Navigation – Plan du site

Une maison d’époque mamelouke (xve- xvie siècles) à Damas (Syrie) et son évolution

A house from the Mameluk period (15th-16th c.) in Damas and its evolution
Ein mamlukenzeitliches Haus (15.-16. Jh.) in Damaskus und seine Entwicklung
Imane Fayyad
p. 71-88

Résumés

La maison, objet de cette étude, est située à l’intérieur de la muraille de Damas. Cette maison habitée jusqu’à 2011, mais en mauvais état, n’a jamais été étudiée. Elle possède un grand nombre de vestiges remarquables. Elle s’étend sur deux étages et sur une surface de 242,9 m. Elle offre une particularité : son rez-de-chaussée est situé à 2,18 m au-dessous du niveau de la ruelle, indice d’ancienneté de cette demeure peu remaniée. Son intérêt archéologique provient des vestiges de sa ʻa nord, de son īwān, et de l’accès par un passage non coudé vers la cour intérieure. Son sol, en cours de déblaiement apportera sans doute d’autres informations. Aucune inscription ne permet de la dater précisément. L’objet de ce travail est donc de montrer qu’il s’agit d’une maison remontant probablement à l’époque mamelouke. Pour ce faire on procédera à une analyse complète de ses éléments architecturaux et décoratifs et on tentera de la situer par rapport à d’autres maisons datées précisément.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les nombreuses études consacrées à la ville de Damas, l’intérêt suscité par les constructions domestiques est assez faible par rapport à celui accordé à l’urbanisme et les demeures damascènes demeurent un patrimoine trop méconnu. L’absence d’étude dans le domaine de la demeure urbaine se fait d’autant plus sentir que nous assistons à une mutation importante de ce type d’habitat. Plusieurs raisons sont à l’origine de ce phénomène : l’abandon des demeures de la vieille ville par leurs occupants au profit d’habitations répondant mieux aux besoins modernes et le manque de normes concernant les travaux de restauration ou de protection, dans la vieille ville.

  • 1 En 2010, l'autorisation d'entrer dans cette maison a été limitée par son propriétaire à trois court (...)

2La demeure de la parcelle n° 434, qui fait l’objet de cette étude, est justement un exemple de ces maisons très anciennes qui ont subi destructions et « restaurations ». Elle est actuellement à moitié en ruines mais un certain nombre d’éléments anciens est encore visible. En 2011, l’Autorité de la vieille ville de Damas a saisi cette demeure. Depuis cette date, elle est fermée et inaccessible à toute recherche1.

3Ces limites conduisent à proposer un essai de chronologie relative des éléments constitutifs de cette maison, en attendant que des recherches ultérieures puissent en établir un historique plus complet avec une étude du quartier al-ʻAmārah al-Ǧawwāniyyah.

  • 2 Les relevés ont été effectués par moi-même, avec l'aide de M. Hussam Ahmad et traités ensuite avec (...)

4Après avoir replacé cette maison sur le plan cadastral de la vieille ville, ce travail de recherche a consisté à conduire une série de relevés (plans et élévations) de l’ensemble de la maison et à effectuer la couverture photographique de tous les éléments architecturaux et décoratifs2.

5Une attention particulière a été portée au plan et à la disposition de cette maison. En effet, il n’est pas impossible, bien que cela reste à vérifier, qu’une partie du plan ait été conditionnée par la disposition de bâtiments plus anciens, dont cette demeure a pris la place.

  • 3 Malheureusement, tous les documents de la vieille ville de Damas encore consultables à la DGAMS ne (...)

6Tout cela ne s’est pas fait sans rencontrer un certain nombre de problèmes. Aucune archive d’époque ancienne (xve-xvie siècle) ne se trouve dans cette ville, ni à la mairie ou à la DGAMS3, ni chez les occupants, ni dans les documents sur lesquels nous nous sommes fondé pour effectuer cette étude. Un autre problème tient à la fragilité des matériaux de construction utilisés et à l’absence d’entretien qui expliquent le mauvais état de cette maison.

  • 4 Weber, Mortensen 2005, p. 227-280.
  • 5 Witmer-Ferri 1958-1959, p. 101-106 ; Rouannet, Piponnier 1985-1986, p. 127-161 ; Maury 1988, p. 1- (...)
  • 6 Revault 1978.
  • 7 Maury, Raymond, Revault, Zakaria 1983.
  • 8 Depaule, Noweir 1984.
  • 9 David 1975-1977, p. 19-49 ; David 1987, p. 38-47 ; David 1998, p. 61- 87.

7Au vu de ce manque d’informations, comment procéder à sa datation ? Certaines recherches sur les maisons de Damas peuvent nous aider à le faire par le biais de comparaisons. Les unes s'intéressent à la période mamelouke, comme celle que S. Weber et P. Mortensen ont réalisée sur la demeure al-ʻAqqād, témoin précieux comportant des vestiges de l’époque mamelouke (xive-xve siècle)4. Cette étude importante permet de se faire une idée concernant les composantes principales de l’habitat domestique à cette époque. Elle nous a également permis d’essayer d’identifier la maison de la parcelle n° 434 qui possède des traces semblables. Les autres recherches concernent surtout l’époque plus tardive des xviiie et xixe siècles5. Dans les années soixante, J. Revault a traité longuement la question des demeures de Tunis en présentant une étude architecturale détaillée de ces grandes maisons6. Il a également publié un ouvrage dans les années suivantes, en collaboration avec B. Maury, qui étudie les demeures du Caire7. Les recherches intéressantes de J.-C. Depaule et S. Noweir permettent de faire une comparaison entre la maison syrienne, d’Alep ou de Damas, et la maison égyptienne concernant les composantes principales de chacune8. Enfin, J.-C. David a consacré plusieurs études à la demeure d’Alep, à sa composition, à ses matériaux de construction et à sa décoration9.

8Avant de passer à l’étude de la maison, un lexique illustré permettra de comprendre les termes techniques utilisés dans cette description.

Fig.1 Lexique des termes techniques étrangers utilisés dans cet article.

Fig.1 Lexique des termes techniques étrangers utilisés dans cet article.

I. Fayyad

1. Localisation

  • 10 Cette maison fait l'objet d'une étude approfondie dans ma thèse de doctorat : L’habitat domestique (...)

9La demeure n° 434 est située intra muros, dans le quartier d’al-ʻAmārah al-Ǧawwāniyyah, non loin de la mosquée des Omeyyades. Ce quartier offre plusieurs vestiges remontant probablement à l’époque mamelouke comme les maisons al-Saqqā » Amīnī10 et al-« Aǧlānī. La maison n° 434 recèle également un grand nombre de vestiges remarquables des xve-xviesiècles.

10Sa limite orientale, très irrégulière, est mitoyenne des deux petites parcelles cadastrales n° 435 et 436, qui sont des habitations du xixe siècle. Sur sa limite nord, elle est mitoyenne de la parcelle 354, petite habitation vraisemblablement remaniée, par annexion du mur ouest de sa ʻa, après percement d’un petit passage à travers le mur mitoyen. Au sud, la demeure est limitée par la rue al-Naqāššāt, sa façade est peu visible et n’a aucun caractère monumental (fig. 2).

Fig. 2 Plan cadastral localisant la demeure.

Fig. 2 Plan cadastral localisant la demeure.

DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad

2. Description

11Aujourd’hui, la demeure n° 434 est une maison construite en pierres de taille. Elle s’étend sur deux niveaux avec quelques petites pièces sur la terrasse. Elle offre, comme les maisons damascènes intra muros, un édifice hétérogène dont les fondations sont en moellons, les murs des façades en pierre calcaire, au moins jusqu’à l’appui des fenêtres, et souvent jusqu’à quelques rangées au-dessus de leur linteau. La superstructure est composée d’assises de pierres alternativement noires, blanches et parfois jaunes. Les murs au-dessus des ouvertures sont ensuite bâtis en briques crues, assurées par des chaînages en bois, revêtues d’enduits de terre et souvent de chaux.

2.1. Plan du rez-de-chaussée

12Avec une superficie de 242,90 m², la maison se composait d’une cour intérieure, d’un īwān, d’uneʻa d’habitation et de pièces de services. D’après le plan, en rez-de-chaussée, nous remarquons que lesʻa principales sont la ʻa ouest, laʻa sud flanquée de l’īwān, et laʻa nord. Cette dernière, la plus grande et la plus haute, fait face à l’īwān. Cette disposition semble indiquer qu’il s’agit là de la « grandeʻa, » c’est-à-dire de la grande pièce de réception.

13Le décor fait de la ʻa de dimensions plus modestes, une pièce de réception moins importante. Située du côté sud, elle est probablement utilisée de préférence en été. Toutefois, l’existence de battants intérieurs montre que son utilisation était possible été comme hiver. Il reste à noter que les pièces situées à l’étage de cette demeure sont traitées de façon similaire à celles du rez-de-chaussée (fig. 3).

Fig. 3 Plan du rez-de-chaussée actuel.

Fig. 3 Plan du rez-de-chaussée actuel.

DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad

2.1.1. L’entrée

14L’entrée de la demeure n° 434 se situe actuellement au premier étage, sur sa petite façade ouest, du côté du passage qui dessert la maison. À droite de cette entrée se trouve une ouverture murale bordée d’un cadre rectangulaire en pierre blanche de 0,88 m de largeur sur 1,44 m de hauteur (fig. 4).

Fig. 4 Plan du premier étage actuel.

Fig. 4 Plan du premier étage actuel.

DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad

15Cette entrée unique est dotée d’une porte de 1,40 m de large sur 2 m de haut, accessible de la rue par une marche. Elle s’inscrit dans un arc surbaissé, entouré d’un simple cadre rectangulaire en pierre de taille, en relief de quelques centimètres par rapport au plan de la façade. Elle se ferme par un seul vantail en fer (fig. 5).

Fig. 5 Vue de la porte d’entrée sur le côté ouest.

Fig. 5 Vue de la porte d’entrée sur le côté ouest.

Cl. I. Fayyad

16Après avoir dépassé la porte principale, nous pénétrons directement dans le passage ; il s’agit d’un espace allongé de 4,18 m de long sur 2,17 m de hauteur. Il donne donc accès aux pièces d’habitation, à laʻa, à la cuisine et aux latrines. Le sol de ce passage surmonte de 2,18 m celui de la cour du rez-de-chaussée. Cette disposition diffère de la plupart des maisons damascènes où le sol de l’entrée est dans le plan de celui de la cour.

  • 11 Maury 1988, p. 27, n. 2.
  • 12 Notons que le département des Antiquités de la vieille ville de Damas a effectué un travail pour s (...)

17Dans ce passage se trouvent deux escaliers en pierres, le premier comporte sept marches par lesquelles on descend dans la cour, au rez-de-chaussée. Le second escalier se compose de quatre marches conduisant au premier étage ; en face de ce second escalier, sur le côté nord de l’entrée, se trouve une petite pièce qui sert probablement de pièce de réception. En direction du sud, on note aussi la présence d’une autre pièce rectangulaire dont une partie se situe en bas de l’escalier et ouvre sur la cour. Ce passage a été conçu uniquement comme un espace de transit, le visiteur ne pouvant être accueilli que dans l’une des pièces encadrant la cour et destinée à cet effet11. Nous n’avons pas la moindre idée de la nature du sol de ce passage : conserve-t-il encore un pavement des époques précédentes ou est-il recouvert d’un dallage moderne ? Cette question reste sans réponse car les archives de la mairie ne livrent aucun élément à ce sujet12.

2.1.2. La cour

18Actuellement, cet espace est bordé du côté nord-ouest par deux maisons identifiées sous les numéros 496 et 435. La cour, rectangulaire, mesure à peu près 8,75 m sur 5,33 m, soit 45,60 m² pour une surface totale du rez-de-chaussée de 242,9 m². Elle est pourvue d’un escalier en pierre conduisant aux étages. Ses deux côtés sud et nord sont bordés par les pièces de la demeure, son mur oriental forme la limite de la maison voisine, qui remonte probablement aux xixe et xxesiècles (fig. 3).

  • 13 Il serait utile d’effectuer un sondage longitudinal du sol de cette cour afin de savoir s'il y res (...)

19Nous n’avons aucune information en ce qui concerne l’ancien réseau d’eau domestique. L’aménagement postérieur et les débris du sol de la cour13 nous empêchent de savoir s’il y a eu un puits ou un bassin. La cour occupe une surface presque équivalente à celle des pièces d’habitation. Elle est véritablement le centre de la composition de la demeure, l’espace le plus important par sa situation et sa superficie. La symétrie de la composition, tant au sol que sur les façades, est totale par rapport à l’axe médian déterminé par l’īwān au sud et l’accès de la ʻa au nord.

2.1.3 Le côté ouest

Les dépendances

20Ce côté est occupé par un ensemble de pièces qui abritent actuellement les dépendances du rez-de-chaussée et dont la plus importante mesure 3,17 m de long sur 2,98 m de large. Aucune fenêtre ne s’ouvre dans les murs intérieurs de cette pièce. Ce mur de façade de 0,20 m d’épaisseur est donc moins épais que les murs plus anciens de la maison (fig. 6).

Fig. 6 Élévation actuelle du côté ouest donnant sur la cour.

Fig. 6 Élévation actuelle du côté ouest donnant sur la cour.

DGAMS I. Fayyad

21Nous n’avons pas d’informations précises quant à l’ancienne fonction de cette pièce. Sa superficie, de 9,50 m² environ, indique qu’elle servait peut-être de pièce d’habitation ; elle s’ouvre sur la cour par une porte mesurant 1,4 m de large sur 2,25 m de hauteur, inscrite dans un encadrement rectangulaire. La porte est couronnée par un arc outrepassé en pierre calcaire, dont l’intrados et le corbeau ne présentent pas de dispositif décoratif. Cet arc est similaire à l’arc de l’īwān du côté sud, mais ses dimensions sont inférieures à celui de l’īwān, dont le sommet s’élève à 3,13 m au-dessus du sol. Par ailleurs, nous n’avons pas d’information concernant le revêtement primitif du sol, car il est recouvert d’un dallage du xxe siècle. Les dépendances sont constituées de la cuisine, des latrines et de deux autres locaux de destination imprécise.

La cuisine

22L’espace occupant l’angle nord-ouest de la maison au rez-de-chaussée était probablement la cuisine. Située à proximité de la porte principale de la demeure, elle mesure 5,04 m de longueur sur 2,82 m de largeur et occupe une superficie de 13,60 m². La cuisine ouvre sur une petite entrée par une porte qui mesure 0,87 m de large pour 1,93 m de haut d’environ. Nous n’avons pas d’information en ce qui concerne l’état d’origine des équipements de cette cuisine, laquelle est actuellement dotée d’un évier moderne et d’eau courante, d’après l’enquête menée sur le terrain. Le mur sud, qui sépare la cuisine des latrines, a une épaisseur de 0,10 m, moins importante que les autres murs de la maison.

Les latrines

23Elles sont enclavées entre la cuisine et la cour. Cette petite pièce de 1,55 m de long sur 1 m de large, occupant une surface de 1,5 m², est située à l’ouest de la cuisine et ouvre par une porte donnant à l’est sur l’escalier de 0,82 m de large, conduisant au premier niveau.

2.1.4. Le côté est

24Le côté est de la cour faisait face à l’accès de la demeure, il est désormais entièrement occupé par un mur bâti récemment. Il constituait le revers des pièces ouvrant sur la cour de la maison (ou parcelle) voisine. Il ne présente aucune ornementation, ce qui est probablement inhabituel dans une maison de cette importance (fig. 7).

Fig. 7 Élévation actuelle du côté est donnant sur la cour.

Fig. 7 Élévation actuelle du côté est donnant sur la cour.

DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad

2.1.5. Le côté nord (qāʻa) : époque probablement mamelouke (xve-xvie siècles)

25La grandeʻa de réception située au nord et celle qui lui fait face au sud étaient les deux grands pôles d’attraction. Cette disposition d’une cour centrale, sur laquelle s’ouvrent les ʻa affectées à la vie familiale ou à la réception, se trouve aussi bien dans les demeures les plus modestes que dans les riches demeures, quelles que soient les différences de proportions et de décor (fig. 8).

Fig. 8 Plan de la qāʻa nord.

Fig. 8 Plan de la qāʻa nord.

I. Fayyad

26Cette façade nord se distingue par sa hauteur supérieure à celles des façades orientale et occidentale de la maison. Elle s’inscrit dans un rectangle de 9,69 m de long sur 8,67 m de haut. Notons qu’une longue partie orientale de la façade nord, s’étirant sur 5,35 m, était intégrée dans la maison contiguë, à l’est de cette demeure (fig. 9).

Fig. 9 Élévation actuelle du côté nord donnant sur la cour.

Fig. 9 Élévation actuelle du côté nord donnant sur la cour.

DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad

27Les aspects du programme décoratif des façades damascènes du xve siècle étaient les suivants : une surface murale ornée d’un parement en ablaq, encadrée par des bandes décoratives en pierre calcaire mazzī jaune, composées de formes géométriques en entrelacs. Ces éléments sont présents sur la façade nord de la demeure n° 434 ainsi que sur la façade nord de la demeure al-ʻAqqād, datée du xvesiècle, mais cette dernière est plus richement décorée.

28En effet, les assises en pierres, qui s’élèvent à une hauteur de 4,83 m, alternent le blanc et le noir. La bande tissée de motifs géométriques en entrelacs qui l’encadre permet probablement d’attribuer cette façade à la tradition architecturale des Mamelouks, depuis les xve et xvie siècles jusqu’à l’époque ottomane. Mais cette façade de la ʻa nord fut sans doute altérée et réorganisée pendant son histoire et elle ne contient malheureusement aucune inscription de l’époque mamelouke. Dans ce parement de pierres bicolores, la hauteur d’assise des pierres blanches et des blocs de basalte est d’environ 22-23 cm (fig. 10).

Fig. 10 Élévation et détail de la façade de la qāʻa nord.

Fig. 10 Élévation et détail de la façade de la qāʻa nord.

I. Fayyad

  • 14 Pour plus d’informations sur cette maison, notons que nous avons relevé et dessiné des éléments dé (...)
  • 15 Boqvist 2005, p. 277-278 et p. 135. Dans ses études, l’auteur indique qu’à partir de 1550, il est (...)

29Pour tenter d’identifier cette surface murale en ablaq, des rapprochements peuvent être faits avec les hauteurs d’assises de la demeure al-‘Aqqād (xve siècle) et de la demeure Nādir14 (seconde moitié du xve siècle) dans le quartier Qabr ‘Ātika. On y trouve des assises similaires à celles de la façade nord, mais dont la hauteur est d’environ 30 à 34 cm, cette possibilité suggérerait une construction de la surface murale de la demeure postérieure à 1550, si l’on suit l’hypothèse de M. Boqvist15.

  • 16 David, Rousset 2008, p. 59.

30D’après l’étude réalisée par J.-C. David et M.-O. Rousset, la ʻa a toujours une porte sur la cour, sauf exception, alors que les ʻa d’époque ayyoubide ou mamelouke étaient encadrées par des pièces éclairées par les lanterneaux des plafonds ou par des ouvertures en haut des murs16. La partie inférieure de la façade de cette ʻa nord est percée d’une petite porte et d’une unique fenêtre, peut-être bâtie au xviiie siècle. La porte se ferme sur un arc brisé dans un encadrement rectangulaire ; cette baie mesure actuellement 0,88 m de large sur 1,37 m de haut. Cette porte n’est pas ornée comme celles des autres demeures damascènes. Cependant, son linteau présente, en son milieu, la trace d’un motif géométrique blanc et noir. Du côté de la porte, se trouve un emmarchement de 0,87 m de large, où on laissait probablement ses chaussures avant d’entrer dans la ʻa. Il se peut aussi qu’il ait eu pour fonction d’empêcher l’eau de pluie d’entrer dans la ʻa qui donnait directement sur la cour.

31Cette fenêtre unique, rectangulaire, est dotée d’un arc segmentaire. Elle occupe probablement aujourd’hui la même position qu’au xviiie siècle. Elle mesure 1,40 m de haut, 1,04 m de large et 0,62 m de profondeur. Nous ne connaissons pas exactement les détails qui concernent ces fermetures. Selon l’hypothèse de J.-C. David et M.-O. Rousset évoquée plus haut, le premier état de la construction de laʻa remonterait probablement à l’époque mamelouke. Il reste toujours les vestiges du mur en ablaq de la façade nord et la présence d’une bande de formes géométriques en entrelacs qui ressemble à celle de la ʻa al-ʻImādī témoin unique des xve-xvie siècles.

32La partie supérieure de cette façade offre de grandes ouvertures ; chacune de ces fenêtres est inscrite dans un cadre rectangulaire en bois et mesure 2,94 m de long sur 0,94 m de large. Ces ouvertures constituaient le mode de ventilation traditionnel, qui dispensait la meilleure aération possible. Il est fort probable que les habitants aient effectué quelques changements afin de créer une habitation adaptée à leurs besoins. Ils ont utilisé l’ancienneʻa, en la conservant en l’état d’origine au niveau des murs et de la porte. Ils ont juste changé les volets des fenêtres situées en haut des murs de laʻa (fig. 11).

Fig. 11 Fenêtres supérieures de la ʻataba de la qāʻa nord.

Fig. 11 Fenêtres supérieures de la ʻataba de la qāʻa nord.

Cl. I. Fayyad

33Du côté nord, cetteʻa, occupe une superficie de 41,50 m². On y retrouve la répartition intérieure habituelle des lieux avec sa ʻataba et son ṭazar. La ʻataba, de forme rectangulaire, mesure 4,34 m de long sur 4,17 m de large, l’usage pour le visiteur est d’y déposer ses chaussures. Sa surface, permettant le débattement de la porte, peut occuper jusqu’à la moitié de la ʻa. La seconde partie s’appelle ṭazar, elle mesure 4,59 m de long sur 4,44 m. Le niveau de la partie basse ʻataba, était sensiblement le même que celui de la cour. Le sol du ṭazar était probablement surélevé : la différence de niveau pouvant atteindre 0,4 m (fig. 3 et 8). Nous pénétrons aujourd’hui dans la ʻataba par son côté sud.

  • 17 Il serait nécessaire de procéder à un décapage soigneux du sol de cetteʻa afin de savoir s'il y (...)
  • 18 Nous avons eu cette information grâce à une communication personnelle de Houmām Saʻd, qui est le re (...)
  • 19 Nous avons reconstitué le système d’alimentation en eau en utilisant la photo prise par l’architec (...)

34À cause de l’état de délabrement de cetteʻa, nous ignorons quelle était la décoration des sols de la ʻataba et du azar17 mais, selon le Comité de conservation de la vieille ville de Damas, un fragment y a été retrouvé, présentant un décor composé de rectangles avec des motifs géométriques sur un fond de marbre blanc18. Ceci nous laisse penser que le sol de la ʻa était recouvert de dallages en marbre, avec des motifs géométriques en noir, blanc et rouge, disposés suivant un quadrillage et dont il se peut que le centre ait été occupé par une fontaine (fusqiyya). L’eau y était probablement amenée par une canalisation centrale depuis un bassin en pierre existant au milieu de la cour de la demeure19 (fig. 12, A et B).

Fig. 12 A. Conduites en terre cuite de la maison ; B. Plan du mouvement de l’eau à l’intérieur de la demeure.

Fig. 12 A. Conduites en terre cuite de la maison ; B. Plan du mouvement de l’eau à l’intérieur de la demeure.

I. Fayyad

35Les murs de la ʻataba, et du ṭazar ne manquent pas de décors dans leurs parties en pierre. On y remarque l’alternance entre blanc et noir : deux bandes en pierre incrustées, dont l’une présente des formes géométriques entrecroisées et l’autre renferme une bande de pierres à bords coupés avec des motifs floraux colorée (noir, blanc et rouge). Cette dernière sépare la partie inférieure en pierre à une hauteur d’environ 3,14 m de celle en terre battue et chaux (ṭīna kilsiyya) (fig. 13).

Fig. 13 Vue des murs intérieurs (ṭīnah kilsiyya) de la ʻataba de la qāʻa nord.

Fig. 13 Vue des murs intérieurs (ṭīnah kilsiyya) de la ʻataba de la qāʻa nord.

Cl. I. Fayyad

36L’usage des bandes aux motifs entrecroisés permet d’attribuer ces murs au type architectural des Mamelouks depuis le xve siècle. Des exemples, presque similaires, sont observés sur la façade de la maison al-ʻAǧlānī, ainsi que sur les murs intérieurs de laʻa al-« Imādī de Damas (fig. 14).

Fig. 14 Tableau comparatif des bandes aux motifs entrecroisés dans les demeures.

Fig. 14 Tableau comparatif des bandes aux motifs entrecroisés dans les demeures.

1. Maison al-ʻAqqād,
2. La qāʻa al-ʻImādī,
3. La maison al-ʻAǧlānī,
4. Maison al-ʻAmārah al-Ǧawwāniyya (n° 434).

I. Fayyad, H. Ahmad

37Les trois murs de la ʻataba sont creusés de niches et de placards (kutbiyya). Sur le mur ouest, une niche inscrite dans un rectangle terminé d’un linteau droit mesure 1,47 m de haut, 0,93 m de large et 0,37 m de profondeur, elle ne comporte aucun décor. Une niche semblable est encadrée d’un double bandeau rectangulaire, l’un sculpté en bas-relief portant des formes géométriques en entrelacs, l’autre présentant des motifs floraux (fig. 15, A et B).

Fig. 15 A. Mur ouest de la ʻataba de la qāʻa nord ; B.  Décor du mur ouest de la ʻataba de la qāʻa nord.

Fig. 15 A. Mur ouest de la ʻataba de la qāʻa nord ; B.  Décor du mur ouest de la ʻataba de la qāʻa nord.

I. Fayyad

  • 20 De manière générale, ce renfoncement est disposé dans la ʻataba, soit dans le mur du fond, soit fa (...)

38Le mur nord de la ʻataba est doté d’un renfoncement (maab)20 et d’une niche latérale vide. Le renfoncement (maab) mesure 2 m de haut, 0,88 m de large et 0,52 m de profondeur, il est surmonté d’un arc outrepassé, orné de rosaces géométriques et de motifs floraux, lui-même surmonté par des bandes incrustées de formes florales alternées. Au-dessus des arcs des niches, un large bandeau décoratif ceinture la ʻataba sur ses trois côtés. Dans la partie haute, se trouvent actuellement des fenêtres rectangulaires éclairant, probablement en lumière frisante, le plafond à lames de bois unies.

39L’arc de forme brisée, ou outrepassée, est constitué de claveaux alternativement noirs, blancs et jaunes. Le sommet de l’intrados culmine à 6,52 m au-dessus du sol de laʻa. Il est l’élément de séparation entre ʻataba et azar, au droit de la contremarche (rupture de niveau des sols). Cet arc est entièrement revêtu d’une ornementation répartie suivant les différents éléments de l’arc : corbeau en calcaire sculpté et peint, intrados polychromes prenant des formes de rosace avec un motif géométrique (fig. 16, A et B).

Fig. 16 A. Vue du mur nord de la ʻataba de la qāʻa nord ; B.  Élévation du mur nord de la ʻataba de la qāʻa nord.

Fig. 16 A. Vue du mur nord de la ʻataba de la qāʻa nord ; B.  Élévation du mur nord de la ʻataba de la qāʻa nord.

I. Fayyad

40L’arc est souligné en façade par une voussure ornée d’une série de motifs en stalactite (muqarnaṣ) : coquilles, et palmettes verticales, en alternance. En effet, ces motifs à grandes écailles, en maçonnerie de pierre calcaire jaune, empiètent sur le décor en pierre de la voussure de l’arc du ṭazar de cetteʻa (fig. 17).

Fig. 17 État du muqarnaṣ d’un arc de séparation de la qāʻa nord.

Fig. 17 État du muqarnaṣ d’un arc de séparation de la qāʻa nord.

Cl. I. Fayyad

41L’arc est lui aussi bâti selon la technique ablaq, au-dessus des deux muqarnaṣ typiques du xve siècle et de la première moitié du xvie siècle. Cet arc était probablement destiné à diviser l’espace ainsi qu’à alléger la portée des poutres du plafond dans le cas où la ʻa atteignait de trop grandes dimensions.

42Le mur oriental du ṭazar est creusé d’une niche mesurant 1,48 m de haut, 0,87 m de large et 0,65 m de profondeur. Cette dernière est identique à celle du mur ouest de la ʻataba. Les bandes d’encadrement de cette niche présentent des motifs géométriques. Le mur sud, comprenant une grande niche, propose le même agencement décoratif, constitué de bandeaux incrustés en bas-relief et de motifs géométriques entourés de deux bandes florales. Cette même niche (yūk) est inscrite dans un encadrement rectangulaire doté d’un arc en plein-cintre ; elle mesure 1,89 m de haut, 2,56 m de large, et 0,56 m de profondeur. Elle servait probablement au rangement des tapis ou de la literie ; elle était vraisemblablement dissimulée par un rideau. Comme pour la ʻataba, des fenêtres hautes participent de l’éclairage de cette partie de laʻa. Le plafond est un simple plafond traditionnel en troncs de peuplier (fig. 18 - A, B et fig. 19 - A, B).

Fig. 18 A. Vue du mur sud-est du ṭazar de la qāʻa nord ; B. Mur sud du ṭazar de la qāʻa nord.

Fig. 18 A. Vue du mur sud-est du ṭazar de la qāʻa nord ; B. Mur sud du ṭazar de la qāʻa nord.

I. Fayyad, H. Ahmad

Fig. 19 A. Détail du bandeau entourant le mur sud-est du tazar de la ʻa nord ; B.  Plafond de la ʻataba de la ʻa nord.

Fig. 19 A. Détail du bandeau entourant le mur sud-est du tazar de la qāʻa nord ; B.  Plafond de la ʻataba de la qāʻa nord.

Cl. I. Fayyad

2.1.6. Le côté sud

43C’est la partie principale de la demeure, tant par sa hauteur que par la variété de son décor. Elle est formée d’un īwān et de son annexe, une pièce du côté ouest. L’īwān s’inscrit dans un cadre rectangulaire de 4,09 m de large et de 4,45 m de haut. Il est appareillé en calcaire jaune et couronné par un fronton de la même largeur en calcaire gris. Il est surmonté par une petite pièce qui s’appelle ayāra. Notons que dans d’autres demeures damascènes, l’īwān peut atteindre la hauteur de deux niveaux, soit presque 8,50-9 m, de telle sorte qu’aucune autre pièce ne puisse le surmonter ; ici, exceptionnellement, l’īwān est de la hauteur d’un seul niveau et donne sur la cour par un arc brisé (fig. 20).

Fig. 20 Vue de l’īwān du côté sud.

Fig. 20 Vue de l’īwān du côté sud.

Cl. I. Fayyad

  • 21 On suppose que cet arc était probablement de style mamelouk, de par sa forme identique à celle de (...)

44Il s’agit d’une pièce mesurant 4,67 m de long sur 3,10 m de large, qui occupe une superficie de 13,48 m². Elle est entièrement ouverte sur la cour vers le nord par un grand arc brisé, légèrement outrepassé qui remonte probablement au premier état de la construction de la maison21. Son rayon est de 2,75 m, mesuré à l’intrados. Le sommet de l’intrados de cet arc culmine à 4,45 m au-dessus du sol. La base de l’imposte supportant l’arc est à 3,21 m de la hauteur de l’īwān. Le sol de cet endroit a pu être surélevé de la hauteur d’une marche environ, là où l’īwān est surélevé de 0,10 m par rapport au niveau de la cour (fig. 21).

Fig. 21 Élévation actuelle du côté sud donnant sur la cour.

Fig. 21 Élévation actuelle du côté sud donnant sur la cour.

I. Fayyad, H. Ahmad

45Nous n’avons pas trouvé d’informations concernant le revêtement d’origine du sol. En revanche, nous savons que l’īwān était couvert par un plafond en bois fait de solives et voliges apparentes. Dans cette demeure, l’īwān était probablement une pièce importante, les habitants y passaient la plus grande partie de la journée pendant l’été, grâce à sa fraîcheur ; c’est la caractéristique principale de cet espace orienté au nord, d’être ouvert tout en restant à l’abri des intempéries et surtout du soleil.

46Les trois murs de l’īwān sont construits en pierres calcaires alternées (jaunes et grises) sur onze assises. La douzième assise, décorée d’une frise de motifs géométriques entrelacés, est surmontée d’une bande incrustée de formes florales qui sont presque similaires à celles existant dans laʻa nord. Cette frise se situe au niveau de la base de l’imposte de l’arc. Au-dessus et jusqu’au plafond, les murs sont revêtus d’enduit (īna kilsiyya). Ces murs offraient probablement une ornementation soignée. Le mur sud au fond est creusé d’une grande niche centrale qui s’inscrit dans un encadrement rectangulaire et sert souvent de kutbiyya. Mesurant 1,94 m de haut, 1 m de large et 0,30 m de profondeur, elle se termine par un arc en plein cintre. Cette niche centrale, encadrée symétriquement par deux niches de dimensions inférieures, anime le mur du fond (fig. 22).

Fig. 22 Élévation reconstituée du côté sud (īwān).

Fig. 22 Élévation reconstituée du côté sud (īwān).

DGAMS, I. Fayyad

  • 22 Maury 1988, p. 29.

47Chacune de ces niches mesure 1,64 m de haut, 0,50 m de large et 0,15 m de profondeur ; elles sont couronnées d’un arc en plein cintre. Des deux murs latéraux (est et ouest), celui à l’est, ne comporte aucune ouverture, niche, porte ou fenêtres, alors que l’autre, à l’ouest, contient deux niches murales. Chacune de ces niches, dotées d’un arc segmentaire, mesure 1,60 m de haut, 0,77 m de large et 0,15 m de profondeur. Les murs latéraux de l’īwān offrent peut-être un cas particulier car, dans toutes les maisons de Damas qui ont été étudiées, ces murs sont généralement percés d’un groupe de deux fenêtres et d’une porte, appartenant aux deuxʻa qui flanquent habituellement l’īwān22. Ici, au contraire, nous trouvons cet īwān encadré du côté ouest par une seuleʻa indépendante, accessible par une porte donnant sur la cour (fig. 23, A et B). Le plafond de l’īwān est probablement, comme les autres plafonds des maisons damascènes, supporté du côté de la cour par un grand arc sur lequel reposent des poutres en bois de section circulaire. Ces poutres forment les ponts fondamentaux sur lesquels reposent d’autres poutres orthogonales accolées pour former le plafond.

Fig. 23 A. Niches du mur ouest de l’īwān ; B.  Mur ouest de la qāʻa ouest du côté sud de la cour.

Fig. 23 A. Niches du mur ouest de l’īwān ; B.  Mur ouest de la qāʻa ouest du côté sud de la cour.

I. Fayyad, H. Ahmad

48La ʻa sud de la cour est une pièce d’habitation pour la famille, qui se situait au sud de la cour intérieure de la demeure. Elle mesure 3,92 m de long sur 3,32 m de large soit 13 m². Elle ouvre sur la cour par une porte à un seul battant surmontée par un arc segmentaire dans un encadrement rectangulaire. Cette baie mesure 0,94 m de large sur 1,95 m de haut environ. Cette pièce était équipée sur son mur ouest d’une grande niche de 1,54 m de haut, 1,94 m de large et 0,50 m de profondeur. Elle correspond peut-être à l’espace requis pour la disposition de matelas, couvertures et coussins. La niche est délimitée par un encadrement rectangulaire surmonté d’un arc brisé. Des rideaux ou des battants de bois séparaient probablement la niche du reste de laʻa. Par ailleurs, laʻa présentait, au milieu du mur sud, une niche mesurant 1 m de large pour 0,30 m de profondeur (fig. 23, B). Du côté de la porte, l’emmarchement actuel existait déjà. Les habitants y laissaient leurs chaussures avant d’entrer et elle empêchait l’eau de pluie d’entrer dans laʻa. C’est également l’espace qui permet à la porte de s’ouvrir et de se fermer. Malheureusement, nous n’avons aucune information au sujet du sol de cette ʻa.

2.2. Le plan du premier étage

49La demeure n° 434 se composait, au premier étage, au-dessus desʻa du rez-de-chaussée, de la grande pièce située au sud-ouest, d’une autre pièce d’habitation occupant le nord-ouest et qui surmontait probablement l’emplacement de l’ancienne cuisine, et de l’escalier en pierre conduisant au second étage, le tout sur une superficie de 79,8 m² environ (fig. 4).

2.2.1. Pièce nord-ouest

50D’après le plan, nous pouvons donner une description de cette grande pièce : il s’agit d’une pièce occupant l’angle nord-ouest de la demeure qui servait probablement de pièce de réception. Sa superficie couvre 17,25 m². Elle se situe au même niveau que les autres pièces de cet étage et ouvre sur le passage par une porte de 0,87 m de large inscrite dans un encadrement rectangulaire. Intérieurement, sur son mur sud, existe une fenêtre de 0,71 m de large ouvrant sur le couloir. Notons qu’au cours du temps, les habitants ont divisé cette pièce en deux parties. Depuis l’escalier en pierre (4 marches) nous entrons dans la première partie de cette pièce qui mesure 3,67 m de long sur 2,97 m de large. Sur son mur ouest se trouvent deux niches murales dont chacune mesure 0,77 m de large sur 1,40 m de haut environ. Elles sont surmontées d’un linteau en pierre. Le mur oriental est doté d’une niche qui mesure 0,80 m de large, similaire à celles du côté ouest. Le mur nord de cet espace s’ouvre sur la deuxième partie de cette pièce. Il s’agit d’un espace rectangulaire mesurant 3,08 m de long sur 1,49 m de large qui ne possède aucune ouverture dans ses murs intérieurs.

2.2.2 Pièce sud-ouest

51Elle mesure 3,78 m de long sur 2,78 m de large. Le mur est de la pièce avait deux ouvertures. L’une est une porte qui donne en face de l’escalier conduisant à la cour du rez-de-chaussée. Cette porte mesure 0,63 m de large. Elle est faite de deux battants qui se ferment sur un arc segmentaire inscrit dans un encadrement rectangulaire. La seconde ouverture mesure 0,80 m de large et sert probablement de kutbiyya. Le mur sud offre deux ouvertures conduisant à deux petites pièces carrées ; l’une, qui se situe à l’ouest, mesure 1,07 m de large sur 1,22 m de long ; l’autre, située à l’est, mesure 1,48 m de long sur 0,97 m de large. Par ailleurs, le mur ouest ne comporte aucune ouverture. De manière générale, ces pièces sont semblables dans leur aspect avec probablement un sol dallé sans aucun décor et un plafond en bois ordinaire. Ces pièces étaient consacrées à la famille.

2.3. Second étage

  • 23 C’est une petite chambre, de forme sensiblement carrée, édifiée au niveau des terrasses des grandes (...)
  • 24 Le terme mašraqa désigne « les parties en étage et non construites de la maison : il s’agit d'une t (...)

52La maison étudiée présente un deuxième étage qui ne s’étend pas sur l’ensemble des pièces du niveau inférieur. On y accède en utilisant un escalier latéral en pierres construit dans la cour. Il contient du côté ouest deux pièces à coucher, bordées par un long couloir donnant sur la cour intérieure du rez-de-chaussée. Du côté sud, au-dessus de l’īwān, s’étend aussi une petite pièce appelée ayāra23, qui servait probablement de pièce à coucher en été, mesurant 3,45 m de long sur 2,55 m de large, et devant laquelle se trouve un espace découvert (terrasse) de 3,50 m de long sur 2,50 m de large appelée mašraqa24.

53Les pièces de ce niveau ne communiquent pas directement entre elles, elles sont accessibles grâce à un couloir. D’ailleurs, nous observons que les étages des demeures voisines s’imbriquent fréquemment l’un dans l’autre. La ayāra, construite généralement en matériaux assez légers, s’ouvre sur le côté nord par une porte en bois mesurant 0,93 m de large sur 1,97 m de long et par une fenêtre barreaudée de 0,94 m de large sur 1,49 m de long. Elle possède un plafond plat composé de poutres circulaires en bois ordinaire, sans boiseries peintes (fig. 24).

Fig. 24 Plan du second étage actuel.

Fig. 24 Plan du second étage actuel.

I. Fayyad, H. Ahmad

3. Proposition de datation de cette maison

54Au rez-de-chaussée, il est possible que la cour intérieure ait été bordée, à l’origine, par des pièces d’habitations sur les deux côtés nord et sud datant des xve-xvie siècles, néanmoins nous n’avons aucune source ou inscription sur le terrain pour l'attester. Au cours du temps, les habitants construisirent à l’angle sud-ouest ; ainsi une pièce a probablement été réaménagée au xviiie siècle, sans doute dans un espace ancien de plain-pied avec la cour. Elle peut avoir fait partie du système d’accès et de circulation, communiquant avec d’autres espaces au sud et correspondant à une disposition postérieure de la maison, difficile à dater. Nous pensons que les parties les plus anciennes de cette maison sont situées au sud et au nord.

55Dans l’état actuel, les façades sur la cour n’ont conservé aucun décor sculpté et aucune trace manifeste d’appareil antérieur au xviiie siècle, à l’exception d’une partie de la façade nord. Le sol de la cour se trouve pourtant à plus de deux mètres (2,18 m) au-dessous du niveau de la rue ou ruelle, indice d’ancienneté de cette demeure, qui a été vraisemblablement entretenue en permanence et n’a pas été détruite ou transformée profondément. Les façades intérieures orientées sur la cour sont percées par des portes en arc brisé ou encore à linteaux droits (donc probablement d’époque mamelouke), qui permettent de mener auxʻa de séjour, aux dépendances et à la cage d’escalier conduisant à l’étage.

56La ʻa, qui occupait le côté nord de la cour, est composée de deux travées plafonnées actuellement en bois, faites de solives et voliges apparentes supportées par un grand arc outrepassé intermédiaire et se présente comme une pièce rectangulaire de plus de 41 m², légèrement élargie sur les côtés par des renforcements arcaturés de 0,36 m à 0,65 m de profondeur. Certains exemplaires de cette forme deʻa sont d’époque ottomane, mais cette forme était probablement déjà pratiquée sous les Mamelouks. Rien ne permet de dater l’architecture de cetteʻa de façon certaine, mais sa hauteur, qui peut atteindre les 8 m et qui correspond à la hauteur de laʻa al-ʻImādī, la rattacherait aux xve-xvie siècles. L’existence d’un arc de séparation (entre ʻataba et azar) avec deux muqarna, dont chacun occupe presque la dimension de trois assises en pierres, est une disposition plutôt ancienne, peut-être d’époque mamelouke. Par ailleurs, le mur extérieur de la ʻa nord, sur la cour, présente un appareil (ablaq) à boutisses régulières de 0,21 m à 0,23 m de hauteur, qui n’est plus pratiqué à l’époque ottomane (xvie -xviie siècle).

Conclusion

57En comparaison avec d’autres demeures, on constate que la demeure de la parcelle n° 434 qui, contrairement aux autres maisons du quartier, a conservé en son sein des restes anciens, possède deux particularités qui ne se retrouvent nulle part ailleurs. D’une part, une cour intérieure à ciel ouvert, beaucoup plus basse que le niveau de la rue et qui constituait, lors du premier état du bâti, une partie importante du rez-de-chaussée des ʻa, notamment celle située du côté nord. L’autre particularité, concerne l’entrée qui se fait par un passage non coudé et se prolonge vers la cour intérieure. Les dimensions de cette cour, ainsi que la hauteur de ses murs donnent une idée de la richesse des anciens habitants.

58Traditionnellement, les maisons damascènes utilisent plusieurs matériaux. La pierre est utilisée pour les assises de la façade intérieure donnant sur la cour ouverte, elle apparaît également dans les arcs couvrant l’entrée donnant sur la cour. La pierre entre également dans la composition des murs, alternant le blanc et le noir, répartis d’une façon géométrique, en forme d’assises parallèles et suivant la courbe des ouvertures des portes, prenant ainsi la forme d’un arc surmontant les portes et les fenêtres. On note parfois, au-dessus des fenêtres, des pierres incrustées de décorations.

59La description de cette maison a mis l’accent sur ses particularités mais n’a pas permis de la dater avec certitude, néanmoins l’analyse de sa décoration permet d’avancer une datation.

60Certains aspects de l’édifice incitent à penser que la décoration date des xve et xvie siècles. À Damas, il n’est pas toujours possible de distinguer un bâtiment de la fin du xve siècle de ceux du milieu du xvie siècle. Il en va ainsi de cette maison qui montre des éléments décoratifs qui semblent être des restes de l’époque mamelouke et d’autres éléments qui ne sauraient être réalisés avant le xvie siècle.

61En effet, on trouve dans cette demeure des séquences de bandes (15-17 cm de large) aux motifs entrecroisés sur les murs de la ʻa nord, qui sont assez fréquents dans les bâtiments du xvie siècle. Par conséquent, ce peut être un argument pour attribuer la demeure à l’époque mamelouke.

62De plus, les similarités entre l’intérieur de la façade nord de cette maison et certaines façades extérieures d’édifices de l’époque mamelouke, ainsi qu’entre les motifs de muqarna de laʻa nord, supportant l’arc de séparation entre les parties ʻataba et azar et ceux des bâtiments mamelouks de Damas, sont des éléments supplémentaires qui nous conduisent à penser que cette demeure daterait de l’époque mamelouke (fig. 25).

63La datation de cette maison reste donc difficile à déterminer précisément. Néanmoins, en raison du plan de sa ʻa nord, proche de celui de laʻa nord de la maison al-ʻAqqād datée de l’époque mamelouke (xve siècle), ainsi que de la forme rectangulaire de ces deuxʻa, on peut penser que le premier état de la construction date de l’époque mamelouke (xve-xvie siècle). Toutefois, lorsqu’il sera enfin possible de reprendre les travaux de sondage, notamment du sol de cette maison, la découverte d’éléments nouveaux conduira peut-être à remettre en cause la datation proposée ici.

Fig. 25 Tableau comparatif des muqarnaṣ supportant l’arc de séparation dans les demeures.

Fig. 25 Tableau comparatif des muqarnaṣ supportant l’arc de séparation dans les demeures.

1. Maison al-Kawā,
2. Maison al-ʻAmārah al-Ǧawwāniyyah (n° 434),
3. Maison al-Saʻāda,
4. Maison al-ʻAqqād.

I. Fayyad

Haut de page

Bibliographie

Boqvist M.
2005, Architecture et développement urbain à Damas de la conquête ottomane à la fondation du waqf de Murad Pacha (1017h. 1607-1608), Thèse de doctorat soutenue à l’université Paris IV-Sorbonne, sous la direction de Marianne Barrucand.

2005, « Building Materials and Construction Techniques », dans Bayt al-ʿAqqad. The History and Restoration of a House in Old Damascus, Aarhus (Denmark), Aarhus University Press, p. 129-140.,

David J.-C.
1975-1977, « Alep, dégradations et tentatives actuelles de réadaptions des structures urbaines traditionnelles », Bulletin d’Études Orientales, n° 28, p. 19-49.

1987, « Syrie : systèmes de distribution des espaces dans la maison traditionnelle d’Alep, espace centré, figures de l’architecture domestique dans l’Orient méditerranéen », Les Cahiers de la recherche architecturale, n° 20-21, p. 38-47.

1998, « Une grande maison de la fin du XVIe siècle à Alep », Bulletin d’Études Orientales, n° 50, p. 61- 87.

David J.-C et Rousset M.-O.
2008, « La qā‘a de la maison Wakil à Alep : origine d’un nouveau modèle d’espace domestique », dans Gonnella J. et Krӧger J. (dir.), Angels, Peonis, and Fabulous Creatures : The Aleppo Room in Berlin. International Symposium of the Museum fur Islamishe Kunst-Statliche Museen zü Berlin. 12. 14, April, 2002, Münster, p. 55-69.

Depaule J.-C. et Noweir S.
1984, L’habitat urbain dans l’Orient arabe, élément d’architecture, Versailles, École d’Architecture et d’Urbanisme.

Fayyad I.
2016, L’habitat domestique à Damas, Homs et Hama aux époques mamelouke et ottomane (xiiie-xviiie siècle), Thèse de doctorat, Université de Picardie (Jules Verne), Paris, École Pratique des Hautes Études.

Garcin J. C, Maury B., Revault J., Zakaria M.
1982, Palais et maisons du Caire, t. I, époque mamelouke, Paris, Éditions du CNRS.

Labeyrie I.
1991, « Quelques réflexions à propos de la maison Nizam à Damas », dans L’habitat traditionnel dans les pays musulmans, autour de la Méditerranée, t. III, Variations et mutations, Le Caire, IFAO, p. 827-846.

Marino B.
1997, Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane. Espace urbain, société et habitat (1742-1830), Damas, Presses de l’IFPO (Pifd, n° 160).

Maury B., Raymond A., Revault J., Zakaria M.
1983, Palais et maisons du Caire, t. II, époque ottomane (xvie-xviiie siècles), Paris, Éditions du CNRS.

Maury B.
1988, « La maison damascène au xviiie et au xixe siècle » dans L’habitat traditionnel dans les pays musulmans autour de la Méditerranée, t. I, L’héritage architectural : formes et fonctions, Le Caire, IFAO, p. 1-42.

Pascual J.-P.
1990, « Du notaire au propriétaire en passant par l’expert : description de la “maison” damascène au xviiie siècle », dans L’habitat traditionnel dans les pays musulmans autour de la Méditerranée, t. II, L’histoire et le milieu, Le Caire, IFAO, p. 387-403.

Revault J.
1978, L’habitation tunisoise, pierre, marbre et fer dans la construction et le décor, Paris, Éditions du CNRS.

Rouannet A. et Piponnier D.
1985-1986, « Étude iconographique et technique d’un ensemble décoratif : la Maison Niẓām à Damas », Bulletin d’Études Orientales, n° 37-38, p. 127-161.

Weber, S., Mortensen, P.,
2005, «The Bayt al-ʻAqqad between the 15th and the 18th Century », dans Proceedings of the Danish Institute in Damascus, IV, Bait al-ʻAqqadThe History and Restoration of a House in old Damascus, Aarhus University Press, p. 227-280.

Witmer-Ferri H.
1958-1959, « La maison bourgeoise arabe des xviie et xviiie siècles en Syrie », Annales Archéologiques Arabes Syriennes, n° 9-10, p. 101-106.

Haut de page

Notes

1 En 2010, l'autorisation d'entrer dans cette maison a été limitée par son propriétaire à trois courtes séances en raison de son état dégradé. Cela a malgré tout permis de prendre des photos et de faire quelques relevés au rez-de-chaussée. Pour ces relevés, des mesures ont été prises in situ (dimensions des pièces, des ouvertures, hauteurs des assises et des façades de la cour, etc.). Néanmoins, faire un relevé complet s'est révélé impossible, raison pour laquelle il a fallu compléter l'étude par les documents des archives de la DGAMS (Direction générale des Antiquités et des Musées Syriens), aimablement ouvertes à mon intention par M. Ahamd Dāly, architecte, actuellement directeur des Monuments historiques à Damas.

2 Les relevés ont été effectués par moi-même, avec l'aide de M. Hussam Ahmad et traités ensuite avec le logiciel AutoCAD. Par exemple, pour effectuer une coupe de façade, nous avons dessiné les rangées de cette façade sur une photo numérique et pour ramener ce dessin à l’échelle souhaitée, nous avons inséré une dimension connue de cette façade comme donnée de référence, ce qui, grâce au logiciel, remet automatiquement tout le dessin à la même échelle.

3 Malheureusement, tous les documents de la vieille ville de Damas encore consultables à la DGAMS ne concernent que les demeures du xixe siècle et du xxe siècle.

4 Weber, Mortensen 2005, p. 227-280.

5 Witmer-Ferri 1958-1959, p. 101-106 ; Rouannet, Piponnier 1985-1986, p. 127-161 ; Maury 1988, p. 1-42 ; Labeyrie 1991, p. 827-846.

6 Revault 1978.

7 Maury, Raymond, Revault, Zakaria 1983.

8 Depaule, Noweir 1984.

9 David 1975-1977, p. 19-49 ; David 1987, p. 38-47 ; David 1998, p. 61- 87.

10 Cette maison fait l'objet d'une étude approfondie dans ma thèse de doctorat : L’habitat domestique à Damas, Homs et Hama aux époques mamelouke et ottomane (xiiie-xviiie siècle).

11 Maury 1988, p. 27, n. 2.

12 Notons que le département des Antiquités de la vieille ville de Damas a effectué un travail pour sonder et nettoyer certaines des parties de cette demeure. Mais ce travail n’a pas encore été effectué pour l’ensemble de la maison. Les parties (īwān,ʻa nord) du rez-de-chaussée restent fermées, il n’y a aucun accès qui permette d’y pénétrer.

13 Il serait utile d’effectuer un sondage longitudinal du sol de cette cour afin de savoir s'il y reste des traces de l'ancien pavement.

14 Pour plus d’informations sur cette maison, notons que nous avons relevé et dessiné des éléments décoratifs de sa façade durant l’étude de la maison al-‘Aqqād dans le cadre de notre thèse de doctorat.

15 Boqvist 2005, p. 277-278 et p. 135. Dans ses études, l’auteur indique qu’à partir de 1550, il est rare de trouver des hauteurs d’assise dépassant 30 cm ; néanmoins, il existe des données supérieures à 30 cm pour certaines demeures dans lesquelles il reste des éléments de l'époque mamelouke, comme la maison al-‘Aǧlānī, qui contient des vestiges importants des xve-xvie siècles. Nous publierons prochainement un article sur cette maison.

16 David, Rousset 2008, p. 59.

17 Il serait nécessaire de procéder à un décapage soigneux du sol de cetteʻa afin de savoir s'il y reste des résidus de l'ancien sol monumental.

18 Nous avons eu cette information grâce à une communication personnelle de Houmām Saʻd, qui est le responsable du département des Antiquités de la vieille ville de Damas.

19 Nous avons reconstitué le système d’alimentation en eau en utilisant la photo prise par l’architecte M Aḥamd Dāly et l’étude réalisée par Maury 1988, p. 12.

20 De manière générale, ce renfoncement est disposé dans la ʻataba, soit dans le mur du fond, soit face à la porte d’accès, ou encore dans l’axe du ṭazar (Rouannet, Piponnier 1985-1986, p. 158).

21 On suppose que cet arc était probablement de style mamelouk, de par sa forme identique à celle de l’arc situé sur les façades internes nord-sud dans la ʻa du ḥaram du palais Ğanbulāṭ d’Alep à la même époque (David 1998, p. 66.).

22 Maury 1988, p. 29.

23 C’est une petite chambre, de forme sensiblement carrée, édifiée au niveau des terrasses des grandes maisons. Elle s’ouvre largement sur deux ou trois côtés par des fenêtres grillagées (Maury 1988, p. 33).

24 Le terme mašraqa désigne « les parties en étage et non construites de la maison : il s’agit d'une terrasse, espace ouvert muni d’une balustrade légère donnant sur la cour et de murets à hauteur d’homme, fermant la ou les parties donnant sur l’extérieur » (Pascual 1990, p. 395, n. 1 ; Marino 1997, p. 234).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1 Lexique des termes techniques étrangers utilisés dans cet article.
Crédits I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-1.jpg
Fichier image/, 571k
Titre Fig. 2 Plan cadastral localisant la demeure.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-2.jpg
Fichier image/, 219k
Crédits DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-3.jpg
Fichier image/, 562k
Titre Fig. 3 Plan du rez-de-chaussée actuel.
Crédits DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-4.jpg
Fichier image/, 610k
Titre Fig. 4 Plan du premier étage actuel.
Crédits DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-5.jpg
Fichier image/, 646k
Titre Fig. 5 Vue de la porte d’entrée sur le côté ouest.
Crédits Cl. I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-6.jpg
Fichier image/, 943k
Titre Fig. 6 Élévation actuelle du côté ouest donnant sur la cour.
Crédits DGAMS I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-7.jpg
Fichier image/, 622k
Titre Fig. 7 Élévation actuelle du côté est donnant sur la cour.
Crédits DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-8.jpg
Fichier image/, 621k
Titre Fig. 8 Plan de la qāʻa nord.
Crédits I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-9.jpg
Fichier image/, 701k
Titre Fig. 9 Élévation actuelle du côté nord donnant sur la cour.
Crédits DGAMS, I. Fayyad, H. Ahmad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-10.jpg
Fichier image/, 234k
Titre Fig. 10 Élévation et détail de la façade de la qāʻa nord.
Crédits I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-11.jpg
Fichier image/, 701k
Titre Fig. 11 Fenêtres supérieures de la ʻataba de la qāʻa nord.
Crédits Cl. I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-12.jpg
Fichier image/, 768k
Titre Fig. 12 A. Conduites en terre cuite de la maison ; B. Plan du mouvement de l’eau à l’intérieur de la demeure.
Crédits I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-13.jpg
Fichier image/, 605k
Titre Fig. 13 Vue des murs intérieurs (ṭīnah kilsiyya) de la ʻataba de la qāʻa nord.
Crédits Cl. I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-14.jpg
Fichier image/, 911k
Titre Fig. 14 Tableau comparatif des bandes aux motifs entrecroisés dans les demeures.
Légende 1. Maison al-ʻAqqād,2. La qāʻa al-ʻImādī,3. La maison al-ʻAǧlānī, 4. Maison al-ʻAmārah al-Ǧawwāniyya (n° 434).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-15.jpg
Fichier image/, 533k
Titre Fig. 15 A. Mur ouest de la ʻataba de la qāʻa nord ; B.  Décor du mur ouest de la ʻataba de la qāʻa nord.
Crédits I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-16.jpg
Fichier image/, 891k
Titre Fig. 16 A. Vue du mur nord de la ʻataba de la qāʻa nord ; B.  Élévation du mur nord de la ʻataba de la qāʻa nord.
Crédits I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-17.jpg
Fichier image/, 849k
Titre Fig. 17 État du muqarnaṣ d’un arc de séparation de la qāʻa nord.
Crédits Cl. I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-18.jpg
Fichier image/, 829k
Titre Fig. 18 A. Vue du mur sud-est du ṭazar de la qāʻa nord ; B. Mur sud du ṭazar de la qāʻa nord.
Crédits I. Fayyad, H. Ahmad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-19.jpg
Fichier image/, 959k
Titre Fig. 19 A. Détail du bandeau entourant le mur sud-est du tazar de la ʻa nord ; B.  Plafond de la ʻataba de la ʻa nord.
Crédits Cl. I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-20.jpg
Fichier image/, 772k
Titre Fig. 20 Vue de l’īwān du côté sud.
Crédits Cl. I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-21.jpg
Fichier image/, 941k
Titre Fig. 21 Élévation actuelle du côté sud donnant sur la cour.
Crédits I. Fayyad, H. Ahmad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-22.jpg
Fichier image/, 481k
Titre Fig. 22 Élévation reconstituée du côté sud (īwān).
Crédits DGAMS, I. Fayyad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-23.jpg
Fichier image/, 757k
Titre Fig. 23 A. Niches du mur ouest de l’īwān ; B.  Mur ouest de la qāʻa ouest du côté sud de la cour.
Crédits I. Fayyad, H. Ahmad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-24.jpg
Fichier image/, 842k
Titre Fig. 24 Plan du second étage actuel.
Crédits I. Fayyad, H. Ahmad
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-25.jpg
Fichier image/, 408k
Titre Fig. 25 Tableau comparatif des muqarnaṣ supportant l’arc de séparation dans les demeures.
Légende 1. Maison al-Kawā, 2. Maison al-ʻAmārah al-Ǧawwāniyyah (n° 434), 3. Maison al-Saʻāda, 4. Maison al-ʻAqqād.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2755/img-26.jpg
Fichier image/, 500k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Imane Fayyad, « Une maison d’époque mamelouke (xve- xvie siècles) à Damas (Syrie) et son évolution », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 71-88.

Référence électronique

Imane Fayyad, « Une maison d’époque mamelouke (xve- xvie siècles) à Damas (Syrie) et son évolution », Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2755 ; DOI : 10.4000/archeomed.2755

Haut de page

Auteur

Imane Fayyad

UMR 7192 Proclac

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals