Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Mesvres (Saône-et-Loire). Ancien prieuré Saint-Martin

Responsable d’opération : Sylvie Balcon-Berry
p. 280

Texte intégral

1Depuis 2016, l’ancien prieuré Saint-Martin de Mesvres fait l’objet de fouilles programmées engagées à la suite de l’étude archéologique des élévations conservées. Après avoir exploré la zone NE de l’ancienne église prieurale, la campagne de 2018 s’est concentrée sur le bras sud du transept et les chapelles orientales attenantes, tout en amorçant l’étude de l’emplacement de l’ancienne salle capitulaire et des galeries est et nord du cloître.

2Malgré des perturbations modernes qui avaient également été observées en 2016 et 2017, la fouille réalisée en 2018 a considérablement accru notre connaissance du site. Pour la phase antique, on suppose l’existence d’un sanctuaire comprenant des temples disposés parallèlement qui, après une phase d’abandon à la fin du iiie ou au début du ive s., auraient été réoccupés aux environs du ve s. Un bâtiment rectangulaire, qui reprend peut-être l’emplacement du portique sud du péribole du sanctuaire antique, est aménagé parallèlement à des ateliers de verriers et de métallurgie. Les temples antiques sont probablement en ruine, voire démantelés en partie.

3Aux ve-vie s., une occupation funéraire chrétienne voit le jour. Certains des anciens temples, en partie conservés, sont peut-être transformés en mausolées. À la même époque, ou un peu plus tard, le bâtiment disposé au sud est remanié et abrite notamment une salle chauffée par hypocauste. Il est possible que cette restructuration montre la présence d’une communauté religieuse, mais cela reste à confirmer. Cette hypothèse est à mettre en relation avec la présence précoce d’une possible chapelle ou d’un oratoire immédiatement au nord du bâtiment sud. Une annexe fut accolée à l’est de cet édifice au viie s.

4Comme on l’a vu en 2016 et 2017, aux viie-viiie s., une grande église en bois est aménagée au nord de ces constructions. Visiblement, seule une sépulture l’occupait et prenait place devant l’abside, les autres se situant à l’extérieur de cette dernière. Les anciens temples ou chapelles antiques disposés au nord, et réoccupés par des chrétiens, sont vraisemblablement conservés, avec probablement des remaniements.

5Le viiie s. voit la construction, au sud, du possible oratoire primitif et d’une chapelle dotée d’une abside à l’est. Un aménagement liturgique, de type barrière, séparait cette abside de la nef dont le sol se situait donc à un niveau légèrement plus bas. Cette chapelle est probablement accolée au bâtiment du sud pouvant accueillir la vie de religieux, qui est vraisemblablement restructuré.

6Au cours de la phase suivante que l’on place aux viiie-ixe s., l’église en bois des viie-viiie s. est détruite pour faire place à un édifice en pierre de grande ampleur comprenant une abside semi-circulaire inscrite dans un rectangle, dont on conserve des vestiges de l’élévation sud, de façon tout à fait exceptionnelle. Ses fondations avaient été découvertes en 2016 et 2017, avec des aménagements pouvant correspondre à des besoins liturgiques.

7Les phases suivantes correspondent au développement de l’église romane qui se structure progressivement en intégrant les constructions antérieures. La fouille de 2018 a montré que, contrairement à ce qui avait été proposé sur la base de l’étude des élévations accessibles, le transept était étroit et saillant dans sa phase des abords de l’an Mil, mais lui étaient accolées à l’est d’anciennes structures, parfois d’origine antique, formant des chapelles. Ces éléments ont été incorporés à l’église, au milieu du xie s, avec l’extension à l’est du transept saillant. Puis, à la fin du xie s., la mise en place d’une haute tour de croisée a donné un accent monumental à l’édifice qui, parallèlement, est doté à l’ouest d’une longue nef peut-être précédée d’une avant-nef avec tour. Le plan de l’église, tel qu’on le connaît au xie s., est donc tributaire des constructions antérieures.

8En 2018, il a été possible d’amorcer l’étude du cloître à galeries, détruit au xviie s., mais dont les vestiges se distinguaient nettement sur les cartes de prospections géophysiques menées depuis 2011. Le bâtiment qui, au sud de l’espace fouillé, devait abriter la vie de religieux, est détruit vers l’an Mil pour former l’angle NE du préau, avec au nord et à l’est des galeries. Celle de l’est était accolée à la salle capitulaire dont on a identifié le mur ouest.

9Ces différents espaces accueillaient des sépultures depuis les ve-vie s. Les plus anciennes pouvaient, pour certaines d’entre elles, prendre place dans un mausolée, ce qui nécessitera vérifications en 2019. Outre les inhumations situées devant ou autour de l’abside de l’église en bois, mentionnées précédemment, on compte plusieurs sépultures des viiie-ixe s., fonctionnant avec la grande église en pierre ou prenant place au sud. L’une d’elles comprenait au moins deux niveaux de squelettes placés dans des contenants en bois bien conservés. D’autres inhumations comprises entre le xie et le xvie s. ont été trouvées dans l’église en 2016 et 2017. On doit également mentionner la découverte de deux dalles funéraires dans l’ancienne salle capitulaire et la galerie est du cloître, toutes deux associées à une fosse de réduction. D’autres fosses de fonction identique ont été identifiées, attestant là encore la densité des inhumations sur la longue durée nécessitant la gestion des morts.

10La fouille qui devrait avoir lieu en 2019 permettra de compléter l’étude des espaces correspondant au cloître dès l’an Mil et des bâtiments antérieurs tout en poursuivant l’analyse des aspects funéraires. Cette recherche menée avec des étudiants de Sorbonne Université et avec des archéologues spécialistes du funéraire permet ainsi d’étudier de façon détaillée la réoccupation d’un site religieux antique par une communauté chrétienne et de suivre les formes de son développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Balcon-Berry, « Mesvres (Saône-et-Loire). Ancien prieuré Saint-Martin »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 280.

Référence électronique

Sylvie Balcon-Berry, « Mesvres (Saône-et-Loire). Ancien prieuré Saint-Martin » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25161

Haut de page

Auteur

Sylvie Balcon-Berry

Sorbonne Université, Centre André Chastel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Balcon-Berry

Sorbonne Université, Centre André Chastel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals