Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Embrun (Hautes-Alpes). L’archevêché

Responsable d’opération : Nathalie Nicolas
p. 274

Texte intégral

1Suite au projet de création par la ville d’un pôle culturel dans l’ancien palais de l’archevêché d’Embrun (05), le diagnostic archéologique prescrit a consisté dans la réalisation de sondages en sous-sol à l’intérieur du bâtiment et sur le parking situé à l’ouest, ainsi que de sondages dans les élévations aux endroits qui seront impactés par le projet.

2L’objectif était de caractériser la présence des vestiges archéologiques dans une zone sensible, comme l’ont montré les sondages dans les sols et dans les élévations réalisés par le passé. Le levé photogrammétrique des élévations a permis de rassembler toutes les données mises au jour.

3Les sondages au sol ont mis en évidence les indices d’une occupation datée par radiocarbone du ive s., contemporaine de la première mention écrite, douteuse, du siège épiscopal d’Embrun (circa 370). Un niveau de préparation marqué par des matériaux de construction et un tesson de céramique commune datant de l’Antiquité tardive pourrait appartenir à cette phase de construction. Plusieurs murs arasés signalent un premier état du palais épiscopal, sans doute celui mentionné en 1105 et antérieur aux aménagements de la fin du premier tiers du xiiie s.

4Une puissante fondation large de près de 2 m pourrait être une section du mur d’enceinte arasé avant 1258. Son orientation similaire incite à l’associer à la tour Brune, attenante au palais. Enfin, dans la cour située à l’ouest du bâtiment, un caniveau abandonné au plus tôt au xive s. a livré des restes fauniques variés dans lesquels les porcins sont pratiquement absents, ce qui est étonnant dans ce contexte privilégié.

5Le diagnostic n’a pas pu mettre en évidence les deux caves documentées par les plans anciens et qui se situeraient dans des espaces inaccessibles lors de l’opération.

6Le palais mentionné comme étant réaménagé vers la fin du premier tiers du xiiie s. correspond à l’ensemble identifié au cours du diagnostic, composé d’un corps central de 16 m de long et 10 m de large, s’articulant avec d’autres parties au nord et au sud. Tandis que les sources archivistiques situent l’aula au rez-de-chaussée, les données archéologiques réalisées sur les façades occidentale et orientale la placeraient plutôt dans les niveaux supérieurs. La façade occidentale – celle qui était visible depuis le parvis de la cathédrale Notre-Dame du Réal – est animée d’une claire-voie située à environ 5,40 m du niveau du sol restitué. Cette galerie longue de 10 m, composée de baies géminées hautes de 1,90 m, est fastueuse : voussures et intrados, piédroit, colonnette et chapiteau double à volutes sont tous soulignés de badigeons aux tons vifs. Cette façade maçonnée en moellons de calcaires schisteux atteint une hauteur de près de 10 m dont témoigne le niveau de la corniche. De rares lambeaux du revêtement extérieur médiéval – un enduit à la chaux, taloché – ont été conservés, tout comme des faux-joints et quelques joints en creux observés sur le parement intérieur.

7La façade orientale est scandée au même niveau par trois baies monumentales (4 m × 1,80 m) espacées de 5 m, dont les embrasures internes couvertes en arc segmentaire présentent également des traces d’enduits peints.

8La conservation, grâce à son chemisage à la période moderne, du mur de façade occidental médiéval est donc un unicum, tout comme la préservation du mur oriental doublé lors de l’aménagement de la caserne Laharpe à partir de 1833.

9D’après les sources écrites, c’est l’archevêque Guillaume IX d’Hugues (1612-1648) qui aurait commandité l’agrandissement du palais avec le doublement du corps central, à l’ouest, et la réalisation d’une galerie de portraits des archevêques. Or, un bas-relief figuré – le buste d’un ecclésiastique – est conservé au fond d’une des voussures de l’ancienne claire-voie. La rupture définitive de relations stratigraphiques importantes n’a pas permis de réunir les preuves matérielles. À titre d’hypothèse de travail, on peut esquisser la chronologie suivante : le fond des baies géminées aurait été scellé par la maçonnerie portant le décor sculpté lors d’une phase postmédiévale, puis muré sans doute tardivement lors de l’aménagement de la caserne, après 1833. Aucun élément de datation ne permet d’attribuer ce bas-relief à la période médiévale : la technique mise en œuvre (gypserie ?) comme sa datation seraient à préciser.

10Les remaniements postérieurs à la sécularisation du bâtiment sont documentés par les plans réalisés au moment de l’acquisition du bâtiment par le ministère de la Guerre en 1832. Des baies en demi-lune sont ouvertes dans l’ancienne façade occidentale devenue mur de refend, alors que les deux façades du palais prennent leur configuration actuelle avec des travées de fenêtres standardisées. De nouveaux planchers sont installés, conduisant à l’aménagement d’un nouvel étage-carré sous les combles mansardés équipés de nouvelles lucarnes.

11Après l’acquisition du bâtiment par la ville en 1936, l’installation d’un collège d’enseignement technique apporte les derniers remaniements notables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Nicolas, « Embrun (Hautes-Alpes). L’archevêché »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 274.

Référence électronique

Nathalie Nicolas, « Embrun (Hautes-Alpes). L’archevêché » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25129

Haut de page

Auteur

Nathalie Nicolas

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Nicolas

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals