Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Seclin (Nord). Avenue des Marronniers – Hôpital Notre-Dame

Responsable d’opération : Guillaume Lassaunière
p. 294-295

Texte intégral

1Un vaste programme immobilier engagé sur le domaine de l’ancien hôpital Notre-Dame de Seclin a nécessité plusieurs interventions archéologiques dans l’environnement immédiat des bâtiments classés en 1932 au titre des monuments historiques. Les résultats obtenus au cours du diagnostic réalisé en 2017 ont entraîné la prescription de deux opérations de fouilles préventives, menées à bien au cours de l’été 2018. Les investigations archéologiques ont touché six secteurs sensibles sur un peu moins de la moitié de la superficie du domaine qui s’étend sur 5 ha. Le projet d’aménagement prévoyant une requalification des anciennes unités hospitalières en logements, ainsi qu’une restauration des façades des bâtiments classés, une opération d’archéologie du bâti a été engagée conjointement aux opérations de terrain traditionnelles.

2L’hôpital Notre-Dame, fondé au milieu du xiiie s. par Marguerite de Constantinople, compte à l’origine une chapelle, une ferme, les logements des sœurs qui œuvrent auprès des malades et une grande salle de soins. Localisé en plein cœur du marais de Seclin, alimenté par de multiples affluents de la Deûle, dont le lit principal s’écoule à moins d’un kilomètre, le site est drainé durant l’Antiquité. Le Haut-Empire est en effet marqué par le creusement d’importants fossés formant une trame à vocation parcellaire et dans laquelle s’implantent divers bâtiments légers à usage agricole. Ces installations sommaires se situent en bordure d’un grand établissement agricole enclos dont quelques vestiges de la pars rustica ont été mis en évidence. Le site est abandonné à la fin du ive s., suite à un défaut d’entretien des drains qui a provoqué l’immersion progressive des terres agricoles.

3Le Moyen Âge est étonnamment la période la moins bien documentée du site. Ce constat est appuyé par plusieurs facteurs. Tout d’abord, les phases d’agrandissement ou de restauration modernes et contemporaines de l’hôpital ont oblitéré les vestiges les plus anciens, de telle manière que les études du bâti n’ont pas permis de relever de traces remontant à la genèse de l’institution. D’autre part, les investigations menées sur le terrain étaient, soit trop éloignées des bâtiments composant l’hôpital, soit prévoyaient des cotes de terrassement sommaires qui ont limité l’observation des phases de développement les plus anciennes. Seuls deux fossés peu profonds d’orientation SO-NE forment une première délimitation du domaine au sein duquel s’insère un bâtiment dont le plan a été partiellement observé, les maçonneries étant recoupées par les fondations de l’aile principale de l’hôpital au xviie s. De ce premier ensemble bâti, ne se conservent que des lambeaux de sols indurés par un incendie et quelques fragments de céramiques remontant au xiiixive s. Il est à noter que l’axe des fossés médiévaux diverge totalement de celui adopté aujourd’hui par les bâtiments de l’hôpital, mais se rapproche de l’orientation des structures de la ferme, grand ensemble bâti présent sur le flanc septentrional du domaine. Selon les sources, la fondation de l’hôpital Notre-Dame est consécutive à la cession de la part de la comtesse de Flandre d’une manse lui appartenant à Seclin. Les données archéologiques semblent bien accréditer une antériorité de cette ferme vis-à-vis de l’institution hospitalière.

4La séquence chronologique la plus représentative s’étend de manière large entre le xve s. et la seconde moitié du xviiie s. Les secteurs les plus proches des bâtiments, et plus particulièrement à proximité de la ferme et de la poterne d’accès à l’hôpital, ont livré une série de fosses détritiques densément réparties. Tout comme les douves creusées autour et dans le domaine pour canaliser les cours d’eau le sillonnant, leurs comblements ont permis de recueillir une quantité importante de matériel compris entre le xve et le xvie s. Une vingtaine de fosses à carcasses sont également à mentionner à l’extérieur de la cour de la ferme. Près de la chapelle, une petite section de l’ancien cimetière a fait l’objet d’une fouille. Vingt inhumations, d’hommes principalement, ont été étudiées. Aucune trace de maladie n’a été mise en évidence par l’étude pathologique. Les analyses radiocarbone signalent une date d’enfouissement s’échelonnant du début du xve au premier tiers du xviie s.

5Les études du bâti ont confirmé les grandes étapes de développement du site au cours de la période moderne. Le xviie s. est particulièrement bien renseigné, notamment en ce qui concerne les travaux de restauration du logis des sœurs entamés aux alentours de 1635. Les plafonds à la française sont supportés par des poutres aux extrémités ornées par un placage sculpté fixé à la pointe. Plus généralement composé de figures d’accolades simples, les poutres du rez-de-chaussée s’ornent quant à elles de scènes figurées difficilement lisibles car en grande partie bûchées. On peut toutefois reconnaître sur l’une d’elles l’attribut de l’homme sauvage. Un piquetage des enduits muraux internes de l’aile orientale a révélé le pignon du bâtiment administratif et son ornementation typique de la renaissance flamande. Les briques formant le parement sont du même module que celui produit par un four mis au jour au sein du domaine. Ce four à briques de 50 m² est muni de cinq carneaux et l’aire de travail en avant se manifeste par un petit appentis sur poteau. Afin d’améliorer la cuisson des briques, les carneaux ont été bouchés pour éviter les déperditions de chaleur. Au moins deux cuissons ont pu être identifiées grâce aux briques encore en place sur la sole, celle-ci ayant piégé l’empreinte des briques cuites lors d’une première cuisson. Les débris de briques mal ou trop cuites en abondance dans le comblement du four ont permis une datation par thermoluminescence comprise entre 1660 et 1690. Cette période coïncide avec la création des ailes principales de l’hôpital enserrant la salle des malades et le logis des sœurs, antérieurs d’un siècle, et qui délimitent un nouvel espace, désigné durablement sous le terme de cour d’honneur (ensemble construit entre 1659 et 1701). L’activité briquetière et notamment l’extraction de l’argile autorisée par les sœurs dans les jardins de l’hôpital ont particulièrement impacté l’environnement du flanc méridional du domaine, détruisant irrémédiablement les vestiges les plus anciens.

6Au final, les campagnes de fouilles réalisées sur le domaine de l’ancien hôpital Notre-Dame de Seclin ont permis d’étudier en premier lieu une vaste occupation antique en contexte de marais. En ce qui concerne l’institution hospitalière, bien que les données concernant les périodes relatives à sa fondation demeurent liminaires, elles mettent en exergue le développement des espaces extérieurs et leurs utilisations successives durant toute la période moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). Avenue des Marronniers – Hôpital Notre-Dame »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 294-295.

Référence électronique

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). Avenue des Marronniers – Hôpital Notre-Dame » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25217

Haut de page

Auteur

Guillaume Lassaunière

Centre archéologique de Seclin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Lassaunière

Centre archéologique de Seclin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals