Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Tours (Indre-et-Loire). Ancien monastère de Marmoutier

Responsable d’opération : Élisabeth Loran
Notice rédigée avec Thomas Creissen
p. 295

Texte intégral

1En 2018, le travail de terrain a porté sur deux espaces distincts : l’emprise de l’église abbatiale gothique (zone 1) et les terrasses occidentales (zone 6), où se situaient au Moyen Âge la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Dormants et la tour des cloches et où plusieurs chapelles troglodytiques ont été aménagées au xix e s.

2En zone 1, le sondage de 2017 a été agrandi (24 m 2en tout) pour tenter de repérer la façade de l’église romane mais aussi afin de mieux comprendre les niveaux de construction de l’église abbatiale gothique observés l’année dernière. Les fondations de la façade romane n’ont pas pu être identifiées car les découvertes se sont révélées plus riches que prévu. Sous des remblais modernes, deux sépultures ont été mises au jour. Seule l’une d’elles a pu être fouillée (S. 129). Il s’agit d’un individu de sexe masculin âgé de plus de 30 ans. Il est inhumé dans un contenant en bois, tête à l’est. Une seconde sépulture du même type, recoupée par la première, n’a été que partiellement dégagée et documentée faute de temps (S. 130), mais a révélé une même disposition EO, souvent observée pour les prêtres à l’époque moderne, une datation confirmée pour S. 129 par une analyse radiocarbone. Ces sépultures ont recoupé un imposant four à cloche qui a connu au moins deux états successifs. Dans le comblement de ce four, plusieurs fragments de moule(s) à cloche(s), certains présentant un décor, ont été retrouvés. La fouille s’est arrêtée sur un niveau entièrement constitué de ces fragments de moules car ces éléments, fragiles, ne pouvaient être correctement prélevés dans le temps imparti. Ces éléments permettent de se faire une idée des cloches de l’abbatiale gothique. Le four est daté du xiii eou du début du xiv e s.

3Ce sondage a été allongé sous la forme d’une étroite tranchée pour atteindre le mur de façade de l’église abbatiale gothique. Ceci a permis de mettre en évidence l’existence de plusieurs états, le dernier étant contemporain de l’installation de la tribune d’orgue au cours de la période moderne. Par rapport au reste de l’abbatiale, le porche était légèrement surhaussé dès la phase gothique, et l’accès à l’église se faisait par l’intermédiaire d’un escalier de quelques marches. Un autre sondage de 15 m 2a été réalisé à cheval sur le mur gouttereau sud de l’abbatiale gothique. À l’intérieur, un niveau de sol de carreaux a pu être mis en évidence. L’abondant matériel céramique retrouvé permet de le dater des environs de 1300. À l’extérieur, l’élévation du mur gouttereau se poursuit bien en deçà de la côte d’altitude du sol de l’église – plus d’1,50 m en contrebas – et le sol extérieur d’origine n’a pu être atteint. L’église comme l’hôtellerie semblent avoir fonctionné comme des murs de terrasses : toute la partie méridionale de l’abbaye était située en contrebas de la partie nord. À l’époque moderne, alors que de nouveaux bâtiments conventuels sont érigés, la partie méridionale est largement remblayée de manière à obtenir partout une altitude homogène. À cette occasion une galerie voûtée souterraine est construite contre le mur gouttereau sud. Elle était surmontée d’un sol de carreaux partiellement reconnu. Le mobilier archéologique permet de situer ces transformations dans la seconde moitié du xvii e s., c’est-à-dire à l’époque de l’installation des mauristes.

4En zone 6, la fouille de la terrasse inférieure ayant été achevée en 2017, nous avons procédé à des relevés complémentaires utiles à la restitution des volumes en 3D élaborée par Daniel Morleghem et Maxime Chartier. Dix états ont été distingués et modélisés à l’aide du logiciel 3D Blender :

  • l’état originel du coteau avant toute occupation ;
  • trois états du haut Moyen Âge dont deux correspondent à l’oratoire semi-troglodytique dédié à Notre-Dame ;
  • l’état du site au xi e s. lorsque la tour des cloches est bâtie ;
  • deux autres états médiévaux correspondant à la construction de la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Dormants au xii e s. et à des remaniements mineurs aux xiii e- xiv e s. ;
  • les principaux aménagements modernes ( xv e-début du xviii e s.) ;
  • l’état du site en mars 1747, après l’effondrement du coteau ;
  • enfin, l’état du site après la Révolution et avant le rachat de l’abbaye par les sœurs du Sacré-Cœur de Jésus en 1847.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Loran et Thomas Creissen, « Tours (Indre-et-Loire). Ancien monastère de Marmoutier »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 295.

Référence électronique

Élisabeth Loran, Thomas Creissen, « Tours (Indre-et-Loire). Ancien monastère de Marmoutier » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25220

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Loran

Université de Tours

Thomas Creissen

Éveha International

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Élisabeth Loran

Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals