Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Charles Kraemer et Jacky Koch (dir.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge, conquête des espaces et culture matérielle, Actes du colloque tenu à Gérardmer et Munster les 30, 31 août et 1er septembre 2012

Bruno Fajal
p. 290-292
Référence(s) :

Charles Kraemer et Jacky Koch (dir.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge, conquête des espaces et culture matérielle, Actes du colloque tenu à Gérardmer et Munster les 30, 31 août et 1er septembre 2012, Nancy, PUN – Éditions universitaires de Lorraine, 2017, 342 p., ISBN : 978-2-8143-0316-4, 23 €

Texte intégral

1L’ouvrage tiré du colloque Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge réunit, après une préface de Mme Odile Kammerer et une solide introduction des éditeurs scientifiques, Charles Kraemer et Jacky Koch, une vingtaine de contributions réparties en quatre chapitres.

2Le premier chapitre porte, logiquement, sur Les cadres naturels. Il comprend quatre contributions.

3Avec « La montagne vosgienne : aspects géologiques, géomorphologiques et impact anthropique », Dominique Harmand et Bryan Crolet présentent dans un article magistral, étayé par des dizaines de cartes, schémas et photographies, les Vosges du début du xxie siècle, puis celles du temps long et leur évolution depuis l’ère primaire, à la lumière des découvertes et analyses des dernières décennies. Les impacts de l’anthropisation du massif (excavations dues aux carrières, érosions consécutives aux mises en culture), sont très récents et les traces médiévales de ces travaux pourraient être oblitérées par des travaux plus récents, notamment des xixe et xxe siècles. Dans « Compréhension et analyses des formations superficielles rocheuses grossières des Hautes Vosges, l’exemple des cirques du Tanet et du Seestaettl », les mêmes auteurs s’attachent à décrire et à interpréter les processus à l’œuvre dans la constitution de zones d’éboulis dans les Hautes Vosges cristallines. Ces zones d’éboulis, dont les caractéristiques varient en fonction de la fracturation, de la pente et de l’exposition, faisaient partie du paysage médiéval. Elles ne semblent pas avoir évolué de manière significative, même pendant le petit âge glaciaire.

4Le climat des Vosges, on le voit, n’est pas absent des débats, même si le Moyen Âge est une période difficile à appréhender, du fait de la rareté des sources écrites directement exploitables et de l’absence, pour l’instant, de données bioarchéologiques. Dans « Le massif vosgien à l’épreuve du climat, 1500-1900 », Emmanuel Garnier rappelle quelques acquis généraux sur le climat à l’époque médiévale, le « petit optimum médiéval », du haut Moyen Âge à la fin du xiiie siècle, qui précède le « petit âge glaciaire » des deux siècles suivants. Il observe ainsi les conditions climatiques dans lesquelles semblent se développer les premières phases de colonisation du massif, tout en remarquant que la période du « petit âge glaciaire » ne semble pas avoir contrarié l’installation des colons. Il livre également quelques données pour le xvie siècle vosgien, dont le premier tiers correspondrait à des temps cléments auxquels succédera un long « hyper petit âge glaciaire ». On ne boudera pas le plaisir de lire aussi tout ce qui concerne les siècles suivants.

5Dans « De l’exploration à l’exploitation : la forêt vosgienne au Moyen Âge », Philippe Jéhin s’attache à caractériser la forêt vosgienne, telle qu’elle transparaît d’abord dans les chroniques du haut Moyen Âge. Elle y est souvent sombre, sauvage, hostile, mais c’est aussi un terrain de chasse prisé des élites franques et carolingiennes. On y chasse encore l’auroch… Progressivement, les fondations monastiques s’y enfoncent. À partir du xie siècle, le mouvement s’intensifie, la population croît et les défrichements se multiplient. La forêt reculera ainsi jusqu’au xvie siècle « tout en constituant la ressource naturelle essentielle d’une économie montagnarde en plein essor », en fournissant le bois d’œuvre, le combustible pour le chauffage, pour les mines ou les verreries.

6Le deuxième chapitre, Anthropisation et mise en valeur : état des connaissances, comprend six articles. Le premier, « Les Vosges au regard de l’histoire », est de Georges Bischoff. Pour l’universitaire alsacien « … les Vosges restent un objet historique mal identifié (…) ». Il interroge les sources médiévales régulièrement citées, chartes, chroniques, vies de saints, légendes, sources linguistiques, et en tire une lecture qui contraste parfois avec celle qui met trop l’accent sur les défrichements altomédiévaux des établissements monastiques vosgiens.

7Nicolas Meyer propose « Une première approche de l’occupation du massif des Vosges au nord du Donon, de la fin de l’Antiquité à la fin du premier millénaire ». L’auteur part d’un premier bilan des recherches archéologiques menées dans cette zone qui s’étend du Donon au sud à Wissembourg au nord-est, Bliesbruck au nord, en passant par Sarrebourg, Niederbronn et Saverne, pour constater que l’occupation gallo-romaine du Haut-Empire, d’une part, et les châteaux médiévaux, d’autre part, ont mobilisé l’essentiel des travaux de recherche. Il évoque pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge une sorte de repli le long des grands axes de circulation du massif. Ces périodes ne sont pas assez documentées et la datation de certains mobiliers issus de sites du Haut Empire, notamment de sites fortifiés, devrait être revue.

8Avec « Approche diachronique du massif du Hohlandsberg (Haut-Rhin), apports du Lidar à l’étude de l’anthropisation médiévale », Jacky Koch présente les résultats de l’utilisation du Lidar (Light Detection And Ranging), qui permet d’obtenir une cartographie extrêmement précise du relief à l’aide d’une source laser embarquée. C’est le massif boisé du Hohlandsberg, voisin de Colmar, qui a été retenu pour cette recherche qui combine et confronte observations du Lidar, prospections pédestres, sondages archéologiques et sources écrites ou planimétriques. Les résultats sont spectaculaires.

9Puis l’archéopédologue Agnès Gebhardt, dans « Les paysages médiévaux en moyenne montagne vosgienne : le sol en héritage », montre tout l’intérêt de l’étude des sols qui, combinée à des analyses paléobotaniques, pédoanthracologiques, etc., permet de recueillir de précieuses informations sur l’anthropisation des paysages. Pour l’instant, le Moyen Âge de la montagne vosgienne reste encore le parent pauvre dans ce domaine de recherche prometteur.

10Dans « Les paysages d’enclos des Hautes-Vosges », Xavier Rochel évoque les enclos connus sous le nom de « beurheux » ou essarts, « qui apparaissent dans le paysage de quelques communes de montagne sous la forme de murets formant des enclos plus ou moins circulaires ». Là encore, ce sont les archives récentes, des xviiie et xixe siècles, en particulier les sources cadastrales, qui éclairent ces paysages, ces pâquis ou pâtis, proches des sommets.

11Il s’agit encore d’enclos dans l’article de Dominique Schwartz, Marc Grodwohl, Boris Dottori, Frédéric Staut, « Paysages d’enclos médiévaux en Alsace : nouvelles avancées ». Le terme alsacien pour les qualifier est « steinrudel » (pierrier), mais les auteurs l’emploient dans son sens de « murger », c’est-à-dire « entassements de cailloux provenant de l’épierrement des champs ». Le murger a pour fonction le stockage des pierres et le marquage des limites parcellaires. Trois de ces structures ont pu être datées dans une fourchette comprise entre le viie et le xve siècle par 14C de charbons et de matière organique. C’est une recherche prometteuse, qui s’appuie sur les localisations d’occurrences de murgers en Alsace, sur des données Lidar ainsi que sur des sondages archéologiques.

12Le troisième chapitre, Peuplement et forme d’habitat, réunit trois articles. Emmet Marron et Sébastien Bully, dans « Recent archaeological work on the site of the Columbanian monastery of Annegray », relatent les dernières opérations archéologiques menées sur le site présumé de la première implantation monastique colombanienne en Gaule, à Annegray (Haute-Saône), près de Luxeuil-les-Bains. Les prospections géophysiques ont laissé entrevoir une occupation dense que des sondages archéologiques ont permis de découvrir et de dater, des vestiges qui montrent que la vallée du Breuchin où se trouve Annegray était déjà bien anthropisée lorsque Colomban décida d’y édifier un monastère. Après son abandon, les abords de l’église ont été occupés par une petite maison forte probablement postérieure au xiie siècle.

13Dans Morphogénèse et évolution des petites villes vosgiennes du versant lorrain au Moyen Âge, Charles Kraemer scrute avec minutie cinq villes du « second réseau urbain » : Remiremont et Épinal sur la Moselle, Bruyères sur la Vologne, Saint-Dié et Raon-l’étape sur la Meurthe, toutes nées d’une structure de commandement, abbaye ou fortification. Après avoir rappelé la genèse de chacune d’elles, il en examine l’organisation et le développement en s’appuyant principalement sur les sources iconographiques d’époque moderne, sur le cadastre napoléonien et sur les données de fouilles archéologiques, lorsqu’elles existent. L’auteur montre ainsi que ces agglomérations du second réseau urbain évoluent de façon différenciée, en fonction de leur environnement topographique. À partir de l’interprétation du parcellaire, l’auteur y voit, pour trois d’entre elles, une origine liée à la présence d’un parcellaire quadrangulaire d’une superficie d’une vingtaine de jours de terre (environ quatre ha). Épinal semble se développer à partir d’un « cercle de paix », d’un diamètre compris entre 100 et 130 m.

14Vianney Muller enfin, dans « Regards sur Faucogney et les enceintes collectives des Vosges comtoises », part des inventaires produits au tournant des années 1990 par Éric Affolter, André Bouvard et Jean-Claude Voisin pour retenir la seule enceinte conservée dans les Vosges comtoises, celle de Faucogney, qu’il étudie avec soin, en s’appuyant sur des sources iconographiques et cadastrales. Après une étude archéologique du bâti, il met en relief des rapprochements possibles entre cette fortification et celles de l’Alsace voisine.

15Le dernier chapitre, Ressources et savoir-faire, regroupe six articles. Les trois premiers sont consacrés au grès lithique, aux conditions de son extraction pour la fabrication de sarcophages, comme dans la région de Luxeuil-les-Bains et à sa mise en œuvre en tant que matériau de construction, notamment dans deux châteaux des Vosges gréseuses.

16Dans « Sarcophages et carrières de grès : approche archéologique de la région de l’abbaye de Luxeuil-les-Bain (Haute-Saône) », Alicia Mougin fait le point sur les carrières de grès des Vosges méridionales, en mettant l’accent sur l’une d’elles, sans doute liée à l’abbaye de Luxeuil-les-Bains, celle de Saint-Valbert, la seule carrière qui montre des traces de fabrication de sarcophages. C’est une première approche, qui mériterait sans doute d’autres développements. Dans « L’extraction du grès au Streitwald (Abreschviller, 57) : des carrières destinées à la construction du château d’Ischeid », Dominique Heckenbenner relate l’enquête archéologique, la prospection et les sondages qu’elle a menés dans des carrières de grès des Vosges mosellanes. Après avoir dégagé les fronts de taille et analysé la stratégie d’exploitation, mis au jour des stocks de pierres et comparé ces pierres à celles des murs du château, y compris à l’aide d’analyses pétrographiques, elle montre que les carrières ont bien fourni les matériaux du château voisin d’Ischeid. Enfin, Cédric Moulis, s’appuyant sur les sources, sur l’iconographie ancienne et sur une analyse rigoureuse du bâti, examine le donjon médiéval de Pierre-Percée (54), perché sur une arête gréseuse. Il replace ensuite Pierre-Percée dans la typologie des « donjons-refuges » de moyenne montagne qui se développent majoritairement sur le versant alsacien et propose pour ce site une nouvelle datation (le début du xiiie siècle au lieu du xiie siècle), à confirmer par une campagne de fouilles.

17Les deux articles suivants concernent l’un des fleurons de l’archéologie du massif vosgien, celui des mines. C’est un travail solide et une réflexion déjà très aboutie que ces deux grands spécialistes de la mine, Francis Pierre et Alain Weber (†), ont livrés dans « L’évolution des techniques de percement dans les mines vosgiennes et européennes ». Ils s’appuient sur des observations réalisées dans le massif vosgien (Le Thillot, Sainte-Marie-aux-Mines, etc) ainsi qu’en Allemagne, en Slovaquie, ou encore dans les Alpes françaises. Le xvie siècle apparaît comme le point d’orgue de l’utilisation des techniques d’attaque manuelle de la roche à l’aide du marteau et de la pointerolle, en vigueur au Moyen Âge, avant l’utilisation du feu et celle de l’explosif (poudre noire). C’est l’étude et la fouille programmée d’une mine médiévale que Bernard Bohly relate dans « Une mine de plomb au temps des châteaux forts : le Donnerloch à Steinbach (Haut-Rhin) ». Cette opération bien menée, bien décrite, s’appuie aussi sur plusieurs datations dendrochronologiques de boisements mis au jour, notamment dans les développements souterrains de cette mine en activité du xiie au xve siècle, mais surtout au xiiie siècle. On saluera le « coup de crayon » de l’auteur et ses efficaces reconstitutions.

18Le chapitre s’achève sur une étude de Martine Aubry-Voirin, « Savoir-faire et courants d’échanges : à propos de la céramique culinaire médiévale du Saint-Mont (88) ». Le Saint-Mont est un site prestigieux qui domine la ville de Remiremont et la rivière de Moselle. Il a été occupé, presque en continu, de l’Antiquité au xviiie siècle et a livré un abondant mobilier céramique dont Martine Aubry-Voirin tire, avec discernement, le meilleur parti. En matière d’échanges, le Saint-Mont n’est pas à l’écart des routes tardo-antiques ou médiévales, mais l’auteure y distingue un faciès céramique original, entre productions présumées locales et d’autres d’origine plus lointaine. Quelques analyses physico-chimiques permettraient sans doute de compléter les résultats déjà tangibles de cette étude bien menée.

19Dans les conclusions, Jean-Pierre Husson tire avec un certain enthousiasme les leçons de cette première expérience interdisciplinaire autour du massif vosgien, une expérience véritablement collaborative entre chercheurs et institutions qui concourent à la recherche archéologique et historique (laboratoires universitaires, Inrap, collectivités territoriales, associations). « Tout ce qui a été dit tisse du lien et permet de relire autrement les sources classiques (…) », précise-t-il. « (…) le colloque a montré que le dialogue entre les disciplines nous enrichissait tous et traçait des pistes nouvelles, bénéfiques, émulatives… (…) ».

20Dans sa préface, Mme Odile Kammerer évoque la magie de la montagne vosgienne, dont elle a arpenté les deux versants lorrains et alsaciens, dans les archives et sur le terrain. Elle souligne les apports du colloque d’où sont tirés les présents actes, colloque qu’il aura fallu attendre « pour voir s’ouvrir, de façon nouvelle et méthodique, le dossier d’enquête sur la montagne vosgienne ».

21Cet ouvrage est une belle réalisation, un outil de réflexion au profil résolument interdisciplinaire, pour une archéologie du xxie siècle. Les organisateurs du colloque et coordinateurs de cet ouvrage, Charles Kraemer et Jacky Koch, ont réussi leur pari.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Fajal, « Charles Kraemer et Jacky Koch (dir.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge, conquête des espaces et culture matérielle, Actes du colloque tenu à Gérardmer et Munster les 30, 31 août et 1er septembre 2012 », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 290-292.

Référence électronique

Bruno Fajal, « Charles Kraemer et Jacky Koch (dir.), Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Âge, conquête des espaces et culture matérielle, Actes du colloque tenu à Gérardmer et Munster les 30, 31 août et 1er septembre 2012 », Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2764

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals