Navigazione – Mappa del sito

Gabrielle Démians d’Archimbaud (1929-2017)

Michel Fixot
p. 1-4

Testo integrale

Gabrielle Démians d’Archimbaud sur le site de la Gayole.

Gabrielle Démians d’Archimbaud sur le site de la Gayole.

Cliché CNRS-LA3M

1Gabrielle Démians d’Archimbaud s’est éteinte au cours de l’été 2017. Elle allait atteindre 88 ans. En raison de son état de santé, depuis une dizaine d’années elle s’était peu à peu retirée de ses activités publiques.

2En 1959, agrégée d’histoire depuis deux ans, elle avait accédé au cursus universitaire en tant que chargée de cours, alors première femme enseignante dans la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence. Devenue assistante en archéologie médiévale, elle fut l’une des figures fondatrices de la discipline en France, avec Michel de Boüard et Jean-Marie Pesez.

3À Caen, en 1965, lors de la fouille du Vieil Palais, adjacent à la Salle de l’Échiquier, sous la direction de Michel de Boüard, sa personnalité fut évoquée un jour en termes inoubliables pour un néophyte, en tant que conductrice d’un chantier dont les proportions dépassaient amplement celles qui étaient alors coutumières pour des sites d’enceintes de terre ou de mottes castrales et cela dans un cadre qui était encore celui, exclusif, des fouilles sur programme de recherche. En Angleterre et en Pologne, ses stages l’avaient familiarisée avec les nouvelles problématiques et la maîtrise des vastes surfaces de terrain. Depuis 1961, elle avait en effet entrepris l’exploration du site de Rougiers, participation majeure au programme « Villages désertés », comme le montrait la même année son article paru dans l’ouvrage du SEVPEN. L’image rapportée était celle d’une chef de chantier campant sur place dans la forêt, ordonnant sa fouille au sommet de la falaise en s’imposant, en même temps que ses méthodes, aux ouvriers des mines de bauxite recrutés pour l’occasion, seuls capables d’assumer de lourdes tâches et de dangereuses contraintes matérielles.

4Cette entreprise exigeante physiquement, moralement et intellectuellement était destinée à la rédaction d’une thèse d’État, sous la direction de Georges Duby, soutenue en 1978, 10 ans après la fin du chantier. Ce fut la première publication archéologique française rendant compte, sous une seule plume, de tous les aspects d’une fouille conduite sur une grande superficie. Les six volumes académiques multigraphiés furent repris par l’ouvrage de référence que l’on connaît, publié par les Éditions du CNRS en 1981. Entre temps, une équipe de recherche avait été constituée pour l’exploitation des données en laboratoire, en particulier pour l’étude de la céramique et des objets de la vie domestique, ce qui signifiait quête de financements pour les collaborateurs les plus proches et appel à des spécialistes des laboratoires voisins pour la mise au point non gratuite des dossiers graphiques.

5Simultanément, cette grande fouille constituait le point d’appui pour la reconnaissance institutionnelle du Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne (LAMM) ainsi que sa fondation, d’abord sous étiquette universitaire, puis très vite sous la forme d’une équipe associée au CNRS en 1970, transformée en 1974 comme l’une des unités du Centre de recherches archéologiques basé à Valbonne-Sophia-Antipolis. Une fois passées les contraintes académiques, la conception d’une recherche d’équipe se manifeste par les nombreuses co-signatures qui apparaissent dans sa bibliographie.

6En ces années fondatrices, le travail sur Rougiers n’épuisait pas son énergie. L’époque exigeait une thèse secondaire de la part des candidats à un doctorat d’État. Le projet reposait sur l’exploration du site paléochrétien et médiéval de la Gayole, proche de Rougiers, objet de fouilles entre 1964 et 1972. Ce site de plaine, déjà renommé, consistant en une église priorale et son cimetière, faisait figure de complément par rapport à celui de Rougiers, site de hauteur de la deuxième partie du Moyen Âge qui apparaissait dépourvu de fonction religieuse.

7Ces deux chantiers étaient significatifs de la conception de l’archéologie que se faisait Gabrielle Démians d’Archimbaud. Par l’intermédiaire d’entreprises monographiques, selon un processus d’archéologie « intensive », la recherche s’attachait à décrire et comprendre des processus historiques sur l’ensemble du Moyen Âge. De manière originale à l’époque, pour cette archéologie médiévale naissante, était aussi revendiquée la part de l’histoire de l’art, rejetée alors par certains, ce qui se traduisait sur le terrain par le regard porté aux élévations et au décor architectural. C’est cet intérêt spécifique que montrait un livre, Histoire artistique de l’Occident médiéval, manuel paru en 1968, dans la fameuse Collection U. Car, en même temps que d’archéologie, la recherche prenait appui sur un enseignement d’histoire de l’art qu’elle assura, aussi longtemps que possible, dans le cadre de l’UER d’Histoire de l’université de Provence, dans un effort, qui apparaît a posteriori malheureusement voué à l’échec, de tenir tissés entre eux les fils de ce qu’elle considérait comme une même discipline. Gabrielle Démians d’Archimbaud aimait l’enseignement qu’elle avait exercé après son agrégation d’histoire, en 1957, aux lycées de Montpellier puis d’Aix-en-Provence. Les étudiants étaient sensibles à la chaleur qui émanait de ses cours, sans que jamais la petite difficulté d’élocution qu’elle éprouvait n’atténue l’attachement qu’elle suscitait. En 1970, cette attitude d’ouverture intellectuelle lui avait valu, à l’instigation de Jean Hubert, converti aux nouvelles méthodes stratigraphiques et à la fouille « monumentale », que lui soit confié, entre 1970 et 1975, l’accompagnement archéologique des campagnes de restauration de la basilique Saint-Victor à Marseille.

8En 1979, les vingt premières années de sa carrière furent consacrées par le grade de Professeur à l’université de Provence. Par son énergie, son courage et sa compétence, Gabrielle Démians d’Archimbaud avait gagné la reconnaissance du milieu universitaire. Ce ne fut pas chose facile, déjà en tant que femme, sur place, dans un environnement scientifique très masculin. En archéologie, le milieu dominant à Aix était celui de l’Antiquité, caractérisé par l’empreinte des anciens membres des Écoles françaises à l’étranger, en particulier celle de Rome. Pour des raisons historiques, certains avaient eu, ou conservaient, des attaches fortes avec d’autres pays, en particulier par de prestigieux chantiers au Maghreb. D’aucuns, sensibles néanmoins aux données du terrain métropolitain, étaient davantage tentés par une approche extensive de l’espace et de la topographie. Sur ce point, elle ressentit l’absence d’un « sacrement » et montrait une certaine réserve par rapport aux collègues qui les avaient tous reçus. Côté historiens, spécialistes des sources écrites et de l’histoire intellectuelle dans le lignage de Georges Duby, l’intérêt pour l’histoire « matérielle » et l’étude des « tarraillettes » suscitait scepticisme, voire ironie. Consciemment ou inconsciemment, ces circonstances ont marqué Gabrielle Démians d’Archimbaud qui se montrait plus à l’aise avec ceux qui partageaint ses centres d’intérêt, en particulier les archéologues et céramologues français ou étrangers concernés par les productions médiévales dans le domaine des artisanats.

9Une partie du matériel céramique recueilli à Rougiers, issu d’importations, posa en effet immédiatement des questions relatives aux identifications et aux datations. Grâce à différentes missions obtenues du CNRS, elle établit ainsi de solides contacts avec des institutions espagnoles ou italiennes, au sein des universités ou des musées. C’est dans ce contexte de liens scientifiques, élargis au Maghreb, qu’elle provoqua en 1978, dans les locaux du Centre de recherches archéologiques à Sophia-Antipolis, un colloque international sous le titre « La céramique médiévale en Méditerranée occidentale ». Cette première rencontre fédératrice devait donner naissance à l’Association internationale pour la céramique médiévale méditerranéenne (auquel s’ajouta le terme « moderne ») qu’elle présida effectivement jusqu’en 2006, et dont le titre énonce la prise en compte effective de l’ensemble des pays riverains de la Méditerranée, avec une pointe vers l’Asie centrale. Des congrès bisannuels sont nés onze livres et, en 1995, l’exposition « Le Vert et le Brun », dans la chapelle de La Vieille-Charité, séduisit totalement le directeur des musées de Marseille d’alors, Bernard Blistène, spécialiste bien connu de l’art contemporain.

10C’est en premier lieu la problématique de la céramique qui l’avait justement engagée à conduire deux fouilles relatives aux productions du commencement et de la fin du Moyen Âge, sur le site de Saint-Blaise (1980-1984) et dans la ville d’Avignon (1970). Un livre fut consacré à chacun de ces chantiers. Dans cette sous-discipline, Gabrielle Démians d’Archimbaud exprima une attirance pour des domaines scientifiques autres que celui des Sciences humaines. Elle éprouva une intense satisfaction intellectuelle dans sa collaboration avec Maurice Picon, directeur du laboratoire de céramologie de Lyon, et elle profita très tôt du recours à l’archéométrie tant pour l’étude des terres utilisées par les potiers que pour les techniques de datation, et en particulier celle des restes humains.

11Entre 1975 et 1995, il n’est pas étonnant que la reconnaissance scientifique acquise lui valût d’être appelée à siéger non seulement dans les différentes instances et conseils du CNRS relatifs à la gestion de l’archéologie ou des archéologues-chercheurs, mais aussi à diriger des programmes de recherche nationaux en archéologie médiévale dont l’énoncé des sigles, qui étaient prestigieux à l’époque, n’éveillerait plus guère d’échos. Il en fut de même dans l’instance consultative universitaire (1984-1987) et dans celle du Ministère de la Culture chargée de l’archéologie métropolitaine (1990-1994). Elle siégea aussi dans les comités de direction des deux revues spécialisées de la discipline, Archéologie médiévale et Archéologie du Midi médiéval.

12Sa foi catholique était son jardin secret qui prenait la forme désuète du « devoir d’état ». Sa face laïque, débordée cependant par une caritas la rendait accessible et joyeusement compréhensive, gommant ce que la nature de son nom aurait pu sous-entendre. En dépit de ses titres et de sa notoriété, elle fut jusqu’à sa retraite, en octobre 1994, une enseignante qui eut à cœur de s’adresser dans ses cours à tous les étudiants. En 1990 encore, alors que rien ne l’y obligeait, elle accepta d’assumer la direction du département d’histoire de l’Art de l’université qui faisait face à un avenir incertain. À l’autre extrémité du cursus, elle anima pendant plus de 20 ans le séminaire de 3e cycle et donna leur chance et leur essor à des chercheurs aujourd’hui confirmés, dans des domaines variés, mais en particulier dans l’histoire des techniques, tels la céramique, le verre, le bâtiment et la construction monumentale ou encore la transformation des productions agricoles.

13Elle fit partie de cette génération qui, impliquée dans l’archéologie métropolitaine, assista à la transformation des conditions de la recherche à l’époque de l’Afan, de la genèse de l’Inrap, sans pour autant qu’elle ait pris officiellement position sur ces innovations, plus pragmatique en cela, comme en beaucoup d’autres sujets, que théoricienne. Une vie scientifique comme la sienne serait-elle encore possible alors que les chantiers fondés sur un questionnement historique précis sont en voie de disparition ? Alors qu’en 1973 commençait le chantier urbain de Saint-Denis, elle montrait que la recherche universitaire pouvait aussi avoir sa part dans l’archéologie préventive, en conduisant celui de Saint-Victor de Marseille, au commencement de sa carrière, puis celui de Notre-Dame-du-Bourg à Digne, à la fin de celle-ci, où elle retrouva à la fois sa passion pour le « terrain » et, parmi les professionnels du bâtiment, le secessus laborieux qu’elle avait tant aimé à Rougiers. Pour chacun d’entre nous, c’est, à une réflexion sur le passé, l’essence et le devenir d’une discipline maintenant transformée que pourrait engager la disparition de celle qui en fut une actrice majeure.

Torna su

Indice delle illustrazioni

Titolo Gabrielle Démians d’Archimbaud sur le site de la Gayole.
Credits Cliché CNRS-LA3M
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2714/img-1.jpg
File image/jpeg, 486k
Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Michel Fixot, « Gabrielle Démians d’Archimbaud (1929-2017) », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 1-4.

Notizia bibliografica digitale

Michel Fixot, « Gabrielle Démians d’Archimbaud (1929-2017) », Archéologie médiévale [Online], 47 | 2017, online dal 15 février 2018, consultato il 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2714

Torna su

Diritti d'autore

Archéologie Médiévale

Torna su
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals