Navigation – Plan du site

AccueilDossiers thématiquesToitures et matériaux de couvertu...2020Le choix des matériaux de ...

2020

Le choix des matériaux de couverture : l’exemple des édifices religieux normands du xiie au xviiie siècle

The choice of roofing materials: example of Norman church buildings from the 12th to 18th century
Die Auswahl der Dachdeckmaterialien: Beispiel der normannischen Kirchengebäude vom 12. bis 18. Jahrhundert
Adrien Dubois et Jean-Baptiste Vincent

Résumés

En 1965, Michel de Boüard avait proposé, dans une réflexion novatrice sur les « matériaux de couverture utilisés en Normandie au Moyen Âge », de voir dans la vallée de la Dives une sorte de frontière naturelle à l’ouest de laquelle l’ardoise aurait connu la préférence des bâtisseurs les plus fortunés tandis que, pour des raisons géologiques, l’est aurait longtemps dû se contenter de la tuile. Cependant, il soulignait l’étrangeté de certaines toitures composites et, dans certains cas, l’absence de corrélation entre le caractère élitaire d’un bâtiment et son mode de couverture. En s’appuyant sur certaines études plus récentes, et plus particulièrement pour les établissements religieux, on tente ici de montrer la multiplicité des critères à prendre en compte pour comprendre les choix effectués.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aumard et al. 2016.
  • 2 Boüard 1965, p. 436.
  • 3 Ibid., p. 422-423.
  • 4 Lardin 2004, p. 139 et Boüard 1965, p. 422. Voir aussi Fajal 2004, p. 193 : « Si l (...)
  • 5 Bernouis, Dufournier et Lecherbonnier 2006, p. 21.
  • 6 Boüard 1965, respectivement p. 432 et p. 434.

1Malgré l’importance des toitures dans les paysages, les difficultés que présente leur restitution à un moment précis de l’histoire d’un monument découragent quelque peu les recherches. La première de ces difficultés, abordées par ailleurs dans ce dossier, concerne la chronologie. Les typochronologies, pour les matériaux qui se prêtent à l’exercice – comme les tuiles étudiées par l’équipe du Centre d’études médiévales d’Auxerre (Cem)1 –, sont encore loin d’être établies pour chaque région. Ce sont parfois même les chronologies d’utilisation d’un type de matériau au détriment d’un autre qui restent floues, les découvertes récentes amenant à relativiser un certain déterminisme géographique, en partie fondé sur les sources écrites, qui a longtemps prévalu dans l’historiographie. L’exemple de la Normandie est à ce sujet particulièrement intéressant. En 1965, Michel de Boüard, qui espérait déjà que « les matériaux de couverture – tuiles et ardoises, du moins –, qui se conservent bien en terre, deviendr[aie]nt pour l’archéologue, à l’instar de la céramique, des “fossiles directeurs” »2, esquissait prudemment une partition délimitée par la Dives : à l’ouest, les fragments de tuile indiqueraient généralement « un niveau d’occupation postérieur au Moyen Âge », tandis qu’à l’est, la tuile aurait été préférée à l’ardoise, « beaucoup plus rare qu’en Normandie occidentale », dès le xiiie siècle3. Il soulignait cependant en parallèle les longues distances que parcourent parfois les matériaux, ce transport augmentant sensiblement leur prix. Près de quarante ans plus tard, Philippe Lardin confirmait plusieurs de ces impressions, dans une étude consacrée plus spécifiquement à la Normandie orientale à la fin du Moyen Âge, qui mettait en évidence une utilisation assez rare de l’ardoise en Normandie orientale avant le xve siècle du fait du coût des transports, puisqu’elle était importée des environs de Caen, des Ardennes, de Bretagne, d’Angleterre et bien sûr d’Angers4. En 2006, Philippe Bernouis, Daniel Dufournier et Yannick Lecherbonnier, en s’appuyant sur une cartographie des tuileries et des ardoisières du département du Calvados du xive au xxe siècle, achevaient de démontrer l’importance de la « frontière » marquée par la vallée de la Dives dans un déterminisme géologique dont ils notaient cependant qu’il « n’a rien d’universel »5. Il reste néanmoins difficile de se représenter les effets concrets des évolutions constatées sur des temps longs. Michel de Boüard constatait ainsi qu’à la fin du Moyen Âge, « non seulement le matériau n’est pas toujours adéquat à la qualité du bâtiment qu’il couvre, mais il est dans bien des cas très impropre à la fonction qu’on lui affecte », et remarquait le nombre important de documents mentionnant « des toitures couvertes de plusieurs matériaux disparates »6. Ces toitures composites étaient-elles justement le résultat de modes, de considérations techniques, esthétiques ou économiques ?

2Si Michel de Boüard avait surtout utilisé les archives de la chambre des comptes, qui se rapportent essentiellement à des bâtiments royaux, l’étude de Philippe Lardin concernait uniquement la Normandie orientale. Il semble donc encore nécessaire d’éclaircir la question, en particulier en Normandie occidentale. L’ampleur du sujet amène à réduire le propos ici aux édifices religieux, qui présentent cet intérêt de bénéficier d’une documentation assez riche et d’être bien répartis sur l’ensemble du territoire – ce qui permet de réexaminer la question du déterminisme géographique –, avec des disparités importantes, qu’il s’agisse de leurs finances comme de leur proximité par rapport aux matériaux. Il faut cependant garder à l’esprit que l’importance symbolique de ces édifices conduit probablement à les couvrir avec un soin qui n’est certainement pas apporté à l’ensemble des habitats ruraux, où la couverture végétale doit dominer. Par ailleurs, si ces bâtiments sont étudiables sur le temps long, les sources écrites et iconographiques nous informent évidemment beaucoup plus sur le bas Moyen Âge et l’époque moderne que sur le Moyen Âge central. Enfin, il ne saurait bien entendu s’agir ici de prétendre à une étude exhaustive des toitures des édifices religieux normands, mais bien davantage d’utiliser certains exemples récemment étudiés pour aborder les questions de production et de diffusion et tenter de comprendre comment, sur des édifices supposés prestigieux, l’on en vient à utiliser des matériaux de couverture « impropres » à leur fonction.

1. Les sources matérielles

  • 7 Dans les maçonneries du déambulatoire de la cathédrale, Épaud 2007, p. 125.
  • 8 Ibid., p. 127.
  • 9 Ibid., p. 129.

3Il pourrait paraître illusoire de tenter de retrouver, surtout dans une région qui a eu à souffrir de la seconde guerre mondiale, des témoins des couvertures médiévales et modernes, d’autant que la démocratisation de l’ardoise d’Angers a considérablement modifié le paysage à l’époque contemporaine. Pourtant, des matériaux anciens se trouvent encore parfois remployés dans les couvertures actuelles ou dans les combles. Les travaux de Frédéric Épaud lui ont ainsi permis de constater l’usage de schistes-ardoisiers verts du nord Cotentin à Bayeux7 ou de la tuile vernissée à Lisieux8, ou encore de tables de plomb dans la cathédrale de Rouen9 (fig. 1).

Fig. 1 Carte actuelle de la Normandie avec localisation des monuments (cathédrales, églises, abbayes, prieurés et châteaux) mentionnés dans cet article.

Fig. 1 Carte actuelle de la Normandie             avec localisation des monuments (cathédrales, églises, abbayes, prieurés et châteaux) mentionnés dans cet article.

DAO. J.-C. Fossey et J.-.B. Vincent

  • 10 Arch. dép. Calvados, 3 B 633-1.
  • 11 Arch. dép. Calvados, 3 B 633-1. Dans les deux occurrences, il semble que le mo (...)
  • 12 Aumard 2007, p. 9 – fig. 1.
  • 13 BnF, fr. 26025, n° 1650. Marie-Anne Moulin a relevé un exemple comparable à Argentan : M (...)
  • 14 Arch. dép. Calvados, H 438.
  • 15 Certains édifices, tels que l’abbaye de Lessay, étaient couverts de lauze (Leloup 2011, (...)
  • 16 Pour un exemple de remploi d’essente à Pont-Audemer au début du xve siècle, voir BnF, fr (...)

4Si la pratique du remploi (hormis pour le plomb dont le remploi implique la fonte) permet donc de retrouver des matériaux anciens, l’ancienneté d’une charpente n’autorise toutefois pas à présager celle de la toiture. Les visites de l’époque moderne donnent de nombreux exemples de couvertures à refaire tandis que la charpente est encore jugée satisfaisante. En 1734, la chapelle Saint-André de l’abbaye cistercienne de Saint-André-en-Gouffern est couverte d’une charpente en bon état alors que la « couverture est usée par vetusté et est necessaire de faire une recha[rche] sur le restant de ladite couverture10 ». La longévité semble dépendre des éléments de fixation (chevilles en bois et/ou clous) et du support (lattis ou voligeage) ; dans la chapelle précitée, « il est necessaire de fournir et placer cinquante six contrelatte de chascun vingt trois pieds de longueur sur trois poulce de largeur et deux d’epaisseur comme aussy refaire une rechar[ch]e sur le restant de ladite couverture11 ». Il est par conséquent impossible de dénombrer les reprises effectuées sur une toiture. L’identification de différentes phases pour les couvertures en tuile pourrait être envisageable lorsque les couvreurs n’ont remplacé que les éléments défectueux, du fait de l’évolution des types de module, mais la prudence reste de mise. La restauration nécessite parfois de découvrir l’édifice12, ce qui n’interdit aucunement le remploi des tuiles saines pour les insérer avec de nouveaux matériaux ; seulement, l’éventuelle répartition spatiale des éléments remployés nous échappe en grande partie. À Falaise en 1391, les couvreurs ont « descouvert et mis a terre la tieulle qui estoit sur la vieille cuisine du tinel du chastel de Faloize, laquelle cuisine estoit commenchié a cheoir par pourreture, laquelle tieulle a esté remploié sur la chappelle du chastel et ailleurs en icellui ou mestier estoit13 ». On constate le même effort de récupération à l’abbaye d’Ardenne en 1689 où « il falloit, pour mettre les choses en estat, tout descouvrir et relater tout de neuf et […] fournir la latte, le clou et la tuille en faisant servir celle qui le peut14 ». Pour d’autres matériaux (ardoise ou lauze15 en particulier16), des restaurations comparables sont mises en œuvre, mais les phases de réfection sont nettement moins visibles en raison de la persistance des modèles, d’autant plus si la nature des roches est identique à chaque intervention ; surtout, à la différence de la tuile qui ne peut être transformée, les ardoises peuvent être retaillées et percées de nouveaux trous de fixation.

  • 17 Selon Joëlle Burnouf, certaines charpentes ne peuvent pas recevoir n’importe quel (...)
  • 18 Jeannin et Bonvalot 1997, p. 72.
  • 19 Hoffsummer 2002, p. 152.
  • 20 Toutefois, ce matériau exige des charpentes très solides en bois sec pour éviter la form (...)
  • 21 Gilles 2011, p. 32.
  • 22 Notion d’interchangeabilité. Cf. Jeannin et Bonvalot 2009, p. 359-360.
  • 23 Burnouf et al. 1986, p. 95.
  • 24 Boura et Seiller 2013, p. 77-80.
  • 25 Épaud 2007, p. 171.

5Les maîtres d’ouvrage peuvent aussi rompre avec les matériaux traditionnellement employés sur l’édifice, tant que la pente des toits le permet17. Les éléments sans fixation, tels que les tuiles canal et la lauze, nécessitent des pentes douces18 d’environ 30°, contrairement au chaume19, adapté à des versants supérieurs à 45°, ou le plomb20. Des traités d’architecture de l’époque moderne préconisent pourtant le plomb pour les toits à tendance plate – par exemple des toits-terrasses – comme raide, l’ardoise pour les fortes pentes et la tuile pour les faibles pentes21. Ces distinctions semblent d’ordre théorique plutôt que pratique, puisque la plupart des matériaux, exception faite des contraintes mentionnées précédemment, peuvent être interchangeables sur de nombreux supports22. Selon Joëlle Burnouf, en Alsace, la disparition de la tuile canal au profit de la tuile plate semble liée à une évolution des techniques de charpenterie dans le courant du xvie siècle23. Néanmoins, des études récentes menées sur des charpentes de la région montrent une évolution structurelle importante au xve siècle, sans qu’il y ait modification majeure des pentes de toit24. La corrélation entre les deux n’est souvent pas évidente, ce que démontre d’ailleurs Frédéric Épaud. Pour lui, en Normandie, les modifications structurelles et morphologiques des charpentes durant le xiie siècle (avec l’adoption de pentes plus prononcées) sont attachées à une volonté de réduire les poussées sur les murs gouttereaux et non à l’usage d’un nouveau matériau25.

  • 26 L’ardoise mériterait pourtant elle aussi un intérêt soutenu, Hunot 2016.
  • 27 Aumard et al. 2016.
  • 28 Niobey 1933.
  • 29 Travail en cours sur l’étude de la diffusion des tuiles produites à Barbery, c (...)

6La complexité de la vie d’une toiture peut, en fonction de l’état de conservation du sous-sol, être documentée par des fouilles archéologiques. Pour l’instant, ce sont surtout les tuiles qui bénéficient d’une attention particulière26, comme en témoignent les typochronologies qui commencent à se dessiner, en particulier en Bourgogne, et permettront peut-être d’exaucer les vœux de Michel de Boüard. L’équipe du Cem reste cependant très prudente et propose des fourchettes chronologiques d’utilisation assez larges, quoique fondées sur des datations archéomagnétiques couplées à de la dendrochronologie27. En Normandie, l’approche est encore au stade embryonnaire. Prélèvements et études sont encore loin d’être systématiques, ce qui implique qu’une grande partie des informations sont sans doute définitivement perdues ; ainsi les « nombreux débris d’ardoises » retrouvés lors de la fouille de l’abbatiale d’Hambye en 193328 n’ont pas été prélevés. Aucun dépouillement systématique des rapports archéologiques ne permet actuellement d’établir une synthèse des matériaux rencontrés en fouille dans des contextes bien datés. Un travail qui va dans ce sens a débuté dans la plaine de Caen afin de retrouver des lots de tuiles pouvant provenir des productions de Barbery ; les premiers résultats sont très prometteurs29.

  • 30 Source orale, responsable de fouille, Nicolas Wazylyszyn. Des tuiles plates à (...)
  • 31 Deshayes 2016, p. 146.
  • 32 Avenel et al. 2009, p. 76.
  • 33 Deshayes 2012, p. 215.
  • 34 Pitte 2007.
  • 35 Aumard et Épaud 2019.
  • 36 Étude en cours.
  • 37 Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018.

7Certaines fouilles en contexte monumental livrent tout de même des indices chronologiques sur l’emploi des tuiles. Par exemple, des lots ont été datés du xiie siècle dans les abbayes de Saint-Georges-de-Boscherville30 et de Jumièges31. Pour la même période, des tuiles glaçurées à cheville, employées pour former un sol, ont été retrouvées à l’abbaye du Valasse32. Dans l’enceinte de l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux, un a été édifié pour alimenter le chantier de construction du xiiie siècle33. À l’abbaye du Trésor, un petit sondage archéologique mené le long de la façade ouest de l’aile des moniales a livré des tuiles de grand module, remployées dans les maçonneries d’un petit four34. La cathédrale de Lisieux, déjà évoquée plus haut, est l’un des rares édifices religieux de la région couvert, en partie, de tuiles vernissées de grand format, datées de la charnière du xiie et du xiiie siècle35. À l’ouest de la Dives, l’abbaye de Saint-André-en-Gouffern a également fourni des tuiles, sans glaçure, morphologiquement similaires à celles de Lisieux (grand format, percées de trous de cheville36), malheureusement retrouvées dans des couches de remblai post-révolutionnaire. Il reste délicat de déterminer si la rareté des découvertes mentionnées dans la littérature confirme le constat de Michel de Boüard ou si elle en est en quelque sorte le résultat, les tuiles retrouvées lors des fouilles en Normandie occidentale étant supposées soit postérieures au Moyen Âge, soit antiques. La liste pourrait être longue, mais elle amènerait surtout à souligner le caractère aride des mentions dans les rapports archéologiques : ce sont les éléments les plus remarquables qui sont observés (tuiles avec trous de cheville considérées comme anciennes, ou des éléments avec des traces de glaçure). La fouille des lieux de production reste trop rare pour établir des chronologies fiables. Récemment, celle de fours de tuiliers à Barbery a permis de dater la production de différents types de tuiles des xive-xve siècles et du xviie siècle37, mais l’on ignore encore si ces modèles sont produits sur la longue durée.

  • 38 Huard 1925, p. 211, 219-221.

8En somme, la littérature archéologique ne permet pas aujourd’hui de constituer un référentiel précis concernant les usages pour couvrir les édifices religieux normands. Même lorsque le rapport mentionne la présence d’ardoise ou de tuile, les contraintes de temps et de place ont généralement limité les prélèvements et les mesures ; il reste par conséquent délicat de déterminer la provenance des matériaux qui, en particulier pour l’ardoise, peut pourtant avoir une grande incidence sur les coûts de transport. En outre, l’absence apparente de certains matériaux ne permet pas de conclusion : on pense aux matériaux périssables comme le chaume ou l’essente, bien sûr, mais aussi au plomb, généralement récupéré. C’est le cas par exemple à l’église Saint-Pierre de Caen, couverte en plomb dans la première moitié du xviie siècle (en remplacement d’ardoises et de tuiles qui n’avaient peut-être été envisagées que de façon temporaire) : le Directoire du département du Calvados ayant arrêté en 1794 l’enlèvement des plombs de couverture des églises dans tout le département en vue de les utiliser pour l’armement, l’église est couverte de tuile la même année38. D’autres sources doivent alors être convoquées pour se représenter les matériaux de couverture utilisés à l’époque moderne, en particulier l’iconographie qui vient éclairer en partie des compositions surprenantes.

2. Critères techniques et hiérarchies symboliques : les enseignements de l’iconographie

  • 39 Lardin 2004, p. 139 et Boüard 1965, p. 422.
  • 40 Par exemple le plan des bois de l’abbaye de Fontaine-Guérard de 1773 (Arch. dép. Eure, 2 (...)
  • 41 Dubois, Vincent 2015, p. 126.
  • 42 Ibid., p. 122.

9La documentation iconographique permet en effet de se représenter l’engouement pour l’ardoise fine, a priori marqué dans toute la Normandie à partir de la deuxième moitié du xve siècle39, sans pour autant faire disparaître la tuile, le plomb, l’essente ou le chaume. Comme toute documentation, ces représentations doivent néanmoins être soumises à la critique. Surtout, tous les édifices n’ont pas bénéficié de la même couverture documentaire. La très célèbre collection Gaignières privilégie ainsi les édifices prestigieux au détriment des petites églises paroissiales où l’usage de matériaux périssables était certainement plus important. Cependant, ces dernières figurent à l’occasion sur des plans qui, quoique produits dans le cadre de gestions domaniales, se montrent sensibles au paysage monumental et notamment aux couvertures40. Lorsque la confrontation est possible avec les sources d’archives, on s’aperçoit parfois que le dessinateur n’utilise pas indifféremment le bleu ou le rouge lorsqu’il s’agit de représenter une toiture. À l’abbaye de Barbery, lors de la restauration de la charpente du chœur en 1763, une couverture en ardoise vient remplacer la tuile41 (fig. 2) ; en 1776, un tremblement de terre ébranla le clocher de la croisée du transept qui est alors reconstruit et couvert également d’ardoises42.

Fig. 2 Extrait de la vue cavalière de l’abbaye cistercienne de Barbery, plan de la paroisse de Barbery, 1783.

Fig. 2 Extrait de la vue cavalière de             l’abbaye cistercienne de Barbery, plan de la paroisse de Barbery,             1783.

Arch. dép. Calvados, H 1381/2 ; en ligne

10Or la représentation de l’abbatiale sur le plan de la paroisse en 1783 illustre fidèlement le résultat de ces réfections, ce qui encourage à accorder un certain crédit au dessinateur lorsque, sur le même plan, il représente l’église paroissiale dotée d’une nef couverte en tuile avec un clocher et un chœur en ardoise. Quant à l’artiste qui dessine le prieuré de Réville et ses alentours en 1683, il pousse le souci du détail jusqu’à distinguer les faîtières en terre cuite du reste de la toiture en ardoise (fig. 3).

Fig. 3 Détail de la vue du manoir de Réville.

Fig. 3 Détail de la vue du manoir de             Réville.

Arch. dép. Calvados, H 8955 ; CPL 1 ; en ligne

  • 43 Ritz-Guilbert 2008, p. 335.
  • 44 Ibid., p. 317.

11Mais ces études au cas par cas restent très longues à réaliser. La collection Gaignières, réunie à la fin du xviie-début du xviiie siècle, présente cet avantage d’être facilement accessible et d’avoir déjà été soumise à des examens critiques. De récentes études sur des planches de tombeaux encore existants ont démontré la fiabilité des représentations, même si quelques détails – notamment des éléments décoratifs – ont pu être oubliés par l’auteur43, ce qui conduit certains chercheurs à remettre en question les représentations des édifices dans la collection44. Toutefois, dans le cadre des dessins architecturaux, la volonté de Louis Boudan, dessinateur de Gaignières, de rester fidèle à ce qu’il observe, paraît établie. Or les différents matériaux couvrant les édifices au sein d’un même site sont bien identifiables. Par exemple, sur la perspective de l’abbaye bénédictine de La Trinité de Caen (fig. 4), le bourg au premier plan présente des toitures de couleur rouge pour les tuiles et jaune certainement pour le chaume.

Fig. 4 L’abbaye de la Sainte-Trinité de Caen avec, au premier plan, Bourg-la-Reine, vue Gaignières, 1702.

Fig. 4 L’abbaye de la Sainte-Trinité de             Caen avec, au premier plan, Bourg-la-Reine, vue Gaignières,             1702.

BnF, EST-VA-14 (4)

  • 45 Par exemple sur la vue de la ville de Donsy – BnF, EST-VA-42 (2).
  • 46 BnF, EST-VA-76 (8).

12La plupart des bâtiments de l’abbaye sont quant à eux couverts en ardoise, matérialisée par un quadrillage gris. Louis Boudan utilise également cette couleur pour le plomb, qu’il distingue de l’ardoise par des lignes obliques représentant les tables, comme on le constate avec la représentation de la nef de l’abbatiale Notre-Dame de Jumièges (fig. 5). Néanmoins, il est difficile de prétendre que la différenciation entre ardoise et table de plomb soit respectée sur toutes les gravures. L’essente, enfin, semble représentée par une couleur beige que l’on retrouve pour figurer des pans de bois45 et des toitures comme celle qui couvre la nef de l’abbatiale de Valmont46.

Fig. 5 Détail du carré claustral de l’abbaye de Jumièges, vue Gaignières, 1702.

Fig. 5 Détail du carré claustral de             l’abbaye de Jumièges, vue Gaignières, 1702.

Bib. Municipale de Rouen, U479-8-10

  • 47 Dubois et Vincent 2018, vol. 2, p. 101.
  • 48 Arch. dép. Calvados, 8 E 3296, 7 septembre 1760.

13Quelques précautions restent nécessaires. La couleur n’est en effet pas toujours un critère suffisant pour identifier un matériau. En 1711, lorsque les religieux d’Ardenne s’accordent avec leur abbé pour la reconstruction du logis de ce dernier, on prévoit que « le comble sera couvert d’ardoise forte de Harcourt attachés sur un lati de latte de coeur de chesne avec deux ou trois clous, elle aura quatre pousse de purau, l’ensfetement sera de festeaux de terre cuitte peinte de couleur d’ardoise »47. En 1760, lorsqu’il faut recouvrir en essente le clocher du Mesnil-Touffray (aujourd’hui commune de Barbery), on prévoit que « lesdits adjudicataires painderonts à l’huille toute l’esente de ladite tour, couleur d’ardoise pour rendre l’anciene esente et la nouvelle qui y sera employée uniforme et pour la durée d’icelle »48. Il est donc envisageable de peindre un matériau pour des raisons esthétiques : il reste cependant extrêmement peu probable que le procédé soit utilisé sur des surfaces très importantes, et peu probable encore, du moins à l’époque de Gaignières, qu’il soit employé pour créer de la disparité plutôt que de l’uniformité. La nature des matériaux de couverture peut ainsi très souvent être déterminée à partir des sources iconographiques et les différentes couleurs utilisées pour un même édifice confirment l’existence de toitures composites. Plusieurs types d’organisation se distinguent, répondant à des critères à la fois esthétiques, économiques, techniques et hiérarchiques.

  • 49 BnF, EST-VA-27 (6).
  • 50 BnF, EST-VA-27 (5)-b.
  • 51 BnF, EST-VA-76 (7)-b.
  • 52 BnF, EST-VA-14 (4)-a.
  • 53 Cf. Froidevaux 2001, p. 57.
  • 54 Lebouteux 2001, p. 40.
  • 55 Ibid.
  • 56 Duhamel du Monceau 1766, p. 41. Pour Pierre Lebouteux, l’essente est un produi (...)
  • 57 Leloup 2011, p. 211.
  • 58 Arch. dép. Calvados, H 7947.
  • 59 Arch. dép. Calvados, H 5822.
  • 60 Arch. dép. Seine-Maritime, 211 BP 126.
  • 61 Arch. dép. Calvados, 1 Q 494 ; Arch. Société historique de Lisieux, 9 F Deville, B 3 dos (...)
  • 62 On peut signaler toutefois l’utilisation du plomb sur « la piramide » de l’église Saint- (...)
  • 63 Musée des Beaux-Arts de Caen, collection Mancel, ms 296, p. 62.
  • 64 Lardin 2004, p. 144. Du plomb était également utilisé pour les terrasses de la (...)
  • 65 Il peut toutefois faire l’objet d’un patronage, voir Madeline 2009 (qui signale en parti (...)

14Dans de nombreux édifices religieux dont la majorité des couvertures semblent être en tuile, l’ardoise est utilisée en complément sur des endroits particulièrement pentus comme des tours, tourelles, clochers ou clochetons (fig. 2, 4 et 5). La collection Gaignières paraît illustrer systématiquement cette configuration pour les abbayes normandes (les abbayes de Bonport49, de l’Estrée50, Notre-Dame-de-Bondeville51, La Trinité de Caen52, etc.), clochers pyramidaux en pierre exceptés (abbatiales de Saint-Georges-de-Boscherville et Saint-Étienne de Caen). Pourtant, différents matériaux peuvent être utilisés en couverture d’éléments pentus, notamment la tuile53, comme on peut l’observer aujourd’hui sur de nombreuses églises paroissiales normandes, telles celles de Sassy, du Bû-sur-Rouvres, de Canon, de Bretteville-le-Rabet, de Cauvicourt, d’Habloville, d’Orival, ou encore l’abbatiale de Saint-Pierre-sur-Dives. L’essente pouvait également être employée sur les clochers54 : elle présente l’avantage d’être légère, de mieux résister au vent que l’ardoise et s’associe facilement avec d’autres matériaux comme la tuile et l’ardoise55, mais l’eau a tendance à stagner entre chaque recouvrement des planchettes, ce qui favorise le pourrissement de l’ensemble56. Elle était pourtant utilisée à Tordouet, pour le clocher du Neubourg57 ou celui de Touffréville58, et envisagée, encore au xviiie siècle, pour les abbatiales de Saint-Étienne de Fontenay en 175159 et du Val-Richer où l’on compte, en 1726, recouvrir en neuf le clocher « en fournissant le clou, late, souslatte, essente, et plomb »60. Si aucune fouille n’a jusqu’à présent permis d’en savoir davantage sur ce clocher (s’il a bien été construit), on s’étonne de l’utilisation au xviiie siècle de l’essente pour l’abbatiale d’un établissement propriétaire d’une ou plusieurs tuileries61. Quant au plomb utilisé au Val-Richer, il doit servir à étanchéifier la toiture en essente et/ou pour les gouttières. Il est d’ailleurs souvent délicat d’identifier précisément la fonction du plomb, qui paraît utilisé surtout dans des contextes abbatiaux et épiscopaux62 : ainsi à l’abbaye de Cerisy en 1766, lorsque la foudre frappe le clocher, le « peuple accourt » pour éteindre l’incendie, « mais les ardoises venant à se détacher et le plomb fondant et coulant de toutes parts obligèrent les ouvriers de se retirer »63. Philippe Lardin a mis en évidence la diversité de l’emploi du plomb, notamment sur le clocher de l’église Saint-Maclou de Rouen64. L’exemple qui paraît le mieux connu est celui d’Évreux, où la flèche de la cathédrale est couverte en plomb en 1475. Il reste cependant probable que son coût65 en limite fortement l’emploi.

15Quoi qu’il en soit, les clochers en ardoise sont les plus courants dans les vues Gaignières. L’usage de ce matériau au xviie-xviiie siècle sur les parties culminantes des églises répond à plusieurs critères : technique, économique et esthétique. Il peut également être utilisé pour marquer une hiérarchie sur des toitures composites, où tuiles et ardoises sont employées ensemble. Même si nous verrons plus tard que l’association de plusieurs matériaux sur un même pan peut être le résultat de réparations ponctuelles au fil des années, l’iconographie suggère une pose des matériaux selon l’organisation interne des églises, déclinable en deux schémas.

  • 66 BnF, EST-VA-14 (8).
  • 67 BnF, EST-VA-14 (4)-b.
  • 68 BnF, EST-VA-76 (5).

16Le premier s’organise autour d’une hiérarchisation verticale résultant d’une différenciation entre la tuile et l’ardoise en fonction des niveaux de toiture. Sur l’église cistercienne de l’abbaye du Breuil-Benoît (fig. 6), les tuiles couvrent les bas-côtés de la nef, du transept, des chapelles rayonnantes et du chœur tandis que l’ensemble des hauts vaisseaux ainsi que les clochers sont en ardoise. On retrouve cette configuration pour les églises de l’abbaye prémontrée d’Ardenne66 et de l’abbaye bénédictine Sainte-Étienne de Caen67. Pour cette dernière, la répartition des toitures est sur trois niveaux avec un haut vaisseau couvert en ardoise. L’église Notre-Dame de Jumièges (fig. 5) est également couverte de cette manière mais l’ensemble est plus bigarré même si une homogénéité colorimétrique est conservée sur les parties hautes. Effectivement, comme ailleurs, l’ensemble des bas-côtés sont couverts en tuile, les hauts vaisseaux de la nef, du transept et du chœur en plomb alors que les tourelles, la tour lanterne ainsi que l’avant-nef portent de l’ardoise68. L’emploi de ce dernier matériau sur les parties hautes répond à des critères techniques, à cause d’une forte exposition aux vents, sans oublier l’aspect esthétique, ces parties du bâtiment étant visibles de loin.

Fig. 6 L’abbaye du Breuil-Benoît, vue Gaignières, 1702.

Fig. 6 L’abbaye du Breuil-Benoît, vue             Gaignières, 1702.

BnF, EST-VA-27 (5)

  • 69 Épaud 2007, p. 321-335.
  • 70 Arch. dép. Seine-Maritime, 12 Fi 132.

17Dans le second schéma, la hiérarchisation semble se faire horizontalement, à savoir l’emploi de matériaux différents selon une sectorisation planimétrique des églises. À Barbery, la paroissiale et l’abbatiale (fig. 2 supra) adoptent une couverture en ardoise pour le chœur architectural et le clocher tandis que le reste est en tuile. Cette même configuration s’observe sur l’abbatiale de Saint-Georges-de-Boscherville où les études archéologiques contribuent à documenter un traitement différencié sur la partie la plus sainte de l’église. Durant la période mauriste au xviie siècle, la reconstruction de la charpente (hormis les croisillons du transept) a nécessité la dépose intégrale de la toiture de l’abbatiale69. Les religieux auraient alors pu, comme à l’abbaye du Valasse70, couvrir l’intégralité de l’église en ardoise. Pourtant la tuile reste omniprésente sur l’abbatiale de Boscherville (fig. 7) sauf sur le chœur en abside, qui aurait tout aussi bien pu être couvert en tuiles gironnées. Si l’ardoise a été privilégiée à cet emplacement (comme pour les églises, abbatiale et paroissiale, de Barbery), ce semble être pour des raisons économiques en réservant le matériau jugé le plus noble, à cette époque, sur l’espace le plus sacré.

Fig. 7 L’abbaye de Saint-Georges-de-Boscherville, vue Gaignières, 1700.

Fig. 7 L’abbaye de             Saint-Georges-de-Boscherville, vue Gaignières, 1700.

BnF, EST-VA-76 (7)

3. Le succès de l’ardoise au regard des sources écrites

  • 71 Lardin 2004, p. 140.
  • 72 Arch. dép. Seine-Maritime, G 5583.
  • 73 Fournée 1975, p. 160.
  • 74 Arch. dép. Manche, 301 J 324 ; Dubois, Rohée, Vincent 2018, vol. 1, p. 41.
  • 75 Huard 1925, p. 220.
  • 76 Dubois et Vincent 2015, p. 126, n. 521.
  • 77 Lardin 2004, p. 139.
  • 78 Ibid., p. 137.
  • 79 Ibid., p. 138.

18Quel que soit le type de hiérarchisation mis en œuvre, ces différents exemples paraissent en effet montrer la préférence donnée à l’ardoise à l’époque moderne. Il reste délicat de déterminer la part des préoccupations techniques et esthétiques, voire symboliques. Philippe Lardin notait ainsi que l’ardoise « devenait à la mode, peut-être parce qu’elle semblait plus agréable à regarder mais sans doute aussi parce qu’elle était plus solide et donc plus économique que les essentes »71. Les religieux, mais aussi les laïcs, jouent d’ailleurs probablement avec la question, saisissant l’opportunité de reconstructions pour faire valoir les avantages de l’ardoise : en 1777, le curé et les trésoriers de l’église paroissiale de Saint-Nicolas de Rouen profitent ainsi de la reconstruction de la charpente de l’église pour remplacer la tuile par de l’ardoise72. En Normandie occidentale, l’ardoise est jugée « plus commode que la tuille » par les experts qui visitent l’église du Mesnil-Villeman (Manche) en 1697, lorsqu’il est décidé de remplacer la couverture qui était « en tuiles vers le midi, et vers le nord “partie en tuile et le reste en essente” »73. À Hambye, c’est l’un des sujets d’un conflit entre les religieux et l’abbé en 1704. Les religieux réclament que l’église et un côté du dortoir soient couverts d’ardoise plutôt que d’essente, d’autant que les coûts, soutiennent-ils, sont similaires ; l’agent de l’abbé répond que ces lieux ont toujours été couverts en essente « et jamais l’on a vu ces lieux couvert d’ardoise »74. L’exemple le plus flagrant de l’utilisation d’arguments techniques qui ne sont peut-être que des prétextes est sans doute celui de Saint-Pierre de Caen où, à la Révolution, on désire couvrir l’église avec de l’ardoise d’Angers « du grand quarreau et non du poil noir », la charpente ne paraissant pas pouvoir supporter la tuile, avant de se décider à la couvrir… en tuile75. À Barbery, c’est encore « a la volonté desdits sieurs religieux » qu’en 1764, le « sanctuaire » (chevet) est couvert en ardoise, ce qui est souligné à la fois par les visites d’experts et par un des religieux76. Et on a vu qu’en 1783, le clocher et le chevet de l’église paroissiale sont également couverts en ardoise, alors même que les religieux de Barbery sont propriétaires d’une tuilerie dans la même paroisse à cette date, nous y reviendrons. C’est sans doute, de manière générale, qu’au xviiie siècle, selon une lente évolution qui trouverait ses origines au xve siècle, l’ardoise est considérée « comme la marque d’une souveraineté, plaçant à part […] par sa toiture, le bâtiment ou s’exerçait le pouvoir77 ». Peut-être le prix de l’ardoise d’Angers, justifié par le coût du transport, a-t-il rendu son usage prestigieux, d’où son utilisation raisonnée, sur les hauts vaisseaux visibles ou sur les lieux les plus sacrés. Mais rien ne permet, à l’heure actuelle, de supposer que cette préférence donnée à l’ardoise à partir du xve siècle est valable pour les périodes antérieures. Philippe Lardin laisse même supposer le contraire, estimant que « la production semble avoir été longtemps limitée et très localisée […] ; cette faible production n’étant sans doute que la traduction du peu de goût des constructeurs pour ce matériau78 ». Par ailleurs, s’il explique l’utilisation à Rouen pendant l’occupation anglaise d’ardoise de Villy (près de Caen) au détriment de celle des Ardennes par les difficultés de circulation, il constate cependant que « c’est surtout au lendemain de l’occupation anglaise que ces ardoises furent très employées79 ».

  • 80 Boüard 1965, p. 429.
  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid., p. 432.
  • 83 Arch. dép. Calvados, E 453.
  • 84 Charles de Bourgueville évoque en 1588 l’ardoisière de Thury « dont l’on tire (...)
  • 85 En 2019, la fouille des reins de voûte du chœur de l’abbatiale de Longues-sur- (...)
  • 86 Voir les calculs proposés par Dumarché 1998, p. 338-342.
  • 87 BnF, fr. 26065, n° 3762, édité par Hunger 1912, pièce justificative n° XII, p. (...)
  • 88 Si le texte ne le dit pas, l’identité de Drouet du Bosc permet de le soupçonner (...)
  • 89 Arch. dép. Calvados, F 4096/1. Les tuiles proviennent de Barbery.
  • 90 BnF, fr. 26084, n° 7040.
  • 91 Arch. dép. Calvados, A 104, fol. 252r.
  • 92 Étienne Faisant a remarqué que « les prix des tuiles ont nettement augmenté au cours (...)
  • 93 Boüard 1965, p. 428.
  • 94 Beaurepaire 1900-1902, p. 433.
  • 95 BnF, fr. 26076, n° 5770.
  • 96 Beaurepaire 1900-1902, p. 433.
  • 97 Leloup 2011, p. 210.
  • 98 Lardin 2004, p. 124.
  • 99 Archives de Monaco, J 104, courrier de Le Boucher à Chabrol, 5 novembre 1735.

19Michel de Boüard semble avoir admis la même préférence donnée à l’ardoise, et ce dès le xive siècle à en juger par l’argument qu’il tire du Roman de Fauvel80. C’est notamment ce prestige de l’ardoise qui lui fait estimer que « la nature du matériau couvrant une construction n’était pas, en fait et de façon systématique, en relation avec le caractère noble ou vulgaire de cette construction81 ». Les exemples qu’il cite en Normandie occidentale sont intéressants, en particulier le fait que, dans l’enceinte du château de Falaise, la chapelle est couverte de tuile « tandis que des bâtiments mineurs ont une toiture d’ardoise82 ». Or rien ne dit que l’on préfère l’ardoise à la tuile en Normandie occidentale avant le xvie siècle. On comprendrait d’ailleurs mal dans ces conditions la fréquence de la tuile à l’époque médiévale dans cette région, malgré la présence d’ardoisières a priori peu exploitées. On le constate avec l’utilisation au xve siècle83 de tuiles de Barbery à Thury, où sont exploitées des ardoisières au moins à partir du xvie siècle84. Surtout, même si l’on manque de séries continues pour évaluer les prix, il semble bien que l’ardoise locale soit moins chère que la tuile à l’époque moderne. Il reste très difficile de comparer les prix puisque l’on sait qu’il existe différentes catégories d’ardoises (grosse et fine, à clou et à cheville), mais aussi de tuiles, et que la surface couverte diffère en fonction des matériaux employés (fig. 9 infra)85. De plus, il peut y avoir des variations tarifaires liées au contexte politique86. On peut cependant tenter de rapprocher la livraison au château de Caen en 1432-1433 de « pierre ardoise » à 40 sous le millier d’ardoises87 (coût de transport inclus, l’ardoise provient de Villy88) avec celle au même endroit en 1442 de tuiles de Barbery à 40 sous le millier89 (transport peut-être inclus). En 1456, le même marchand de tuile livre, toujours à Caen, de la tuile de Barbery à 60 sous le millier90. En 1478, sans préciser la provenance des matériaux, on estime à Caen le coût de l’ardoise à 25 sous le millier et celui de la tuile à 40 sous91. Un siècle plus tard, les comptes de l’église Saint-Nicolas de Caen permettent d’accéder à de meilleures séries : en 1559, on retrouve le même prix de 60 sous le millier de tuiles à Caen tandis que le millier d’ardoises est à 37 sous. En 1565, toujours à Saint-Nicolas, on achète la tuile à 16 sous le cent, soit 160 sous le millier ! Est-ce une année particulière ? En 1577, on achète 500 tuiles à 4 livres 16 sous, soit 192 sous le millier, tandis que l’ardoise s’est maintenue à 60 sous le millier. Peut-être s’agit-il de tuiles particulières (mais pas de faîtières, qui à la même période sont encore plus onéreuses, presque 1 sou pièce), ce qui expliquerait ces prix surprenants, mais il ne semble pas faire de doute que la tuile, à Caen, coûte plus cher que l’ardoise au xvie siècle92 – et peut-être dès le xive siècle à en juger par la petite série de chiffres donnée par Michel de Boüard93. Cela s’explique sans doute en partie par le fait que le millier de tuiles couvre certainement une surface plus importante que le millier d’ardoises locales. Cependant, malgré l’augmentation du prix de la tuile, liée à l’augmentation du prix du combustible, on continue à en acheter dans des proportions importantes. Il n’est donc pas certain que l’ardoise ait toujours eu la préférence des consommateurs : ce pourrait être le prix des productions locales qui a amené à la privilégier à partir de l’époque moderne. De la même façon, si Beaurepaire expliquait par la « misère des temps »94 l’utilisation de 4 000 essentes pour couvrir l’église de Caudebec-lès-Elbeuf en 1434, l’utilisation de 15 000 essentes pour la couverture du même édifice en 1447 amène à se demander s’il ne s’agit pas plutôt d’une tradition, peut-être liée ici aux différents acteurs qui interviennent dans la réparation : en 1447, en effet, ce sont les habitants de Caudebec-lès-Elbeuf qui, « par courtoisie et devocion », abattent à leurs frais le bois nécessaire95. Beaurepaire s’était d’ailleurs étonné qu’en 1478 et 1484, on utilise encore l’essente pour des chapelles de Saint-Romain de Rouen96. C’est sans doute que l’essente est parfois préférée à d’autres matériaux que l’on aurait tendance à considérer a priori comme plus nobles. Là encore, notre perception est faussée : Daniel Leloup a mis en évidence la résistance qui s’est opposée à l’interdiction de l’utilisation de l’essente au xviiie siècle97, résistance qui témoigne sans doute d’un certain attrait pour le matériau. Philippe Lardin montre lui aussi une utilisation encore importante de l’essente au xve siècle en Normandie orientale et sa disparition seulement au xvie siècle, du fait de la pénurie de bois et de la mode qui donne la préférence à l’ardoise et à la tuile98. Mais surtout, on souhaiterait là encore disposer de références sur les prix : à Granville en 1735, l’essente coûte plus cher que l’ardoise99, raison pour laquelle on paraît se résoudre à couvrir les halles en ardoise. Mais il ne semble pas que c’était là le premier choix, ce qui amène à remettre en cause les hiérarchies supposées.

  • 100 Par exemple à Notre-Dame d’Alençon en 1519, Dubois 2000, p. 158.
  • 101 Arch. dép. Calvados, 1 B 3445.
  • 102 Mot non identifié : on lit « et d’icupends ».
  • 103 Arch. dép. Calvados, H 660.

20Par ailleurs, la mode de l’ardoise d’Angers – ou de Javron100 –, qu’elle soit liée à un véritable goût ou aux coûts toujours plus importants des autres matériaux, a probablement favorisé le développement de productions, certes moins prestigieuses, mais qui, vues du sol, pouvaient faire illusion… On ne dispose en tout cas d’aucun moyen de distinguer les différentes variétés d’ardoises sur les vues Gaignières. On a cité plus haut l’exemple des hauts vaisseaux couverts d’ardoise à Saint-Étienne de Caen. Mais rien ne dit qu’en 1702, quand Louis Boudan réalise son dessin, il s’agit bien d’ardoises d’Angers : lorsqu’il est question, au début du xviie siècle, de réédifier le chœur, il est indiqué que l’adjudicataire des travaux aura la charge « de fournir ladite ardoise fine de Thury »101. On a vu qu’à Ardenne, le logis abbatial du début du xviiie siècle doit être couvert par cette même ardoise de Thury[-Harcourt], mais cette fois d’ardoise « forte ». À Aunay-sur-Odon, en 1743, on commence par refaire la couverture de la nef de l’abbatiale en ardoise de Carhaix, avant que, sans doute du fait de la guerre de Succession d’Autriche, on ne poursuive les travaux avec des ardoises « tirées du Pont Feron lez Vire […]102, celles de Carhaix, la précédente, etant venue a manquer »103. Ce dernier exemple suggère qu’on ne privilégie plus au xviiie siècle les productions locales, mais qu’elles peuvent venir compléter le premier choix sans trop de problèmes : la vue Gaignières de l’abbaye d’Aunay est en noir et blanc, mais il y a fort à parier que, même en couleur, elle n’aurait pas permis de distinguer les deux matériaux.

21Il faut également insister sur le fait que les vues Gaignières illustrent surtout des sites prestigieux. Même si l’ardoise se démocratise au cours de l’époque moderne, d’autres matériaux doivent rester sensiblement moins onéreux et certaines paroisses, voire abbayes, faute de ressources pour entreprendre de véritables reconstructions, se contentent d’inlassables restaurations qui donnent naissance à des toitures composites où aucune hiérarchie dans la mise en œuvre des matériaux ne se manifeste.

4. Restaurations et toitures composites

  • 104 Boüard 1965, p. 432.
  • 105 Arch. dép. Calvados, 5 B 210.

22Malgré la hiérarchisation que met en évidence l’iconographie, Michel de Boüard avait déjà signalé que les matériaux de couverture ne paraissent pas toujours avoir de rapport avec le statut plus ou moins élitaire d’un bâtiment104. C’est bien ce que l’on constate à partir des sources écrites concernant les églises paroissiales, où tous les matériaux de couverture peuvent se retrouver, et ce encore au xviiie siècle : un cahier de visites des églises dont les réparations étaient en partie à la charge du prieuré du Plessis-Grimoult en 1758 indique ainsi que les chœurs (la couverture des nefs était quant à elle à la charge des communautés paroissiales) des églises de Saint-Quentin-des-Chardonnets, Bernières-le-Patry et Chênedolley sont couverts en essente. À 5 km de Chênedolley, l’observation du chœur de l’église de Burcy fait conclure aux experts que « le pan de couverture vers midi fait en tuile a besoin d’une recherche et que celuy vers le nord aussi fait en tuile en sa plus grande partie et au reste en essentes a aussi besoin d’une recherche ». À 12 km au nord de Burcy (et à 13 km au nord de Chênedolley), le chœur de l’église de Montchauvet présente quant à lui un « pan de couverture du côté du nord fait en ardoises, laquelle est trés déffecteuse par sa mauvaise qualité etant pouries, rompues et faisant eau ». On projette d’en remanier une partie en « y fournissant l’ardoise necessaire, n’y faisant rentrer qu’une petite partie des vielles qui nous ont paru être du Pont Feron et avoir été employées cy devant dans des recherches ». À Saint-Vigor-des-Mézerets (à 11 km à l’est de Montchauvet), la couverture du chœur de l’église comprend une partie « en bardeau, qui a viron huit piés de hauteur sur toute la largeur du pan vers midy », qu’il convient de refaire à neuf « avec bardeau […] ou avec tuiles comme est le surplus du même pan ». Au Plessis-Grimoult (8 km au sud de Saint-Vigor, 11 km à l’est de Montchauvet), on constate qu’il manque quelques tuiles et ardoises105. Il semble donc que, dans un périmètre assez réduit (fig. 1), tous les matériaux de couverture soient envisageables et que toutes les associations soient possibles et ce, uniquement pour le chœur ! Si le texte ne le spécifie pas toujours, les occurrences « la largeur du pan » ou « surplus du même pan » ne permettent pas d’attribuer ces associations à un défaut de précision du texte.

  • 106 C’est par exemple ce que laisse imaginer l’utilisation d’essente à Rouen encore au xve s (...)
  • 107 Arch. dép. Calvados, 11 B 202.
  • 108 Ces chiffres paraissent exclure qu’il s’agisse de pans différents pour chacun des bâtime (...)
  • 109 Beaurepaire 1892, G 6618 (Arch. dép. Seine-Maritime).
  • 110 Arch. dép. Seine-Maritime, G 6617.

23Ces associations peuvent être la conséquence d’un entretien sur le long terme, où, par souci d’économie, on complète ponctuellement des portions de toiture découvertes106. Le fait ne s’observe d’ailleurs pas que sur des églises paroissiales : les deux pans de couverture de l’abbatiale d’Hambye en 1760 sont assez dissemblables : « celuy du costé du nord est fait en essente ou bardeau dans toutte sa longueur et hauteur […], l’autre pans opposée, en partye en ardoisse et partye en tuille […]107 ». On peut encore citer l’exemple des différents bâtiments de l’abbaye de Savigny en 1751, pour lesquels le visiteur rapporte les surfaces pour chaque type de matériau : pour l’infirmerie, 280 toises en ardoise fine et 125 toises en tuile ; pour les archives (entre le dortoir et le réfectoire), 114 toises en tuile, 12 en ardoise fine ; pour le cloître, 100 toises en ardoise fine et 150 en tuiles108… L’observation s’étend encore à des églises urbaines. Celle de Saint-Godard de Rouen est, vers 1590, réparée à l’aide d’ardoises d’Angers, de vieilles ardoises de Gaillardon et de tuiles109. Dans les années 1570 déjà, la même église avait été réparée avec des ardoises venant aussi bien d’Angers que de Bretagne, sans doute du fait de la « confusion » qui regnait pour avoir de la tuile « pour l’inpetuosité du peuple »110 (ce qui indique encore une fois que l’ardoise n’était peut-être pas le premier choix).

  • 111 Bibl. mun. Caen, In-fol. 142, p. 9.

24Ce dernier exemple amène à envisager les toitures composites non pas nécessairement comme le résultat d’une lente évolution, mais parfois comme la conséquence de la difficulté à se procurer les matériaux voulus. C’est peut-être encore ce que confirme l’exemple de la reconstruction de la toiture de maisons caennaises appartenant à l’abbaye d’Ardenne. Le maître couvreur s’engage à « bien et deuement couvrir les maisons de Gyemaire de present descouvertes apartenantes aux abbé et religieux d’Ardenne a pleine [tache] de tuylle et ardoise, troys piedz pres du fest et quattre au larmier d’ardoise, le reste de tuylle » ; il pourra « prendre ce qui sera trouvé bon et suffisant de la vieille thuylle »111. Aujourd’hui encore, il n’est pas rare de trouver plusieurs matériaux disposés de manière structurée sur un même pan de toiture. Dans le Perche, des maisons du début du xxe siècle, voire antérieures, présentent une couverture de tuile avec de l’ardoise aux arêtiers (fig. 8). La configuration des maisons caennaises d’Ardenne est différente avec de l’ardoise le long du faîtage et des gouttières. Dans les deux cas, l’ardoise est placée méthodiquement en bord de toiture. S’agit-il là de rendre esthétique l’association des matériaux ou d’une raison technique ? Quoi qu’il en soit, l’exemple du Perche amène à envisager la possibilité que la composition ne soit pas nécessairement le résultat de remplois par souci d’économie, mais bien l’effet d’un choix.

Fig. 8 Exemple de couverture du nord Sarthe mêlant tuile et ardoise, Nogent-le-Bernard.

Fig. 8 Exemple de couverture du nord             Sarthe mêlant tuile et ardoise, Nogent-le-Bernard.

Cl. K. Vincent

  • 112 Arch. dép. Calvados, 2 B 492.
  • 113 Arch. dép. Calvados, H 7293.
  • 114 Le Pogam 1989, p. 185, d’après BnF, PO 956, Cursum n° 13.
  • 115 BnF, fr. 26029, n° 2741 ; voir aussi le n° 2735.
  • 116 Sur les problèmes d’approvisionnement en Bourgogne, voir aussi Chapelot 1987, p. 197-198 (...)
  • 117 Lardin 2004, p. 132.
  • 118 Voir par exemple, Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018, p. 148, 175 sq., concernant l (...)
  • 119 Lardin 2004, p. 138.

25Il faut également prendre en compte la possibilité de couvertures dont la mise en œuvre n’est envisagée que de manière provisoire. Ainsi, en 1760, d’un « trou qui est actuellement bouché en paille » dans la nef de l’abbatiale de Longues-sur-Mer et qui doit être réparé en ardoise112. Mais ces situations provisoires peuvent aussi concerner l’intégralité d’un bâtiment. La halle de séchage de la tuilerie des religieux de Saint-Pierre-sur-Dives, à Boissey, construite en 1683 avec une couverture de paille, est baillée à ferme pour 9 ans à deux hommes « lesquelz preneurs seront libres de la couvrir de thuille quand bon leurs senblera »113. Pierre-Yves Le Pogam cite par ailleurs l’exemple d’une tour des fortifications de Rouen couverte en tuile en 1439 « pour l’hiver, en attendant qu’arrive l’ardoise de Caen »114. Il semble donc qu’il est plus facile de se fournir en tuile, ce qui paraît fort conforme à ce que l’on sait de la production dans cette région. Pourtant, même pour la tuile, ce n’est pas toujours le cas. On a déjà cité la « confusion » de la fin du xvie siècle à Rouen plus haut. Mais on rencontre un autre signe au xive siècle : en 1398, le maître des œuvres de charpenterie du roi rapporte avoir été aux tuileries d’Yville-sur-Seine « pour prendre et mettre en la main du roy nostre sire toute la tieulle qui lors estoit esdites tieulleries » pour les réparations du château de Rouen, « lesquelles tieulleries furent lors arrestees par ledit soussergent, maiz ladite tieulle ne peut estre chargee pour ce qu’il n’y en avoit gueres de cuyte et en avoit grant quantité es fours »115. Il y a donc là une difficulté à se procurer des tuiles dans une région où elle passe pourtant pour être abondante116. Si Philippe Lardin voyait dans la baisse de la demande, liée à la diminution de la population, la raison des difficultés des tuiliers à partir de la seconde moitié du xve siècle117, on peut se demander si ce n’est pas en réalité une augmentation de la demande qui, ayant suscité l’intérêt d’investisseurs de la bourgeoisie urbaine voisine, amène auxdites difficultés118 et surtout, le coût toujours croissant du combustible. Quoi qu’il en soit, il semble qu’on ne puisse pas toujours obtenir les matériaux voulus, ce qui explique sans doute l’utilisation de matériaux « impropres » aux bâtiments qu’avait relevée Michel de Boüard. Concernant les tuiles, on peut éventuellement imaginer que les conditions climatiques expliquent ponctuellement des retards dans la production. On a vu avec les ardoises de Carhaix au xviiie siècle que les circonstances politiques ont également une incidence. Le fait n’est pas spécifique à l’époque moderne : Philippe Lardin note qu’« au cours de l’occupation anglaise, lorsque les difficultés de circulation devinrent telles que les ardoises ardennaises ne pouvaient plus parvenir à Rouen par la voie d’eau », on utilise des ardoises de Villy près de Caen119.

  • 120 Arch. dép. Calvados, H 1531.

26Le seul déterminisme géographique ou géologique, qui ne serait en réalité qu’économique, est donc assez peu convaincant pour les édifices religieux et élitaires. D’autant que le prix des matériaux est déterminé, sauf conditions particulières, par les coûts de production ou transformation et par ceux du transport. Or si les frais de transport paraissent incompressibles, ceux de fabrication dépendent nécessairement de l’identité des propriétaires des moyens de production. Ainsi les paroissiens de Cintheaux (Calvados) obtiennent en 1454 des religieux de Barbery, patrons de la paroisse, une aumône de 2 000 tuiles120. Or les établissements religieux apparaissent souvent impliqués dans la production, ce qui laisse à penser que ces aumônes ne leur coûtent pas le prix que l’on peut estimer à partir des quittances.

5. Établissements religieux et production de matériaux de construction

  • 121 Arch. dép. Calvados, 7 E 4, fol. 253v ; éd. Sauvage 1911, p. 325.
  • 122 Le plomb paraît surtout provenir d’Angleterre : Lardin 2004, p. 141 ; Madeline(...)

27Il faut donc se pencher rapidement sur les conditions de production dans l’espace considéré, mais il ne saurait s’agir pour l’instant encore que de réflexions, d’autant que la question n’a pas trop intéressé Michel de Boüard ni Philippe Lardin. Il faut reconnaître qu’elle est particulièrement complexe, les documents n’indiquant pas nécessairement la provenance des matériaux : on peut acheter directement au couvreur, à des individus au sujet desquels on ne dit rien ; parfois les comptabilités n’indiquent que les quantités achetées. Le magnifique contrat par lequel l’abbé de Troarn, en avril 1400, confie à Philippot de La Porte la tâche de « couvrir de tuille […] le moustier dudit lieu de l’un bout jusques a l’autre, sans les elles et sans la croisié, et auxi a le descouvrir […] », indique que l’abbé devrait fournir les matériaux, mais ne précise pas où il se les procure121. Autant dire que l’enquête pour y voir clair à ce sujet s’avère longue et hasardeuse. Elle peut cependant être évoquée ici à partir de l’exemple du sud de Caen, jusqu’à présent relativement délaissé et qui présente l’intérêt d’être à proximité de la limite traditionnellement admise (la vallée de la Dives) et d’avoir été un lieu de production de tuiles et d’ardoises. On négligera ici les autres matériaux122.

  • 123 Rioult, Bernouis et Girard 1999, p. 118.
  • 124 Ibid.
  • 125 Ibid. ; pour les religieux d’Aunay, Arch. dép. Calvados, 7 E 89, fol. 443r.
  • 126 Arch. dép. Calvados, H 747.
  • 127 Si l’on ignore si Saint-Étienne possède encore une ardoisière à Villy au début du xviie  (...)

28Pour les ardoises, la question du contrôle des moyens ne paraît pas débrouillable à l’heure actuelle. Si l’on admet généralement que « au moins dans la région de Caen, l’ardoise bleue du Bocage a remplacé vers 1350 l’ardoise verte importée du nord du Cotentin123 » (fig. 9), alors même que les carrières de schiste bleu du Bocage étaient déjà connues au xiiie siècle124, on ne sait pas grand-chose des propriétaires d’ardoisières. Il est toutefois à noter qu’au xve siècle, les religieux d’Aunay-sur-Odon et ceux de Saint-Étienne de Caen possédaient des carrières d’ardoise à Villy-Bocage125. L’abbaye d’Aunay emploie d’ailleurs encore de l’ardoise de Villy au début du xviiie siècle126, ce qui ne l’empêche pas de préférer celles de Carhaix127

Fig. 9 Exemples d’ardoises vertes du Cotentin et bleues du Bocage, de différents modules, découverts lors de la fouille des reins de voûte du chœur de l’abbatiale de Longues-sur-Mer.

Fig. 9 Exemples d’ardoises vertes du             Cotentin et bleues du Bocage, de différents modules, découverts             lors de la fouille des reins de voûte du chœur de l’abbatiale de             Longues-sur-Mer.

Cl. J.-B. Vincent

  • 128 Le dossier concernant la tuile est plus fourni. En Normandie orientale, on con (...)
  • 129 « […] encore sont-elles, à cette époque, plutôt rares ; il en est signalé une à (...)
  • 130 Fajal 2004, p. 201.
  • 131 Musée des Beaux-Arts de Caen, collection Mancel, ms 302, p. 519, copie Paul de (...)
  • 132 Moulin 2007, livre 2, p. 509.
  • 133 Arnoux 1994, p. 26.
  • 134 Arch. dép. Calvados, E 374 ou Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018, p. 16.
  • 135 Arch. dép. Calvados, E 306 ou Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018, p. 16.
  • 136 Arch. dép. Calvados, H 1453.
  • 137 C’est encore ce que laisse penser le fait qu’à la commanderie de Bretteville-le-Rabet, à (...)
  • 138 Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018, p. 209-241.
  • 139 Par exemple le réseau des bibliothèques cisterciennes. Cf. Falmagne 2000, p. 2 (...)
  • 140 Benoît 1994, p. 90.
  • 141 Voir Norton 1983 et discussion dans Orgeur 2005 ; Termote 1986, en particulier p. 68 ; L (...)
  • 142 Norton et Park 1986, p. 230.

29On connaît également encore mal les tuileries (fig. 10) situées à l’ouest de la Dives128. Michel de Boüard indiquait ne pas en avoir repéré avant la fin du xive siècle129. Bruno Fajal a depuis montré que la production de tuile dans la région de Domfront remontait au moins à la fin du xiiie siècle130 ; les religieux de Savigny y achètent en 1340 « toute la terre pour tieulle » qu’ils voudront131. Marie-Anne Moulin a repéré la tuilerie des religieux de Silly en forêt de Gouffern dès 1270132. Mathieu Arnoux, qui indique que « la production de tuiles constitue la seule exception notable » à la règle du faible investissement des établissements religieux normands dans l’industrie, signale la tuilerie de l’abbaye Blanche de Mortain dès 1318133. À Barbery, à la limite de la plaine de Caen, la première mention d’une tuilerie a été repérée en 1339134. Mais trois ans plus tôt, tout près de là, Guy de Tournebu, seigneur de la Motte-Cesny, avait finalement concédé – après s’y être opposé – aux religieux du Val-Richer qu’ils puissent faire « reis et tieulleries »135. Le patronyme d’une certaine Emma La Forniere à Barbery en 1247136 amène à se demander si la production ne pourrait pas être beaucoup plus ancienne que Michel de Boüard ne le soupçonnait137. La qualité des argiles qui y étaient exploitées138 encourage en tout cas à douter de l’existence d’un déterminisme géographique, à moins qu’on ne considère l’idée d’une méconnaissance technique. Cette idée est pourtant peu crédible : les communautés cisterciennes sont en effet mises en réseau localement – les abbayes filles sont visitées par l’abbé de l’abbaye mère – et à l’échelle de l’ordre – participation de tous les abbés au chapitre général annuel qui se tient à Cîteaux, dans une région réputée pour sa production tuilière. La connexion entre les abbayes favorise les échanges culturels139 et techniques, phénomène déjà constaté dans le cadre de la métallurgie140, mais aussi de la terre cuite architecturale141. Comment imaginer dans ces conditions que les religieux de Barbery aient ignoré la qualité des argiles à leur disposition alors même que les religieux de Beaubec, en Normandie orientale, appartenant au même ordre, produisaient des carreaux de pavement depuis 1210142 ?

Fig. 10 Carte actuelle de la Normandie avec localisation des tuileries et des ardoisières mentionnées dans cet article.

Fig. 10 Carte actuelle de la Normandie             avec localisation des tuileries et des ardoisières mentionnées             dans cet article.

DAO. J.-C. Fossey et J.-B. Vincent

  • 143 BnF, fr. 26006, n° 72.
  • 144 Arch. dép. Calvados, H 6858.
  • 145 Chave 1999, vol. 3, n° 102, Sanson « Lorel » à corriger en « Loisel » (BnF, fr. 26025, n (...)
  • 146 Chave 1999, vol. 3, n° 105.
  • 147 Arch. dép. Calvados, E 453.
  • 148 Arch. dép. Calvados, H 5667.
  • 149 Arch. dép. Calvados, H 5667.
  • 150 Arch. dép. Calvados, 3 P 1945_112_113.
  • 151 Arch. dép. Orne, 3 P 2-475/9.
  • 152 Arch. dép. Orne, 65 B 87.
  • 153 Arch. dép. Eure, 102 B 61 ; observation sur place d’une fosse d’extraction.

30Encore faut-il souligner que les cisterciens ne sont pas seuls sur le marché. En 1364, à Falaise, on utilise de la tuile des prémontrés de l’abbaye de Saint-Jean143. À cette date et dans les années suivantes, Laurent Paris apparaît à plusieurs reprises comme couvreur à Falaise, mais aussi comme vendeur de tuiles dont on ignore la provenance. Or, en 1401, on apprend qu’il tenait le « fournel a tieulle » des cisterciens de Saint-André-en-Gouffern144. En 1391, les tuiles livrées par un homme de Fresné-la-Mère à Falaise proviennent probablement de cette tuilerie des religieux de Saint-André145. La même année, on amène au château de Falaise de la « tieulle gieronnee » depuis l’abbaye de Saint-Jean de Falaise, mais aussi « 2M 5C et demi de tieulle plaine et 14C et demi de tieulle geronnees dont 8C et demi de geronnes ont esté apportees de Barbery a Faloise », payées à « frere Pierres Le Tort et Raoul Le Miere »146. Les productions de Barbery concurrencent donc déjà celles de Saint-André et de Saint-Jean, pourtant beaucoup plus proches, sans doute du fait de la difficulté de ces dernières à répondre à la demande. Quant à l’implication d’un « frere », elle amène à penser que les productions de Barbery sont gérées par les religieux. Encore faut-il être très prudent sur l’abbaye dont il s’agit. En effet, à Barbery, au moins trois abbayes sont investies dans la production tuilière. Dans la décennie 1480, on repère ainsi de nombreuses livraisons de tuile de Barbery au château, au four et au moulin à tan de Thury[-Harcourt]147, assurées par des serviteurs de l’abbaye du Val et de celle de Barbery ; une partie d’entre elles avaient été achetées au curé de Barbery. Une autre tuilerie, appartenant aux bénédictins de Saint-Étienne de Fontenay, est mentionnée à Barbery en 1368148, elle était encore en activité au début du xvie siècle149. Si la question de la datation de ces différents établissements reste posée, on peut tout de même repousser l’idée d’une production qui serait très timide avant le xve siècle : dans la seconde moitié du xive siècle, dans la région de Falaise, on connaît donc au moins trois centres de production intimement liés à des abbayes, tous trois à visée commerciale. La raison en tient sans doute à l’importance de leurs domaines forestiers. Mais on constate également parfois qu’elles jouissent, peut-être dès l’époque de leur fondation, des terrains où se trouvent les argilières : c’est certainement le cas à Barbery, où les argilières sont situées à 900 m de l’abbaye. Pour d’autres abbayes, les lieux d’extraction n’ont pas été identifiés mais la présence d’une tuilerie à proximité de l’abbaye indique celle d’une argilière. On peut citer les exemples de la tuilerie de Saint-André-en-Gouffern150, située à 800 m de l’abbaye, celle de La Trappe151 à 500 m, celle des Clairets152 à 400 m. Dans de rares cas, la tuilerie peut se trouver à l’intérieur de l’enclos, comme à l’abbaye du Trésor153.

  • 154 Arnoux 1994, p. 26.
  • 155 Il pourrait aussi s’agir de l’effet de règlements urbains ou d’un simple pragm (...)
  • 156 Mais il faudrait également approfondir la question pour les établissements ave (...)

31Le problème reste de savoir si ces tuileries avaient, à l’origine, pour seul objectif de pourvoir l’abbaye en matériaux de couverture ou si elles étaient destinées à un développement commercial. Mathieu Arnoux montre par exemple que la tuilerie de l’abbaye Blanche n’a pas d’autre débouché que l’abbaye elle-même154. Mais il paraît raisonnable de penser que, dès leur fondation, les établissements religieux ont d’importants besoins : il s’agit non seulement de leurs bâtiments propres, mais aussi des établissements agricoles, des églises paroissiales dont ils doivent entretenir le chœur lorsqu’ils sont gros décimateurs. Le fait qu’à l’ouest de la Dives, la tuile ne paraisse prendre une part importante dans les matériaux de couverture qu’à partir du xve siècle155 pourrait ainsi être un effet de source, du moins pour les édifices religieux ou appartenant aux religieux156. Il faut pourtant reconnaître que les fonds d’archives de ces établissements, dont certains sont très bien conservés et ont été assez systématiquement compulsés, n’apportent aucune information avant le xive siècle. Mais on doit sans doute mettre cette observation en parallèle de la discrétion, dans la même documentation, des convers.

Conclusion

  • 157 Leloup 2011, p. 210 juge cependant peu convaincant l’argument (ou prétexte) de freiner l (...)

32Si le dossier mériterait des investigations plus systématiques, on peut déjà remettre sérieusement en question le modèle du déterminisme géographique et géologique pour les établissements religieux. Des effets de source semblent avoir longtemps conduit à négliger l’ancienneté et l’importance de la production de terres cuites architecturales dans une région connue pour ses schistes. Le relatif désintérêt des chercheurs qui s’en est suivi pour ces matériaux est sans doute partiellement responsable de la minceur des sources archéologiques sur le sujet. L’utilisation de l’ardoise fine de Thury à l’époque où naît le goût pour celle d’Angers, le réemploi des matériaux conduisant à des couvertures composites, les difficultés de se procurer certains matériaux en fonction du contexte politique constituent pourtant quelques exemples des apports potentiels de l’étude à l’histoire de l’économie des chantiers de construction, à l’histoire de l’art, ou encore à celle du rôle des établissements religieux dans les transferts techniques et culturels. Mais le dossier documentaire ne peut se substituer à l’étude archéologique : la simple mention d’ardoise ou de tuile n’autorise en aucun cas à déduire la provenance du matériau ni sa date de mise en œuvre. Il reste par ailleurs illusoire en l’état actuel des connaissances d’indiquer si le choix d’un matériau est seulement motivé par des considérations économiques : le prix du bois, en fonction du mode de gestion de la forêt, est sans doute responsable de variations très importantes dont témoigne le prix de la tuile dans quelques exemples précis. Si le pouvoir royal se montre de plus en plus sensible à la protection des forêts (ou plutôt à s’en réserver l’usage pour la marine), ce qui amènera au triomphe de l’ardoise qui ne consomme pas de bois, il reste tout à fait envisageable que des raisons esthétiques ait auparavant amené à préférer l’essente157 ou la tuile, ce qui interdit donc tout a priori sur la corrélation recherchée entre le caractère élitaire d’un bâtiment et son mode de couverture.

Haut de page

Bibliographie

Arnoux M.

1994, « Les religieux normands et la technologie : les raisons d’une indifférence », dans Hetzlen C. et De Vos R., Monachisme et technologie dans la société médiévale du xe au xiiie siècle, Cluny, ENSAM, p. 23-50.

Aumard S.

2007, « Nouvelles perspectives d’études sur les tuiles médiévales : recherches sur les toitures de monuments en Bourgogne du Nord », dans On the road again, l’Europe en mouvement, 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne (INHA, Paris, 3-8 septembre 2007), p. 2. URL : http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/S.Aumard.pdf

Aumard S. et Épaud F.

2019, « La toiture en remploi : charpentes et couvertures de la cathédrale Saint-Pierre de Lisieux », Archéologie médiévale [en ligne], Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23280 ; DOI : 10.4000/archeomed.23280.

Aumard S. et al.

2016, « La couverture monumentale en chantier. Les cathédrales d’Auxerre et Sens d’après les données archéologiques, archéométriques et historiques », dans Duperoy F. et Desmet Y. (dir.), Les couvertures médiévales : Images et techniques, Colloque international (Tournai, 22 au 23 avril 2015), Namur, SPW éditions, Études et Documents, Monuments et Sites, 14, p. 181-193.

Auvry C.

1896, (dom), Histoire de la congrégation de Savigny, publié par Laveille A., Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 3 vol.

Avenel A. et al.

2009, Le Valasse, t.1, L’abbaye cistercienne Notre-Dame du Vœu (xiie-xviiie siècle). Le château (xixe-xxe siècle), Rouen, éd. des Falaises.

Beaurepaire C. de Robillard de

1892, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Seine-Inférieure, Archives ecclésiastiques, série G (n° 6221-7370), t. 5, Rouen, Impr. J. Lecerf.

1900-1902, « Notice sur les anciennes couvertures des maisons de Rouen », Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. XII, p. 429-449.

Benoît P.

1994, « L’industrie cistercienne (xiie-première moitié du xive siècle) », dans Hetzlen C. et De Vos R., Monachisme et technologie dans la société médiévale du xe au xiiie siècle, Cluny, ENSAM, p. 51-108.

Bernouis P., Dufournier D. et Lecherbonnier L.

2006, Céramique architecturale en Basse-Normandie : la production de briques et de tuiles xixe-xxe siècles, Cabourg, Cahiers du Temps.

Bocquet-Liénard A., Leclerc M., Dubois A. et al.

2018, Les tuileries médiévales et modernes de Barbery (Calvados), rapport de fouilles, déposé à la Drac Normandie (SRA).

Bocquet-Liénard A., Dubois A. et Vincent J.-B.

2018, Les tuileries médiévales et modernes de Barbery (Calvados), rapport de fouilles, déposé à la Drac Normandie (SRA).

Boscher M.

1831, Essai historique et statistique sur Thury-Harcourt, Caen, T. Chalopin.

Boura F. et Seiller M.,

2013, « Construire et habiter la maison en pan de bois en Alsace », dans Alix C. et Épaud F. (dir.), La construction en pan de bois au Moyen Âge et à la Renaissance, Rennes, PUR, p. 73-98.

Bourgueville de Bras C. de

1833, Les recherches et antiquitez de la province de Neustrie à présent duché de Normandie, Caen, T. Chalopin.

Burnouf J. et al.

1986, « Les matériaux de construction en terre cuite en Alsace au Moyen Âge : tuiles, briques, carreaux, poterie de poêle », dans Derœux D. (dir.), Terres cuites architecturales au Moyen Âge, Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, t. XXII, p. 94-107.

Boüard M. de

1965, « Note sur les matériaux de couverture utilisées en Normandie au Moyen Âge » Annales de Normandie, 15e année, n° 3, 1965, p. 415-436.

Chapelot O.

1987, « Tuiliers bourguignons aux xive-xve siècles : aspects socio-économiques de la production », dans La céramique (ve-xixe siècle). Fabrication – commercialisation – utilisation, Actes du premier congrès international d’archéologique médiévale (Paris, 4-6 octobre 1985), Caen, Société d’archéologie médiévale, p. 195-202.

Chave I.

1999, Le château de Falaise (Calvados) du Moyen Âge à nos jours : étude archéologique et documentaire, Caen, DRAC de Basse-Normandie, 3 vol.

Delisle L.

1903, Études sur la condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie au Moyen Âge, Paris, H. Champion.

Deshayes G.

2016, « Les toitures et les tuiles médiévales de l’aile ouest de l’abbaye de Jumièges (Seine-Maritime) », dans Ollivier J.-P. (dir.), Journées archéologiques de Haute-Normandie, Mont-Saint-Aignan, PURH, p. 139-152.

2012, « Principaux résultats de la fouille préventive de l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux (Eure), dans l’enceinte du couvent de la Providence (2010) », dans Liogier L. (dir.), Journées archéologiques de Haute-Normandie, Mont-Saint-Aignan, PURH, p. 213-218.

Dubois A., Rohée P., Vincent J.-B.

2018, Rapport de l’étude historique et archéologique, Abbaye Notre-Dame d’Hambye, Département de la Manche, 3 vol.

Dubois A. et Vincent J.-B.

2018, « La charpente de l’aile des convers à Saint-André-en-Gouffern : un témoignage d’une phase de reconstruction pendant la guerre de Cent Ans », dans Bauduin P. et al. (dir.), Sur les pas de Lanfranc du Bec à Caen, Recueil d’études en hommage à Véronique Gazeau, Cahier des Annales de Normandie, n° 37, p. 175-192.

2015, « L’abbaye cistercienne de Barbery (Calvados) : liste abbatiale et restitution du bâti », Annales de Normandie, vol. 65-1, p. 39-152

Dubois A. et Vincent J.-B., coll. Gourgoury Y., Riquier C.

2018, Diagnostic patrimonial et archéologique avec étude documentaire. Abbaye d’Ardenne. Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, Rapport déposé à la Drac Normandie (SRA), 2 vol.

Dubois J.

2000, Notre-Dame d’Alençon : financement et reconstruction, 1350-1540, Rennes, PUR.

Duhamel du Monceau M.

1766, Art du couvreur, Paris, L. F. Delatour.

Dumarché L.

1998, « Tuileries et tuiliers de Bois-Jérôme (Vexin normand) au xve siècle », dans Manneville P. (dir.) Le monde rural en Normandie, actes du XXXIIe congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie (Gisors, 2-5 octobre 1997), Caen, Musée de Normandie, p. 337-346.

Épaud F.

2007, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie. Évolution des techniques et des structures de charpenterie aux xiie-xiiie siècles, Caen, Publications du CRAHM.

Faisant É.

2013, L’architecture à Caen du règne de Charles VIII au début du règne de Louis XIII, Thèse de doctorat en histoire de l’art, Paris 4, sous la direction d’Alexandre Gady.

Fajal B.,

2004, « Tuiles et autres matériaux de couverture dans la vicomté de Domfront (fin du Moyen Âge-xviie siècle) », dans Désiré dit Gosset G. et al. (dir.), Matériaux de construction en Normandie du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque de Saint-Lô, Saint-Lô (24-25 novembre 2000), Société d’Archéologie et d’histoire de la Manche, p. 193-204.

Falmagne T.

2000, « Le réseau des bibliothèques cisterciennes aux xiie et xiiie siècles, perspectives de recherche », dans Bouter N., Unanimité et diversité cisterciennes. Filiations - Réseaux - Relectures du xiie au xviie siècle, actes du quatrième Colloque International du CERCOR, Dijon (23-25 septembre 1998), Publication de l’Université de Saint-Étienne, p. 195-222.

Fournée J.

1975, « L’abbaye de Belle-Étoile – I***. L’abbaye à travers les siècles », Le Pays Bas-Normand, 68e année, n° 3, p. 141-202.

Froidevaux Y.-M.

2001, Techniques de l’architecture ancienne, Mardaga, Sprimont, 4e edition.

Gastebois V.

1934, L’abbaye de Savigny en 1751, Mortain, Letellier.

Gilles I.

2011, « L’évolution du comble à la lecture des traités français d’architecture du xvie au xviiie siècle », dans Hoffsumer P. (dir.), Les charpentes du xie au xixe siècle, grand ouest de la France, typologie et évolution, analyse de la documentation de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Turnhout, Brepols, p. 29-40.

Hoffsumer P.

2002, Les charpentes du xie au xixe siècle, typologie et évolution en France du Nord et en Belgique, Monum, Édition du Patrimoine, Paris.

Huard G.

1925, La paroisse et l’église Saint-Pierre de Caen des origines au milieu du xvie siècle, Caen, Jouan et Bigot.

Hunger V.

1912, Le siège de la prise de Caen par Charles VII en 1450, Paris, Champon et Pailhé.

Hunot J.-Y.

2016, « De tuiles et d’ardoises : les couvertures médiévales en Anjou » dans Duperroy F. et Desmet Y. (dir.), Les couvertures médiévales : images et techniques, Colloque international (Tournai 22-23 avril 2015), Namur, SPW éditions, Études et documents, Monuments et Sites, 14, p. 231-241.

Jeannin Y. et Bonvalot Y.

1997, « Tuiles cisterciennes de Franche-Comté », dans Haute-Saône SALSA, Supplément n° 28, p. 71-84.

2009, « Terre cuite architecturale en Franche-Comté : un aperçu de la question », dans Chapelot J. et al. (dir.), Terres cuites architecturales médiévales et modernes en Île-de-France et dans les régions voisines, Caen, Publications du CRAHM, p. 355-384.

Lardin P.

2004, « Les matériaux de couverture en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », dans Désiré dit Gosset G. et al. (dir.), Matériaux de construction en Normandie du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque de Saint-Lô, Saint-Lô (24-25 novembre 2000), Société d’Archéologie et d’histoire de la Manche, p. 117-149.

Lebouteux P.

2001, Traité de couverture traditionnelle : histoire, matériaux, techniques, Dourdan, H. Vial.

Leguay J.-P.

1985, « L’approvisionnement des chantiers bretons en matériaux de construction aux xive et xve siècles », dans Chapelot O. et Benoît P., Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, Paris, EHESS, p. 27-79.

Leloup D.

2011, « Les essentes de châtaignier en Bretagne et en Normandie et les toitures en lauzes chevillées en Trégor et en Léon », dans Hoffsummer P. (dir.), Les charpentes du xie au xixe siècle, grand ouest de la France, typologie et évolution, analyse de la documentation de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Turnhout, Brepols, p. 209-213.

Le Pogam P.-Y.

1989, Les œuvres royaux à l’époque de Charles VII d’après les documents de la Chambre des comptes, Thèse du diplôme d’archiviste-paléographe en histoire médiévale, Paris, École nationale des Chartes.

Lohrmann D.

1986, « Remarques sur quelques tuileries et briqueteries cisterciennes de l’Allemagne du nord-est (13e-14e siècles) », dans Derœux D., Terres cuites architecturales au Moyen Âge, Actes du colloque de Saint-Omer (7-9 juin 1985), Arras, Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, p. 17-22.

Madeline F.

2009, « Le don de plomb dans le patronage monastique d’Henri II Plantagenêt : usages et conditions de la production du plomb anglais dans la seconde moitié du xiie siècle », Archéologie médiévale, no 39, p. 31-51.

Maneuvrier C.

1999, « Production et commercialisation de tuiles aux xiiie-xve siècles en Pays d’Auge », dans San Juan G. et Maneuvrier J. (dir.), L’exploitation ancienne des roches dans le Calvados : Histoire et Archéologie, Caen, Conseil général du Calvados, p. 352-357.

Moulin M.-A.

2007, Argentan au Moyen Âge : aspects urbains, sociaux et économiques, Thèse de doctorat en Histoire et civilisations sous la direction de Philippe Braunstein, Paris, EHESS.

Neveux F.

1996, Bayeux et Lisieux. Villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Éditions du Lys.

Niobey E.

1933, Bulletin des amis d’Hambye, n° 1.

Norton C.

1983, « Varietates pavimentorum. Contribution à l’étude de l’art cistercien en France », Cahiers archéologiques, t. 31, p. 69-113.

Norton C. et Park D.

1986, Cistercian art and architecture in the British Isles, Cambridge, Cambridge University Press.

Orgeur M.

2005, « Les carreaux de pavement des abbayes cisterciennes en Bourgogne (fin xiie-fin xive siècle) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, 9, http://journals.openedition.org/cem/850, DOI : 10.4000/cem.850

Pitte D.

2007, Bus-Saint-Rémy (Eure), abbaye du Trésor, Rapport de sondages archéologiques 21-25 mai 2007, rapport dans le cadre d’une étude préalable du cabinet d’architecture de B. Decaris, Rapport déposé à la Drac Haute-Normandie (SRA).

Rioult M., Bernouis P. et Girard R.

1999, « Ardoises et ardoisières du Bocage normand », dans San Juan G., Maneuvrier J. (dir.), L’exploitation ancienne des roches dans le Calvados : Histoire et Archéologie, Caen, Conseil général du Calvados, p. 116-122.

Ritz-Guilbert A.

2008, « La collection Gaignières : méthodes et finalités », Bulletin Monumental, t. 166-1644, p. 315-338.

Sauvage R.-N.

1911, « L’abbaye de Saint-Martin de Troarn au diocèse de Bayeux des origines au seizième siècle », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, vol. 34.

Termote J.

1986, « Production et utilisation de la brique à l’abbaye des Dunes, Coxyde », dans Derœux D., Terres cuites architecturales au Moyen Âge, Actes du colloque de Saint-Omer (7-9 juin 1985), Arras, Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, p. 60-71.

Vincent J.-B.

2019, La toiture du chœur de l’abbatiale de Longues-sur-Mer (14), sondages archéologiques et analyse du bâti, Rapport déposé à la Drac Normandie (SRA).

Wazylyszyn N.

1995, « Abbaye de Saint-Georges-de-Boscherville : de la collégiale à l’abbaye bénédictine (xie-xvie siècle) », Revue archéologique de l’ouest, vol. 12, p. 147-157.

Haut de page

Notes

1 Aumard et al. 2016.

2 Boüard 1965, p. 436.

3 Ibid., p. 422-423.

4 Lardin 2004, p. 139 et Boüard 1965, p. 422. Voir aussi Fajal 2004, p. 193 : « Si le schéma général de l’évolution des matériaux de couverture, du Moyen Âge à nos jours, est bien celui d’un recul du végétal – combustible – au profit du minéral et de ses dérivés, les conditions et la chronologie dans lesquelles ce recul s’effectue dans la Normandie des périodes médiévale et moderne restent, sinon à déterminer, du moins à préciser, jusqu’au xixe siècle, particulièrement dans le monde rural ».

5 Bernouis, Dufournier et Lecherbonnier 2006, p. 21.

6 Boüard 1965, respectivement p. 432 et p. 434.

7 Dans les maçonneries du déambulatoire de la cathédrale, Épaud 2007, p. 125.

8 Ibid., p. 127.

9 Ibid., p. 129.

10 Arch. dép. Calvados, 3 B 633-1.

11 Arch. dép. Calvados, 3 B 633-1. Dans les deux occurrences, il semble que le mot « recharge » a été corrigé en « recharche » voire « recherche ».

12 Aumard 2007, p. 9 – fig. 1.

13 BnF, fr. 26025, n° 1650. Marie-Anne Moulin a relevé un exemple comparable à Argentan : Moulin 2007, livre 2, p. 516. Voir encore l’exemple du château du Val-de-Reuil où, en 1389, un maçon est rémunéré pour avoir « repaumelee » (garni de lattes ?) la chapelle du roi et « avoir remaniee toute la tieulle et refaite bien et deuement et est assavoir qu’il en y a bien la moitié couverte d’essende devers la court » (BnF, fr. 26023, n° 1406).

14 Arch. dép. Calvados, H 438.

15 Certains édifices, tels que l’abbaye de Lessay, étaient couverts de lauze (Leloup 2011, p. 212), mais faute de données sur l’ensemble de la Normandie, ce matériau ne sera pas abordé.

16 Pour un exemple de remploi d’essente à Pont-Audemer au début du xve siècle, voir BnF, fr. 26034, n° 3818.

17 Selon Joëlle Burnouf, certaines charpentes ne peuvent pas recevoir n’importe quel matériau, cf. Burnouf et al. 1986, p. 95.

18 Jeannin et Bonvalot 1997, p. 72.

19 Hoffsummer 2002, p. 152.

20 Toutefois, ce matériau exige des charpentes très solides en bois sec pour éviter la formation de céruse (qui provoque une rapide détérioration du métal) ; Leguay 1985, p. 47.

21 Gilles 2011, p. 32.

22 Notion d’interchangeabilité. Cf. Jeannin et Bonvalot 2009, p. 359-360.

23 Burnouf et al. 1986, p. 95.

24 Boura et Seiller 2013, p. 77-80.

25 Épaud 2007, p. 171.

26 L’ardoise mériterait pourtant elle aussi un intérêt soutenu, Hunot 2016.

27 Aumard et al. 2016.

28 Niobey 1933.

29 Travail en cours sur l’étude de la diffusion des tuiles produites à Barbery, cf. Bocquet-Liénard, Leclerc, Dubois et al. 2018.

30 Source orale, responsable de fouille, Nicolas Wazylyszyn. Des tuiles plates à cheville ont été retrouvées dans les niveaux de construction du cloître datés du premier quart du xiie siècle. Concernant l’analyse du cloître, cf. Wazylyszyn 1995, p. 152-153.

31 Deshayes 2016, p. 146.

32 Avenel et al. 2009, p. 76.

33 Deshayes 2012, p. 215.

34 Pitte 2007.

35 Aumard et Épaud 2019.

36 Étude en cours.

37 Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018.

38 Huard 1925, p. 211, 219-221.

39 Lardin 2004, p. 139 et Boüard 1965, p. 422.

40 Par exemple le plan des bois de l’abbaye de Fontaine-Guérard de 1773 (Arch. dép. Eure, 2 Pl 142).

41 Dubois, Vincent 2015, p. 126.

42 Ibid., p. 122.

43 Ritz-Guilbert 2008, p. 335.

44 Ibid., p. 317.

45 Par exemple sur la vue de la ville de Donsy – BnF, EST-VA-42 (2).

46 BnF, EST-VA-76 (8).

47 Dubois et Vincent 2018, vol. 2, p. 101.

48 Arch. dép. Calvados, 8 E 3296, 7 septembre 1760.

49 BnF, EST-VA-27 (6).

50 BnF, EST-VA-27 (5)-b.

51 BnF, EST-VA-76 (7)-b.

52 BnF, EST-VA-14 (4)-a.

53 Cf. Froidevaux 2001, p. 57.

54 Lebouteux 2001, p. 40.

55 Ibid.

56 Duhamel du Monceau 1766, p. 41. Pour Pierre Lebouteux, l’essente est un produit très avantageux qui a une importante longévité. À aucun moment, il ne mentionne l’effet du pourrissement qui est, très certainement, l’un des stades de fin de vie de ce type de couverture.

57 Leloup 2011, p. 211.

58 Arch. dép. Calvados, H 7947.

59 Arch. dép. Calvados, H 5822.

60 Arch. dép. Seine-Maritime, 211 BP 126.

61 Arch. dép. Calvados, 1 Q 494 ; Arch. Société historique de Lisieux, 9 F Deville, B 3 dossier Manerbe.

62 On peut signaler toutefois l’utilisation du plomb sur « la piramide » de l’église Saint-Georges du château de Caen en 1650 (Arch. dép. Calvados, C 1682).

63 Musée des Beaux-Arts de Caen, collection Mancel, ms 296, p. 62.

64 Lardin 2004, p. 144. Du plomb était également utilisé pour les terrasses de la cathédrale de Rouen, ibid., p. 143.

65 Il peut toutefois faire l’objet d’un patronage, voir Madeline 2009 (qui signale en particulier p. 39 le transport de plomb anglais à Rouen).

66 BnF, EST-VA-14 (8).

67 BnF, EST-VA-14 (4)-b.

68 BnF, EST-VA-76 (5).

69 Épaud 2007, p. 321-335.

70 Arch. dép. Seine-Maritime, 12 Fi 132.

71 Lardin 2004, p. 140.

72 Arch. dép. Seine-Maritime, G 5583.

73 Fournée 1975, p. 160.

74 Arch. dép. Manche, 301 J 324 ; Dubois, Rohée, Vincent 2018, vol. 1, p. 41.

75 Huard 1925, p. 220.

76 Dubois et Vincent 2015, p. 126, n. 521.

77 Lardin 2004, p. 139.

78 Ibid., p. 137.

79 Ibid., p. 138.

80 Boüard 1965, p. 429.

81 Ibid.

82 Ibid., p. 432.

83 Arch. dép. Calvados, E 453.

84 Charles de Bourgueville évoque en 1588 l’ardoisière de Thury « dont l’on tire de la plus luisante et polie ardoise, pour couvrir les bastimens, que l’on puisse trouver en autre pays, sans en excepter Anjou » (Bourgueville 1833, p. 42). Au xixe siècle, Boscher relativise cet enthousiasme : « Cette ardoise n’avait pas la durée de celle de l’Anjou. Elle était plus felle, disaient les couvreurs du pays, c’est-à-dire, plus facile à briser », ce qui explique probablement son abandon au début du xviiie siècle (Boscher 1831, p. 62-63, n. 2).

85 En 2019, la fouille des reins de voûte du chœur de l’abbatiale de Longues-sur-Mer a mis au jour un lot d’ardoises sur lesquelles la trace des pureaux est parfaitement visible. La largeur des pureaux est comprise entre 3 et 5 cm, ce qui révèle un important chevauchement entre chaque ardoise (Vincent 2019).

86 Voir les calculs proposés par Dumarché 1998, p. 338-342.

87 BnF, fr. 26065, n° 3762, édité par Hunger 1912, pièce justificative n° XII, p. XLII-XLIX.

88 Si le texte ne le dit pas, l’identité de Drouet du Bosc permet de le soupçonner (BnF, fr. 26023, n° 1263). Le prix ne semble pas avoir varié depuis 1424, lorsque Jacquet du Pont, de Villy, livre à ses frais à Caen de l’ardoise à 40 sous le millier (Manuscrits dom Lenoir, microfilmés aux Arch. nat., 104 Mi 1-76, vol. 28, p. 461).

89 Arch. dép. Calvados, F 4096/1. Les tuiles proviennent de Barbery.

90 BnF, fr. 26084, n° 7040.

91 Arch. dép. Calvados, A 104, fol. 252r.

92 Étienne Faisant a remarqué que « les prix des tuiles ont nettement augmenté au cours des décennies, avec une hausse importante dans les années 1560 et deux pics dans les années 1590 et 1610 » (Faisant 2013, p. 225).

93 Boüard 1965, p. 428.

94 Beaurepaire 1900-1902, p. 433.

95 BnF, fr. 26076, n° 5770.

96 Beaurepaire 1900-1902, p. 433.

97 Leloup 2011, p. 210.

98 Lardin 2004, p. 124.

99 Archives de Monaco, J 104, courrier de Le Boucher à Chabrol, 5 novembre 1735.

100 Par exemple à Notre-Dame d’Alençon en 1519, Dubois 2000, p. 158.

101 Arch. dép. Calvados, 1 B 3445.

102 Mot non identifié : on lit « et d’icupends ».

103 Arch. dép. Calvados, H 660.

104 Boüard 1965, p. 432.

105 Arch. dép. Calvados, 5 B 210.

106 C’est par exemple ce que laisse imaginer l’utilisation d’essente à Rouen encore au xve siècle, parfois « concurremment avec la tuile », Beaurepaire 1900-1902, p. 433.

107 Arch. dép. Calvados, 11 B 202.

108 Ces chiffres paraissent exclure qu’il s’agisse de pans différents pour chacun des bâtiments. Les experts estiment le coût de l’entretien des couvertures (comprenant a priori la livraison, les clous, lattes, chaux et « façon »), qui revient à 6 s. 6 d. la toise pour l’ardoise, 2 s. 6 d. pour la tuile… Ces coûts sont peut-être liés à la vétusté plus ou moins importante des différentes couvertures (Gastebois 1934). Il n’est plus question à cette date du plomb que dom Auvry supposait avoir couvert la nef avant 1562 (Auvry 1896, t. 3, p. 308).

109 Beaurepaire 1892, G 6618 (Arch. dép. Seine-Maritime).

110 Arch. dép. Seine-Maritime, G 6617.

111 Bibl. mun. Caen, In-fol. 142, p. 9.

112 Arch. dép. Calvados, 2 B 492.

113 Arch. dép. Calvados, H 7293.

114 Le Pogam 1989, p. 185, d’après BnF, PO 956, Cursum n° 13.

115 BnF, fr. 26029, n° 2741 ; voir aussi le n° 2735.

116 Sur les problèmes d’approvisionnement en Bourgogne, voir aussi Chapelot 1987, p. 197-198 qui renvoie par ailleurs à des constatations similaires pour la Flandre et l’Artois, ainsi qu’en Provence et Comtat Venaissin.

117 Lardin 2004, p. 132.

118 Voir par exemple, Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018, p. 148, 175 sq., concernant la disparition progressive des marchands tuiliers propriétaires des moyens de production. Sur l’augmentation de la demande, voir aussi Chapelot 1987, p. 198 pour la Bourgogne.

119 Lardin 2004, p. 138.

120 Arch. dép. Calvados, H 1531.

121 Arch. dép. Calvados, 7 E 4, fol. 253v ; éd. Sauvage 1911, p. 325.

122 Le plomb paraît surtout provenir d’Angleterre : Lardin 2004, p. 141 ; Madeline 2009.

123 Rioult, Bernouis et Girard 1999, p. 118.

124 Ibid.

125 Ibid. ; pour les religieux d’Aunay, Arch. dép. Calvados, 7 E 89, fol. 443r.

126 Arch. dép. Calvados, H 747.

127 Si l’on ignore si Saint-Étienne possède encore une ardoisière à Villy au début du xviie siècle, on a vu qu’elle utilise en tout cas de l’ardoise de Thury.

128 Le dossier concernant la tuile est plus fourni. En Normandie orientale, on connaît la tuilerie de l’archevêque de Rouen à Aliermont en 1253 (Beaurepaire 1900-1902, p. 445, n° 1) ; on remarque une allusion à une production de tuiles à Mortemer en 1287 (Arnoux 1994, p. 30-31 et Boüard 1965, p. 423). En 2010, Gilles Deshayes a mis au jour un four tuilier dans l’enceinte de Saint-Taurin d’Évreux (Deshayes 2012, p. 215). Si les productions du pays d’Auge sont peut-être un peu plus tardives (xiiie siècle), au xve siècle, « le tuilier de l’évêque dispose alors du monopole de fabrication et de commercialisation à l’intérieur de la zone sur laquelle s’étend la juridiction épiscopale » (Maneuvrier 1999, p. 356). Mais lorsqu’un tuilier de Saint-Désir prend à ferme la tuilerie de l’évêque en 1459, il est tenu de payer une rente en tuiles « du moulle acoustumé d’icelle tieullerie » ce qui laisse imaginer une organisation plus ancienne (Bibl. mun. Lisieux, 0005, Cartulaire de l’évêché de Lisieux, fol. 116r ; en ligne sur le site Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux de l’IRHT). Voir aussi Neveux 1996, p. 550-551.

129 « […] encore sont-elles, à cette époque, plutôt rares ; il en est signalé une à Fresné-la-Mère en 1392, une autre à Barbery en 1406 », Boüard 1965, p. 423. Concernant Fresné-la-Mère, voir infra.

130 Fajal 2004, p. 201.

131 Musée des Beaux-Arts de Caen, collection Mancel, ms 302, p. 519, copie Paul de Farcy d’après un original perdu en 1944 aux Archives départementales de la Manche.

132 Moulin 2007, livre 2, p. 509.

133 Arnoux 1994, p. 26.

134 Arch. dép. Calvados, E 374 ou Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018, p. 16.

135 Arch. dép. Calvados, E 306 ou Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018, p. 16.

136 Arch. dép. Calvados, H 1453.

137 C’est encore ce que laisse penser le fait qu’à la commanderie de Bretteville-le-Rabet, à moins de 10 km de Barbery, en 1307, les visiteurs trouvent au cellier « tuyle et cauz pour couvrir les maisons » (Delisle 1903, p. 724).

138 Bocquet-Liénard, Dubois et Vincent 2018, p. 209-241.

139 Par exemple le réseau des bibliothèques cisterciennes. Cf. Falmagne 2000, p. 201-206.

140 Benoît 1994, p. 90.

141 Voir Norton 1983 et discussion dans Orgeur 2005 ; Termote 1986, en particulier p. 68 ; Lohrmann 1986.

142 Norton et Park 1986, p. 230.

143 BnF, fr. 26006, n° 72.

144 Arch. dép. Calvados, H 6858.

145 Chave 1999, vol. 3, n° 102, Sanson « Lorel » à corriger en « Loisel » (BnF, fr. 26025, n° 1747). La commune de La Hoguette, où est située l’abbaye de Saint-André, est limitrophe de Fresné-la-Mère.

146 Chave 1999, vol. 3, n° 105.

147 Arch. dép. Calvados, E 453.

148 Arch. dép. Calvados, H 5667.

149 Arch. dép. Calvados, H 5667.

150 Arch. dép. Calvados, 3 P 1945_112_113.

151 Arch. dép. Orne, 3 P 2-475/9.

152 Arch. dép. Orne, 65 B 87.

153 Arch. dép. Eure, 102 B 61 ; observation sur place d’une fosse d’extraction.

154 Arnoux 1994, p. 26.

155 Il pourrait aussi s’agir de l’effet de règlements urbains ou d’un simple pragmatisme visant à limiter les incendies.

156 Mais il faudrait également approfondir la question pour les établissements avec lesquels les abbayes sont en contact, la tuile pouvant servir de monnaie d’échange ou d’aumône.

157 Leloup 2011, p. 210 juge cependant peu convaincant l’argument (ou prétexte) de freiner le déboisement des forêts qui intervient dans l’interdiction, étendue aux campagnes, de l’utilisation de l’essente au xviiie siècle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Carte actuelle de la Normandie avec localisation des monuments (cathédrales, églises, abbayes, prieurés et châteaux) mentionnés dans cet article.
Crédits DAO. J.-C. Fossey et J.-.B. Vincent
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Fig. 2 Extrait de la vue cavalière de l’abbaye cistercienne de Barbery, plan de la paroisse de Barbery, 1783.
Crédits Arch. dép. Calvados, H 1381/2 ; en ligne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3 Détail de la vue du manoir de Réville.
Crédits Arch. dép. Calvados, H 8955 ; CPL 1 ; en ligne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 L’abbaye de la Sainte-Trinité de Caen avec, au premier plan, Bourg-la-Reine, vue Gaignières, 1702.
Crédits BnF, EST-VA-14 (4)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5M
Titre Fig. 5 Détail du carré claustral de l’abbaye de Jumièges, vue Gaignières, 1702.
Crédits Bib. Municipale de Rouen, U479-8-10
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig. 6 L’abbaye du Breuil-Benoît, vue Gaignières, 1702.
Crédits BnF, EST-VA-27 (5)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre Fig. 7 L’abbaye de Saint-Georges-de-Boscherville, vue Gaignières, 1700.
Crédits BnF, EST-VA-76 (7)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Titre Fig. 8 Exemple de couverture du nord Sarthe mêlant tuile et ardoise, Nogent-le-Bernard.
Crédits Cl. K. Vincent
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 9 Exemples d’ardoises vertes du Cotentin et bleues du Bocage, de différents modules, découverts lors de la fouille des reins de voûte du chœur de l’abbatiale de Longues-sur-Mer.
Crédits Cl. J.-B. Vincent
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 10 Carte actuelle de la Normandie avec localisation des tuileries et des ardoisières mentionnées dans cet article.
Crédits DAO. J.-C. Fossey et J.-B. Vincent
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/25838/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Dubois et Jean-Baptiste Vincent, « Le choix des matériaux de couverture : l’exemple des édifices religieux normands du xiie au xviiie siècle »Archéologie médiévale [En ligne], Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/25838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.25838

Haut de page

Auteurs

Adrien Dubois

Chargé d’études documentaires indépendant ; Craham – Centre Michel-de-Boüard, UMR 6273

Articles du même auteur

Jean-Baptiste Vincent

Craham – Centre Michel-de-Boüard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search