Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2018
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 3. – Projets collectifs de recherche

Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Ancienne abbaye

Responsable d’opération : Andreas Hartmann-Virnich
p. 299-300

Texte intégral

1Soutenus matériellement et institutionnellement par la Drac Occitanie et la ville de Saint-Gilles-du-Gard, les travaux du PCR « AEGIMAIOR » donnent lieu à un suivi régulier du chantier de restauration de l’ensemble du site abbatial. En 2018, poursuivant une dynamique engagée dès 2017 à la suite du projet collectif, l’accompagnement archéologique du chantier de restauration du monument a porté d’une part sur une surveillance des déblaiements entrepris sous l’escalier de la façade et le dallage du parvis jointif, installés respectivement au milieu du xixe et à la fin du xxe s., et d’autre part sur une étude après décroûtage de la façade septentrionale d’un ensemble de maisons surplombant le rez-de-chaussée de l’aile occidentale des bâtiments monastiques romans.

2En été 2018, le démontage de l’escalier installé en 1842-1843 devant la façade occidentale de l’abbatiale, au-dessus d’une voûte en demi-berceau restituée à partir des vestiges d’une construction analogue du xiie s., a mis au jour la large fissure au centre du soubassement de la façade, qui s’était formée dès le début du chantier roman en raison de l’insuffisance des fondations. Atteignant jusqu’à près de 30 cm à sa plus large ouverture, elle confirme l’ampleur des problèmes statiques qui entraînèrent l’abandon du projet initial du portail central dès avant l’achèvement de la façade romane. Le lit d’attente du blocage qui constitue la fourrure et qui comprenait un fragment de sculpture architecturale provenant probablement du prédécesseur de l’édifice actuel, prévoyait la future mise en place du trumeau par un bloc de libage. Le mobilier du remblai sous le dallage de l’entrée principale atteste une réfection de ce dernier au xixe s. avec un prélèvement de matériaux résiduels de la seconde moitié du xviie et du début du xviiie s., effectué peut-être lors de la destruction du perron du milieu du xviie s. et son remplacement en 1842-1843 par l’escalier sur voûte actuel, préparé par d’importants déblaiements au pied de la façade.

3Au printemps de l’année 2017, un décroûtage de la façade sud du bâtiment claustral occidental et de sa surélévation, suivi d’un diagnostic et relevé analytique en vue du cadrage d’un futur projet de réaménagement (A. Hartmann-Virnich, H. Hansen), avait révélé les vestiges du parement en moyen appareil d’un premier étage roman, et ceux d’un troisième niveau attribuable à la fin du xvie ou au courant du xviie s., postérieur sans doute à la sécularisation de l’abbaye en 1538. Si l’étude des élévations est et ouest du même ensemble (V. Ory, A. Hartmann-Virnich) n’a pu constater que la disparition presque complète de l’étage roman du bâtiment, celle de la façade septentrionale, décroûtée en vue de l’analyse (A. Hartmann-Virnich), met en évidence la survivance de plusieurs fragments du parement du xiie s., anciennement altéré en profondeur par un violent incendie et remanié substantiellement à plusieurs reprises au cours des époques moderne et contemporaine par le percement de portes et de fenêtres. L’étude archéologique, plus difficile encore que celle de la façade méridionale, ne peut clarifier le destin changeant de l’édifice en tous points. Des questions subsistent quant à l’identification précise des reprises en sous-œuvre successives et à la datation des transformations individuelles, l’étude a fait ressortir les grandes lignes de l’histoire du monastère, souvent vagues et diffuses dans le détail : au xiie s., la construction d’un bâtiment à étage monumental, entièrement parementé en moyen appareil, termine la création des bâtiments claustraux romans. À peine achevé, le bâtiment est raccourci au nord pour libérer le futur parvis de la grande abbatiale tardo-romane, en ne conservant au-delà de la limite que les premières assises de son mur oriental pour servir d’appui à la substruction de l’escalier de façade. La nouvelle façade septentrionale, dont le parement en moyen appareil est très partiellement conservé dans un état très fragmentaire, subit au plus tard à partir de la sécularisation de 1538 les conséquences de la déchéance de l’ancien monastère. La création d’une prestigieuse porte décorée à l’antique, et la subdivision du volume avec le percement d’une seconde porte, dont le linteau et la corniche bûchés sont dépourvus de toute trace d’une modénature datable, marquent les premières étapes d’une transformation en habitation individuelle, tandis que l’aire claustrale en contrebas est convertie en un espace semi-public avec un accès du parvis de l’église désormais collégiale, remplacé en 1755 par un portail monumental. Le coup de grâce donné au statut moyennement cossu de ces deux premières demeures jointives fut probablement la conséquence de la vente des biens nationaux en 1791, avec un remodelage successif de l’ensemble des portes d’accès et des fenêtres, tant au rez-de-parvis qu’à l’étage, et l’ajout d’un second étage avec façade en pierre de taille. Abstraction faite de ce dernier niveau, la qualité dégressive de ces interventions dont la première, la création d’une porte avec linteau en plate-bande à clef sculptée, accusait encore une modeste volonté de représentation, marque les dernières étapes d’une déchéance retardée, pendant quelques décennies peut-être, par la création vers le début du xxe s. d’un magasin dont la vitrine lambrissée se détachait sur l’enduit grisâtre d’une façade sans autre embellissement.

4Depuis le début de l’année 2019, une étude des élévations jusqu’alors inaccessibles dans l’interstice entre les bâtiments claustraux ouest et sud, révèle de nouveaux restes de l’état initial et de ses nombreuses transformations.

Saint-Gilles-du-Gard, ancienne abbaye, façade nord de l’ancien bâtiment claustral occidental : vestiges du parement roman.

Saint-Gilles-du-Gard, ancienne abbaye, façade nord de l’ancien bâtiment claustral occidental : vestiges du parement roman.

A. Hartmann-Virnich, orthophotographie D. Nouzeran, 2018

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Gilles-du-Gard, ancienne abbaye, façade nord de l’ancien bâtiment claustral occidental : vestiges du parement roman.
Crédits A. Hartmann-Virnich, orthophotographie D. Nouzeran, 2018
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Ancienne abbaye »Archéologie médiévale, 49 | 2019, 299-300.

Référence électronique

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Ancienne abbaye » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 49 | 2019, mis en ligne le 03 février 2020, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25244

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals