Navigation – Plan du site

La pratique funéraire du dépôt de seaux en bois à la période mérovingienne : un état de la question en Gaule du Nord-Ouest

The Funeral Custom of Depositing Wooden Buckets during the Merovingian Period: the Current State of this Question in Northwestern Gaul
Holzeimer als Grabbeigaben in der Merowingerzeit – zum Forschungsstand in Nordwestgallien
Amélie Vallée
p. 33-56

Résumés

La présence de seaux en bois à armature métallique dans certaines sépultures de la fin de l’Antiquité tardive et de la période mérovingienne en Gaule du Nord-Ouest intrigue les scientifiques depuis le xixe siècle. Cet article propose de dresser un état de la question basé sur plus de deux cents exemplaires recensés de l’embouchure du Rhin au nord de la Seine. Une typochronologie a d’abord été établie pour les récipients datés de la fin du ive siècle à la fin du viie siècle. L’examen du bois et des éléments métalliques en documente en outre la fabrication. La typologie et l’analyse de la répartition spatiale de ces seaux permettent d’aborder les thématiques de la production, de la diffusion et des échanges. Les caractéristiques morphologiques de quelques objets découverts au-delà des rivages de la Manche témoignent ainsi parfaitement des contacts établis entre les populations anglo-saxonne et mérovingienne. De l’examen des contextes funéraires ressort la richesse de certains assemblages mobiliers. La synthèse de tous ces éléments conduit finalement à s’interroger sur la fonction de ces récipients.

Haut de page

Texte intégral

Qu’il me soit permis de remercier Laurent Verslype (UCL/CRAN), qui a suivi et orienté cette recherche, ainsi que toutes les personnes qui m’ont chaleureusement ouvert les portes de leur musée, m’ont permis l’accès aux objets et fourni la documentation nécessaire. Pour la Belgique : Rica Annaert (Onroerend Erfgoed) ; Jean-Louis Antoine (musée archéologique de Namur) ; Jacqueline Cession (musée royal de Mariemont) ; Gaëlle Dumont (SPW) ; Denis Henrard (SPW) ; Alexandra de Poorter (MRAH, musée du Cinquantenaire, Bruxelles) ; Olivier Vrielynck (SPW). Pour les Pays-Bas : Mirjam Kars (Universiteit Leiden) ; Annemarieke Willemsen (Rijksmuseum van Oudheden, Leiden). Pour la France : Delphine Cense-Bacquet (Inrap) ; Carole Deflorenne (Inrap) ; Marie-Cécile Truc (Inrap) ; David Billoin (Inrap) et édith Peytremann (UMR 6273, Inrap) pour les informations relatives à la nécropole d’Hégenheim. Je désire également remercier Jérôme Viard et Denis Saint-Aromman de la Tonnellerie de Champagne-Ardenne pour leur accueil.

  • 1 « From the circumstance of their being discovered in the graves of either sex, it seems highly pro (...)
  • 2 « Lorsque nous avons tiré de terre ces baquets, plusieurs exhalaient encore une odeur forte, comme (...)
  • 3 Cochet 1857, p. 287.
  • 4 « Il est possible que ces ustensiles étaient employés par les Francs pour y déposer des objets d’u (...)
  • 5 Houben et Fiedler 1839, p. 67-68, fig. XLVIII. Une partie de la notice accompagnant l’illustration (...)
  • 6 « Cette seille […] a été découverte dans la tombe d’un guerrier et coiffait complètement la tête d (...)
  • 7 Entre autres pour les seaux : Moreau 1877-1892 ; Boulanger 1902-1905 ; 1909.
  • 8 Surtout : Martin 1976 ; Koch 2001. Mais aussi : Heiligendorff 1957 ; Szatmári 1980 ; Steuer 1986 ; (...)
  • 9 Cook 2004.

1Depuis le xixe siècle, ces récipients interpellent. Les théories relatives à leur fonction ou à leur contenu sont nombreuses et diverses : s’agit-il d’une sorte de bol1 ? D’un récipient contenant des boissons alcoolisées2 ou du potage3 ? D’une boîte pour contenir des objets fragiles4 ? Leur identification n’a en effet pas toujours été de soi comme en témoigne l’illustration de la tombe de Xanten publiée en 1839 par P. Houben et F. Fiedler5 (fig. 1). Ainsi, certains défunts découverts avec une partie de l’armature d’un seau sur la tête ont parfois été considérés comme des personnages couronnés6. À cette époque, les notices relatives à ces récipients questionnent avant tout leur fonction et leur contenu. Les lithographies de la fin de ce siècle et du début du xxe siècle fournissent encore aujourd’hui de précieux renseignements sur les contextes de ces trouvailles anciennes7. La seconde moitié du xxe siècle voit s’accroître cette littérature grâce à la publication de nombreuses nécropoles mérovingiennes, notamment celles de Bâle-Bernerring ou de Pleidelsheim, à l’occasion desquelles sont rédigées des notices synthétiques d’objets reprenant inventaire, typologie, chronologie, etc.8 En 2004 paraît la première et unique monographie consacrée aux seaux. Cet ouvrage posthume se base sur les travaux menés par J. M. Cook, qui recensait depuis le milieu des années 1950 ces récipients à douves anglo-saxons9.

Fig. 1 Seau de Xanten publié par P. Houben et F. Fiedler en 1839 (Ament 1996, fig. 19).

Fig. 1 Seau de Xanten publié par P. Houben et F. Fiedler en 1839 (Ament 1996, fig. 19).
  • 10 Vallée 2010-2011. Nous signalons par ailleurs l’existence d’un second travail de master inédit con (...)

2C’est dans ce contexte que nous proposons de revoir la documentation archéologique en vue de produire une synthèse typochronologique et thématique (fabrication, diffusion, échanges, contextes funéraires). Cette recherche est le fruit d’un travail de fin d’études consacré aux seaux en bois à armature métallique retrouvés en contexte funéraire, de la fin de l’Antiquité tardive à la période mérovingienne, sur un territoire correspondant globalement à la partie septentrionale des royaumes francs10. Cette zone, délimitée au nord par l’embouchure du Rhin et au sud par la Seine, s’étend, d’ouest en est, des côtes de la Manche à la rive droite du Rhin, jusqu’aux vallées du Main et du Neckar. Ainsi, bien que cet inventaire, comprenant plus de deux cents récipients, ne prétende pas, en l’état, à l’exhaustivité, l’échantillon est néanmoins assez significatif pour que cette recherche soit représentative d’un phénomène observé dans cette vaste région (fig. 2).

Fig. 2 Carte de répartition des seaux d’époque mérovingienne retrouvés en contexte funéraire, entre Rhin et Seine. Les récipients découverts outre-Manche et mentionnés dans le texte sont également repris sur la carte.

Fig. 2 Carte de répartition des seaux d’époque mérovingienne retrouvés en contexte funéraire, entre Rhin et Seine. Les récipients découverts outre-Manche et mentionnés dans le texte sont également repris sur la carte.

Voir le détail de la répartition en annexe.

1. Terminologie

  • 11 Cook 2004, p. 30-34.

3La description des seaux se base principalement sur l’ouvrage de J. M. Cook11 (fig. 3).

  • 12 Bien que l’emploi de ce terme ait été favorisé, celui de bélière est fréquemment retrouvé dans la (...)

4Le corps du récipient est constitué de douves ou douelles en bois. Une gorge interne, nommée en tonnellerie le jable, est façonnée dans le bas de celles-ci pour permettre la fixation de la base servant de fond. Autour du corps en bois est fixée l’armature métallique constituée de divers éléments en alliage cuivreux et en fer. Les cerclages sont les bandes qui entourent et maintiennent les douves. À la période mérovingienne, la majorité des seaux sont formés d’étroits cerclages inférieurs en fer et soit d’un cerclage supérieur en fer plus large, soit d’un bandeau en alliage cuivreux sous lequel sont fixées des appliques triangulaires estampées purement décoratives. Le bord est parfois renforcé par une gouttière métallique. Les attaches12, au nombre de deux, sont les éléments ouvragés, placés latéralement à l’extérieur du récipient, permettant la fixation de l’anse. Les montants, dont le nombre varie de deux à quatre, sont les bandes rivetées verticalement. Bien que très rares sur les exemplaires d’époque mérovingienne, ils peuvent servir à maintenir l’anse ou n’avoir qu’une vocation décorative. Les éléments les plus souvent décorés sont le cerclage supérieur, les attaches, les montants et l’anse. Ils sont habituellement ornés de décors géométriques, et plus particulièrement d’ocelles.

Fig. 3 Terminologie (d’après Dasnoy 1969, fig. 1.7 ; Faider-Feytmans 1970, pl. 51).

Fig. 3 Terminologie (d’après Dasnoy 1969, fig. 1.7 ; Faider-Feytmans 1970, pl. 51).

2. Typochronologie et inventaire des seaux retrouvés entre Rhin et Seine, de la fin de l’Antiquité tardive à la période mérovingienne13

2.1. Le dépôt de seaux dans les tombes : une pratique ancienne

  • 14 Hunter 2006, p. 99-100.
  • 15 Ibid., p. 100 ; Massy et al. 1986, p. 62-71.
  • 16 Hunter 2006, p. 100.

5Le dépôt de récipients en bois à armature métallique n’est pas une pratique funéraire exclusive au haut Moyen Âge. En Europe occidentale, cette tradition apparaît dès la fin de l’âge du bronze et à La Tène ancienne et moyenne (480/450-150 av. J.-C.), où elle est documentée par quelques récipients à armatures simples en fer14. Les appliques du seau de la nécropole de Tartigny (Oise), daté de la seconde moitié du iiie siècle, présentent toutefois un décor plus sophistiqué, réalisé au repoussé et qui témoigne d’un remarquable savoir-faire15 (fig. 4). Du reste, ce n’est qu’à partir de La Tène finale que la coutume se diffuse plus largement (150-30 av. J.-C.)16.

Fig. 4 Seau en bois à armature en fer de la tombe 3 de la nécropole de Tartigny (Massy et al. 1986, fig. 42).

Fig. 4 Seau en bois à armature en fer de la tombe 3 de la nécropole de Tartigny (Massy et al. 1986, fig. 42).
  • 17 Vidal 1976, p. 187. Pour une étude comparative des seaux de La Tène finale et du début de la pério (...)
  • 18 Metzler et Gaeng et al. 2009, p. 286-305.
  • 19 Horn 2015 (mise à jour de Corcoran 1953).
  • 20 Hongrie, Italie, Allemagne, Suisse, France (Horn 2015, Appendix S1.2).

6Ces récipients proviennent surtout de contextes datés de la seconde moitié du ier siècle av. J.-C. au début du ier siècle ap. J.-C.. Ils sont découverts dans des sépultures, du sud-est de l’Angleterre jusqu’au Rhin, et dans des puits votifs dans le midi de la France17. Tous ces exemplaires, à armature en alliage cuivreux et/ou en fer, fréquemment réalisés en bois d’if, présentent une grande diversité dans leurs dimensions, leurs formes et leurs décors. Certains, pourtant, s’illustrent par une morphologie très semblable en dépit de la distance séparant leurs lieux de découverte. Les deux seaux de la tombe B de Goeblange-Nospelt18 (Grand-Duché de Luxembourg) peuvent ainsi être rapprochés de celui découvert à Baldock (Hertfordshire) et de celui de la tombe Y d’Aylesford (Kent) en Grande-Bretagne (fig. 5). Outre ces seaux, des tankards, datés de la fin de l’âge du fer à la période romaine, ont été découverts en Grande-Bretagne dans divers types de contextes, et notamment dans des sépultures. Ces gobelets, d’une quinzaine de centimètres de haut et d’un diamètre de quinze à vingt centimètres, sont constitués de douves en bois d’if entourées de cerclages ou entièrement couvertes d’une tôle en alliage cuivreux. Ils sont le plus souvent munis d’une anse latérale19. Au moins six exemplaires ont été recensés outre-Manche, ils sont datés de la fin de La Tène finale au Haut-Empire20.

  • 21 Néanmoins, quelques récipients ont été découverts au xixe siècle dans les puits de la nécropole de (...)
  • 22 Solberg 2005.
  • 23 Becker 2006 ; Hellmund 2010.
  • 24 Par exemple : Szydłowski 1986.
  • 25 Böhme 1974, p. 133.

7Cette pratique funéraire qui ne semble plus être en usage en Gaule du Nord-Ouest à partir du début du ier siècle ap. J.-C.21 est encore observée à cette époque aux frontières de l’Empire romain, notamment en Norvège22, au Danemark ainsi que dans l’est de l’Allemagne23 et en Pologne24 jusqu’en Slovaquie. Il faut attendre le milieu et surtout la fin du ive siècle pour que cette coutume réapparaisse entre Elbe et Loire25.

Fig. 5 Seaux en bois à armature en alliage cuivreux de La Tène finale. a. Goeblange-Nospelt, t. B ; b. Baldock ; c. Goeblange-Nospelt, t. B ; d. Aylesford, t. Y (d’après Metzler et Gaeng et al. 2009, fig. 281c-d).

Fig. 5 Seaux en bois à armature en alliage cuivreux de La Tène finale. a. Goeblange-Nospelt, t. B ; b. Baldock ; c. Goeblange-Nospelt, t. B ; d. Aylesford, t. Y (d’après Metzler et Gaeng et al. 2009, fig. 281c-d).

2.2. Les récipients en bois de la fin de l’Antiquité tardive

  • 26 Brulet (dir.) 2008, p. 256-260.
  • 27 En Allemagne, à Clèves par exemple (Heiligendorff 1957). L’exemplaire découvert plus récemment dan (...)

8Ainsi, les changements apparus dans les rites funéraires à partir de la période valentinienne (dernier tiers du ive siècle) sont, entre autres, documentés par l’apparition de deux types de seaux, les baquets et les petits seaux. Au dépôt traditionnel de vaisselle et de monnaie s’ajoutent désormais les armes et éléments de ceinture pour les hommes, les bijoux pour les femmes26. La découverte de quelques-uns de ces récipients, au-delà des frontières de la Belgique actuelle, illustre la nécessité d’élargir l’inventaire à un plus large territoire27.

2.2.1. Les baquets

  • 28 Exemplaires : a. Pry, Tombois, tombe d’enfant ; b. Thon, Samson, t. 14 et deux exemplaires inédits (...)

9Le baquet est un récipient bas et évasé (fig. 6). Sa hauteur varie de 12 à 16 cm et son diamètre d’ouverture de 17 à 23 cm. Trois cerclages en alliage cuivreux, de même largeur, entourent les douves auxquelles ils sont fixés par des rivets. Le récipient est muni de deux anses latérales rivetées dont la partie supérieure, arquée, se prolonge en une petite plaque jusqu’au cerclage inférieur. Outre l’étroite bande fixée dans leur partie médiane, elles sont généralement décorées d’arcades, de points, de décors géométriques ou d’ocelles. Ces motifs sont incisés ou, très rarement, travaillés au repoussé. Certains de ces baquets reposent sur de petits pieds cylindriques, souvent au nombre de trois28.

Fig. 6 Seaux en bois à armature en alliage cuivreux de la fin de l’Antiquité tardive : baquet (Dasnoy 1968, fig. 14.4) et petit seau (Dasnoy 1969, fig. 1.7). Carte de répartition des récipients retrouvés en Belgique actuelle.

Fig. 6 Seaux en bois à armature en alliage cuivreux de la fin de l’Antiquité tardive : baquet (Dasnoy 1968, fig. 14.4) et petit seau (Dasnoy 1969, fig. 1.7). Carte de répartition des récipients retrouvés en Belgique actuelle.

a. Pry, Tombois (Na) : Dasnoy 1978 ; b. Thon, Samson (Na) : Del Marmol 1859 ; Dasnoy 1968 ; Böhme 1974; également deux exemplaires inédits conservés dans les collections du musée archéologique de Namur (J.-L. Antoine) ; c. Haillot (Na) : Breuer et Roosens 1956 ; d. Spontin (Na) : Limelette 1863 ; Dasnoy 1966 ; Dasnoy 2004 ; e. Furfooz (Na) : Nenquin 1953 ; Dasnoy 1969 ; Böhme 1974 ; f. éprave, Rouge-Croix et Sur-le-Mont (Na) : Bequet 1891 ; Dasnoy 1997 ; g. Vieuxville (Lg) : Vrielynck [2010] ; communication personnelle O. Vrielynck (SPW-DGO4-Direction de l’archéologie) ; h. Herstal, nécropole de la gare (Lg) : Dasnoy [1972] ; Vlaeminck 1996 ; i. Fallais (Lg) : Van Ossel 1982 ; j. Tongeren (Lbg) : Vanvinckenroye 1984.

2.2.2. Les petits seaux

  • 29 Exemplaires : e. Furfooz, t. 3 ; f. éprave, t. 62 ; g. Vieuxville, t. 174 ; h. Herstal.

10Il s’agit d’un petit récipient cylindrique d’une hauteur d’environ 8 cm et d’un diamètre variant de 8 à 12 cm (fig. 6). Les douves sont entourées de trois ou quatre cerclages en alliage cuivreux de même largeur et de montants, souvent au nombre de trois, attachés aux cerclages par des rivets. Sans anse ni attache, ce seau dispose néanmoins d’un petit anneau fixé au sommet de chaque montant. Il peut s’agir d’un élément strictement décoratif ou d’un système de préhension. Les montants sont ornés de petites rosaces ou d’ocelles incisés29.

  • 30 Vlaeminck 1996 ; 1997.
  • 31 Brulet 2008.

11Ces deux types de récipients sont datés du dernier quart du ive siècle et de la première moitié du ve siècle. Les baquets découverts à Pry et Samson et les petits seaux de Furfooz, éprave et Vieuxville proviennent de nécropoles associées à des sites de hauteur fortifiés localisés dans le Namurois30. Ces fortifications, installées au sommet d’éperons rocheux dès la seconde moitié du iiie siècle, peuvent être occupées jusqu’au début du ve siècle, de manière continue ou non. Des cimetières ont occasionnellement été établis à proximité de ces sites à la fin du ive siècle, certains abandonnés au ve siècle, d’autres encore utilisés à la période mérovingienne31. Les deux exemplaires d’Herstal et le baquet de Spontin sont issus de contextes funéraires de la fin de l’Antiquité tardive tandis que les dix-sept sépultures de Haillot sont plutôt datées de la seconde moitié du ve siècle et du vie siècle.

2.2.3. Autres types de seaux 

  • 32 Ce seau se distingue des baquets et petits seaux, de petites tailles, par ses dimensions important (...)

12D’autres cimetières régionaux de la fin de l’Antiquité tardive ont aussi livré quelques récipients en bois à armature de bronze, moins standardisés cette fois. Dans la nécropole du Mont-Saint-Sauveur à Fallais ont été découverts les restes d’un seau à attaches bifides zoomorphes. À Tongres, la tombe 99 du cimetière sud-ouest datée du milieu du IVe siècle renfermait un grand seau à simple armature32. Enfin, des nécropoles d’Éprave et de Thon-Samson proviennent plusieurs exemplaires à cerclages et montants en alliage cuivreux.

2.3. La période mérovingienne

13C’est à partir de la seconde moitié du ve siècle, et surtout du début du vie siècle, que les seaux sont mieux représentés. Alors que certains types de récipient ont une diffusion plutôt régionale, d’autres sont plus largement dispersés.

2.3.1. Une production régionale : les seaux à placage de bronze

  • 33 En raison de sa taille et de sa morphologie, L. Vanderkelen-Dufour parle de « gobelet ». Nous avon (...)
  • 34 Mentionnons également les fragments de tôle de bronze estampés découverts dans la tombe 3 de Haill (...)

14Le seau à placage de bronze33 mesure entre 10 et 15 cm de hauteur et dispose d’un diamètre d’ouverture de 10 à 12 cm, plus large que le diamètre inférieur (fig. 7). Les douves sont généralement entourées de trois cerclages et d’appliques décoratives, de formes triangulaires, circulaires ou en arcades. Deux montants maintiennent l’anse. Tous ces éléments, réalisés dans une fine tôle en alliage cuivreux et fixés par des rivets, sont ornés d’un décor travaillé au repoussé constitué de lignes perlées, rubans ondulants et frises d’arceaux34.

Fig. 7 Seaux en bois à placage de bronze (Hantute 1989, fig. 55.4). Carte de répartition de ces récipients (points : seaux à motifs perlés, rubans ondulants, frises d’arceaux ; triangles : seaux à motifs chrétiens ; « R » : matrice de Roussent) (d’après Evison 1965, p. 22-23, carte 8 complétée).

Fig. 7 Seaux en bois à placage de bronze (Hantute 1989, fig. 55.4). Carte de répartition de ces récipients (points : seaux à motifs perlés, rubans ondulants, frises d’arceaux ; triangles : seaux à motifs chrétiens ; « R » : matrice de Roussent) (d’après Evison 1965, p. 22-23, carte 8 complétée).

c. Haillot (incertain) ; 5. La-Rue-Saint-Pierre ; 9. Escames ; 11. Hermes ; 14. Miannay ; 16. Buire-sur-l’Ancre ; 17. Marchélepot ; 18. Nouvion-en-Ponthieu, t. 145 ; 21. Marœuil ; 31. Neuville-sur-Escaut, t. 77 ; 33. Mareil-sur-Mauldre ; 38. Lavoye ; 97. Koblenz ; 121. Wiesoppenheim; 137. Bekesbourne, Howletts, t. 23 ; 138. Dover, Buckland, t. 391B ; 139. Mucking, t. 553, t. 998; 140. Faversham ; 142. Fetcham ; 143. Brockbridge ; 144. Chessell Down ; 145. Petersfinger ; 146. Bidford-on-Avon ; 147. Long Wittenham. Hors carte : Herpes.

  • 35 Exemplaires : 14. Miannay ; 38. Lavoye, t. 319 ; 121. Wiesoppenheim, t. 1 ; 147. Long Wittenham, t (...)
  • 36 Lavoye, Miannay, Long Wittenham.
  • 37 Miannay, Wiesoppenheim.
  • 38 Chenet 1935, p. 60-61, 96 et 98.
  • 39 Calonne 1915 ; Chenet 1935, p. 99, fig. 29.
  • 40 Werner 1953, p. 40, fig. 6 ; ID. 1956, p. 318 ; Böhme 1981.

15Les éléments en alliage cuivreux de certains de ces récipients sont revêtus de motifs chrétiens estampés (fig. 7 et 8)35. Le décor est alors formé de quatre à cinq panneaux centraux représentant des scènes de l’Ancien et, plus couramment, du Nouveau Testament, entourées d’un cadre perlé. Des bandes horizontales à motifs d’arcades et de points36 et/ou des montants37 encadrent ceux-ci. Après observation attentive de quatre exemplaires, G. Chenet suggère la réalisation des décors sur une matrice unique reproduisant les scènes en enfilade. Les différentes séquences de la buire de Lavoye, par exemple, auraient ensuite été découpées et rivetées séparément aux douves38. Une matrice en bronze, servant probablement à la manufacture de ce type d’objet, a par ailleurs été découverte à Roussent (Pas-de-Calais). Y sont reproduits, d’un côté, Adam et ève et, de l’autre, Daniel dans la fosse aux lions39. J. Werner a en outre rapproché la manufacture de ces seaux de celle des boucles de ceinture ornées de motifs chrétiens estampés40.

Fig. 8 Seaux en bois à placage de bronze à motifs chrétiens. a. Long Wittenham, t. 93 (Böhme 1981, fig. 74) ; b. Lavoye, t. 319 (Chenet 1935, fig. 15).

Fig. 8 Seaux en bois à placage de bronze à motifs chrétiens. a. Long Wittenham, t. 93 (Böhme 1981, fig. 74) ; b. Lavoye, t. 319 (Chenet 1935, fig. 15).
  • 41 Terme utilisé dans la littérature pour désigner le récipient découvert à Long Wittenham. Il peut ê (...)
  • 42 Schulze 1981a ; Böhme 1981. Pour un examen iconographique détaillé : Chenet 1935.
  • 43 Chenet 1935, p. 89-91.
  • 44 Schulze 1981b. 
  • 45 Chenet 1935, p. 97-98.

16G. Chenet a également mis en évidence les similitudes iconographique et stylistique frappantes des décors du stoup41 de Long Wittenham et de la buire de Lavoye. Sur chacun d’eux sont illustrées, sur base d’un même canevas, les noces de Cana, la rencontre du Christ et de Zachée et la guérison de l’aveugle. La résurrection de Lazare et la guérison de l’hémorroïsse complètent le décor du récipient de Lavoye ; une croix de Saint-André entourée de l’alpha et de l’oméga celui de Long Wittenham42. Selon G. Chenet, les scènes réalisées sur ce dernier auraient été copiées sur celles d’un récipient dont la matrice a permis la fabrication de la buire de Lavoye43. Quant aux motifs de l’exemplaire de Wiesoppenheim, ils consistent en un orant, un chrisme, Adam et ève de part et d’autre de l’arbre avec le serpent, le Christ face à un autel et un autre personnage, peut-être un prêtre44. Sur le seau de Miannay sont reproduits Adam et ève ‒ scène très proche de celle de Wiesoppenheim ‒ et Daniel dans la fosse aux lions45.

  • 46 Werner 1956a.
  • 47 Ibid., p. 318.
  • 48 Parfitt et Anderson 2012, p. 143.
  • 49 Chenet 1935, p. 99.
  • 50 Schulze 1981a, p. 117. 
  • 51 Le motif d’oiseau reproduit sur le cerclage supérieur de l’exemplaire de Buire-sur-l’Ancre pourrai (...)

17Les seaux à motifs géométriques proviennent majoritairement de fouilles anciennes et/ou ont été découverts hors contexte. Les exemplaires les mieux documentés semblent dater principalement du dernier quart du ve siècle au troisième quart, voire à la fin, du vie siècle. En territoire franc, ils sont surtout localisés dans une région limitée, au sud, par la Seine et, à l’est, par l’Oise. Leur aire de répartition suggère une manufacture régionale située dans le nord de la France actuelle46. Selon J. Werner, cette production serait le fait d’artisans itinérants47, bien que l’hypothèse d’ateliers fixes ne soit probablement pas à exclure. Nombre de ces récipients ont par ailleurs été mis au jour dans le sud-est de l’Angleterre (cf. point 5). Ces motifs laissent penser à une tradition romaine tardive48 à l’inverse des baquets et petits seaux qui seraient plutôt d’origine germanique. Quant aux exemplaires à motifs chrétiens, leur datation semble s’étendre du ve au début du vie siècle. La matrice de Roussent serait un peu plus tardive49. Il est possible qu’ils aient aussi été produits dans cette région50, peut-être par ces mêmes artisans. Divers détails iconographiques iraient en effet dans ce sens51.

2.3.2. Uniformité et large diffusion : les seaux de types I et II

  • 52 Minimum 15 cm de diamètre et de hauteur.
  • 53 Maximum 26 cm de diamètre et 35 cm de hauteur.

18Hormis ces récipients à armature de bronze diffusés régionalement, de nombreux seaux sont retrouvés plus largement à l’échelle des royaumes francs. De forme tronconique, ils possèdent un diamètre variant de 19 à 24-25 cm et une hauteur, bien que rarement conservée, allant de 20 à 24 cm. Quelques exemplaires disposent toutefois de dimensions situées en-deçà52 et au-delà53 de la moyenne. Parmi tous ces récipients, deux types se démarquent plus particulièrement par leur homogénéité morphologique.

Les seaux de type I

  • 54 Seule la paire d’attaches de la tombe 413 de Bossut-Gottechain présente des extrémités à têtes zoo (...)

19Les douves en bois sont maintenues par un cerclage supérieur en fer assez large et trois ou quatre cerclages inférieurs plus étroits, de section hémisphérique (fig. 9). La paire d’attaches, dont différents types ont été identifiés, est fixée par des rivets. Les extrémités inférieures de celles dites bifides (F1a) se divisent en deux appendices plus ou moins étirés et recourbés vers le haut. Les attaches trifides (F1b), les plus courantes, se distinguent du type précédent par le nombre d’appendices, un central, droit, et deux latéraux recourbés54. D’autres sont de forme triangulaire allongée (F2). Leur extrémité supérieure est fréquemment terminée par une perforation, bien que celle des attaches de type F2 puisse aussi se rétrécir en une fine bande repliée. D’autres variantes sont encore possibles, dont celle constituée d’un simple morceau de fer courbé. Ces seaux sont dotés d’une anse en fer dont la partie centrale est élargie et généralement de section en gouttière. Les extrémités, souvent torsadées, se terminent en un crochet. Ces anses ne sont jamais décorées.

Fig. 9 Seaux en bois à armature en fer de type I (Vanderhoeven 1977, pl. III.4). Typologie des attaches  : F1a (Faider-Feytmans 1970, pl. 76) ; F1b (Vanderhoeven 1977, pl. III.4) ; F2 (Pirling 1979, pl. 48.2c). Carte de répartition des récipients retrouvés entre Rhin et Seine.

Fig. 9 Seaux en bois à armature en fer de type I (Vanderhoeven 1977, pl. III.4). Typologie des attaches  : F1a (Faider-Feytmans 1970, pl. 76) ; F1b (Vanderhoeven 1977, pl. III.4) ; F2 (Pirling 1979, pl. 48.2c). Carte de répartition des récipients retrouvés entre Rhin et Seine.

25. Isques, Herquelingue ; 41. Cattenom ; 46. Hégenheim, t. 107 au moins ; 51. Ciply, t. 237, t. 649 ; 52. Trivières, Tr. 489, Tr. 490 ; 53. Haine-Saint-Paul, H.P. 231 ; 54. Viesville, t. 10, t. 34, t. 45, t. 92, t. 123 ; 55. Baisy-Thy ; 57. Bossut-Gottechain, t. 413 ; 58. Tienen ; 59. Engelmanshoven, t. 8 (x2), t. 19, t. 26 ; 61. Orp-le-Grand, t. 9, t. 10 ; 62. Folx-les-Caves, t. 23 ; 65. Verlaine, Jointy, t. 165 ; 66. Verlaine, Oudoumont, t. 55, t. 80 ; 68. Thon, Samson, t. 12 ; 69. Hamoir, t. 31 ; 70. Vieuxville, t. 90, t. 160 ; 71. éprave ; 75. Rhenen, t. 842, t. 846 ; 77. Borgharen, t. 47 ; 81. Beckum ; 84. Krefeld-Gellep, t. 2018, t. 2614, t. 2635 ; 89. Siersdorf ; 91. Köln, Müngersdorf, t. 78, t. 101B, t. 130 ; 95. Schwarzrheindorf ; 98. Rittersdorf, t. 27, t. 45, t. 142 ; 103. Löhnberg ; 104. Niederbrechen, t. 8, t. 13 ; 107. Eppstein, t. 116, t. 210, t. 218, t. 291 ; 108. Niederursel ; 109. Pflaumheim, t. 1 ; 110. Mömlingen, t. 1, t. 7, t. 13 ; 111. Dittigheim ; 112. Müdesheim ; 113. Kleinlangheim, t. 261, t. 293 ; 115. Vendersheim ; 116. Rommersheim (Eichloch), t. 56 ; 123. Mannheim, Straßenheim, t. 45 ; 126. Altluβheim ; 127. Rheinsheim ; 128. Huttenheim ; 129. Obrigheim, t. 85, t. 139, t. 199 ; 130. Pleidelsheim, t. 128 ; 133. Lauchheim ; 136. Basel-Bernerring, t. 39. Hors carte : Dittenheim, t. 70 ; Schretzheim, t. 622, t. 626.

Les seaux de type II

  • 55 Martin 1976, p. 117-122. Sa typologie a été adaptée pour correspondre à celle établie dans le cadr (...)
  • 56 Quelques seaux de type II sont toutefois munis d’une anse en fer comme sur le récipient de la tomb (...)

20Ce type de seau possède une armature en alliage cuivreux et trois ou quatre cerclages inférieurs en fer de section semi-circulaire (fig. 10). Le large bandeau peu épais qui constitue le cerclage supérieur mesure 5 à 7 cm de hauteur. Une gouttière renforce parfois le bord. Sous ce cerclage sont fixées une étroite bande décorée d’une frise d’ocelles et des appliques triangulaires estampées rivetées à la pointe. Des rivets « bourrelés » maintiennent les deux attaches latérales dont M. Martin avait déjà établi une typologie en 197655. Les attaches bifides (B1) ne sont pas représentées dans notre inventaire. Les attaches du second type sont de forme triangulaire ajourée pouvant représenter des animaux stylisés formés de courbes, d’ajours et de décors incisés (B2). La troisième catégorie de bélière est constituée d’un axe central et d’une traverse encadrés de deux courbes latérales terminées de têtes zoomorphes se faisant face et se rejoignant dans la partie inférieure. La forme est soit ouverte (B3a) soit fermée (B3b). Les grandes attaches triangulaires ajourées, représentant des animaux schématiques selon M. Martin, forment le quatrième groupe (B4). Toutes sont perforées dans leur partie supérieure pour permettre la fixation de l’anse. Ces récipients sont dotés d’une anse en alliage cuivreux de section plate56. Elle possède une poignée élargie dont trois variantes ont été identifiées : anse à élargissement progressif et zone centrale en saillie (AnB1) ; anse à zone centrale en saillie (AnB2) ; anse à élargissement progressif (AnB3). Les extrémités perforées de l’anse sont fixées aux attaches par un rivet très souvent décoré d’une figuration animale ou végétale. Tous ces éléments sont ornés de motifs incisés, généralement des ocelles.

Fig. 10 Seaux en bois à armature en alliage cuivreux et en fer de type II (Faider-Feytmans 1970, pl. 51). Typologie des attaches : B2 (Doppelfeld 1964, fig. 3c) ; B3a (Faider-Feytmans 1970, pl. 51) ; B3b (Wagner et Ypey 2011, p. 497) ; B4 (Roosens et Alenus-Lecerf 1965, fig. 31). Typologie des anses : AnB1 (Pirling 1979, pl. 40.1b) ; AnB2 (Pirling 1974, pl. 50.1b) ; AnB3 (Pirling 1979, pl. 40.2b). Carte de répartition des récipients retrouvés entre Rhin et Seine.

Fig. 10 Seaux en bois à armature en alliage cuivreux et en fer de type II (Faider-Feytmans 1970, pl. 51). Typologie des attaches : B2 (Doppelfeld 1964, fig. 3c) ; B3a (Faider-Feytmans 1970, pl. 51) ; B3b (Wagner et Ypey 2011, p. 497) ; B4 (Roosens et Alenus-Lecerf 1965, fig. 31). Typologie des anses : AnB1 (Pirling 1979, pl. 40.1b) ; AnB2 (Pirling 1974, pl. 50.1b) ; AnB3 (Pirling 1979, pl. 40.2b). Carte de répartition des récipients retrouvés entre Rhin et Seine.

6. Envermeu, trois exemplaires ; 7. Douvrend ; 8. Canny-sur-Thérain ; 13. Vendeuil, Caply, t. 47 ; 20. Warlus ; 23. Nœulx-les-Mines ; 24. Pincthun-Echinghen ; 29. Zudausques, t. B ; 35. Saint-Dizier, t. 13 ; 39. Verdun ; 42. Metrich ; 44. Waldwisse, t. 1 ; 47. Baldenheim ; 49. Broechem, t. 91, t. 512 ; 50. Saint-Amand, t. 10 ; 52. Trivières, Tr. 488 ; 56. Pry, Tombois, t. 18, t. 24 ; 57. Bossut-Gottechain, t. 146, t. 426 ; 60. Marilles ; 63. Fallais ; 64. Wanze, t. F01 ; 66. Verlaine, Oudoumont, t. 77, t. 78 ; 67. Herstal, Sous-la-Chapelle ; 71. éprave, Rouge-Croix, t. 473 ; 72. Arlon, t. 10 ; 73. Bertrange, t. 5 ; 74. Lorentzweiler ; 75. Rhenen, t. 758, t. 763, t. 775 ; 79. Xanten ; 82. Soest, t. 106 ; 84. Krefeld-Gellep, t. 1782, t. 2589 (x2), t. 2613 ; 87. Rödingen, t. 63 ; 88. Jülich, t. 222, t. 235, t. 237 ; 92. Köln, Junkersdorf, t. 159 ; 93. Köln, cathédrale, tombe d’enfant ; 94. Godorf ; 95. Schwarzrheindorf, t. 61 ; 96. Rübenach, t. 225 ; 105. Wiesbaden, Schiersteiner Wege ; 106. Wiesbaden ; 114. Klepsau, t. 4 ; 122. Mannheim, Vogelstang, t. 147 ; 124. Mannheim, Feudenheim ; 132. Dagersheim ; 136. Basel-Bernerring, t. 33 ; 137. Bekesbourne, Howletts.

  • 57 Selon C. Neuffer-Müller et H. Ament, le personnage reproduit sur l’applique représenterait le Chri (...)
  • 58 Motifs zoomorphes : 92. Köln, Junkersdorf, t. 159 ; 136. Basel-Bernerring, t. 33. Motif indétermin (...)
  • 59 29. Zudausques, t. B ; seau de provenance inconnue conservé au Römisch-Germanisches Museum de Colo (...)
  • 60 Werner 1956b ; Martin 1976, p. 120.

21Les appliques triangulaires, typiques de ces seaux, sont estampées d’une tête anthropomorphe plus ou moins schématique. Le visage humain, de face, est composé des yeux, du nez, des deux joues arrondies et de la bouche ouverte ovale et étirée. La barbe triangulaire forme la partie inférieure du triangle. Au-dessus du visage se dresse la chevelure, représentée par des traits verticaux. Une forme géométrique occupe les deux coins supérieurs du triangle. Un corps entier est reproduit sur les appliques de l’exemplaire de la tombe 225 de Rübenach57. Seuls deux seaux disposent d’appliques à motif zoomorphe58. Sur deux récipients, elles sont remplacées par un bandeau étroit dont la partie inférieure est travaillée en dents-de-scie59. Rappelons enfin que ce motif à masque humain se rencontre sur d’autres objets francs comme, par exemple, certaines boucles de ceinture60.

  • 61 Martin 1976, p. 120.
  • 62 À la différence des récipients découverts en territoire anglo-saxon, où les seaux à armature en fe (...)

22Selon M. Martin, les attaches B3b seraient une version plus récente des B3a61. En l’état, la documentation ne nous autorise toutefois pas à préciser davantage leur chronologie. Tous ces seaux seraient plutôt globalement contemporains62. Ainsi, alors que les premiers récipients de type I apparaissent au ve siècle, il faut attendre le début du vie siècle pour les voir diffusés plus largement et en plus grand nombre. Les plus tardifs sont retrouvés dans des contextes du viie siècle, localisés principalement le long du Rhin et à l’est de celui-ci.

2.3.3. Autres types de seaux

  • 63 Par exemple : 93. Köln, cathédrale, tombe de la dame.
  • 64 Par exemple : 83. Fürstenberg, Wünnenberg, t. 61 ; 95. Schwarzrheindorf ; 117. Mölsheim ; 128. Mon (...)
  • 65 Par exemple : 18. Nouvion-en-Ponthieu, t. 209 ; 30. Armentières ; 32. Breny, t. 136, t. 363 ; 45. (...)
  • 66 Pour les seaux d’usage domestique, bien que plus tardifs, voir par exemple pour les Pays-Bas : Es (...)

23Certains récipients, provenant de contextes très privilégiés, sont uniques et résultent d’un travail plus important63. D’autres, retrouvés en Allemagne actuelle, sont constitués d’une armature en alliage cuivreux composée de quatre à cinq cerclages, de montants et d’attaches bifides maintenant l’anse64. D’autres, enfin, disposent d’une simple armature en fer non décorée formée de quelques cerclages et, parfois, de (demi) montants65. Ils se rapprochent des seaux découverts en contexte domestique66. La morphologie des autres récipients ne répond à aucune norme.

3. Manufacture des seaux mérovingiens

3.1. La fabrication des récipients de types I et II

  • 67 Les réflexions sur la manufacture des seaux se basent à la fois sur l’observation directe de plusi (...)
  • 68 Voir par exemple : 75. Rhenen, t. 775 ; 93. Köln, cathédrale, tombe de la dame.
  • 69 J. M. Cook suggère l’usage d’une résine pour le maintien initial des douves avant fixation des cer (...)
  • 70 Ypey 1983, p. 475. Un seau tonneliforme semble par ailleurs avoir été découvert dans la tombe 413 (...)
  • 71 Les traces d’un alliage étain-plomb sont visibles sur le rebord du seau de la tombe 13 de Saint-Di (...)

24Selon la technique de fabrication des tonneaux67, le corps du seau a dû être réalisé en disposant les douves côte à côte à l’aide d’un premier cerclage de soutien. Leur largeur peut varier sur un même récipient68. La base est imbriquée dans le bas des douves à l’aide d’une gorge interne, avant ou après enfoncement des cerclages inférieurs (fig. 11.1)69. Ceux-ci, réalisés en fer, sont enfoncés autour des douelles par martelage, sans utilisation de rivets. De ce type de travail découlent la forme tronconique du récipient et, par conséquent, le diamètre variable des cerclages70. Quant au fin bandeau en alliage cuivreux des exemplaires de type II, ses extrémités latérales sont probablement directement soudées ensemble sur l’objet. Une gouttière est souvent enfoncée sur le bord supérieur du récipient71 (fig. 11.2), principalement sur les seaux de type II où elle est renforcée par de petites plaques de bronze repliées et rivetées (fig. 11.3).

Fig. 11 Fabrication des récipients à douves en bois (Bidford-on-Avon, tombe 7) (sur base de Cook 2004, fig. 2).

Fig. 11 Fabrication des récipients à douves en bois (Bidford-on-Avon, tombe 7) (sur base de Cook 2004, fig. 2).
  • 72 Ceci a du moins été observé sur l’exemplaire de la sépulture 13 de Saint-Dizier (communication per (...)
  • 73 Des traces de soudure ont été observées sur l’exemplaire de la sépulture B de Zudausques (étain) ((...)
  • 74 Entre autres : Martin 1976 ; Alenus-lecerf 1979, p. 122 ; Van Ossel 1982, p. 200 ; Roger 1982, p. (...)
  • 75 Roger 1982, p. 116.

25Les attaches, les appliques et l’anse sont ajoutées dans un second temps. Les attaches des seaux de type I sont maintenues au cerclage supérieur et aux douves par des rivets. La perforation de leurs extrémités supérieures permet l’articulation de l’anse. La réalisation du type II est plus complexe. Après fixation du large bandeau (fig. 12.1), chaque applique triangulaire estampée est fixée sous celui-ci − par soudure72 ? − et rivetée à sa pointe (fig. 12.2). Une étroite bande en alliage cuivreux soudée couvre cette jonction73 (fig. 12.3). Les attaches, réalisées par fonderie, sont ensuite ciselées74. Elles sont maintenues aux douves par trois ou quatre rivets, souvent bourrelés. L’anse est ensuite fixée par un rivet ornementé traversant l’extrémité supérieure de l’attache (fig. 12.A) et une petite plaquette métallique située à l’intérieur du seau (fig. 12.B). Les décors sont incisés sur la bande étroite, sur les attaches et sur l’anse. Certains ont peut-être été gravés après montage de l’armature comme semble l’attester les marques laissées sur le seau de Zudausques par l’incision des ocelles de la bande étroite sur le large bandeau sous-jacent75.

  • 76 Pour les seaux anglo-saxons : Cook 2004, p. 35 ; Mason 2009, p. 14, n. 43. Pour les tankards : Hor (...)
  • 77 Quatre trous ont été percés, deux de part et d’autre de la cassure, à travers l’anse et le fragmen (...)
  • 78 Communication personnelle de M.-C. Truc.

26Mentionnons enfin que des traces de réparation sont attestées sur certains récipients76, comme sur l’anse du seau de la tombe 758 de Rhenen77 ou sur celle de l’exemplaire de la sépulture 13 de Saint-Dizier78.

Fig. 12 Fabrication des seaux de type II (Trivières, Tr. 488). À gauche : fixation de l’étroit bandeau. À droite : fixation de l’anse.

Fig. 12 Fabrication des seaux de type II (Trivières, Tr. 488). À gauche : fixation de l’étroit bandeau. À droite : fixation de l’anse.

Cl. A. Vallée

3.2. Le bois d’if

  • 79 Haneca et al. 2012, p. 894.
  • 80 Cook 2004, p. 31.

27Hormis des conditions exceptionnelles, les douves ont rarement été préservées dans leur intégralité. La corrosion des éléments métalliques permet toutefois une conservation partielle de celles-ci. Les alliages de cuivre empêchent ainsi la détérioration de la matière organique. Quant à la corrosion du fer, pour autant qu’elle agisse plus rapidement que la dégradation du bois, elle forme des couches ferreuses qui conservent l’empreinte du matériau original qui se décomposera ensuite79. Bien que l’essence du bois ait été identifiée sur peu de récipients, il s’agit dans la majorité des cas d’if, ce qui est vraisemblablement le cas également des exemplaires anglo-saxons80. Le chêne et le frêne semblent avoir été utilisés occasionnellement.

  • 81 Beck 2009, p. 592.
  • 82 César 1972, Livre VI, XXXI (p. 197) : en décrivant la défaite d’Ambiorix : « Catuvolcos, roi de la (...)
  • 83 Pline l’Ancien 1981, Livre XVI, XX, 50-51 (p. 37) : en parlant de l’if : « Le fruit du mâle est vé (...)
  • 84 Wilson, Sauer et Hooser 2001. Le cheval semble plus particulièrement sensible à la toxicité de cet (...)
  • 85 Wilson, Sauer et Hooser 2001.
  • 86 Comey 2013, p. 114 (sans justification toutefois).
  • 87 Gagneux-Granade 2003, p. 23.
  • 88 Horn 2015, p. 5 sur base de Kite et al. 2013, p. 26.
  • 89 Par exemple : Edwards 1990, p. 76 ; Morris 2000 ; Frantzen 2014.
  • 90 Cense-Bacquet 2012.

28L’if croît en Gaule durant l’Antiquité où il est connu pour sa toxicité dès cette époque, comme l’attestent quelques documents écrits81. Ainsi, dans le De bello Gallico, César raconte la mort de Catuvolcos, chef de tribu gaulois, qui s’empoisonna avec de l’if82. Pline relate quant à lui des empoisonnements liés à du vin conservé dans des tonneaux réalisés avec cette essence83. Toute la plante ‒ à l’exception de la baie ‒ contient, en effet, un alcaloïde toxique, la taxine. Cette molécule végétale confère à l’if sa nocivité qui affecte, à différents degrés, l’homme et l’animal84. Les effets du bois sec sur le contenu du récipient posent toutefois toujours question : pour certains il y a bien transfert de la toxicité vers le liquide conservé85, d’autres le contestent86. Pour certains, plus nuancés, la taxine pourrait avoir un moindre effet lorsqu’il s’agit de bois coupé87. Selon une étude récente, les taxoïdes contenus dans de l’if sec serait plus rapidement assimilés par des liquides fortement alcoolisés que par des aliments ou des boissons contenant un moindre degré d’alcool88. Il convient enfin de souligner qu’au haut Moyen Âge, l’emploi de cette essence n’est pas exclusif au monde funéraire. Dans le nord de l’Europe, où la vaisselle est très souvent réalisée en bois, il n’est pas rare de rencontrer des ustensiles et des récipients d’usage quotidien en if89. Plus récemment, cette essence a été identifiée sur un exemplaire à douves, daté du milieu du viie au début du viiie siècle, découvert dans le comblement d’un cuvelage sur le site de La Caloterie (Pas-de-Calais)90.

  • 91 Comey 2013, p. 112 et 115 ; Horn 2015, p. 5 sur base de O’Neill 2002, p. 14.
  • 92 Pline l’Ancien 1962, Livre XVI, LXXVIII, 212 (p. 87) : en parlant des caractéristiques des diverse (...)
  • 93 Lieutaghi 2004, p. 759 ; Deforce et Bastiaens 2007, p. 226-227 ; Comey 2013, p. 112-115.

29Malgré le fait qu’il soit noueux et prompt à se fendre lors de son travail91, ce bois possède de nombreuses qualités technique et esthétique. Il est imputrescible92, compact, mais dispose par ailleurs d’une grande plasticité. Il a de longue date été employé pour la fabrication d’outils et d’armes, et plus particulièrement d’arcs. Il possède en outre des teintes chaudes variant du brun-rouge, à l’orangé, voire au pourpre93.

  • 94 Poux 2004, p. 345. Voir aussi Beck 2009, p. 480-483.
  • 95 Aufleger 1996, p. 604.
  • 96 Vidal 1976, p. 188 ; Comey 2013, p. 113.

30Quelles sont alors les raisons qui ont poussé à l’emploi de l’if pour la manufacture de ces récipients à douves, non seulement au haut Moyen Âge, mais aussi précédemment ? Pour la période celtique, selon M. Poux, cette essence aurait, entre autres, été choisie pour la légère toxicité qu’elle a pu conférer au contenu du récipient. Celle-ci aurait été « exploitée par les Celtes pour renforcer les effets hallucinogènes de l’alcool ». Cet état permettait « d’entrer en contact avec les divinités et les défunts » au cours de rites de divination94. Toutefois, son emploi pour la fabrication d’objets d’usage domestique, au haut Moyen Âge du moins, remet en question l’hypothèse d’un choix strictement cultuel. De plus, un traitement du bois ou un revêtement interne de cire par exemple n’est pas à exclure95. Ce sont plus probablement divers facteurs, d’ordre technique, pratique et esthétique, qui ont poussé à l’emploi de cette essence. Sa couleur aurait aussi permis un jeu de contrastes entre les éléments organiques et métalliques96.

4. De la production à la diffusion (types I et II)

31La large diffusion des récipients de types I et II et leur apparente uniformité morphologique ont motivé une analyse ciblée sur les attaches dont la diversité offre la possibilité d’une étude plus poussée.

  • 97 Représentativité des attaches en fer sur les seaux de type I pour l’inventaire en l’état : F1a : 7 (...)
  • 98 Représentativité des attaches en alliage cuivreux sur les seaux de type II pour l’inventaire en l’ (...)
  • 99 Attaches B4 : 57. Bossut-Gottechain, t. 146 ; 72. Arlon, t. 10 ; 88. Jülich ; 96. Rübenach, t. 225 (...)
  • 100 Attaches F2 : 77. Borgharen, t. 47 (x2) ; 84. Krefeld-Gellep, t. 2614 ; 91. Köln, Müngersdorf, t. (...)
  • 101 Attaches B2 : 93. Köln, cathédrale, tombe d’enfant ; 132. Dagersheim.

32Sur la base de la documentation en l’état, les seaux de type I semblent surtout localisés en Austrasie dans le bassin de la Meuse moyenne, le long du Rhin et à l’est de celui-ci au contraire du type II plus largement répandu (fig.  9 et 10). Les attaches en fer F1a et F1b et celles en alliage cuivreux B3a sont réparties des rives de la Manche à l’embouchure du Rhin supérieur. Les F1b représentent environ 43 % des bélières en fer du corpus97. Parallèlement, les B3a sont présentes sur plus de la moitié des seaux de type II98. Les six paires en bronze B4, morphologiquement très semblables, sont retrouvées sporadiquement sur tout le territoire franc et de l’autre côté de la Manche, sur des récipients issus de contextes datés du vie ou du viie siècle99. Enfin, les attaches en fer F2, qui semblent plus tardives, sont essentiellement localisées le long du Rhin et à l’est de celui-ci dans la vallée du Main100. Celles des deux seaux de la tombe 47 de Borgharen, le long de la vallée mosane, pourraient toutefois nuancer cette observation. Les attaches en bronze B2 sont très peu représentées101. L’échelle de l’aire de distribution de ce type de mobilier (F1a, F1b, B3a, B3b) est frappante comme le sens qu’il porte et l’image que les élites souhaitent véhiculer par son usage. L’apparente homogénéité culturelle à laquelle il contribue ne l’est pas moins, tout en préservant peut-être des formes régionales d’expression identitaire (F2), dans des royaumes mérovingiens aux destinées contrastées selon leurs partages dynastiques et divisions fratricides.

  • 102 Seules quelques attaches et appliques de récipients différents semblent identiques.
  • 103 Horn 2015, p. 6.

33Malgré leur appartenance à des catégories typologiques bien établies, les attaches présentent toutefois d’un récipient à l’autre de nombreuses différences : dimensions, étirement de la partie inférieure, forme des courbes latérales, forme des volutes terminales, etc. Parallèlement, l’analyse des appliques révèle l’emploi de diverses matrices102. De nombreuses questions restent encore en suspens. Où et par qui ces récipients sont-ils réalisés ? Dans des ateliers fixes ? Ou plutôt par des artisans itinérants ? La diversité des matériaux et des techniques nécessaires à leur réalisation implique par ailleurs la contribution de divers artisans103. S’il ne s’agit pas d’un atelier de production unique, comment, tout en étant différents, peuvent-ils présenter une morphologie si semblable sur un si vaste territoire ? Ont-ils été initialement produits dans quelques centres de production centraux (diffusion au sein des cours royales) ? Puis répandus plus largement, par effet de mimétisme, au sein des aristocraties en quête de marqueurs identitaires ? Produits dans des ateliers plus régionaux ? Quels rôles ont pu jouer les contacts établis entre noblesse étrangère et mérovingienne ? La diffusion des seaux portant des attaches de type B4 est peut-être à comprendre en ce sens.

5. Échanges et contacts transmanches

Fig. 13 Seau en bois à armature en alliage cuivreux de la tombe 28 de la nécropole de Buckland (Cook 2004, fig. 18a).

Fig. 13 Seau en bois à armature en alliage cuivreux de la tombe 28 de la nécropole de Buckland (Cook 2004, fig. 18a).
  • 104 Cook 2004, p. 32.
  • 105 Données issues de l’analyse (au moment de la rédaction du travail de fin d’études : Vallée 2010-20 (...)
  • 106 Des exemples peuvent être trouvés à Mucking II, t. 600 (Evison 1973) ; Mill Hill, t. 92 (Parfitt e (...)
  • 107 Marin 1992 ; Soulat 2009b.
  • 108 Evison 1965.
  • 109 Hirst et Clark 2009, p. 555.
  • 110 Brugmann 2012, p. 143.
  • 111 Le Jan 2010, p. 188 et 190 ; Wood 2010, p. 175.
  • 112 Le Jan 2010, p. 184 et 189 ; Wood 2010, p. 166.
  • 113 Voir les travaux de J. Soulat. Pour la vaisselle voir par exemple : Gauthier 2006.

34Les contacts établis entre les communautés mérovingiennes et anglo-saxonnes, déjà bien documentés, se manifestent aussi à travers certaines particularités des récipients découverts outre-Manche. L’emploi de montants ou d’appliques estampées distingue les seaux altomédiévaux insulaires et continentaux. À l’exception de plus petits exemplaires, presque tous les seaux anglo-saxons à armature en alliage cuivreux sont dotés de deux ou quatre montants104, combinés, dans près de 40 % des cas, à une attache105 (fig. 13). Ces éléments sont en revanche rares sur les récipients continentaux plutôt caractérisés par l’emploi d’appliques triangulaires estampées à visage humain. Ainsi, plusieurs exemplaires, retrouvés en territoire anglo-saxon, associent les deux montants verticaux et les attaches bifides aux appliques triangulaires, importées ou plus probablement réalisées sur place 106 (fig. 14). Les seaux à placage de bronze, découverts au-delà des deux rives de la Manche, illustrent également ces contacts. Sur le continent, ils sont retrouvés dans des nécropoles à influence anglo-saxonne telles que celles de Nouvion-en-Ponthieu, Marchélepot, Neuville-sur-Escaut ou Herpes107. Outre-Manche, c’est dans le sud-est de l’Angleterre qu’ils sont le mieux documentés. Ils pourraient provenir du ou des atelier(s) du nord de la France108 ou être produits localement par imitation des récipients continentaux109, bien qu’une telle production n’ait pas encore été identifiée dans le Kent110. Le seau mis au jour à Howletts, constitué d’ attaches de type B4 semblables à celles du cimetière d’Arlon, a plus probablement été importé ou offert. Les liens tissés de part et d’autre de la Manche peuvent revêtir différentes formes : commerciaux, politique/matrimoniaux, religieux, etc.111. Participant aux échanges entre les membres des élites insulaires et continentales, citons, à titre d’exemple, les mariages de rois du Kent avec des princesses ou aristocrates mérovingiennes à l’image d’Æthelbert et Berte, fille du roi Charibert (avant 580), ou Eadwald et Emma, parente du maire de palais Erchinoald (avant 618)112. Les seaux s’additionnent ainsi à une série d’objets reflétant influences et échanges entre les populations établies des deux côtés de la Manche113.

Fig. 14 Seau en bois à armature en alliage cuivreux de la tombe 600 de la nécropole de Mucking (Evison 1973, fig. 1).

Fig. 14 Seau en bois à armature en alliage cuivreux de la tombe 600 de la nécropole de Mucking (Evison 1973, fig. 1).

6. Les contextes funéraires114

  • 114 L’analyse se base sur 136 contextes funéraires bien documentés.
  • 115 Seul un fragment d’attache en alliage cuivreux de type B3b mis au jour dans la tombe à incinératio (...)
  • 116 Hincker 2007, p. 179, fig. 6. 
  • 117 Mason 2009, p. 4.

35Les seaux à placage de bronze et de types I et II proviennent exclusivement de contextes funéraires, principalement de tombes à inhumation115. Seuls une applique triangulaire et un élément d’armature en alliage cuivreux ont été découverts dans le remblai d’un fond de cabane sur le site d’habitat de Biéville-Beuville116. Bien que largement diffusés, ils ne sont retrouvés qu’en nombre très limité dans les cimetières, au maximum une dizaine, « ce qui paradoxalement, rend cette coutume, à la fois très répandue et singulière117 ».

36Ils proviennent indistinctement de tombes masculines, féminines ou, plus rarement, de sépultures d’enfants. Ils sont placés aux pieds du défunt, dans le cercueil ou le caveau, ou hors du coffre, le long de sa paroi. Quelques exemplaires ont été mis au jour à proximité de la tête, au niveau des bras, des hanches, des cuisses ou des genoux. La découverte de certains récipients sur la tête du défunt illustre plus probablement un dépôt primaire sur la planche du cercueil ou de la chambre funéraire avec la vaisselle de prestige (fig. 1).

  • 118 Périn 2005.
  • 119 46. Hégenheim, t. 47 ; 59. Engelmanshoven, t. 8 ; 77. Borgharen, t. 47 ; 84. Krefeld-Gellep, t. 25 (...)
  • 120 Ce qui représente 28 contextes sur les 136 examinés dans cette étude.
  • 121 Christlein 1973, p. 157, fig. 11 ; Young 1986, p. 72.

37Les seaux sont associés à de la vaisselle en céramique dans un peu moins de 48 % des contextes. Il s’agit majoritairement de pots biconiques, plus rarement d’assiettes, d’écuelles, de pots à panse arrondie, de cruches et de pichets. Les récipients en verre, retrouvés dans un peu moins d’un tiers des sépultures, consistent, dans plus de 65 % des cas, en des gobelets campaniformes et des coupes, dans une moindre mesure. La vaisselle en alliage cuivreux est présente dans plus d’un tiers des contextes. Il s’agit dans 86 % des cas de bassins à bord perlé ou de type improprement dit « copte »118. Quelques chaudrons, patères ou pichets s’y additionnent dans des contextes très privilégiés. Des assiettes ou des coupes en bois complètent parfois ces ensembles dans certaines tombes exceptionnellement bien conservées comme celle de l’enfant de la cathédrale de Cologne. Quelques sépultures renfermaient deux seaux119, d’autres, pillées, ne contenaient pas d’élément de vaisselle supplémentaire120. L’association fréquente de plusieurs de ces récipients au sein d’une même sépulture détermine la richesse de celle-ci121. Il peut donc s’agir de sépultures privilégiées, voire princières, mais également de tombes plus modestes, contenant moins de mobilier funéraire et de moindre qualité.

  • 122 Un (58. Tienen ; 70. Vieuxville, t. 179) ou trois gobelets en verre (71. éprave) ; deux bouteilles (...)
  • 123 Steuer 1986, p. 599-601.
  • 124 Os de mouton ou de chèvre (Lee 2007, p. 74 ; Mason 2009, p. 9) ; os, et surtout mandibules, de ron (...)
  • 125 Cook 2004, p. 54 ; Mason 2009, p. 9.
  • 126 Szatmári 1980, p. 109 ; Cook 2004, p. 46, 52-53 et 86.
  • 127 Cook 2004, p. 41.

38Des récipients en verre et quelques objets ont occasionnellement été retrouvés à l’intérieur des seaux122. Le problème de la conservation des matières organiques, qui ne livre que rarement des récipients complets, et le manque d’analyses des traces chimiques conservées dans les fibres du bois ou des micro-restes, ne documentent par ailleurs que très rarement le contenu de ceux-ci. Il semble cependant que certains contenaient des baies et des oeufs123. En territoire anglo-saxon, d'autres renfermaient des restes fauniques124, des noix125 ou, au contraire, étaient vides126. Enfin, certains récipients ont pu être couverts d’un textile127. Ces données restent toutefois trop ponctuelles pour permettre leur analyse.

7. Discussion sur la fonction des seaux

  • 128 Poux 2004, p. 264 ; Horn 2015, p. 23 ; Mason 2009, p. 4, n. 7 et p. 18.
  • 129 Dierkens 1981, p. 49 ; Verslype 2010, p. 303-304.

39Leur emploi avant dépôt dans la tombe est suggéré par les réparations visibles sur certains seaux et par les éléments en bronze retrouvés sur le site du château de Biéville-Beuville. Leur rareté relative, leurs assemblages mobiliers et le soin apporté à la manufacture de certains d’entre eux témoignent de récipients réservés à une petite partie de la communauté128, une élite, dont le statut reste difficile à définir129. Ils sont couramment associés à des éléments de vaisselle, de la céramique, bien sûr, mais également des gobelets en verre.

  • 130 Voir Mason 2009, p. 14 ; Comey 2013, p. 112.
  • 131 Mason 2009, p. 7-9. Voir p. 8, n. 25 et 26.
  • 132 Böhme 1974, p. 132 ; Dasnoy 1997, p. 46-47.
  • 133 Poux et Feugère 2002, p. 202-207 ; Poux 2004, p. 41-42 et 264.
  • 134 Effros 2002, p. 8.
  • 135 Plouvier 2007, p. 123 ; Mathiaut 2008.
  • 136 Effros 2002, p. 8 et 74-79.

40L’hypothèse de leur usage lors de festins, pour le service de la boisson et/ou de la nourriture130, peut aller dans le sens de ces données. Selon certains auteurs, les grands récipients consisteraient plutôt en de la vaisselle communautaire pour conserver ou servir ; ceux de petite taille, à usage individuel, seraient utilisés pour boire ou pour le service des liquides131. Dans ce même ordre d’idée, selon H. W. Böhme et A. Dasnoy, les baquets et les petits seaux de la fin de l’Antiquité tardive auraient servi au transfert de liquide depuis un grand contenant vers un plus petit132. Cette différenciation fonctionnelle des seaux sur base de leur morphologie a par ailleurs été suggérée par M. Poux pour l’âge du fer133. Ainsi, lors de ces banquets, qui jouaient un rôle essentiel « dans la construction de la communauté et dans le renforcement des identités et des alliances134 », la vaisselle en bois aurait pu avoir sa place aux côtés d’autres contenants en céramique, en verre ou en métal135. Si l’on envisage également leur emploi pour la présentation de la nourriture, les restes organiques découverts à l’intérieur de certains d’entre eux doivent-ils alors être interprétés comme des reliquats de festins ? Il semble plus probable qu’il s’agisse de dépôts alimentaires ou de restes de repas funéraire, à distinguer du récipient et de sa fonction initiale. Ces coutumes largement diffusées au Bas-Empire ont en effet été adoptées et adaptées par les premiers chrétiens avec leurs pratiques propres. Et, bien que les autorités ecclésiastiques tentent de les limiter, celles-ci restent encore en usage pour une grande partie de la population jusqu’au vie siècle136.

  • 137 Mason 2009, p. 14.

41D’autres seaux, enfin, ont peut-être plutôt servi aux tâches quotidiennes137, pour le transport par exemple. Certains exemplaires, moins prestigieux, se rapprochent en effet morphologiquement de ceux mis au jour en contexte domestique. Les assemblages mobiliers y paraissent globalement plus modestes.

  • 138 Dickinson 1993, 1999.

42Terminons en soulignant l’existence de petites amulettes ayant la forme de seaux. Elles sont présentes seule ou à deux, regroupées à sept ou douze, très rarement à plus de vingt. À Bidford-on-Avon, douze de ces amulettes ont été retrouvées dans la tombe d’une jeune femme. D’après T. Dickinson, elles étaient peut-être placées dans un petit sac ou cousues sur celui-ci et auraient eu une signification magique et symbolique138.

Conclusion

  • 139 Mason 2009, p. 5-6.

43C’est à partir du milieu du ive siècle que la tradition funéraire du dépôt de seaux réapparait entre Elbe et Loire. Les seaux mérovingiens standardisés, tels que nous les avons définis, ne semblent largement diffusés à l’échelle du Regnum Francorum qu’à partir de la fin du règne de Clovis, lorsque le territoire qui s’étend du Rhin au sud de la Garonne est unifié, temporairement, sous l’égide d’un seul souverain. Cette coutume est en outre largement diffusée bien en dehors des frontières neustriennes et austrasiennes, en territoire anglo-saxon et de la mer Baltique à la Hongrie139. La diminution progressive des dotations funéraires à partir de la seconde moitié du viie siècle entraîne la disparition de ces objets en territoire franc. Cette pratique subsiste toutefois, au-delà du viiie siècle et par-delà les frontières de l’empire carolingien, où les seaux continuent d’accompagner certains défunts à l’image de la riche sépulture viking d’Oseberg.

Haut de page

Bibliographie

Akerman J. Y.
1855, Remains of pagan Saxondom, Londres, J. R. Smith, https://archive.org/details/remainspagansax00akergoog (consulté en avril 2016).

Alenus-Lecerf J.
1963, Fouille mérovingienne à Folx-les-Caves, Bruxelles, Service national des fouilles (Archaeologia Belgica, 69).

1975, Le cimetière mérovingien de Hamoir, t. 1, Catalogue, Bruxelles, Service national des fouilles (Archaeologia Belgica, 181).

1978, Le cimetière mérovingien de Hamoir, t. 2, Étude, Bruxelles, Service national des fouilles (Archaeologia Belgica, 201).

1979, « La seille garnie de bronze ciselé de Herstal », dans Conspectus MCMLXXVIII, Bruxelles, Service national des fouilles (Archaeologia Belgica, 213), p. 121-123.

1980, « Troisième campagne de fouilles à Orp-le-Grand », dans Conspectus MCMLXXIX, Bruxelles, Service national des fouilles (Archaeologia Belgica, 223), p. 72-75.

Ament H.
1970, Fränkische Adelsgräber von Flonheim in Rheinhessen, Berlin, VGM (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 5).

1996, « Frühe Funde und archäologische Erforschung der Franken im Rheinland », dans Die Franken. Wegbereiter Europas. Vor 1500 Jahren : König Chlodwig und seine Erben, catalogue d’exposition, Reiss-Museum, Mannheim, 8 septembre 1996‒6 janvier 1997, Mayence, Ph. von Zabern, 2 vol., p. 23-34.

Aufleger M.
1996, « Holzarbeiten und Holzbearbeitung », dans Die Franken. Wegbereiter Europas. Vor 1500 Jahren : König Chlodwig und seine Erben, catalogue d’exposition, Reiss-Museum, Mannheim, 8 septembre 1996–6 janvier 1997, Mayence, Ph. von Zabern, 2 vol., p. 599-604.

Barbason-Bihet D.
1988, Les mérovingiens. Le monde des morts révèle celui des vivants, catalogue d’exposition itinérante, Muséobus du Ministère de la Communauté française, avril 1988–novembre 1989, Liège, Massoz.

Barrière-Flavy C.
1901, Les arts industriels des peuples barbares de la Gaule du ve au viiie siècle, Paris, Picard.

Beck N.
2009, Goddesses in Celtic Religion. Cult and Mythology : A Comparative Study of Ancient Ireland, Britain and Gaul, thèse de doctorat sous la direction de Davie N. et Ó Hógáin D., université de Lyon 2 et de Dublin, http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2009/beck_n#p=0&a=top (consulté en avril 2016).

Becker A.
2006, « Die metallbeschlagenen germanischen Holzeimer der römischen Kaiserzeit », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 53-2, p. 345-520.

Bede I.
2014, « Le cheval dans les rites funéraires de la période avare : une forme d’individuation ? », dans Bede I. et Detante M. (dir.), Rencontre autour de l’animal en contexte funéraire, actes de la IVe rencontre du Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire, Saint-Germain-en-Laye, 30-31 mars 2012, Saint-Germain-en-Laye, Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire, p. 211-225.

Behrens G.
1947, Merowingerzeit. Original-Altertümer des Zentralmuseums in Mainz, catalogue d’exposition, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Mayence, Schneider (Katalog, 13).

Ben Redjeb T.
2007, « La nécropole mérovingienne de Saint-Sauveur (Somme) », Revue archéologique de Picardie, 1, p. 39-332.

Bequet A.
1891, « Les cimetières de la forteresse d’éprave. La Croix-Rouge », Annales de la Société archéologique de Namur, 19, p. 435-467.

1895, « Cimetière franc de Pry », Annales de la Société archéologique de Namur, 21, p. 311-336.

Billoin D., Châtelet M., Putelat O. et Thiol S.
2008, « La nécropole mérovingienne à tumuli d’Hégenheim (Haut-Rhin) », dans Guillaume J. et Peytremann é. (dir.), L’Austrasie. Sociétés, économies, territoires, christianisation, actes des XXVIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Nancy, 22‒25 septembre 2005, Nancy, Presses universitaires de Nancy (Mémoires publiés de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 19), p. 269-281.

Billoin D.
2009, « Pouvoir et monuments tumulaires : l’exemple de la nécropole mérovingienne d’Hégenheim (Haut-Rhin) », dans Alduc-Le Bagousse A. (dir.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (ive-xve siècle), Caen, Publications du Crahm (Tables rondes du Craham, 4), p. 99-116.

Blaising J.-M.
1991, « Florange (Moselle) Portier Sainte-Agathe », Archéologie médiévale, 21, p. 385-386.

Blin C.
1901, « Les cimetières mérovingiens de Mareil-sur-Mauldre et de Beynes (Seine-et-Oise) », Bulletin monumental, 65, p. 573-593, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k310809.r= (consulté en avril 2016).

Blümlein C.
1926, Bilder aus dem römisch-germanischen Kulturleben (nach Funden und Denkmälern), Munich / Berlin, Oldenbourg.

Böhme H. W.
1974, Germanische Grabfunde des 4. bis 5. Jahrhunderts zwischen unterer Elbe und Loire. Studien zur Chronologie und Bevölkerungsgeschichte, Munich, Beck (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 19).

1981, « Gobelet en bois avec revêtements de tôles estampées », dans à l’aube de la France. La Gaule de Constantin à Childéric, catalogue d’exposition, musée du Luxembourg, Paris, 26 février‒3 mai 1981, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 118.

Böhner K.
1958a, Die fränkischen Altertümer des Trierer Landes, Berlin, VGM (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 1), 2 vol.

1958b, Merowingerzeit : Fränkische Waffengräber aus dem Moselland, Bonn, Habelt (Inventaria archaeologica, Deutschland, 4).

1959, Das Grab eines fränkischen Herren aus Morken im Rheinland, Cologne, Böhlau (Kunst und Altertum am Rhein, 4).

Boulanger T. C.
1902-1905, Le mobilier funéraire gallo-romain et franc en Picardie et en Artois, Paris, Ernest Leroux, 2 vol.

1909, Le cimetière franco-mérovingien et carolingien de Marchélepot (Somme). Étude sur l’origine de l’art barbare, Paris, Imprimerie nationale.

Breuer J. et Roosens H.
1956, « Le cimetière franc de Haillot », Annales de la Société archéologique de Namur, 48-2, p. 171-298.

Brugmann B.
2012, « Discussion of the bucket », dans Parfitt K. et Anderson T., Buckland Anglo-Saxon cemetery, Dover. Excavations 1994, Canterbury, Canterbury Archaeological Trust (The archaeology of Canterbury, 6), p. 143.

Brulet R.
1970, Catalogue du matériel mérovingien conservé au musée archéologique de Charleroi, Bruxelles, Centre national de recherches archéologiques en Belgique (Répertoires archéologiques, Série B, 5).

1990, La Gaule septentrionale au Bas-Empire. Occupation du sol et défense du territoire dans l’arrière-pays du Limes aux ive et ve siècles, Trèves, Selbstverlag des Rheinischen Landesmuseums (Trierer Zeitschrift für Geschichte und Kunst des Trierer Landes und seiner Nachbargebiete, 11).

2008, « Fortifications de hauteur et habitat perché de l’Antiquité tardive au début du Haut Moyen Âge, entre Fagne et Eifel », dans Steuer H. et Bierbrauer V. (éd.), Höhensiedlungen zwischen Antike und Mittelalter von den Ardennen bis zur Adria, Berlin, De Gruyter (Ergänzungsbände zum Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 58), p. 13-70.

Brulet R. (dir.)
2008, Les Romains en Wallonie, Bruxelles, Racine.

Calonne A. de
1915, « Note sur une matrice mérovingienne en bronze trouvée à Roussent (Pas-de-Calais) », Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie 1913-1914, 26, p. 88-92, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2983996/f96.image.langEN (consulté en avril 2016).

Cense-Bacquet D.
2012, La Caloterie, « Chemin de Visemarais », Pas-de-Calais (62), Rapport final d’opération d’archéologie préventive, déposé à la Drac Nord-Pas-de-Calais Picardie (SRA), 4 vol.

César J.
1972, La Guerre des Gaules, L.-A. Constans (trad.), Paris, Les Belles Lettres (Universités de France).

Chenet G.
1935, « La tombe 319 et la buire chrétienne du cimetière mérovingien de Lavoye (Meuse) », Préhistoire, 4, p. 34-118.

Chossenot R.
2004, La Marne, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte archéologique de la Gaule, 51/1).

Christlein R.
1973, « Besitzabstufungen zur Merowingerzeit im Spiegel reicher Grabfunde aus West- und Süddeutschland », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 20, p. 147-180.

Cochet J. B. D. (abbé)
1854, La Normandie souterraine ou notices sur des cimetières romains et des cimetières francs explorés en Normandie, Rouen, Lubrement.

1857, Sépultures gauloises, romaines, franques et normandes faisant suite à « La Normandie souterraine », Paris, Derache.

Colling D. et Zeippen L.
2007, « La place du mobilier du “Vieux Cimetière” dans la section mérovingienne du musée archéologique d’Arlon », Bulletin trimestriel de l’Institut archéologique du Luxembourg-Arlon, 83-3/4, p. 99-108.

Comey M. G.
2013, « The Wooden Drinking Vessels in the Sutton Hoo Assemblage : Materials, Morphology, and Usage », dans Bintley M. D. J. et Shapland M. G. (éd.), Trees and Timber in the Anglo-Saxon World, Oxford, Oxford University Press (Medieval history and archaeology), p. 107-121.

Cook J. M.
2004, Early Anglo-Saxon Buckets. A Corpus of Copper Alloy- and Iron-bound, Stave-built Vessels, Oxford, Institute of Archaeology, University of Oxford-School of Archaeology (Oxford University School of Archaeology Monograph, 60), http://archaeologydataservice.ac.uk/archives/view/buckets_var_2003/index.cfm (consulté en avril 2016).

Corcoran J. X. W. P.
1953, « Tankards and Tankard Handles of the British Early Iron Age », Proceedings of the Prehistoric Society, 18-1, p. 85-102.

Dasnoy A.
1966, « Quelques ensembles archéologiques du Bas-Empire provenant de la région namuroise (Spontin, Flavion, Tongrinne, Jamiolle, Jambes, Treigne) », Annales de la Société archéologique de Namur, 53-2, p. 169-231.

1968, « La nécropole de Samson (ive-ve siècles) », Annales de la Société archéologique de Namur, 54-2, p. 277-333.

1969, « La nécropole de Furfooz », Annales de la Société archéologique de Namur, 55-1, p. 121-194.

[1972], « Herstal au Bas-Empire », dans Herstal avant l’an mil, catalogue d’exposition, Maison de Lovinfosse, Herstal, 11 mars‒9 avril 1972, Herstal, Syndicat d’initiative de Herstal, p. 53-68.

1978, « Quelques tombes du cimetière de Pry (ive-vie siècles) (Belgique, province de Namur) », dans Fleury M. et Périn P. (éd.), Problèmes de chronologie relative et absolue concernant les cimetières mérovingiens d’entre Loire et Rhin, actes du IIe colloque archéologique de la IVe Section de l’École pratique des hautes études, Paris, 1973, Paris, Champion (Bibliothèque de l’École des hautes études. Quatrième section, Sciences historiques et philologiques), p. 69-79.

1997, « Les cimetières d’éprave et Han-sur-Lesse : la “Croix-Rouge” et “Sur-le-Mont” », Annales de la Société archéologique de Namur, 71, p. 3-82.

2004, « Spontin avant Spontin : les tombes du Bas-Empire et de l’époque mérovingienne », dans Germain J. et Genette L. (dir.), Spontin d’eau et de pierre. Un village millénaire au centre de la Wallonie, t. 1, s. l., La Mémoire de Spontin, p. 33-50.

Dechosal M.
2010-2011/2011-2012, Les seaux mérovingiens en contexte funéraire entre Loire et Rhin, mémoire de master sous la direction de Peytremann É. et Burnouf J., université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Deforce K. et Bastiaens J.
2007, « The Holocene history of Taxus baccata (yew) in Belgium and neighbouring regions », Belgian Journal of Botany, 140-2, p. 222-237.

Delmaire R. (dir.)
1994, Le Pas-de-Calais, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte archéologique de la Gaule, 62/2), 2 vol.

Del Marmol E.
1859, « Fouilles dans un cimetière de l’époque franque, à Samson », Annales de la Société archéologique de Namur, 6, p. 345-391.

Delort é.
1953, « XVIIe circonscription », Gallia, 11-1, p. 141-148.

Destexhe G.
2000, La nécropole mérovingienne d'Oudoumont. Commune de Verlaine - Hesbaye liégeoise, t. 1, Rapport de fouilles, Saint-Georges-sur-Meuse, A.S.B.L. Société archéologique de Hesbaye (Archéologie Hesbignonne, 16)

2003, Les cimetières gallo-romain et mérovingien du “Jointy” à Verlaine, t. 1, Rapport de fouilles, Saint-Georges-sur-Meuse, A.S.B.L. Société archéologique de Hesbaye (Archéologie Hesbignonne, 17).

2006, Les attributs vestimentaires et les parures des tombes mérovingiennes d’Oudoumont, t. 2, Études, Saint-Georges-sur-Meuse, A.S.B.L. Société archéologique de Hesbaye (Archéologie Hesbignonne, 18).

2008, Les armes, les ustensiles et les dotations des tombes mérovingiennes d’Oudoumont, t. 3, Études, Saint-Georges-sur-Meuse, A.S.B.L. Société archéologique de Hesbaye (Archéologie Hesbignonne, 19).

Dickinson T.
1993, « An Anglo-Saxon “cunning woman” from Bidford-on-Avon », dans Carver M. (éd.), In Search of Cult. Archaeological Investigations in honour of Philip Rahtz, Woodbrige, The Boydell Press, p. 45-54.

1999, « An Anglo-Saxon “cunning woman” from Bidford-on-Avon », dans Karkov C. E. (éd.), The Archaeology of Anglo-Saxon England. Basic Readings, New-York, Garland Publishing, p. 359-373.

Die Franken
1996, Die Franken. Wegbereiter Europas. Vor 1500 Jahren : König Chlodwig und seine Erben, catalogue d’exposition, Reiss-Museum, Mannheim, 8 septembre 1996–6 janvier 1997, Mayence, Ph. von Zabern, 2 vol., p. 813-1049.

Dierkens A.
1981, « Cimetières mérovingiens et histoire du Haut Moyen Âge. Chronologie-Société-Religion », dans Arnould M.-A., Billen C., Histoire et Méthode, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles (Acta Historica Bruxellensia, 4), p. 15-70.

Doppelfeld O.
1960, « Das fränkische Frauengrab unter dem Chor des Kölner Domes », Germania, 38, p. 89-113.

1964, « Das fränkische Knabengrab unter dem Chor des Kölner Domes », Germania, 42, p. 156-187.

Edwards N.
1990, The Archaeology of Early Medieval Ireland, Philadelphie, University of Pennsylvania Press (The Middle Ages series).

Effros B.
2002, Creating community with food and drink in Merovingian Gaul, New-York, Palgrave Macmillan (The New Middle Ages).

Engels C.
2012, Das merowingische Gräberfeld Eppstein, Stadt Frankenthal (Pfalz), Rahden, Leidorf (Internationale Archäologie, 121).

Es W. A. van et Verwers W. J. H.
2009, Excavations at Dorestad, t. 3, Hoogstraat O, II-IV, Amersfoort, Rijksdienst voor Archeologie Cultuurlandschap en Monumenten (Nederlandse oudheden, 16).

Evison V. I.
1965, The fifth-century invasions south of the Thames, Londres, Athlone press.

1973, « Anglo-Saxon grave-goods from Mucking, Essex », The Antiquaries Journal, 53-2, p. 269-270.

1987, Dover : The Buckland Anglo-Saxon Cemetery, Londres, Historic Buildings and Monuments Commission for England (Archaeological Report, 3).

Faider-Feytmans G.
1970, Les nécropoles mérovingiennes, Morlanwelz-Mariemont, musée royal de Mariemont (Les collections d’archéologie régionale du musée de Mariemont, 2).

Fingerlin G.
1971, Die alamannischen Gräberfelder von Güttingen und Merdingen in Südbaden, Berlin, De Gruyter (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie A, 12).

Flotté P. et Fuchs M.
2000, Le Bas-Rhin, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte archéologique de la Gaule, 67/1).

Frantzen A. J.
2014, Food, Eating and Identity in Early Medieval England, Woodbridge, The Boydell Press (Anglo-Saxon Studies, 22).

Fremersdorf F.
1955, Das fränkische Reihengräberfeld Köln-Müngersdorf, Berlin, De Gruyter (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, 6).

Gagneux-Granade M.
2003, « Seaux à cerclage de bronze : pourquoi l’if ? », Instrumentum : Bulletin du Groupe de travail européen sur l’artisanat et les productions manufacturées dans l’Antiquité, 17, p. 22-23.

2004, « Seaux en bois d’if », dans Brun J.-P., Poux M. et Tchernia A. (dir.), Le vin, nectar des dieux, génie des hommes, catalogue d’exposition itinérante, Gollion, Infolio, p. 188-189.

Gambs A., Guillaume J., Simmer A. et Stiller G.
2001-2002, « La nécropole mérovingienne de Montenach (Moselle) », Revue Archéologique de l’Est, 51, p. 335-360.

Gauthier A.
2006, « Manger et boire à la mode étrangère : adoption, adaptation et rejet des pratiques festives continentales dans la Grande-Bretagne du viie siècle », dans Bührer-Thierry G. et Lebecq S. (coord.), L’Occident sur ses marges (vie-xe siècles). Formes et techniques de l’intégration, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes-Paris VIII (Médiévales, 51), p. 37-52.

Giesler-müller U.
1992, Das frühmittelalterliche Gräberfeld von Basel-Kleinhüningen, Derendingen-Solothurn, Habegger (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 11b).

Guillaume J.
1989, « La nécropole d’Abainville (Meuse) », dans Actes des Xe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Metz, 20‒23 octobre 1988, Sarreguemines, Pierron, p. 97-102.

Haas-Gebhard B.
1998, Ein frühmittelalterliches Gräberfeld bei Dittenheim, Montagnac, M. Mergoil (Europe médiévale, 1).

Haberey W.
1934, « Arbeitsgebiet des Wallraf-Richartz-Museums zu Köln », Germania, 18, p. 221-222.

Haigneré D. (abbé)
1866, « Quatre cimetières mérovingiens du Boulonnais », Mémoires de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, p. 5-76.

Haneca K., Deforce K., Boone M. N., Van Loo D., Dierick M., Van Acker J. et Van den Bulcke J.
2012, « X-ray sub-micron tomography as a tool for the study of archaeological wood preserved through the corrosion of metal objects », Archeometry, 54-5, p. 893-905.

Hantute G.
1989, Le cimetière mérovingien de Neuville-sur-Escaut (Nord), Saint-Martin-Boulogne, Fédération archéologique Septentrion (Septentrion, 12-13).

Heiligendorff W.
1957, « Der Holzeimer von Kleve. Eine typologische Untersuchung », Berliner Blätter für Vor- und Frühgeschichte, 6, p. 125-144.

Hellmund M.
2010, « Germanische Eibenholzeimer aus Gommern, Ldkr. Jerichower Land, und Emersleben, Ldkr. Harz - Holzfunde aus der spätrömischen Kaiserzeit », dans Becker M., Das Fürstengrab von Gommern, Halle, Harald Maller (Landesamt für Denkmalpflege und Archäologie Sachsen-Anhalt. Landesmuseum für Vorgeschichte, 63/1), p. 239-246.

Henrard D., de Bernardy de Sigoyer S., Goffioul C., Hanut F. et Deforce K.
2015, « Wanze/Wanze : golf Naxhelet, une nécropole mérovingienne sur le site d’un vaste établissement du Haut-Empire », Chronique de l’archéologie wallonne, 23, p. 230-235.

Hincker V.
2007, « Un habitat aristocratique en Neustrie. Le site du château à Biéville-Beuville (Calvados, Normandie, France) », dans Verslype L. (dir.), Villes et campagnes en Neustrie : sociétés, économies, territoires, christianisation, actes des XXVe Journées internationales d’archéologie mérovingienne de l’Afam, Tournai, 17-20 juin 2004, Montagnac, M. Mergoil (Europe médiévale, 8), p. 175-189.

Hirst S. M. et Clark D. F.
2009, Excavations at Mucking, vol. 3, The Anglo-Saxon cemeteries, Londres, Museum of London Archaeology (Mucking monograph series).

Horn J. A.
2015, « Tankards of the British Iron Age », Proceedings of the Prehistoric Society, 81, p. 311-341.

Houben P. et Fiedler F.
1839, Denkmaeler von Castra Vetera und Colonia Traiana, Xanten.

Houlé A.
1906, « Notice-étude sur une petite seille provenant des fouilles du cimetière franc d’Escames (Oise) », Mémoires de la Société académique d’archéologie, sciences et arts du département de l’Oise, 19-3e partie, p. 556-564.

Hunter F.
2006, « Art in Later Iron Age society », dans Haselgrove C. (dir.), Les mutations de la fin de l’âge du fer, actes de la table ronde, Cambridge, 7‒8 juillet 2005, Glux-en-Glenne, Bibracte centre archéologique européen (Bibracte, 12/4), p. 93-115.

Inrap.fr
2014, Une nécropole mérovingienne complète mise au jour à évrecy, dans le Calvados, Inrap, http://www.inrap.fr/une-necropole-merovingienne-complete-mise-au-jour-evrecy-dans-le-calvados-5354, (consulté en avril 2016).

Janssen W.
1993, Das fränkische Reihengräberfeld von Rödingen, Kr. Düren, Stuttgart, Steiner (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 16).

Joffroy R.
1974, Le cimetière de Lavoye (Meuse) : nécropole mérovingienne, Paris, Picard.

Kazanski M.
2002, La nécropole gallo-romaine et mérovingienne de Breny (Aisne) d’après les collections et les archives du musée des antiquités nationales, Montagnac, M. Mergoil (Europe médiévale, 4).

Kite G. C., Rowe E. R., Veitch N. C., Turner J. E. et Dauncey E. A.
2013, « Generic detection of basic taxoids in wood of European Yew (Taxus baccata) by liquid chromatography-ion trap mass spectrometry », Journal of Chromatography B, 915-916, p. 21-27.

Koch R.
1967, Bodenfunde der Völkerwanderungszeit aus dem Main-Tauber-Gebiet, Berlin, De Gruyter (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie A, 8).

Koch U.
1977, Das Reihengräberfeld bei Schretzheim, Berlin, VGM (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie A, 13).

1990, Das fränkische Gräberfeld von Klepsau im Hohenlohekreis, Stuttgart, Theiss (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 38).

2001, Das alamannisch-fränkische Gräberfeld bei Pleidelsheim, Stuttgart, Theiss (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 60).

2003, « Le début de l’occupation franque dans la région Rhin-Neckar », dans Passard F., Gizard S., Urlacher J.-P. et Richard A. (dir.), Burgondes. Alamans. Francs. Romains. Dans l’est de la France, le sud-ouest de l’Allemagne et la Suisse. ve-viie siècle après J.-C., actes des XXIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Besançon, 20‒22  octobre 2000, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises (Annales littéraires de l’université de Franche-Comté. Série Art et Archéologie, 47), p. 243-254.

Krier J.
2011, « Die Dame von Bartringen - Eine fränkische Adelige aus dem 6. Jahrhundert n. Chr. », dans Unter unseren Füβen. Sous nos pieds. Archäologie in Luxemburg. Archéologie au Luxembourg. 1995-2010, catalogue d’exposition, musée national d’histoire et d’art, Luxembourg, 20 octobre 2011‒2 septembre 2012, Luxembourg, Centre national de recherche archéologique, Musée national d’histoire et d’art, p. 173-176.

La Baume P.
1967, Das fränkische Gräberfeld von Junkersdorf bei Köln, Berlin, VGM (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 3).

Lauwerier R. C. G. M. et de Kort J. W. (éd.)
2014, Merovingers in een villa 2, Romeinse villa en Merovingisch grafveld Borgharen – Pasestraat. Onderzoek 2012, Amersfoort, Rijksdienst voor het Cultureel Erfgoed (Rapportage Archeologische Monumentenzorg, 222).

Lee C.
2007, Feasting the Dead. Food and Drink in Anglo-Saxon Burial Rituals, Woodbridge, The Boydell Press (Anglo-Saxon Studies, 9).

Le Jan R.
2010, « Les élites neustriennes et Quentovic au viie siècle », dans Lebecq S., Bethouart B. et Verslype L. (éd), Quentovic : environnement, archéologie, histoire, actes du colloque international de Montreuil-sur-Mer, étaples et Le Touquet, 11‒13 mai 2006 et de la journée d’études sur les origines de Montreuil-sur-Mer, Lille, 1er décembre 2006, Villeneuve d’Ascq, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 (UL3 travaux et recherches), p. 177-194.

Lieutaghi P.
2004, Le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux, Arles, Actes Sud.

Limelette A.
1863, « Cimetière franc de Spontin », Annales de la Société archéologique de Namur, 8, p. 327-368.

Lindenschmit L.
1880, Handbuch der deutschen Alterthumskunde : Übersicht der Denkmale und Gräberfunde frühgeschichtlicher und vorgeschichtlicher Zeit, t. 1, Die Alterhümer der merovingischen Zeit, Braunschweig, Vieweg und Sohn.

Loë A. de
1939, Belgique ancienne. Catalogue descriptif et raisonné, t. 4, La période franque, Bruxelles, Vromant.

Marin J.-Y. (éd.)
1992, Les Barbares et la mer : les migrations des peuples du nord-ouest de l’Europe du ve au xe siècle, catalogue d’exposition, musée de Normandie, Caen, 20 juin–14 septembre 1992, Caen, musée de Normandie (Publication du musée de Normandie, 10).

Marlière E.
2002, L’outre et le tonneau dans l’Occident romain, Montagnac, M. Mergoil (Monographies instrumentum, 22).

Martin M.
1976, Das fränkische Gräberfeld von Basel-Bernerring, Bâle, Archeologischer Verlag (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 1).

Mason A.
2009, « Buried Buckets : Rethinking Ritual Behavior before England’s Conversion », Haskins Society Journal, 20, p. 1-38.

Massy J.-L., Mantel E., Meniel P. et Rapin A.
1986, « La nécropole gauloise de Tartigny (Oise) », Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 13-81.

Mathiaut A.
2008, « Note sur la vaisselle de cuisine et la vaisselle de table à l’époque mérovingienne », dans Dierkens A. et Plouvier L. (éd.), Festins mérovingiens, Bruxelles, Le Livre Timperman (Mémoires, 17), p. 83-84.

Metzler J., Gaeng C., Le Goff I., Martin-Likcher S., Méniel P., et al.
2009, Goeblange-Nospelt : une nécropole aristocratique trévire, Luxembourg, musée national d’histoire et d’art (Dossiers d’archéologie, 13).

Möller J.
1987, Katalog der Grabfunde aus Völkerwanderungs- und Merowingerzeit im Südmainischen Hessen (Starkenburg), Stuttgart, Steiner (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 11).

Moreau F.
1877-1892, Album Caranda, Saint-Quentin, Charles Poette, http://www.museedestempsbarbares.fr/lalbum-caranda-oeuvre-de-frederic-moreau/ (consulté en avril 2016).

Morris C. A.
2000, Craft, Industry and Everyday Life : wood and woodworking in Anglo-Scandinavian and Medieval York, York, York Archaeological Trust (Archaeology of York, The Small Finds, 17/13).

Mortillet A. de
1907, « Note sur l’ancienneté du seau, du baquet et du tonneau », Bulletin de la Société préhistorique de France, 4-2, p. 111-117.

Namur A.
1862, « Sépultures gallo-franques de Lorentzweiler », Publications de la Société pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, 18, p. 170-172.

Nenquin J. A. E.
1953, La nécropole de Furfooz, Bruges, De Tempel (Dissertationes archaeologica gandenses, 1).

Neuffer-Müller C. et Ament H.
1973, Das fränkische Gräberfeld von Rübenach (Stadt Koblenz), Berlin, VGM (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 7).

O’Neill J.
2002, « Reconstructing the Carrickfergus tankard », Ulster Journal of Archaeology, 3e série, 61, p. 8-16.

Oxford Dictionary
1970, The Oxford English dictionary, vol. 10, Oxford, Oxford University Press.

Paresys C. et Truc M.-C.
2009, « Les tombes privilégiées de “La Tuilerie” à Saint-Dizier (Haute Marne) », dans Alduc-Le Bagousse A. (dir.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (ive-xve siècle), Caen, Publications du Crahm (Tables rondes du Craham, 4), p. 69-98.

Parfitt K. et Anderson T.
2012, Buckland Anglo-Saxon cemetery, Dover. Excavations 1994, Canterbury, Canterbury Archaeological Trust (The Archaeology of Canterbury, 6).

Parfitt K. et Brugmann B.
1997, The Anglo-Saxon cemetery on Mill Hill, Deal, Kent, Londres, Society for Medieval Archaeology (The Society for Medieval Archaeology monograph series, 14).

Paulsen P.
1992, Die Holzfunde aus dem Gräberfeld bei Oberflacht und ihre kulturhistorische Bedeutung, Stuttgart, Theiss (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 41-2).

Périn P.
1996, « Die archäologischen Zeugnisse der fränkischen Expansion in Gallien », dans Die Franken. Wegbereiter Europas. Vor 1500 Jahren : König Chlodwig und seine Erben, catalogue d’exposition, Reiss-Museum, Mannheim, 8 septembre 1996–6 janvier 1997, Mayence, Ph. von Zabern, 2 vol., p. 227-232.

2005, « La vaisselle de bronze dite “copte” dans les royaumes romano-germaniques d’Occident. État de la question », Antiquité tardive, 13, p. 85-97.

Pescheck C.
1996, Das fränkische Reihengräberfeld von Kleinlangheim, Lkr. Kitzingen-Nordbayern, Mayence, Ph. von Zabern (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie A, 17).

Pilet C., Alduc-le Bagousse A., Blondiaux J., Buchet L., Grévin G. et Pilet-Lemière J.
1990, « Les nécropoles de Giberville (Calvados). Fin du ve siècle-fin du viie siècle après J.-C. », Archéologie médiévale, 20, p. 3-140.

Pilet C., Alduc-le Bagousse A., Blondiaux J., Buchet L. et Pilet-Lemière J.
1992, « Le village de Sannerville, "Lirose". Fin de la période gauloise au viie siècle ap. J.-C. », Archéologie médiévale, 22, p. 1-189.

Pirling R.
1974, Das römisch-fränkische Gräberfeld von Krefeld-Gellep. 1960-1963, Berlin, VGM (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 8), 2 vol.

1979, Das römisch-fränkische Gräberfeld von Krefeld-Gellep. 1964-1965, Berlin, VGM (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes , 10).

Piton D. et Schuler R.
1981, « La nécropole de Nouvion-en-Ponthieu (Somme). ive-viie siècle. Rapport préliminaire », Cahiers archéologiques de Picardie, 8, p. 217-284.

Piton D.
1985, La nécropole de Nouvion-en-Ponthieu, Berck-sur-Mer, Amis du musée, du passé et de la bibliothèque de Berck-sur-Mer et environs (Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord et du Pas-de-Calais, 20).

2009, Vendeuil, Caply (Oise) – Les Marmousets : une nécropole de la fin du Bas-Empire, Amiens, Drac, Service régional de l'archéologie (Archéologie en Picardie, 37).

Pline l’Ancien
1962, Histoire naturelle, J. André (éd.), livre XVI, Paris, Les Belles Lettres (Universités de France, série latine, 171).

Plouvier L.
2007, « À la table des premiers mérovingiens », dans Verslype L. (dir.), Villes et campagnes en Neustrie : société, économies, territoires, christianisation, actes des XXVe Journées internationales d’archéologie mérovingienne de l’Afam, Tournai, 17-20 juin 2004, Montagnac, M. Mergoil (Europe médiévale, 8), p. 121-138.

Polenz H.
1988, Katalog der merowingerzeitlichen Funde in der Pfalz, Stuttgart, Steiner (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die Fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 12).

Pöppelmann H.
2010, Das spätantik-frühmittelalterliche Gräberfeld von Jülich, Kr. Düren, Bonn, Rheinische Freidrich-Wilhelms-Universität (Bonner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichtlichen Archäologie, 11).

Poux M.
2004, L’Âge du vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, M. Mergoil (Protohistoire Européenne, 8).

Poux M. et Feugère M.
2002, « Le festin, miroir privilégié des élites celtiques de Gaule indépendante », dans Guichard V. et Perrin F. (dir.), L’aristocratie celte à la fin de l’âge du fer (iie s. avant J.-C.–ier s. après J.-C.), actes de la table ronde, Glux-en-Glenne, 10‒11 juin 1999, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont-Beuvray (Bibracte, 5), p. 199-222.

Roger F.
1982, « Le cimetière mérovingien de Cormettes », Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 11-2, p. 101-123.

Rogeret I.
1997, La Seine-Maritime, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte archéologique de la Gaule, 76).

Roosens H.
1952, Le cimetière mérovingien de Baisy-Thy. Fouilles de 1950, Bruxelles, Service national des fouilles (Archaeologia Belgica, 15).

Roosens H. et Alenus-Lecerf J.
1965, Sépultures mérovingiennes au « Vieux Cimetière » d’Arlon, Bruxelles, Service national des fouilles (Archaeologia Belgica, 88).

Schaetzen R. P. de et Vanderhoeven m.
1954, Merovingisch grafveld te Engelmanshoven (België), Bruxelles, Service national des fouilles (Archaeologia Belgica, 18).

Schiek S.
1992, Das Gräberfeld der Merowingerzeit bei Oberflacht (Gemeinde Seitingen-Oberflacht, Lkr. Tuttlingen), Stuttgart, Theiss (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 41-1).

Schoppa H.
1952, « Spätfränkische Gräber im Limburger Becken », Nassauische Heimatblätter, 42, p. 16-43.

Schulze M.
1981a, « Buire en bois avec revêtements de tôle de bronze », dans À l’aube de la France. La Gaule de Constantin à Childéric, catalogue d’exposition, musée du Luxembourg, 26 février‒3 mai 1981, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 117.

1981b, « Gobelet en bois avec revêtements de tôle de bronze », dans À l’aube de la France. La Gaule de Constantin à Childéric, catalogue d’exposition, musée du Luxembourg, 26 février‒3 mai 1981, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 117-118.

Siegmund F.
1998, Merowingerzeit am Niederrhein. Die frühmittelalterlichen Funde aus dem Regierungsbezirk Düsseldorf und dem Kreis Heinsberg, Cologne, Rheinland-Verlag (Rheinische Ausgrabungen, 34).

Simmer A.
1987, « Le nord du département de la Moselle à l’époque mérovingienne », Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, 38-3/4, p. 333-396.

Solberg B.
2005, « Turned and coopered vessels of wood in Late Roman and Migration period graves in Norway », dans Hässler H.-J. (éd.), Neue Forschungsergebnisse zur nordwesteuropäischen Frühgeschichte unter besonderer Berücksichtigung der altsächsischen Kultur im heutigen Niedersachsen, Oldenburg, Isensee (Studien zur Sachsenforschung, 15), p. 421-436.

Soulat J.
2009a, Le matériel archéologique du type saxon et anglo-saxon en Gaule mérovingienne, Saint-Germain-en-Laye, Association française d’archéologie mérovingienne (Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 20).

2009b, « La pénétration des groupes saxons et anglo-saxons dans le Ponthieu entre la fin du ive et le milieu du vie siècle », Revue archéologique de Picardie, 1-2, actes des XXIXe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, musée des Temps Barbares, Marle, 26‒28 septembre 2008, p. 27-35.

Stein F.
1989, « Les tombes d’un chef franc et de sa famille à Güdingen. Considérations sur le rôle de l’aristocratie dans l’implantation franque entre Meuse et Sarre », dans Actes des Xe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Metz, 20‒23 octobre 1988, Sarreguemines, Pierron, p. 153-169.

Steuer H.
1986, « Eimer », dans Beck H., Jan Kuhn B. H., Ranke K. et Wenskus R. (éd.), Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 6-5/6, Berlin, De Gruyter, p. 582-601.

Sueur Q. et Garcia M.
2015, « Les seaux en bois à cerclages métalliques de La Tène finale et du début de la période romaine. Observations techniques et typologiques », Instrumentum : Bulletin du Groupe de travail européen sur l’artisanat et les productions manufacturées de l’Antiquité à l’époque moderne, 41, p. 48-54.

Szatmári S. B.
1980, « Das Gräberfeld von Oroszlány und seine stelle in der Frühawarenzeitlichen metallkunst », Acta Archaeologica Academiae Scientiarum Hungaricae, 32, p. 97-116.

Szydłowski J.
1986, « Holzgefässe der römischen Kaiserzeit im Oder-Weichsel-Gebeit », Saalburg Jahrbuch, 42, p. 70-82.

Terninck A.
1875, « Cimetière mérovingien de Maroeuil près d’Arras », Bulletin de la Commission des antiquités départementales du Pas-de-Calais, 4, p. 219-229.

Truc M.-C.
2008, « Trois tombes d’exception à Saint-Dizier », dans Vareon C. (dir.), Nos ancêtres les barbares. Voyage autour de trois tombes de chefs francs, catalogue d’exposition, musée de Saint-Dizier, Saint-Dizier, 29 novembre 2008–30 juin 2009, Paris, Somogy éditions d’art, p. 50-69.

Vaillant V.-J.
1885, « Le cimetière franco-mérovingien de Nesles-lez-Verlincthun », Bulletin de la Commission des antiquités départementales du Pas-de-Calais, 6, p. 105-127.

Vallée A.
2010-2011, Les seaux en bois en Gaule mérovingienne. Approches typologique, morphologique et contextuelle, mémoire de master sous la direction de Verslype L., université catholique de Louvain.

À paraître, « Les seaux en bois en Gaule mérovingienne. Approche typologique et examen de la distribution des récipients », dans Actes des XXXIVe Journées internationales d’archéologie mérovingienne (Toulouse, 6-8 novembre 2013).

Vallet F.
1988, « à propos des tombes à épées d’apparat de la Rue Saint-Pierre (Oise) et d’Arcy-Sainte-Restitue (Aisne) », Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 45-55.

Vanderhoeven M.
1977, Een Merovingisch grafveld te Engelmanshoven, Bruxelles, Service national des fouilles (Archaeologia Belgica, 194).

Vanderkelen-Dufour L.
1910, « Les seilles mérovingiennes. Reproduction d’une seille trouvée dans une tombe, à Tirlemont », Annales de la Société d’archéologie de Bruxelles, 24, p. 35-41.

Van Ossel P.
1982, « La nécropole du Mont-Saint-Sauveur à Fallais », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 94, p. 144-231.

Van Robais M. A.
1873, « Notice sur une petite seille en bois recouverte de cuivre repoussé, trouvée dans le cimetière dit mérovingien de Miannay (Arrt. d’Abbeville) », Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie, 11, p. 139-147, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k298383k/f141.image.r=m%C3%A9rovingien (consulté en avril 2016).

Vanvinckenroye W.
1984, De Romeinse zuidwest-begraafplaats van Tongeren (opgravingen 1972-1981), Tongres, Provinciaal Gallo-Romeins Museum (Publikaties van het Provinciaal Gallo-Romeins Museum te Tongeren, 29), 2 vol.

Veeck W.
1931, Die Alamannen in Württemberg, Berlin, De Gruyter (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, 1), 2 vol.

Verslype L.
2010, « La dotation funéraire des tombes dites de “chefs” dans le Nord-Ouest de la Gaule du ve au viie siècle », dans De Groote K., Tys D. et Pieters M. (éd.), Exchanging medieval material culture. Studies on archaeology and history presented to Frans Verhaeghe, Bruxelles, Vlaams Instituut voor het Onroerend Erfgoed (Relicta Monografieën, 4), p. 303-316.

Vidal M.
1976, « Le seau de bois orné de Vieille-Toulouse (Haute-Garonne). Étude comparative des seaux de la Tène III », Gallia, 34, p. 167-200.

Vlaeminck J.
1996, « Les tankards du bassin de la Meuse moyenne », Paléontologie et préhistoire : Bulletin de la Société tournaisienne de géologie, préhistoire et archéologie, VI-6, p. 207-234.

1997, « Les tankards du bassin de la Meuse moyenne (2e partie) », Paléontologie et préhistoire : Bulletin de la Société tournaisienne de géologie, préhistoire et archéologie, VI-7, p. 242-263.

Vrielynck O.
[2007], La nécropole mérovingienne de Bossut-Gottechain. Commune de Grez-Doiceau, Brabant wallon, catalogue de l’exposition « De l’or sous la route. Découverte de la nécropole mérovingienne de Grez-Doiceau », espace archéologique Saint-Pierre, Namur, 24 juin 2006‒13 mai 2007, s.l.

[2010], Le cimetière mérovingien de Vieuxville (ve-viie s.), catalogue publié dans le cadre de la réouverture des salles mérovingiennes du musée de Logne, Vieuxville, 31 août 2010, s.l.

Wagner E.
1908, Fundstätten und Funde aus vorgeschichtlicher, römischer und alamannisch-fränkischer Zeit im Grossherzogtum Baden, Tubingue, Mohr.

Wagner A. et Ypey J.
2011, Das Gräberfeld auf dem Donderberg bei Rhenen. Katalog, Leiden, Sidestone Press.

Werner J.
1935, Münzdatierte austrasische Grabfunde, Berlin/Leipzig, De Gruyter (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, 3).
1953, « Zu fränkischen Schwertern des 5. Jahrhunderts (Oberlörick – Samson – Abingdon) », Germania, 31, p. 38-43.

1956a, « Annexe IV. Les fragments de feuille de bronze trouvés dans la tombe III », dans Breuer J. et Roosens H., « Le cimetière franc de Haillot », Annales de la Société archéologique de Namur, 48-2, p. 316-319.

1956b, « Annexe V. Les boucles de ceinture trouvées dans les tombes d’hommes VIII, XI, XIII, XVI et XVII », dans Breuer J. et Roosens H., « Le cimetière franc de Haillot », Annales de la Société archéologique de Namur , 48-2, p. 320-336.

Willemsen A.
2014, Gouden Middeleeuwen. Nederland in de Merovingische wereld, 400-700 na Chr., catalogue d’exposition, Rijksmuseum van Oudheden, Leiden, Zutphen, Walburg Pers.

Wilson C. R., Sauer J. M. et Hooser S. B.
2001, « Taxines : a review of the mechanism and toxicity of yew (Taxus spp.) alkaloids », Toxicon, 39, p. 175-185.

Woimant G.-P.
1995, L’Oise, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Carte archéologique de la Gaule, 60).

Wood I.
2010, « Quentovic et le Sud-Est britannique (vie-ixe siècle) », dans Lebecq S., Bethouart B. et Verslype L. (éd.), Quentovic : environnement, archéologie, histoire, actes du colloque international de Montreuil-sur-Mer, étaples et Le Touquet, 11‒13 mai 2006 et de la journée d’études sur les origines de Montreuil-sur-Mer, Lille, 1er décembre 2006, Villeneuve d’Ascq, université Charles-de-Gaulle – Lille 3 (UL3 travaux et recherches), p. 165-175.

Young B.
1986, « Quelques réflexions sur les sépultures privilégiées, leur contexte et leur évolution surtout dans la Gaule de l’Est », dans Duval Y. et Picard J.-C. (éd.), L’inhumation privilégiée du ive au viiie siècle en Occident, actes de colloque, Créteil, 16‒18 mars 1984, Paris, De Boccard, p. 69-88.

Ypey J.
1973, « Das fränkische Gräberfeld zu Rhenen, Prov. Utrecht », Berichten van de Rijksdienst voor het Oudheidkundig Bodemonderzoek, 23, p. 289-312.

1983, « Ein Männergrab mit D-Brakteatenbeschlägen des fränkischen Gräberfeldes bei Rhenen, Provinz Utrecht, Niederlande », Frümittelalterliche Studien, 17, p. 460-478.

Zeller G.
1992, Die fränkischen Altertümer des nördlichen Rheinhessen, Stuttgart, Steiner (Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, Serie B, Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, 15), 2 vol.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Carte de répartition des seaux d’époque mérovingienne retrouvés en contexte funéraire, entre Rhin et Seine. Les récipients découverts outre-Manche et mentionnés dans le texte sont également repris sur la carte.

Liste des abréviations des départements (France), provinces (Belgique), districts (Grand-Duché de Luxembourg), provincies (Pays-Bas), Länder (Allemagne), cantons (Suisse) et counties (Grande-Bretagne) des sites mentionnés :
France : Ai (Aisne) ; BRh (Bas-Rhin) ; Ca (Calvados) ; Ch (Charente) ; HtMa (Haute-Marne) ; HtRh (Haut-Rhin) ; Ma (Manche) ; Me (Meuse) ; MeMo (Meurthe-et-Moselle) ; Mo (Moselle) ; Nd (Nord) ; Oi (Oise) ; PdC (Pas-de-Calais) ; Rh (Rhône) ; SM (Seine-Maritime) ; Sm (Somme) ; Yv (Yvelines).
Belgique : Antwp (Antwerpen) ; BtWal (Brabant wallon) ; Ht (Hainaut) ; Lbg (Limburg) ; Lg (Liège) ; Lx (Luxembourg) ; Na (Namur) ; VlBt (Vlaams Brabant).
Grand-Duché de Luxembourg : Lux (Luxembourg).
Pays-Bas : Lbg (Limburg) ; Ut (Utrecht).
Allemagne : BW (Baden-Württemberg) ; FB (Freistaat Bayern) ; He (Hessen) ; NW (Nordrhein-Westfalen) ; RP (Rheinland-Pfalz) ; Sa (Saarland).
Suisse : Ba (Basel).
Grande-Bretagne : Ex (Essex) ; IoW (Isle of Wight) ; Ha (Hampshire) ; Kt (Kent) ; Ld (London) ; Ox (Oxfordshire) ; Su (Surrey) ; Wi (Wiltshire) ; Wa (Warwickshire).
Répartition :
France : 1. Réville (Ma) : Martin 1976 ; 2. Biéville-Beuville (Ca) : Hincker 2007 ; 3. Giberville (Ca) : Pilet et al. 1990 ; 4. Sannerville (Ca) : Pilet et al. 1992 ; 5. La-Rue-Saint-Pierre (SM) : Cochet 1857 ; Boulanger 1909 ; Vallet 1988 ; Woimant 1995 ; 6. Envermeu (SM) : Cochet 1857 ; Rogeret1997 ; 7. Douvrend (SM) : Cochet 1854 ; 8. Canny-sur-Thérain (Oi) : Woimant 1995 ; 9. Escames (Oi) : Houlé1906 ; 10. Milly-sur-Thérain (Oi) : Woimant 1995 ; 11. Hermes (Oi) : Vallet 1988 ; Woimant 1995 ; 12. Bulles, Le Chemin des Morts (Oi) : Woimant 1995 ; 13. Vendeuil, Caply (Oi) : Piton 2009 ; 14. Miannay (Sm) : Van Robais 1873 ; Chenet 1935 ; 15. Saint-Sauveur (Sm) : Ben Redjeb2007 ; 16. Buire-sur-l’Ancre (Sm) : Boulanger 1902-1905 ; Boulanger 1909 ; 17. Marchélepot (Sm) : Boulanger 1909 ; 18. Nouvion-en-Ponthieu (Sm) : Piton et Schuler 1981 ; Piton 1985 ; 19. Rebreuve-sur-Canche (PdC) : Delmaire 1994 ; 20. Warlus (Sm) : de löe 1939 ; 21. Maroeuil (PdC) : Terninck 1875 ; Boulanger 1909 ; 22. Lens (PdC) : Delmaire 1994 ; 23. Noeulx-les-Mines (PdC) : Roger 1982 ; 24. Pincthun-Echinghen (PdC) : Roger 1982 ; 25. Isques, Herquelingue (PdC) : inédit, communication personnelle C. Deflorenne (Inrap) ; 26. Nesles-lez-Verlincthun (PdC) : Vaillant 1885 ; 27. Hardenthun-Yeulles (PdC) : Haignere 1866 ; 28. Réty (PdC) : Delmaire 1994 ; 29. Zudausques (PdC) : Roger 1982 ; 30. Armentières (Nd) : Moreau 1877-1892 ; 31. Neuville-sur-Escaut (Nd) : Hantute 1989 ; 32. Breny (Ai) : Kazanski 2002 ; 33. Mareil-sur-Mauldre (Yv) : Blin 1901 ; 34. Bréban (HtMa) : Chossenot 2004 ; 35. Saint-Dizier (HtMa) : Truc 2008 ; Paresys et Truc 2009 ; communication personnelle M.-C. Truc (Inrap) ; 36. Abainville (Me) : Guillaume 1989 ; 37. Dieue-sur-Meuse (Me) : Martin 1976 ; 38. Lavoye (Me) : Joffroy 1974 ; 39. Verdun (Me) : Cochet 1857 ; Lindenschmit 1880 ; 40. Florange (Mo) : Blaising 1991 ; 41. Cattenom (Mo) : Simmer 1987 ; 42. Metrich (Mo) : Simmer 1987 ; 43. Montenach (Mo) : Simmer 1987 ; Gambs 2001-2002 ; 44. Waldwisse (Mo) : Delort 1953 ; Simmer 1987 ; 45. Chaouilley (MeMo) : Périn 1996 ; 46. Hégenheim (HtRh) : Billoin 2008 ; Billoin 2009 ; communication personnelle D. Billoin (Inrap) ; 47. Baldenheim (BRh) : Fuchs 2000 ; 48. Kolbsheim (BRh) : Fuchs 2000.
Belgique : 49. Broechem (Antwp) : inédit, communication personnelle R. Annaert (Onroerend Erfgoed) ; 50. Saint-Amand (Ht) : Brulet 1970 ; 51. Ciply (Ht) : Faider-Feytmans1970 ; 52. Trivières (Ht) : Faider-Feytmans1970 ; 53. Haine-Saint-Paul (Ht) : Faider-Feytmans1970 ; 54. Viesville (Ht) : inédit, communication personnelle G. Dumont (SPW-DGO4-Direction extérieure du Brabant wallon) ; 55. Baisy-Thy (BtWal) : Roosens 1952 ; 56. Pry, Tombois (Na) : Bequet 1895 ; Dasnoy 1978 ; 57. Bossut-Gottechain (BtWal) : Vrielynck [2007] ; communication personnelle O. Vrielynck (SPW-DGO4-Direction de l’Archéologie) ; 58. Tienen (VlBt) : Vanderkelen-Dufour 1910 ; de löe 1939 ; 59. Engelmanshoven (Lbg) : de Schaetzen et Vanderhoeven 1954 ; Vanderhoeven 1977 ; 60. Marilles (BtWal) : inédit, conservé dans les collections du musée du Cinquantenaire, Bruxelles (A. Depoorter) ; 61. Orp-le-Grand (BtWal) : Alenus-lecerf 1980 ; Barbason-Bihet 1988 ; 62. Folx-les-Caves (BtWal) : Alenus-lecerf 1963 ; 63. Fallais (Lg) : Van Ossel 1982 ; 64. Wanze (Lg) : Henrard, de Bernardy de Sigoyer, Goffioul, Hanut et Deforce 2015 ; communication personnelle D. Henrard (SPW-DGO4-Direction extérieure de Liège 1) ; 65. Verlaine, Jointy  (Lg) : Destexhe 2003 ; 66. Verlaine, Oudoumont (Lg) : Destexhe 2000 ; Destexhe 2006 ; Destexhe 2008 ; 67. Herstal, Sous-la-Chapelle (Lg) : Alenus-lecerf 1979 ; 68. Thon, Samson (Na) :Del Marmol 1859 ; Dasnoy 1968 ; 69. Hamoir (Lg) : Alenus-Lecerf 1975 ; Alenus-Lecerf 1978 ; 70. Vieuxville (Lg) : Vrielynck [2010] ; communication personnelle O. Vrielynck (SPW-DGO4-Direction de l’archéologie ; 71. éprave (Na) : inédit, conservé dans les collections du musée archéologique de Namur (J.-L. Antoine) ; 72. Arlon (Lx) : Roosens et Alenus-Lecerf 1965 ; Colling et Zeippen 2007.
Grand-Duché de Luxembourg : 73. Bertrange (Lux) : Krier 2011 ; 74. Lorentzweiler (Lux) : Namur 1862.
Pays-Bas : 75. Rhenen (Ut) : Ypey 1973 ; Wagner et Ypey 2011 ; 76. Obbicht (Lbg) : inédit, communication personnelle M. Kars (Universiteit Leiden) ; 77. Borgharen (Lbg) : Lauwerier et de Kort 2014.
Allemagne : 78. Kleve (NW) : Heiligendorff1957; 79. Xanten (NW) : Houben et Fiedler 1839 ; Siegmund 1998 ; 80. Duisburg-Alsum (NW) : Koch 2001 ; 81. Beckum (NW) : Martin 1976 ; 82. Soest (NW) : Werner 1935 ; 83. Fürstenberg, Wünnenberg (NW) : Die Franken 1996 ; 84. Krefeld-Gellep (NW) : Pirling 1974 ; Pirling 1979 ; 85. Oberkassel (NW) : Siegmund 1998 ; 86. Morken (NW) : Böhner 1959 ; 87. Rödingen (NW) : Janssen 1993 ; 88. Jülich (NW) : Pöppelmann 2010 ; 89. Siersdorf (NW) : Martin 1976 ; 90. Geilenkirchen I (NW) : Siegmund 1998 ; 91. Köln, Müngersdorf (NW) : Fremersdorf 1955 ; 92. Köln, Junkersdorf (NW) : La Baume 1967 ; 93. Köln, cathédrale (NW) : Doppelfeld 1960 ; Doppelfeld 1964 ; 94. Godorf (NW) : Haberey 1934 ; 95. Schwarzrheindorf (NW) : Behrens 1947 ; 96. Rübenach (NW) : Neuffer-Müller et Ament 1973 ; 97. Koblenz (RP) : Behrens 1947 ; 98. Rittersdorf (RP) : Böhner 1958a ; Böhner 1958b ; 99. Eisenach (RP) : Böhner 1958a ; 100. Mehring, Zellerberg (RP) : Böhner 1958a ; 101. Dillingem, Pachten (Sa) : Böhner 1958a ; 102. Güdingen (Sa) : Stein 1989 ; 103. Löhnberg (He) : Martin 1976 ; 104. Niederbrechen (He) : Schoppa 1952 ; 105. Wiesbaden, Schiersteiner Wege (He) : Lindenschmit 1880 ; 106. Wiesbaden (He) : Cochet 1857 ; Lindenschmit 1880 ; 107. Eppstein (He) : Engels 2012 ; 108. Niederursel (He) : Blümlein 1926 ; 109. Pflaumheim (FB) : Koch 1967 ; 110. Mömlingen (FB) : Koch 1967 ; 111. Dittigheim (BW) : Koch 2001 ; 112. Müdesheim (FB) : Koch 2001 ; 113. Kleinlangheim (FB) : Die Franken 1996 ; Pescheck 1996 ; 114. Klepsau (BW) : Koch 1990 ; Die Franken 1996 ; 115. Vendersheim (RP) : Zeller 1992 ; 116. Rommersheim (Eichloch) (RP) : Werner 1935 ; 117. Flonheim (RP) : Ament 1970 ; Die Franken 1996 ; 118. Gross-Gerau, Wallerstädten (He) : Möller 1987 ; 119. Westhofen (RP) : Die Franken 1996 ; 120. Mölsheim (RP) : Behrens 1947 ; 121. Wiesoppenheim (RP) : Chenet 1935 ; Die Franken 1996 ; 122. Mannheim, Vogelstang (BW) : Die Franken 1996 ; Koch 2003 ; 123. Mannheim, Straβenheim (BW) : Die Franken 1996 ; Koch 2003 ; 124. Mannheim, Feudenheim (BW) : Wagner 1908 ; 125. Speyer (RP) : Polenz 1988 ; 126. Altluβheim (BW) : Martin 1976 ; 127. Rheinsheim (BW) : Martin 1976 ; 128. Huttenheim (BW) : Wagner 1908; 129. Obrigheim (BW) : Polenz 1988 ; 130. Pleidelsheim (BW) : Koch 2001 ; 131. Monsheim (RP) : Lindenschmit 1880 ; Barrière-Flavy 1901 ; 132. Dagersheim (BW) : Veeck 1931 ; 133. Lauchheim (BW) : Koch 2001 ; 134. Oberflacht (BW) : Schiek 1992 ; Paulsen 1992.
Suisse : 135. Kleinhüningen (Ba) : Giesler-müller 1992 ; 136. Basel-Bernerring (Ba) : Martin 1976.
Grande-Bretagne : 137. Bekesbourne, Howletts (Kt) : Cook 2004 ; 138. Dover, Buckland (Kt) :Evison 1987 ; Parfitt et Anderson 2012 ; 139. Mucking (Ex) : Evison 1973 ; Hirst et Clark 2009 ; 140. Faversham (Kt) : Evison 1965 ; 141. Mill Hill (Ld) : Parfitt et Brugmann 1997 ; 142. Fetcham (Su) :Evison 1965 ; 143. Brockbridge (Ha) :Evison 1965 ; 144. Chessell Down (IoW) :Evison 1965 ; 145. Petersfinger (Wi) :Evison 1965 ; 146. Bidford-on-Avon (Wa) :Evison 1965 ; 147. Long Wittenham (Ox) : Chenet 1935 ; Böhme 1981.
Hors carte : Herpes (Ch) : Cook 2004 ; Charnay (Rh) : Koch 2001 ; Dittenheim (FB) : Haas-Gebhard 1998 ; Schretzheim (FB) : Koch 1977.

Haut de page

Notes

1 « From the circumstance of their being discovered in the graves of either sex, it seems highly probable that these buckets were used for spoon-meat, and are, in fact, porringers » (Akerman 1855, p. 56. Mentionné par Cochet 1857, p. 287).

2 « Lorsque nous avons tiré de terre ces baquets, plusieurs exhalaient encore une odeur forte, comme celle de la bière, ou de toute autre boisson fermentée ». « […] M. Thomas Wright pensait que nos seaux ou baquets avaient autrefois servi à contenir de la boisson et qu’ils ont dû figurer dans les festins. […] Nous nous rangeons assez volontiers à l’opinion de M. Wright, et nous supposons facilement que seaux et coupes ont été mis dans la tombe par un reste de paganisme » (Cochet 1857, p. 293-294). Voir également : Vanderkelen-Dufour 1910, p. 36, 39-40.

3 Cochet 1857, p. 287.

4 « Il est possible que ces ustensiles étaient employés par les Francs pour y déposer des objets d’un usage fréquent, que leur fragilité ou leur dimension ne permettait pas de placer dans la sacoche en cuir que beaucoup d’entre eux portaient à la ceinture » (Bequet 1895, p. 321).

5 Houben et Fiedler 1839, p. 67-68, fig. XLVIII. Une partie de la notice accompagnant l’illustration a été traduite comme suit par l’abbé Cochet : « Dans un vase très oxydé, reposait un crâne surmonté d’une couronne de cuivre laminée et couverte de dessins. Les points triangulaires avaient été cassés par la pression des terres, mais les débris étant retombés à l’intérieur du cercle, on a pu les replacer avec facilité. La bande supérieure ou anse circulaire est à charnière » (Cochet 1854, p. 312-313).

6 « Cette seille […] a été découverte dans la tombe d’un guerrier et coiffait complètement la tête de l’enseveli, mais les douves en bois avaient disparu et l’armature s’était affaissée sur elle-même, si bien que notre fouilleur, à la vue de ce crâne encerclé de bandeaux de métal, qu’il prenait pour un diadème, s’était écrié : “J’ai trouvé un roi” » (Vanderkelen-Dufour 1910, p. 35). Voir également : Cochet 1854, p. 312-313. Dans la première édition de la Normandie Souterraine, l’abbé Cochet soutient dans un premier temps l’hypothèse de « coiffures » avant de se raviser, dans ce même ouvrage, sur avis de L. Lindenschmit et C. R. Smith (Cochet 1854, p. 311-316 et 397-398).

7 Entre autres pour les seaux : Moreau 1877-1892 ; Boulanger 1902-1905 ; 1909.

8 Surtout : Martin 1976 ; Koch 2001. Mais aussi : Heiligendorff 1957 ; Szatmári 1980 ; Steuer 1986 ; Siegmund 1998.

9 Cook 2004.

10 Vallée 2010-2011. Nous signalons par ailleurs l’existence d’un second travail de master inédit consacré à ces récipients (Dechosal 2010-2011/2011-2012). L’approche des récipients est similaire à la nôtre. Basée principalement sur les vestiges archéologiques, les questions de terminologie, typologie, production, répartition et contextes funéraires y sont abordées.

11 Cook 2004, p. 30-34.

12 Bien que l’emploi de ce terme ait été favorisé, celui de bélière est fréquemment retrouvé dans la littérature.

13 Dans cette partie sont repris les exemplaires de chacun des types de récipients définis : numéro et nom du site, numéro(s) de la/des tombe(s) ou du/des objet(s). Tous les sites mentionnés sont localisés sur les cartes des figures 2 et 6 ; une bibliographie sélective est reprise dans la légende.

14 Hunter 2006, p. 99-100.

15 Ibid., p. 100 ; Massy et al. 1986, p. 62-71.

16 Hunter 2006, p. 100.

17 Vidal 1976, p. 187. Pour une étude comparative des seaux de La Tène finale et du début de la période romaine : Ibid. ; Metzler et Gaeng et al. 2009. Pour un essai de classification de ces récipients : Sueur et Garcia 2015, p. 50-52.

18 Metzler et Gaeng et al. 2009, p. 286-305.

19 Horn 2015 (mise à jour de Corcoran 1953).

20 Hongrie, Italie, Allemagne, Suisse, France (Horn 2015, Appendix S1.2).

21 Néanmoins, quelques récipients ont été découverts au xixe siècle dans les puits de la nécropole de Troussepoil au Bernard en Vendée (Mortillet 1907, p. 111-112). S’agit-il d’une pratique isolée, limitée au seul site de Troussepoil ?

22 Solberg 2005.

23 Becker 2006 ; Hellmund 2010.

24 Par exemple : Szydłowski 1986.

25 Böhme 1974, p. 133.

26 Brulet (dir.) 2008, p. 256-260.

27 En Allemagne, à Clèves par exemple (Heiligendorff 1957). L’exemplaire découvert plus récemment dans la nécropole d’évrecy (Calvados) peut sans doute correspondre à ce type de récipient (Inrap.fr 2014).

28 Exemplaires : a. Pry, Tombois, tombe d’enfant ; b. Thon, Samson, t. 14 et deux exemplaires inédits ; c. Haillot ; d. Spontin, t. C, t. H ; h. Herstal.

29 Exemplaires : e. Furfooz, t. 3 ; f. éprave, t. 62 ; g. Vieuxville, t. 174 ; h. Herstal.

30 Vlaeminck 1996 ; 1997.

31 Brulet 2008.

32 Ce seau se distingue des baquets et petits seaux, de petites tailles, par ses dimensions importantes qui se rapprochent par ailleurs des exemplaires mérovingiens (diam. sup. : 26 cm ; diam. inf. : 34 cm ; haut. : 35 cm).

33 En raison de sa taille et de sa morphologie, L. Vanderkelen-Dufour parle de « gobelet ». Nous avons préféré le terme utilisé par D. Piton (Piton et Schuler 1981).

34 Mentionnons également les fragments de tôle de bronze estampés découverts dans la tombe 3 de Haillot dont le motif à arcades et frises perlées se situe dans la lignée de ces récipients. Néanmoins, ces quelques fragments ne permettent pas l’identification de l’objet (Breuer et Roosens 1956, fig. 4 ; Werner 1956a).

35 Exemplaires : 14. Miannay ; 38. Lavoye, t. 319 ; 121. Wiesoppenheim, t. 1 ; 147. Long Wittenham, t. 93.

36 Lavoye, Miannay, Long Wittenham.

37 Miannay, Wiesoppenheim.

38 Chenet 1935, p. 60-61, 96 et 98.

39 Calonne 1915 ; Chenet 1935, p. 99, fig. 29.

40 Werner 1953, p. 40, fig. 6 ; ID. 1956, p. 318 ; Böhme 1981.

41 Terme utilisé dans la littérature pour désigner le récipient découvert à Long Wittenham. Il peut être traduit par « seau », « récipient » ou plus probablement dans ce cas-ci par « bénitier » (Oxford Dictionary 1970, p. 1045).

42 Schulze 1981a ; Böhme 1981. Pour un examen iconographique détaillé : Chenet 1935.

43 Chenet 1935, p. 89-91.

44 Schulze 1981b. 

45 Chenet 1935, p. 97-98.

46 Werner 1956a.

47 Ibid., p. 318.

48 Parfitt et Anderson 2012, p. 143.

49 Chenet 1935, p. 99.

50 Schulze 1981a, p. 117. 

51 Le motif d’oiseau reproduit sur le cerclage supérieur de l’exemplaire de Buire-sur-l’Ancre pourrait, selon J. Werner, être rapproché des colombes réalisées sur les récipients à motifs chrétiens (Werner 1956a, p. 317). De même, les arcades et lignes perlées ornant les panneaux supérieurs et inférieurs de la buire de Lavoye et de la seille de Miannay sont comparables aux décors estampés des seaux à motifs non chrétiens (Chenet 1935, p. 60, 97 et 109).

52 Minimum 15 cm de diamètre et de hauteur.

53 Maximum 26 cm de diamètre et 35 cm de hauteur.

54 Seule la paire d’attaches de la tombe 413 de Bossut-Gottechain présente des extrémités à têtes zoomorphes, caractéristique propre aux récipients retrouvés en territoire anglo-saxon.

55 Martin 1976, p. 117-122. Sa typologie a été adaptée pour correspondre à celle établie dans le cadre de cette recherche pour les seaux à armature en fer de type I.

56 Quelques seaux de type II sont toutefois munis d’une anse en fer comme sur le récipient de la tombe 33 de Basel-Bernerring (voir à ce sujet Martin 1976, p. 119).

57 Selon C. Neuffer-Müller et H. Ament, le personnage reproduit sur l’applique représenterait le Christ dont la tête serait entourée d’un nimbe et qui tiendrait, dans la main gauche, un rameau et, dans la droite, un bâton avec une croix (Neuffer-Müller et Ament 1973, p. 51-54).

58 Motifs zoomorphes : 92. Köln, Junkersdorf, t. 159 ; 136. Basel-Bernerring, t. 33. Motif indéterminé : 84. Krefeld-Gellep, t. 2589.

59 29. Zudausques, t. B ; seau de provenance inconnue conservé au Römisch-Germanisches Museum de Cologne.

60 Werner 1956b ; Martin 1976, p. 120.

61 Martin 1976, p. 120.

62 À la différence des récipients découverts en territoire anglo-saxon, où les seaux à armature en fer semblent plus tardifs que ceux à armature en alliage cuivreux (Cook 2004, p. 43-44).

63 Par exemple : 93. Köln, cathédrale, tombe de la dame.

64 Par exemple : 83. Fürstenberg, Wünnenberg, t. 61 ; 95. Schwarzrheindorf ; 117. Mölsheim ; 128. Monsheim, etc.

65 Par exemple : 18. Nouvion-en-Ponthieu, t. 209 ; 30. Armentières ; 32. Breny, t. 136, t. 363 ; 45. Chaouilley, t. 20 ; 48. Kolbsheim ; 102. Güdingen, etc.

66 Pour les seaux d’usage domestique, bien que plus tardifs, voir par exemple pour les Pays-Bas : Es et Verwers 2009, fig. 205 ; Willemsen 2014, p. 22, fig. 19 et p. 114, fig. 136. Bien que morphologiquement différents, la technique de fabrication et les dimensions de ces objets composés d’une simple armature en fer sont généralement identiques à celles des exemplaires issus de contextes funéraires.

67 Les réflexions sur la manufacture des seaux se basent à la fois sur l’observation directe de plusieurs récipients suffisamment conservés et sur la rencontre avec J. Viard et D. Saint-Aromman de la Tonnellerie de Champagne-Ardenne. Le processus de fabrication des tonneaux est clairement exposé dans Marlière 2002, p. 28-40.

68 Voir par exemple : 75. Rhenen, t. 775 ; 93. Köln, cathédrale, tombe de la dame.

69 J. M. Cook suggère l’usage d’une résine pour le maintien initial des douves avant fixation des cerclages. Les traces d’une substance indéterminée ont été observées sur la partie supérieure des douelles du seau de la tombe 92 du cimetière de Mill Hill (Cook 2004, p. 35).

70 Ypey 1983, p. 475. Un seau tonneliforme semble par ailleurs avoir été découvert dans la tombe 413 de Bossut-Gottechain.

71 Les traces d’un alliage étain-plomb sont visibles sur le rebord du seau de la tombe 13 de Saint-Dizier (communication personnelle de M.-C. Truc).

72 Ceci a du moins été observé sur l’exemplaire de la sépulture 13 de Saint-Dizier (communication personnelle de M.-C. Truc).

73 Des traces de soudure ont été observées sur l’exemplaire de la sépulture B de Zudausques (étain) (Roger 1982) et sur le seau de la tombe 13 de Saint-Dizier (alliage plomb-étain) (communication personnelle de M.-C. Truc).

74 Entre autres : Martin 1976 ; Alenus-lecerf 1979, p. 122 ; Van Ossel 1982, p. 200 ; Roger 1982, p. 116.

75 Roger 1982, p. 116.

76 Pour les seaux anglo-saxons : Cook 2004, p. 35 ; Mason 2009, p. 14, n. 43. Pour les tankards : Horn 2015, p. 8-9.

77 Quatre trous ont été percés, deux de part et d’autre de la cassure, à travers l’anse et le fragment d’une pièce de réparation en alliage cuivreux placée sur la face interne de celle-ci. Les rivets de fixation de cette consolidation n’ont pas été conservés.

78 Communication personnelle de M.-C. Truc.

79 Haneca et al. 2012, p. 894.

80 Cook 2004, p. 31.

81 Beck 2009, p. 592.

82 César 1972, Livre VI, XXXI (p. 197) : en décrivant la défaite d’Ambiorix : « Catuvolcos, roi de la moitié des Éburons, qui s’était associé au dessein d’Ambiorix, affaibli par l’âge et ne pouvant supporter les fatigues de la guerre ou de la fuite, après avoir chargé d’imprécations Ambiorix, auteur de l’entreprise, s’empoisonna avec de l’if, arbre très commun en Gaule et en Germanie ». M. Poux souligne qu’il pourrait toutefois s’agir d’un jeu de mot puisque le terme gaulois eburos renvoi à l’if (Poux 2004, p. 345, n. 1142).

83 Pline l’Ancien 1981, Livre XVI, XX, 50-51 (p. 37) : en parlant de l’if : « Le fruit du mâle est vénéneux, car les baies, en Espagne surtout, renferment un poison mortel, et même il est prouvé que des récipients de bois, faits en Gaule pour le transport du vin, ont provoqué la mort. D’après Sextius, les Grecs l’appellent smilax et son poison est en Arcadie si actif qu’il tue ceux qui dorment ou mangent sous l’arbre. Certains disent aussi que c’est l’origine du mot taxique (aujourd’hui toxique), ancien nom du poison dans lequel on trempe les flèches. Je vois que l’if devient inoffensif si on enfonce dans le tronc un clou de cuivre ».

84 Wilson, Sauer et Hooser 2001. Le cheval semble plus particulièrement sensible à la toxicité de cet arbre (Ibid., p. 181). La question d’un lien éventuel entre les seaux en if inhumés aux côtés de chevaux et la mort de ceux-ci par intoxication a ainsi été posée. Certaines tombes équines, très courantes à la période avare dans la plaine du Bassin des Carpates, ont, entre autres, été dotées de seaux en if, déposés à proximité du crâne de l’animal. Une hypothèse suggère la mort de ceux-ci par intoxication. I. Bede relativise toutefois : « la question de la toxicité du bois n’est pas encore résolue […] le bois a pu faire l’objet d’un traitement spécifique. D’autre part, quelques sépultures de femmes et enfants avars étaient aussi pourvues de seaux en if » (Bede 2014, p. 213 et 217).

85 Wilson, Sauer et Hooser 2001.

86 Comey 2013, p. 114 (sans justification toutefois).

87 Gagneux-Granade 2003, p. 23.

88 Horn 2015, p. 5 sur base de Kite et al. 2013, p. 26.

89 Par exemple : Edwards 1990, p. 76 ; Morris 2000 ; Frantzen 2014.

90 Cense-Bacquet 2012.

91 Comey 2013, p. 112 et 115 ; Horn 2015, p. 5 sur base de O’Neill 2002, p. 14.

92 Pline l’Ancien 1962, Livre XVI, LXXVIII, 212 (p. 87) : en parlant des caractéristiques des diverses essences de bois : « La carie ni le temps n’ont d’effet sur le cyprès, le "cèdre", l’ébène, le micocoulier, le buis, l’if, le genévrier, l’olivier sauvage et cultivé ».

93 Lieutaghi 2004, p. 759 ; Deforce et Bastiaens 2007, p. 226-227 ; Comey 2013, p. 112-115.

94 Poux 2004, p. 345. Voir aussi Beck 2009, p. 480-483.

95 Aufleger 1996, p. 604.

96 Vidal 1976, p. 188 ; Comey 2013, p. 113.

97 Représentativité des attaches en fer sur les seaux de type I pour l’inventaire en l’état : F1a : 7,7 % ; F1b : 43,6 % ; F2 : 12,8 % ; indéterminés : 35,9 %. Ces pourcentages restent indicatifs en l’absence d’un corpus réellement exhaustif.

98 Représentativité des attaches en alliage cuivreux sur les seaux de type II pour l’inventaire en l’état : B2 : 3,4 % ; B3a : 55,9 % ; B3b : 20,3 % ; B4 : 8,5 % ; indéterminés : 11,9 %.

99 Attaches B4 : 57. Bossut-Gottechain, t. 146 ; 72. Arlon, t. 10 ; 88. Jülich ; 96. Rübenach, t. 225 ; 114. Klepsau, t. 4 ; 137. Bekesbourne, Howlett.

100 Attaches F2 : 77. Borgharen, t. 47 (x2) ; 84. Krefeld-Gellep, t. 2614 ; 91. Köln, Müngersdorf, t. 78 ; 109. Pflaumheim, t. 1 ; 110. Mömlingen, t. 1, t. 7 ; 113. Kleinlangheim, t. 293 ; 116. Rommersheim (Eichloch), t. 56 ; Schretzheim, t. 622.

101 Attaches B2 : 93. Köln, cathédrale, tombe d’enfant ; 132. Dagersheim.

102 Seules quelques attaches et appliques de récipients différents semblent identiques.

103 Horn 2015, p. 6.

104 Cook 2004, p. 32.

105 Données issues de l’analyse (au moment de la rédaction du travail de fin d’études : Vallée 2010-2011) de la base de données mise en ligne par l’université d’Oxford, projet dirigé par H. Hamerow, et basée sur le travail de J. M. Cook (Cook 2004).

106 Des exemples peuvent être trouvés à Mucking II, t. 600 (Evison 1973) ; Mill Hill, t. 92 (Parfitt et Brugmann 1997, p. 185, 246-248, fig. 48a) ou encore à Buckland, t. 28 (Evison 1987, p. 104-105, fig. 16).

107 Marin 1992 ; Soulat 2009b.

108 Evison 1965.

109 Hirst et Clark 2009, p. 555.

110 Brugmann 2012, p. 143.

111 Le Jan 2010, p. 188 et 190 ; Wood 2010, p. 175.

112 Le Jan 2010, p. 184 et 189 ; Wood 2010, p. 166.

113 Voir les travaux de J. Soulat. Pour la vaisselle voir par exemple : Gauthier 2006.

114 L’analyse se base sur 136 contextes funéraires bien documentés.

115 Seul un fragment d’attache en alliage cuivreux de type B3b mis au jour dans la tombe à incinération 91 du cimetière de Broechem est recensé dans ce corpus (inédit, communication personnelle de R. Annaert).

116 Hincker 2007, p. 179, fig. 6. 

117 Mason 2009, p. 4.

118 Périn 2005.

119 46. Hégenheim, t. 47 ; 59. Engelmanshoven, t. 8 ; 77. Borgharen, t. 47 ; 84. Krefeld-Gellep, t. 2589. Peut-être aussi : 6. Envermeu ; 55. Baisy-Thy, t. 12.

120 Ce qui représente 28 contextes sur les 136 examinés dans cette étude.

121 Christlein 1973, p. 157, fig. 11 ; Young 1986, p. 72.

122 Un (58. Tienen ; 70. Vieuxville, t. 179) ou trois gobelets en verre (71. éprave) ; deux bouteilles en verre (93. Köln, cathédrale, tombe de la dame) ; une « verrerie » (13. Vendeuil, Caply, t. 47) ; un bol en alliage cuivreux (77. Borgharen, t. 47) ; un peigne (56. Pry, Tombois, t. 24) ; des ferrets et boucles de chaussures (35. Saint-Dizier, t. 13). Le seau de la tombe 47 de la nécropole d’Hégenheim renfermait un second seau.

123 Steuer 1986, p. 599-601.

124 Os de mouton ou de chèvre (Lee 2007, p. 74 ; Mason 2009, p. 9) ; os, et surtout mandibules, de rongeur (Cook 2004, p. 57).

