Navigation – Plan du site

AccueilDossiers thématiquesToitures et matériaux de couvertu...2020L’importation de tuiles anglaises...

2020

L’importation de tuiles anglaises du Somerset en Bretagne au xixe siècle : un réexamen après 40 ans de recherches

The importation of English tiles from Somerset into Brittany during the 19th century: a new review of research revisited 40 years later
Der Import von Dachziegeln britischer Manufaktur aus Somerset in die Bretagne im 19. Jahrhundert: eine Neubewertung 40 Jahre alter Forschungen
Michael Batt

Résumés

Des prospections de terrain menées au début des années 1980 avaient montré que des quantités importantes de tuiles, fabriquées principalement par Colthurst, Symons & Co. Ltd, à Bridgwater (Somerset, Angleterre), ont été importées dans le nord de la Bretagne pendant la deuxième moitié du xixe et au début du xxe siècle. Ces couvertures en terre cuite, situées chronologiquement entre l’utilisation du chaume et celle, aujourd’hui omniprésente, de l’ardoise, révèlent un commerce transmanche de marchandises qui a aussi laissé quelques traces dans les archives. À la suite de ces observations des années 1980 concernant la présence de tuiles anglaises en Bretagne, il nous avait paru important de publier les résultats d’une enquête approfondie de terrain. 40 ans après, un réexamen semble à l’ordre du jour, et ce d’autant plus que les vestiges en place se raréfient : cet article reprend un certain nombre de données tout en apportant des mises à jour, des compléments d’information inédites issue de recherches supplémentaires aux Archives des Côtes-d’Armor à Saint-Brieuc, les annonces dans la presse locale et de nouvelles références bibliographiques. Des recherches complémentaires concernant le port de Bridgwater et le fonctionnement des tuileries ont été réalisées par le musée des briques et tuiles de Bridgwater.

Haut de page

Texte intégral

Nos remerciements s’adressent à Brian Murless de la Somerset Industrial Archaeology Society, aux membres du Bridgwater and District Archaeology Society, au Musée de briques et de tuiles de Somerset à Bridgwater pour des informations complémentaires concernant le port de Bridgwater et le fonctionnement des tuileries. Merci en particulier à Jean-Claude Fossey du Craham – Centre Michel de Boüard (UMR 6273 CNRS/Unicaen) pour les mises à jour des figures 1 et 2, et à Graeme Kirkham du Cornwall Archaeological Society pour ses recherches concernant le fabriquant Colthurst, Symons & Co.

Les matériaux de couverture en Bretagne

  • 1 Prigent et Levasseur 2003.
  • 2 Dessin de la maison dite « Caillot » à Lézardrieux, 1870. http://patrimoine.region-bretagne.fr/ger (...)
  • 3 Bonnemère 1856, p. 392-398.
  • 4 Hugueney 1950.
  • 5 Meirion-Jones 1982, p. 66-67 (qui ne cite pas précisément ses sources, des recherches complémentai (...)
  • 6 Delumeau 1969, p. 477.

1Le chaume est généralement considéré comme le matériau de couverture « traditionnel » de la Bretagne. Des bâtiments appartenant à l’architecture vernaculaire couverts de chaume figurent sur les cartes postales « pittoresques » de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, mais également sur des tableaux d’artistes comme Paul Gauguin (« Ferme au Pouldou », 1890) et Paul Sérusier (« La barrière fleurie », 1889). Des artistes locaux moins connus, comme Louis-Marie Faudacq1, dessinent des maisons et des logis couverts de paille de seigle2. Le déclin du chaume au xixe siècle est lié à la mécanisation accrue des exploitations agricoles et à l’introduction de batteuses qui abîment la paille et la rendent impropre à l’utilisation en couverture. D’autres facteurs contribuent, à partir du milieu du xixe siècle, à la disparition du chaume : les compagnies d’assurances, soucieuses de réduire le nombre de sinistres dus aux incendies, contraignent à utiliser des matériaux non inflammables. Des incitations officielles3 à remplacer le chaume par d’autres matériaux sont émises, dans l’objectif d’améliorer les conditions d’habitation et la qualité de vie, ainsi que l’attestent les activités et les recommandations des comités d’hygiène4. Si l’ardoise était probablement utilisée depuis longtemps en milieu urbain, sur les bâtiments élitaires et sur les édifices religieux, un tournant a lieu au milieu du xixe siècle lorsque l’ardoise connaît une forte progression de son utilisation en dehors des zones urbaines. Les recensements de population de 1856 et de 1861 dans les Côtes-d’Armor, qui mentionnent la nature des matériaux, notamment le type de couverture utilisé, illustrent bien cette mutation et la forte diminution du nombre de maisons couvertes en chaume. Le recensement de 1856 montre que sur un total de 144 227 maisons, 81 023 étaient protégées par du chaume contre 63 299 par de l’ardoise. À Callac par exemple, en 1856, 413 maisons étaient couvertes de chaume et 208 d’ardoise. En 1861, dans la même commune, les chiffres sont inversés, avec 223 et 385 respectivement5. À la fin de la première guerre mondiale, le chaume avait été complètement supplanté par l’ardoise d’Angers dans de nombreuses zones comme le Finistère, tandis que, dans d’autres, en particulier dans le centre-ouest Bretagne, le chaume ou l’ardoise lourde issue des petites carrières locales étaient encore de rigueur. Bien que l’ardoise soit exploitée en Bretagne, une bonne partie de celles observables aujourd’hui sur les toitures bretonnes proviennent de l’extérieur de la province. Avant l’arrivée du chemin de fer, c’est par le transport fluvial (canal de Nantes à Brest) ou maritime qu’est assurée la diffusion de l’ardoise d’Anjou de qualité supérieure. Mais ce sont les voies ferrées qui assurent, dans la période comprise entre 1850 et 1914, la transformation d’un paysage rural où la majorité des bâtiments autrefois couverts des toitures de chaume se voient remplacés par des ardoises : la grande ligne Rennes – Guingamp – Brest existait déjà avant 1880, la ligne secondaire jusqu’à Lannion dès 1890, la ligne à voie étroite Guingamp-Paimpol avant 1900 et celles de Tréguier-Lannion et de Tréguier-Guingamp dès 19146.

  • 7 Meirion-Jones 1982, p. 65.
  • 8 Communication de Laurent Beuchet et Vincent Bernard lors du workshop tenu à Caen en 2017 sur les t (...)

2D’autres matériaux de couverture sont également répertoriés en Bretagne. Des essentes ou bardeaux, en bois de chêne ou de châtaignier7, étaient utilisés : des dépendances couvertes à l’aide de ces matériaux sont encore visibles autour de Fougères. Il y a tout lieu de présumer que ce matériau a pu être employé régulièrement pour les toits des grands bâtiments médiévaux. Leur utilisation à Rennes a, par exemple, été confirmée lors des fouilles à l’emplacement de la future station de métro place Saint-Germain8.

  • 9 Voir aussi la communication de Paul Lagarrigue au workshop tenu à Caen en 2017.
  • 10 Banéat 1929, vol. 3, p. 417.
  • 11 Banéat 1911, p. 13.
  • 12 Le mobilier issu des fouilles menées dans les années 1980 aux Portes Mordelaises (Batt 1982 et Cha (...)

3Quant aux tuiles, leur utilisation en Bretagne est fort mal documentée9. Ainsi, l’historien Paul Banéat note que Saint-Grégoire s’appelait autrefois « la Ville Rouge », une appellation fondée seulement sur des « on-dit » de l’époque et qu’il attribue, sans véritable certitude, à une origine gallo-romaine10. Deux autres explications sont toutefois envisageables. Dans une zone où les maisons sont entièrement bâties en torchis, la couleur naturelle de la terre donnait parfois aux bâtiments une teinte brun-rougeâtre ; mais la terre à Saint-Grégoire n’est pas particulièrement rouge, et il n’y a rien qui permette de distinguer ce village des communes voisines dont la plupart des bâtiments présentent les mêmes caractéristiques. La deuxième éventualité est que l’appellation soit assez tardive et qu’elle résulte de l’usage répandu de la tuile du Somerset comme matériau de couverture au xixe siècle. On peut suggérer que des tuiles que Banéat pensait anciennes au début du xxe siècle étaient en réalité très récentes. Banéat signale également le fait qu’au Moyen Âge, la ville de Rennes était connue sous le nom de Civitas rubra,« la ville rouge » ; en l’occurrence cette appellation, bien antérieure à l’emploi de tuiles rouges, renvoie, selon lui, à l’utilisation de grandes quantités de briques dans la construction de l’enceinte antique de la ville au Bas-Empire11. Quoi qu’il en soit, il reste possible que, dès une haute époque, des tuiles rouges aient été utilisées comme matériau de couverture à Rennes et que le souvenir de leur emploi ait disparu. Il est certain que des tuiles étaient encore en usage récemment, car on en a trouvé quelques fragments dans des contextes des xviiie et xixe siècles lors des fouilles des Portes Mordelaises pendant les années 198012.

  • 13 Paris, BnF, fr. 26013, n° 1853 : un charretier livre des tuiles de Landéan à Saint-James de Beuvro (...)

4On ignore l’aire de diffusion des tuiles produites dès la fin du Moyen Âge à Landéan (Ille-et-Vilaine)13. Des tuiles étaient encore employées au xixe siècle à Josselin (Morbihan), ainsi que le figure le vitrail de Saint-Michel dans l’église paroissiale, représentant l’une de ses rues, aux toits apparemment en tuiles rouges. Ni l’artiste ni la date du vitrail ne sont connus, mais il y a toutes les chances pour qu’il soit de la deuxième moitié du xixe siècle. Nous ignorons tout autant si les tuiles de Josselin étaient d’origine locale ou importées d’Angleterre. Il ne fait guère de doute, cependant, que ces couvertures en tuiles à Josselin représentent une phase antérieure à l’usage général de l’ardoise dans cette ville.

  • 14 Le Theic 2014, p. 31-41.
  • 15 Meirion-Jones 1982, p. 67-68.
  • 16 Meirion-Jones 1982, p. 62-68.

5Mais c’est surtout à l’époque contemporaine que les tuiles se répandent dans toute la Bretagne. Des tuiles mécaniques de fabrication française datant du xxe siècle sont partout présentes, bien qu’on ne les voie à présent que sur une minorité de bâtiments et surtout en milieu urbain. Des tuiles plates de provenance locale sont visibles sporadiquement dans les cinq départements, et, dans certaines régions, vers le Coglais, Combourg et Tinténiac, elles sont tout à fait courantes, ayant été fabriquées à la tuilerie de Québriac jusqu’en 185814. On fabriquait des tuiles mécaniques, pour ne citer que quelques exemples, à Landerneau (Finistère), à Saint-Avé et à Baden (Morbihan), Saint-Ilan à Langueux (Côtes-d’Armor), à Saint-Méen et aux étangs d’Apigné près de Rennes (Ille-et-Vilaine). Au sud de la Loire, dans la zone caractérisée par les toits à faible pente et à fermes à poinçon15, les tuiles « romaines », connues localement sous les noms de « tiges de bottes » ou de « tuiles creuses », sont répandues et apparaissent comme de tradition très ancienne et d’origine méridionale16.

  • 17 Vallaux 1906, p. 136.
  • 18 Les prospections ont été menées par l’auteur entre 1980 et 1983.

6Enfin, concernant les tuiles anglaises qui nous intéressent plus spécifiquement ici et que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer, leur présence dans le nord de la Bretagne est mentionnée pour la première fois au début du xxe siècle par le géographe Camille Vallaux qui indique qu’en Bretagne occidentale, la pierre et l’ardoise étaient alors la « norme », à l’exception du Lannionais et du Trégorrois, où la tuile servait de matériau de couverture et la brique de matériau de construction. L’une et l’autre étaient importées de Bridgwater dans le Somerset via Tréguier17. L’intérêt de la présence de tuiles du Somerset en Bretagne nous a paru, au début des années 1980, justifier une enquête approfondie. Des prospections ont été menées de manière à établir sur le terrain la distribution des tuiles du Somerset et à transcrire les résultats à l’aide de carrés de 10 km de côté (fig. 1)18.

Fig. 1 Zone de diffusion des tuiles de Somerset en Bretagne et en Loire-Atlantique.

Fig. 1 Zone de diffusion des tuiles de Somerset en Bretagne et en Loire-Atlantique.

Del. Edward Olivier, redessiné en 2019 par Jean-Claude Fossey, Craham

  • 19 Observations par l’auteur, octobre 1984.
  • 20 Observations par l’auteur, octobre 1984.
  • 21 Communication personnelle faite à Gwyn Meirion-Jones par Mme Margaret Finliason, le 6 novembre 198 (...)
  • 22 Communication personnelle faite à l’auteur par Kenneth Barton en août 2017.

7Le nombre de bâtiments ainsi couverts suggère des importations massives. La carte montre une grande diffusion dans les communes septentrionales des Côtes-d’Armor, dans les zones côtières autour de Lannion, Tréguier, Lézardrieux et Paimpol. Toutes les communes côtières de Pordic, Paimpol à Plougasnou, et aussi à Morlaix (Finistère) sans exception comportent des exemples, ainsi que la plupart des communes du Trégorrois, les témoins les plus méridionaux se trouvant dans la périphérie de Guingamp. L’unique témoin identifié pendant les années 1980 dans le port de Morlaix a aujourd’hui disparu. Des exemplaires excentrés de tuiles du Somerset ont en outre été découverts près de Broons dans les Côtes-d’Armor septentrionales ainsi que dans la commune de Saint-Grégoire (quatre exemples identifiés en 1983), immédiatement au nord de Rennes en Ille-et-Vilaine. Aucune autre localité n’a fourni jusqu’à présent d’exemples de tuiles de Bridgwater. Des recherches intensives sur le terrain, autour de Saint-Malo – où l’on pourrait s’attendre à en trouver – et de Dinan, n’ont rien donné. Des tuiles de Bridgwater ont, toutefois, été découvertes à Guernesey19 et on en signale également à Jersey20, où elles se rencontrent non seulement sur les toits mais aussi dans les fouilles21. Cependant, ces dernières ne sont pas toujours bien datées stratigraphiquement. On rencontre dans les îles Anglo-Normandes des tuiles de versant et de faîtage glaçurées et estampillées. Elles étaient probablement importées de la presqu’île du Cotentin avant ou pendant le xixe siècle22. Aucune tuile d’origine anglaise n’est connue actuellement dans la région d’Avranches et de Granville (Manche), bien que ces deux ports aient été approvisionnés en charbon du pays de Galles, commerce étroitement associé à celui des tuiles anglaises comme on va le voir.

Bridgwater : un important centre de production de tuiles et de briques

8L’histoire économique, industrielle et commerciale de Bridgwater est intimement liée à la rivière Parrett, qui était un axe important entre l’intérieur du comté de Somerset et l’estuaire du canal de Bristol (fig. 2).

Fig. 2 L’emplacement de la ville de Bridgwater sur un axe important entre l’intérieur du comté de Somerset et l’estuaire du canal de Bristol

Fig. 2 L’emplacement de la ville de Bridgwater sur un axe important entre l’intérieur du comté de Somerset et l’estuaire du canal de Bristol

D’après Body et Gallop 2015, p. 69, redessiné par Jean-Claude Fossey, Craham

  • 23 Body, Gallop 2015, p. 31-51.
  • 24 Body, Gallop 2015, p. 131-137.
  • 25 Body, Gallop 2015, p. 24-30.

9Situé à environ 23 km de la mer, au premier endroit où la rivière était suffisamment étroite pour placer un pont permanent – le premier étant mentionné au xiiie siècle –, le port de Bridgwater était sujet aux aléas des marées de fort coefficient avec un marnage d’environ 12 m. Outre leurs contacts avec les autres ports du canal de Bristol, les marchands de Bridgwater étaient impliqués dans le commerce transmanche avec l’envoi de marchandises vers le continent, en particulier la France. Le port a également fonctionné comme lieu de transbordement pour l’envoi de marchandises importées vers l’intérieur des terres. Si, avant le xvie siècle, l’accès était limité à des bateaux de petite taille23, on constate une augmentation des activités aux xviie et xviiie siècles et surtout au xixe siècle, des améliorations portuaires permettant à des bateaux de plus fort tonnage de monter la Parrett jusqu’à Bridgwater. C’est vers 1880 que le port enregistre son maximum d’activité24, suivi par un déclin progressif au début du xxe siècle du fait de la concurrence du chemin de fer. Le port de Bridgwater reste très actif pendant le xixe siècle, non seulement avec une augmentation du nombre de bateaux, mais aussi avec toutes les activités associées au fonctionnement du port, notamment la construction navale. À partir des années 1820, la paix avec la France permet une lente reprise du commerce maritime. De plus en plus, le charbon du pays de Galles commence à transiter par le port, vers des villes de l’intérieur telles que Taunton, à la suite des augmentations de la production des mines et de la forte industrialisation de l’Angleterre. Toutes sortes de marchandises transitent dans les deux sens par le port, céréales, sel, bois, bétail, etc., malgré la concurrence de plus en plus forte des chemins de fer. De chaque côté de la Parrett, les nombreuses briqueteries et tuileries exportent de plus en plus leurs produits en particulier vers le pays de Galles, l’Irlande et l’Écosse25.

  • 26 Cunliffe 1966, Godwin 1943 et 1955, Ussher 1908.
  • 27 Coleman-Smith 1988, p. 73-97.
  • 28 Bailey 1988, p. 115.
  • 29 Dawson, Kent 2007, p. 95-112.

10La fabrication de briques et de tuiles est attestée dans le Somerset depuis le xviie siècle. Les fabricants utilisent des matières premières comme le calcaire, le grès et des argiles, tous disponibles sur place. Sur la côte de l’estuaire du canal de Bristol, les argiles issues des dépôts d’origine marine et alluviale datant, d’après les données géologiques et archéologiques, de la fin de l’Antiquité tardive26, étaient une matière première idéale pour la fabrication de briques et de tuiles. Au début, dans le Somerset, les fours étaient très rudimentaires (type en meule), commele montre l'exemple du xiiie siècle de Donyatt27 situés à 25 kilomètres au sud-est de Bridgwater. La production était facilement déplaçable, en installant ce type de four à proximité des gisements de matière première. Le bois servant de combustible était disponible localement. Au xviie siècle, il y avait ainsi beaucoup de briqueteries dans le Somerset, comme celle de Grays Almshouses, East Street, Taunton au sud de Bridgwater, mentionnée en 163528. À partir du xviiie siècle, les structures de cuisson précaires ont été progressivement remplacées par des structures plus permanentes avec des ateliers de production, dont un très bon exemple a été étudié à Dunster29, proches des carrières d’argile, ce qui a permis aux fabricants de briques et de tuiles de répondre, pendant les années 1840 à 1850, aux besoins croissants de l’économie de la révolution industrielle.

  • 30 Archives du Somerset, DD/RN, S/47.
  • 31 Robson’s commercial directory of London and the western counties, Londres, 1839, p. 63 et 67 ; A g (...)
  • 32 Harrison, Harrod & Co.’s Bristol Post-Office directory and gazetteer, Londres, 1859, p. 751.
  • 33 Kelly ’s Post Office directory of Somersetshire with the City of Bristol, Londres, 1861, p. 291.
  • 34 The Post Office directory of Somerset and Bristol, Londres, 1866, p. 299.
  • 35 Archives du Somerset, DD/FA 8, 10941; 19135; 72458; 81533.
  • 36 Archives du Somerset, DD/FA 7, 34119.
  • 37 Informations fournies à l’auteur en janvier 2019 par le Bridgwater Brick and Tile Museum. Les fabr (...)

11Au milieu du xixe siècle, l’industrie de briques et de tuiles du Somerset était ainsi bien établie et prospère, avec au moins 250 fabricants recensés dans le comté. Concernant plus spécifiquement Bridgwater, la première référence à la fabrication de briques (et peut-être de tuiles) date de 1776, quand Edward Sealy est autorisé à extraire de l’argile pour faire des briques30. Dès le milieu du xixe siècle, cette production (briques et tuiles) prend une ampleur industrielle. Vers la fin des années 1830, plusieurs fabriques étaient en activité et inscrites aux registres de commerce31 : John Browne & Co., Burnell, Ford and Sealy. Quant à la fabrique Symons & Co. de Castle Street32, apparue en 1859, elle était connue vers 1861 sous le nom de Colthurst, Symons & Co., « fabricants de toutes variétés de briques et de poteries – y compris briques à nettoyer et à récurer –, négociants et armateurs »33. En 1866, les fabricants sont à nouveau qualifiés de « négociants et armateurs »34. De fait, des membres de la famille Symons sont abondamment cités comme armateurs ou co-armateurs durant le xixe siècle et il ne fait pas de doute qu’ils étaient propriétaires de navires et négociants non spécialisés avant d’acquérir des intérêts dans le commerce de la terre cuite architecturale35. Le patronyme Colthurst figure également parmi les propriétaires de navires36 et il est probable que cette famille s’associa, pour des raisons commerciales, avec les Symons qui étaient propriétaires de carrières d’argile, près de la rivière Parrett37.

  • 38 Ussher 1908, p. 95.

12La présence d’argile est en effet à l’origine de l’implantation de cette industrie sur les rives de la rivière Parrett : le matériau employé dans les briqueteries de Bridgwater est une argile alluviale, les marnes de Keuper étant seulement employées comme adjuvant. Les principales briqueteries étaient situées à Dunwear, Castle Field, près de Chilton Trinity, au sud de Pawlet, et près de Combwich. Avant l’ère industrielle, la couche superficielle ayant été enlevée manuellement, les trois premières profondeurs de fer de bêche (environ 90 cm) étaient mises de côté et les six suivantes servaient pour les tuiles. Ces six couches (environ 180 cm) d’argile bleue (niveau du Keuper), mélangées aux trois premières, servaient à la fabrication de briques ordinaires38.

  • 39 Tuiles en terre cuite, faites à la main, de réputation mondiale, Catalogue des Productions Colthur (...)

13Les tuiles « romaines doubles », en terre, sont rouge « brique » après cuisson à l’extérieur, de teinte légèrement plus claire face intérieure ; on observe des variations de couleur liées à la cuisson et à la position des tuiles dans le four. Elles sont toutes faites à la main avec un moule en bois, et sont caractéristiques de la production de Bridgwater. Fabriquées par Colthurst, Symons & Co. – leur inventeur étant William Symons, l’un des fondateurs de la firme –, elles furent exportées dans diverses parties du monde39, notamment en Bretagne (fig. 1). Chaque tuile mesure environ (les variations sont peu importantes) 41,5 cm sur 34 cm et son épaisseur varie de 1,5 cm au sommet à 1 cm à la base avec peu d’écarts. Leurs dimensions restent stables (et leurs pois variable entre 3,5 kg et 3,6 kg) jusqu’à la cessation de production par Colthurst-Symons pendant les années 1970. Elles présentent deux cannelures et, sur le côté gauche, un rebord dont l’épaisseur passe de 0,5 cm au sommet à environ 2 cm à la base. La bordure supérieure comporte deux crochets ou talons, sous lesquels sont percés deux trous de fixation (fig. 3 et 4). Ces crochets adhèrent au bord supérieur des lattes, sur lesquelles les tuiles sont fixées à l’aide de clous en cuivre.

Fig. 3 La tuile « double-romaine » de Colthurst, Symons & Co.

Fig. 3 La tuile « double-romaine » de Colthurst, Symons & Co.

Del. Mavis Teed, d’après Batt et Meirion-Jones 1984, p. 70

Fig. 4 Tuile double-romaine (double roman tile). Modèle produit par Colthurst, Symons & Co. Ltd entre 1859 et 1975.

Fig. 4 Tuile double-romaine (double roman tile). Modèle produit par Colthurst, Symons & Co. Ltd entre 1859 et 1975.

Cl. Graeme Kirkham, 2019

  • 40 Informations fournies à G. I. Meirion-Jones en 1984 par Monsieur R. L. Nicholson, conservateur de (...)
  • 41 Joint Stock Returns for 1885, Londres, Hansard, 1886, p. 27.
  • 42 Murless 2000.

14Les productions de Bridgwater sont systématiquement marquées de l’estampille de la firme, qui évolue avec le temps. Les exemples connus en Bretagne comportent la tête barbichue et laurée de « Napoléon III empereur » en empereur romain, ainsi que l’inscription « Colthurst, Symons & Co. Ltd., Bridgwater ». L’incorporation du portrait de Napoléon III remonte à 1867 et commémore l’obtention d’une médaille d’or, ornée d’un portrait similaire, à l’Exposition de Paris de cette même année40. Il s’ensuit que les tuiles portant cette estampille sont postérieures à 1867. Par ailleurs, la compagnie ne fut enregistrée pour la première fois sous ce nom de « Colthurst, Symons & Co. Ltd. » que le 15 avril 1885, étant connue officiellement avant cette date simplement sous le nom de Symons & Co41. Il y a toutefois de nombreuses références à Colthurst, Symons & Co. avant 1885 et il semblerait que la firme ait été connue sous ce nom avant cette date. Nous avons dit plus haut que la compagnie était ainsi désignée dans un annuaire local de 1861. Cependant, il est raisonnable de penser que Co Ltd. (Company Limited) ne figura sur l’estampille qu’après 1885, voire peut-être plus tard, les anciennes estampilles continuant à être utilisées42.

La diffusion des productions de Bridgwater

  • 43 Archives du Somerset, DD/RSS 1863 ; 1864 ; 1873 ; 1880 ; 1890.

15La firme Symons diffusait ses briques et ses tuiles tout le long des côtes des îles Britanniques, ainsi que l’atteste l’examen des livres de bord de l’époque43. De fait, les navires de la compagnie, goélettes et caiches (voiliers construits en bois et jaugeant jusqu’à 100 tonneaux) (fig. 5), semblent s’être livrés au transport de toutes sortes de marchandises, et en particulier de charbon. Nombre de bateaux étaient bien plus petits, il est courant de rencontrer des navires jaugeant une cinquantaine ou une soixantaine de tonneaux.

Fig. 5 Bridgwater, Somerset - le Port. En arrière-plan les tuileries de Barham Brothers (aujourd’hui le Somerset Brick and Tile Museum).

Fig. 5 Bridgwater, Somerset - le Port. En arrière-plan les tuileries de Barham Brothers (aujourd’hui le Somerset Brick and Tile Museum).

Carte postale 1900-1910

  • 44 Archives du Somerset, DD/RSS 1863 : 10913 ; 10923 ; 10936.
  • 45 Archives du Somerset, DD/RSS 1873 : 19279 ; 1888 : 19279.
  • 46 Archives du Somerset, DD/RSS 1863 : 10875 ; 10935 ; 11025 ; 42891 ; 1880: 67230.
  • 47 Voir aussi le site d’Arthon-en-Retz, Orefici et Nauleau 2019.
  • 48 Mc Culloch 1840, p. 66.
  • 49 Daniel 1843, p. 27-28.
  • 50 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 P 174.
  • 51 Un certain John Champion a fabriqué des briques à Jersey à l’époque qui nous intéresse.
  • 52 Barton 2003, p. 279 et 281, fig. 124, n° 7.

16Le détail des cargaisons n’est pas précisé en règle générale, mais on trouve mention, de temps à autre, de charbon, de poussière de charbon, de bois de soutènement, de farine de froment, de briques et de tuiles44. Les navires de la compagnie fréquentaient les ports situés de chaque côté du canal de Bristol, de même que les ports de la mer d’Irlande et, plus rarement, les ports le long des côtes est et sud45. Les ports français sont plus rarement cités, mais Saint-Brieuc, Saint-Malo, Granville, Cherbourg, Caen, Le Havre, Rouen et Dunkerque furent tous abordés à un moment ou à un autre par ces navires46. En dehors de Saint-Brieuc et de Saint-Malo, aucun port breton n’est mentionné. Nous ne disposons que du témoignage du géographe Camille Vallaux (cf. supra) concernant l’importation de tuiles, vers 1900, via Tréguier. De nombreuses archives portuaires ont purement et simplement disparu. Nous avions proposé en 1984 l’hypothèse que les navires français se chargeaient en grande partie de ces importations, transportant au retour de leurs visites outre-Manche une cargaison avec peut-être des tuiles en guise de lest. L’utilisation de matériaux de construction comme lest est très courante47, sa revente au port d’arrivée pourrait être rentable48. Sur les côtes anglaises, la récupération de sable et de pierres comme lest était très contrôlée49, de plus l’achat de lest « jetable » était cher. Une première recherche dans les registres d’entrées et de sorties des navires du bureau des douanes de Paimpol, en particulier les inscriptions sommaires des bateaux « Entrée des navires rendent [sic] de l’étranger entre 1872 et 1891 », indique clairement que des navires français ont été largement impliqués dans l’importation des tuiles de Bridgwater50. Pour cette période, et en prenant l’exemple du port de Paimpol, ce ne sont pas des bateaux immatriculés au Royaume-Uni qui importent la plupart des tuiles, briques et charbon. Il faut également noter que des cargaisons composées uniquement de briques ont été importées via Paimpol depuis Jersey (par des bateaux battant pavillon britannique) où se trouvait une briqueterie à cette époque51, tout comme à Guernesey52. Les registres des douanes de Paimpol (fig. 6 et 7) et les annonces de presse dans le Journal de Paimpol (fig. 8) attestent que les tuiles formaient tout ou partie de la cargaison, l’autre partie correspondant à du charbon importé en Bretagne pour alimenter les foyers domestiques, les usines à gaz, les centrales thermiques et les locomotives à vapeur.

Fig. 6 Extrait du registre des douanes de Paimpol, 1874. Navires rendent (sic) de l’étranger.

Fig. 6 Extrait du registre des douanes de Paimpol, 1874. Navires rendent (sic) de l’étranger.

Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 P art 174

Fig. 7 Détail de l’extrait du registre des douanes de Paimpol, 1874, mentionnant la cargaison de tuiles et de ciment.

Fig. 7 Détail de l’extrait du registre des douanes de Paimpol, 1874, mentionnant la cargaison de tuiles et de ciment.

Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 P art 174

Fig. 8 Extrait du « Journal de Paimpol – Mouvement du port de Tréguier – 14 au 20 Septembre 1877 », mention du retour du bateau « Francine » de Bridgwater avec un chargement de tuiles.

Fig. 8 Extrait du « Journal de Paimpol – Mouvement du port de Tréguier – 14 au 20 Septembre 1877 », mention du retour du bateau « Francine » de Bridgwater avec un chargement de tuiles.

Arch. dép. Côtes-d’Armor, FRAD022_4M12R1_046

  • 53 Griffiths 2011.

17À l’aller, on aurait transporté des bois de soutènement pour les mines et des primeurs (fig. 9) en grande quantité afin de fournir une population en pleine croissance dans des zones fortement industrialisées du Royaume-Uni, en l’occurrence, les zones minières du sud du pays de Galles53. Malgré nombre de mentions de briques dans les cargaisons des bateaux arrivant à Paimpol, aucune portant le nom d’un fabricant de Bridgwater ou de Jersey n’a encore été identifiée en Bretagne. Ceci est sans doute dû à la difficulté d’identification des briques encore en place dans une construction tant qu’elles ne sont pas mises au jour à l’occasion d’une démolition ou d’une rénovation.

Fig. 9 Perros-Guirrec (Côtes-d’Armor), chargement de pommes de terre.

Fig. 9 Perros-Guirrec (Côtes-d’Armor), chargement de pommes de terre.

Source : sallevirtuelle.cotesdarmor.fr/inventaire/perros-guirrec

18Il est difficile d’être plus précis. Reste que les observations de terrain montrent que de grandes quantités de tuiles fabriquées par Colthurst, Symons & Co. Ltd. (fig. 10) furent importées dans les Côtes-d’Armor septentrionales. Aucun comptage n’a été réalisé lors des prospections de terrain pendant les années 1980, mais il était estimé qu’il y avait des centaines de maisons couvertes de tuiles de Bridgwater, c’est-à-dire que des milliers d’exemplaires ont été importés.

19Depuis les prospections menées pendant les années 1980, on peut ajouter le nom d’un autre fabricant de tuiles « doubles romaines » de Bridgwater, John Browne & Co. Des exemples de leurs productions, identiques au niveau forme et de taille, ont été identifiés sur un bâtiment du bourg de l’île de Bréhat. Les tuiles « doubles-romaines » de Browne & Co (fig. 11) reconnaissable par l’estampille qui porte la tête profilée de la reine Victoria et les lettres « VR », semblent pour l’instant être moins répandues que celles de Colthurst & Co.

Fig. 10 Marque du fabriquant Colthurst, Symons Co. montrant l’incorporation du portrait de Napoléon III qui remonte à 1867 et commémore l’obtention d’une médaille d’or, ornée d’un portrait similaire, à l’Exposition de Paris de cette même année.

Fig. 10 Marque du fabriquant Colthurst, Symons Co. montrant l’incorporation du portrait de Napoléon III qui remonte à 1867 et commémore l’obtention d’une médaille d’or, ornée d’un portrait similaire, à l’Exposition de Paris de cette même année.

Cl. Michael Batt

Fig. 11 Marque du fabriquant - Browne & Co – à noter la tête profilée de la reine Victoria et les lettres « VR ».

Fig. 11 Marque du fabriquant - Browne & Co – à noter la tête profilée de la reine Victoria et les lettres « VR ».

Cl. Brian Murless

20Les travaux menés par le service régional de l’inventaire et les services du patrimoine des Côtes-d’Armor ont quant à eux fourni des informations précieuses concernant la fonction des bâtiments couverts par les tuiles de Bridgwater (fig. 12).

Fig. 12 Lézardrieux (Côtes-d’Armor), Kermouster, dépendance avec des tuiles de Bridgwater.

Fig. 12 Lézardrieux (Côtes-d’Armor), Kermouster, dépendance avec des tuiles de Bridgwater.

Cl. Michael Batt 2019

21Aujourd’hui, la plupart des bâtiments couverts de tuiles anglaises sont des petites maisons d’une à deux pièces (fig. 13 et 14) ou des dépendances (fig. 15). Il est plus rare de voir ces tuiles sur des maisons de « standing » (fig. 16) dont la plupart ont vu leur couverture refaite récemment en ardoise d’Angers. De manière générale, on peut souligner que depuis l’enquête des années 1980, beaucoup de bâtiments couverts de tuiles ont été rénovés et couverts ardoises d’Angers ou d’Espagne.

Fig. 13 Lézardrieux (Côtes-d’Armor), rue de la Libération, maison avec des tuiles de Bridgwater.

Fig. 13 Lézardrieux (Côtes-d’Armor), rue de la Libération, maison avec des tuiles de Bridgwater.

Cl. Graeme Kirkham 2019

Fig. 14 La Roche-Derrien (Côtes-d’Armor), logis à pièce unique avec des tuiles de Bridgwater.

Fig. 14 La Roche-Derrien (Côtes-d’Armor), logis à pièce unique avec des tuiles de Bridgwater.

Cl. Michael Batt 1979

Fig. 15 Pordic (Côtes-d’Armor), la Ville-Jégu, fournil avec tuiles de Bridgwater.

Fig. 15 Pordic (Côtes-d’Armor), la Ville-Jégu, fournil avec tuiles de Bridgwater.

Conseil général des Côtes-d’Armor, cl. Patrick Pichouron — source inventaire régional dossier IA22012954.

Fig. 16 Saint Grégoire (Ille-et-Vilaine), les Fosses, manoir (xvie siècle) et dépendances avec des tuiles de Bridgwater.

Fig. 16 Saint Grégoire (Ille-et-Vilaine), les Fosses, manoir (xvie siècle) et dépendances avec des tuiles de Bridgwater.

Cl. Guy Artur, Service de l’Inventaire du Patrimoine culturel © Région Bretagne — source dossier IA35014216 réalisé en 2001.

Le contexte économique de l’importation

  • 54 Pour l’instant, faute de recherches, le coût des « doubles romaines » à l’époque qui nous intéress (...)
  • 55 Daniel 1843.

22La présence de nombreuses tuiles anglaises indique clairement que leur importation se fit sur une longue période et que leur prix était assez bas54 pour qu’elles puissent concurrencer efficacement à la fois les productions locales et les ardoises d’Anjou. Il se peut également que les fabricants locaux n’arrivaient pas à fournir les quantités requises pour refaire en dur les couvertures, comme le recommandaient si fortement les compagnies d’assurance du xixe siècle. De plus, l’utilisation des tuiles comme lest pour les bateaux rendait ce produit très bon marché, raison pour laquelle on le retrouve essentiellement sur des bâtiments modestes. D’une manière générale, l’achat de tuiles comme lest (revendable) était plus intéressant que celui du sable ou de la pierre, car l’achat de ces matières était très réglementé et payant dans certains ports en Grande-Bretagne55. Si l’existence de tuiles dans les régions côtières de la Bretagne du Nord est quelque peu surprenante, la présence d’isolats à l’intérieur des terres l’est encore plus. Les tuiles observées près de Rennes ont peut-être été importées via Saint-Malo – où l’usine à gaz comme la centrale thermique étaient autrefois alimentées en charbon provenant du sud du pays de Galles – avant d’être transportées en péniche vers le sud par le canal de l’Ille-et-Rance qui traverse la commune de Saint-Grégoire. On peut également envisager leur transport vers le sud par rail. Le cas isolé (qui mérite d’être réexaminé) de la commune de Broons, dans les Côtes-d’Armor, s’explique peut-être par un acheminement via le chemin de fer depuis Lannion.

23Quoi qu’il en soit, il est important de mettre en contexte la situation politique et commerciale de la Grande-Bretagne et de la France à la fin des guerres napoléoniennes. Cette période de paix a en effet rendu possible un renouvellement du commerce maritime entre les deux rives de la Manche.

  • 56 Cadier 1989.
  • 57 Le Feuvre 2012.

24La France – et en particulier la Bretagne – avait déjà des liens commerciaux bien établis au nord de la Manche. Depuis le xvie siècle, le charbon du pays de Galles était exporté vers la Bretagne sur une petite échelle, même si le trafic était régulièrement interrompu par les fréquentes dégradations des relations politiques anglo-françaises56. À partir des années 1850, les besoins français en charbon de terre explosent pour répondre à l’industrialisation et au développement du réseau ferroviaire, que les mines de l’est et du nord ne sont pas en mesure de fournir ni en quantité ni en qualité. Pendant la deuxième moitié du xixe siècle, des navires bretons vont chercher le charbon gallois nécessaire à l’industrie française, ouvrant en même temps des débouchés à l’agriculture bretonne (en particulier des pommes de terre et des primeurs) et à l’industrie du bois (poteaux destinés aux mines du pays de Galles qui connaissaient un développement remarquable)57. En 1860, un accord douanier franco-britannique facilite les exportations de charbon du pays de Galles. De nouveaux marchés et des échanges se développent entre des ports de la façade atlantique et la Manche, depuis Cardiff, Newport, Port Talbot, Barry et d’autres ports plus modestes du canal de Bristol. Le trafic se développe avec le transport de charbon gallois par des caboteurs bretons vers les petits ports de Pontrieux, Lézardrieux, Tréguier, Perros-Guirec, Paimpol (fig. 17) et le Legué. En 1857, près de 70 navires de Pontrieux sont armés pour le cabotage contre 25 pour la pêche. Les ports plus importants sur la Manche comme Brest, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Granville, Cherbourg et Le Havre et sur la côte atlantique, Lorient, Saint-Nazaire, Nantes, La Rochelle et Bordeaux pouvaient profiter des cargos à vapeurs, car ces ports étaient mieux équipés pour l’affrètement.

Fig. 17 Un sloop de cabotage déchargeant du charbon gallois au port de Paimpol- Photo prise entre 1900 et 1914.

Fig. 17 Un sloop de cabotage déchargeant du charbon gallois au port de Paimpol- Photo prise entre 1900 et 1914.

Source : www.histoiremaritimedebretagnenord.fr/activitésmaritimes/cabotage/#ancre7

Conclusion

  • 58 Murless 2000.

25L’importation en Bretagne du Nord de tuiles du Somerset au xixe siècle témoigne de la perpétuation de rapports commerciaux et culturels millénaires entre les deux rives de la Manche. La croissance industrielle de la période 1850-1914 favorisa les échanges entre le Somerset, producteur de charbon et de tuiles, et les ports bretons, d’où étaient exportés les produits locaux issus de l’agriculture et des forêts (envoi de poteaux pour les mines de charbon). Quant à la production de terres cuites architecturales de Bridgwater, elle résista longtemps à la mécanisation jusque dans les années 1960, souffrant cependant de la concurrence des productions françaises et belges, mécanisées après 1918. Ce refus de mécanisation fut le principal facteur de la mort de cette industrie58.

26Les recherches en archives supplémentaires se poursuivent, en particulier aux archives de Somerset, afin d’identifier avec plus de précision les fréquentations des bateaux bretons dans le port de Bridgwater. Beaucoup de bateaux bretons semblent avoir réalisé le voyage aller avec un chargement (légumes ou poteaux de mines) en destination d’un port du pays de Galles, le voyage de retour effectué avec un chargement de charbon de terre. Parfois, un bateau rentre après avoir acquis des tuiles, briques et/ou du ciment à Bridgwater.

27Les retours de bateaux via Bridgwater représentent-ils des « commandes » de matériaux de construction ou sont-ils des chargements « opportunistes », par exemple, un chargement de charbon échangé contre un lot de tuiles ou de briques ? Ce type d'échange serait plausible car les fours des fabricants de Bridgwater ont été alimentés par du charbon.

  • 59 Arch. dép. Côtes-d'Armor. FRAD022_4M18R7_171.

28Les mentions dans la presse locale de voyages directs entre la Bretagne et Bridgwater sont très rares, seul un aller-retour est indiqué en 1878 par deux bateaux, « Anna » et « Jules » (fig. 18). Ces deux bateaux quittent Paimpol entre le 1er et le 8 juin 1878 et retournent à Paimpol dans la semaine du 6 au 13 juillet 1878. « Anna » rentre directement, après presque un mois d'absence ; en revanche « Jules » décharge une cargaison de tuiles à Lannion pendant la semaine du 15 au 22 juin 187859.

Fig. 18 a « Journal de Paimpol – Mouvement du port de Paimpol – 1 au 8 juin 1878 ». Mention de la sortie des bateaux « Jules » et « Anna » sous lest en direction de Bridgwater.

Fig. 18 a « Journal de Paimpol – Mouvement du port de Paimpol – 1 au 8 juin 1878 ». Mention de la sortie des bateaux « Jules » et « Anna » sous lest en direction de Bridgwater.

Arch. dép. Côtes-d’Armor, FRAD022_4M12R1_128

Fig. 18 b « Journal de Paimpol – Mouvement du port de Paimpol – 6 au 13 juillet 1878 ». Le bateau « Jules » est de retour dans la même semaine (sous lest), ayant déchargé sa cargaison de tuiles à Lannion entre le 15 et le 26 juin 1878. À noter que « Jules » quitte Lannion pendant la semaine du 6 au 13 juillet 1878, peut-être après une période de relâche.

Fig. 18 b « Journal de Paimpol – Mouvement du port de Paimpol – 6 au 13 juillet 1878 ». Le bateau « Jules » est de retour dans la même semaine (sous lest), ayant déchargé sa cargaison de tuiles à Lannion entre le 15 et le 26 juin 1878. À noter que « Jules » quitte Lannion pendant la semaine du 6 au 13 juillet 1878, peut-être après une période de relâche.

Arch. dép. Côtes-d’Armor, FRAD022_4M18R7_173

29Reste la question des prix payés par les Bretons pour des tuiles, briques et ciment à Bridgwater – pour l’instant aucune recherche méthodique ne semble avoir été réalisée dans les archives du Somerset. D’autres questions concernent la vente et la distribution des tuiles à leur arrivée en Bretagne. La vente est-elle libre sur les quais des principaux ports ou les tuiles représentent-elles le paiement de marchandises exportées outre-Manche ? Seules des recherches complémentaires pourront répondre à ces questions.

Haut de page

Bibliographie

Banéat P.

1911, Le vieux Rennes, Rennes, Libraire générale J. Plihon et L. Hommay.

1929, Le département d’Ille-et-Vilaine : histoire, archéologie, monuments, t. III, Rennes, Librairie moderne J. Larcher, 4 vol.

Barton K. J.

2003, The archaeology of Castle Cornet, St Peter Port, Guernsey, Guernsey Museums and Galleries.

Batt M.

1982, Portes Mordelaises, Rennes, fouille de sauvetage, DRAC/Musée de Bretagne.

Batt M. et Meirion-Jones G. I.

1984, « L’importation et la diffusion des tuiles anglaises du Somerset en Bretagne : premiers résultats d’enquête », Architecture Vernaculaire, t. VIII, p. 67-73.

1985, « The Distribution of Somerset Roof-Tiles in Brittany : a Provisional Assessment », Vernacular Architecture, vol. 16, p. 20-24.

Bailey B.

1988, Almshouses, Londres, Robert Hale.

Body G. et Gallop R.

2015, Any Muddy Bottom. A History of Somerset’s Waterbourne Trade, Stroud, The History Press Ltd.

Bonnemère E.

1856, Histoire des Paysans, depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours, 1200-1850, t. 2, Paris, Chamerot.

Cadier G.

1989, « Les conséquences du traité de 1860 sur les échanges franco-britanniques », dans Crouzet F. (dir.), Le négoce international, xiiie-xxe siècle, Paris, Éditions Economica, Collection économies et sociétés contemporaines, 252 p.

Champagne F.

1988, Rennes, Portes Mordelaises - sondages archéologiques, rapport de fouille de 1987, DRAC Bretagne.

Coleman-Smith R., Pearson T.

1988, Excavations in the Donyatt Potteries, Chichester, Phillimore & Co. Ltd.

Cunliffe, B.W.

1966, « The Somerset Levels in the Roman Period », dans Thomas C. (éd.), Rural Settlement in Roman Britain, Londres, Council for British Archaeology Research Report, n° 7, p. 68-72.

Daniel J.

1843, The Charges on Vessels, British and Foreign, at all the Ports, Sub-ports, and Creeks of Great Britain and Ireland, Aberdeen, John Clyne.

Dawson, D., Kent, O.

2007, « Animated Prospect’ - An 18th – century Kiln at ‘the Pottery House in the Old Park’, Dunster, Somerset, » dans Finch J. Giles K.,(dir.), Estate Landscapes : Design, Improvement and Power in the Post-Medieval Landscape, actes du colloque sur “Estate Landscapes” (avril 2003), organisé par The Society for Post-Medieval Archaeology, Woodbridge, Bodwell Press.

Delumeau J.

1969, Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat.

Esnault E.

2018, Portes Mordelaises – Fouille programmée pluriannuelle, rapport intermédiaire, Inrap.

Godwin H.,

1943, « Coastal Peat Beds of the British Isles and North Sea: Presidential Adress to the British Ecological Society », Journal of Ecology, vol. XXXI, n2, p. 199-247.

1955, « Botanical and Geological History of the Somerset Levels », Proceedings of the British Association for the Advancement of Science, vol. XII, n° 47, p. 319-322.

Griffiths G., 2011

« Quand les ports gallois étaient au cœur de l’activité portuaire de Nantes et Saint-Nazaire », présentation orale au colloque Bretagne-Pays de Galles au cœur de l’Arc atlantique, Saint-Nazaire, 8 octobre 2011.

Hugueney J.

1950, « Un centenaire oublié. La première loi française d’urbanisme, le 13 avril 1850 », Vie urbaine, no 58, p. 241-249.

Le Feuvre P.

2012, « L’Armorique, une région d’échanges commerciaux entre la péninsule Ibérique et les îles Britanniques », intervention lors du colloque européen ATLANTERRA : Valorisation du Patrimoine minier, Nantes, 18 et 19 septembre 2012.

Le Theic M.

2014, « Indices d’activités tuilières aux xviiie et xixe s. à Québriac (35) », Dossiers du Centre régional d’archéologie d’Alet, n° 42.

Mc Culloch J.-R.

1840, A Dictionary Practical, Theoretical and Historical of Commerce and Commercial Navigation, Philadelphia, Thomas Wardle.

Meirion-Jones G. I.

1982, The Vernacular Architecture of Brittany, Édimbourg, John Donald Publishers Ltd.

Murless B. J.

1991, « Bridgwater Brickmaking Tradition », British Brick Society, Information 54, Decembre 1991, p. 4-9.

2000, « Somerset Brick and Tile Manufacturers – a brief History and Gazetter », Somerset Industrial Archaeological Society Survey, n° 13, 54 p.

Orefici L. et Nauleau J.-F.

2019, « Les tuileries d’Arthon (Chaumes-en-Retz, Loire-Atlantique) : un site majeur à découvrir », dans F. Thuillier, Les terres cuites architecturales en France du Moyen Âge à l’époque contemporaine : recherches sur les tuileries et les productions tuilières, Dremil-Lafage, Éditions Mergoil, p. 299-334.

Prigent G. et Levasseur O.

2003, Faudacq, Rennes, Apogée.

Ussher W. A. E.

1908, The Geology of the Quantock Hills and of Taunton and Bridgwater: Explanation of one-inch Geological Sheet 295, Londres, HMSO (Her Majesty’s Stationery Office), Memoirs of the Geological Survey, England and Wales.

Vallaux C.

1906, La basse Bretagne : étude de géographie humaine, Paris, É. Cornely & Cie.

Haut de page

Notes

1 Prigent et Levasseur 2003.

2 Dessin de la maison dite « Caillot » à Lézardrieux, 1870. http://patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/illustration/ivr5320092206486nucb/42fb4be4-872f-4f12-b4e2-eab1f94c4b6b.

3 Bonnemère 1856, p. 392-398.

4 Hugueney 1950.

5 Meirion-Jones 1982, p. 66-67 (qui ne cite pas précisément ses sources, des recherches complémentaires seront nécessaires à ce sujet afin de savoir si tout le département est concerné).

6 Delumeau 1969, p. 477.

7 Meirion-Jones 1982, p. 65.

8 Communication de Laurent Beuchet et Vincent Bernard lors du workshop tenu à Caen en 2017 sur les toitures et matériaux de couverture.

9 Voir aussi la communication de Paul Lagarrigue au workshop tenu à Caen en 2017.

10 Banéat 1929, vol. 3, p. 417.

11 Banéat 1911, p. 13.

12 Le mobilier issu des fouilles menées dans les années 1980 aux Portes Mordelaises (Batt 1982 et Champagne 1988) mérite d’être réexaminé à la lumière des fouilles plus récentes à Rennes en particulier aux Portes Mordelaises (Esnault 2018).

13 Paris, BnF, fr. 26013, n° 1853 : un charretier livre des tuiles de Landéan à Saint-James de Beuvron (Manche) en 1377.

14 Le Theic 2014, p. 31-41.

15 Meirion-Jones 1982, p. 67-68.

16 Meirion-Jones 1982, p. 62-68.

17 Vallaux 1906, p. 136.

18 Les prospections ont été menées par l’auteur entre 1980 et 1983.

19 Observations par l’auteur, octobre 1984.

20 Observations par l’auteur, octobre 1984.

21 Communication personnelle faite à Gwyn Meirion-Jones par Mme Margaret Finliason, le 6 novembre 1984.

22 Communication personnelle faite à l’auteur par Kenneth Barton en août 2017.

23 Body, Gallop 2015, p. 31-51.

24 Body, Gallop 2015, p. 131-137.

25 Body, Gallop 2015, p. 24-30.

26 Cunliffe 1966, Godwin 1943 et 1955, Ussher 1908.

27 Coleman-Smith 1988, p. 73-97.

28 Bailey 1988, p. 115.

29 Dawson, Kent 2007, p. 95-112.

30 Archives du Somerset, DD/RN, S/47.

31 Robson’s commercial directory of London and the western counties, Londres, 1839, p. 63 et 67 ; A general directory for the County of Somerset, Taunton, 1840.

32 Harrison, Harrod & Co.’s Bristol Post-Office directory and gazetteer, Londres, 1859, p. 751.

33 Kelly ’s Post Office directory of Somersetshire with the City of Bristol, Londres, 1861, p. 291.

34 The Post Office directory of Somerset and Bristol, Londres, 1866, p. 299.

35 Archives du Somerset, DD/FA 8, 10941; 19135; 72458; 81533.

36 Archives du Somerset, DD/FA 7, 34119.

37 Informations fournies à l’auteur en janvier 2019 par le Bridgwater Brick and Tile Museum. Les fabricants étaient, sauf quelques exceptions, propriétaires de leurs propres carrières d’argile.

38 Ussher 1908, p. 95.

39 Tuiles en terre cuite, faites à la main, de réputation mondiale, Catalogue des Productions Colthurst, Symons & Co. Ltd., sans date (postérieur à 1845).

40 Informations fournies à G. I. Meirion-Jones en 1984 par Monsieur R. L. Nicholson, conservateur de lAdmiral Blake Museum à Bridgwater.

41 Joint Stock Returns for 1885, Londres, Hansard, 1886, p. 27.

42 Murless 2000.

43 Archives du Somerset, DD/RSS 1863 ; 1864 ; 1873 ; 1880 ; 1890.

44 Archives du Somerset, DD/RSS 1863 : 10913 ; 10923 ; 10936.

45 Archives du Somerset, DD/RSS 1873 : 19279 ; 1888 : 19279.

46 Archives du Somerset, DD/RSS 1863 : 10875 ; 10935 ; 11025 ; 42891 ; 1880: 67230.

47 Voir aussi le site d’Arthon-en-Retz, Orefici et Nauleau 2019.

48 Mc Culloch 1840, p. 66.

49 Daniel 1843, p. 27-28.

50 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 P 174.

51 Un certain John Champion a fabriqué des briques à Jersey à l’époque qui nous intéresse.

52 Barton 2003, p. 279 et 281, fig. 124, n° 7.

53 Griffiths 2011.

54 Pour l’instant, faute de recherches, le coût des « doubles romaines » à l’époque qui nous intéresse est inconnu – en revanche, à titre indicatif, en 1896 un lot de 100 tuiles « flamandes » a été vendu par le fabricant Major de Bridgwater pour 4 shillings et 6 pence (environ 25 centimes d’euro aujourd’hui) voir Murless 1991, p. 8, fig. 4.

55 Daniel 1843.

56 Cadier 1989.

57 Le Feuvre 2012.

58 Murless 2000.

59 Arch. dép. Côtes-d'Armor. FRAD022_4M18R7_171.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Zone de diffusion des tuiles de Somerset en Bretagne et en Loire-Atlantique.
Crédits Del. Edward Olivier, redessiné en 2019 par Jean-Claude Fossey, Craham
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Fig. 2 L’emplacement de la ville de Bridgwater sur un axe important entre l’intérieur du comté de Somerset et l’estuaire du canal de Bristol
Crédits D’après Body et Gallop 2015, p. 69, redessiné par Jean-Claude Fossey, Craham
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Fig. 3 La tuile « double-romaine » de Colthurst, Symons & Co.
Crédits Del. Mavis Teed, d’après Batt et Meirion-Jones 1984, p. 70
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 4 Tuile double-romaine (double roman tile). Modèle produit par Colthurst, Symons & Co. Ltd entre 1859 et 1975.
Crédits Cl. Graeme Kirkham, 2019
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 5 Bridgwater, Somerset - le Port. En arrière-plan les tuileries de Barham Brothers (aujourd’hui le Somerset Brick and Tile Museum).
Crédits Carte postale 1900-1910
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 6 Extrait du registre des douanes de Paimpol, 1874. Navires rendent (sic) de l’étranger.
Crédits Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 P art 174
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 7 Détail de l’extrait du registre des douanes de Paimpol, 1874, mentionnant la cargaison de tuiles et de ciment.
Crédits Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5 P art 174
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 8 Extrait du « Journal de Paimpol – Mouvement du port de Tréguier – 14 au 20 Septembre 1877 », mention du retour du bateau « Francine » de Bridgwater avec un chargement de tuiles.
Crédits Arch. dép. Côtes-d’Armor, FRAD022_4M12R1_046
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 9 Perros-Guirrec (Côtes-d’Armor), chargement de pommes de terre.
Crédits Source : sallevirtuelle.cotesdarmor.fr/inventaire/perros-guirrec
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 10 Marque du fabriquant Colthurst, Symons Co. montrant l’incorporation du portrait de Napoléon III qui remonte à 1867 et commémore l’obtention d’une médaille d’or, ornée d’un portrait similaire, à l’Exposition de Paris de cette même année.
Crédits Cl. Michael Batt
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Fig. 11 Marque du fabriquant - Browne & Co – à noter la tête profilée de la reine Victoria et les lettres « VR ».
Crédits Cl. Brian Murless
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 12 Lézardrieux (Côtes-d’Armor), Kermouster, dépendance avec des tuiles de Bridgwater.
Crédits Cl. Michael Batt 2019
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Titre Fig. 13 Lézardrieux (Côtes-d’Armor), rue de la Libération, maison avec des tuiles de Bridgwater.
Crédits Cl. Graeme Kirkham 2019
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 950k
Titre Fig. 14 La Roche-Derrien (Côtes-d’Armor), logis à pièce unique avec des tuiles de Bridgwater.
Crédits Cl. Michael Batt 1979
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 15 Pordic (Côtes-d’Armor), la Ville-Jégu, fournil avec tuiles de Bridgwater.
Crédits Conseil général des Côtes-d’Armor, cl. Patrick Pichouron — source inventaire régional dossier IA22012954.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 16 Saint Grégoire (Ille-et-Vilaine), les Fosses, manoir (xvie siècle) et dépendances avec des tuiles de Bridgwater.
Crédits Cl. Guy Artur, Service de l’Inventaire du Patrimoine culturel © Région Bretagne — source dossier IA35014216 réalisé en 2001.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Titre Fig. 17 Un sloop de cabotage déchargeant du charbon gallois au port de Paimpol- Photo prise entre 1900 et 1914.
Crédits Source : www.histoiremaritimedebretagnenord.fr/activitésmaritimes/cabotage/#ancre7
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Fig. 18 a « Journal de Paimpol – Mouvement du port de Paimpol – 1 au 8 juin 1878 ». Mention de la sortie des bateaux « Jules » et « Anna » sous lest en direction de Bridgwater.
Crédits Arch. dép. Côtes-d’Armor, FRAD022_4M12R1_128
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 18 b « Journal de Paimpol – Mouvement du port de Paimpol – 6 au 13 juillet 1878 ». Le bateau « Jules » est de retour dans la même semaine (sous lest), ayant déchargé sa cargaison de tuiles à Lannion entre le 15 et le 26 juin 1878. À noter que « Jules » quitte Lannion pendant la semaine du 6 au 13 juillet 1878, peut-être après une période de relâche.
Crédits Arch. dép. Côtes-d’Armor, FRAD022_4M18R7_173
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25831/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Batt, « L’importation de tuiles anglaises du Somerset en Bretagne au xixe siècle : un réexamen après 40 ans de recherches »Archéologie médiévale [En ligne], Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25831 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25831

Haut de page

Auteur

Michael Batt

Chercheur associé au CRAHAM – UMR 6273

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search