Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainPerpignan (Pyrénées-Orientales). ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Perpignan (Pyrénées-Orientales). Cour arrière du Campo Santo

Responsable d’opération : Nicolas Guinaudeau
p. 287

Texte intégral

1La fouille préventive menée dans la cour arrière du Campo Santo a débuté le 4 décembre 2017 et s’est poursuivie jusqu’au 16 février 2018. Cette opération a été réalisée suite au dépôt par la ville de Perpignan d’un projet d’aménagement visant à réhabiliter et remettre en valeur cet espace situé dans le centre historique. La parcelle concernée par ce projet est localisée dans la partie orientale de l’ensemble cathédral dont la construction résulte d’un vaste programme architectural initié au début du xive s. L’emprise est ainsi délimitée à l’est par le cloître-cimetière Saint-Jean dit « Campo Santo » (début xive s.) et au nord par la chapelle Saint-Jean-l’Évangéliste appelée « Funeraria » (fin xive s.).

2Cette opération archéologique a permis le repérage de 203 structures réparties sur l’ensemble de l’emprise. L’état de conservation des vestiges identifiés est globalement satisfaisant. Différents niveaux de sol dégagés en plan ont pu être associés aux vestiges bâtis mis au jour. Les structures archéologiques ont été préservées sous divers niveaux de remblais. Le secteur connut en effet une première phase de remblaiement importante au milieu du xviie s., les terres rapportées dépassant 2,20 m d’épaisseur. Les vestiges repérés furent ensuite recouverts, dans le courant du xxe s., par des remblais de démolition de près d’un mètre d’épaisseur. Les structures mises au jour sont rattachées à plusieurs phases d’occupation qui s’étalent entre le bas Moyen Âge et la période contemporaine. Les données recueillies lors de l’opération, couplées aux recherches historiques, permettent d’appréhender l’évolution de l’occupation de cette parcelle.

3Le vestige bâti le plus ancien mis en évidence correspond à une maçonnerie au tracé rectiligne observée sur près de 25 m de long. Conservé sur plus de 4,25 m de haut, ce mur est bâti en galets (0,10 à 0,30 m de côté) disposés en épis et liés au mortier de chaux. Un lit de brique, servant d’assise de réglage, marque la limite entre un fruit peu incliné visible du côté est et l’élévation verticale. La largeur de ce mur est relativement faible au niveau de l’arase (0,45-0,50 m), mais celui-ci s’élargit du fait de la présence d’un ressaut visible sur le parement occidental (0,60-0,65 m). Les données recueillies placent sa construction entre la fin du xiiie s. et le dernier quart du xive s., période au cours de laquelle fut édifiée la chapelle Saint-Jean-l’Évangéliste. Du fait de la chronologie proposée, la construction de ce mur pourrait être liée à la mise en place du cloître-cimetière Saint-Jean. L’existence d’une dénivellation à l’est de ce mur marque l’emplacement probable d’un ancien chenal qui n’a pu être observé dans le cadre de l’opération du fait d’un apport important de remblais du xviie s.

4Un bâtiment de plan quadrangulaire de 132 m² fut établi dans l’angle NO de l’emprise à la fin du xvie s. D’après les recherches historiques menées par Denis Fontaine (Fontaine 2002 ; Fontaine 2014), cette bâtisse appartenait à Joan Antoni Roure, marchand de Perpignan. Trois pièces distinctes ont été mises au jour, l’une d’entre elles servant de chapelle dédiée à saint Grégoire. Des portes percées dans le mur médiéval assuraient la communication intérieure. D’après les sources historiques, une voûte en brique repérée en 1999 fut construite en 1589 sous le niveau de plancher de la salle principale. La présence de cet aménagement s’explique par le passage d’un égout dont le tracé se prolonge sous la chapelle Saint-Jean-l’Évangéliste. Cette bâtisse fut reconstruite au milieu du xviie s., probablement à l’initiative de Sebastia Garriga, chanoine et archidiacre d’Elne qui possédait la propriété en 1656. Le bâtiment fut agrandi à cette occasion (175 m²), l’espace intérieur étant alors divisé en six pièces. Les niveaux de plancher de l’ancienne maison Roure furent remplacés par des sols en brique établis au-dessus d’épais remblais. Un jardin, doté d’un niveau de circulation en galets, se développait à l’est de la bâtisse. La maison de Sebastia Garriga devint bâtiment capitulaire au début du xviiie s. alors qu’une boucherie ecclésiastique appelée « Canorga nova » fut construite à la même période dans la partie sud de l’emprise. Les vestiges bâtis en brique (murs et sols) associés à cette boucherie permettent de restituer quatre pièces distinctes (abattoir et étales) et une cour intérieure dotée d’un puits.

5La parcelle connut un profond réaménagement au début du xixe s. Des édifices liés au séminaire diocésain furent en effet construits à l’emplacement du bâtiment capitulaire et de la boucherie ecclésiastique alors qu’une vaste cour de plan trapézoïdal fut établie dans la partie orientale de l’emprise. Des bâtiments de la Gendarmerie nationale occupèrent ensuite le secteur au début du xxe s. Plusieurs éléments lapidaires provenant du cloître-cimetière Saint-Jean (couvertines du mur-bahut, rebord et fond d’enfeu, chapiteau des colonnades de la claire-voie…) ont pu être mis en évidence dans les maçonneries de cette période et dans les remblais postérieurs. Les bâtiments furent démolis en 1984 dans le cadre de la restauration et de la mise en valeur du cloître-cimetière Saint-Jean, puis de la création de la cour arrière du Campo Santo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Guinaudeau, « Perpignan (Pyrénées-Orientales). Cour arrière du Campo Santo »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 287.

Référence électronique

Nicolas Guinaudeau, « Perpignan (Pyrénées-Orientales). Cour arrière du Campo Santo » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25186 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25186

Haut de page

Auteur

Nicolas Guinaudeau

SARL Acter

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Guinaudeau

SARL Acter

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search