Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Parnoy-en-Bassigny (Haute-Marne). Ancienne abbaye de Morimond

Responsable d’opération : Benoît Rouzeau
p. 285-286

Texte intégral

1La CTRA Grand-Est a autorisé une nouvelle campagne de fouille de 15 jours en 2018 à Parnoy-en-Bassigny sur le site de l’ancienne abbaye de Morimond. Le service régional de l’archéologie Grand-Est et l’Association des amis de Morimond ont contribué financièrement à l’opération qui s’est déroulée du mercredi 25 juillet au mercredi 8 août.

2La fouille de 2018 avait trois objectifs principaux. Tout d’abord, au niveau du bâti ancien (xiie-xiiie s.), il s’agissait de poursuivre la fouille d’un bâtiment du complexe de l’hôtellerie mis au jour ces dix dernières années. Cet édifice correspond en fait à la partie perpendiculaire au premier bâtiment fouillé de l’hôtellerie (voir fig. : les zones ouvertes en 2018). D’anciennes zones de fouilles ont été reprises. L’exploration du sol au centre (salle 1) et dans la partie est (salles 2 et 3) du bâtiment D s’est poursuivie et sera complétée en 2019. L’objectif était de mieux comprendre la stratigraphie, les axes de circulation et l’état de conservation. Le but était également de terminer la fouille d’un bâtiment situé à proximité de la porterie. L’angle SE du bâtiment E avait été mis au jour en 2016 et sa partie nord en 2012 et 2013. Il restait donc à préciser l’organisation de sa partie SO. On cherchait également à poursuivre la fouille de constructions mises au jour en 2017, particulièrement une structure semi-circulaire prise dans la berne. Il restait enfin à étudier les aménagements hydrauliques partiellement fouillés les années précédentes.

3La fouille a permis de préciser le contour des structures partiellement dégagées les années précédentes. De nouveaux vestiges ont été mis au jour au SO (fig.). L’ensemble de la construction circulaire a été fouillée ainsi que le mur qui la supporte. Celui-ci semble correspondre au talus lié à la reconstruction du xviiie s. et à la mise en place de la plateforme qui supporte aujourd’hui la porterie et la chapelle des étrangers. Ce mur se poursuit d’ailleurs sur 6 m vers l’ouest ; seule sa façade extérieure est grossièrement parementée. Adossé à cette structure, le bâtiment circulaire partiellement identifié en 2017 a été dégagé. Son diamètre externe est de 2,8 m pour 2 m en interne. Nous l’interprétons comme un four à chaux destinée à la réalisation des enduits de la porterie toute proche. Dans la même zone, l’angle SO du bâtiment E, partiellement recouvert par la structure circulaire (20 m de long par 5 m de large) a été mieux compris. En effet, le rapport stratigraphique entre l’assise de fondation et le sol en dalle de terre cuite a été dégagé. Ces deux éléments fonctionnaient en plus avec le mur est et le drain en bois de chêne traversant le dallage du sud au nord, déjà identifié en 2017. L’assise de fondation sud mesure 1 m de large sur 4,25 m de long. Aucun mur n’a été retrouvé à l’ouest, ce qui renforce notre hypothèse que ce bâtiment correspondait à un hallier sur la façade occidentale de l’hôtellerie, délimité par un mur uniquement sur trois côtés, nord, ouest et sud. L’étude systématique de ce sol a révélé, en plus des jeux de marelle découverts en 2013, une série de tuiles plates en remploi non loin du drain, ce qui indique qu’il a pu être réparé à plusieurs reprises.

4Au sud de ce bâtiment, six murs orientés NS se développent en direction de l’actuelle route d’accès et de la porterie. Ces murs ont une largeur comprise entre 40 cm et 1 m. Une partie d’entre eux se prolonge sous la berne du bord de la fouille où la puissance stratigraphique n’a pas été complètement évaluée. En l’attente des datations 14C, notamment sur un niveau d’incendie, la chronologie relative (1,2 m de stratigraphie) et certains éléments mobiliers comme une base de colonne en grès indiquent que certains murs pourraient appartenir à des structures du xiie-xiiie siècle. À proximité de la porterie, dans l’angle SO du secteur de fouille, à moins de 50 cm sous l’humus, la partie orientale d’un bâtiment du xviie s. a été dégagée. Il était antérieur à la reconstruction des années 1730.

5À l’est, les murs du bâtiment D de l’hôtellerie (35 × 11 m) apparaissent progressivement. Le bâtiment est subdivisé en quatre salles. Certains murs gouttereaux sont conservés à moins de 40 cm du sol actuel, tandis que d’autres sont complètement arasés jusqu’au niveau des fondations. Le travail réalisé sur les fondations du mur pignon sud a mis au jour un pieu en chêne taillé à la hache enfoncé dans la couche géologique. Ce pieu de bois a été daté par dendrochronologie de 1145 (Tegel 2018), ce qui fait remonter la construction de cette hôtellerie à une époque antérieure aux dates suggérées par les datations radiocarbones, stylistiques et textuelles. Dans ce bâtiment, la salle la plus au sud semble complètement arasée par le chantier de récupération de moellons, alors que la salle la plus au nord a conservé dans son mur gouttereau est une porte de communication. Le dégagement de l’angle SE (fouillé en 2018) a permis d’observer que ce mur gouttereau n’était pas chaîné avec le mur pignon mais qu’il s’y appuyait. En 2019, l’investigation de cet ensemble sera achevée. Dans la salle 1, le sol en tuiles plates posées de champs, repéré en 2013, le long du mur gouttereau ouest, est conservé jusqu’au mur central du bâtiment D.

6La zone fouillée en 2018 a révélé de nombreuses structures hydrauliques. Au centre de la fouille, plusieurs drains en pierre ont été étudiés. Ils se superposaient, se croisaient et passaient sous le mur gouttereau du bâtiment D. Dans la partie SO de la fouille, deux petits drains en pierre ont été mis au jour (15 cm × 15 cm). Le plus récent, sans doute lié aux travaux de la porterie, comprend à sa base une tuile plate. Le drain en bois traversant le centre du hallier (bâtiment E) a été plus largement fouillé. Il est constitué de deux montants surmontés d’un linteau. L’ensemble est lié par des chevilles traversant le bois. Les essences utilisées sont l’aulne et le chêne. Deux linteaux en chêne ont été datés par dendrochronologie de 1238 ±10 ans (Tegel 2018), ce qui fixe dans le temps la construction de cette extension de l’hôtellerie et montre combien la gestion de l’eau fut un souci majeur des cisterciens des xiie et xiiie s.

7La fouille 2018 a livré peu de mobilier. L’ensemble est très fragmentaire et associé à des unités stratigraphiques de démolition. Il s’agit principalement de fragments de clous en fer provenant des différents espaces de la fouille. Les deux jetons monétaires trouvés ne sont pas identifiables. Concernant le mobilier céramique, les tessons sont eux aussi très fragmentaires. Le mobilier intéressant est associable à des formes fermées, cruches ou pichets, datables du xiiie au xve s. Pour l’époque moderne, un plat creux à glaçure verte daté de la fin du xviie s. a été mis au jour dans l’unité stratigraphique de comblement, juste au-dessus du mur pignon sud du bâtiment D.

8Au cours de l’été 2019, la fouille de l’hôtellerie devrait être complétée afin d’obtenir un plan complet de la structure d’accueil.

Parnoy-en-Bassigny, ancienne abbaye de Morimond, zones ouvertes en 2018 dans l’hôtellerie.

Parnoy-en-Bassigny, ancienne abbaye de Morimond, zones ouvertes en 2018 dans l’hôtellerie.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Parnoy-en-Bassigny, ancienne abbaye de Morimond, zones ouvertes en 2018 dans l’hôtellerie.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Rouzeau, « Parnoy-en-Bassigny (Haute-Marne). Ancienne abbaye de Morimond »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 285-286.

Référence électronique

Benoît Rouzeau, « Parnoy-en-Bassigny (Haute-Marne). Ancienne abbaye de Morimond » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25182

Haut de page

Auteur

Benoît Rouzeau

LaMOP UMR 8589

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Benoît Rouzeau

LaMOP UMR 8589

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals