Navigation – Plan du site

Un carrefour routier au cœur du Jura méridional (Bugey, Ain) du ve au xviiie siècle : morphologie, modelés et itinéraires

A Crossroads at the Heart of Southern Jura (Bugey, Ain) from the 5th to the 18th Century. Morphology, Landforms and Itineraries
Ein Verkehrsknotenpunkt mitten im südlichen Jura (Bugey, Ain) vom 5. zum 18. Jh. Morphologie, Straßenführung und Wegestrecken
Alain Mélo
p. 33-52

Résumés

L'analyse morphologique du réseau des voies de communication dans une petite plaine centrale du Jura méridional (Bugey, Ain) a mis en évidence une réorientation des circulations principales à travers ces montagnes. Des voies orientées sud-nord drainaient les flux d'une part entre Lyon et le haut Jura, route utilisée par les ermites et les moines de Saint-Claude aux ve et vie siècles, et d'autre part entre Belley et Lons-le-Saunier, voie par où transita la dépouille du roi Charles le Chauve en 877, entre le col du Mont-Cenis (Savoie) et Saint-Denis-en-France. Dès le xive siècle les circulations, essentiellement marchandes, se réorientent est-ouest avec le développement d'abord des foires de Genève (à l'est) puis de celles de Lyon (à l'ouest) dans la seconde moitié du xve siècle. Cette orientation des flux majeurs s'est perpétuée jusqu'à aujourd'hui avec la création d'un solide réseau local de routes royales dès 1740.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Une question posée

  • 1 Ces campagnes de prospection thématique – au nombre de sept entre 2001 et 2013 – ont été soutenues (...)

1Depuis 2001, plusieurs campagnes de prospection thématique – programme « Voies anciennes dans les montagnes de l’Ain »1 – ont permis d’aborder la question de l’organisation des circulations dans les montagnes de l’Ain (Bugey, Valromey) et sur les bordures occidentale (Revermont) et orientale (bassin lémanique, vallée du haut Rhône) du Jura méridional. Au cœur de ces montagnes, dans l’ancienne province de Bugey, se trouve une petite plaine intérieure située à l’émissaire du lac de Nantua ; en ce lieu confluent plusieurs espaces de circulation dont la logique temporelle est questionnée dans cet article (fig. 1).

Fig. 1 Localisation générale du secteur étudié.

Fig. 1 Localisation générale du secteur étudié.

© A. Mélo & GéoAinfo

2Aujourd’hui, les segments autoroutiers Lyon-Genève-Oyonnax, construits entre 1980 et 2000, forment en ce petit territoire un carrefour hiérarchisé entre voie à longue distance (A 40 ; de Paris et Lyon à Turin et Milan par le tunnel du Mont-Blanc) et voie « locale » desservant les zones industrielles des vallées de l’Oignin et de l’Ange (A 404 ; vers Izernore et Oyonnax) et, au-delà, de la vallée de la Bienne et des plateaux jurassiens (Saint-Claude).

  • 2 L’« établissement des grandes routes » fut notifié par arrêt du Conseil en 1733 : Gaçon 1825, p. 27 (...)

3Ces directions d’axes ne sont pas nouvelles et le carrefour de la plaine occidentale du lac de Nantua était déjà constitué dès 1780, comme en témoigne la feuille locale de la carte de Cassini (fig. 2). Les grandes voies « royales » qui se croisaient dans cette plaine desservaient également plusieurs pôles : Genève par Nantua vers l’est ; Lyon par Cerdon vers le sud-ouest, avec embranchement à Maillat pour Belley par le Valromey ; Bourg-en-Bresse vers l’ouest par le Berthiand et Serrières-sur-Ain ou vers le nord par Izernore et Thoirette, et, enfin, Saint-Claude par Oyonnax vers le nord-est. La plupart de ces voies, aux tracés volontairement rectilignes, avaient été planifiées et construites entre 1740 et 17702. Elles mettaient en relation, entre autres, les principales agglomérations des provinces locales dépendantes de la généralité de Bourgogne : Bourg-en-Bresse (Bresse), Nantua (haut Bugey), Gex (Pays de Gex), Belley (bas Bugey et Valromey) et préfiguraient la géographie routière contemporaine de la moitié orientale du futur département de l’Ain (à partir de 1790).

Fig. 2 Extrait de la carte de Cassini, feuille n° 117, présentant le carrefour routier du haut Bugey vers 1780 (première édition en 1764-1765).

Fig. 2 Extrait de la carte de Cassini, feuille n° 117, présentant le carrefour routier du haut Bugey vers 1780 (première édition en 1764-1765).

© Archives départementales de l’Ain

4Cette petite plaine peut apparaître comme un évident carrefour des circulations. Vers l’est, la cluse de Nantua et les vallées du Combet et de la Semine ouvraient un accès facile entre le centre du massif, la vallée du haut Rhône (Bellegarde), le bassin lémanique (Genève) et les Alpes savoyardes ; les vallées du Borrey (Combe du Val), de l’Oignin et de l’Ange offraient des axes naturels aisés à parcourir entre sud et nord du Jura méridional. En revanche, l’évidence topographique disparaît vers l’ouest où l’alternance de crêts élevés et de combes orientés nord-est/sud-ouest complique les relations directes entre ce cœur de massif et, vers l’ouest, la vallée moyenne de l’Ain, ici très encaissée, et, au-delà, la vallée du Suran, le Revermont et la Bresse. Toutefois, des vestiges d’occupation pré- et protohistoriques confirment une fréquentation ancienne de cet espace central.

  • 3 Buisson 1990, p. 25 (carte).
  • 4 Ibid., p. 85 et 116 (cartes).
  • 5 Ibid., p. 58 (carte) ; analyse dans Mélo à paraître.
  • 6 Parmi les auteurs anciens : Hannezo 1914.

5Pour André Buisson, tentant une synthèse du « tissu urbain et des routes » dans le Bugey gallo-romain3, l’agglomération antique d’Izernore se trouvait sur un embranchement secondaire se greffant sur une voie principale reliant Ambérieu (et plus loin Lyon) à Genève par la Cluse de Nantua – comme l’axe actuel (sud-ouest/nord-est). Quelques pages plus loin, dans le même ouvrage, lorsqu’il détaille le réseau viaire dans les notices rédigées par localité, André Buisson propose que l’axe majeur par Nantua s’effaçât au profit d’une voie principale Combe du Val-Maillat-Brion-Izernore (sud-nord), route d’où divergerait un cheminement vers la vallée de l’Ange et Oyonnax via Montréal (toujours sud-nord)4. Rappelons que, pour le même auteur, une voie descendait de Hauteville vers Nantua via Brénod et Les Neyrolles5. Ce constat peu clair et ambigu souligne surtout la méconnaissance générale du réseau viaire dans ce secteur, faute de recherches approfondies. Ces tracés ont été proposés, classiquement, suite à une compilation des anciens auteurs et à une lecture cartographique sommaire, sans aucune pratique du terrain6. Plus récemment, l’histoire routière connue du cœur du haut Bugey était modestement résumée par l’auteur du catalogue de l’exposition Ain, Autoroute, Archéologie (1982). Il introduisait dans ses considérations sur ce sujet la dimension historique et émettait l’hypothèse d’une animation plus forte des circulations dans la cluse de Nantua à partir de l’essor du prieuré de Nantua après son rattachement à Cluny (xe-xiie siècles) et, surtout, une amplification majeure des flux avec les développements des relations marchandes entre Genève et Lyon à la fin du Moyen Âge.

  • 7 Guerre des Gaules 1997, I, VI, qui décrit ainsi le passage de la Cluse (aujourd’hui Fort-l’Écluse, (...)
  • 8 Un point récent dans : Mélo 2012.
  • 9 Debombourg 1858, passim.
  • 10 Platter 1976.
  • 11 Platter (le Jeune) 1968.

6Certes, la Cluse de Nantua, longue dépression au milieu des montagnes, fut nécessairement utilisée dans les temps anciens comme axe évident de pénétration du Jura méridional. C’était une des possibles voies de fuite pour les Helvètes une fois le Pas de la Cluse franchi7. Aujourd’hui cependant, trop peu de traces archéologiques tangibles confirment un emploi assidu de la cluse de Nantua pendant la période antique, contrairement à la haute vallée du Rhône, par exemple8. La fondation dès le viiie siècle de l’abbaye de Nantua et le développement consécutif d’une agglomération9, attirèrent inévitablement les flux, reconfigurant les circulations locales. Au xvie siècle, la voie se trouve être clairement sur un des itinéraires entre Lyon et Genève10. L’autre itinéraire antique entre ces deux villes et encore largement utilisé jusqu’au xviie siècle, quittait Genève par le Pont-d’Arve, traversait le Genevois savoyard, suivait la vallée des Usses pour rejoindre le Rhône navigable à Seyssel11. L’organisation des voies de communication dans la région entre Antiquité et Temps modernes s’est donc transformée au cours de l’histoire comme en témoignent ces quelques notes historiques.

  • 12 Artières 2006, p. 20.

7La problématique à l’origine des programmes de prospection thématique conduits sur ce terrain pour documenter les modes de circulation locaux devait aborder la longue histoire de ce carrefour routier central du Bugey, entre autres lieux. Les lignes qui suivent proposent une analyse des données récoltées concernant l’Antiquité et le Moyen Âge. Elles abordent aussi, plus généralement, les pratiques anciennes de circulation dans un massif montagneux de ce type en présupposant que l’obstacle au mouvement constitue une des données déterminantes pour la compréhension des processus historiques d’organisation de l’espace12.

1.2. Méthodologie

  • 13 Chouquer 1990 ; Chouquer 2000 ; Chouquer 2008.
  • 14 Bulletin de l’ivs 1990/1.
  • 15 Vion 1989.

8La méthode appliquée à l’analyse des réseaux routiers anciens du département de l’Ain s’inspire des travaux de Gérard Chouquer et ses collaborateurs, qui ont proposé différentes techniques d’approche archéologique d’un territoire13, mais aussi de la méthodologie mise en place par l’Inventaire des voies de communication historiques de la Suisse (IVS)14 élaborée par les travaux des équipes cantonales et plus particulièrement par ceux d’Éric Vion sur le canton de Vaud15.

  • 16 Pour reprendre l’expression du géographe M. Gautier, citée par Watteaux 2009.
  • 17 Robert 2001, p. 163-174.
  • 18 Conseil national de la recherche archéologique 1997, p. 418-419.

9Globalement, la méthode adoptée ici peut se résumer ainsi : l’assemblage des vestiges routiers, segments de voies « vifs ou morts »16 observés sur le terrain (le modelé des archéogéographes17), conforte le repérage de tracés (l’analyse planimétrique) qui esquissent autant d’itinéraires (les flux). Dans tous les cas, la recherche des lignes de force de l’organisation d’un terroir (analyse morphologique) s’ajoute à la caractérisation matérielle des tronçons (observations de terrain) et se complète d’un approfondissement des connaissances sur les fonctions (matériel archéologique tiré des fouilles ; enquête documentaire). De manière plus générale, ces recherches s’inscrivent dans le souhait d’une meilleure connaissance structurelle des pays étudiés18.

1.3. Description des lieux

10Ce cœur de massif peut être délimité au sud par le village d’Izenave et l’issue de la Combe du Val ; à l’est par les hameaux de Port et de La Cluse, le lac et la ville de Nantua ; à l’ouest par le hameau perché de Peyriat ; et au nord, par les agglomérations d’Izernore et de Montréal. C’est approximativement le territoire de l’analyse, à ceci près que des extensions d’observation furent nécessaires pour la compréhension des objets routiers, essentiellement en prolongement de l’aire déterminée plus avant dans les vallées et les combes (fig. 1 et 3).

Fig. 3 Éléments topographiques et localisation des groupements d’habitats actuels.

Fig. 3 Éléments topographiques et localisation des groupements d’habitats actuels.

11L’orographie du secteur peut grossièrement se résumer : en une petite plaine centrale ; en deux « combes » parallèles, orientées globalement nord-est/sud-ouest, séparées par une longue ligne de crêts ; en une ouverture perpendiculaire vers l’est formée par la trouée fortement encaissée du lac de Nantua, entrée occidentale de la cluse du même nom. À observer de plus près, des accidents tectoniques multiplient crêts et combes parallèles, souvent décalés des unités principales ; ces phénomènes géologiques rendent plus complexe l’orographie mais provoquent la multiplication des points de passage faciles au travers des reliefs.

  • 19 Toponyme local attribué à l’ensemble de la plaine, « Les Prairies » ; localement accolé à un nom de (...)
  • 20 Blache, terme pour désigner diverses espèces de laîche ou herbe des marais (carex), exploitées prin (...)
  • 21 Le bief de Motan a été creusé pour drainer la « Prairie »  de Montréal au moment des grands travaux (...)
  • 22 AM Brion, registre de délibération du conseil municipal, 30 mai 1850.
  • 23 AD Ain, C 1038, 19 juillet 1758 : à l’occasion des travaux routiers – construction du tronçon La Cl (...)

12Deux rivières – l’Ange venu du nord (Oyonnax) et l’Oignin venu du sud (Combe du Val) – se joignent à l’émissaire du lac de Nantua (Bras du Lac) près de Brion et déterminent la petite plaine centrale. L’Oignin capte ici les deux autres cours d’eau, se faufile vers l’ouest dans le système des crêts grâce à une percée ouverte à la fois par la tectonique (failles) et l’érosion (seuil rocheux dans le lit de la rivière), puis s’écoule vers le nord (val d’Izernore) en drainant les eaux descendues du sud des hauteurs de Peyriat et de Volognat. La toponymie rappelle qu’une grande partie de cette plaine, particulièrement au niveau des confluents, était autrefois inondable et toujours très humide. Les « prairies »19 étaient des marécages gérés par les populations riveraines comme tels : drainages des eaux de surface par canaux ou biefs ; fauche des « blaches »20 ; pâture estivale ; viviers à poissons et cressonnières21. Ainsi, en période de hautes eaux, Brion se voyait transformé en « presqu’île » dont « les habitants ne pouvaient sortir22 ». Des travaux d’assainissement et de régulation des cours d’eau, avec aménagements des lits des rivières et creusement de bassins d’absorption des crues permirent l’extension des cultures dès le milieu du xixe siècle ; les travaux routiers du milieu du xviiie siècle eurent aussi un rôle important dans l’assainissement de ces territoires23.

13La plaine (entre 495 et 475 m d’alt.) au confluent des trois vallées se poursuit par la vallée de l’Oignin et de son petit affluent le Bief de la Prairie venu de Volognat. La rivière (470 à 455 m d’alt. du lit) entaille le « plateau » d’Izernore (490 m à Volognat, 470 m à Izernore), après avoir franchi une ligne de crête abaissée à Béard (La Côte : 544 m). La plaine est bordée de reliefs dépassant à peine, à l’ouest, 650 m (Bois de Senois, Grande Roche, Mont Chevrier ; Le Mont, Montagne de Colléjard, Roche Blanche et Mont de Nurieux ; la Côte, Bois des Haies, Bois du Ban et Côte du Château) mais dominée par de plus grandes hauteurs à l’est, tant au sud du lac de Nantua (Chamoise, 778 m) qu’au nord (massif de la Forêt de Montréal, 811 m). Les gradients d’altitude ne s’élèvent pas au-dessus de 400 m, mais les versants souvent raides de ces crêts accentuent le contraste entre l’espace plan et les reliefs.

14Ici, comme généralement dans le Jura méridional, les crêts et leurs versants sont plutôt boisés ; les combes et les vallées sont occupées par les labours, les prés et les constructions (habitats, industries). Les zones industrielles s’étalent depuis Oyonnax et envahissent des aires de plus en plus vastes, surfaces qu’elles dérobent à l’observation ; les développements des branches autoroutières depuis les années 1980 ont également considérablement entravé la lecture du terrain. La recherche en amont des chantiers n’a malheureusement pas pris en compte une analyse morphologique des territoires traversés. Ces opacités nouvelles constituent le seul obstacle rencontré lors de la prospection. Tous les autres terrains sont facilement accessibles ; les crêts bien que souvent vigoureux ne constituent en aucun cas une entrave majeure à la circulation piétonne.

1.4. L’occupation humaine

  • 24 Bsr 1993 (Géovressiat, Derrière le Château : p. 33-34) ; Bsr 1994 (Géovressiat, Derrière le Château (...)
  • 25 Un bilan des faits archéologiques dans Vicherd (dir.) 1996, p. 11-60.
  • 26 Chanel 1906 ; Buisson 1990, p. 116-118 ; Bsr 1995, p. 36 ; Bsr 1996, p. 30-31.
  • 27 Buisson 1990, p. 116.
  • 28 Gaillard de Sémainville 1995, p. 111-114.

15Le territoire concerné fut fréquenté de manière certaine dès le Néolithique et occupé à l’âge du bronze comme en témoignent plusieurs sites révélés par les campagnes de diagnostic ou de fouilles réalisées sur le tracé de l’autoroute A 404 : ainsi sur le territoire de Saint-Martin-du-Frêne, à l’ouest de la plaine de l’Oignin, les sites protohistoriques de Colléjard et d'Outre-l’Eau ; sur les territoires de Montréal et de Géovressiat, la vaste occupation mésolithique de Derrière-le-Château24. Si des vestiges de l’âge du fer n’ont pas été clairement identifiés, l’Antiquité est un peu mieux documentée avec la fondation et le développement de l’agglomération gallo-romaine d’Izernore (aujourd’hui chef-lieu de commune), environnée d’au moins deux établissements ruraux (Perrignat et Bussy)25, et l’existence d’une occupation d’une certaine importance au Landéron sur le territoire de la commune de Montréal-La-Cluse26. Outre ces quatre sites, peu d’éléments tangibles nous aident à comprendre plus finement l’occupation antique de ce cœur du Bugey, sinon un établissement indéterminé fouillé dans les années 1970 près de Brion et quelques trouvailles monétaires anciennes, malheureusement plutôt mal localisées27. Plusieurs nécropoles ou tombes isolées témoignent toutefois de la continuité de l’occupation au-delà du ve siècle à Saint-Martin-du-Frêne (Sur le Chut) ou à Vieu-d’Izenave (trouvailles isolées)28.

  • 29 Debombourg 1858.

16Enfin, quelques textes éclairent le cœur de ces montagnes d’une part, grâce à la communauté monastique établie à Nantua dès le viiie siècle, et d’autre part, grâce à la présence de deux grandes familles aristocratiques qui y prospérèrent dès le xe siècle : les lignages Coligny puis Thoire, avant l’intégration progressive au comté puis duché de Savoie, achevée en 142329.

2. L’enchevêtrement de traces et les « pages blanches » entraînent le brouillage des pistes

17La petite plaine à l’occident du lac de Nantua et ses environs sont particulièrement animés par un réseau dense de voies de communication. Cet espace est parcouru en tous sens par de nombreuses routes, chemins ruraux, forestiers, sentiers de montagne, et les autoroutes s’y croisent. La lecture de cet enchevêtrement de lignes est compliquée par des « pages blanches » que les développements récents voire très contemporains ont induites.

18L’information collectée à partir des sources récentes (cartes et plans, photographies aériennes) doit être augmentée des données issues de sources anciennes (plans divers, notamment des projets routiers du xviiie siècle, plans cadastraux, photographies aériennes anciennes) pour permettre de composer un document de travail opérationnel.

19Ce cumul d’indications restitue un état antérieur à tous ces aménagements très contemporains, et permet également une perception d’un état préexistant à la création du réseau routier du milieu du xviiie siècle (fig. 4). Dès lors, quelques règles d’organisation des communications dans cet espace peuvent être suggérées.

Fig. 4 Le réseau local des voies de communication et les anomalies.

Fig. 4 Le réseau local des voies de communication et les anomalies.

2.1. Relief, fixation des pôles et réseau des voies

20L’ensemble du relief s’oriente sud-ouest/nord-est et les circulations principales s’insèrent dans cette orientation. Le lac, sa plaine occidentale et le plateau de Nurieux offrent une ouverture perpendiculaire à cette orientation générale – béance par laquelle les ingénieurs du roi Louis XV glissèrent l’axe Nantua/Bourg-en-Bresse par le col du Berthiand (ex RN 79) dès 1754.

21Les agglomérations anciennes se sont fixées au pied des versants des crêts, laissant les terroirs agricoles se déployer dans toute la partie centrale des vallées ; ce schéma est valable pour la Combe du Val et la vallée de l’Oignin, tant en amont (Maillat-Brion) qu’en aval du resserrement de Béard (Béard-Izernore). Il est également valable pour le vallon de Volognat en aval de Peyriat et pour la vallée de l’Ange.

22Si on exclut les routes du xviiie siècle, les voies principales tissent un réseau de village à village le long de ces versants et les vallées sont ainsi encadrées par deux chemins de piémont ; sauf dans le cas de vallons étroits, comme celui qui conduit de Peyriat à Ceignes ou celui par où court le chemin entre Géovressiat et Bussy. Quelques voies, plutôt rares, traversent les vallées pour relier deux villages (Intriat vers Izernore ; Brion vers Port, par exemple). Les chemins évitent ainsi au maximum le franchissement des cours d’eau les plus importants et les passages à gué ou par pont sont limités : à Brion, où les trois rivières se croisent, il était inévitable d’avoir au moins un pont – aujourd’hui un pont « double » qui enjambe à la fois l’Oignin et le Bras du Lac ; ou encore de La Cluse à Montréal, de Condamine à Maillat, de Saint-Martin à Brion, d’Intriat à Izernore. En réalité, les passages à gué ou les « planches » étaient fréquents sur tous les petits affluents des principales rivières, affluents aux débits très irréguliers.

  • 30 Les « golets » ou « coilles », « couilles », selon la terminologie locale ; toponymes très fréquent (...)

23D’autres chemins outrepassent les reliefs à la faveur d’abaissements dans les lignes de crête (de Maillat à Peyriat, par exemple), mais ils restent ici finalement peu fréquents par rapport à d’autres secteurs des montagnes30. Enfin, quelques voies établissent les relations entre les agglomérations des vallées et les villages de la montagne (Saint-Martin-du-Frêne à Chevillard ; Izernore à Tignat, à Cessiat et à Charbillat ; Nurieux à Mornay ; Ceignes à Étables, etc.). En revanche, aucun chemin de crête comme on peut en observer en d’autres territoires.

  • 31 Vion 1989.

24Chaque agglomération, quelle que soit sa taille, a engendré, avec le temps, un réseau rayonnant de chemins, d’une part pour communiquer avec les villages immédiatement voisins et, d’autre part, pour la desserte des différents quartiers de son finage : chemins vers le moulin, vers les soles de champs, les pâturages ou les bois communaux, par exemple. Si on ne retient que les chemins reliant d’autres villages31, certains villages sont davantage « connectés » que les autres : ainsi Maillat apparaît particulièrement riche en issues : sept directions sont aujourd’hui desservies depuis ce village ; le chiffre de quatre débouchés est plutôt de règle.

2.2. Quelques anomalies au centre des vallées

25Quatre agglomérations ont été édifiées au centre d’une vallée : Peyriat sur son promontoire ; Vieu-d’Izenave au centre de la Combe du Val ; Izernore au centre du plateau de la moyenne vallée de l’Oignin ; et Brion, au centre de la plaine occidentale du lac de Nantua. Ces quatre localités ont engendré leur propre réseau en étoile mais sont aussi en relation avec des voies spécifiques.

26Brion, confluent majeur du secteur étudié, avec sa colline qui émerge des « prairies » humides, se trouvait sur la voie qui conduisait par la rive droite de l’Oignin de Maillat à Izernore et des embranchements permettaient soit en amont soit en aval de gagner vers l’est, le lac par Port en traversant la vallée, ou vers le nord, la haute vallée de l’Ange. La centralité de Brion n’est en fait qu’illusoire dans la mesure où elle corrige l’ouverture du relief (plaine des Rousses au sud du village et passage de LlOignin vers Béard) en maintenant l’alignement des voies ; l’agglomération et son château restaient, avant l’ouverture de la voie royale en 1754, sur un axe nord-sud qui se dédoublait au nord du village sans capter d’autres flux ou organiser des cheminements transversaux.

  • 32 AD Ain, Cadastre, Peyriat, 1818 : « Au Care » (carrefour ?), « La Combe à la Pierre », « À la Pierr (...)
  • 33 AD Ain, Cadastre, Ceignes, 1819.

27Peyriat a été construit sur un promontoire qui barre la vallée et domine une étroite combe qui a pu receler un passage dont l’amorce est encore visible à l’entrée nord de ce vallon. Des segments de chemins ruraux, hors système villageois, esquissent le tracé d’une voie centrale qui se dirigeait vers le gué de Saint-Germain-de-Béard. Au sud, des segments abandonnés et différents indices (bornes, toponymie32) confirment l’ancienneté du passage vers Ceignes où l’aire autoroutière a été construite sur des parcelles dénommées À l’Étraz. Ce toponyme était alors accolé à une voie réduite à l’usage de desserte en 1819 mais qui portaient encore le nom d’« ancien chemin de Poncin à Nantua »33.

  • 34 Vicherd (dir.) 1996.

28Izernore, bourgade romaine34, a été construite au début de la romanisation de la région (ier siècle de notre ère) sur une voie qui structure au moins une partie de la localité et du parcellaire de son finage. Cette voie croisait l’Oignin au gué de Béard. Mais elle se divisait, d’après les anciens plans et les photographies aériennes (fig. 5), au sud de l’agglomération, au droit de Bussy, dans la plaine. De cet endroit partait un embranchement qui tranchait dans le parcellaire vers la chapelle de Saint-Germain-de-Béard – chemin aujourd’hui disparu mais dont le tracé forme une limite forte. Il y a ici connexion absolue entre la voie centrale, son embranchement et l’agglomération antique ; les villages de Géovressiat et de Bussy sont à l’écart du chemin antique et ont engendré de toute évidence leur propre voie avec captage partiel des flux de Brion à Izernore.

Fig. 5 Photographie aérienne oblique de la plaine d’Izernore, 1962.

Fig. 5 Photographie aérienne oblique de la plaine d’Izernore, 1962.

Vue vers le nord : au fond l’agglomération. On perçoit sur la gauche de l’image l’ancien tracé qui quittait l’axe central vers la chapelle de Saint-Germain-de-Béard en recoupant le parcellaire. En revanche, la grande ligne visible au premier plan, ancien chemin antique sondé en divers points et daté en fouille au centre de l’agglomération engendre un lien fort avec le même parcellaire.

Cl. Jalmain © musée archéologique d’Izernore

  • 35 AD Ain, Cadastre, Condamine, 1837 : « Vy de l’Étrat » dénommait un de ces tronçons centraux.

29Vieu-d’Izenave a été bâti au centre de la Combe du Val sur un axe central à la combe qu’il est possible de reconstituer grâce à un enchaînement d’éléments viaires ou de limites fortes ; quelques toponymes spécifiques confirment son existence35. Au nord du cours de la Doye, un tracé fossile indique la poursuite de la voie vers Saint-Martin-du-Frêne ; il forme une limite forte dans le parcellaire et apparaît en photographie verticale dans les cultures avec ses deux fossés. La voie se prolonge en direction du sud au-delà de Vieu toujours au centre du Val et sur la rive droite du Borrey.

  • 36 Des analyses plus récentes et fines sur le territoire d’Izernore ont montré que la voie centrale à (...)

30De toute évidence, ces voies centrales appartiennent à une autre logique qui disparut peu à peu, effacée par celle des liens entre villages des pieds de versant latéraux des vallées36.

  • 37 AD Ain, Cadastre, Maillat, 1810.
  • 38 AD Ain, Cadastre, Saint-Martin-du-Frêne, 1810.
  • 39 AD Ain, Cadastre, Port, 1810 ; il se poursuivait vers l’actuel cimetière de Port sous la dénominati (...)

31Enfin, plus étrange, une voie « orpheline », c’est-à-dire sans pôles évidents, s’esquisse à l’écart de toute agglomération dans les combes entre Labalme-sur-Cerdon ou Ceignes et Brion, passant à l’écart de ce village vers l’ouest et donnant naissance à un embranchement traversant la plaine de l’Oignin en direction de Port sur le lac de Nantua. Certains tronçons de cette ligne forte portaient des noms particuliers sur les anciens cadastres : dans la vallée de Mionne, la Vie des Ânes ; plus au nord, « ancien chemin de Genève à Lyon37 » et, plus au nord encore, au-delà de Puthier, « ancien chemin de Genève à Lyon et de Pontain [sic pour Pont-d’Ain] à Brion38 »  ; enfin, du passage sur l’Oignin à Port, « ancien chemin de Genève à Lyon39. » L’éloignement des pôles (Lyon, Genève) et la caractérisation par le moyen de transport principal (les ânes) en font un des vestiges d’une voie de commerce à longue distance.

32Avec cette lecture planimétrique s’ébauche une différenciation entre plusieurs réseaux aujourd’hui imbriqués. D’une part le réseau établi du fait de la fixation des agglomérations et d’autre part un réseau qui échappe à cette logique territoriale et dont on a pu entrevoir deux origines : un cheminement commercial à longue distance dont la chronologie n’est cependant pas claire ; un réseau de voies centrales dans les vallées qui semble appartenir à un système spécifique, pro parte lié à l’agglomération antique d’Izernore.

3. Segments/modelés

33Le territoire concerné par cette étude est donc sillonné par un grand nombre de voies de tous types. La plupart de ces voies ont une certaine ancienneté et la matérialité passée est souvent masquée par l’usage actuel : routes vicinales goudronnées, chemins ruraux élargis, rechargés, etc.

34Cependant, des vestiges importants ont pu être retrouvés : un segment de la voie de Saint-Germain-de-Béard à Volognat, entre le gué sur l’Oignin et la Volée de Faye ; un segment de la voie de Peyriat à Ceignes dans la combe des Étrais ; un long tronçon de la Vie des Ânes dans le vallon de Mionne, etc. Ces segments matériels, aujourd’hui tronçons de chemins hors d’usage, permettent de se faire une idée de la pente et de la largeur de ces voies, ou de la technique de construction de la surface de roulement.

3.1. Formes des chemins

  • 40 Des chemins construits quasiment directement dans le sens de la pente existent sur le versant rhoda (...)
  • 41 À ce sujet, voir Pichard Sardet 1989, p. 49-53 et, plus généralement, les travaux de l’IVS sur le c (...)

35En général, et cela s’est vérifié pour toutes les zones prospectées, la plupart des chemins du Bugey étaient des chemins à faible pente (fig. 6), sauf dans les secteurs plus franchement montagneux – mais dans ces régions-là aussi la pente était travaillée pour faciliter l’usage du chemin40. Cette inclinaison était maintenue si besoin à l’aide d’aménagements : chaussée puis encaissement pour franchir un ressaut ; entaille du versant en cas de pente, recoupant l’inclinaison de la montagne. Et, de fait, le chemin creux reste une forme classique de ces régions de moyenne montagne. L’érosion due aux passages multipliés est amplifiée par la pente qui draine les eaux météoriques. Cette usure accélérée en terrain meuble pentu favorise le déplacement des circulations sur les crêtes des fossés ainsi obtenus. Au bout d’un certain temps, les tracés enchevêtrés se trouvent multipliés. C’est particulièrement patent pour des sites durables de franchissement d’un relief marqué avec la création de faisceaux parfois impressionnants de chemins creux41.

Fig. 6 La Vie des Ânes dans la vallée de Mionne, vue vers l’ouest (au centre de l’image). Le chemin ancien apparaît comme une ligne en dessous de celle que dessine la route actuelle. La pente de ce chemin très large (6 m) par rapport à la métrique habituelle (3 m) est très faible.

Fig. 6 La Vie des Ânes dans la vallée de Mionne, vue vers l’ouest (au centre de l’image). Le chemin ancien apparaît comme une ligne en dessous de celle que dessine la route actuelle. La pente de ce chemin très large (6 m) par rapport à la métrique habituelle (3 m) est très faible.

Cl. A. Mélo

3.2. Largeurs

36Toutes ces voies ont également une largeur quasiment standard (fig. 7), entre 2,30 m et environ 3 m dans les élargissements, sauf cas particuliers – chevauchements, passages en creux, élargissements requis pour le croisement, etc. Et les ornières repérées ici ou là supposent un écartement moyen de 1,20 m au maximum.

37Une seule voie fossile de ce secteur a une largeur plus importante, l’ancienne Vie des Ânes dans la Vallée de Mionne, là où une coupe à blanc de sapins a libéré l’espace. De bord à bord, sans tenir compte de l’amas de colluvions en amont et d’une érosion en aval, la route avait plus de 6 m de largeur sur une grande longueur ; sa pente était très faible, du moins pour ce tronçon encore observable. En effet, le segment en direction du sud, jusqu’à être recoupé par l’autoroute, est recouvert aujourd’hui par les matériaux d’une voie forestière.

Fig. 7 La Vie de Faye, sur le territoire de Nurieux-Volognat, au sud du gué de Saint-Germain-de-Béard sur l’Oignin, en rive gauche du cours d’eau. Vue vers le sud-ouest. La largeur (2,50 m) est contrainte entre deux murets bâtis à sec.

Fig. 7 La Vie de Faye, sur le territoire de Nurieux-Volognat, au sud du gué de Saint-Germain-de-Béard sur l’Oignin, en rive gauche du cours d’eau. Vue vers le sud-ouest. La largeur (2,50 m) est contrainte entre deux murets bâtis à sec.

Cl. A. Mélo

38Généralement, les circulations locales se faisaient principalement par bêtes de somme, tombereaux étroits ou luges. Tous ces moyens de transport fonctionnaient sur un réseau de voies ne dépassant pas 3 m de largeur. Le doublement de largeur de la Vie des Ânes révèle son importance au-delà des circulations locales ; elle pouvait être utilisée par des chariots avec une possibilité permanente ou presque de croisement – et donc potentiellement servir à l’acheminement de matériaux pondéreux.

3.3. Revêtements

  • 42 Sur le modèle classique des voies muletières alpines.

39La surface de roulement n’est pas toujours identifiable, même sur les segments fossilisés, car la croissance de la végétation ou les pratiques d’épierrement des parcelles voisines ont comblé de nombreux tronçons suite à leur abandon. Lorsque le revêtement est visible, il apparaît que les usagers utilisaient le matériau en place, terre ou terrain graveleux non calibré, quitte, si nécessaire, à recharger en gravier ou en cailloutis, ou à écarter sur les côtés les cailloux les plus gênants. Sur certains tronçons franchissant des terrains humides, potentiellement bourbeux, des empierrements agencés de galets de rivière (ou morainiques) stabilisaient et renforçaient la surface de circulation. Ces galets se retrouvent fréquemment dans l’ensemble des voies fossiles observées dans le Bugey et le Valromey. Beaucoup plus rarement (et plus récemment ?) des pierres décimétriques plantées sur chant ont pu être utilisées pour stabiliser un substrat trop mouvant42.

Fig. 8 Ornières creusées par usure sur un tronçon en pente de l’ancien chemin de Giriat à Maillat.

Fig. 8 Ornières creusées par usure sur un tronçon en pente de l’ancien chemin de Giriat à Maillat.

Cl. A. Mélo

  • 43 Utilisation de ligiae (traîneaux) pour la vidange des coupes de bois de chauffage en 1279-1280 dans (...)

40Des ornières ont été observées en trois points du secteur. Sur un tronçon encore actif de l’ancienne voie menant de Giriat (Peyriat) vers Maillat, un peu à l’ouest du point de franchissement du crêt (Croix de la Siza) entre les vallées de Peyriat et de Mionne, deux ornières marquent le substrat calcaire nettement entaillé, probablement par l’usure des passages (fig. 8). Dans la forêt de Meyriat, à l’est de Condamine, deux points de l’actuelle piste forestière – ancien chemin du Balmay à Meyriat – conservent des ornières dont certaines ont été manifestement entaillées dans la roche. Ces entailles servaient à guider les véhicules dans des sections en dévers. Elles ont été également creusées pour partie par l’usage estival des traîneaux pour la vidange des coupes de bois de chauffage, usage très érosif, attesté dès le xiiie siècle et qui semble avoir été pérenne en Bugey au moins jusqu’au xviiie siècle43.

3.4. Limites

41En dehors des traversées d’espaces à gestion collective – forêts, pâturages – où les tracés se multiplient très souvent, les limites de ces voies fossilisées sont souvent remarquables. Elles sont fréquemment matérialisées par des talus herbeux en amont et/ou en aval, parfois complantés de haies. Entre Peyriat et Ceignes, l’ancien tracé est marqué du côté des prés par un alignement de pierres organisées et de rejets d’épierrement des parcelles voisines (« murgers »). Le chemin de Faye (Nurieux) est bordé des deux côtés de murets à sec très bien construits (fig. 7). À l’ouest de Maillat, certains anciens tronçons du chemin de Cerdon par le vallon du Corberan étaient localement soutenus par un muret sur plusieurs centaines de mètres. Fait plus rare, la très ancienne voie entre Vieu-d’Izenave et Saint-Martin-du-Frêne, aujourd’hui uniquement visible par photographie aérienne montre, entre le moulin du Contour (Maillat) et l’entrée de Saint-Martin, avec une belle régularité, deux fossés latéraux.

3.5. Ouvrages d’art

Fig. 9 Le gué de Béard esquissé en 1763 sur le plan-projet de route entre Bourg-en-Bresse et Nantua par Thoirette. L’ingénieur a figuré le haut-fond rocheux. Archives départementales de l’Ain, C 1051.

Fig. 9 Le gué de Béard esquissé en 1763 sur le plan-projet de route entre Bourg-en-Bresse et Nantua par Thoirette. L’ingénieur a figuré le haut-fond rocheux. Archives départementales de l’Ain, C 1051.

Cl. A. Mélo

  • 44 Du latin olla, marmite, à cause de la forme que prennent parfois ces cavités sous l’effet conjugué (...)
  • 45 Passage obligé avant l’enfoncement en gorges de la rivière affluent du Rhône, ce lieu a toujours im (...)

42Les cours d’eau constituaient les seuls véritables obstacles à la circulation. Aussi les points de franchissements furent aménagés en conséquence. L’ancien gué de Béard utilisait un haut-fond rocheux, affleurement calcaire qui avait contraint l’eau à surcreuser des passages, sortes de fissures étroites et profondes qui facilitaient grandement la traversée de la rivière (fig. 9 et 10) ; il suffisait de jeter par-dessus deux poutres et des planches, ou une dalle de roche pour franchir très aisément le cours d’eau, à pied, avec des animaux bâtés ou non, voire avec un de ces tombereaux locaux à essieu étroit. Dans la cluse de Nantua, d’autres sites semblables, souvent appelés Oules44, devinrent très tôt des lieux de passage important, comme le fameux pont des Oules sur la Valserine entre Musinens et Vanchy45.

43Les ponts ou « planches » n’étaient pas rares, surtout dans une plaine arrosée par trois cours d’eau principaux et de nombreux ruisseaux. Aucun vestige de ces ouvrages n’est aujourd’hui connu.

Fig. 10 Le gué de Béard en 2009. Le haut-fond rocheux karstifié est encore visible malgré les aménagements hydrauliques réalisés pour les moulins puis pour les usines. Vue vers le sud.

Fig. 10 Le gué de Béard en 2009. Le haut-fond rocheux karstifié est encore visible malgré les aménagements hydrauliques réalisés pour les moulins puis pour les usines. Vue vers le sud.

Cl. A. Mélo

4. La dynamique des circulations, itinéraires et pôles : éléments pour une chronologie

4.1. Ve-VIe siècles

  • 46 Martine (éd.) 2004, 43, 3-7.
  • 47 Le troisième de la Vie des Pères du Jura ; la vita du véritable troisième abbé, Minausus, n’a pas é (...)
  • 48 Martine (éd.) 2004, 157-160.
  • 49 Ibid., p. 287, n. 2.

44Entre 435 et 460, Romain, premier abbé de Condate (Saint-Claude), de passage à Poncin, « in Pontanensium parrocchia dum iter ageret », « rendit la santé de la jeunesse » à une paralytique tombée en léthargie, miracle rapporté par celui qui l’accompagnait alors, frère Pallade (Palladius)46. Entre 480 et 510, l’activité de guerriers alamans (Alamani) entravait la circulation entre le monastère jurassien et, vers le nord, les sources de sel de Salins (Jura). Aussi Oyend, alors abbé47, envoya-t-il deux moines sur les rives de la Méditerranée (limite Tyrreni maris) pour s’enquérir de la denrée utile à la « cuisine. » Leur longue absence l’inquiéta. Mais, en rêve, saint Martin l’informait du passage par Poncin des deux moines, la nuit même : « Hac namque nocte in Pontianensi parrochia manent48. » L’auteur de la publication de la Vie des Pères du Jura, F. Martine, suppose à juste titre, que ces deux mentions soulignent l’importance de l’étape de Poncin sur l’itinéraire de Lyon à Saint-Claude49. Et, simultanément, elles signalent l’importance de la voie qui remontait le plateau du Mortaray de Poncin vers Ceignes puis redescendait vers Béard et Izernore – ou Brion et Oyonnax – pour continuer par les vallées de l’Ain et/ou de la Bienne vers Saint-Claude. Du moins pour cette deuxième moitié du ve siècle.

4.2. IXe siècle

  • 50 Debombourg 1858, p. 45-46.
  • 51 Gacon 1825.
  • 52 Debombourg 1858, p. 49.
  • 53 Nelson 1996, p. 61-62.
  • 54 Annales de Fulda, p. 90, citation dans Ibid., p. 62 ; voir aussi Annales de Saint-Vaast, p. 42, cit (...)
  • 55 Annales de Saint-Bertin, citation dans Ibid., p. 61.
  • 56 Mélo 2010, p. 20-28.

45En 877, Charles le Chauve, rentrant d’Italie serait mort des suites de fièvres contractées outre Alpes sur les confins (in finibus) de l’abbaye de Nantua, comme le supposait la lecture hâtive d’une épitaphe lapidaire de 878 blanchie par les restaurateurs de l’église abbatiale en 1597 : « […] Italiam pergens febribus corrumpitur atris et rediens nostris obiit in finibus50. » Charles de Lateyssonnière avait identifié le lieu du décès comme étant Brion51. Georges Debombourg voyait dans le lieu de « Maurienne » où se trouvait la reine Richilde au moment du décès de l’empereur, la bourgade de Moirans (Jura) « par où passait, écrit-il, la voie romaine de Lyon à Besançon52 ». Or les Annales contemporaines de l’événement et qui relatent le fait s’accordent pour localiser le décès de l’empereur loin du Bugey, et plus particulièrement en haute Maurienne, à Aussois (Savoie), au pied du col du Mont Cenis. Et c’est bien la translation de sa dépouille que rapportent les chroniqueurs de l’époque, Hincmar de Reims dans les Annales de Saint-Bertin, et les auteurs des annales synchroniques dites de Fulda et de Saint-Vaast53. La putréfaction du corps de Charles imposa à ceux qui le conduisaient vers le sépulcre de Saint-Denis de l’ensevelir en route, au moins temporairement. C’est ce qu’ils firent dans l’urgence, semble-t-il, « dans un monastère de Bourgogne54 » relate un des auteurs, « à Nantua, un petit monastère de la province de Lyon55 » écrit Hincmar de Reims. Quel trajet avait pris le cortège funéraire ramenant le cadavre de l’empereur Charles de Maurienne à Saint-Denis pour s’arrêter à Nantua ? Au sortir de la cluse du lac du Bourget, il était possible à la troupe de rejoindre Belley et de là de monter vers Hauteville soit par le vallon de l’Arène dès Virieu-le-Grand, soit par le col de la Lèbe après avoir franchi le seuil du Valromey à Chandossin (commune de Belmont) ; ces voies anciennes, du moins entre Chazey-Bons, Virieu, Thézillieu, Chandossin et le col de la Lèbe sont aujourd’hui mieux connues56. Du plateau d’Hauteville, via une traversée sud-est/nord-ouest, une route à altitude constante et bien maîtrisée permettait de rejoindre la haute vallée du Borrey et, d’Izenave, de poursuivre aisément par la Combe du Val vers Saint-Martin-du-Frêne d’où il était possible de se déporter vers Nantua. Les compagnons du défunt Charles avaient choisi, en ce mois d’octobre 877, une route assez directe vers Paris. Au lendemain de la sépulture, ils traversaient Izernore, poursuivaient par la Petite Montagne jurassienne (Arinthod, Orgelet) vers le piémont du Revermont jurassien (Lons-le-Saunier, Ledo) pour rejoindre, par de vieilles routes antiques Dijon, la Bourgogne et au-delà, Saint-Denis. Était-ce une route très fréquentée ? Dans tous les cas, elle fut empruntée par la troupe impériale et devait donc être suffisamment en bon état et sûre.

46Pendant au moins un demi-millénaire, entre le ve et le ixe siècle, les flux les plus importants qui utilisèrent le carrefour bugiste s’orientaient grosso modo du sud vers le nord – et vice-versa. Ils circulaient sur des axes mettant en relation l’issue d’un des grands axes alpins (la cluse de Chambéry et du lac du Bourget), un segment de la vallée du Rhône et la région lyonnaise avec les premiers plateaux jurassiens et le haut Jura de Saint-Claude, siège d’une importante abbaye. Pour résumer, les vallées du Borrey, de l’Oignin et de l’Ange, ainsi que la petite plaine intérieure à l’émissaire lacustre offraient une voie opérationnelle pour une traversée sud-nord du Jura méridional. Les circulations perpendiculaires semblent avoir essentiellement été réservées, pendant cette période, aux relations locales, sauf, peut-être déjà, celles par la cluse de Nantua.

4.3. XIe siècle

  • 57 L’abbaye de Nantua, en déshérence suite aux incursions des Hongrois (952 ou 954), avait intégré le (...)
  • 58 IOTSALDUS, Vita S. Odilonis, PL 142, Livre second, chap. XVI, De libris et aliis supellectilibus aq (...)
  • 59 Ibid., chap. XVIII, De libro et vasis repertis, O931A.
  • 60 Ibid., chap. XVI, De libris et aliis supellectilibus aqua infectis et minime laesis, O929C : il s’a (...)

47En effet, les circulations actives dans la cluse sont mentionnées dès la première moitié du xie siècle, comme le montre un épisode de la Vie de saint Odilon, abbé de Cluny57. Le récit de cette Vita met en relation à plusieurs reprises, Nantua, Genève et Saint-Claude. Nantua est dit jurassien58. Et certaines vallées de ce Jura qu’Odilon parcourut (Alpes Iurenses), notamment dans la direction de Saint-Claude (Sanctus Eugendus – Saint-Oyend) sont décrites comme enfoncées (profunda vallis) entre des falaises et des éboulis (« inter asperrimos scopulos dilabitur »)59. Ainsi, Odilon quitta, un certain jour, le monastère de Nantua en prenant le chemin de Genève, « […] quadam die egressus, iter […] ad urbem Genevensem » franchissant plus loin un cours d’eau qui parcourait les montagnes dans les flots duquel une des mules du convoi manqua de disparaître60. Ce témoignage indique l’usage de la cluse de Nantua par des voyageurs accompagnés de train de mules pour traverser les chaînons orientaux du Jura en direction de la plaine lémanique.

4.4. XIe-XIIe siècles

  • 61 Bouchet 1662, p. 34.
  • 62 Ibid.

48Au début du xiie siècle, la famille de Coligny contrôlait, outre une part de la Bresse, une grande partie du Jura méridional, du Revermont à la vallée de l’Ain, à la Petite Montagne (Arinthod, Orgelet dans le Jura) et jusqu’aux rives du Rhône (Lagnieu, Villebois dans l’Ain)61. Les seigneurs de Coligny contrôlaient aussi le carrefour, objet de cette étude, entre le domaine de la famille de Thoire au nord, le domaine des clunisiens de Nantua à l’est et les territoires savoyards au sud. Ils possédaient les sites de Port, sur la rive sud du lac de Nantua, de Rougemont aux confins du plateau d’Hauteville, et de Sainte-Blaizine à l’amorce du vallon de l’Arène – sites placés sur deux passages reliant le cœur du Bugey à Belley. Ils détenaient également, élément crucial de leur stratégie, la « terre » de Brion (Brionis) sur les revenus de laquelle la comtesse Adelaïs, veuve de Manassès, « dominus de Coloniaco », léguait en 1086/1090 cent sous de rente à l’abbé et aux moines de Nantua. Un château est cité à Brion au xie siècle (castrum ou castellum Brionis62). Dès les dernières décennies de ce siècle, Brion jouait un rôle important dans les circulations locales et régionales, en relation avec d’autres lieux de passage du Bugey.

4.5. XIIIe-XIVe siècles

  • 63 Debombourg 1858, p. 86.
  • 64 Cités en 1248 : ibid.
  • 65 Le terme « molard » désigne dans cette région un relief remarquable généralement de forme arrondie, (...)
  • 66 Debombourg 1858, p. 115-116. On connait l’importance des maladreries ou léproseries dans le marquag (...)

49La documentation, plus massive dès la fin du xiie siècle, permet de mieux apprécier l’enjeu de cette petite région interne du Bugey. Entre 1215 et 1234, la guerre récurrente de la famille de Thoire contre l’abbé Humbert de Mornay entraînait la destruction du pont de Port (sur l’émissaire lacustre) et les marchands étaient régulièrement dépouillés63. Dans les années 1240, Étienne de Thoire s’emparait à nouveau de plusieurs chemins vers Port et Saint-Martin-du-Frêne et interceptait les marchandises que les transporteurs menaient vers la ville de Nantua. La ville abritait alors un marché régulier et des foires64. Toujours dans les années 1240, les fourches patibulaires de l’abbé étaient juchées sur le « molard »65 de Port, de manière à être visibles de tous les voyageurs. Dans un document de bornage de 1331, la maladrerie ou « maison de la maladiere de la Clusa » et la « vy que passe devant ladite maladiere » servaient de confins aux terres de l’abbaye66.

  • 67 AD Côte-d’Or, B 8213, comptes du châtelain de Lompnes, mars 1325-janvier 1326, art. banna concordat (...)

50Toutes ces mentions concourent à émettre l’hypothèse d’un maintien des flux majeurs dans le sens des vallées, sud-ouest/nord-est. Ce que confirme l’existence d’un péage à Hauteville à l’issue méridionale de la Combe du Val, qui a fonctionné régulièrement dès avant 1272 et jusqu’en 1325, pour ce qu’on en connaît, exploité tantôt en régie directe tantôt affermé par le châtelain du comte à Lompnes. Témoignage des circulations marchandes, une fratrie de Vieu-d’Izenave fut amendée en 1325 pour avoir permis à des marchands d’éviter le paiement de la taxe sur les circulations en les guidant par des chemins de traverse à l’écart du lieu de perception du péage67.

  • 68 Lullin et Le Fort
  • 69 AD Côte-d’Or, B 8209, compte particulier du châtelain de Lompnes, 1308 ; voir l’interprétation du t (...)

51Toutefois, la cluse commençait à être un passage plus fréquenté, notamment par l’importance que prenait la ville de Nantua à son issue occidentale. Le pont de Tacon (Châtillon-de-Michaille, Ain), à l’entrée orientale de la Cluse, est mentionné en 1260 comme limite de la terre de Michaille ; le château de Châtillon apparaît dans la documentation pendant ces mêmes années68. En 1308, le comte de Savoie ordonnait la construction de la bâtie du Mont Cornet (Montcurnil) aux Neyrolles, pour contrôler le passage à l’est de la ville de Nantua69.

4.6. XIVe siècle

  • 70 Dubois 1976, p. 284.
  • 71 Ibid., p. 79.

52À partir du début du xive siècle, les indices d’une réorientation des flux se font plus abondants et plus précis. D’abord avec l’ouverture d’une nouvelle voie entre Treffort, chef-lieu de châtellenie savoyarde aux confins du Revermont et de la Bresse, et Nantua par des chemins locaux qui conduisaient les usagers à traverser la vallée du Suran puis celle de l’Ain à Thoirette, puis celle de l’Oignin sous Matafelon pour atteindre Izernore et enfin Nantua. Ce nouvel itinéraire, attesté dès les années 1330, était fréquenté de plus en plus assidûment et en 1348, le Juif qui percevait à Treffort le péage normalement collecté à Pont-d’Ain fut massacré. Le triplement des points de perception de ce péage fut officiellement confirmé dès 1349 : les péages de l’entrée de la Cluse-des-Hôpitaux, Pont-d’Ain et Saint-Germain-d’Ambérieu étaient perçus aussi à Treffort sur les marchands « deviantibus iter publicum per Sanctum Germanum et Pontem d’Yndis70. » C’était avant-tout un cheminement estival qui raccourcissait drastiquement le trajet par la Cluse-des-Hôpitaux71.

4.7. XVe siècle

  • 72 Ibid., p. 364-365.
  • 73 Matériau pour la tournerie, déjà très active au début du xive siècle dans les environs d’Arbent et (...)
  • 74 Debombourg 1858, p. 305.
  • 75 Dubois 1976, passim.

53Un événement informe clairement la circulation marchande sur la route de Poncin à Montréal. Des négociants de Rodez, d’Auch et d’Armagnac se firent rançonner autour de la fête de Quasimodo en 1420 par des écuyers bourguignons ou mâconnais sur la route de la foire chalonnaise, dans ce tronçon sous contrôle savoyard ; le duc Philippe le Bon, neveu d’Amédée VIII de Savoie, les fit dédommager72. L’usage de la cluse de Nantua et du carrefour de la plaine de Brion pour traverser d’est en ouest le Jura méridional, amorcé timidement sans doute dès les premières décennies du xive siècle, se renforçait. En 1445, transitait par Nantua, selon le tarif du péage, une grande variété de marchandises : safran et épices, billots de buis73, draps, toiles, futaines, fer, ferraille, acier, plomb, étain, etc.74, un flux quasiment identique à celui qui animait, toujours dans le sens est-ouest, la voie entre Belley et Pont-d’Ain par la Cluse-des-Hôpitaux à la fin du xiiie siècle et surtout à partir des années 132075.

54Cette voie de Genève à Poncin par Nantua et, au-delà, vers Lyon, prit une ampleur sans précédent avec le basculement du centre du négoce européen d’abord sur Genève dès 1420 puis sur Lyon dès 1470 et la quasi disparition des foires de Chalon. Pour le carrefour de la plaine de Brion, cette ré-articulation des flux fut définitive, reléguant les autres voies au mieux à un rôle secondaire – l’axe Nantua-Izernore-Thoirette vers la Bresse ; la voie par la Combe du Val et Hauteville vers Belley et Chambéry – au pire à un rôle local – l’axe Izernore-Poncin.

55La documentation exploitée met en lumière des trajets à longue distance davantage que l’organisation des flux locaux, de manière à éclaircir la question des deux systèmes repérés par l’analyse planimétrique : une voie commerciale médiévale à longue distance et des traces de voies en partie en relation avec une agglomération antique.

5. Conclusion : de la voie antique à l’autoroute, une permanence des circulations à longue distance cependant réorientées

56L’analyse des réseaux viaires du carrefour a donc révélé, au-delà d’un réseau local, deux systèmes spécifiques. L’étude historique des flux permet de caractériser ces deux systèmes et d’apporter quelques éléments d’une chronologie des circulations dans ce cœur du Bugey.

5.1. Un axe du commerce médiéval entre Saône et Léman ; le chemin de Lyon à Genève

Fig. 11 Itinéraires médiévaux.

Fig. 11 Itinéraires médiévaux.

L’orientation des flux majeurs restait axée nord-sud (Rhône-Bassin de Belley – Jura) avec une issue secondaire vers l’est (Genève). À partir du xive siècle, les itinéraires se réorientent progressivement entre Bresse et Léman (xive-xve siècles) puis entre Lyon et Genève (fin xve-xvie siècles).

  • 76 Montaigne y passa début novembre 1581, revenant de son voyage en Italie : Montaigne 1998, p. 245-24 (...)

57La voie commerciale est relativement bien documentée (fig. 11). Dans un premier temps, dans les premières décennies du xive siècle, il semble qu’elle s’anime en concurrence avec les autres traversées du Jura. Avec celle du sud du massif, depuis Pont-d’Ain par la Cluse-des-Hôpitaux vers Belley et Chambéry puis l’Italie par le col du Mont-Cenis, qui continuera cependant à être la route d’Italie en France, notamment avec le formidable essor de Lyon au xvie siècle76. Avec celles du centre du massif, soit via le col de Jougne, antique voie du commerce international descendu du Grand-Saint-Bernard ; soit via Saint-Claude dont le pèlerinage prit un essor considérable dès la fin du xiie siècle pour culminer au xve siècle. Mais cette concurrence révèle surtout une réorientation des flux marchands entre Chalon-sur-Saône et Genève dès le milieu du xive siècle. Après avoir traversé la Bresse, la route coupait efficacement le massif par Treffort, Thoirette, Izernore et Nantua pour atteindre rapidement et sans trop de difficultés Genève – voie active bien sûr dans les deux directions (Chalon et Genève). Au xviiie siècle cet axe fut la principale desserte du grand marché montagnard des grains de Nantua approvisionné depuis les terres céréalières de Bresse.

  • 77 Jusqu’à l’avènement du chemin de fer, en 1858, sachant que la voie ferrée emprunta les vieux axes a (...)

58Dès 1470, le retournement de conjoncture qui favorisa Lyon au détriment de Genève réorienta ces flux sans pour autant que les marchands abandonnent définitivement ces trajets. En venant de Genève, les marchands quittaient Nantua vers le sud, vers Pont-d’Ain, soit par Poncin soit par Cerdon, empruntant sans doute initialement de plus anciens cheminements locaux. Mais cette direction devint alors, à la fin du xve siècle, un des deux principaux moyens de communication entre Lyon et Genève, la voie terrestre. L’autre empruntait dès Seyssel la voie du Rhône en aval, ancien parcours qui sera actif encore très longtemps77.

  • 78 Bouchu 1978, Maillat (p. 282-283), Saint-Martin-du-Frêne (p. 389-390).
  • 79 Cette carte présente la partie orientale du diocèse de Lyon et couvre la Bresse, le Bugey, le Valro (...)

59Le tronçon de Nantua à la plaine de l’Ain fut maintes et maintes fois corrigé et les vestiges des tracés successifs sont encore très visibles dans le territoire du carrefour étudié. La Vie des Ânes entre Port et Ceignes garde le souvenir des premiers tracés, qui remontent au moins au xve siècle. Puis Maillat capta progressivement les trajectoires et se trouvait vers 1665, comme Saint-Martin-du-Frêne, sur le « passage de l’Italie, Allemagne et Lyon78 » ; la carte Insubres in Segusianis de 1660 signale un pont sur l’Oignin entre les deux villages79. Les tracés de cette route, emboîtés depuis le xvie siècle, apparaissent entre autres dans le vallon du Corberan à l’ouest de Maillat, jusqu’à celui de l’ex RN 84. L’autoroute a donné une nouvelle forme à cet itinéraire captant par la même occasion, via le tunnel du Mont-Blanc, le transit vers ou venant d’Italie.

5.2. Itinéraires antiques

Fig. 12 Itinéraires antiques.

Fig. 12 Itinéraires antiques.

L’orientation générale des flux était fortement axée sud-nord (Méditerranée/Rhône – Séquanie) encore aux xiie-xiiie siècles ; l’issue vers l’est (Genève) était beaucoup moins fréquentée – sauf, peut-être par les Helvètes en fuite...

60Les voies centrales des vallées renvoient à une autre dynamique, aujourd’hui disparue (fig. 12). La Combe du Val a continué d’être un lieu de passage des trains de marchandises jusqu’au début du xive siècle au moins, avec, au sud et au plus haut point en altitude, le site du péage d’Hauteville. Il s’agit de l’itinéraire suivi par les compagnons de Charles le Chauve en 877, route qu’ils poursuivirent très probablement vers le nord par Izernore et la Petite Montagne jurassienne.

  • 80 Vicherd (dir.) 1996.

61Izernore était du reste un lieu important, comme Poncin, dans la géographie de la Vie des Pères du Jura. Il apparaît que cette bourgade antique fut le pôle de référence pour les circulations dans le secteur étudié. En étroite relation urbanistique avec une voie, elle jouait un rôle important dans les déplacements locaux, régionaux et lointains au moins depuis sa fondation. Les archéologues ont montré que l’essentiel du mobilier appartenait à la sphère séquane80 et cela en fait une agglomération intimement liée aux territoires du nord du Jura mais en relation avec le monde antique dans son ensemble.

  • 81 Appelée en 1419 : « via publica tendens de Ysenoro versus sanctum Germanum de Beart », AD Côte-d’Or (...)
  • 82 « Sancti Germani de Bayart », église dîmière du diocèse de Lyon au xive siècle : Bernard 1853, p. 9 (...)
  • 83 Par exemple : les Oules de la Semine à Saint-Germain-de-Joux ; le pont de Saint-Germain sur le Groi (...)
  • 84 Constance de Lyon 1965, 13, p. 23-27.

62Les contacts entre cette bourgade et Poncin, Lyon ou la Méditerranée, que révèlent les vies de Romain, de Lupicin et d’Oyend, ermites de Saint-Claude, supposent un chemin de communication entre Izernore et la plaine de l’Ain. C’est celui qui se dissocie de la route rectiligne qui mène à Brion en recoupant le parcellaire81. Elle poursuit ensuite vers un gué sur l’Oignin en aval du probable gué antique rocheux. Une chapelle – l’ancienne église paroissiale82 – dédiée à saint Germain (d’Auxerre) protégeait cette traversée (fig. 13), patronage fréquent dans la région pour ce type de sites83 : cette protection s’appuie sur un épisode de la Vie du saint, lorsque, traversant la Manche vers la Grande-Bretagne, il apaisa la tempête qui risquait d’anéantir le vaisseau et son équipage84 ; la Vita fut rédigée par Constance de Lyon vers 480 et rapidement largement diffusée.

Fig. 13 Emplacement de la chapelle dédiée à saint Germain à Béard en 1763 dans un contexte routier en pleine transformation.

Fig. 13 Emplacement de la chapelle dédiée à saint Germain à Béard en 1763 dans un contexte routier en pleine transformation.

Archives départementales de l’Ain, C 1051. Cl. A. Mélo

  • 85 Vicherd, Klijn, Luc, et al. 1982 ; Vicherd, Klijn, Vacard, et al. 1983 et Vicherd et al. 1983 ; rés (...)

63Au-delà de ce gué, le chemin se glissait dans la combe sous Peyriat, passait un peu au large de Ceignes et amorçait la descente vers Poncin par le grand versant du Mortaray, suivant quasiment le même tracé que l’autoroute. Des fouilles menées en amont du chantier autoroutier ont amené à la découverte d’une petite agglomération routière antique –du iisiècle pour l’essentiel – au lieu-dit en Détala sur la commune de Saint-Alban85 : plusieurs maisons bordaient de part et d’autre la voie ; des déchets de forge en quantité remarquable, semble-t-il, pourraient confirmer la fonction de ce village par la présence d’un service aux usagers de cet itinéraire entre Izernore et Lyon.

64Enfin, si les Helvètes fuyant les armées de César ont bien emprunté le défilé de la Cluse entre Jura et Rhône, ils ont effectivement pu poursuivre par la cluse de Nantua pour rejoindre une voie sans doute pré-antique qui les conduisit vers les plaines de la Bresse et la vallée de la Saône par la Petite Montagne jurassienne, et donc par le site d’Izernore, dont on est sûr qu’il fut occupé dès le ier siècle de notre ère. Cette hypothèse plausible mérite sans doute confirmation par des faits archéologiques qui jusqu’à aujourd’hui font malheureusement défaut.

  • 86 Pour le Jura central, voir entre autres, Chomel et Erbersolt 1951, passim.
  • 87 Les recherches se poursuivent autour de cette agglomération, dans la longue durée : Mélo 2015.

65Ainsi ce carrefour au cœur du Bugey, toujours actif, a archivé une histoire bi-millénaire des déplacements à longue distance à travers les montagnes du Jura méridional. L’analyse des réseaux routiers a permis de débrouiller les informations perceptibles dans la morphologie du territoire et de réorienter le discours historique sur l’organisation des circulations dans un pays montagneux. Nous ne doutions pas de la fréquentation plus ou moins assidue des montagnes de l’Ain par les hommes depuis la préhistoire. Mais dès l’époque romaine et même probablement dès l’âge du fer, des cheminements structurés, à longue distance, suffisamment longtemps fréquentés pour avoir laissé les traces présentées dans ces pages, empruntaient les vallées et les combes et traversaient les crêts du Jura méridional86. Et, surtout, émerge de cette analyse un axe central important, traversant le Jura méridional du sud au nord dont l’existence explique partiellement la position de la bourgade antique d’Izernore, construite légèrement à l’écart du carrefour actif aujourd’hui87.

Haut de page

Bibliographie

Ambert P., Bailly M. et al.
1997, « L’énigmatique civilisation campaniforme : Rhône-Alpes A 404 », Archéologia, no 9.

Artières P.
2006, Rêves d’histoire. Pour une histoire de l’ordinaire, Paris, Les Prairies Ordinaires, Essais.

Beaume F.
2013, « Du châtelain à l’ingénieur. La naissance de l’administration des Ponts et Chaussées dans les pays de l’Ain avant la Révolution », dans Cano (dir.) 2013, p. 112-123.

Beaume F.,Cattin P.et al. (éd. et trad.)
2008, Comptes de dépenses de la châtellenie de Lompnes (Ain) aux xiiie et xive siècles (1272-1329), Hauteville-Lompnes, Le Dreffia, Cahiers du Dreffia, numéro spécial.

Bériac-Lainé F.
1988, Histoire des lépreux au Moyen Âge. Une société d’exclus, Paris, Imago.

Bernard A. (éd.)
1853, Cartulaire de l’abbaye de Savigny. Suivi du petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, vol. 1, Paris, Imprimerie Impériale, Collection de documents inédits sur l’histoire de France. Première série, Histoire politique, 2 vol.

Bessat H. et Germi C.
2001, Les noms du paysage alpin. Atlas toponymique. Savoie, Vallée d'Aoste, Dauphiné, Provence, Grenoble, ELLUG.

Bouchet J. (du)
1662, Preuves de l’histoire de l’illustre maison de Coligny, Paris, chez Jean Dupuis.

Bouchu C.
1978, Déclaration des biens des communautés : 1665-1670, vol. I, Bailliage de Bugey. Bailliage du Pays de Gex, Lyon, Tixier.

Braudel F.
1963, « Genève en 1603 », dans Mélanges d’histoire économique et sociale en hommage au professeur Antony Babel à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire, vol. 1, Genève, Imprimerie de la Tribune de Genève, p. 319-327.

Broillet P. et Mélo A.
1997, « Le pont du Rhône : le pont médiéval, les ponts de la fin du xviie et du xviiie siècles », dans Broillet P. (dir.), Les Monuments d’art et d’histoire du canton de Genève, t. 1, La Genève sur l’eau, Bâle, Wiese, Kunstdenkmäler der Schweiz, 89, p. 194-200.

Bsr
1993, Bilan Scientifique Régional, Lyon, Service Régional de l’Archéologie.

1994, Bilan Scientifique Régional, Lyon, Service Régional de l’Archéologie.

1995, Bilan Scientifique Régional, Lyon, Service Régional de l’Archéologie.

1996, Bilan Scientifique Régional, Lyon, Service Régional de l’Archéologie.

Buisson A.
1990, L’Ain, Paris, Les Belles Lettres (Carte archéologique de la Gaule, 1).

Bulletin de l’ivs
1990, Bulletin de l’Inventaire des Voies de communication historiques de la Suisse, 1. Méthodologie.

Cano D. (dir.),
2013, La route, le Bugey, le monde, catalogue d’exposition, musée du Bugey-Valromey, Lochieu, 1er juin-1er novembre  2013, Bourg-en-Bresse, Conservation départementale des musées de l’Ain, Les sources de l’histoire de l’Ain.

César J.
1997, Guerre des Gaules, livres I et II, Constans L.-A. (éd.), Ozanam A.-M. (trad.), Paris, Les Belles Lettres, Classiques en poche, 21.

Chanel É.
1906, Fouilles de Montréal-Lacluse (Ain), années 1905-1906 : Orindis, petite localité gallo-romaine brûlée lors de l’invasion de 406-413, Bourg, Impr. du Courrier de l’Ain.

Chevallier R.
1972, Les voies romaines, Paris, Armand Colin, coll. U. Série Histoire ancienne.

Chomel V. et Ebersolt J.
1951, Cinq siècles de circulation internationale vue de Jougne. Un péage jurassien du xiiie s. au xviiie s., Paris, Armand Colin, École Pratique des Hautes Études, VIe section, Centre de recherches historiques. Portes, routes et trafics, II.

Chouquer G.
1990, Cours d’archéomorphologie en trois tomes, t. 1, morphologie générale, t. 2, carto-interprétation, t. 3, photo-interprétation, Besançon, CNRS.

2000, L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, Errance.

2008, Traité d’archéogéographie, t. 1, La crise des récits géohistoriques, Paris, Errance.

Conseil national de la recherche archéologique
1997, La Recherche archéologique en France : bilan 1990-1994 et programmation du Conseil national de la recherche archéologique, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Constance de Lyon
1965, Vie de saint Germain d’Auxerre, Borius R. (éd.), Paris, Cerf, Sources chrétiennes. Textes latins, 112.

Constantin A. et Désormaux J.
1902, Dictionnaire savoyard, Paris/Annecy, Bouillon/Abry, Études philologiques savoisiennes.

Debombourg G.
1858, Histoire de l’abbaye et de la ville de Nantua, Bourg-en-Bresse, Bottier.

Dubois H.
1976, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (v. 1280-v. 1430), Paris, Publications de la Sorbonne, Publications de la Sorbonne, Série Sorbonne, 4.

Gacon P.-F.
1825, Histoire de Bresse et du Bugey, Lateyssonière C. (de) (éd.), Bourg-en-Bresse, impr. Bottier.

Gaillard de Sémainville H. (dir.)
1995, Les Burgondes. Apports de l’archéologie. Actes du colloque international de Dijon, 5-6 novembre 1992, Dijon, Association pour la connaissance du patrimoine de Bourgogne.

Guigue M.-C.
1877, Les voies antiques du Lyonnais, du Forez, du Beaujolais, de la Bresse, de la Dombe, du Bugey et de partie du Dauphiné déterminées par les hôpitaux du Moyen Âge, Lyon, Éditions Georges.

Hannezo J.
1917, « Les voies antiques et romaines du département de l’Ain (notes archéologiques, historiques et géographiques) », Bulletin de la Société des naturalistes de l’Ain, 34, p. 93-104.

Lullin P. et Le Fort C.
1866, Régeste genevois, ou chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l’histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l’année 1312, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève.

Malgouverné A. et Mélo A.
1986, « L’homme dans les marais », dans Les marais. Les milieux humides du Pays de Gex à la Valserine, Thoiry, Association pour la connaissance de la flore du Jura, p. 23-28.

Martine F. (éd.)
2004, Vie des Pères du Jura, Paris, Cerf, Sources chrétiennes. Textes monastiques, 142.

Mélo A.
2007, « Chemins et aménagements de la montagne bugiste au Moyen Âge », Le Bugey, 94, p. 109-128.

2010, Voie antique Rhône-Izernore (Rhône-Alpes, Ain). Haut-Bugey et Valromey. Prospection thématique, document final de synthèse, déposé à la Drac Auvergne-Rhône-Alpes (SRA).

2012, « Flux et reflux. Cheminements d’hommes entre fleuve et montagne dans le haut Rhône durant l’Antiquité et le long Moyen Âge », dans Julliard A. (dir.), Haut Rhône. L’empreinte ancestrale d’un fleuve. Traverser, commercer, travailler d’une berge à l’autre, Bourg-en-Bresse, Musnier-Gilbert Éditions, p. 16-39.

2013, « Cheminer en Bugey. Une approche archéologique et historique des voies de communication », dans Cano (dir.) 2013, p. 100-111.

2015, Prospection thématique 2015. Voies anciennes dans les montagnes du département de l’Ain. Territoire d’Izernore, partie nord (et reprise partie sud). Communes d’Izernore, de Samognat et de Géovressiat (reprise). Département de l’Ain, document final de synthèse, déposé à la Drac Auvergne-Rhône-Alpes (SRA).

À paraître, « Entre Isarnodurum (Izernore) et le Vicus Venetonimagus (Vieu) : quels chemins ? », dans Actes de la seconde rencontre d’archéologie régionale de Briord. Briord (Ain) 25 mai 2013.

Montaigne M. (de)
1998, Journal de voyage, Pinganaud C. (éd.), Paris, Arléa.

Nelson J. L.
1996, « La mort de Charles le Chauve », Médiévales, n° 31, p. 53-66.

Neuville C. (de)
2001, Visites pastorales du diocèse de Lyon par Monseigneur Camille de Neuville en Dombes, Bresse, Bugey et Comté de Bourgogne. 1654-1656, Cattin P. (éd.), Bourg-en-Bresse, Amis des Archives de l’Ain.

Pichard Sardet N.
1989, « Voies anciennes et Étraz : recherches sur le réseau routier de Nyon », Paysages découverts. Histoire, géographie et archéologie du territoire en Suisse romande, 1989/1, p. 39-54.

Platter F.
1976, Tagebuch, Lötscher V. (éd.), Bâle, Schwabe, Basler Chroniken, 10.

Platter T. (le Jeune)
1968, Beschreibung des Reisen durch Frankreich, Spanien, England und die Niederlande, Keiser R. (éd.), Bâle, Schwabe.

Robert S.
2003, « Archéologie préventive et morphologie : deux points de vue différents », dans Favory G. et Vignot A. (dir.), Actualités de la recherche en histoire et archéologie agraires, actes du Ve colloque international Ager, Besançon, 19-20 septembre 2000 , Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, collection Annales Littéraires, n° 764, p. 41-53.

Robert S. (dir.)
2011, Sources et techniques de l’archéogéographie, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, n° 895, série Environnement, société et archéologie, n° 15.

Vicherd G.
1984, « L’établissement antique de “Détala” à Saint-Alban (Ain) », dans Lasfargues J. (dir.), Archéologie en Rhône-Alpes. Protohistoire et monde gallo-romain. Dix ans de recherches, catalogue d’exposition, musée de la civilisation gallo-romaine, Lyon, 1983-1984, Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, p. 14-15.

Vicherd G. (dir.)
1996, Izenore et Saint-Vulbas : deux bourgades antiques de l’Ain. Bilan archéologique et historiographique, Cahiers René de Lucinge, 4e série, n° 31.

Vicherd G., De Klijn H., Luc O. et al.
1983, Commune de Saint-Alban, quartier de Coiron, site de En Détala, rapport de fouilles, déposé à la Drac Auvergne-Rhône-Alpes.

Vicherd G., De Klijn H., Vacard T. et al.
1982, Sauvetage archéologique programmé du site En Détala (Saint-Alban), rapport de fouilles, déposé à la Drac Auvergne-Rhône-Alpes.

Vicherd G. et al.
1983, « Fouilles récentes à Saint-Alban », Cahiers René de Lucinge, n° 24, p. 25-33.

Vion É.
1989, « L’analyse archéologique des réseaux routiers : une rupture méthodologique, des réponses nouvelles », Paysages découverts. Histoire géographie et archéologie du territoire en Suisse romande, 1989/1, p. 67-99.

Watteaux M.
2009, La dynamique de la planimétrie parcellaire et des réseaux routiers en Vendée méridionale. Études historiographiques et recherches archéogéographiques, thèse de doctorat sous la direction de Chouquer G., université de Paris I, http:/tel.archives-ouvertes.fr/tel-00421955/fr (consulté en mai 2016).

Haut de page

Notes

1 Ces campagnes de prospection thématique – au nombre de sept entre 2001 et 2013 – ont été soutenues par le service régional d’archéologie (Drac Rhône-Alpes) et par le conseil général de l’Ain. D’autres résultats de ces campagnes ont été publiés : Mélo 2007 ; Mélo 2012 ; Mélo 2013.

2 L’« établissement des grandes routes » fut notifié par arrêt du Conseil en 1733 : Gaçon 1825, p. 275. Sur les conditions administratives et financières de la construction de ces routes voir Beaume 2013. Pour le secteur concerné : AD Ain, C 1038, route de Nevers à Genève ; C 1040, route de Lyon à Genève par Cerdon ; C 1051, route de Bourg-en-Bresse à Nantua par Thoirette ; C 1054, route de Belley à Nantua et Saint-Claude ; C 1069, route du Valromey.

3 Buisson 1990, p. 25 (carte).

4 Ibid., p. 85 et 116 (cartes).

5 Ibid., p. 58 (carte) ; analyse dans Mélo à paraître.

6 Parmi les auteurs anciens : Hannezo 1914.

7 Guerre des Gaules 1997, I, VI, qui décrit ainsi le passage de la Cluse (aujourd’hui Fort-l’Écluse, commune de Collonges-Fort-l’Écluse) : « Unum per Sequanos, angustum et difficile, inter montem Iuram et flumen Rhodanum [...] ».

8 Un point récent dans : Mélo 2012.

9 Debombourg 1858, passim.

10 Platter 1976.

11 Platter (le Jeune) 1968.

12 Artières 2006, p. 20.

13 Chouquer 1990 ; Chouquer 2000 ; Chouquer 2008.

14 Bulletin de l’ivs 1990/1.

15 Vion 1989.

16 Pour reprendre l’expression du géographe M. Gautier, citée par Watteaux 2009.

17 Robert 2001, p. 163-174.

18 Conseil national de la recherche archéologique 1997, p. 418-419.

19 Toponyme local attribué à l’ensemble de la plaine, « Les Prairies » ; localement accolé à un nom de village : « Prairie de Montréal », « Prairie de Port », « Prairie de Brion », etc.

20 Blache, terme pour désigner diverses espèces de laîche ou herbe des marais (carex), exploitées principalement comme litière. Pour l’usage du mot dans la région : Constantin et Désormaux 1902, p. 51.

21 Le bief de Motan a été creusé pour drainer la « Prairie »  de Montréal au moment des grands travaux routiers du milieu du xviiie siècle : AD Ain, C 1038, 19 juillet 1758 (cf. note suivante). Plus généralement, certaines formes de l’exploitation de ces zones humides ont été caractérisées dans Malgouverné et Mélo 1986. Une cressonnière a été fouillée sur la commune de Montréal-La Cluse près de l’ancien cours du bief de Motan par Sylvain Motte en 1995 : Bsr 1995 : p. 34.

22 AM Brion, registre de délibération du conseil municipal, 30 mai 1850.

23 AD Ain, C 1038, 19 juillet 1758 : à l’occasion des travaux routiers – construction du tronçon La Cluse-Nurieux de l’ancienne RN 79 à partir de 1755 – le creusement, en cours, du canal ou bief de Motan entre les moulins de Montréal et le cours de l’Ange à Brion « dans la partie la plus basse de la prairie rassemblera les eaux de la rivière de Lange [sic], du ruisseau de Neyrieux et généralement de tous les autres petits ruisseaux dont les lits n’étant pas suffisants pour contenir les eaux dans les tems des pluyes abondantes occasionnent des débordements très considérables à la prairie et à la grande route de Nantua à Bourg-en-Bresse. »

24 Bsr 1993 (Géovressiat, Derrière le Château : p. 33-34) ; Bsr 1994 (Géovressiat, Derrière le Château : p. 37-39 ; liaison autoroutière A 404, Géovressiat, Saint-Martin-du-Frêne : p. 39) ; Bsr 1995 (Montréal-La-Cluse, Derrière le Château : p. 34-36 ; Saint-Martin-du-Frêne, Colléjard, Outre l’Eau : p. 37). À propos du site mésolithique de Derrière le Château, voir l’article synthétique dans Ambert, Bailly et al. 1997, p. 56-69.

25 Un bilan des faits archéologiques dans Vicherd (dir.) 1996, p. 11-60.

26 Chanel 1906 ; Buisson 1990, p. 116-118 ; Bsr 1995, p. 36 ; Bsr 1996, p. 30-31.

27 Buisson 1990, p. 116.

28 Gaillard de Sémainville 1995, p. 111-114.

29 Debombourg 1858.

30 Les « golets » ou « coilles », « couilles », selon la terminologie locale ; toponymes très fréquents dans la montagne à l’est et au sud-est du secteur étudié, où ils jalonnent les passages de vaux en vaux : Mélo à paraître.

31 Vion 1989.

32 AD Ain, Cadastre, Peyriat, 1818 : « Au Care » (carrefour ?), « La Combe à la Pierre », « À la Pierre » (marquage ?), « La Viremiaz » (composé sur via), « La Côte du Champ Vion » (formé sur via), la borne « des Étrais » (étraz ou étroit ?), la borne « de Saint Bri » (limite la paroisse de Peyriat – dédiée à saint Brice – d’avec celle de Ceignes : marquage territoriale au bord du chemin ; porte d’entrée).

33 AD Ain, Cadastre, Ceignes, 1819.

34 Vicherd (dir.) 1996.

35 AD Ain, Cadastre, Condamine, 1837 : « Vy de l’Étrat » dénommait un de ces tronçons centraux.

36 Des analyses plus récentes et fines sur le territoire d’Izernore ont montré que la voie centrale à la plaine au sud de la bourgade a progressivement disparu au profit d’un réseau strictement adapté aux relations entre villages ; un terrier de 1419 montre que certains tronçons n’existaient déjà plus ; et le cadastre de 1810 révèle la disparition quasi complète de cette voie. Pourtant, les photographies aériennes de la plaine (dès 1938, collection IGN) en offrent une trace majeure dans l’organisation parcellaire et des sondages réalisés dans les années 1960 sur ces limites ont trouvé les vestiges archéologiques de cette ancienne route (Chevallier 1972, p. 119-121). Bilan inédit dans Mélo 2015.

37 AD Ain, Cadastre, Maillat, 1810.

38 AD Ain, Cadastre, Saint-Martin-du-Frêne, 1810.

39 AD Ain, Cadastre, Port, 1810 ; il se poursuivait vers l’actuel cimetière de Port sous la dénomination de « chemin des Haies. »

40 Des chemins construits quasiment directement dans le sens de la pente existent sur le versant rhodanien du Grand-Colombier et sur le versant lémanique des Monts-Jura. Ils prirent ces formes car ils ont souvent servi de glissoir pour l’exploitation des bois. L’analyse approfondie de deux de ces voies, l’une entre Rhône et Valromey et l’autre entre Pays de Gex et vallée de la Valserine, a révélé les aménagements successifs du chemin au fur et à mesure de l’évolution de son usage, d’accès à la montagne pour l’exploitation forestière et de glissoir à grumes (xiie-xiiie siècles) jusqu’au chemin de desserte des nouvelles parcelles de prés et pâturages (fin xiiie-xve siècles) puis de transit de marchandises entre montagne et fleuve (dès la fin du xve siècle) ; ou encore de glissoir à bois à passage régulier entre une abbaye cistercienne (Chézery) et ses domaines ruraux de plaine, puis comme liaison économique fréquentée entre montagne (haut Jura et Bugey) et ville (Genève) : Mélo 2007. Ces cas se confinent à ces versants particulièrement longs et à fort dénivelé (Grand-Colombier-Retord et Monts-Jura).

41 À ce sujet, voir Pichard Sardet 1989, p. 49-53 et, plus généralement, les travaux de l’IVS sur le canton de Vaud (Suisse).

42 Sur le modèle classique des voies muletières alpines.

43 Utilisation de ligiae (traîneaux) pour la vidange des coupes de bois de chauffage en 1279-1280 dans les bois de la châtellenie de Lompnes : Beaume, Cattin et al. (éd. et trad.) 2008, p. 60. Pour la réglementation au xviiie siècle : AD Ain, C 1076, Placard, 1782, interdiction contre l’usage des traîneaux en forêts qui endommagent les chemins ; il répète une ordonnance promulguée déjà en 1746.

44 Du latin olla, marmite, à cause de la forme que prennent parfois ces cavités sous l’effet conjugué de l’eau et des galets de rivières qui contribuent à l’érosion du substrat calcaire du lit. En aval du village de Saint-Germain-de-Joux, les Oules permettaient de passer la Semine sur le chemin de Nantua à Châtillon-de-Michaille.

45 Passage obligé avant l’enfoncement en gorges de la rivière affluent du Rhône, ce lieu a toujours impressionné les voyageurs qui en rapportent des descriptions parfois horrifiées, comme le conseiller et aumônier du roi Barthélémy Joly en 1603 : Braudel 1963.

46 Martine (éd.) 2004, 43, 3-7.

47 Le troisième de la Vie des Pères du Jura ; la vita du véritable troisième abbé, Minausus, n’a pas été prise en compte par l’auteur du texte, probablement à cause de sa brièveté (trois ou quatre ans).

48 Martine (éd.) 2004, 157-160.

49 Ibid., p. 287, n. 2.

50 Debombourg 1858, p. 45-46.

51 Gacon 1825.

52 Debombourg 1858, p. 49.

53 Nelson 1996, p. 61-62.

54 Annales de Fulda, p. 90, citation dans Ibid., p. 62 ; voir aussi Annales de Saint-Vaast, p. 42, cité dans Ibid.

55 Annales de Saint-Bertin, citation dans Ibid., p. 61.

56 Mélo 2010, p. 20-28.

57 L’abbaye de Nantua, en déshérence suite aux incursions des Hongrois (952 ou 954), avait intégré le giron de Cluny par décision du roi Lothaire en 959 : Debombourg 1858, p. 54-56 ; la communauté mit dix années à se refonder et n’élit un abbé qu’en 969, Siagrius deuxième du nom, à qui Odilon rendit visite : ibid., p. 58.

58 IOTSALDUS, Vita S. Odilonis, PL 142, Livre second, chap. XVI, De libris et aliis supellectilibus aqua infectis et minime laesis, O929C : In locis Iurentibus Nantoatis est monasterium […]

59 Ibid., chap. XVIII, De libro et vasis repertis, O931A.

60 Ibid., chap. XVI, De libris et aliis supellectilibus aqua infectis et minime laesis, O929C : il s’agit soit du franchissement de la Semine (passage des Oules sous Saint-Germain-de-Joux) soit de la traversée de la Valserine (passage des Oules sous Musinens et Lancrans) ; pour rejoindre Genève, Odilon n’était pas contraint de franchir le Rhône sinon au pont situé entre le bourg de Saint-Gervais (Geneva minor) et la ville de la rive gauche (Geneva Major) ; à propos de l’ancienneté du passage sur le Rhône à Genève et donc du pont, voir Broillet et Mélo 1997, p. 194-200.

61 Bouchet 1662, p. 34.

62 Ibid.

63 Debombourg 1858, p. 86.

64 Cités en 1248 : ibid.

65 Le terme « molard » désigne dans cette région un relief remarquable généralement de forme arrondie, ici une colline détachée du versant de Chamoise. Voir Bessat et Germi 2001, p. 59-63.

66 Debombourg 1858, p. 115-116. On connait l’importance des maladreries ou léproseries dans le marquage des axes particulièrement fréquentés au Moyen Âge : Guigue 1877, passim ; et, plus généralement, Bériac-Lainé 1988, p. 151 et suiv.

67 AD Côte-d’Or, B 8213, comptes du châtelain de Lompnes, mars 1325-janvier 1326, art. banna concordata. Plus généralement, voir Beaume, Cattin et al. (éd. et trad.) 2008, passim.

68 Lullin et Le Fort

1866, n° 923 (pont de Tacon, 1260), n° 1149 (château de Châtillon-de-Michaille, 1278).

69 AD Côte-d’Or, B 8209, compte particulier du châtelain de Lompnes, 1308 ; voir l’interprétation du texte et la restitution proposée par Beaume, Cattin et al. (éd. et trad.) 2008, p. 11-12.

70 Dubois 1976, p. 284.

71 Ibid., p. 79.

72 Ibid., p. 364-365.

73 Matériau pour la tournerie, déjà très active au début du xive siècle dans les environs d’Arbent et d’Oyonnax, probablement dans la sphère d’influence de Saint-Claude, haut lieu de ces productions ; Nantua fut une plate-forme de diffusion des produits de ces travailleurs forestiers : par exemple, AD Côte-d’Or, B 8213, comptes de la châtellenie de Lompnes, 1323, achat par le châtelain d’un grand nombre d’objets d’usage courant (fustayllia) pour la cour du comte de Savoie auprès de négociants à Nantua.

74 Debombourg 1858, p. 305.

75 Dubois 1976, passim.

76 Montaigne y passa début novembre 1581, revenant de son voyage en Italie : Montaigne 1998, p. 245-246.

77 Jusqu’à l’avènement du chemin de fer, en 1858, sachant que la voie ferrée emprunta les vieux axes antiques ou médiévaux : le Rhône et la Cluse-des-Hôpitaux. Pour une analyse des réseaux viaires en connexion avec le Rhône dans les environs de Seyssel : Mélo 2012.

78 Bouchu 1978, Maillat (p. 282-283), Saint-Martin-du-Frêne (p. 389-390).

79 Cette carte présente la partie orientale du diocèse de Lyon et couvre la Bresse, le Bugey, le Valromey et le Pays de Gex ; elle a été dressée par Samson et éditée chez P. Mariette à Paris.

80 Vicherd (dir.) 1996.

81 Appelée en 1419 : « via publica tendens de Ysenoro versus sanctum Germanum de Beart », AD Côte-d’Or, B 807, fol. 42v.

82 « Sancti Germani de Bayart », église dîmière du diocèse de Lyon au xive siècle : Bernard 1853, p. 948. La visite diocésaine de 1655 rappelait que ce fut la « mere esglize » de la paroisse désormais déplacée à Géovressiat : Neuville 2001, p. 155-156.

83 Par exemple : les Oules de la Semine à Saint-Germain-de-Joux ; le pont de Saint-Germain sur le Groin en aval de Vieu-en-Valromey, etc.

84 Constance de Lyon 1965, 13, p. 23-27.

85 Vicherd, Klijn, Luc, et al. 1982 ; Vicherd, Klijn, Vacard, et al. 1983 et Vicherd et al. 1983 ; résumé dans Vicherd 1984.

86 Pour le Jura central, voir entre autres, Chomel et Erbersolt 1951, passim.

87 Les recherches se poursuivent autour de cette agglomération, dans la longue durée : Mélo 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation générale du secteur étudié.
Crédits © A. Mélo & GéoAinfo
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Fig. 2 Extrait de la carte de Cassini, feuille n° 117, présentant le carrefour routier du haut Bugey vers 1780 (première édition en 1764-1765).
Crédits © Archives départementales de l’Ain
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 Éléments topographiques et localisation des groupements d’habitats actuels.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Fig. 4 Le réseau local des voies de communication et les anomalies.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 797k
Titre Fig. 5 Photographie aérienne oblique de la plaine d’Izernore, 1962.
Légende Vue vers le nord : au fond l’agglomération. On perçoit sur la gauche de l’image l’ancien tracé qui quittait l’axe central vers la chapelle de Saint-Germain-de-Béard en recoupant le parcellaire. En revanche, la grande ligne visible au premier plan, ancien chemin antique sondé en divers points et daté en fouille au centre de l’agglomération engendre un lien fort avec le même parcellaire.
Crédits Cl. Jalmain © musée archéologique d’Izernore
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig. 6 La Vie des Ânes dans la vallée de Mionne, vue vers l’ouest (au centre de l’image). Le chemin ancien apparaît comme une ligne en dessous de celle que dessine la route actuelle. La pente de ce chemin très large (6 m) par rapport à la métrique habituelle (3 m) est très faible.
Crédits Cl. A. Mélo
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7 La Vie de Faye, sur le territoire de Nurieux-Volognat, au sud du gué de Saint-Germain-de-Béard sur l’Oignin, en rive gauche du cours d’eau. Vue vers le sud-ouest. La largeur (2,50 m) est contrainte entre deux murets bâtis à sec.
Crédits Cl. A. Mélo
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 8 Ornières creusées par usure sur un tronçon en pente de l’ancien chemin de Giriat à Maillat.
Crédits Cl. A. Mélo
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 9 Le gué de Béard esquissé en 1763 sur le plan-projet de route entre Bourg-en-Bresse et Nantua par Thoirette. L’ingénieur a figuré le haut-fond rocheux. Archives départementales de l’Ain, C 1051.
Crédits Cl. A. Mélo
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 10 Le gué de Béard en 2009. Le haut-fond rocheux karstifié est encore visible malgré les aménagements hydrauliques réalisés pour les moulins puis pour les usines. Vue vers le sud.
Crédits Cl. A. Mélo
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 805k
Titre Fig. 11 Itinéraires médiévaux.
Légende L’orientation des flux majeurs restait axée nord-sud (Rhône-Bassin de Belley – Jura) avec une issue secondaire vers l’est (Genève). À partir du xive siècle, les itinéraires se réorientent progressivement entre Bresse et Léman (xive-xve siècles) puis entre Lyon et Genève (fin xve-xvie siècles).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Fig. 12 Itinéraires antiques.
Légende L’orientation générale des flux était fortement axée sud-nord (Méditerranée/Rhône – Séquanie) encore aux xiie-xiiie siècles ; l’issue vers l’est (Genève) était beaucoup moins fréquentée – sauf, peut-être par les Helvètes en fuite...
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 995k
Titre Fig. 13 Emplacement de la chapelle dédiée à saint Germain à Béard en 1763 dans un contexte routier en pleine transformation.
Crédits Archives départementales de l’Ain, C 1051. Cl. A. Mélo
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2751/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Mélo, « Un carrefour routier au cœur du Jura méridional (Bugey, Ain) du ve au xviiie siècle : morphologie, modelés et itinéraires », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 33-52.

Référence électronique

Alain Mélo, « Un carrefour routier au cœur du Jura méridional (Bugey, Ain) du ve au xviiie siècle : morphologie, modelés et itinéraires », Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2751 ; DOI : 10.4000/archeomed.2751

Haut de page

Auteur

Alain Mélo

Chercheur indépendant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals