Navigation – Plan du site

Joseph Decaëns (1926-2016) et Archéologie médiévale

Anne-Marie Flambard Héricher
p. 5-8

Texte intégral

Joseph Decaëns au château de Caen pendant la préparation de l’ouvrage consacré au Château de Caen. Mille ans d’une forteresse dans la ville.

Joseph Decaëns au château de Caen pendant la préparation de l’ouvrage consacré au Château de Caen. Mille ans d’une forteresse dans la ville.

Cl. Micaël Allainguillaume

  • 1 Henry Decaëns, communication personnelle ; Allainguillaume 2016 ; Ronné, Decaëns, Chapelière 2016 ; (...)

1Depuis sa disparition l’an passé, en 2016, de nombreux hommages1 ont été rendus à Joseph Decaëns, né le 29 août 1926 à Caudebec-en-Caux. Aussi, il ne me paraît pas utile de revenir longuement sur son rôle familial d’aîné de quatorze enfants, ni sur ses premières années d’enseignant de 1947 à 1957, dans sa région natale, en Seine-Maritime, au collège paysan de Baclair, ni sur sa formation au professorat de lettres classiques (1957-1962) grâce à l’IPES (Institut de préparation aux enseignements du second degré) dont la création visait à répondre aux besoins d’enseignants liés au Baby boom, qui le conduisit brièvement au lycée d’Argentan. Installé à Louvigny, petite commune de l’agglomération caennaise, il y devient conseiller municipal, adjoint au maire en 1971, puis maire en 1973. Il le resta 16 ans. Je ne reviendrai pas non plus sur sa rencontre, presque fortuite, en 1959, au château de Caen avec Michel de Boüard qui y fouillait alors et dont il suivait les cours ; il se mit a le fréquenter assidûment et a fouiller à ses côtés, ce qui explique son recrutement, après le décès accidentel de Geneviève Mast, comme assistant à l’université de Caen, en 1962.

  • 2 Vallery-Radot 1965.
  • 3 Decaëns 1968.
  • 4 Id. 1981a.
  • 5 Id. 1981b.

2C’est en 1967, dans les cours d’archéologie de l’université de Caen, que je l’ai rencontré. Les travaux pratiques avaient lieu sous sa conduite, au château, dont les fouilles, auxquelles il avait largement participé, venaient de s’achever, mais où des coupes stratigraphiques du rempart primitif étaient encore visibles ; il nous revenait de les relever et de les interpréter. En effet, dans l’enseignement de l’archéologie de l’université, il assurait la partie pratique, le « doyen », Michel de Boüard, se réservant le cours. Le « doyen » cumulait son enseignement et la fonction de directeur des Antiquités historiques. De ce fait, il était sollicité pour de nombreuses interventions et souvent Joseph Decaëns était associé ou les assurait en totalité. Cela explique le nombre et la grande diversité des chantiers auxquels son nom est attaché, qu’il s’agisse de nécropoles, de sites ecclésiastiques comme l’abbatiale de Bernay ou le chœur roman du Mont Saint-Michel qu’il découvrit, observa et – c’est ce qu’il racontait – présenta à Jean Vallery-Radot qui s’empressa de publier la découverte2. Cependant, c’est vers l’architecture de terre et les premières fortifications que sa recherche personnelle s’est principalement orientée avec une thèse de 3e cycle sur Les enceintes circulaires d’origine médiévale en Normandie3. Un très grand nombre de sites ont retenu plus particulièrement son attention : La Chapelle-Colbert, Sébécourt, Bretteville-sur-Laize, Urville, Grimbosq, Vatteville-la-Rue, Saint-Vaast-sur-Seulles, Rivray (Condé-sur-Huisne), Bretoncelles. À deux reprises, je lui ai succédé : à Vatteville-la-Rue, site tout proche de sa ville natale où il s’interrogeait sur la morphologie du shell keep du Vieux Château et avait réalisé un sondage, et plus tard, à Bretoncelles, chantier qu’il conduisait depuis six ans, mais que sa mauvaise vue ne lui permettait plus de poursuivre. C’est en raison de l’attention qu’il portait aux fortifications de terre que Michel de Bouärd, lors du colloque de Caen en 1980, lui avait confié le rapport sur l’enceinte4 publié anonymement dans la revue Archéologie médiévale l’année suivante. C’est aussi cet intérêt pour les sites à sauvegarder qui le conduira à réaliser un inventaire resté inédit des sites fortifiés de l’Orne. C’est dans ce même numéro de la revue, en 1981, qu’il publie les résultats d’une fouille essentielle : celle de la motte de Grimbosq5 qui met à mal la théorie selon laquelle les fortifications de terre portaient des constructions de bois.

3On observe cette même fidélité à Michel de Boüard, cette extrême discrétion, ce respect profond dans les relations qui les unissaient à propos de la revue Archéologie médiévale.

  • 6 Ce comité n’est plus mentionné à partir du n° 6.
  • 7 Decaëns 1971.
  • 8 Dans le n° 21, les noms des collaborateurs seront enfin donnés intégralement.

4Archéologie médiévale a été fondée par M. de Boüard en 1971 dans le mouvement d’une vague européenne de création de revues d’archéologie, à l’image de leur homologue anglaise Medieval Archaeology publiée dès 1957. D’autres suivront telle la revue italienne Archeologia Medievale créée en 1974. Leurs objectifs étaient les mêmes : refléter et faire connaître, au-delà des frontières métropolitaines, l’archéologie nationale, et elles étaient bâties sur le même modèle : une partie consacrée aux articles de fond, une partie faisant le tour, sous forme de chroniques, de l’actualité de l’archéologie, et une troisième renfermant un bulletin critique. Toutes trois étaient dotées d’un comité de rédaction/comité de lecture. Bien qu’il n’apparaisse pas dans le comité de direction de six membres – tous professeurs d’université ou responsables de laboratoires – qui préside à la création de la revue dont le premier numéro paraît en 19716, Joseph Decaëns a, de toute évidence, joué un rôle important. Sa contribution au volume est en effet essentielle puisque 187 pages du volume qui en compte 323 sont consacrées à un chantier qu’il a conduit : celui du cimetière mérovingien d’Hérouvillette (Calvados)7, une nécropole de 87 tombes dont il publie la fouille et le mobilier accompagnés d’études complémentaires : celle de Jean Dastugue et Suzanne Torre pour l’étude anthropologique, de Geneviève Pigeat pour l’utilisation de la spectrométrie X et l’étude technique du mobilier et de Jean Lafaurie pour l’étude numismatique. Ce premier volume pose aussi les bases et définit l’organisation d’une rubrique qui ne cessera de s’étoffer au fil du temps : la « Chronique des fouilles médiévales en France ». Bien que les collaborateurs ne soient pas cités, nul doute que Joseph Decaëns a pris sa part dès l’origine dans l’élaboration de cette partie qui demande une gestion rigoureuse et une relecture particulièrement attentive. On sait par ailleurs que la revue, totalement à la charge du laboratoire de Caen, était difficile à financer. Dans le n° 11, année qui précède sa reprise sous la tutelle du CNRS et son financement partiel par le ministère de la Culture, le comité de rédaction réapparaît faisant place a de nouveaux visages d’archéologues et historiens d’art. Cette fois Joseph Decaëns est présent aux côtés de Michel de Boüard, Michel Bur, Jean Chapelot, André Debord, Gabrielle Démians d’Archimbaud, Henri Galinié, Jean Hubert, Claude Lorren, Léon Pressouyre et Élisabeth Zadora-Rio. Désormais, la supervision et la correction de chaque rubrique de la chronique des fouilles est signée d’initiales. Celles de Joseph Decaëns apparaissent en tête des « constructions et habitats ecclésiastiques »8. Pas de changement dans le numéro 13 qui arbore le logo du CNRS sur sa couverture gazelle. Michel de Boüard y est désigné comme directeur de publication et Joseph Decaëns comme directeur-adjoint, mention qui reconnaît officiellement son rôle essentiel dans la fabrication de la revue. Mais ce n’est que dans le numéro 22 de 1992, que Michel de Boüard, décédé en 1989, apparaît comme fondateur et que Joseph Decaëns (qui est en train de quitter ses autres fonctions) ose affirmer son rôle de directeur de la publication, rôle qu’il assure depuis longtemps. C’est cette année-là qu’il me demande de gérer le « Bulletin critique ». Et c’est aussi l’époque où, à la suite du jugement sévère d’un des collaborateurs de la revue contre le Service national de l’archéologie, les relations avec le CNRS se tendent. D’autant que le CNRS procède à une harmonisation formelle de l’ensemble de ses revues d’archéologie : changement de format, de couverture, comité de rédaction renouvelé. Joseph Decaëns fait les frais de cette nouvelle politique. Bien que désenchanté, il reste coordonnateur de la chronique des fouilles dans le domaine ecclésiastique, tâche qu’il assumera jusqu’en 1996.

5Son appui a également été important dans une autre des créations de Michel de Boüard : les colloques Château Gaillard, organisation européenne informelle fondée en 1961 aux Andelys. Cette première rencontre va donner naissance aux colloques du même nom qui se déroulèrent ensuite tous les deux ans, dans des pays d’Europe chaque fois différents. Les actes qui en sont issus ont été publiés par Joseph Decaëns, au titre des Publications du CRAM, jusqu’en 1994, lorsqu’il m’en a confié la responsabilité.

6Enfin et non des moindres ont été ses rôles de directeur de la IVe circonscription des Antiquités historiques après 1980 et de directeur du Cram de 1972 à 1978 et de 1981 à 1992, rôles qu’il a assurés avec la même efficacité discrète que son rôle dans l’édition.

7Comme Michel de Boüard, Joseph Decaëns s’est consacré avant tout à des sites « non-monumentaux », c'est-à-dire dont aucun vestige ne dépasse du sol et qui sont souvent ignorés, contribuant par là à une nouvelle forme d'archéologie qui vise à mieux comprendre l'histoire de l'homme médiéval et de son habitat autant que celle des monuments. Longtemps actif sur le terrain, il s’est attaché à publier ponctuellement les résultats de ses recherches qui jalonnent Archéologie médiévale, la série Château Gaillard, les Annales de Normandie où encore les Cahiers du Perche9. Reconnu outre-Manche pour ses travaux, il était membre de la Society of Antiquaries of London.

  • 10 Decaëns et Dubois 2009.

8Jusqu’à ses derniers jours et malgré les difficultés liées à sa mauvaise vue, il a suivi avec assiduité les évènements heureux et malheureux qui émaillaient la vie du Craham, une naissance ici, un décès là, une thèse, une habilitation à diriger des recherches, une galette des rois. Il se désespérait d’avoir tant de mal à lire et était au fait de toutes les techniques nouvelles qui pouvaient l’assister en ce domaine. Il a pris un plaisir immense dans l’élaboration, avec les Publications du Crahm, du petit ouvrage consacré au Château de Caen10 et illustré des photos de son fils. Il écrivait encore, utilisant son excellente mémoire pour pallier les lacunes bibliographiques qui le désespéraient.

9Il aimait la lecture, mais aussi la musique, le théâtre, les voyages sur les traces des Normands. Discret, tout en retenue, il se souciait des autres et cherchait, sans ostentation ni sentiment de propriété, à leur faire partager ses connaissances. Opiniâtre, il a soutenu avec force la publication d’Archéologie médiévale et de Château Gaillard, plusieurs fois menacés. Jusqu’au bout, chaleureux et pédagogue, il a écrit pour ses administrés, ses étudiants, ses collègues, sa famille.

Haut de page

Bibliographie

Allainguillaume M.
2016, « Joseph Decaëns (1926-2016) », dans Les Échos du Craham, 23/12/2016, [en  ligne] https://craham.hypotheses.org/58, consulté le 13/11/2017, ISSN : 2552-3139 

Ronné R.-M., Decaëns F., Chapelière J.,
2017, « Joseph Decaëns, un humaniste au service du bien commun », Loupy, 61, Journal d’informations municipales de Louvigny, p. 4-5.

Levesque J.-M.,
2017, « Joseph Decaëns, archéologue du château de Caen », Annales de Normandie, 2017/1, p. 5-13.

Vallery-Radot J.,
1965, « La crypte du chœur roman de l’abbaye du Mont-saint-Michel », Bulletin de la Société des Antiquaires de France, p. 70-77

Decaëns J.,
1968, Les enceintes circulaires d’origine médiévale en Normandie, Contribution archéologique aux recherches sur l’habitat fortifié
, Caen, doctorat de 3e cycle, dactylographié.

1971, « Un nouveau cimetière du haut Moyen Âge en Normandie, Hérouvillette (Calvados) », Archéologie médiévale, 1, p. 1-125.

1981a, « thème 2 : Les enceintes circulaires médiévales », dans « Les fortifications de terre en Europe occidentale du xe au xiie siècle » (colloque de Caen 2-5 octobre 1980), Archéologie médiévale, 11, p. 39-71.

1981b, « La motte d’Olivet à Grimbosq (Calvados), résidence seigneuriale du xie siècle », Archéologie médiévale, 11, p. 167-201

Decaëns J. et Dubois A. (dir.), photographies Decaëns F.,
2009, Le château de Caen. Mille ans d’une forteresse dans la ville, Caen, Publications du CRAHM.

Haut de page

Notes

1 Henry Decaëns, communication personnelle ; Allainguillaume 2016 ; Ronné, Decaëns, Chapelière 2016 ; Levesque 2017.

2 Vallery-Radot 1965.

3 Decaëns 1968.

4 Id. 1981a.

5 Id. 1981b.

6 Ce comité n’est plus mentionné à partir du n° 6.

7 Decaëns 1971.

8 Dans le n° 21, les noms des collaborateurs seront enfin donnés intégralement.

9 Sa bibliographie est disponible sur le site du CRAHAM : http://www.unicaen.fr/craham/spip.php?article428 ou dans Levesque 2017.

10 Decaëns et Dubois 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Joseph Decaëns au château de Caen pendant la préparation de l’ouvrage consacré au Château de Caen. Mille ans d’une forteresse dans la ville.
Crédits Cl. Micaël Allainguillaume
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Héricher, « Joseph Decaëns (1926-2016) et Archéologie médiévale », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 5-8.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, « Joseph Decaëns (1926-2016) et Archéologie médiévale », Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2716

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals