Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainNanteuil-en-Vallée (Charente). Ab...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Nanteuil-en-Vallée (Charente). Abbaye de Nanteuil-en-Vallée

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 282-283

Texte intégral

1L’abbaye de Nanteuil-en-Vallée, située au nord du département de la Charente, constitue un ensemble monastique remarquable, tant par la richesse architecturale des vestiges conservés que par la qualité paysagère de son environnement.

2Le rachat des lieux à la fin des années 2000 par la commune de Nanteuil s’est accompagné d’un important programme de recherche et de valorisation. Celui-ci s’est principalement traduit par la mise en place, entre 2011 et 2017, d’un projet de recherche d’archéologie programmée conduit par Jean-Luc Piat et Patrick Bouvart (société Hadès). Les campagnes de fouilles se sont concentrées sur l’abbatiale et le cloître, le reste des bâtiments (Grands greniers, celliers et Trésor) ayant bénéficié d’études de bâti complétées par quelques sondages ponctuels. Ces multiples investigations ont permis de renouveler considérablement l’histoire du site, son évolution étant déclinée en 25 phases distinctes.

3Une occupation antique, matérialisée par un ensemble de constructions permettant d’identifier au moins deux espaces (un praefornium et une salle chauffée par un hypocauste), a notamment été repérée. Si la nature du site de cette époque reste à définir, elle confirme une installation précoce repérée à près de 2,60 m sous le niveau de sol actuel. Certaines de ces constructions furent réutilisées au cours du haut Moyen Âge, suggérant la présence d’une cella qui aurait été donnée à l’église cathédrale Saint-André de Bordeaux par Charles le Chauve. Des incidents tectoniques ou hydrologiques ont épisodiquement modifié l’organisation du bâti et nécessité un remblaiement à certaines périodes (courant xe s.). L’abbaye semble prendre forme vers le milieu du xie s., un acte de la chronique de Saint-Maixent évoquant une reconstruction effective en 1046 (Chronique de Saint-Maixent, éd. Verdon, p. 125). Sans détailler les différentes campagnes de travaux, il importe toutefois de signaler celle de la nef, pour laquelle un nouveau programme fut initié autour des années 1120-1140, qui fit probablement suite à un important incendie (Bouvart, 2017, p. 74-77). Les conflits de la guerre de Cent Ans n’épargnèrent pas les bâtiments qui subirent à nouveau un important incendie (milieu xive-xve s.) dont l’intensité a provoqué un éclatement des piliers de la nef. Le site ne semble pas évoluer jusqu’à sa vente en tant que bien national à la fin du xviiie s., les seuls travaux majeurs ayant trait à l’hydraulique. Cette problématique est toujours demeurée importante depuis la période antique. Le site s’est en effet développé au pied d’un cirque calcaire d’où jaillissaient plusieurs sources, toujours actives.

4L’objet du diagnostic archéologique a d’ailleurs été motivé par cette question. Les fréquentes inondations subies ces dernières années nécessitent un assainissement du secteur. L’un des cabinets d’architectes consultés préconisait notamment une remise en état des drains anciens. Dans ce cadre, quatre tranchées de diagnostic ont été réalisées depuis le chœur de l’abbatiale vers les bâtiments de l’hôtellerie situés en léger contrebas afin de vérifier la présence de réseaux et l’impact de travaux sur de potentiels vestiges archéologiques. De même, une tranchée a été réalisée à proximité du bâtiment du « Trésor » partiellement enterré et de fait très humide. Les différents sondages ont mis au jour une première phase d’occupation principalement funéraire. Quatre sépultures en coffrage ont été repérées lors de sondages plus profonds. Les orientations ne sont pas régulières et ne permettent pas d’identifier un réel espace funéraire. Deux d’entre elles étaient notamment localisées à proximité du chœur de l’abbatiale tandis que deux autres étaient situées plus proches du bâtiment du « Trésor » où des inhumations semblables (architecture) avaient été repérées au cours d’une précédente opération archéologique. À l’exception de la sépulture, probablement moderne, affleurant au niveau du chœur, les autres inhumations sont scellées par un important remblai qui paraît déposé sur l’ensemble de la cour vers la fin du Moyen Âge. Cette observation confirmerait l’hypothèse d’un programme d’assainissement de l’espace émise précédemment pour les abords du bâtiment du « Trésor ». Ce projet se manifeste par ailleurs par la construction de canalisations. Deux d’entre elles, orientées suivant la pente naturelle du terrain, se dirigent vers le bâtiment de l’hôtellerie où des bassins de rétention d’eau sont toujours actifs. Ces réseaux semblent s’être développés à la fin du Moyen Âge. L’un d’entre eux assure encore sa fonction de drain tandis qu’un second est condamné par une maçonnerie. L’espace de la cour demeure toutefois peu bâti. Des niveaux de circulation successifs, plus denses au SO (porterie moderne) ainsi qu’au NO du site (abords du chœur), furent régulièrement aménagés par des apports de cailloutis. Les seuls vestiges bâtis se limitent donc aux abords de l’hôtellerie où un mur supportant une terrasse participe à un aménagement probablement plus monumental qui n’a pas pu être identifié dans le cadre de l’opération. De même, une maçonnerie a été observée contre l’angle NE du bâtiment du « Trésor » et rend compte d’aménagements de confort (cheminée ?) témoignant de la présence d’un bâtiment.

5La cour ne connaît pas de véritable modification depuis la fin de l’époque moderne. Une citerne faisant probablement office de réceptacle pour un trop-plein d’eau fut construite contre le chœur de l’abbatiale. Son évacuation vers le SE a pu être identifiée. Celle-ci est probablement contemporaine du drain qui lui est parallèle plus à l’est. Édifié avec de nombreuses pierres en réemploi, il participait encore récemment au drainage de la cour en assurant une évacuation des eaux de ruissellement depuis les bâtiments conventuels (NE du site) jusqu’au SE (porterie actuelle). La rénovation des deux aménagements participerait sans nul doute à un meilleur assainissement des eaux de pluie.

Drain canalisé découvert dans la cour de l’hôtellerie de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée.

Drain canalisé découvert dans la cour de l’hôtellerie de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée.

Cl. Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Drain canalisé découvert dans la cour de l’hôtellerie de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée.
Crédits Cl. Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Nanteuil-en-Vallée (Charente). Abbaye de Nanteuil-en-Vallée »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 282-283.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Nanteuil-en-Vallée (Charente). Abbaye de Nanteuil-en-Vallée » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25170 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25170

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search