125 Cook 2004, p. 54 ; Mason 2009, p. 9.

126 Szatmári 1980, p. 109 ; Cook 2004, p. 46, 52-53 et 86.

127 Cook 2004, p. 41.

128 Poux 2004, p. 264 ; Horn 2015, p. 23 ; Mason 2009, p. 4, n. 7 et p. 18.

129 Dierkens 1981, p. 49 ; Verslype 2010, p. 303-304.

130 Voir Mason 2009, p. 14 ; Comey 2013, p. 112.

131 Mason 2009, p. 7-9. Voir p. 8, n. 25 et 26.

132 Böhme 1974, p. 132 ; Dasnoy 1997, p. 46-47.

133 Poux et Feugère 2002, p. 202-207 ; Poux 2004, p. 41-42 et 264.

134 Effros 2002, p. 8.

135 Plouvier 2007, p. 123 ; Mathiaut 2008.

136 Effros 2002, p. 8 et 74-79.

137 Mason 2009, p. 14.

138 Dickinson 1993, 1999.

139 Mason 2009, p. 5-6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Seau de Xanten publié par P. Houben et F. Fiedler en 1839 (Ament 1996, fig. 19).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Liste des abréviations des départements (France), provinces (Belgique), districts (Grand-Duché de Luxembourg), provincies (Pays-Bas), Länder (Allemagne), cantons (Suisse) et counties (Grande-Bretagne) des sites mentionnés :France : Ai (Aisne) ; BRh (Bas-Rhin) ; Ca (Calvados) ; Ch (Charente) ; HtMa (Haute-Marne) ; HtRh (Haut-Rhin) ; Ma (Manche) ; Me (Meuse) ; MeMo (Meurthe-et-Moselle) ; Mo (Moselle) ; Nd (Nord) ; Oi (Oise) ; PdC (Pas-de-Calais) ; Rh (Rhône) ; SM (Seine-Maritime) ; Sm (Somme) ; Yv (Yvelines).Belgique : Antwp (Antwerpen) ; BtWal (Brabant wallon) ; Ht (Hainaut) ; Lbg (Limburg) ; Lg (Liège) ; Lx (Luxembourg) ; Na (Namur) ; VlBt (Vlaams Brabant).Grand-Duché de Luxembourg : Lux (Luxembourg).Pays-Bas : Lbg (Limburg) ; Ut (Utrecht).Allemagne : BW (Baden-Württemberg) ; FB (Freistaat Bayern) ; He (Hessen) ; NW (Nordrhein-Westfalen) ; RP (Rheinland-Pfalz) ; Sa (Saarland).Suisse : Ba (Basel).Grande-Bretagne : Ex (Essex) ; IoW (Isle of Wight) ; Ha (Hampshire) ; Kt (Kent) ; Ld (London) ; Ox (Oxfordshire) ; Su (Surrey) ; Wi (Wiltshire) ; Wa (Warwickshire).Répartition :France : 1. Réville (Ma) : Martin 1976 ; 2. Biéville-Beuville (Ca) : Hincker 2007 ; 3. Giberville (Ca) : Pilet et al. 1990 ; 4. Sannerville (Ca) : Pilet et al. 1992 ; 5. La-Rue-Saint-Pierre (SM) : Cochet 1857 ; Boulanger 1909 ; Vallet 1988 ; Woimant 1995 ; 6. Envermeu (SM) : Cochet 1857 ; Rogeret1997 ; 7. Douvrend (SM) : Cochet 1854 ; 8. Canny-sur-Thérain (Oi) : Woimant 1995 ; 9. Escames (Oi) : Houlé1906 ; 10. Milly-sur-Thérain (Oi) : Woimant 1995 ; 11. Hermes (Oi) : Vallet 1988 ; Woimant 1995 ; 12. Bulles, Le Chemin des Morts (Oi) : Woimant 1995 ; 13. Vendeuil, Caply (Oi) : Piton 2009 ; 14. Miannay (Sm) : Van Robais 1873 ; Chenet 1935 ; 15. Saint-Sauveur (Sm) : Ben Redjeb2007 ; 16. Buire-sur-l’Ancre (Sm) : Boulanger 1902-1905 ; Boulanger 1909 ; 17. Marchélepot (Sm) : Boulanger 1909 ; 18. Nouvion-en-Ponthieu (Sm) : Piton et Schuler 1981 ; Piton 1985 ; 19. Rebreuve-sur-Canche (PdC) : Delmaire 1994 ; 20. Warlus (Sm) : de löe 1939 ; 21. Maroeuil (PdC) : Terninck 1875 ; Boulanger 1909 ; 22. Lens (PdC) : Delmaire 1994 ; 23. Noeulx-les-Mines (PdC) : Roger 1982 ; 24. Pincthun-Echinghen (PdC) : Roger 1982 ; 25. Isques, Herquelingue (PdC) : inédit, communication personnelle C. Deflorenne (Inrap) ; 26. Nesles-lez-Verlincthun (PdC) : Vaillant 1885 ; 27. Hardenthun-Yeulles (PdC) : Haignere 1866 ; 28. Réty (PdC) : Delmaire 1994 ; 29. Zudausques (PdC) : Roger 1982 ; 30. Armentières (Nd) : Moreau 1877-1892 ; 31. Neuville-sur-Escaut (Nd) : Hantute 1989 ; 32. Breny (Ai) : Kazanski 2002 ; 33. Mareil-sur-Mauldre (Yv) : Blin 1901 ; 34. Bréban (HtMa) : Chossenot 2004 ; 35. Saint-Dizier (HtMa) : Truc 2008 ; Paresys et Truc 2009 ; communication personnelle M.-C. Truc (Inrap) ; 36. Abainville (Me) : Guillaume 1989 ; 37. Dieue-sur-Meuse (Me) : Martin 1976 ; 38. Lavoye (Me) : Joffroy 1974 ; 39. Verdun (Me) : Cochet 1857 ; Lindenschmit 1880 ; 40. Florange (Mo) : Blaising 1991 ; 41. Cattenom (Mo) : Simmer 1987 ; 42. Metrich (Mo) : Simmer 1987 ; 43. Montenach (Mo) : Simmer 1987 ; Gambs 2001-2002 ; 44. Waldwisse (Mo) : Delort 1953 ; Simmer 1987 ; 45. Chaouilley (MeMo) : Périn 1996 ; 46. Hégenheim (HtRh) : Billoin 2008 ; Billoin 2009 ; communication personnelle D. Billoin (Inrap) ; 47. Baldenheim (BRh) : Fuchs 2000 ; 48. Kolbsheim (BRh) : Fuchs 2000.Belgique : 49. Broechem (Antwp) : inédit, communication personnelle R. Annaert (Onroerend Erfgoed) ; 50. Saint-Amand (Ht) : Brulet 1970 ; 51. Ciply (Ht) : Faider-Feytmans1970 ; 52. Trivières (Ht) : Faider-Feytmans1970 ; 53. Haine-Saint-Paul (Ht) : Faider-Feytmans1970 ; 54. Viesville (Ht) : inédit, communication personnelle G. Dumont (SPW-DGO4-Direction extérieure du Brabant wallon) ; 55. Baisy-Thy (BtWal) : Roosens 1952 ; 56. Pry, Tombois (Na) : Bequet 1895 ; Dasnoy 1978 ; 57. Bossut-Gottechain (BtWal) : Vrielynck [2007] ; communication personnelle O. Vrielynck (SPW-DGO4-Direction de l’Archéologie) ; 58. Tienen (VlBt) : Vanderkelen-Dufour 1910 ; de löe 1939 ; 59. Engelmanshoven (Lbg) : de Schaetzen et Vanderhoeven 1954 ; Vanderhoeven 1977 ; 60. Marilles (BtWal) : inédit, conservé dans les collections du musée du Cinquantenaire, Bruxelles (A. Depoorter) ; 61. Orp-le-Grand (BtWal) : Alenus-lecerf 1980 ; Barbason-Bihet 1988 ; 62. Folx-les-Caves (BtWal) : Alenus-lecerf 1963 ; 63. Fallais (Lg) : Van Ossel 1982 ; 64. Wanze (Lg) : Henrard, de Bernardy de Sigoyer, Goffioul, Hanut et Deforce 2015 ; communication personnelle D. Henrard (SPW-DGO4-Direction extérieure de Liège 1) ; 65. Verlaine, Jointy  (Lg) : Destexhe 2003 ; 66. Verlaine, Oudoumont (Lg) : Destexhe 2000 ; Destexhe 2006 ; Destexhe 2008 ; 67. Herstal, Sous-la-Chapelle (Lg) : Alenus-lecerf 1979 ; 68. Thon, Samson (Na) :Del Marmol 1859 ; Dasnoy 1968 ; 69. Hamoir (Lg) : Alenus-Lecerf 1975 ; Alenus-Lecerf 1978 ; 70. Vieuxville (Lg) : Vrielynck [2010] ; communication personnelle O. Vrielynck (SPW-DGO4-Direction de l’archéologie ; 71. éprave (Na) : inédit, conservé dans les collections du musée archéologique de Namur (J.-L. Antoine) ; 72. Arlon (Lx) : Roosens et Alenus-Lecerf 1965 ; Colling et Zeippen 2007.Grand-Duché de Luxembourg : 73. Bertrange (Lux) : Krier 2011 ; 74. Lorentzweiler (Lux) : Namur 1862.Pays-Bas : 75. Rhenen (Ut) : Ypey 1973 ; Wagner et Ypey 2011 ; 76. Obbicht (Lbg) : inédit, communication personnelle M. Kars (Universiteit Leiden) ; 77. Borgharen (Lbg) : Lauwerier et de Kort 2014.Allemagne : 78. Kleve (NW) : Heiligendorff1957; 79. Xanten (NW) : Houben et Fiedler 1839 ; Siegmund 1998 ; 80. Duisburg-Alsum (NW) : Koch 2001 ; 81. Beckum (NW) : Martin 1976 ; 82. Soest (NW) : Werner 1935 ; 83. Fürstenberg, Wünnenberg (NW) : Die Franken 1996 ; 84. Krefeld-Gellep (NW) : Pirling 1974 ; Pirling 1979 ; 85. Oberkassel (NW) : Siegmund 1998 ; 86. Morken (NW) : Böhner 1959 ; 87. Rödingen (NW) : Janssen 1993 ; 88. Jülich (NW) : Pöppelmann 2010 ; 89. Siersdorf (NW) : Martin 1976 ; 90. Geilenkirchen I (NW) : Siegmund 1998 ; 91. Köln, Müngersdorf (NW) : Fremersdorf 1955 ; 92. Köln, Junkersdorf (NW) : La Baume 1967 ; 93. Köln, cathédrale (NW) : Doppelfeld 1960 ; Doppelfeld 1964 ; 94. Godorf (NW) : Haberey 1934 ; 95. Schwarzrheindorf (NW) : Behrens 1947 ; 96. Rübenach (NW) : Neuffer-Müller et Ament 1973 ; 97. Koblenz (RP) : Behrens 1947 ; 98. Rittersdorf (RP) : Böhner 1958a ; Böhner 1958b ; 99. Eisenach (RP) : Böhner 1958a ; 100. Mehring, Zellerberg (RP) : Böhner 1958a ; 101. Dillingem, Pachten (Sa) : Böhner 1958a ; 102. Güdingen (Sa) : Stein 1989 ; 103. Löhnberg (He) : Martin 1976 ; 104. Niederbrechen (He) : Schoppa 1952 ; 105. Wiesbaden, Schiersteiner Wege (He) : Lindenschmit 1880 ; 106. Wiesbaden (He) : Cochet 1857 ; Lindenschmit 1880 ; 107. Eppstein (He) : Engels 2012 ; 108. Niederursel (He) : Blümlein 1926 ; 109. Pflaumheim (FB) : Koch 1967 ; 110. Mömlingen (FB) : Koch 1967 ; 111. Dittigheim (BW) : Koch 2001 ; 112. Müdesheim (FB) : Koch 2001 ; 113. Kleinlangheim (FB) : Die Franken 1996 ; Pescheck 1996 ; 114. Klepsau (BW) : Koch 1990 ; Die Franken 1996 ; 115. Vendersheim (RP) : Zeller 1992 ; 116. Rommersheim (Eichloch) (RP) : Werner 1935 ; 117. Flonheim (RP) : Ament 1970 ; Die Franken 1996 ; 118. Gross-Gerau, Wallerstädten (He) : Möller 1987 ; 119. Westhofen (RP) : Die Franken 1996 ; 120. Mölsheim (RP) : Behrens 1947 ; 121. Wiesoppenheim (RP) : Chenet 1935 ; Die Franken 1996 ; 122. Mannheim, Vogelstang (BW) : Die Franken 1996 ; Koch 2003 ; 123. Mannheim, Straβenheim (BW) : Die Franken 1996 ; Koch 2003 ; 124. Mannheim, Feudenheim (BW) : Wagner 1908 ; 125. Speyer (RP) : Polenz 1988 ; 126. Altluβheim (BW) : Martin 1976 ; 127. Rheinsheim (BW) : Martin 1976 ; 128. Huttenheim (BW) : Wagner 1908; 129. Obrigheim (BW) : Polenz 1988 ; 130. Pleidelsheim (BW) : Koch 2001 ; 131. Monsheim (RP) : Lindenschmit 1880 ; Barrière-Flavy 1901 ; 132. Dagersheim (BW) : Veeck 1931 ; 133. Lauchheim (BW) : Koch 2001 ; 134. Oberflacht (BW) : Schiek 1992 ; Paulsen 1992.Suisse : 135. Kleinhüningen (Ba) : Giesler-müller 1992 ; 136. Basel-Bernerring (Ba) : Martin 1976.Grande-Bretagne : 137. Bekesbourne, Howletts (Kt) : Cook 2004 ; 138. Dover, Buckland (Kt) :Evison 1987 ; Parfitt et Anderson 2012 ; 139. Mucking (Ex) : Evison 1973 ; Hirst et Clark 2009 ; 140. Faversham (Kt) : Evison 1965 ; 141. Mill Hill (Ld) : Parfitt et Brugmann 1997 ; 142. Fetcham (Su) :Evison 1965 ; 143. Brockbridge (Ha) :Evison 1965 ; 144. Chessell Down (IoW) :Evison 1965 ; 145. Petersfinger (Wi) :Evison 1965 ; 146. Bidford-on-Avon (Wa) :Evison 1965 ; 147. Long Wittenham (Ox) : Chenet 1935 ; Böhme 1981.Hors carte : Herpes (Ch) : Cook 2004 ; Charnay (Rh) : Koch 2001 ; Dittenheim (FB) : Haas-Gebhard 1998 ; Schretzheim (FB) : Koch 1977.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 3 Terminologie (d’après Dasnoy 1969, fig. 1.7 ; Faider-Feytmans 1970, pl. 51).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 4 Seau en bois à armature en fer de la tombe 3 de la nécropole de Tartigny (Massy et al. 1986, fig. 42).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 5 Seaux en bois à armature en alliage cuivreux de La Tène finale. a. Goeblange-Nospelt, t. B ; b. Baldock ; c. Goeblange-Nospelt, t. B ; d. Aylesford, t. Y (d’après Metzler et Gaeng et al. 2009, fig. 281c-d).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 6 Seaux en bois à armature en alliage cuivreux de la fin de l’Antiquité tardive : baquet (Dasnoy 1968, fig. 14.4) et petit seau (Dasnoy 1969, fig. 1.7). Carte de répartition des récipients retrouvés en Belgique actuelle.
Légende a. Pry, Tombois (Na) : Dasnoy 1978 ; b. Thon, Samson (Na) : Del Marmol 1859 ; Dasnoy 1968 ; Böhme 1974; également deux exemplaires inédits conservés dans les collections du musée archéologique de Namur (J.-L. Antoine) ; c. Haillot (Na) : Breuer et Roosens 1956 ; d. Spontin (Na) : Limelette 1863 ; Dasnoy 1966 ; Dasnoy 2004 ; e. Furfooz (Na) : Nenquin 1953 ; Dasnoy 1969 ; Böhme 1974 ; f. éprave, Rouge-Croix et Sur-le-Mont (Na) : Bequet 1891 ; Dasnoy 1997 ; g. Vieuxville (Lg) : Vrielynck [2010] ; communication personnelle O. Vrielynck (SPW-DGO4-Direction de l’archéologie) ; h. Herstal, nécropole de la gare (Lg) : Dasnoy [1972] ; Vlaeminck 1996 ; i. Fallais (Lg) : Van Ossel 1982 ; j. Tongeren (Lbg) : Vanvinckenroye 1984.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 7 Seaux en bois à placage de bronze (Hantute 1989, fig. 55.4). Carte de répartition de ces récipients (points : seaux à motifs perlés, rubans ondulants, frises d’arceaux ; triangles : seaux à motifs chrétiens ; « R » : matrice de Roussent) (d’après Evison 1965, p. 22-23, carte 8 complétée).
Légende c. Haillot (incertain) ; 5. La-Rue-Saint-Pierre ; 9. Escames ; 11. Hermes ; 14. Miannay ; 16. Buire-sur-l’Ancre ; 17. Marchélepot ; 18. Nouvion-en-Ponthieu, t. 145 ; 21. Marœuil ; 31. Neuville-sur-Escaut, t. 77 ; 33. Mareil-sur-Mauldre ; 38. Lavoye ; 97. Koblenz ; 121. Wiesoppenheim; 137. Bekesbourne, Howletts, t. 23 ; 138. Dover, Buckland, t. 391B ; 139. Mucking, t. 553, t. 998; 140. Faversham ; 142. Fetcham ; 143. Brockbridge ; 144. Chessell Down ; 145. Petersfinger ; 146. Bidford-on-Avon ; 147. Long Wittenham. Hors carte : Herpes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 8 Seaux en bois à placage de bronze à motifs chrétiens. a. Long Wittenham, t. 93 (Böhme 1981, fig. 74) ; b. Lavoye, t. 319 (Chenet 1935, fig. 15).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 9 Seaux en bois à armature en fer de type I (Vanderhoeven 1977, pl. III.4). Typologie des attaches  : F1a (Faider-Feytmans 1970, pl. 76) ; F1b (Vanderhoeven 1977, pl. III.4) ; F2 (Pirling 1979, pl. 48.2c). Carte de répartition des récipients retrouvés entre Rhin et Seine.
Légende 25. Isques, Herquelingue ; 41. Cattenom ; 46. Hégenheim, t. 107 au moins ; 51. Ciply, t. 237, t. 649 ; 52. Trivières, Tr. 489, Tr. 490 ; 53. Haine-Saint-Paul, H.P. 231 ; 54. Viesville, t. 10, t. 34, t. 45, t. 92, t. 123 ; 55. Baisy-Thy ; 57. Bossut-Gottechain, t. 413 ; 58. Tienen ; 59. Engelmanshoven, t. 8 (x2), t. 19, t. 26 ; 61. Orp-le-Grand, t. 9, t. 10 ; 62. Folx-les-Caves, t. 23 ; 65. Verlaine, Jointy, t. 165 ; 66. Verlaine, Oudoumont, t. 55, t. 80 ; 68. Thon, Samson, t. 12 ; 69. Hamoir, t. 31 ; 70. Vieuxville, t. 90, t. 160 ; 71. éprave ; 75. Rhenen, t. 842, t. 846 ; 77. Borgharen, t. 47 ; 81. Beckum ; 84. Krefeld-Gellep, t. 2018, t. 2614, t. 2635 ; 89. Siersdorf ; 91. Köln, Müngersdorf, t. 78, t. 101B, t. 130 ; 95. Schwarzrheindorf ; 98. Rittersdorf, t. 27, t. 45, t. 142 ; 103. Löhnberg ; 104. Niederbrechen, t. 8, t. 13 ; 107. Eppstein, t. 116, t. 210, t. 218, t. 291 ; 108. Niederursel ; 109. Pflaumheim, t. 1 ; 110. Mömlingen, t. 1, t. 7, t. 13 ; 111. Dittigheim ; 112. Müdesheim ; 113. Kleinlangheim, t. 261, t. 293 ; 115. Vendersheim ; 116. Rommersheim (Eichloch), t. 56 ; 123. Mannheim, Straßenheim, t. 45 ; 126. Altluβheim ; 127. Rheinsheim ; 128. Huttenheim ; 129. Obrigheim, t. 85, t. 139, t. 199 ; 130. Pleidelsheim, t. 128 ; 133. Lauchheim ; 136. Basel-Bernerring, t. 39. Hors carte : Dittenheim, t. 70 ; Schretzheim, t. 622, t. 626.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Fig. 10 Seaux en bois à armature en alliage cuivreux et en fer de type II (Faider-Feytmans 1970, pl. 51). Typologie des attaches : B2 (Doppelfeld 1964, fig. 3c) ; B3a (Faider-Feytmans 1970, pl. 51) ; B3b (Wagner et Ypey 2011, p. 497) ; B4 (Roosens et Alenus-Lecerf 1965, fig. 31). Typologie des anses : AnB1 (Pirling 1979, pl. 40.1b) ; AnB2 (Pirling 1974, pl. 50.1b) ; AnB3 (Pirling 1979, pl. 40.2b). Carte de répartition des récipients retrouvés entre Rhin et Seine.
Légende 6. Envermeu, trois exemplaires ; 7. Douvrend ; 8. Canny-sur-Thérain ; 13. Vendeuil, Caply, t. 47 ; 20. Warlus ; 23. Nœulx-les-Mines ; 24. Pincthun-Echinghen ; 29. Zudausques, t. B ; 35. Saint-Dizier, t. 13 ; 39. Verdun ; 42. Metrich ; 44. Waldwisse, t. 1 ; 47. Baldenheim ; 49. Broechem, t. 91, t. 512 ; 50. Saint-Amand, t. 10 ; 52. Trivières, Tr. 488 ; 56. Pry, Tombois, t. 18, t. 24 ; 57. Bossut-Gottechain, t. 146, t. 426 ; 60. Marilles ; 63. Fallais ; 64. Wanze, t. F01 ; 66. Verlaine, Oudoumont, t. 77, t. 78 ; 67. Herstal, Sous-la-Chapelle ; 71. éprave, Rouge-Croix, t. 473 ; 72. Arlon, t. 10 ; 73. Bertrange, t. 5 ; 74. Lorentzweiler ; 75. Rhenen, t. 758, t. 763, t. 775 ; 79. Xanten ; 82. Soest, t. 106 ; 84. Krefeld-Gellep, t. 1782, t. 2589 (x2), t. 2613 ; 87. Rödingen, t. 63 ; 88. Jülich, t. 222, t. 235, t. 237 ; 92. Köln, Junkersdorf, t. 159 ; 93. Köln, cathédrale, tombe d’enfant ; 94. Godorf ; 95. Schwarzrheindorf, t. 61 ; 96. Rübenach, t. 225 ; 105. Wiesbaden, Schiersteiner Wege ; 106. Wiesbaden ; 114. Klepsau, t. 4 ; 122. Mannheim, Vogelstang, t. 147 ; 124. Mannheim, Feudenheim ; 132. Dagersheim ; 136. Basel-Bernerring, t. 33 ; 137. Bekesbourne, Howletts.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 11 Fabrication des récipients à douves en bois (Bidford-on-Avon, tombe 7) (sur base de Cook 2004, fig. 2).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 12 Fabrication des seaux de type II (Trivières, Tr. 488). À gauche : fixation de l’étroit bandeau. À droite : fixation de l’anse.
Crédits Cl. A. Vallée
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Fig. 13 Seau en bois à armature en alliage cuivreux de la tombe 28 de la nécropole de Buckland (Cook 2004, fig. 18a).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 14 Seau en bois à armature en alliage cuivreux de la tombe 600 de la nécropole de Mucking (Evison 1973, fig. 1).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2777/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Vallée, « La pratique funéraire du dépôt de seaux en bois à la période mérovingienne : un état de la question en Gaule du Nord-Ouest »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 33-56.

Référence électronique

Amélie Vallée, « La pratique funéraire du dépôt de seaux en bois à la période mérovingienne : un état de la question en Gaule du Nord-Ouest »Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2777 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.2777

Haut de page

Auteur

Amélie Vallée

Aspirante F.R.S.-FNRS, Centre de recherches d’archéologie nationale, université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals