Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 3. – Projets collectifs de recherche

Gigny (Jura). Église Saint-Taurin-Saint-Pierre

Responsable d’opération : Christian Sapin
Notice rédigée avec Fabrice Henrion
p. 298-299

Texte intégral

1À la suite de plusieurs campagnes de fouilles et d’étude de bâti, deux sondages pratiqués sur le parvis de l’abbatiale de Gigny-sur-Suran (39) ont permis de retrouver plusieurs maçonneries appartenant à une avant-nef disparue que les recherches antérieures sur le bâti de la façade et une prospection géophysique avaient envisagée. Les structures sont apparues presque immédiatement sous le revêtement de la place ; la stratigraphie des remblais était largement perturbée dans la partie nord par une fosse résultant d’une recherche menée dans les années 1950, dont le souvenir restait présent chez certains habitants de la commune. Curieusement, cette intervention n’avait pas reconnu plus au sud un ensemble de maçonneries constituant le mur gouttereau sud d’un massif occidental. On a pu reconnaître dans celui-ci plusieurs états en plan et en élévation (sur près de deux mètres de haut) avec un pilastre engagé. L’ensemble est établi dans un état primitif pouvant être rattaché à la partie la plus ancienne de la façade de l’église. Dans le mur retrouvé, une porte créée dès l’origine a été élargie dans un second temps avec déplacement vers l’ouest du piédroit occidental. Elle fut bouchée ultérieurement par une maçonnerie perpendiculaire dont la fonction (contrefort ? mur d’un bâtiment accosté à l’avant-nef ?) ne peut être déterminée en l’état. Dans l’angle formé par le mur gouttereau et la façade ont été préservées quelques dalles (niveau 380.57 NGF) et leur lit de pose sableux. Ce sol recouvre des lambeaux d’un premier sol, ou d’une préparation de sol, et la tranchée de construction du mur gouttereau. Son creusement semble respecter la position d’une maçonnerie antérieure installée dans l’argile naturelle. Malgré l’état de conservation médiocre de celle-ci, on reconnaît, par la position des pierres, une mise en œuvre probablement en opus spicatum, avec un mortier de chaux, d’orangé à ocre.

2Le second sondage, implanté dans la partie SO de la place, visait à reconnaître la nature et le plan des structures les plus à l’ouest repérées par la prospection géophysique. Dans ce secteur perturbé par le passage d’un réseau et par la récupération de murs, la fouille s’est limitée à reconnaître la position des maçonneries et leur emprise, à dégager des sols et nettoyer les stratigraphies. La fosse régulière retrouvée à l’ouest correspond manifestement à la façade de l’avant-nef ; seule sa partie nord, en limite de sondage, est préservée avec de la maçonnerie de fondation, mais on suit son emprise plus au sud par son négatif. Plus au sud, une maçonnerie a été installée dans un second temps. Au nord, à un feuilletage de sols se superpose un ensemble de dalles, particulièrement usées en surface, faisant penser à un seuil. La continuité du remblai sous-jacent au-dessus de l’arase visible suppose la présence d’un passage, d’une porte, que les sols antérieurs respectent également.

3En se fondant sur ces découvertes et l’image radar, il est possible de proposer le plan d’une avant-nef de trois travées de 11,30 m de longueur sur 16,50 m de largeur, avec pour hypothèse quatre piliers au centre avec ressaut, et pilastres dans les murs gouttereaux des bas-côtés. Cette structure, et sa maçonnerie proche de la mise en œuvre de l’église elle-même, autour de l’an Mil, attestent des liens maintenus avec l’abbaye de Cluny, et permettent de compléter la réflexion sur la construction et l’usage du modèle d’avant-nef à usage liturgique initié par Cluny.

Gigny (Jura), vue de la prospection radar sur la place de l’église.

Gigny (Jura), vue de la prospection radar sur la place de l’église.

Université de Jussieu, 2003

Gigny, hypothèse de restitution du plan de l’avant-nef.

Gigny, hypothèse de restitution du plan de l’avant-nef.

D’après C. Sapin, G. Fèvre, Cem, 2019

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gigny (Jura), vue de la prospection radar sur la place de l’église.
Crédits Université de Jussieu, 2003
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Gigny, hypothèse de restitution du plan de l’avant-nef.
Crédits D’après C. Sapin, G. Fèvre, Cem, 2019
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 973k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Sapin et Fabrice Henrion, « Gigny (Jura). Église Saint-Taurin-Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 298-299.

Référence électronique

Christian Sapin, Fabrice Henrion, « Gigny (Jura). Église Saint-Taurin-Saint-Pierre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25240

Haut de page

Auteurs

Christian Sapin

CNRS

Articles du même auteur

Fabrice Henrion

Cem Auxerre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christian Sapin

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals