Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Les stèles mérovingiennes, premie...

Les stèles mérovingiennes, premiers témoignages des communautés chrétiennes rurales d’Île-de-France

Merovingian steles as early evidence of rural Christian communities in Île-de-France
Die merowingerzeitlichen Stelen als erste Zeugnisse der ländlichen christlichen Gemeinden der Île-de-France
Stéphane Ardouin
p. 53-70

Résumés

De nombreuses stèles funéraires mérovingiennes ont été mises au jour en Île-de-France, principalement au nord-ouest de cette région, à la croisée des diocèses de Rouen, Paris, Évreux et Chartres. Bien qu’inscrites dans une tradition d’origine antique, elles s’en distinguent par leur nombre. Presque toutes anépigraphes, elles sont très fréquemment gravées de symboles qui varient d’une nécropole à l’autre. Les nombreuses gravures de croix, dans toute leur diversité, évoquent la représentation de symboles chrétiens, indiscutables dans certains cas, mais également des motifs plus géométriques qui rappellent les décors des sarcophages de plâtre, très fréquents en Île-de-France. Datées des vie et viie siècle, souvent découvertes en remplois, les stèles constituent, avec de très rares épitaphes et quelques vestiges d’édifices, les manifestations les plus anciennes attribuables aux premières communautés chrétiennes rurales de la région.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Flèche Mourgues 1998.
  • 2 Poulain 1984.
  • 3 Salin 1952, p. 75.
  • 4 Busson 1998.
  • 5 Delattre, Magnan 1998 ; Griffisch, Magnan, Mordant 2008.
  • 6 Benhadou (dir.) 1990. 
  • 7 Deux fragments de stèles mis au jour (Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 246).
  • 8 Naudet 2004, p. 225, fig. 120.
  • 9 Griffisch, Magnan, Mordant 2008, p. 245.

1Des stèles funéraires ont régulièrement été mises au jour au sein des nécropoles mérovingiennes du nord-ouest de l’Île-de-France comme dans celles de l’Oise1 et de l’Aisne2, au sud de la Picardie et de la Champagne. Elles se raréfient autour de ces secteurs géographiques qui semblent avoir privilégié la pierre pour la signalisation des sépultures en surface. L’usage de stèles funéraires en pierre n’est pas une nouveauté mérovingienne. Fréquente dès l’Antiquité, cette pratique funéraire s’est manifestée par la réalisation de grandes stèles associant régulièrement des inscriptions (épitaphes ou simples dédicaces abrégées aux dieux Mânes) à des représentations figurées sculptées évoquant les défunts sur la partie haute de la stèle. Si certaines stèles mérovingiennes pourraient dériver de modèles romains tardifs3, aucune continuité de ces usages n’a été observée au sein des mêmes zones funéraires. Les stèles funéraires romaines sont ainsi plutôt rares dans ces mêmes régions et fréquemment limitées aux zones urbaines. En Île-de-France, en effet, des stèles assez nombreuses ont été découvertes dans les nécropoles urbaines ou périurbaines de Paris4, Meaux5, Melun6 et dans l’agglomération secondaire d’Epiais-Rhus7. Seuls un exemplaire mis au jour à Saint-Germain-lès-Arpajon8 (Essonne) et deux découverts à Avon9 (Seine-et-Marne) sont recensés en zone rurale.

  • 10 Dierkens, Périn 2011.

2Limitées dans l’espace, les stèles mérovingiennes le sont également dans le temps, n’ayant été utilisées que sur une courte période, entre la fin du ve et la fin du viie siècle. Anépigraphes, elles comportent fréquemment des décors chrétiens. La stèle est avec l’épitaphe le seul usage funéraire susceptible de distinguer les chrétiens des païens au ive siècle. Si, durant la période mérovingienne, les cimetières mérovingiens sont potentiellement tous chrétiens10, ces représentations sur les stèles demeurent bien souvent les premières manifestations visibles des communautés chrétiennes en zone rurale.

1. Présentation des stèles mises au jour en Île-de-France

1.1. Stèles et rituels de funérailles

3La stèle funéraire, monolithe dressé verticalement à l’emplacement d’une sépulture, permet sa signalisation en surface. Elle participe, comme l’épitaphe, de la commémoration des défunts et personnalise la sépulture en la distinguant des sépultures voisines au sein d’une nécropole. À ce titre, elle pourrait être susceptible de révéler le rang social du défunt ou des individus ayant organisé les funérailles. Les motifs figurés pourraient aussi révéler la dévotion de certains défunts.

  • 11 Rebillard 2003, p. 96-101.
  • 12 Dierkens, Périn 2011.
  • 13 Rebillard 2003, p. 40-49 ; Treffort 1996, p. 165.
  • 14 Young 1991, p. 115.

4La diffusion du christianisme au sein des villes mérovingiennes s’est caractérisée par la multiplication des édifices cultuels, dont on a conservé de nombreux témoignages. Plus rares et moins ostentatoires dans les campagnes, ces édifices sont aussi plus difficiles à mettre en évidence. La recherche des manifestations religieuses en zone rurale passe donc par l’exploration des nécropoles. À l’exception de rares incinérations, difficilement représentatives de traditions chrétiennes11, peu de pratiques funéraires mérovingiennes pourraient être considérées comme païennes, le paganisme ne survivant plus à la période mérovingienne que sous la forme de pratiques traditionnelles plus folkloriques que religieuses12. Il n’existait vraisemblablement pas de rituel de funérailles fixé par l’église pour les chrétiens de l’Antiquité tardive avant le viie ou le viiie siècle13. Les pratiques funéraires s’organiseraient donc durant cette période en dehors des structures religieuses proprement dites14. Les évocations des croyances religieuses figurant sur les stèles sont donc a priori et sans surprise en relation avec le christianisme, seule religion officielle en Gaule mérovingienne.

  • 15 MacMullen 1998, p. 153.

5Si des stèles ou épitaphes chrétiennes comportent encore des formules anciennes typiquement païennes telles que « D(is) M(anibus) »15, signe que plusieurs croyances ou traditions pouvaient encore coexister dans un monde devenu institutionnellement chrétien après la conversion de Clovis, aucune n’est recensée en Île-de-France alors que des motifs indiscutablement chrétiens sont fréquents sur les monuments issus des nécropoles rurales.

  • 16 Young 1991, p. 114.
  • 17 Flèche Mourgues 1998.

6Les stèles funéraires en pierre ont souvent été négligées dans les fouilles anciennes de cimetières mérovingiens et peu d’entre elles ont été inventoriées, conservées ou publiées16. En France, peu d’études sur ces monuments peuvent être mises en avant. L’une des plus importantes est la classification chronotypologique des stèles mises au jour en Picardie, réalisée par M.-P. Flèche Mourgue17. L’Île-de-France a bénéficié des travaux de J. Sirat, qui entreprit à partir des années 1960 de recenser les stèles du Vexin français. Les autres secteurs de l’Île-de-France, où les stèles découvertes sont étrangement peu nombreuses, n’ont pas fait l’objet de recensements ni d’études synthétiques.

1.2 Répartition des stèles en Île-de-France

  • 18 Une première approche de ce recensement, amorcé lors d’un travail universitaire (Ardouin 2008), a (...)
  • 19 Sirat 1966 ; Sirat 1970 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, p. 25-27, p. 64-67, p. 118-1 (...)
  • 20 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, p. 27-28 ; Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 132. 
  • 21 Guadagnin 1988, p. 171. 
  • 22 Sirat 1966 ; Sirat 1970 ; Sirat 1973 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 29-39.
  • 23 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 173-174.
  • 24 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, p. 17-18, et n° 210.
  • 25 Sirat 1966, p. 74-75 ; Mitard 1973 ; Sirat 1981 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 7 (...)
  • 26 Mitard 1973, p. 112.
  • 27 Sirat 1966 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 71.
  • 28 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 297-298.
  • 29 Sirat 1966 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 76-78.
  • 30 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 319-320.
  • 31 Sirat 1970 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 67-69.
  • 32 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 80, p. 44.
  • 33 Sirat 1980 ; Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 345.
  • 34 Sirat 1966 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 219.
  • 35 Sirat, 1970 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 174-177.
  • 36 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 381.
  • 37 Sirat 1970 ; Sirat 1993 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 172, 220 ; Mazeau 2006.

7Le recensement des stèles franciliennes intègre essentiellement les stèles publiées, qui ont pu être ponctuellement complétées par le dépouillement de rapports d’intervention18. Cette recherche a permis d’estimer un nombre minimal de 285 stèles mises au jour en Île-de-France dans 35 sites distincts. Parmi celles-ci, au moins 121 présentent un décor, connu pour 118 stèles (cf. fig. 1). La répartition des stèles funéraires ainsi obtenue révèle de fortes disparités locales (fig. 2). On constate ainsi une concentration importante de sites funéraires ayant livré des stèles dans l’Ouest parisien, avec 19 sites recensés dans le Val-d’Oise. Ils sont présentés ici dans l’ordre alphabétique. Des découvertes ont été répertoriées dans la nécropole des Buis à Ableiges19, mise au jour en 1887. à Amenucourt20, deux stèles ont été découvertes au Val Perron en 1956-1957 avec une quarantaine de sépultures, dont plusieurs inhumées en sarcophages de plâtre ou de pierre. à Baillet-en-France21, une stèle est apparue dans les labours à proximité d’un édifice religieux. D’autres ont été régulièrement mises au jour dans la nécropole de Banthelu à partir de 195722. Une stèle a été mise au jour dans une nécropole fouillée dans les années 1970 près de l’agglomération antique de Beaumont-sur-Oise23. À Condécourt24, des sondages explorant en 1980 la nécropole mérovingienne ont livré quelques stèles. Près de l’ancienne agglomération gallo-romaine de Genainville, deux stèles auraient été repérées au sein d’une nécropole au lieu-dit la Couture25 et une autre sur le site monumental des Vaux-de-la-Celle26. à Guiry-en-Vexin, quelques stèles mises au jour en 1958 proviennent de la nécropole de la Nourotte27 et une autre de celle explorée en 1954-1955 au lieu-dit Sur-les-Quais28. Des stèles ont été découvertes en 1963 dans une petite nécropole à Longuesse29. Une stèle mérovingienne a été identifiée en 1993 dans l’église Saint-Just à Louvres30. Quelques stèles proviennent du site funéraire de Blamecourt31, découvert en 1952 à Magny-en-Vexin. Une stèle a été recueillie avec des sépultures mises au jour en 1972 lors de la construction du collège Claude-Monet, toujours à Magny-en-Vexin32. Également en Val-d’Oise, sept stèles auraient été mises au jour entre 1921 et 1924 parmi les sarcophages de la nécropole des Stors à Mériel33. à Nucourt34, deux stèles auraient été découvertes vers 1883. à Parmain35, une fouille menée en 1970-1971 en a livré trois dans une nécropole comprenant sarcophages de pierre et de plâtre. Une nécropole repérée en 1901 à Presles36, à la Côte-des-Trépassés, aurait livré quelques stèles ornées. à Santeuil enfin37, une importante nécropole fouillée en 1987-1988 en a également révélé plusieurs.

Fig. 1 Tableau synthétique des différentes stèles mises au jour en île-de-France. Présentées par département et par ordre alphabétique.

Fig. 1 Tableau synthétique des différentes stèles mises au jour en île-de-France. Présentées par département et par ordre alphabétique.

Fig. 2 Carte de localisation des stèles mérovingiennes en Île-de-France.

Fig. 2 Carte de localisation des stèles mérovingiennes en Île-de-France.

Dessin S. Ardouin

  • 38 Sirat 1966 ; Sirat 1970 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 20-27, p. 194-206.
  • 39 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 300-302, p. 116-118.
  • 40 Régnard 1996 ; Régnard 2001 ; Régnard 2002 ; Régnard, Langlois, Vanpeene 2002, p. 71.
  • 41 Sirat 1966 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 241-244.
  • 42 Barat 2007, p. 190-191, fig. 244.
  • 43 Sirat 1973 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 117-167.
  • 44 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 259.
  • 45 Barat 2007, p. 335.
  • 46 Barat et al. 2001, p. 154-155 ; Barat 2007, p. 338.

8Toujours dans l’Ouest parisien, le département des Yvelines comporte neuf sites ayant fourni des stèles. La nécropole d’Andrésy, mise au jour en 189038, en a livré plusieurs. Quelques-unes proviennent de la fouille menée en 1973 sur la nécropole d’Epône39. Celle de Gaillon-sur-Moncient40 explorée en 1996 en a également révélé. La nécropole de Guitrancourt41, mise au jour dans une carrière en 1953, en a livré d’autres. Une stèle découverte fortuitement en 1965 au lieu-dit les Closeaux, à Herbeville, semble provenir d’un contexte plutôt antique42. Plusieurs stèles proviennent de la vaste nécropole de Maule43, fouillée entre 1954 et 1968. Une seule a été mise au jour au sein de la nécropole découverte en 1892 autour de l’ancienne église Saint-Lubin de Rosny-sur-Seine44. à proximité de l’agglomération antique de Septeuil, une stèle isolée a été mise au jour près d’un sanctuaire de source aux Grands Bilheux45. Toujours à Septeuil, des stèles proviennent d’une nécropole fouillée au lieu-dit la Pierre Bât en 198446.

  • 47 Site des Mastraits (Le Forestier 2015, p. 201-202). Nous tenons particulièrement à remercier Cyril (...)
  • 48 Naudet 2004, p. 169.
  • 49 Ibid., p. 109.
  • 50 Boucher 1975 ; Ardouin 2006, p. 59-61.
  • 51 Giraud 1929 ; Ardouin 2006, p. 58.
  • 52 Saint-Germain-des-Prés (Périn [dir.] 1985, p. 205) ; Saint-Marcel (Périn [dir.] 1985, p. 288).

9Elles sont presque anecdotiques ailleurs. La nécropole des Mastraits à Noisy-le-Grand, seul site identifié en Seine-Saint-Denis, a révélé 23 stèles47. Dans l’Essonne, seuls deux ensembles funéraires comportaient probablement des stèles funéraires. à Grigny48, au nord du département, quelques dalles portant des stries pourraient avoir eu cet usage. Plus au sud, à Baulne49, des stèles monolithiques ont pu marquer l’emplacement de sépultures. Dans le Val-de-Marne, la nécropole de la Tour aux Chartiers à Fresnes50 en a livré une en 1975. Celle mise au jour dans les carrières de L’Haÿ-les-Roses, sur les hauteurs en limite d’Arcueil-Cachan, en contenait avec certitude51. À Paris, seules deux stèles ont été identifiées52. Aucune n’a été identifiée dans les Hauts-de-Seine et, plus étonnamment, au regard de sa superficie, en Seine-et-Marne.

  • 53 Le Forestier 2015, p. 201-202.
  • 54 Mousset 1999.
  • 55 Ardouin 2001, p. 47, fig. 7, n° 1 (type 157 de Legoux, Périn, Valet 2016).
  • 56 L’une d’entre elles était accompagnée d’une fibule ronde décorée d’ocelles à umbo central : Ardoui (...)
  • 57 Barat 2007, p. 363.
  • 58 Frère, Héron 1998.

10La rareté des stèles en dehors des zones nord-ouest de l’Île-de-France peut en partie s’expliquer par leur disparition au fil du temps. Pour autant, de telles différences ne peuvent être uniquement justifiées par les seules destructions. La présence d’inhumations ne se recoupant pas ou peu au sein de vastes nécropoles indique vraisemblablement une signalisation des sépultures en surface. L’examen plus attentif de la documentation concernant certains sites pourrait permettre de réévaluer cet inventaire, peut-être sous-estimé dans le sud et l’est. La mise au jour récente des 23 stèles dans la nécropole des Mastraits à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, a priori sans décors et identifiées par leurs formes53, pourrait indiquer que l’absence de motifs figurés sur les stèles du sud et de l’est franciliens pourrait avoir contribué à minorer le décompte des découvertes. Les stèles des Mastraits sont presque toutes en meulière (fig. 3), roche sédimentaire siliceuse présentant un aspect caverneux, à l’inverse de celles du Vexin, principalement taillées dans des calcaires fins à surfaces plus homogènes. Des stèles non décorées et brisées, sans forme particulière et sommairement taillées, ont pu ne pas être identifiées lors de fouilles ou découvertes fortuites anciennes. Certains aménagements mis au jour en 1992-1993 dans la nécropole d’Ivry-sur-Seine, près de l’ancienne chapelle Saint-Frambour54, pourraient avoir facilité le signalement des sépultures en surface, permettant la réutilisation de l’emplacement des sépultures. Une pierre calcaire était ainsi posée verticalement (remploi lapidaire antique supposé, non identifié comme stèle lors de la fouille) sur le côté d’une inhumation (fig. 4). Elle est probablement datable de la fin du vie ou du début du viie siècle (phase MA3-MR1) par une plaque-boucle à plaque ronde55 mise au jour dans le comblement des sépultures qui ont remployé l’emplacement au viie siècle56. D’autres stèles ont donc pu ne pas être signalées ou conservées. Cette explication ne peut toutefois justifier l’absence de données sur l’ensemble des nécropoles du sud-est57. La présence de stèles en pierre pourrait donc révéler des usages locaux différents et notamment l’utilisation préférentielle de matériaux périssables tels que le bois hors de ce secteur. Des trous de poteau ont parfois été découverts à proximité des inhumations. Quelques rares trous de poteau jouxtaient ainsi des sépultures mises au jour au Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) en 1997-199858, mais la relation entre les structures n’est pas assurée. Ces cas demeurent anecdotiques, des aménagements de ce type ayant probablement disparu car, sans doute moins profondément creusés que les sépultures.

Fig. 3 Sélection de stèles mises au jour à Noisy-le-Grand.

Fig. 3 Sélection de stèles mises au jour à Noisy-le-Grand.

Cl. C. Le Forestier, Inrap

Fig. 4 Sépulture d’enfant ayant réemployé l’emplacement d’une sépulture d’adulte à Ivry-sur-Seine, près de la chapelle Saint-Frambour.

Fig. 4 Sépulture d’enfant ayant réemployé l’emplacement d’une sépulture d’adulte à Ivry-sur-Seine, près de la chapelle Saint-Frambour.

Cl. B. Allard, Service départemental d’archéologie du Val-de-Marne.

  • 59 Flèche Mourgues 1998.

11Les stèles mérovingiennes, concentrées dans le Vexin français, pourraient-elles constituer une particularité de ce secteur du diocèse de Rouen, puisqu’on les rencontre également sur les limites avec les diocèses de Beauvais (Parmain), de Chartres (Rosny-sur-Seine et plus en retrait Maule et Septeuil) et de Paris (Mériel et Andrésy) ? Elles sont cependant très présentes en dehors de la province ecclésiastique de Rouen, en Belgique seconde (surtout, si l’on prend le découpage administratif contemporain, en Picardie, dans les départements de l’Oise, la Somme et l’Aisne59) et plus sporadiquement au sud-est dans le diocèse de Paris (Paris, L’Haÿ-les-Roses, Fresnes, Noisy-le-Grand, Grigny et probablement Baulne).

  • 60 52 stèles à Maule ; 50 à Gaillon-sur-Montcient ; 39 à Banthelu ; 23 à Noisy-le-Grand ; 22 à Ableig (...)
  • 61 9 stèles  à Epône ; 7 à Mériel ; 6 à Guitrancourt ; 5 à Condecourt ; 5 à Longuesse.
  • 62  19 stèles à Maule ; 18 à Ableiges et Banthelu ; 13 retenues à Gaillon-sur-Montcient ; 12 à Santeui (...)

12Le nombre de stèles varie d’une nécropole à l’autre. Sept sites ont livré plus de dix stèles (52 au maximum60) et cinq nécropoles comptabilisent entre cinq et neuf stèles61. Les 118 stèles recensées présentant un décor (autre qu’une simple cavité) correspondent généralement à plus de 50 % des effectifs des sites les plus importants62.

  • 63 Cette nécropole comportait également 409 inhumations carolingiennes (viiie-xie siècles).

13Les stèles sont-elles représentatives des effectifs des ensembles funéraires ? Selon notre estimation réalisée sur les nécropoles, même partiellement fouillées, présentant des effectifs de plus de 100 sépultures, le pourcentage de stèles varie d’un site à l’autre. Elles représentent au moins 3 % des inhumations mises au jour à Andrésy, qui comporte au minimum 15 stèles pour 492 sépultures datées entre la fin du ve et le viiie siècle. Cette représentation peut monter à 9 % dans la nécropole de Santeuil (17 stèles recensées pour au moins 193 sépultures entre le ve et le viiie siècle) ou 10,5 % à Noisy-le-Grand (23 stèles parmi les 219 inhumations datées de la période vie-début viiie siècles63). La proportion de stèles peut monter à 22-23 % à Gaillon-sur-Montcient (50 stèles ou fragments de stèles pour 220 sépultures datées entre la fin du ve et la deuxième moitié du viie siècle) ou Banthelu (39 stèles pour 161 inhumations entre les vie et xe siècles).

1.3. Contextes de découvertes

  • 64 Barat 2007, p. 338.
  • 65 Sirat 1980.
  • 66 Giraud 1929 ; Ardouin 2006, p. 58, fig. 4.
  • 67 Sirat 1970, p. 100 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 67, 69.
  • 68 Guadagnin 1988, p. 171 ; Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 151.
  • 69 Sirat 1966, p. 76 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 29.
  • 70 Sirat 1966, p. 78 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 30.
  • 71 Sirat 1970, p. 100, 102 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 52, 53, 56, 59, 61, 64.
  • 72 Sirat 1970, p. 98 ; Sirat 1973, p. 117 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 48.
  • 73 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 284.

14Très peu de stèles semblent avoir été découvertes dans leur position initiale. Cela semble le cas sur quelques inhumations mises au jour en 1984 dans la nécropole de la Pierre Bât à Septeuil. Quelques pierres posées de chant à la tête d’un groupe de sépultures (no 25, 26 et 32) ont pu jouer le rôle de stèles grossières. Deux pierres plantées de part et d’autre d’une sépulture voisine (n° 34) auraient aussi pu avoir cette fonction64. à Mériel, deux stèles auraient été découvertes posées verticalement sur les sépultures 10 et 1165. à L’Haÿ-les-Roses, deux stèles pourraient avoir été observées en place à la tête de deux sépultures66. Si certains signalements de découvertes associent les stèles aux sépultures, la plupart ne mentionnent pas l’emplacement de la stèle. De nombreuses stèles en place ont probablement été détruites par les labours, comme en témoignent de nombreuses découvertes dans ces conditions, à Magny-en-Vexin sur le site de Blamecourt en 195267, à Baillet-en-France en 196768, mais surtout à Banthelu en 195769, 196170 et plusieurs fois encore après cette date71. À Banthelu toujours, une stèle mise au jour dans les labours était positionnée au-dessus d’une sépulture (n° 51) fouillée par la suite72. C’est probablement le cas aussi d’une stèle semi-circulaire mise au jour en 1958 couchée sur une sépulture à Guiry-en-Vexin/la Couture73.

  • 74 Régnard 2001, p. 199.
  • 75 Le Forestier 2015, p. 201-202.
  • 76 Régnard 2001, p. 92-93, pl. 60.
  • 77 Mazeau 2006, p. 38-39, 56, 66, 85.
  • 78 Boucher 1975 ; Ardouin 2006, p. 59-61, fig. 6.
  • 79 Sirat 1966, p. 80 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 241.
  • 80 Sirat 1980 ; Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 345.
  • 81 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 345.
  • 82 Ibid., p. 215.
  • 83 Mazeau 2006, p. 31, 66, 86.
  • 84 Sirat 1970, p. 97, 100, pl. I, fig. 59, 67 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 43, 51
  • 85 Mazeau 2006, p. 42-43, 58, 66, 85.

15Les stèles sont principalement découvertes remployées, notamment en couverture. À Gaillon-sur-Montcient, si l’on excepte trois exemplaires mis au jour dans les déblais, toutes les stèles ont été remployées dont 34 en couverture74. Six sépultures parmi les 219 découvertes à Noisy-le-Grand comportaient des stèles remployées en couverture. Trois en comportaient plusieurs75. Plusieurs stèles peuvent être remployées en couverture d’une même sépulture, comme la sépulture n° 74 de Gaillon-sur-Montcient, couverte avec quatre stèles76. La réutilisation de stèles en couverture de sarcophages de plâtre a été observée à Santeuil (deux stèles pour la sépulture n° 8577), à Fresnes (fig. 5 et 12, une stèle brisée répartie sur deux sépultures voisines n° 102 et n° 10378), à Guitrancourt (une stèle sur la sépulture n° 4579 : fig. 6, n° 1) ou encore à Mériel (sépulture n° 980). Dans cette dernière nécropole, six autres stèles mises au jour renversées dans la tombe ou debout au milieu ou au pied du sarcophage81, pourraient correspondre aux couvertures effondrées. À Condecourt, quatre stèles ont été réutilisées en couvercle de sarcophages de plâtre82. Elles peuvent également couvrir des sarcophages de pierre, comme cela a été observé à Santeuil (sépulture n° 2883) et Banthelu (sépultures n° 147 et 15584), ou des demi-cuves de pierre comme, à nouveau, à Santeuil (sépultures n° 112 et 11385, cf. fig. 13). Plusieurs stèles mises au jour dans les nécropoles d’Ableiges (fig. 6, n° 2 et 4 ; fig. 8, n° 5) ou de Maule (fig. 6, n° 8), associées à des sépultures, proviennent vraisemblablement des couvertures. Dans certains cas (Santeuil, sépulture n° 85 ; Fresnes, sépultures n° 102 et 103), il semble que le sarcophage qui remploie des stèles en couverture soit lui-même réutilisé, avec réduction des sépultures d’origine, dont les ossements ont parfois été rassemblés, comme à Fresnes, au-dessus de la couverture.

Fig. 5 Stèle découverte à Fresnes en couverture des sépultures 102 et 103.

Fig. 5 Stèle découverte à Fresnes en couverture des sépultures 102 et 103.

Cl. B. Allard, Service départemental d’archéologie du Val-de-Marne.

  • 86 Ibid., p. 45-46, 66, 85.
  • 87 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 284.
  • 88 Mazeau 2006, p. 47, 59, 66, 86, 87.

16D’autres stèles ont simplement été mises au jour dans le remblai de la fosse sépulcrale, comme à Santeuil (sépulture n° 13586) ou Guiry-en-Vexin la Couture87. À Santeuil également, une stèle ornée fut découverte dans le comblement de la sépulture n° 14688 (fig. 6, n° 5), qui avait été bouleversée par un pillage.

Fig. 6 N°1 Guitrancourt (sép. 45) ; n°2 Ableiges (sép. 19) ; n°3 Ableiges (sép. indéterminée) ; n°4 Ableiges (sép. 17) ; n°5 Santeuil (sép. 146) ; n° 6 Gaillon-sur-Montcient (sép. 81) ; n°7 Gaillon-sur-Montcient (sép. 82) ; n°8 Maule (sép. 657) ; n°9 Maule (sép. indéterminée) ; n°10 Andrésy (sép. indéterminée) ; n°11 Maule (sép. 603).

Fig. 6 N°1 Guitrancourt (sép. 45) ; n°2 Ableiges (sép. 19) ; n°3 Ableiges (sép. indéterminée) ; n°4 Ableiges (sép. 17) ; n°5 Santeuil (sép. 146) ; n° 6 Gaillon-sur-Montcient (sép. 81) ; n°7 Gaillon-sur-Montcient (sép. 82) ; n°8 Maule (sép. 657) ; n°9 Maule (sép. indéterminée) ; n°10 Andrésy (sép. indéterminée) ; n°11 Maule (sép. 603).

DAO S. Ardouin : d’après photos [n° 1, 2, 3, 4, 5, 7, 8, 9], d’après Sirat 1966 [n°10], d’après Régnard 2001 [n°6].

  • 89 Régnard 2001, p. 99-100, pl. 62 ; Régnard 2002, p. 44 ; Régnard, Langlois, Vanpeene 2002, p. 71.
  • 90 Sirat 1970, p. 98, pl. I, fig. 65, 66 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°49, 50.

17Les stèles pouvaient également être placées verticalement, intégrées au coffrage de la sépulture pour servir de support à la couverture. C’est le cas d’une stèle posée à la tête de la sépulture n° 81 de Gaillon-sur-Montcient89 (fig. 6, n° 6), qui comportait également deux stèles en couverture, mais probablement également d’exemplaires mis au jour en bordure des sépultures n° 86 et 90 de Banthelu90.

1.4. Formats et décors des stèles

  • 91 Régnard 2001, p. 199.
  • 92 Le Forestier 2015, p. 201-202.
  • 93 Flèche Mourgues 1998.
  • 94 Giraud 1929 ; Ardouin 2006, p. 58, fig. 4.

18En Île-de-France, les stèles sont essentiellement taillées dans des calcaires tendres, souvent des calcaires coquilliers, même si quelques exemplaires peuvent être extraits de calcaires plus grossiers (deux exemplaires sur 50 à Gaillon-sur-Montcient91) ou en meulière (à Noisy-le-Grand92). Chaque stèle peut être classée selon la classification développée pour la Picardie par M.-P. Flèche Mourgues93. Les trois catégories typologiques principales sont les stèles simples, les stèles à sommet sur base débordante et les stèles à sommet fin et base épaisse. Les supports peuvent être de forme rectangulaire (fig. 5 ; fig. 6 n° 1, 2, 7, 11), trapézoïdale (fig. 6 n° 10), à partie supérieure triangulaire (fig. 6 n° 6), arrondie, à sommet discoïdale ou semi-circulaire (fig. 6 n° 3, 4, 5, 7, 8). De rares stèles présentent un sommet en acrotère (seuls cinq cas découverts, tous à Gaillon-sur-Montcient). Les tailles des stèles sont variables, mais se situent fréquemment entre 45 et 55 cm de haut pour 10 cm d’épaisseur, la largeur dépendant de la forme. Les plus grandes peuvent atteindre 70 à 80 cm de hauteur ou de largeur. Si la première stèle découverte à L’Haÿ-les-Roses en 192794 est rectangulaire à sommet arrondi, la seconde est un petit monument original sans équivalent de 30 cm de hauteur, à sommet arrondi. Celle-ci présente un décor cannelé sur l’ensemble de sa base cubique, uniquement connu par une représentation photographique (fig. 7) et un descriptif sommaire, qui ne permettent pas d’estimer son volume réel originel ou l’éventualité d’un remploi de colonne antique.

Fig. 7 Stèle mise au jour à L’Haÿ-les-Roses, sablière Gendre en 1927.

Fig. 7 Stèle mise au jour à L’Haÿ-les-Roses, sablière Gendre en 1927.

Cl. anonyme. Documentation du Service départemental d’archéologie du Val-de-Marne.

  • 95 Mitard 1973, p. 112.
  • 96 Mazeau 2006, p. 86, pl. 24.

19Une stèle en cours de taille, mise au jour dans les ruines du sanctuaire antique de Genainville95 et destinée à être acheminée vers un autre lieu d’inhumation, indique que les stèles pouvaient faire l’objet d’une fabrication anticipée et non au coup par coup. Cette découverte pourrait révéler l’existence d’ateliers, expliquant certaines formes ou motifs récurrents sur plusieurs stèles malgré certaines divergences. Ces monuments pourraient donc faire l’objet d’un commerce, alors que l’importance du nombre de stèles et la variété des décors permettaient de supposer qu’elles pouvaient avoir été réalisées directement pour l’inhumation, au contraire des sarcophages ornés en pierre ou en plâtre dont le modèle pouvait être présumé de « série », réalisé avant son utilisation et stocké au préalable. La mise au jour de deux stèles à cavité de modules comparables (l’une est incomplète) découvertes à Santeuil, en couverture des sépultures n° 106 et 11296 présentant des décors identiques sur chaque face, à savoir une croix grecque d’un côté et une cavité sur l’autre, montre à l’évidence une reproduction à l’identique intentionnelle.

  • 97 Sépultures n° 102 et 103 : Boucher 1975 ; Ardouin 2006, p. 59-61, fig. 6.
  • 98 Sépulture n° 14 : Sirat 1970, p. 76, pl. I, fig. 18 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, (...)
  • 99 Sépultures n° 17 et indéterminée : Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 15 et 18.
  • 100 On peut citer les lettres apocalyptiques accompagnant un chrisme sur une stèle, mise au jour à Neu (...)
  • 101 C.I.L., XIII, n° 3052 (éd. Hirschfeld, Zangemeister 1899-1916) ; Duval 1960, t. 1, n° 43, p. 106-1 (...)
  • 102 Sépultures n° 85, 112, 135, 146 et indéterminée : Sirat 1993, p. 221 ; Mazeau 2006, p. 38-39, 56, (...)
  • 103 Sépultures n° 86 et indéterminée : Sirat 1970, p. 98 et 100, pl. I, fig. 65 et 68 ; Sirat, Vieillar (...)
  • 104 Sépulture n° 28 : Mazeau 2006, p. 31, 66, 85.
  • 105 Sépultures n° 1 et indéterminée : Sirat 1966, p. 78, pl. II, fig. 23, 24 ; Sirat, Vieillard-Troïek (...)
  • 106 Sépultures n° 79, 80, 178 : Régnard 1996, p. 102-103 ; Régnard 2001, p. 96-99, 155-156, pl. 62 et (...)
  • 107 Sépultures n° 24 et 113 : Mazeau 2006, p. 31, 42-43, 58, 66, 85.
  • 108 Sépulture indéterminée : Barat et al. 2001, p. 154-155, fig. 15 ; Barat 2007, p. 338, fig. 547.
  • 109 Sépulture n° 8 : Sirat 1966, p. 78, pl. II, fig. 25 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, (...)
  • 110 Sépulture n° 81 avec une croix grossière sur la tranche supérieure : Régnard 2001, p. 99-100, pl.  (...)
  • 111 Sépulture indéterminée : Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 134.
  • 112 Sépulture n° 1 d’Ableiges (Sirat 1966, p. 74, pl. I, fig. 20 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chat (...)
  • 113 Sépulture n° 51 (Sirat 1970, p. 98, pl. I, fig. 64 ; Sirat 1973, p. 117, fig. 7 ; Sirat, Vieillard (...)
  • 114 Sépulture indéterminée (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°137).
  • 115 Sirat 1966, p. 79, pl. II, fig. 29 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°22.

20Des décors ont été observés sur les stèles provenant de nombreuses nécropoles. Si certains décors peuvent, comme pour les panneaux de sarcophages, être le résultat de compositions décoratives exécutées au compas (fig. 6, n° 8), d’autres révèlent des représentations d’inspiration chrétienne qui ne semblent guère contestables. C’est le cas de la croix monogrammatique de l’unique stèle de la nécropole de Fresnes97 (fig. 5 et fig. 8, n° 4), de la croix latine associée à la représentation schématique du christ (fig. 8, n° 5)98 de la nécropole d’Ableiges, d’une croix à crochet gravée sur deux stèles (fig. 6, n° 3 et 4) de même provenance99. Ces deux croix à crochets pourraient d’ailleurs être des représentations de croix monogrammatiques latinisées, la boucle du rhô ayant été positionnée en sens contraire, l’inversion de caractères n’étant pas rares à la période mérovingienne100. L’une de ces croix à crochet est en effet accostée de deux oiseaux se tournant le dos (fig. 6, n° 3), évoquant peut-être des colombes, fréquemment associées aux épitaphes chrétiennes, telle celle de Barbara (fig. 8, n° 2) mise au jour à Paris dans la nécropole de Saint-Marcel101. Le caractère chrétien est manifeste également pour des stèles à croix fleuronnées, présentes uniquement à Santeuil102 (fig. 6, n° 5) ou à croix ancrées, repérées à Banthelu103 et Santeuil104. Une dizaine de stèles à croix pattée identifiées sur des stèles d’Ableiges105, Gaillon-sur-Montcient106, Santeuil107 et Septeuil108 complètent cet ensemble. Il faut ajouter des croix pattées hampées ou processionnelles à Ableiges109 et à Gaillon-sur-Montcient110 (fig. 6, n° 6), une croix assez maladroite hampée et encerclée à Maule111, neuf exemplaires gravés de croix plus simples de type grec112, et deux autres gravées de croix simples latines à Banthelu113 et Maule114. Quelques motifs sont originaux, telle une croix latine gravée sur une stèle d’Andrésy, comportant une barre horizontale qui évoque une croix pattée et un cercle n’entourant que le centre de la croix115 (fig. 9, n° 1).

Fig. 8 N° 1 épitaphe d’Ivry-Saint-Frambourg (Melanius) ; n° 2 épitaphe de Paris Saint-Marcel (Barbara) ; n° 3 épitaphe de Paris Saint-Marcel (Theudote) ; n° 4 stèle de Fresnes (sép. 102 et 103), n° 5 stèle d’Ableiges (sép. 14) ; n° 6 stèle de Magny-en-Vexin / Blamecourt (labours).

Fig. 8 N° 1 épitaphe d’Ivry-Saint-Frambourg (Melanius) ; n° 2 épitaphe de Paris Saint-Marcel (Barbara) ; n° 3 épitaphe de Paris Saint-Marcel (Theudote) ; n° 4 stèle de Fresnes (sép. 102 et 103), n° 5 stèle d’Ableiges (sép. 14) ; n° 6 stèle de Magny-en-Vexin / Blamecourt (labours).

Dessin S. Ardouin d’après l’original [n°1], d’après Duval 1960 [n°2], dessins d’après photo [n°3, 4, 5 et 6].

  • 116 Sépulture indéterminée (Sirat 1966, p. 79, pl. II, fig. 32).
  • 117 Sépulture indéterminée (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°207).
  • 118 Sirat 1966, p. 79, pl. II, fig. 28 (stèle considérée comme perdue) ; Sirat 1970, p. 100, pl. II, f (...)
  • 119 Sépulture indéterminée (Salin 1952, p. 154, fig. 87; Sirat 1966, p. 82, pl. II, fig. 44; Sirat, Vi (...)

21Un exemplaire provenant de la nécropole d’Andresy116 comportait une croix pattée gemmée accostée de deux oiseaux. Une représentation de bouquetins accoste une autre croix gemmée sur une deuxième stèle provenant de cette nécropole117. Le caractère unique de ce type de croix accosté d’animaux semble indiquer qu’il pourrait s’agir d’une interprétation différente du décor d’une seule et même stèle (fig. 9 n° 2 et 3). Une variation dans les relevés (la stèle ayant été retournée) est ainsi à l’origine d’une méprise aboutissant à la création de deux occurrences pour une seule et même stèle118 mise au jour dans cette même nécropole d’Andrésy (fig. 10, n° 1, 2, 3). Pour les deux stèles à croix gemmée, on ne peut totalement écarter deux réalisations contemporaines dues à un même graveur. Ce type de décor peut être rapproché d’une autre stèle d’Andrésy119 montrant un animal (probablement un cervidé) accosté d’une croix encerclée (fig. 6, n° 10). E. Salin estimait qu’il pouvait s’agir d’une évolution de motifs chrétiens. Les représentations animales étant rares et les relevés incertains, il est cependant difficile de se prononcer avec certitude sur l’intention des graveurs.

Fig. 9 Stèles d’Andrésy (sépultures indéterminées). N°1 d’après Sirat 1966, pl. II, fig. 29. N°2 d’après Sirat 1966, pl. II, fig. 32. N°3 d’après Sirat, Vieillard-Troiekouroff, Chatel 1984, n° 207.

Fig. 9 Stèles d’Andrésy (sépultures indéterminées). N°1 d’après Sirat 1966, pl. II, fig. 29. N°2 d’après Sirat 1966, pl. II, fig. 32. N°3 d’après Sirat, Vieillard-Troiekouroff, Chatel 1984, n° 207.

Fig. 10 Relevé d’une stèle d’Andrésy (sép. indéterminée). N°1 DAO S. Ardouin d’après photo. N°2 d’après Sirat 1970, pl. II, fig. 74. N°3 d’après Sirat, Vieillard-Troiekouroff, Chatel 1984, n°204.

Fig. 10 Relevé d’une stèle d’Andrésy (sép. indéterminée). N°1 DAO S. Ardouin d’après photo. N°2 d’après Sirat 1970, pl. II, fig. 74. N°3 d’après Sirat, Vieillard-Troiekouroff, Chatel 1984, n°204.
  • 120 Sépultures n° 16 et 19 (Sirat 1966, p. 78, pl. I, fig. 21; pl. II, fig. 26 ; Sirat, Vieillard-Troï (...)
  • 121 Sépulture indéterminée (Sirat 1966, p. 78, pl. I, fig. 19; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1 (...)
  • 122 Sépulture indéterminée (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°301).
  • 123 Sépulture indéterminée (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°138).
  • 124 Sépulture indéterminée (Périn (dir.) 1985, n° 144, p. 288.
  • 125 Sépulture indéterminée (Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 381).
  • 126 Sépulture indéterminée (Sirat 1970, p. 100, pl. II, fig. 73 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chate (...)

22Au moins huit stèles réparties sur sept sites présentent des motifs que J. Sirat qualifiait de croix de Malte. Ce sont des stèles provenant des sites d’Ableiges120 (fig. 6, n° 2), Banthelu121, épône122, Maule123 (fig. 6, n° 9), à Saint-Vincent de Paris124 (Saint-Germain-des-Prés), Presles125 (dont le détail des gravures n’est pas connu) et Santeuil126. Ces croix de Malte encerclées sont les seuls motifs représentés sur ces stèles. Sur la stèle d’épône (fig. 11), l’élaboration de la « croix » a été plus approfondie sur les extrémités des branches également tracées au compas. Pour ces représentations très géométriques, la désignation même de croix n’est pas évidente, ces motifs se rapprochant des rosaces réalisées au compas. Les supports de ces stèles ne sont pas exclusivement des dalles à partie supérieure arrondie ou à sommet discoïdale et sont fréquemment rectangulaires ou trapézoïdales, comme pour les autres motifs.

Fig. 11 Stèle d’Epône.

Fig. 11 Stèle d’Epône.

D’après Sirat, Vieillard-Troiekouroff, Chatel 1984, n° 301.

  • 127 Sirat 1970, p. 98, 100 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 50 et 67 (chrisme simplifi (...)
  • 128 Sépulture indéterminée (Périn (dir.) 1985, n° 67 bis, p. 205).
  • 129 Sépultures n° 90 et 155 (Sirat 1970, p. 97, pl. I, fig. 59, 66 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Ch (...)
  • 130 Sépulture indéterminée de Blamecourt (Sirat 1970, p. 100, pl. II, fig. 69 ; Sirat, Vieillard-Troïe (...)
  • 131 Sépultures n° 446, et indéterminées (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 122, 139, 162)

23Les motifs parfois décrits comme des « chrismes simplifiés » ou « déformés127 », composés de croix grecques entrecoupées de croix de Saint-André, ou de croix de Saint-André recoupées, sont représentés sur sept stèles découvertes à Saint-Marcel de Paris128, Banthelu129, Magny-en-Vexin130 (fig. 8, n° 6) et Maule131. Leur comparaison avec les chrismes constantiniens tels qu’ils sont représentés sur les trois épitaphes mises au jour à Saint-Marcel de Paris ou à Saint-Frambour d’Ivry-sur-Seine paraît difficile, tant les représentations paraissent maladroites, contrastant avec la qualité de certaines figurations. On peut également interpréter ces pseudo-chrismes comme des motifs géométriques rayonnants encerclés, comparables aux rosaces représentées sur certaines stèles (fig. 6, n° 8). 

  • 132 Sépulture n° 3 (Sirat 1966, p. 82, pl. II, fig. 43; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° (...)
  • 133 Sépulture n° 3 et 45 (Sirat 1966, p. 80, pl. II, fig. 40 et 39 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Ch (...)
  • 134 Sépulture 13 (Sirat 1966, p. 82, pl. II, fig. 41; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 7 (...)
  • 135 Stèle isolée (Barat 2007, p. 304-305).
  • 136 L’origine de cette comparaison pourrait être Salin 1952, p. 76.
  • 137 Sirat 1970, p.74 ; Sirat 1973, p. 116 ; Sirat, Vieillard-Troiekourouff, Chatel 1984, p. 16.
  • 138 Régnard 2002, p. 59.

24En dehors des stèles figurées antiques et des motifs clairement ou susceptibles d’être attribuables au christianisme, l’analyse des représentations figurées demeure difficile, notamment pour certains motifs énigmatiques. Des signes indéchiffrables, difficiles à interpréter, composés de lignes entrecroisées, ont été notés sur plusieurs stèles anciennement découvertes à Ableiges132, Guitrancourt133 (fig. 6, n° 1), Longuesse134 ou Herbeville135. Les cavités présentes sur la face de nombreuses stèles mérovingiennes du Vexin (fig. 6, n° 11, fig. 8, n° 6) ont donné lieu à des interprétations différentes mais aucune ne paraît satisfaisante. L’hypothèse d’une évolution des stèles-maisons gallo-romaines a été proposée puis écartée, celle d’une influence copte a été évoquée, par comparaison avec des stèles gréco-égyptiennes des vie-viie siècles136. La cavité était alors interprétée comme le réceptacle destiné à accueillir des reliques137. Si cette cavité put avoir une nécessité fonctionnelle, rien ne permet de justifier des influences coptes isolées dans ce secteur des Gaules. En l’absence d’explication satisfaisante, certains auteurs considèrent aujourd’hui qu’elles pourraient symboliser la dernière trace d’un paganisme local oublié, s’exprimant par ces pratiques funéraires particulières138. L’absence de précédents antiques ou de comparaisons germaniques ne permet pas d’étayer cette hypothèse.

2. Chronologie des stèles

2.1. Les stèles antérieures au ive siècle

  • 139 Cf. Busson 1998 ; Benhadou (dir.) 1990 ; Delattre, Magnan 1998 ; Griffisch, Magnan, Mordant 2008. 
  • 140 Pachtère 1912, p. 165. 
  • 141 Duval 1961, p. 254 ; Busson 1998, p. 316.
  • 142 Naudet 2004, p. 225, fig. 120.
  • 143 Griffisch, Magnan, Mordant 2008, p. 245.
  • 144 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 246.
  • 145 Augereau 1995, p. 79 ; Griffisch, Magnan, Mordant 2008, p. 1027-1029.
  • 146 Séguier et al. 2009.

25Des stèles monumentales ont été utilisées durant toute l’Antiquité. Elles pouvaient être inscrites, gravées de représentations divines ou présenter un personnage sculpté en bas-relief symbolisant le défunt. Les nécropoles urbaines ou périurbaines de Paris, Melun ou Meaux en ont livré plusieurs exemplaires139. L’une anépigraphe (cavalier romain terrassant un ennemi140), découverte en 1868 dans la nécropole parisienne de Saint-Marcel, attribuée dans un premier temps au ive siècle, daterait du Haut-Empire141. Elles sont beaucoup moins connues en zone rurale. Une stèle gravée d’un personnage provient de Saint-Germain-lès-Arpajon142 (Essonne). Deux autres du même type sont connues à Avon143 (Seine-et-Marne). Deux fragments du iie siècle ont été découverts dans la nécropole de l’agglomération secondaire d’épiais-Rhus144. Deux stèles du iiie siècle à représentation humaine grossière, découvertes à Saint-Sauveur-lès-Bray (Seine-et-Marne)145, semblent plus certainement provenir d’un laraire que de structures funéraires146. En Île-de-France, les stèles funéraires antiques demeurent donc une pratique essentiellement urbaine.

2.2. Du ive au début du viiie siècle

  • 147 Mitard 1973, p. 112.
  • 148 Cf. Piétri 1985 ; Busson 1998 ; Ardouin 2006.
  • 149 Ardouin 2001.
  • 150 Le Blant 1856, p. 301-302, n° 210.

26La découverte d’une stèle en cours de taille dans les ruines du sanctuaire antique de Genainville147 permet d’indiquer que la fabrication de stèles put commencer tôt après le ive siècle, dès la mise en carrière des sites monumentaux antiques. Nous n’avons cependant que peu d’indices pouvant indiquer la fabrication de stèles avant le début du vie siècle, période durant laquelle seules des épitaphes sont attestées, concentrées dans des nécropoles périurbaines autour de Paris (Saint-Marcel148 et, un peu à l’écart, Ivry-sur-Seine149) ou de l’ancienne agglomération secondaire antique de Diodurum (Jouars-Pontchartrain) (nécropole de Vicq150).

  • 151 Datation 14C de la tombe 102 : Ly-4577(GrA). Datation très fiable.
  • 152 Flèche Mourgues 1992, p. 51 et tableau IV ; Flèche Mourgues 1998, p. 113-114.
  • 153 Gauthier 1975, p. 55-56 ; Descombes 1985, p. 76-77.
  • 154 Busson 1998, p. 347-348.

27Parmi les monuments les plus anciens pourrait figurer la stèle rectangulaire brisée, gravée d’une croix monogrammatique latinisée, le « chi » du monogramme ayant basculé pour former une croix latine, un « R » complétant l’hampe verticale en lieu et place de la boucle du « rhô » (fig. 5 et 8, n° 4). Elle a été découverte en 1974-1975 à Fresnes, en couverture de deux sarcophages voisins réutilisés, pour le plus ancien, entre 668 et 802151. La nécropole qui pourrait avoir été en usage dès le ive siècle, semble régulièrement utilisée à partir de la fin du ve ou du vie siècle et durant tout le haut Moyen Âge, selon les analyses 14C, les contenants (sarcophages de pierre ou de plâtre ornés) et le mobilier métallique associé. Si l’on se fonde sur la typologie établie en Picardie, la forme rectangulaire serait tardive, postérieure à 575152. La croix monogrammatique, fréquente sur des épitaphes chrétiennes du ve siècle, ne se rencontre plus qu’exceptionnellement à la fin du vie siècle153. Ce motif est absent des stèles picardes ou vexinoises, alors que toutes les variétés de croix (latine, grecque, pattée, ancrée, etc.) y sont répertoriées. Cela accréditerait l’archaïsme de cette représentation, présente au ve siècle sur un tambour de colonne réutilisé en couvercle de sarcophage d’enfant à Paris, dans la nécropole de Saint-Marcel154. La stèle de Fresnes pourrait dater de la fin du ve ou du début du vie siècle, ce qui serait comparable à la datation des modules rectangulaires les plus anciens de Picardie.

  • 155 Gauthier 1975, p. 55.
  • 156 Périn (dir.) 1985 : Saint-Marcel, n° 86 p. 212 (identification contestable) ; Saint-Germain-des-Pr (...)
  • 157 La représentation de chrismes incontestables est aussi connu sur des stèles, notamment sur celle d (...)

28à l’exception de la rare croix monogrammatique de Fresnes, la typologie des décors ne permet pas réellement d’affiner la datation des stèles. Pour les motifs rayonnants encerclés ou non, le rapprochement avec le chrisme est contestable dans la plupart des cas. Tombé en désuétude dès le ve siècle sur les épitaphes (la dernière inscription datée comportant ce décor est de 493), il n’apparaît plus que sporadiquement à Trèves jusqu’au viie siècle155. Absent des monnayages mérovingiens des vie-viie siècles, le motif du chrisme constantinien est relativement peu fréquent sur les panneaux de sarcophage de plâtre contemporains et dans ce cas souvent identifiable156. Si la volonté du graveur d’utiliser ce motif pour évoquer le monogramme du Christ ne peut être totalement écartée157, cette identification paraît cependant difficile à maintenir. Sur cinq exemplaires de stèles, le « chrisme » est au minimum doublement encerclé et donc très proche des rayons internes des décors dits « de rouelles » ornés de rosaces encerclées ou autres motifs rayonnants, parfois même composés uniquement de cercles successifs sans motif central. Le symbolisme chrétien ne semble pas indiscutable et ce motif ne peut donc être utilisé pour estimer l’ancienneté de ces stèles.

29La datation des stèles par le contexte funéraire paraît plus pertinente, même si peu de ces monuments semblent avoir été découverts dans leur contexte d’origine et plus souvent en remplois sur des inhumations postérieures.

  • 158 Barat 2007, p. 88.
  • 159 Une plaque-boucle triangulaire de type monobloc et une seconde à cinq bossettes et décor natté (ty (...)
  • 160 Barat 2007, p.185.
  • 161 Barat 2007, p.229-231.
  • 162 Sirat, Vieillard-Troiekourouff, Chatel 1984, p. 16.
  • 163 Barat 2007, p. 338-339.
  • 164 Sirat 1971, p. 132 ; Wabont 2006, p. 122.
  • 165 Régnard 2002, p. 57.
  • 166 Régnard 2001.
  • 167 Mazeau 2006.
  • 168 Le Forestier 2015, p. 194.
  • 169 Régnard 2001, p. 199-202 ; Flèche Mourgues 1992 et 1998.
  • 170 Flèche Mourgues 1992, p. 51 et tableau IV ; Flèche Mourgues 1998, p. 113-114 ; Régnard 2002, p. 59 (...)

30Les datations avancées pour les fouilles anciennes, réactualisées, montrent que la nécropole d’Andrésy semble avoir été utilisée à partir de la fin du ve ou du début du vie siècle jusqu’au viiie siècle158. D’après le mobilier répertorié, celle de L’Haÿ-les-Roses serait en activité aux vie-viie siècles159. Les mêmes datations sont avancées pour Guitrancourt160. Bien que celle de Maule soit utilisée jusqu’au viiie siècle, il semble que les stèles ne soient remployées que dans la phase antérieure, aux vie-viie siècles161. Les stèles de Banthelu seraient bûchées et réutilisées en couvercles de sarcophages dès le viie siècle162. À Septeuil, les sépultures les plus anciennes seraient du vie siècle et l’utilisation du cimetière se poursuivrait au viie siècle163. La succession dans le temps des nécropoles de Guiry-en-Vexin semble nous apporter un élément supplémentaire : la Nourotte serait datée du vie siècle et serait remplacée au viie par celle découverte au lieu-dit Sur-les-Quais164. Ces données ont pu être complétées grâce à des fouilles plus récentes. à Gaillon-sur-Montcient, les premières inhumations sont datées de la fin du ve siècle et les stèles sont systématiquement détruites et réutilisées dans les dernières inhumations165, au cours de la seconde moitié du viisiècle. La sépulture n° 79 (cf. fig.14) est ainsi datée de la deuxième moitié du viie siècle par deux fibules ansées symétriques. La sépulture n° 80 comportait le dépôt d’un vase biconique de la seconde moitié du viie siècle166. À Santeuil, les inhumations sont datées de la fin du ve siècle et se poursuivent jusqu’à la période carolingienne167. Les sépultures mises au jour à Noisy-le-Grand ne semblent pas antérieures au vie siècle et les stèles ne semblent présentes que dans celles datées entre le vie et le début du viiie siècle168. La période d’utilisation des stèles semble, comme dans la région voisine, se réduire pour l’essentiel aux seuls vie et viie siècles. L’examen comparatif des stèles de Gaillon avec la classification chronologique des stèles picardes permettrait de les dater de la période 500-650169. L’usage disparaît totalement, dans le Vexin comme en Picardie, au milieu du viie siècle170.

3. Productions, usages symboliques et remplois opportunistes

  • 171 Flèche Mourgues 1995, p. 141-142.

31Alors que l’épitaphe demeure, en Île-de-France, un phénomène essentiellement urbain ou périurbain lié aux élites lettrées, la stèle anépigraphe est largement diffusée dans les campagnes. L’utilisation de mêmes modules au sein des mêmes nécropoles permet d’estimer que les stèles pouvaient ponctuellement et localement être réalisées en série, probablement par un même artisan. L’homogénéité des stèles de Santeuil à croix fleuronnées semble bien indiquer une pratique locale et probablement le recours à des personnes spécialisées, des ateliers locaux qui, à défaut d’une production de série comme pour les sarcophages, pouvaient être régulièrement amenés à réaliser ces monuments funéraires. Le statut de ces individus est difficile à établir mais, s’ils n’étaient pas liés à la mise en carrière des sites antiques, il est possible qu’ils étaient partie prenante dans la réalisation ou l’importation des sarcophages. Faute d’analyses pétrographiques, il est impossible d’établir, comme en Picardie171, la carrière d’origine des monuments. L’exemplaire de Genainville démontre toutefois que les blocs n’étaient pas taillés près des lieux d’inhumations mais que cette activité pouvait se faire sur le site de production. La stèle achevée était ensuite acheminée vers la nécropole.

  • 172 Flèche Mourgues 1998, p. 114.
  • 173 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 147.
  • 174 Couverture des sépultures n° 106 et 112-113 (Mazeau 2006).

32L’hypothèse d’une résurgence de pratiques païennes locales pour les stèles à cavité n’est guère recevable. Les cavités n’apparaissent que tardivement, vers la fin du vie siècle, sur des stèles de formes différentes, alors que les plus anciennes, mises au jour dans les mêmes nécropoles, sont datées de la fin du ve et du début du vie siècle172. Cette apparition tardive semble donc exclure une survivance païenne de rites locaux, d’autant que des exemples similaires ont été observés dans l’Oise ou dans l’Aisne. Un autre argument invalide l’hypothèse d’une explication strictement païenne, c’est la coexistence de cavités aux côtés de motifs géométriques à Maule173. Une utilisation volontaire de motifs à symbolique a priori chrétienne en parallèle aux cavités est avérée. La reproduction à l’identique des motifs ornant chaque face (croix grecque et cavité) des deux stèles de modules comparables découvertes à Santeuil174, exclut la réutilisation opportuniste d’un monument remployé. Il s’agit d’une composition intentionnelle, pensée dès l’origine.

33Le chrisme, une croix monogrammatique, les lettres apocalyptiques ou la représentation de colombes, sont significatifs d’une volonté délibérée d’afficher une représentation chrétienne. La représentation du chrisme constantinien est cependant rare. Présent sur les trois épitaphes de Melanius, Barbara et Theudote (fig. 8, n° 1, 2 et 3), le chrisme est absent des stèles anépigraphes répertoriées en Île-de-France, alors qu’il peut être présent sur certaines stèles des régions voisines. Comme on l’a vu, les motifs rayonnants représentés sur plusieurs stèles ne symbolisent sans doute pas le chrisme, bien qu’une intention des lapicides en ce sens ne puisse être totalement écartée.

  • 175 Sirat 1966, pl. II, fig. 32.
  • 176 Sirat 1970, p. 98 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 50.
  • 177 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 133.
  • 178 Barat et al. 2007, p. 335.Ce type de représentation pourrait aussi correspondre à une influence ger (...)

34La représentation du Christ à Ableiges, la croix latine monogrammatique à Fresnes ou les lettres apocalyptiques utilisées sur un fragment de stèle à Guiry-en-Vexin sont rares. Les colombes ne sont parfaitement identifiables que sur l’épitaphe de Barbara et potentiellement sur une stèle d’Ableiges175 (fig. 6 n° 3). Les personnages sont rares. Ils ont pu être interprétés comme des orants sur deux stèles à Banthelu176 et à Maule177. La présence d’une représentation de poisson, associée à la mention pax sur une stèle isolée à Septeuil 178semble bien manifester la symbolique du christ, mais sa découverte hors contexte funéraire ne permet pas de déterminer l’origine de cette représentation.

35La variété apparente des croix (grecque, latine, fleuronnée, processionnelle, pattée) ne masque pas la sobriété des représentations. La symbolique chrétienne des pseudo-croix de Malte réalisées au compas sur une dizaine de stèles peut être contestée. Seuls décors représentés sur ces stèles, ces croix ne sont pourtant jamais associées, comme sur les sarcophages de plâtre, à d’autres représentations géométriques. Les représentations sur ces stèles apparaissent comme des manifestations qui se distinguent des stèles non décorées et pourraient correspondre à une évolution vers des décors de motifs géométriques. L’importance de ces derniers pourrait-elle correspondre à une évolution chronologique, depuis des motifs à symbolique chrétienne jusqu’à des représentations plus géométriques ? L’exactitude de la représentation ne semble plus toujours l’objectif privilégié. La symbolique chrétienne de la stèle d’épône, par exemple, devient ainsi contestable. Ici, le souci d’esthétique semble avoir été davantage recherché, le motif ornant quasiment l’intégralité de l’espace. Comme pour les sarcophages de plâtre, les décors de rosaces ne font guère référence à une symbolique chrétienne, qui était assez clairement affichée sur les épitaphes ou les stèles plus anciennes, au ve siècle et probablement encore au début du viie siècle.

  • 179 Régnard 2001, p. 99-100, pl. 62 ; Régnard 2002, p. 44 ; Régnard, Langlois, Vanpeene 2002, p. 71.

36Plusieurs stèles ont pu être remployées en couverture de sépultures. Ce remploi avait-il toujours une dimension symbolique pour les personnes assistant aux funérailles ou pour les défunts ? Le remploi de stèles, face gravée de motifs chrétiens tournée vers le défunt, a pu être observé en couverture des sépultures n° 78, 80 et 82 de Gaillon-sur-Montcient mais également sur les sarcophages de plâtre des tombes n° 102 et 103 de Fresnes (fig. 12). Les stèles ont aussi été découvertes avec la face gravée tournée vers l’extérieur. C’est le cas des sépultures n° 112 et 113 de Santeuil (fig. 13) et de la sépulture n° 79 de Gaillon-sur-Montcient (fig. 14). Ailleurs, la stèle pouvait être incomplète ou installée, avec la face décorée d’une croix pattée processionnelle (fig. 6, n° 6) tournée vers l’intérieur, comme support de la couverture de la sépulture n° 81 de Gaillon-sur-Montcient179, mais la stèle (et donc la croix) était positionnée à l’envers. Ici, l’intérêt du remploi était d’obtenir une surface horizontale suffisamment régulière pour assurer le support de la couverture et non de se soucier du sens de la représentation sur cette stèle dont la partie supérieure, plutôt triangulaire, ne pouvait convenir à cet usage. D’autres, présentant des décors chrétiens, ont simplement été mises au jour dans les comblements. Trois exemplaires ont ainsi été découverts rejetés dans le remblai de la sépulture n° 178 de Gaillon-sur-Montcient. Des stèles non décorées étaient pareillement utilisées dans le coffrage en couverture des inhumations, comme la sépulture n° 95 de Gaillon. Quelques sépultures de Noisy-le Grand remployaient plusieurs stèles sans décors en couverture (fig. 15). Il semble donc que la disposition des décors des stèles remployées puisse être tout à fait fortuite et que l’objectif privilégié soit surtout l’opportunité du remploi de pierres plates facilement adaptables aux couvertures ou au coffrage des sépultures. Tout porte à penser que seul compte l’aspect pratique du monolithe et non la visibilité du signe, même si l’on ne peut totalement exclure que la charge symbolique ait pu jouer un rôle.

Fig. 12 Relevé des couvertures des sarcophages de plâtre des sépultures 102 et 103 de la nécropole de Fresnes.

Fig. 12 Relevé des couvertures des sarcophages de plâtre des sépultures 102 et 103 de la nécropole de Fresnes.

DAO d’après Boucher 1975, pl. 24 et 25.

Fig. 13 Relevé des couvertures des sarcophages bi-partites des sépultures 112 et 113 de la nécropole de Santeuil. Les stèles remployées apparaissent en grisé foncé.

Fig. 13 Relevé des couvertures des sarcophages bi-partites des sépultures 112 et 113 de la nécropole de Santeuil. Les stèles remployées apparaissent en grisé foncé.

DAO d’après Mazeau 2006, p. 58, pl. 27.

Fig. 14 Relevé des couvertures de la sépulture 79 de Gaillon-sur-Montcient.

Fig. 14 Relevé des couvertures de la sépulture 79 de Gaillon-sur-Montcient.

DAO d’après Régnard, Langlois 1997, p. 97.

Fig. 15 Sépulture en coffrage de plâtre (I, 061) recouverte de stèles remployées découvertes à Noisy-le-Grand sur le site des Mastraits.

Fig. 15 Sépulture en coffrage de plâtre (I, 061) recouverte de stèles remployées découvertes à Noisy-le-Grand sur le site des Mastraits.

Cl. C. Le Forestier, Inrap

  • 180 Le Forestier 2015.

37Peut-on déduire le statut social des inhumés ou des personnes ayant organisé les funérailles à partir de la présence de tels monuments en pierre ? La question ne se pose pas pour une épitaphe, qui nécessite la maîtrise de l’écrit, très peu répandue à cette période en dehors des élites. Elle peut être davantage posée pour une simple stèle anépigraphe, décorée ou non. Le matériau utilisé, la taille et les décors sommaires ne semblent pas des obstacles financièrement insurmontables, mais l’existence d’ateliers de production comme d’un marché put, comme pour les sarcophages, déboucher sur des tarifs différenciés. La quasi-absence de découvertes de stèles en position primaire ne permet pas de comparer celles-ci au mobilier accompagnant le défunt pour qui le monument fut préparé. Il faut cependant noter le faible nombre de découvertes dans les cimetières mérovingiens, qui pourrait être mis en regard du mobilier métallique mis au jour dans les mêmes nécropoles. Si l’on peut déplorer une part non négligeable de destructions de stèles, celles-ci peuvent être comparées aux pillages du mobilier dans les tombes. À titre d’exemple, la nécropole récemment fouillée des Mastraits à Noisy-le-Grand a livré, pour 219 inhumations mérovingiennes, 6 fibules, 17 plaque-boucles (dont deux hors contexte) et 2 scramasaxes. Ce faible taux de mobilier métallique peut être comparé aux 23 stèles découvertes en remplois ou aux 131 sarcophages moulés180, dont l’usage était peut-être plus répandu. Sans relations restituables entre le mobilier funéraire et les stèles, il est toutefois difficile de conclure sur cet aspect. L’une des deux stèles mises au jour à L’Haÿ-les-Roses (fig. 7) aurait été mise au jour à la tête d’une inhumation associée à une plaque-boucle. Seules deux plaque-boucles et deux stèles auraient été découvertes dans cette petite nécropole d’une soixantaine de sépultures.

38Comment interpréter l’arrêt de l’utilisation de stèles anépigraphes, vraisemblablement dans le courant du viie siècle ? Il est peu probable qu’il s’agisse de la disparition d’un savoir-faire. C’est également à cette période que l’usage des sarcophages de pierre ou de plâtre décorés se termine, que l’inhumation habillée n’est plus pratiquée et que les dépôts funéraires s’interrompent. La fin de l’utilisation des stèles monolithiques accompagne donc naturellement les changements qui affectent les pratiques funéraires dans le courant du viie siècle.

Haut de page

Bibliographie

Ardouin S.
2001, « Une inscription funéraire chrétienne provenant de la chapelle Saint-Frambour à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) », Archéologie Médiévale, 2000-2001, t. 30-31, p. 39-65.

2006, « Quelques témoignages archéologiques des usages funéraires chrétiens mérovingiens dans le sud-est parisien », CLIO 94, Bulletin du comité de liaison des sociétés d’histoire et d’archéologie du Val-de-Marne, n° 24, Actes du colloque « La vie religieuse dans le sud-est parisien des origines à nos jours », p. 52-68.

2008, L’apport des données archéologiques pour la connaissance de la situation religieuse de l’Ile-de-France (ive-viiie siècle), Mémoire de Master Recherche (sous la dir. de J. Burnouf et P. Perin), Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 209 p., 5 cartes, 10 Pl., 3 fichiers annexes.

À paraître, « Les épitaphes et stèles funéraires d’Île-de-France (ive-viiie siècle) », dans Dierkens A., Pettiau H. (dir.), Épigraphie, archéologie et histoire de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (ive-ixe siècle), Actes des XVIe Journées Lotharingiennes – XXXIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne de l’AFAM, Luxembourg/Arlon (14-17 octobre 2010), Mémoires de l’AFAM/CLUDEM, parution prévue en 2018.

Augereau A.
1995, « Saint-Sauveur-lès-Bray. Le Port aux Pierres », dans Blanchet J.-C. (dir.), Bilan scientifique 1995 Île-de-France, Paris, Service régional de l’archéologie d’Île-de-France, p. 78-79.

Barat Y.
2007, Carte archéologique de la Gaule, Yvelines (78), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Barat Y. en coll. avec Langlois M., Bricon D.
2001, « Habitats et nécropoles du haut Moyen Âge en vallée de Vaucouleurs (sites de Septeuil et Villette, Yvelines) », Revue archéologique du Centre de la France, t. 40, p. 133-165.

Benhaddou S. (dir.)
1990, Melun au temps de Rome, Catalogue d’exposition, Melun, Ville de Melun.

Boucher M.
1975, Rapport des fouilles de sauvetage effectuées en 1975 sur le site du chemin de la Tour aux Chartiers (commune de Fresnes), Fresnes, Société archéologique de Fresnes.

Busson D.
1998, Carte archéologique de la Gaule, Paris (75), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Delattre V., Magnan D.
1993, « Meaux », dans Depraetère-Dargery M., Petit M. (dir.), L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet du ve au xe siècle, Catalogue d’exposition, Musée archéologique départemental du Val-d’Oise, Service régional de l’archéologie d’Île-de-France, Cergy-Pontoise, éditions du Valhermeil, p. 148-150.

1998, « De la limite sacrée à l’enceinte du Bas-Empire à Meaux », dans DELATTRE V, MAGNAN D. (dir.), Profane et sacré en pays meldois. Protohistoire – Gallo-romain, Meaux, AMA-Musée Bossuet, p. 127-135.

Descombes F.
1985, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, t. XV : Viennoise du Nord, Paris, Éditions du CNRS.

Dierkens A., Périn P.
2011, « Croyances de la Gaule mérovingienne. Du paganisme au christianisme en Gaule : les leçons de l’histoire et de l’archéologie funéraire », dans Dierkens A., Périn P. (coord.), Le baptême de Clovis, Religions et histoire, n° 41, p. 42-51

Duval P.-M.
1960, Les Inscriptions antiques de Paris, 2 t., Paris, Imprimerie nationale.

1961, Paris antique des origines au troisième siècle, Paris, Hermann.

Flèche Mourgues M.-P.
1992, « Caractéristiques des monuments sculptés du haut Moyen Âge dans le nord de la Gaule », Revue du Nord, t. LXXIV, n° 296, p. 29-67.

1995, « La question des ateliers de sculpteurs du haut Moyen Âge en Picardie », Revue archéologique de Picardie, 3/4, p. 141-156.

1998, « La classification typo-chronologique des stèles funéraires en Picardie », dans Delestre X., Périn P. (dir.), La datation des structures et des objets du haut Moyen Âge : méthodes et résultats, Actes des XVe journées d’archéologie mérovingienne de Rouen, 4-6 février 1994, Saint-Germain-en-Laye, Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, p. 105-115.

Frère S., Héron C.
1998, Tremblay-en-France, Château Bleu, Document final de synthèse de sauvetage urgent, Bobigny, Département de la Seine-Saint-Denis.

Fossard D., Vieillard-Troïekouroff M., Chatel É.
1978, Recueil général des monuments sculptés en France pendant le haut Moyen Âge (ive-xe siècles), t. I : Paris et son département. Paris, Bibliothèque nationale.

Gauthier N.
1975, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, t. 1 : Première Belgique, Paris, Éditions du CNRS.

Giraud E.
1929, « Un cimetière mérovingien sur les hauteurs d’Arcueil (Seine) », Revue anthropologique, n°39, p. 305-306.

Griffisch J.-N., Magnan D., Mordant D.
2008, Carte Archéologique de la Gaule, Seine-et-Marne (77), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2 vol.

Guadagnin R.
1988, « Le cimetière de la villa de Villiers-le-Sec », dans Cuisenier J., Guadagnin R. (dir.), Un village au temps de Charlemagne, moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du VIIe siècle à l’an Mil, Catalogue de l’exposition au Musée national des arts et traditions populaires (29 novembre 1988 – 30 avril 1989), Paris, Réunion des musées nationaux, p. 166-176.

Hirschfeld O., Zangemeister C. (éd.)
1899-1916, Corpus Inscriptionum Latinarum, XIII, Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum Latinae : Inscriptiones Aquitaniae et Lugudunensis, Berolini, Apud G. Reimerum.

Le Blant E. (éd.)
1856, Les inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, t. 1 : Provinces gallicanes, Paris, Imprimerie impériale.

1865, Les inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, t. 2 : Les sept provinces, Paris, Imprimerie impériale.

Le Forestier C.
2015, « La nécropole du haut Moyen Âge des Mastraits à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) », dans Hadjouis D., Ardouin S. (dir.), Dynamique des peuplements, modes d’habitat et influences culturelles dans le Sud-Est de Paris du Néolithique ancien à la période Moderne, Actes du colloque de Créteil, 3 et 4 juin 2010, Paris (Supplément à la Revue archéologique d’Île-de-France, 3), p. 191-221.

Legoux R., Périn P., Vallet F.
2016, Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine, Bulletin de liaison de l’Association française d’archéologie mérovingienne, hors série, 4e éd. revue et corrigée.

MacMullen R.
1998, Christianisme et paganisme du IVe au VIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres (trad. de Christianity and Paganism in the Fourth to Eighth Centuries, Londres, 1996).

Mazeau A.
2006, « La nécropole mérovingienne de Santeuil (Val-d’Oise) », Bulletin archéologique du Vexin français, n° 38, p. 23-99.

Mitard P.-H.
1973, « Le remploi de blocs antiques pour la confection de sarcophages et de stèles à l’époque mérovingienne, l’exemple de Genainville », Bulletin archéologique du Vexin français, n° 9, p. 110-114.

Mousset F.
1999, Ivry-sur-Seine, Place Parmentier-îlot 2, Rapport de fouille archéologique, Villejuif, Laboratoire départemental d’archéologie du Val-de-Marne, déposé à la Drac Île-de-France, 3 vol.

Naudet F.
2001, Carte archéologique de la Gaule, Val-de-Marne (94), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

2004, Carte archéologique de la Gaule, Essonne (91), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Pachtere F.-G. de
1912, Paris à l’époque gallo-romaine. Étude faite à l’aide des papiers et des plans de Th. Vacquer, Paris, Imprimerie nationale.

Périn P.
1987, « Des nécropoles romaines tardives aux nécropoles du haut Moyen Âge », Cahiers archéologiques, n° 35, p. 9-30.

Périn P. (dir.)
1985, Collections mérovingiennes (Catalogues d’art et d’histoire du musée Carnavalet), Paris, Musée Carnavalet.

Piétri L.
1985, « Les inscriptions chrétiennes durant le haut Moyen Âge » dans Périn P. (dir.), Collections mérovingiennes (Catalogues d’art et d’histoire du musée Carnavalet), Paris, Musée Carnavalet, p. 554-562.

Poulain C.
1984, « Les stèles mérovingiennes en Champagne-Ardenne et dans le département de l’Aisne », Bulletin de la Société archéologique Champenoise, 1984-4, p. 15-26.

Prévot F.
1997, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures à la Renaissance carolingienne, Aquitaine Première, Paris, Éditions du CNRS.

Rebillard E.
2003, Religion et sépulture. L’église, les vivants et les morts dans l’Antiquité tardive, Paris, éditions de l’EHESS.

Régnard S.
1996, « Gaillon-sur-Montcient (nécropole de La Garenne) », Bulletin archéologique du Vexin français, n° 29, p. 101-104.

2001, Gaillon-sur-Montcient (Yvelines). Lieu-dit la Garenne. Nécropole mérovingienne. Campagne archéologique 1996. Fouilles du secteur 3, Document Final de Synthèse, Cravo, déposé à le Drac Île-de-France. 

2002, « La nécropole mérovingienne de La Garenne à Gaillon-sur-Montcient (Yvelines) », dans Trombetta P.-J., Régnard S. dir., Mérovingiens et Carolingiens en Île-de-France. Découvertes archéologiques. Catalogue de l’exposition de Mantes-la-Jolie du 6 octobre 2002 au 31 mars 2003, Paris, Somogy, p. 41-63.

Régnard S., Langlois M.,
1997, Gaillon-sur-Montcient (Yvelines). Nécropole mérovingienne de La Garenne, Rapport de fouille. Versailles, Cravo/Sady, 2 vol., déposé à le Drac Île-de-France.

Régnard S., Langlois M., Vanpeene N.
2002, « Objets de Gaillon-sur-Montcient (nécropole de La Garenne) » dans Trombetta P.-J., Régnard S. (dir.), Mérovingiens et Carolingiens en Île-de-France. Découvertes archéologiques, Catalogue de l’exposition de Mantes-la-Jolie du 6 octobre 2002 au 31 mars 2003, Paris, Somogy, p. 64-71.

Salin E.
1952, La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire. Deuxième partie : les sépultures, Paris, Picard.

Séguier J.-M., Auxiette G., Bertin P., Pilon F.
2009, « La ferme et les stèles gallo-romaines du “Port aux Pierres” à Saint-Sauveur-lès-Bray (Seine-et-Marne) », Revue archéologique d’Île-de-France, n° 2, p. 147-170.

Sirat J.
1966, « Les stèles mérovingiennes du Vexin français », Bulletin archéologique du Vexin français, t. 2, 1966, p. 73-83.

1970, « Les stèles mérovingiennes du Vexin français. Inventaire complémentaire », Bulletin archéologique du Vexin français, n° 6, p. 95-103.

1973, « Les stèles mérovingiennes de la région parisienne », Bulletin archéologique du Vexin français, n° 9, p. 115-117.

1980, « Le cimetière mérovingien de Stors, Commune de Mériel (Val-d’Oise) », Bulletin archéologique du Vexin français, n° 16, p. 111-117.

1981, « Les cimetières mérovingiens de Genainville (Val-d’Oise) », Bulletin archéologique du Vexin français, n° 17, p. 97-108.

1993, « La nécropole de Santeuil (Val-d’Oise) », dans Depraetere-Dargery M., Petit M. (dir.), L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet du ve au xe siècle, Catalogue d’exposition, Musée archéologique départemental du Val-d’Oise, Service régional de l’archéologie d’Île-de-France, Cergy-Pontoise, éditions du Valhermeil, p. 220-221.

Sirat J., Vieillard-Troïekouroff M., Chatel E.
1984, Recueil des monuments sculptés en France pendant le haut Moyen Âge (ive-xe siècles), t. III : Le Val-d’Oise et les Yvelines, Paris, CTHS.

Treffort C.
1996, L’église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratique, Lyon, Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévales / Presses universitaires de Lyon (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, n° 3).

Vieillard-Troïekouroff M., Frossard D., Chatel E., Lamy-Lassalle C.
1960, « Les anciennes églises suburbaines de Paris (IVe-Xe siècle) », Paris et Île-de-France, Mémoires de la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, n° 11, p. 17-282.

Wabont M.
2006, « L’époque mérovingienne », dans Wabont M., Abert F., Vermeersch D., Carte archéologique de la Gaule, Val d’Oise (95), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 117-126.

Wabont M., Abert F., Vermeersch D.
2006, Carte archéologique de la Gaule, Val d’Oise (95), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Young B. en coll. avec Périn P.
1991, « Les nécropoles (iiie-viiie siècle) », dans Duval N., Naissance des Arts chrétiens. Atlas des monuments paléochrétiens de la France, Paris, Imprimerie nationale, p. 94-121.

Haut de page

Notes

1 Flèche Mourgues 1998.

2 Poulain 1984.

3 Salin 1952, p. 75.

4 Busson 1998.

5 Delattre, Magnan 1998 ; Griffisch, Magnan, Mordant 2008.

6 Benhadou (dir.) 1990. 

7 Deux fragments de stèles mis au jour (Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 246).

8 Naudet 2004, p. 225, fig. 120.

9 Griffisch, Magnan, Mordant 2008, p. 245.

10 Dierkens, Périn 2011.

11 Rebillard 2003, p. 96-101.

12 Dierkens, Périn 2011.

13 Rebillard 2003, p. 40-49 ; Treffort 1996, p. 165.

14 Young 1991, p. 115.

15 MacMullen 1998, p. 153.

16 Young 1991, p. 114.

17 Flèche Mourgues 1998.

18 Une première approche de ce recensement, amorcé lors d’un travail universitaire (Ardouin 2008), a été présenté dans le cadre d’un poster lors des Journées internationales d’archéologie mérovingienne tenues au Luxembourg en 2010 (Ardouin à paraître).

19 Sirat 1966 ; Sirat 1970 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, p. 25-27, p. 64-67, p. 118-119, p. 303-307.

20 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, p. 27-28 ; Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 132. 

21 Guadagnin 1988, p. 171. 

22 Sirat 1966 ; Sirat 1970 ; Sirat 1973 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 29-39.

23 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 173-174.

24 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, p. 17-18, et n° 210.

25 Sirat 1966, p. 74-75 ; Mitard 1973 ; Sirat 1981 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 70 ; n° 215-216.

26 Mitard 1973, p. 112.

27 Sirat 1966 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 71.

28 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 297-298.

29 Sirat 1966 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 76-78.

30 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 319-320.

31 Sirat 1970 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 67-69.

32 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 80, p. 44.

33 Sirat 1980 ; Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 345.

34 Sirat 1966 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 219.

35 Sirat, 1970 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 174-177.

36 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 381.

37 Sirat 1970 ; Sirat 1993 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 172, 220 ; Mazeau 2006.

38 Sirat 1966 ; Sirat 1970 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 20-27, p. 194-206.

39 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 300-302, p. 116-118.

40 Régnard 1996 ; Régnard 2001 ; Régnard 2002 ; Régnard, Langlois, Vanpeene 2002, p. 71.

41 Sirat 1966 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 241-244.

42 Barat 2007, p. 190-191, fig. 244.

43 Sirat 1973 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 117-167.

44 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 259.

45 Barat 2007, p. 335.

46 Barat et al. 2001, p. 154-155 ; Barat 2007, p. 338.

47 Site des Mastraits (Le Forestier 2015, p. 201-202). Nous tenons particulièrement à remercier Cyrille Le Forestier pour nous avoir permis d’utiliser ses clichés photographiques.

48 Naudet 2004, p. 169.

49 Ibid., p. 109.

50 Boucher 1975 ; Ardouin 2006, p. 59-61.

51 Giraud 1929 ; Ardouin 2006, p. 58.

52 Saint-Germain-des-Prés (Périn [dir.] 1985, p. 205) ; Saint-Marcel (Périn [dir.] 1985, p. 288).

53 Le Forestier 2015, p. 201-202.

54 Mousset 1999.

55 Ardouin 2001, p. 47, fig. 7, n° 1 (type 157 de Legoux, Périn, Valet 2016).

56 L’une d’entre elles était accompagnée d’une fibule ronde décorée d’ocelles à umbo central : Ardouin 2001, p. 47, fig. 7, n°3 (type 219 de Legoux, Périn, Valet 2016).

57 Barat 2007, p. 363.

58 Frère, Héron 1998.

59 Flèche Mourgues 1998.

60 52 stèles à Maule ; 50 à Gaillon-sur-Montcient ; 39 à Banthelu ; 23 à Noisy-le-Grand ; 22 à Ableiges ; 17 à Santeuil ; 15 stèles au minimum à Andrésy.

61 9 stèles  à Epône ; 7 à Mériel ; 6 à Guitrancourt ; 5 à Condecourt ; 5 à Longuesse.

62  19 stèles à Maule ; 18 à Ableiges et Banthelu ; 13 retenues à Gaillon-sur-Montcient ; 12 à Santeuil ; 9 à Andrésy.

63 Cette nécropole comportait également 409 inhumations carolingiennes (viiie-xie siècles).

64 Barat 2007, p. 338.

65 Sirat 1980.

66 Giraud 1929 ; Ardouin 2006, p. 58, fig. 4.

67 Sirat 1970, p. 100 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 67, 69.

68 Guadagnin 1988, p. 171 ; Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 151.

69 Sirat 1966, p. 76 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 29.

70 Sirat 1966, p. 78 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 30.

71 Sirat 1970, p. 100, 102 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 52, 53, 56, 59, 61, 64.

72 Sirat 1970, p. 98 ; Sirat 1973, p. 117 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 48.

73 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 284.

74 Régnard 2001, p. 199.

75 Le Forestier 2015, p. 201-202.

76 Régnard 2001, p. 92-93, pl. 60.

77 Mazeau 2006, p. 38-39, 56, 66, 85.

78 Boucher 1975 ; Ardouin 2006, p. 59-61, fig. 6.

79 Sirat 1966, p. 80 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 241.

80 Sirat 1980 ; Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 345.

81 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 345.

82 Ibid., p. 215.

83 Mazeau 2006, p. 31, 66, 86.

84 Sirat 1970, p. 97, 100, pl. I, fig. 59, 67 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 43, 51.

85 Mazeau 2006, p. 42-43, 58, 66, 85.

86 Ibid., p. 45-46, 66, 85.

87 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 284.

88 Mazeau 2006, p. 47, 59, 66, 86, 87.

89 Régnard 2001, p. 99-100, pl. 62 ; Régnard 2002, p. 44 ; Régnard, Langlois, Vanpeene 2002, p. 71.

90 Sirat 1970, p. 98, pl. I, fig. 65, 66 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°49, 50.

91 Régnard 2001, p. 199.

92 Le Forestier 2015, p. 201-202.

93 Flèche Mourgues 1998.

94 Giraud 1929 ; Ardouin 2006, p. 58, fig. 4.

95 Mitard 1973, p. 112.

96 Mazeau 2006, p. 86, pl. 24.

97 Sépultures n° 102 et 103 : Boucher 1975 ; Ardouin 2006, p. 59-61, fig. 6.

98 Sépulture n° 14 : Sirat 1970, p. 76, pl. I, fig. 18 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 19.

99 Sépultures n° 17 et indéterminée : Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 15 et 18.

100 On peut citer les lettres apocalyptiques accompagnant un chrisme sur une stèle, mise au jour à Neuvion-en-Ponthieu dans la Somme (Flèche Mourgues 1998, p. 107-108, fig. 4), dans le remblai d’une sépulture de la fin du ve siècle ou du premier tiers du vie siècle.

101 C.I.L., XIII, n° 3052 (éd. Hirschfeld, Zangemeister 1899-1916) ; Duval 1960, t. 1, n° 43, p. 106-108 ; Fossard, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1978, n° 321, p. 165, pl. XCV. 

102 Sépultures n° 85, 112, 135, 146 et indéterminée : Sirat 1993, p. 221 ; Mazeau 2006, p. 38-39, 56, 66, 85, 87.

103 Sépultures n° 86 et indéterminée : Sirat 1970, p. 98 et 100, pl. I, fig. 65 et 68 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 49 et 52.

104 Sépulture n° 28 : Mazeau 2006, p. 31, 66, 85.

105 Sépultures n° 1 et indéterminée : Sirat 1966, p. 78, pl. II, fig. 23, 24 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 183, 185.

106 Sépultures n° 79, 80, 178 : Régnard 1996, p. 102-103 ; Régnard 2001, p. 96-99, 155-156, pl. 62 et 65 ; Régnard 2002, p. 44.

107 Sépultures n° 24 et 113 : Mazeau 2006, p. 31, 42-43, 58, 66, 85.

108 Sépulture indéterminée : Barat et al. 2001, p. 154-155, fig. 15 ; Barat 2007, p. 338, fig. 547.

109 Sépulture n° 8 : Sirat 1966, p. 78, pl. II, fig. 25 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 184, 184, 185.

110 Sépulture n° 81 avec une croix grossière sur la tranche supérieure : Régnard 2001, p. 99-100, pl. 62 ; Régnard 2002, p. 44 ; Régnard, Langlois, Vanpeene 2002, p. 71.

111 Sépulture indéterminée : Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 134.

112 Sépulture n° 1 d’Ableiges (Sirat 1966, p. 74, pl. I, fig. 20 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°180) ; sépulture n° 147 de Banthelu (Sirat 1970, p. 100, pl. I, fig. 67 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 51) ; sépulture n° 3 de Longuesse, la stèle  présentant également une croix latine sur l’autre face (Sirat 1966, p. 75, pl. I, fig. 13 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°76) ; sépultures 106 et 112 de Santeuil (Mazeau 2006, p. 42, 58, 66, 86, 87) ; Sépulture indéterminée d’Andresy (Sirat 1970, p. 100, pl. II, fig. 71 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 24) ; sépulture n° 178 de Gaillon-sur-Montcient (Régnard 2001, p. 155-156, pl. 65) ; sépulture n° 2 de Guitrancourt (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°243) ; sépulture n° 359 de Maule (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°136).

113 Sépulture n° 51 (Sirat 1970, p. 98, pl. I, fig. 64 ; Sirat 1973, p. 117, fig. 7 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°48.

114 Sépulture indéterminée (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°137).

115 Sirat 1966, p. 79, pl. II, fig. 29 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°22.

116 Sépulture indéterminée (Sirat 1966, p. 79, pl. II, fig. 32).

117 Sépulture indéterminée (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°207).

118 Sirat 1966, p. 79, pl. II, fig. 28 (stèle considérée comme perdue) ; Sirat 1970, p. 100, pl. II, fig. 74 ; deux occurrences créées dans Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 25 et n° 204 (perdue). Cette stèle est conservée au Musée archéologique de Guiry-en-Vexin, inv. n° M. 623.

119 Sépulture indéterminée (Salin 1952, p. 154, fig. 87; Sirat 1966, p. 82, pl. II, fig. 44; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°199).

120 Sépultures n° 16 et 19 (Sirat 1966, p. 78, pl. I, fig. 21; pl. II, fig. 26 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 181 et 186.

121 Sépulture indéterminée (Sirat 1966, p. 78, pl. I, fig. 19; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°30).

122 Sépulture indéterminée (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°301).

123 Sépulture indéterminée (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°138).

124 Sépulture indéterminée (Périn (dir.) 1985, n° 144, p. 288.

125 Sépulture indéterminée (Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 381).

126 Sépulture indéterminée (Sirat 1970, p. 100, pl. II, fig. 73 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 172).

127 Sirat 1970, p. 98, 100 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 50 et 67 (chrisme simplifié) ; 122 et 139 (chrisme déformé).

128 Sépulture indéterminée (Périn (dir.) 1985, n° 67 bis, p. 205).

129 Sépultures n° 90 et 155 (Sirat 1970, p. 97, pl. I, fig. 59, 66 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n°43, 50). 

130 Sépulture indéterminée de Blamecourt (Sirat 1970, p. 100, pl. II, fig. 69 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 67).

131 Sépultures n° 446, et indéterminées (Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 122, 139, 162).

132 Sépulture n° 3 (Sirat 1966, p. 82, pl. II, fig. 43; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 192).

133 Sépulture n° 3 et 45 (Sirat 1966, p. 80, pl. II, fig. 40 et 39 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 242 et 241, numérotée 238 par erreur) 

134 Sépulture 13 (Sirat 1966, p. 82, pl. II, fig. 41; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 78) 

135 Stèle isolée (Barat 2007, p. 304-305).

136 L’origine de cette comparaison pourrait être Salin 1952, p. 76.

137 Sirat 1970, p.74 ; Sirat 1973, p. 116 ; Sirat, Vieillard-Troiekourouff, Chatel 1984, p. 16.

138 Régnard 2002, p. 59.

139 Cf. Busson 1998 ; Benhadou (dir.) 1990 ; Delattre, Magnan 1998 ; Griffisch, Magnan, Mordant 2008. 

140 Pachtère 1912, p. 165. 

141 Duval 1961, p. 254 ; Busson 1998, p. 316.

142 Naudet 2004, p. 225, fig. 120.

143 Griffisch, Magnan, Mordant 2008, p. 245.

144 Wabont, Abert, Vermeersch 2006, p. 246.

145 Augereau 1995, p. 79 ; Griffisch, Magnan, Mordant 2008, p. 1027-1029.

146 Séguier et al. 2009.

147 Mitard 1973, p. 112.

148 Cf. Piétri 1985 ; Busson 1998 ; Ardouin 2006.

149 Ardouin 2001.

150 Le Blant 1856, p. 301-302, n° 210.

151 Datation 14C de la tombe 102 : Ly-4577(GrA). Datation très fiable.

152 Flèche Mourgues 1992, p. 51 et tableau IV ; Flèche Mourgues 1998, p. 113-114.

153 Gauthier 1975, p. 55-56 ; Descombes 1985, p. 76-77.

154 Busson 1998, p. 347-348.

155 Gauthier 1975, p. 55.

156 Périn (dir.) 1985 : Saint-Marcel, n° 86 p. 212 (identification contestable) ; Saint-Germain-des-Prés, n° 201, 202, 203, 204, 205 p. 312-315.

157 La représentation de chrismes incontestables est aussi connu sur des stèles, notamment sur celle déjà évoquée de Neuvion-en-Ponthieu dans la Somme (Flèche Mourgues 1998, p. 107-108, fig. 4). Cette stèle, probablement en position secondaire, pourrait dater de la fin du ve siècle.

158 Barat 2007, p. 88.

159 Une plaque-boucle triangulaire de type monobloc et une seconde à cinq bossettes et décor natté (types 161 et 174 de Legoux, Périn, Vallet 2016) figurent parmi le mobilier attribué à cette découverte (Naudet et al. 2001, p. 107 et documentation inédite conservée au service départemental d’archéologie du Val-de-Marne).

160 Barat 2007, p.185.

161 Barat 2007, p.229-231.

162 Sirat, Vieillard-Troiekourouff, Chatel 1984, p. 16.

163 Barat 2007, p. 338-339.

164 Sirat 1971, p. 132 ; Wabont 2006, p. 122.

165 Régnard 2002, p. 57.

166 Régnard 2001.

167 Mazeau 2006.

168 Le Forestier 2015, p. 194.

169 Régnard 2001, p. 199-202 ; Flèche Mourgues 1992 et 1998.

170 Flèche Mourgues 1992, p. 51 et tableau IV ; Flèche Mourgues 1998, p. 113-114 ; Régnard 2002, p. 59-60.

171 Flèche Mourgues 1995, p. 141-142.

172 Flèche Mourgues 1998, p. 114.

173 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 147.

174 Couverture des sépultures n° 106 et 112-113 (Mazeau 2006).

175 Sirat 1966, pl. II, fig. 32.

176 Sirat 1970, p. 98 ; Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 50.

177 Sirat, Vieillard-Troïekouroff, Chatel 1984, n° 133.

178 Barat et al. 2007, p. 335.Ce type de représentation pourrait aussi correspondre à une influence germanique (Gauthier 1975, n° 135, p. 353).

179 Régnard 2001, p. 99-100, pl. 62 ; Régnard 2002, p. 44 ; Régnard, Langlois, Vanpeene 2002, p. 71.

180 Le Forestier 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Tableau synthétique des différentes stèles mises au jour en île-de-France. Présentées par département et par ordre alphabétique.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre Fig. 2 Carte de localisation des stèles mérovingiennes en Île-de-France.
Crédits Dessin S. Ardouin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre Fig. 3 Sélection de stèles mises au jour à Noisy-le-Grand.
Crédits Cl. C. Le Forestier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 4 Sépulture d’enfant ayant réemployé l’emplacement d’une sépulture d’adulte à Ivry-sur-Seine, près de la chapelle Saint-Frambour.
Crédits Cl. B. Allard, Service départemental d’archéologie du Val-de-Marne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 5 Stèle découverte à Fresnes en couverture des sépultures 102 et 103.
Crédits Cl. B. Allard, Service départemental d’archéologie du Val-de-Marne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 6 N°1 Guitrancourt (sép. 45) ; n°2 Ableiges (sép. 19) ; n°3 Ableiges (sép. indéterminée) ; n°4 Ableiges (sép. 17) ; n°5 Santeuil (sép. 146) ; n° 6 Gaillon-sur-Montcient (sép. 81) ; n°7 Gaillon-sur-Montcient (sép. 82) ; n°8 Maule (sép. 657) ; n°9 Maule (sép. indéterminée) ; n°10 Andrésy (sép. indéterminée) ; n°11 Maule (sép. 603).
Crédits DAO S. Ardouin : d’après photos [n° 1, 2, 3, 4, 5, 7, 8, 9], d’après Sirat 1966 [n°10], d’après Régnard 2001 [n°6].
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 7 Stèle mise au jour à L’Haÿ-les-Roses, sablière Gendre en 1927.
Crédits Cl. anonyme. Documentation du Service départemental d’archéologie du Val-de-Marne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre Fig. 8 N° 1 épitaphe d’Ivry-Saint-Frambourg (Melanius) ; n° 2 épitaphe de Paris Saint-Marcel (Barbara) ; n° 3 épitaphe de Paris Saint-Marcel (Theudote) ; n° 4 stèle de Fresnes (sép. 102 et 103), n° 5 stèle d’Ableiges (sép. 14) ; n° 6 stèle de Magny-en-Vexin / Blamecourt (labours).
Crédits Dessin S. Ardouin d’après l’original [n°1], d’après Duval 1960 [n°2], dessins d’après photo [n°3, 4, 5 et 6].
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 9 Stèles d’Andrésy (sépultures indéterminées). N°1 d’après Sirat 1966, pl. II, fig. 29. N°2 d’après Sirat 1966, pl. II, fig. 32. N°3 d’après Sirat, Vieillard-Troiekouroff, Chatel 1984, n° 207.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 10 Relevé d’une stèle d’Andrésy (sép. indéterminée). N°1 DAO S. Ardouin d’après photo. N°2 d’après Sirat 1970, pl. II, fig. 74. N°3 d’après Sirat, Vieillard-Troiekouroff, Chatel 1984, n°204.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 11 Stèle d’Epône.
Crédits D’après Sirat, Vieillard-Troiekouroff, Chatel 1984, n° 301.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 12 Relevé des couvertures des sarcophages de plâtre des sépultures 102 et 103 de la nécropole de Fresnes.
Crédits DAO d’après Boucher 1975, pl. 24 et 25.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Fig. 13 Relevé des couvertures des sarcophages bi-partites des sépultures 112 et 113 de la nécropole de Santeuil. Les stèles remployées apparaissent en grisé foncé.
Crédits DAO d’après Mazeau 2006, p. 58, pl. 27.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 14 Relevé des couvertures de la sépulture 79 de Gaillon-sur-Montcient.
Crédits DAO d’après Régnard, Langlois 1997, p. 97.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 15 Sépulture en coffrage de plâtre (I, 061) recouverte de stèles remployées découvertes à Noisy-le-Grand sur le site des Mastraits.
Crédits Cl. C. Le Forestier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2753/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 811k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Ardouin, « Les stèles mérovingiennes, premiers témoignages des communautés chrétiennes rurales d’Île-de-France »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 53-70.

Référence électronique

Stéphane Ardouin, « Les stèles mérovingiennes, premiers témoignages des communautés chrétiennes rurales d’Île-de-France »Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.2753

Haut de page

Auteur

Stéphane Ardouin

Chercheur associé à l’UMR 5138 Archéologie et Archéométrie, Service archéologique de la ville de Lyo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search