Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont

Responsable d’opération : Philippe Racinet
p. 290-292

Texte intégral

1La partie extérieure sud du chevet de l’église médiévale a fait l’objet d’un grand sondage pour étudier le contact avec le mur de la chapelle latérale et pour connaître l’extension de la zone cémétériale retrouvée en 2016 dans l’axe du chevet. La chapelle latérale vient s’accoler sur le haut du chevet et comporte des réemplois, comme ce dernier. Toutefois, les trois premières assises, qui s’appuient sur le rocher en épousant sa forme irrégulière, ne comptent aucun réemploi et fonctionnent avec les fondations du chevet, témoignant ainsi d’un état ancien (xiie s.). Le rebord du promontoire naturel, qui marque une nette déclivité, a été recouvert par une alternance de remblais sableux et de terre noire, certainement en lien avec l’implantation d’une terrasse moins haute que l’actuelle. À la surface de ces remblais, on retrouve le cimetière, composé de tombes construites aménagées les unes par rapport aux autres. Chaque sépulture comporte un seul individu et quatre d’entre eux sont associés à une fiole en plomb en place, déposée sur le thorax avec une croix sur la face visible. L’un des quatre défunts avait une seconde fiole, en verre, sous le crâne et une croix en plomb dessous. Ce niveau est surmonté d’un second horizon, constitué d’au moins quatre sépultures avec des éléments de coffrage en bois.

2Dans la partie occidentale de la galerie nord du cloître, le dallage, composé d’un pavement de granit associé à de très nombreuses dalles funéraires, a été démonté. Les inhumations se densifient dans le secteur des portes, puisqu’elles sont présentes non seulement le long des murs mais aussi au centre de la galerie. Les recoupements systématiques témoignent, du reste, de cette forte densité, sur le temps long. Les deux grands creusements continus sur les côtés de la galerie sont globalement plus perturbés avec des ré-inhumations successives qui ne tiennent pas compte des limites des sépultures précédentes, ce qui complique la compréhension des relations stratigraphiques. Les fosses les plus récentes contiennent toutes un individu en place ainsi que des traces de sépultures réduites allant jusqu’à un maximum de six individus. Les individus en place sont majoritairement tête à l’est.

3Dans la cour du cloître, le dallage, démonté dans l’angle NE, repose sur un remblai d’égalisation, qui contenait de nombreux tessons de céramique (xive-xviie s.). Sa fouille a révélé deux structures arasées, antérieures aux murs-bahuts nord et est. La première est un contrefort recoupé par le mur-bahut oriental et arasé pour placer le dallage. Cette structure témoigne nécessairement d’un espace claustral antérieur, qui paraît légèrement décalé par rapport au cloître encore en élévation. La seconde se présente sous la forme d’une construction en L, maçonnée et accolée aux deux assises inférieures du mur-bahut nord, qui paraît établie sur les bords de l’extension sud d’une ancienne fosse aux bords rectilignes repérée de l’autre côté du mur. Il s’agit peut-être d’un pourrissoir. En tout cas, on s’est servi de cette structure pour implanter les fondations du contrefort oriental du mur-bahut dans son dernier état.

4Les maigres vestiges de l’aile orientale ont été analysés sans pouvoir retrouver l’agencement de ce bâtiment. La façade, côté cloître, se résume à une succession discontinue de murs d’orientation et d’appareillage différents. Cette désorganisation est due aux recoupements engendrés par l’implantation du puissant mur de la galerie du xviiie siècle. Dans le secteur sud de cette zone de fouille, on a retrouvé deux lambeaux de sols successifs : un pavement de terre cuite surmonté d’un dallage de granit, qui marque le dernier état de fonctionnement de ce bâtiment. Sous ces témoins de sol, une structure appareillée en ressauts présente quatre assises s’appuyant et comblant une cavité naturelle du rocher. On note également la présence de trois canalisations construites, toutes recoupées par le mur de galerie du xviiie siècle. De direction EO, elles font partie du système hydraulique de la cour du cloître mais ne fonctionnent pas ensemble. Ce secteur a permis enfin de bien appréhender la gestion du terrain naturel par les constructeurs. Par endroits, pour établir une surface plane, ils ont dû composer avec un substrat très irrégulier en utilisant des extraits de roche pour combler les cuvettes et niveler le terrain, parfois sur plusieurs lits avant d’implanter leur construction. Ils ont également pris soin d’établir leur tranchée en profitant des zones de fracture.

5Contrairement à ce qui avait été envisagé, le sous-sol du bâtiment du xviiie s. comporte une cave monumentale dans sa partie sud, qui a détruit toutes les structures antérieures. Les blocs des différentes parois comportent de nombreux glyphes (marques de tâcherons ?). Cette pratique est rare pour l’époque.

6Plusieurs apports de cette campagne doivent être soulignés d’emblée. Tout d’abord, les constructeurs de toutes les époques ont dû et ont su s’adapter à un promontoire naturel ingrat, en utilisant toutes les caractéristiques du sol granitique (fractures, dégradation différentielle donnant à la fois de la roche dure et du sable, etc.). Ensuite, plusieurs structures témoignent d’un espace monastique antérieur à celui majoritairement retrouvé en fouille, tant au niveau de l’église (fondations du chevet) qu’au niveau de la chapelle latérale (trois premières assises du mur oriental) ou du cloître (constructions arasées et recouvertes par le dernier dallage, dont un contrefort de galerie). Les réemplois retrouvés dans les constructions comme les blocs architecturaux présents dans les remblais constituent autant d’indices pertinents non seulement pour connaître la structure des bâtiments édifiés au début du xiiie s., mais aussi pour appréhender les édifices du dernier état médiéval du monastère (fin xve s.) avant sa reconstruction totale dans la seconde moitié du xviiie s. L’ampleur et la monumentalité de cette dernière reconstruction sont clairement montrées par la mise au jour d’une partie du sous-sol du grand bâtiment NS, constituant l’aile principale du nouveau monastère. Enfin, la découverte d’une bonne cinquantaine de sépultures (pour une centaine d’individus) dans plusieurs zones (église, galerie nord du cloître, zone orientale du chevet, galerie du xviiie s.) fournit le matériau nécessaire pour appréhender la politique funéraire des grandmontains sur le temps long (xiie-xviiie s.). Par ailleurs, la découverte de fioles en plomb, de même type, sur le thorax de plusieurs squelettes inhumés dans la même zone constitue une pratique funéraire très mal renseignée, élément qui vient s’ajouter à l’absence de poterie funéraire dans toutes les sépultures fouillées à ce jour, quels que soient l’époque et le lieu.

7Le travail déjà accompli sur le site montre à quel point il faut rester prudent sur la chronologie habituellement retenue, qui se fonde essentiellement sur les chroniques modernes. L’archéologie semble être la méthode la plus à même d’obtenir de nouvelles données qui permettront de relire les textes, tant médiévaux que modernes. Les structures médiévales fouillées à ce jour donnent l’image d’un ensemble construit cohérent, avec des remaniements souvent ponctuels et sans marqueur net de reconstruction, en dehors de la présence récurrente des réemplois et de quelques décalages. Le repérage des niveaux de circulation confirme, par leur cohérence, cette impression de pérennité, impression encore renforcée par l’analyse des mortiers qui concluent à une étonnante homogénéité pour toute la période d’occupation monastique. Il est pourtant indispensable de proposer une chronologie, susceptible d’être corrigée en fonction des prochaines découvertes.

8Vers la fin du premier quart du xiie s., les frères s’installent à Grandmont sur un site non aménagé mais déjà peut-être partiellement habité. Ils y réalisent d’importants travaux de terrassement. Le premier monastère s’étend peut-être au nord du site ; les travaux dans l’église commencés dès l’arrivée des frères, peut-être à l’emplacement actuel, ont pu se poursuivre jusque dans le troisième quart du xiie s. et être interrompus lors de la première grande crise de l’abbaye, qui débute en fait sous le priorat de Guillaume de Treignac (1168-1187). Une première résolution de la crise et le prestige de la sanctification d’Étienne, qui transforme Grandmont en centre de pèlerinage, permettent la reconstruction ou l’achèvement de l’église à la fin du xiie s. L’afflux des recrues et la fréquentation des grands ont certainement rendu nécessaire la reconstruction des bâtiments monastiques autour d’un nouveau cloître transféré au sud de l’église, dans le premier tiers du xiiie s. À la fin du Moyen Âge, le manque d’entretien et les désordres provoqués par un siècle de conflits obligent les abbés à procéder à des travaux d’envergure, dans le troisième quart du xve s. De ce chantier résulte, nous le pensons en dépit de maigres indices, l’état des bâtiments actuellement fouillés. Malgré les dégâts occasionnés par les guerres de Religion, seules des réfections de faible envergure sont réalisées aux xvie et xviie s. À partir de 1732-1738, l’état des bâtiments et, peut-être, une volonté de renouveau encouragent les responsables grandmontains à entreprendre une reconstruction totale du monastère sur un plan à la fois différent et complexe, dont la vie fut brève puisqu’en 1772, l’ordre grandmontain est officiellement supprimé.

Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, vue par drone du chantier en juillet 2018.

Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, vue par drone du chantier en juillet 2018.

Cl. T. Creissen, Eveha

Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, plan interprétatif 2018.

Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, plan interprétatif 2018.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, vue par drone du chantier en juillet 2018.
Crédits Cl. T. Creissen, Eveha
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, plan interprétatif 2018.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 290-292.

Référence électronique

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25203

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

université de Picardie Jules Verne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

université de Picardie Jules Verne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals