Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Elizabeth Fentress, Caroline Goodson et Marco Maiuro (dir.), Villa Magna : An Imperial Estate and its Legacies. Excavations 2006-10

Claude Raynaud
p. 289-290
Référence(s) :

Elizabeth Fentress, Caroline Goodson et Marco Maiuro (dir.), Villa Magna : An Imperial Estate and its Legacies. Excavations 2006-10, Archaeological Monographs of the British School at Rome, 23, Londres, 2016, 516 p., ISBN 978-0-904152-74-6, £90.

Texte intégral

1Une cinquantaine de kilomètres au sud de Rome, dans les collines du Latium près d’Anagni, le casale de Villamagna est établi sur l’emprise de la Villa Magna, domaine impérial où séjourna Marc Aurèle durant les années 140-145. Plusieurs fois remanié, l’établissement impérial connut les vicissitudes de la fin de l’Antiquité avant d’accueillir une église, puis un modeste monastère et un village durant le haut Moyen Âge, enfin un castrum tardif, déserté au xive s. sous les effets conjoints de la compétition castrale et des stratégies territoriales de l’aristocratie locale.

2C’est là qu’une équipe de la British School at Rome et de collègues italiens a développé un programme de fouilles en 2006-2010, programme inspiré par la perspective de la « longue durée » chère à l’École des Annales dont les orientations ont durablement marqué les chercheurs britanniques.

3Cinq campagnes de fouilles ne pouvaient à l’évidence embrasser qu’une modeste partie du site d’une dizaine d’hectares, quelques centaines de mètres carrés fouillés en quatre aires ouvertes, complétées par une série de sondages, le tout implanté en trois principaux secteurs. Six années après la dernière campagne de terrain, voilà que paraît la publication monographique de cette entreprise passionnante à bien des égards. Partagé en huit chapitres abondamment illustrés, l’ouvrage présente successivement les conditions et les moyens de la recherche (chap. 1 à 3), l’environnement du site (chap. 4), la villa impériale (crucial et volumineux chap. 5), les reconstructions de l’Antiquité tardive (chap. 6), l’établissement médiéval (chap. 7), enfin une conclusion générale (chap. 8) suivie d’appendices documentaires. L’ensemble du projet s’inscrit dans la facture classique d’une étude monographique, étude conduite efficacement et avec rigueur, sans rien négliger des différents aspects de la construction du site – sa topographie autant que ses bâtiments – le cadre de vie de ses occupants avec une attention particulière portée aux transformations architecturales, leur culture matérielle analysée autant comme reflet d’une société locale que comme effet d’une insertion dans des réseaux d’échanges lointains, sans cesse recomposés. Depuis l’analyse et la restitution des bâtiments impériaux (incroyable luxe et mise en scène d’une installation vinicole destinée à la visite impériale...) jusqu’à l’interprétation des flux commerciaux dont témoignent les céramiques des dépotoirs des communs, en passant par la transformation d’un chai en église au premier Moyen Âge, l’enquête sait mettre à profit la grande richesse du site appelé à devenir, sur bien des aspects, une référence de large audience.

4Après une phase d’abandon au moins partiel à la fin du ive s. (du moins dans les secteurs fouillés, prudence…), le site connaît une forte reprise d’activité du milieu du vie s. au début du viie s., sous l’effet d’un regain d’activité peut-être lié à la reprise en main des domaines impériaux par Byzance, hypothèse plausible, mais difficile à étayer à partir du seul exemple local. Le domaine est-il toujours impérial (un fisc ?), ou happé par l’emprise papale, ou encore échu à l’aristocratie locale ? Les données matérielles ne permettent pas d’en juger et aucun texte ne répond à la question. Le grand chai, hérité de la villa « classique » et encore en état, est restauré et transformé en église qui, déjà, semble susciter et dominer un noyau de peuplement à son entour. Bien modestement, la présence de « huttes », petites constructions de terre et de bois sur sol excavé, contraste crûment avec les états antérieurs de l’établissement, et manifeste un sensible changement de statut ou à tout le moins d’occupation. Quant à interpréter la présence de ces cabanes excavées comme la marque d’une population allogène, il y a un large pas que la conclusion franchit sans peut-être s’apercevoir que l’approvisionnement et la consommation des occupants, avec l’abondante vaisselle africaine et les amphores byzantines, dessinent un horizon bien plus large et plus complexe. À rebours d’une lecture bien tempérée, la conclusion du chapitre 6 s’engage sur la piste d’un « invasionisme » littéral qui sévit en Italie depuis une décennie et s’avère tout aussi réducteur que la vision brownienne d’une Antiquité tardive exempte de troubles et de traumatismes, qu’il faut évidemment corriger, mais avec des nuances qui ici font défaut.

5Le médiéviste sera particulièrement sensible au chapitre 7 qui traite de l’émergence et du déploiement d’un établissement autour de l’église, quelque part au ixe s. après une nouvelle phase d’atonie depuis le viie s. (prudence encore, si peu est connu…). Les ixe et xe s. enregistrent de nouvelles réoccupations/transformations des bâtiments, effervescence qui se manifeste par la création, en 976, d’un monastère in fundus Villamagnae. L’église héritée du chai antique fait l’objet de nouveaux réaménagements, finement analysés dans une étude de bâti, tandis que les installations monastiques restent dans l’ombre, hors des secteurs fouillés. Autour de l’église sont bâties de modestes constructions de terre et de bois sur poteaux, de plain-pied cette fois-ci, couvrant 13 à 20 m2 et interprétées comme les habitations des paysans attachés à l’abbaye. Ces bâtiments, plusieurs fois rebâtis du xie au xiiie s., posent question en manifestant une rusticité et une exiguïté contrastant vivement avec les spacieuses maisons de pierre qui sont le lot des occupants des castra voisins. Des maisons, vraiment, ces cabanes périssables, ou bien seulement leurs annexes et dépendances, comme l’hypothèse est évoquée pour les plus grandes d’entre elles ? A-t-on l’assurance que quelque part autour de l’église, de véritables maisons n’auraient pas échappé à la fouille (prudence toujours, la fouille est si partielle…) ? L’interprétation soulève quelque perplexité à moins de considérer que les dépendants du monastère acceptaient de vivre dans des conditions misérables en dépit de la liberté de mouvement que des actes des xiie et xiiie s. leur reconnaît ? À elle seule, la question mériterait que l’on entreprenne une fouille complémentaire sur le site.

6Là n’est pas la seule singularité de l’établissement groupé autour de l’église et qui conserve durablement son statut de villa, forme de village ouvert qui en première lecture s’impose comme un archaïsme aux siècles et sur les terres de l’incastellamento. Les conclusions du chapitre se font plus convaincantes en rouvrant le dossier du castrum latial qui, n’en déplaise à Pierre Toubert, n’aurait pas occupé tout l’espace social ni absorbé tout le peuplement. À partir d’exemples voisins de Villamagna ou plus lointains, les conclusions de Sandro Carocci et Caroline Goodson posent opportunément le cas de ces villas comme un modèle alternatif, un modèle qui invite à regarder vers le sud du Latium et vers la Campanie, où la villa n’est peut-être pas aussi moribonde que le montraient les études classiques, plus tournées vers Rome et au-delà vers les collines castrales de la Toscane. Le sud toujours recommencé, comme une invite à reprendre l’ouvrage : quelle meilleure conclusion pouvait-on formuler pour l’étude des héritages d’une villa impériale ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Raynaud, « Elizabeth Fentress, Caroline Goodson et Marco Maiuro (dir.), Villa Magna : An Imperial Estate and its Legacies. Excavations 2006-10 », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 289-290.

Référence électronique

Claude Raynaud, « Elizabeth Fentress, Caroline Goodson et Marco Maiuro (dir.), Villa Magna : An Imperial Estate and its Legacies. Excavations 2006-10 », Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2757

Haut de page

Auteur

Claude Raynaud

CNRS – Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR 5140, Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals