et, pour le nettoyage des pièces et le décroûtage des murs, sur les salles situées aux deux extrémités du bâtiment : les salles GB1, 2, 7, 8 et 9. En outre, des relevés de bâti ont été complétés dans la salle GB4. Sur l’ensemble de ces espaces, les données sont particulièrement intéressantes.

6Les éléments spectaculaires d’un atelier métallurgique de grande ampleur ont été mis en évidence dans la salle GB4 dès 2016. Un sondage limité, au droit de la base de la colonne centrale de cette salle, montre que cette activité a été exercée du xiie jusqu’à la fin du xive s.

7La fouille, qui s’est poursuivie en 2017 dans cette salle, livre peu à peu le schéma de l’organisation spatiale de cet espace et révèle son évolution au sein du monastère.

8En 2018, la fouille s’est poursuivie dans les salles voisines qui forment avec GB4 un ensemble fonctionnel. Dans la salle GB3, nous recherchions l’origine de l’activité métallurgique et l’organisation de la pièce avant sa division en deux (GB3 et GB4). La fouille a mis en évidence les désordres de la maçonnerie et le confortement des voûtes après un incident (ou incendie). Dans la salle GB5, l’activité métallurgique a révélé son intensité sous forme d’épais niveaux stratigraphiques de terres rubéfiées. Un dallage de grès et une canalisation sont à mettre en relation avec celle-ci sans que le fonctionnement de ces structures ait été parfaitement compris. La présence de la cheminée à l’ouest avec un piédroit parfaitement conservé réalisé dans un magnifique bloc monolithe de grès sculpté n’a pas pu être expliquée.

9Pour préparer une campagne de relevés 3D par Faro et la réalisation d’orthophotos, un décroûtage des murs et un nettoyage des sols ont été effectués dans les salles des extrémités nord et sud de la grange des Beauvais : salles GB1 et GB2 d’une part et salles GB7, 8 et 9 d’autre part.

10Une équipe (Panorama) venue de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) a procédé, en fin d’opération, à une campagne photographique grâce à un Faro 3D et à un drone Parrot. D’autre part, des recalages topographiques et des orthophotos ont été réalisés grâce à un topographe de l’ULB. Ces photos complètent les relevés manuels et vont permettre, à l’issue de la triennale, la réalisation de dessins phasés pierre à pierre de la plus grande part des salles de la grange des Beauvais, au rez-de-chaussée. Parallèlement l’identification des matériaux de construction s’est poursuivie sur la grange.

11Une courte campagne de prospections géophysiques a permis de compléter les relevés déjà réalisés et de mettre en évidence la galerie du cloître et les bâtiments adjacents ainsi que, dans la nef, une probable église antérieure à l’abbatiale dont les ruines sont actuellement visibles.

12Enfin, une journée d’étude, organisée au collège des Bernardins à Paris le 26 septembre 2018 à l’occasion du 9e centenaire de fondation de l’abbaye, a permis de présenter les premiers résultats de notre recherche sur l’abbaye. Les communications seront publiées par les Presses de l’ULB en 2019.

Égligny, abbaye de Preuilly, plan d’ensemble de la grange des Beauvais (en haut) et résultats des fouilles conduites dans les salles GB3, GB4 et GB5 montrant la présence d’un important atelier métallurgique (en bas).

Égligny, abbaye de Preuilly, plan d’ensemble de la grange des Beauvais (en haut) et résultats des fouilles conduites dans les salles GB3, GB4 et GB5 montrant la présence d’un important atelier métallurgique (en bas).

DAO B. Van Nieuwenhove et A.-M. Flambard Héricher

Haut de page

Table des illustrations

Titre Égligny, abbaye de Preuilly, plan d’ensemble de la grange des Beauvais (en haut) et résultats des fouilles conduites dans les salles GB3, GB4 et GB5 montrant la présence d’un important atelier métallurgique (en bas).
Crédits DAO B. Van Nieuwenhove et A.-M. Flambard Héricher
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Blary et Anne-Marie Flambard Hericher, « Égligny (Seine-et-Marne). Abbaye de Preuilly »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 272-274.

Référence électronique

François Blary, Anne-Marie Flambard Hericher, « Égligny (Seine-et-Marne). Abbaye de Preuilly » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25125

Haut de page

Auteurs

François Blary

Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Anne-Marie Flambard Hericher

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François Blary

Université libre de Bruxelles

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals