Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 2. – Prospections

Thiron-Gardais (Eure-et-Loire). Abbaye de Tiron

Responsable d’opération : Sheila Bonde et Clark Maines
p. 297-298

Texte intégral

1L’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron était la maison-mère d’un ordre bénédictin réformé qui a compris plus de 150 maisons dépendantes reparties à travers la France et les îles Britanniques. Très peu étudiée et presque méconnue, l’abbatiale, et son chevet en particulier, a fait l’objet d’une série de sondages. En même temps, une campagne de mesures a été entreprise afin d’établir un plan précis de toute l’église, ainsi qu’une campagne de prospection sur la zone des bâtiments claustraux afin d’envisager une future fouille.

2Un plan complet de l’abbatiale vers 1150 a été dressé pour la première fois : une église cruciforme à nef unique, un transept et un chevet plat, flanqué de deux tours ouvertes vers le transept. La tour sud, encore en élévation, a sans doute servi de chapelle en raison de la présence d’une abside sur son rez-de-chaussée (fig.). Des mesures et des observations détaillées ont également permis l’identification de deux phases majeures dans la façade ouest.

3Quatre sondages ont été menés dans l’aire du chevet gothique : trois étaient placés contre les vestiges encore en élévation du chœur roman, dont deux sur le côté sud et un sur le côté nord ; le quatrième était situé sur l’axe présumé du mur terminal du chevet roman et du chœur gothique. Les fondations de cette partie de l’église sont du type « bloc volume ». Composées de blocs de grès roussard en assises irrégulières, liés dans un mortier sableux et rosâtre (comme la plupart de l’église même), ces fondations n’étaient pas profondes, mesurant 1,40 m au sud et 1,70 m au nord. En revanche, ces fondations sont plus profondes que celles de la nef qui ne mesurent que 0,85 m. Dans tous les sondages, les fondations sont posées sur une couche d’argile compacte.

4Les mesures radar de sol ont été effectuées sur le site de l’abbaye par une équipe de l’université de Paris Sud 11 dirigée par Albane Saintenoy. Trois zones ont été prospectées. La première zone est située sur une partie de la pelouse au-dessus des fondations de la cuisine hexagonale représentée sur le plan dressé par dom Hilaire Pinet en 1651. La deuxième zone, un peu plus à l’est, correspond à l’emplacement présumé des latrines et la troisième zone prend place au-dessus de la salle du chapitre indiquée sur le plan Pinet. La première zone a mis en évidence des vestiges que nous interprétons comme trois côtés de la cuisine hexagonale du plan Pinet. La deuxième zone a révélé les traces de trois canalisations différentes et la troisième une surface interprétée comme une partie du sol de la salle capitulaire.

5Toute la stratigraphie dans la zone du chevet roman et gothique a été perturbée lors du démantèlement de cette partie de l’église au début du xixe s. Néanmoins, le matériel mis au jour par les sondages donnait des informations sur la décoration de l’intérieur du monument : carreaux de pavement dont mosaïques carrées, triangulaires etc. (158 tessons) ; monochrome de grande et moyenne taille (11) et bicolores (19). La présence de carreaux en forme de lancette et d’écoinçon conforte l’hypothèse d’une rosace en carreaux vernissés. Plus de 300 tessons de vitrail médiéval et moderne ont été retrouvés, bien que 54 % correspondent à des fragments trop petits pour être identifiés. Pour le reste (140 tessons), 98 % étaient de grisaille et 2 % étaient colorés. Cette relation grisaille/couleur est bien connue chez les cisterciens, mais elle est aussi typique d’autres ordres de la réforme comme les augustins. Très peu de céramique, d’objets métalliques et de pierres sculptées ont été mis au jour. La présence de sept ossements humains suggère que le sanctuaire de l’église a servi de zone d’enterrement.

Plan de l’église abbatiale de Tiron, ca. 1150.

Plan de l’église abbatiale de Tiron, ca. 1150.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan de l’église abbatiale de Tiron, ca. 1150.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sheila Bonde et Clark Maines, « Thiron-Gardais (Eure-et-Loire). Abbaye de Tiron »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 297-298.

Référence électronique

Sheila Bonde, Clark Maines, « Thiron-Gardais (Eure-et-Loire). Abbaye de Tiron » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25237

Haut de page

Auteurs

Sheila Bonde

Université de Brown et de Wesleyan

Articles du même auteur

Clark Maines

Université de Brown et de Wesleyan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Sheila Bonde

Université de Brown et de Wesleyan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Clark Maines

Université de Brown et de Wesleyan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals