Navigation – Plan du site

Un nouveau bâtiment du cloître de Saint-Hilaire-le-Grand à Poitiers (xe-xive siècle)

A New Building in the Cloister of Saint-Hilaire-le-Grand in Poitiers (10th-14th century)
Ein unbekannter Bau im Kreuzgang der Stiftskirche Saint-Hilaire-le-Grand in Poitiers (10.-14. Jh.)
Emmanuel Barbier et Anne Jégouzo
avec la collaboration de Guillaume Pouponnot et Sacha Kacki
p. 57-90

Résumés

L’opération d’archéologie préventive réalisée dans le cloître de Saint-Hilaire-le-Grand à Poitiers a permis d’étudier un bâtiment inédit en limite sud de la collégiale. Sur une superficie de 170 m² et deux niveaux particulièrement bien conservés, il se révèle un témoin privilégié de l’évolution architecturale et topographique du cloître. Fondé sur des soubassements du bas empire, cet ensemble bâti connaît cinq grandes phases de constructions jusqu’aux remaniements du XIXe siècle. La première grande campagne de travaux correspond à l’édification autour du Xe siècle d’une clôture monumentale séparant un espace consacré d’un espace civil. L’emplacement comme les dimensions hors norme de cette maçonnerie évoque la possibilité de claustrum ou castrum… Au XIe siècle, un vaste cellier est aménagé contre cette limite, entraînant des modifications importantes dans la circulation et l’organisation du cloître. L’ensemble est considérablement remanié à partit du XIIIe siècle avec l’ouverture de nouveaux accès, une partition de l’espace interne et l’aménagement d’un plancher toujours conservé.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Contexte de l’opération archéologique

Fig. 1 Localisation des zones d’étude.

Fig. 1 Localisation des zones d’étude.

DAO G. Pouponnot, Inrap

1Au cœur du quartier historique de Saint-Hilaire de Poitiers, à proximité immédiate de l’église du même nom, le développement d’un projet immobilier d’environ 1 000 m² a permis d’étudier les abords d’un site majeur de la chrétienté dans l’ouest de la Gaule. Cet aménagement a entraîné l’intervention d’une équipe de l’Inrap à la fin de l’année 2007 et courant 2008 pour une étude archéologique du sous-sol et du bâti.

2Le projet nécessitait un terrassement sur 2,60 m de profondeur et touchait les murs en élévation d’un bâtiment médiéval identifié comme un cellier. C’est l’étude de ce dernier qui fait l’objet de cet article. La fouille a été organisée autour de trois zones (fig. 1) : la zone I, débutant à 5 m du mur gouttereau nord de l’église, s’étendait à l’emplacement hypothétique du cloître sur 750 m² ; la zone II, d’une superficie de 190 m², se trouvait au sud du cellier établi au nord de la cour ; la zone III correspondait au bâtiment.

3L’édifice étudié ici se présente aujourd’hui comme un vaste vaisseau rectangulaire (35 m × 12,50 m hors œuvre), pourvu d’un étage et d’une seule partition interne délimitant deux espaces distincts : un cellier (7 m × 10 m) et une grande salle (8,40 m × 22,30 m dans œuvre). Le rez-de-chaussée est peu ouvert. Seules trois fentes de jour conservées dans le mur gouttereau sud assurent le faible éclairage de ce vaste espace. Au contraire, l’étage, pourvu d’une dizaine de baies réparties à intervalles réguliers entre les deux murs gouttereaux, est mieux éclairé.

1.1. Une opération « singulière »

Fig. 2 Vue de l'église Saint-Hilaire depuis le bâtiment.

Fig. 2 Vue de l'église Saint-Hilaire depuis le bâtiment.

Cl. P. Ernaux, Inrap

4L’église Saint-Hilaire-le-Grand est classée au titre des monuments historiques depuis 1840 et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (1998). Le mur qui borde la fouille et longe la rue Saint-Hilaire est également classé au titre des Monuments historiques (1941). Toutefois, le vaste bâtiment situé au sud de l’église ne bénéficie que de la protection du secteur sauvegardé. Sa position périphérique et sa perception peu évidente au milieu de nombreux bâtiments attenants ont longtemps relégué cet édifice au second plan, en dépit de sa proximité avec l’église (fig. 2). Ce manque d’intérêt a dû être reconsidéré au vu des premières données archéologiques rassemblées tant sur les élévations qu’en stratigraphie.

  • 1 Les services de l’État décident alors de mettre en place une mesure conservatoire pour éviter la d (...)

5L’occupation du quartier paraît en effet continue depuis la fin de l’Antiquité jusqu’à nos jours, motivant une modification du projet initial1. Ces bouleversements ont également contraint à une adaptation des objectifs scientifiques préalablement énoncés. Dans ce cadre, l’exploration du sous-sol a été restreinte à l’étude des structures archéologiques découvertes au décapage et dans les sondages déjà réalisés.

6Quant au bâtiment qui nous intéresse plus particulièrement, son étude s’est davantage apparentée à une évaluation archéologique qu’à une étude exhaustive du bâti. Elle a été conditionnée par une série de contraintes préalables : enduits récents à conserver, murs doublés en parpaings, enduits extérieurs non piquetés, etc. (fig. 3). Dans ce cadre, l’étude a été restreinte à des fenêtres d’observation. Leur implantation respective devait permettre d’apprécier au mieux toute l’élévation du bâtiment tout en s’interrogeant sur des zones potentiellement associées à des reprises (ouvertures, chaînages des contreforts). Des prélèvements systématiques (mortiers, charbons de bois, dendrochronologie), susceptibles de livrer des informations nécessaires à l’établissement de la chronologie des différentes phases de construction, ont été réalisés.

Fig. 3 Vue générale du mur nord du cellier après piquetage des enduits.

Fig. 3 Vue générale du mur nord du cellier après piquetage des enduits.

Cl. E. Barbier, Inrap

1.2. Les contextes topographique et historique

7La ville de Poitiers est située sur un promontoire calcaire, au cœur du Seuil du Poitou, couloir obligé des relations entre le Nord et le Midi, point de contact entre le Centre et la côte atlantique. Les vallées du Clain et de la Boivre délimitent le promontoire en formant un méandre très marqué et limitant tout accès terrestre à son ouverture au sud, dont la largeur n’excède pas 500 m.

8Le site de Saint-Hilaire, localisé en bordure de plateau, domine la vallée occidentale marquée par la zone marécageuse de la Boivre. Le terrain, aujourd’hui plan, se situe dans un quartier aménagé en terrasses suivant un pendage régulier, depuis la rue de la Tranchée jusqu’à à la rupture de pente de la falaise.

Fig. 4 Plan de Poitiers au Bas-Empire et localisation du site.

Fig. 4 Plan de Poitiers au Bas-Empire et localisation du site.
  • 2 Bourgeois 2012, p. 417.
  • 3 Simon-Hiernard 1990, p. 32-38.

9Le projet immobilier s’inscrivait dans un quartier extrêmement sensible du point de vue historique. Il se situait à proximité d’un des principaux axes antiques de la ville. Cet axe nord-sud (Poitiers-Saintes) empruntait le seul accès terrestre au promontoire et desservait l’amphithéâtre, le forum et des thermes publics (fig. 4). Si la tradition localise cet axe à l’emplacement des actuelles rues de la Tranchée et Carnot, Luc Bourgeois évoque un second cheminement primitif matérialisé aujourd’hui par le tracé de la rue Jules Ferry2. Une nécropole antique est établie de part et d’autre de cette voie. Les fouilles anciennes l’identifient, pour le Haut-Empire, au sein de l’actuel parc de Blossac et, pour l’Antiquité tardive, aux abords immédiats de l’église Saint-Hilaire3.

1.2.1. La basilique funéraire et son environnement

Fig. 5 Topographie religieuse environnante à la collégiale. Tracé du castrum et des voies supposées pour le haut Moyen Âge.

Fig. 5 Topographie religieuse environnante à la collégiale. Tracé du castrum et des voies supposées pour le haut Moyen Âge.

DAO E. Barbier, Inrap

  • 4 Noizet 2001, p. 329-355.
  • 5 Grégoire de Tours 1885, 2, p. 299.
  • 6 Venance Fortunat 1885, XII, 11.
  • 7 Grégoire de Tours 1965, IX, p. 242.

10À la fin du iiie siècle, la ville se replie à l’intérieur d’une vaste enceinte dont le tracé abandonne toute la partie méridionale du promontoire. L’emprise de la fouille qui s’inscrit aux abords du lieu de sépulture de saint Hilaire (315-367 ou 368) se situe ainsi à l’extérieur de la cité, à 800 m au sud de l’enceinte (fig. 5). Autour du tombeau du saint se développe un important complexe funéraire et religieux comprenant une basilique, des édifices annexes et plusieurs cimetières. Une communauté de clercs assure l’entretien du culte4. Les documents faisant état de la formation initiale du domaine sont rares. Au vie siècle, Grégoire de Tours mentionne à maintes reprises la basilique de Saint-Hilaire tout en évoquant le tombeau du saint (sepulcrum sancti Helari)5. Les miracles produits sur ce tombeau sont documentés par Fortunat vers 567-568, qui précise qu’il était entouré de chancels et d’un atrium6. Par ailleurs, la narration par Grégoire de Tours de la révolte des nonnes du monastère de Radegonde suggère la présence de portiques où celles-ci se seraient réfugiées7.

1.2.2. Le castrum (ixe-xe siècles)

  • 8 Grat F., Vielliard J., Clémencet S. (éd.) 1964, p. 104-105.
  • 9 Bourgeois 2012, p.411-412.

11Les premières évocations de clôture monumentale apparaissent au cours du xe siècle mais celles-ci se rapportent à l’enceinte du castrum de Saint-Hilaire nouvellement construit. Situé en dehors de l’enceinte héritée de l’Antiquité tardive, le site était particulièrement exposé à d’éventuels assaillants. Diverses chroniques relatent à cet égard les assauts répétés des Normands dans la région. Ceux-ci incendient l’église en 861, obligeant les chanoines à fuir momentanément à l’abri des murs de la cité8. La crainte suscitée par ces menaces a probablement motivé la construction d’une enceinte de clôture aménagée au cours du siècle suivant. Cet aménagement défensif intervient alors que les risques semblent s’atténuer. Il relève davantage d’un projet politique visant à asseoir l’autonomie croissante du duché d’Aquitaine9.

  • 10 CP 925-950, F 063 dans Ibid., p. 412.
  • 11 En 942, Ebles († 976) alors évêque de Limoges est abbé de Saint-Maixent (Deux-Sèvres) et de Saint- (...)
  • 12 Ibid., p.420.
  • 13 Commune de Saint-Maixent-l’École, Deux-Sèvres. Bourgeois 2014, p. 488-501.

12La première mention de la fortification apparaît dans les sources en 942, dans une charte du souverain Louis IV d’Outremer10. Cet acte fait état de maisons comprises à l’intérieur de l’enceinte nouvellement construite, suggérant un aménagement récent. En 942, Ebles11, frère du comte de Poitou et duc d’Aquitaine, dispose de la trésorerie de Saint-Hilaire depuis plus de six ans et c’est à ces deux personnages que l’on peut attribuer cette construction réalisée au plus tôt à partir de 93612. Ce programme défensif semble toutefois relever de la seule initiative du trésorier qui s’inspire de travaux déjà commencés par ses soins aux abords de l’abbaye de Saint-Maixent13 qu’il dirige.

  • 14 Bourgeois 2012, p. 417.
  • 15 Redet 1847, p. 23.
  • 16 Redet 1847, p. 49-50.

13La forme et le tracé de l’enceinte ne sont pas précisément connus. Confrontant le cadastre aux fonds documentaires, Luc Bourgeois propose néanmoins un tracé hypothétique (fig. 5) dont la limite occidentale marquée par une forte pente est matérialisée par un mur de terrasse implanté 15 m au-delà de l’enceinte observée dans l’emprise de l’étude archéologique. Le tracé de l’enceinte proposé permet de restituer un ensemble long de 230 m du nord au sud et de 150 m d’est en ouest, pour une surface totale qui aurait atteint près de 3,5 ha. L’espace ainsi délimité apparaît donc relativement vaste14 et diversement occupé au cours des xe et xie siècles, comme en attestent quelques sources historiques. Elles témoignent d’une urbanisation progressive de l’espace qui relevait essentiellement au xe siècle de l’autorité de la collégiale, avant l’intrusion de laïcs dans la seconde moitié du xie siècle. Des maisons canoniales15, diverses habitations plus ou moins groupées, vignes et terres cultivables se trouvaient dans le castellum. Vers 976, un document indique qu’Ebles donne aux chanoines ses maisons à l’intérieur du castellum. Entre 1017 et 1023, un acte de donation fait état d’un bourg appartenant à Gilbert et Adémar avec les vignes, maisons et tour16.

  • 17 Ibid., p. 83.
  • 18 Ibid., p. 106-107.
  • 19 Ibid., p. 103-105.

14Vers 1090, un certain Hugues de la Celle renonce à ses prétentions sur l’église Saint-Michel et son bourg17 ainsi que sur le bourg d’Arnaud Roux18. Ce bourg avait déjà été mentionné vers 1080, dans la liste des redevances dues au trésorier de Saint-Hilaire, avec le bourg de Fenerio, celui de Robert Berco et celui de Rainaud19.

15La construction d’une nouvelle enceinte ceinturant l’ensemble de la ville est entreprise par Henri II Plantagenêt vers 1160. Intégrant le site de la collégiale, elle atténue de fait l’intérêt défensif du castrum de Saint-Hilaire, mentionné pour la dernière fois en 1161.

1.2.3. L’église et les bâtiments communautaires

  • 20 Camus 1982, p. 108.
  • 21 Ibid. Ces différentes phases de construction sont illustrées par de nombreux plans axonométriques.

16Au xisiècle, l’église bénéficie de travaux d’envergure, à la demande du duc Guillaume Aigret (1038-1058) et de sa mère Agnès († 1068). La dédicace de l’église a lieu le 1er novembre 104920. Cette reconstruction s’accompagne de nombreux remaniements jusqu’au xiie siècle. La tour-porche du transept nord et une partie du mur de l’abside semblent appartenir à une première phase de construction romane, au contraire de la nef, dont le développement occidental est probablement contraint à la fois par la proximité de la falaise et par le maintien du tombeau d’Hilaire. L’élévation actuelle résulte de nombreuses campagnes de construction21. Cet édifice a été très peu modifié, à l’exception de quelques chapelles appuyées contre le mur nord de la nef. Seuls les dévastations des guerres de Religion et les pillages au sortir de la Révolution participent de la destruction d’une grande partie de l’édifice roman, dont la partie occidentale est partiellement reconstruite à la fin du xixe siècle.

17Les grands travaux réalisés durant le xie siècle ont eu probablement une incidence sur les bâtiments « communautaires » de la collégiale. Si la population est limitée à 60 chanoines par le comte Gui Geoffroi dans le second quart du xie siècle, la matérialisation d’un cadre de vie communautaire ne peut être distinctement identifiée pour cette période.

  • 22 Redet 1847, p. 115-116. « Factum est autem pictavis in claustro sancti confessoris dominique nostr (...)
  • 23 Ibid., p. 275-282.

18La première mention d’un cloître apparaît à notre connaissance au début du xiie siècle, sous le terme claustro22. Ce terme recouvre-t-il une réalité physique ou, au contraire, s’agit-il de l’espace au sein duquel s’exerce la juridiction de la collégiale ? Sa localisation à proximité de l’église est toutefois suggérée dans un acte daté de 1255, évoquant le parcours d’une procession : « in processionem ecclesia et in claustris »23. Cette référence apparaît plus fréquemment par la suite, mais l’architecture de cet espace demeure difficile à appréhender jusqu’au xvie siècle et l’apparition des premiers procès-verbaux des réunions capitulaires. Doit-on se fier à la définition classique de l’espace claustral propre à la topographie « monastique », c'est-à-dire un espace clos établi sur un plan quadrangulaire et se développant généralement au sud de l’église ?

  • 24 Ibid., p. 259-264.

19Des documents plus récents permettent de renseigner cet espace mais ceux-ci sont réalisés après que d’importants travaux de terrassement ont été assurés durant les guerres de Religion. En 157724, un devis de réparations fait état de deux cloîtres. La description de l’état des charpentes « environnant les dictz cloistres, qui sont de grande étendue », implique la présence de galeries couvertes.

2. Premiers indices de construction en marge de la nécropole mérovingienne (phase 1)

2.1. Une nécropole et une carrière

20Si cette étude archéologique demeure trop réduite pour circonscrire l’ensemble de la nécropole Saint-Hilaire, elle a toutefois permis d’identifier un secteur funéraire dense avec de nombreux sarcophages positionnés sur différents paliers adaptés à une topographie en pente. Vers le ve siècle, un modeste mausolée abritant trois sarcophages identiques est édifié. Un long mur d’axe nord-sud semble limiter vers le sud l’extension de l’aire d’inhumation.

21Une carrière de calcaire a été identifiée en marge de la nécropole. Une interaction entre la carrière et le développement de la basilique peut être envisagée, compte tenu de leur proximité. En outre, l’interruption de son exploitation semble être liée à l’arrêt des inhumations dans ce secteur de la nécropole. La zone d’extraction fait alors l’objet d’un aménagement visant à restructurer l’espace.

2.2. Sous le bâtiment actuel, des constructions énigmatiques

Fig. 6 Plan restitué de la phase 1 (v-viie siècles).

Fig. 6 Plan restitué de la phase 1 (v-viie siècles).

DAO G. Pouponnot, Inrap

22À 50 m au sud de l’espace funéraire, des indices de constructions assez lacunaires ont été observés. Dans une zone dévolue à l’extraction de calcaire, plusieurs maçonneries utilisant de gros blocs antiques en remploi ont été implantées. Trois d’entre elles ont été repérées sous les fondations du futur bâtiment médiéval (fig. 6). Celle située le plus à l’ouest, M20031, consiste en deux réemplois de grand appareil, partiellement conservés et dépourvus de liant (fig. 7). Le bloc inférieur est légèrement ébrasé et sert d’assise au second bloc. Taillé au pic, un léger congé plus soigneusement équarri (marteau taillant) est visible sur la partie inférieure (5 cm). Quant au second bloc, il présente sur la moitié de la face dégagée le même type de taille grossière avant de présenter un méplat large de 12 cm et plus soigneusement réalisé au marteau taillant. L’amorce de ce méplat est progressive sur la partie est de la surface dégagée (45°), mais plus abrupte pour le côté opposé (90°).

Fig. 7 Vue de la maçonnerie la plus à l’ouest, construite avec des blocs de remploi antiques.

Fig. 7 Vue de la maçonnerie la plus à l’ouest, construite avec des blocs de remploi antiques.

Cl. E. Barbier, Inrap

23Ces blocs sont installés dans une tranchée de fondation d’axe nord-sud. Cette dernière ne se prolongeant pas, elle témoigne d’un développement restreint vers l’ouest.

24Un peu plus à l’est, la maçonnerie M20001 est marquée par deux blocs calcaires en grand appareil à priori quadrangulaires et largement débordants par rapport au parement (0,37 m). L’un est entièrement équarri au pic alors que l’autre est plus soigneusement taillé sur la face supérieure. Il est doté, par ailleurs, d’un orifice dont le diamètre atteint 7 cm. Il ne présente aucune trace d’usure et limite de ce fait toute association avec une crapaudine. Il pourrait être interprété comme le vestige d’un tenon pour un assemblage à sec.

25Sa mise en œuvre est identique à la maçonnerie précédente : blocs de grand appareil, absence de liant. Observée sur une longueur qui n’excède pas 1,10 m, l’assise dégagée est haute de 0,40 m. Contrairement à la maçonnerie M20031, celle-ci semble suivre une orientation perpendiculaire est-ouest.

26Dans le même alignement et suivant un axe identique, un aménagement sensiblement similaire a été observé plus à l’est, M20154. Deux blocs retaillés, dépourvus de liant, sont posés sur le substrat calcaire. Ils ont été observés sur 1,40 m de long avec une unique assise haute de 0,40 m présentant une face supérieure plane. En dépit d’importantes altérations dues aux travaux postérieurs, le module de ces blocs et l’absence de liant impliquent un aménagement identique à celui observé pour les deux maçonneries précédemment évoquées.

27Si aucun mobilier associé ne permet de datation certaine, ces trois constructions peuvent, en s’appuyant sur une stratigraphie relative, être contemporaines. S’agit-il de vestiges de murs de clôture ou de fondations pour des structures très localisées (piliers par exemple) ? L’état des recherches menées sur ce site ne permet pas d’étayer davantage ces différentes hypothèses.

28Néanmoins, la localisation de ces aménagements sur un axe privilégié pour les périodes suivantes se révèle énigmatique. Une première clôture non monumentale du complexe religieux peut-elle être envisagée ?

3. Début du xe siècle : édification d’une clôture ou d’une enceinte (phase 2) ?

3.1. La maçonnerie

Fig. 8 Implantation de l’épaisse maçonnerie M20 en plan.

Fig. 8 Implantation de l’épaisse maçonnerie M20 en plan.

DAO G. Pouponnot, Inrap

Fig. 9 Élévation du mur M20 - constructions du xe siècle.

Fig. 9 Élévation du mur M20 - constructions du xe siècle.

DAO G. Pouponnot, Inrap

29C’est sur ces premières constructions qu’est édifiée, autour du xe siècle, une imposante maçonnerie, le mur M20 (fig. 8 et fig. 9). Épais de 2,20 m, il suit le même axe est/ouest sur plus de 15 m de long et témoigne d’un très bon état de conservation sur près de 4 m d’élévation. Cette maçonnerie a été principalement observée sur son parement sud (15,50 m) (fig. 10 et fig. 11). Seule une petite section du parement nord, longue de 4,50 m et dépourvue de reprises, a pu bénéficier d’une étude véritable, le reste ayant été enduit préalablement à notre intervention. La maçonnerie est montée à l’aide de moellons et de blocs très grossièrement équarris et de modules très variables (20155, 20136). L’appareil en opus spicatum suit un léger pendage vers l’ouest, particulièrement apparent au niveau des premières assises par l’emploi de blocs plus importants (longueur : entre 0,30 m et 0,60 m ; hauteur : 0,20 m à 0,30 m). Grossièrement assisé, il alterne parfois avec des moellons placés de chant. L’ensemble est lié par un mortier d’argile désagrégé (marron) contenant de nombreux nodules de chaux blanchâtres.

Fig. 10 M20, parement Nord, portion de bâti non restaurée.

Fig. 10 M20, parement Nord, portion de bâti non restaurée.

Cl. E. Barbier, Inrap

Fig. 11 M20, parement sud, section orientale.

Fig. 11 M20, parement sud, section orientale.

Cl. A. Jégouzo, Inrap

  • 25 Jégouzo et al. 2011. Dix des échantillons s’inscrivent dans une fourchette chronologique comprise (...)

30Onze prélèvements de charbon de bois ont permis de mieux appréhender la chronologie de cette importante phase de construction25. Réalisés à différents emplacements du mur, au niveau des parements nord et sud, ils révèlent une grande homogénéité chronologique comprise entre 880 et 990.

31Cinq trous de boulin maçonnés et à priori traversants ont été observés au gré des sondages réalisés. De section carrée ou rectangulaire, ils marquent deux axes verticaux avec des espacements variés (entre 0,85 m et 1 m). La vision limitée de ces témoins de l’échafaudage contraint toute lecture de son organisation générale.

32Par ailleurs, le parement nord de M20 présente un ressaut (20156) large de 32 cm. Ce ressaut est visible au même niveau sur toute l’emprise conservée du parement, jusqu’au jambage oriental de la porte postérieure E4. Il est alors abaissé d’un mètre. Il apparaît peu probable que le ressaut a pour principal intérêt d’asseoir davantage la fondation étant donné son absence sur le mur extérieur. Ainsi, il pouvait participer à l’établissement d’un plancher, soit limité à la maçonnerie dans le cadre d’un mur d’enceinte ou intégré à un bâtiment dont le développement ne peut pas être défini. En effet, ce ressaut correspond grossièrement au niveau de cour observé au sud du mur.

33Le parement sud présente en partie basse, dans un contexte très localisé sous la porte E5, deux états distincts de construction. Situés en retrait de 5 cm par rapport au piédroit ouest de la baie qui les surmonte, ils ont été observés sur une longueur de 2 m. Antérieurs à l’aménagement de cette ouverture, ces deux maçonneries devaient se poursuivre vers l’ouest. La première (20002) est conservée sur la hauteur de deux assises (30 cm). Elle est liée au mortier de chaux relativement granuleux et de couleur orangée. Ainsi, les deux assises sont disposées avec un soin très relatif et usent tantôt de moellons tantôt de blocs retaillés.

34L’autre vestige de maçonnerie (20003) est visible sur une hauteur de trois assises (70 cm). Si le gabarit des moellons utilisés est plus important, le mode de construction est identique. De probables réemplois de pierres de taille se mêlent à des moellons très grossièrement équarris. L’ensemble est lié par un mortier de chaux rosâtre relativement sableux.

35La conservation très lacunaire de ces deux états de maçonnerie limite leur interprétation, d’autant plus que de nombreuses reprises isolent cette phase de construction. Néanmoins, l’aspect général et l’étude stratigraphique permettent d’associer ces vestiges au reste de l’importante maçonnerie M20.

3.2. Une ouverture : la porte E5

Fig. 12 Vue générale de la baie E5 dans l’emprise du sondage.

Fig. 12 Vue générale de la baie E5 dans l’emprise du sondage.

Cl. A. Jégouzo, Inrap

36Une ouverture, visible uniquement sur le parement extérieur de M20, est aménagée au cours de cette période et apparaît relativement isolée du reste des maçonneries (fig. 12). L’apposition postérieure d’un contrefort sur la partie orientale (20008) et la construction d’une maçonnerie plus tardive contre le parement nord de M20 limitent en effet considérablement la lecture architecturale. En dépit de ces difficultés d’observation, les dimensions générales de l’ouverture peuvent être appréhendées. Large de 2,08 m, sa hauteur peut être estimée à 3,75 m.

37Cette porte présente un arc en plein cintre : elle est montée à l’aide de 17 claveaux étroits, réguliers et faiblement clavés. Leur module respectif, faiblement cunéiforme, est identique. Ainsi, la longueur de chacun d’entre eux atteint 32 cm alors que la largeur au niveau de l’intrados, limitée à 10 cm, atteint 12 cm au niveau de l’extrados, ménageant ainsi un joint de pose relativement régulier entre chacun des claveaux. Seul le premier claveau bénéficie d’un traitement particulier. Il consiste en un bloc monolithe rectangulaire sur lequel est entaillé un faux joint. Étant donné le trop faible ébrasement de ce dernier, le raccord avec le piédroit ouest de la baie (20004) s’effectue au moyen d’un joint de mortier s’épaississant vers l’extrados. L’ensemble de cet aménagement est monté à l’aide d’un mortier de chaux sableux, légèrement rosé.

  • 26 Par exemple, l’abbaye Saint-Pierre de Maillezais, Commune de Maillezais, Vendée (1er quart du xie (...)
  • 27 Par exemple la tour de Broue, commune de Saint-Sornin, Charente-Maritime (milieu du xie siècle).

38La lecture de l’intrados de la voûte est altérée par le réaménagement tardif de l’ouverture et la pose d’un linteau de bois. Toutefois, il semble que la taille des linteaux ne se prolonge pas dans l’ébrasement intérieur, suggérant la présence d’une voussure fourrée par un blocage interne. Ce dernier est attesté à l’étage grâce à la maçonnerie 20106, les aménagements postérieurs ayant effacé toutes traces de l’arc sur le parement nord (fig. 9). L’appareil, similaire, se compose de moellons calcaires et de blocs placés de chant. L’ensemble est légèrement courbé, à l’instar de la voûte appartenant à la porte E5. Ce type de mise en forme se rencontre sur de nombreuses ouvertures romanes primitives tant dans l’architecture religieuse26 que dans l’architecture civile27.

39Le jambage ouest de l’ouverture est assuré par des blocs de pierre de taille de moyen appareil qui forment un chaînage latéral en besace d’angle. Si les joints dormants sont relativement minces (moins de 1 cm), les joints montants sont souvent plus larges (2 à 3 cm). La lecture des assises fait état d’une relative homogénéité dans toute l’épaisseur du mur M20 (2,24 m), tant pour les matériaux employés, que pour la mise en œuvre générale. Un chanfrein à 45° et large de 10 cm anime l’angle intérieur (fig. 13).

Fig. 13 La baie E4 avec le jambage occidental interne de la baie E5.

Fig. 13 La baie E4 avec le jambage occidental interne de la baie E5.

Cl. E. Barbier, Inrap

  • 28 Boüard de 1973-1974, p. 33-36.

40Si aucune feuillure ne permet d’accueillir un vantail, un négatif de percement dans une pierre du jambage occidental rappelle un système de fermeture à barres transversales28. Cet aménagement évoque le système de fermeture carolingien observé à Doué-la-Fontaine, où des barres coulissent dans la fourrure des murs latéraux. Le moyen appareil assisé, généralement employé pour les éléments raidisseurs de la maçonnerie (contreforts, piliers, baies…) se poursuit vers l’ouest et pourrait ne pas se limiter à cette seule ouverture. Ainsi, en extrapolant, une seconde ouverture pourrait être juxtaposée à l’ouest. Les reprises postérieures rendent impossible la lecture du jambage opposé.

  • 29 Camus 1982.

41Ce type d’ouverture apparaît sur de nombreux édifices romans du xie siècle pour la région poitevine ou ligérienne. Le monastère de Saint-Florent de Saumur (Maine-et-Loire) conserve une ouverture semblable à celle de Saint-Hilaire. La réalisation d’une nouvelle campagne de datation a permis de reconsidérer cet aménagement localisé au niveau du clocher-porche. Désormais attribué au xe siècle, il présente une porte en plein cintre partiellement clavée et appareillée avec des dimensions proches de celle observée à Saint-Hilaire (l. : 2, 80 m, H. : 3,80 m). Les rares claveaux conservés semblent faiblement ébrasés vers l’extrados, à l’instar de la porte E5, cette particularité entraînant un élargissement progressif des joints. Cet archaïsme est susceptible d’appartenir à une première expérience romane dont les indices sont absents à l’intérieur de l’église29.

42Ainsi, la porte du bâtiment de Saint-Hilaire constitue, à notre connaissance, une première ouverture aménagée dans le mur M20, vers les marges méridionales du plateau. Elle permet de s’affranchir de cette maçonnerie monumentale, en assurant un accès vers une aire ouverte.

3.3. Un rétrécissement secondaire : la porte E4 (fig. 13)

43La porte E4, deux fois plus étroite que la grande ouverture E5, réduit considérablement cet accès primitif. Le mode de construction observé est très proche de celui suivi pour la baie E5, dans laquelle elle s’insère en reprenant le jambage ouest. Large de 1,10 m, sa hauteur est aussi réduite pour atteindre 2,70 m.

  • 30 Les restaurations récentes ont entraîné une reprise de l’ensemble des joints.

44Cette ouverture clavée est montée à l’aide de 20 claveaux étroits dont les modules respectifs sont très semblables. Ainsi, la longueur de chacun d’entre eux atteint 32 cm, alors que la largeur au niveau de l’intrados limitée à 8 cm atteint 12 cm au niveau de l’extrados, d’où la présence de joints de pose réguliers30. Cette observation vaut pour le parement sud de l’ouverture, alors que la voussure est dotée d’un bourrage interne. Cette relative homogénéité est perturbée sur la partie orientale de l’arc. Le raccord avec le jambage est assuré au moyen de trois claveaux dont le module est radicalement différent de ceux observés pour le reste de l’ouverture. Deux d’entre eux sont ébrasés vers l’intrados et semblent avoir été retaillés afin de s’insérer au mieux dans l’arc. Quant au sommier assurant le raccord avec le jambage oriental, il est issu d’un bloc calcaire rectangulaire assis sur le sommet du jambage et retaillé sur l’arête afin d’assurer au mieux cette liaison. Ce même type d’appareil avait déjà été observé au niveau de la porte E5. La position secondaire de ces différents blocs pourrait être associée à une reprise qui n’a pu être distinguée dans le cadre de l’étude.

45Le jambage ouest reprend celui de la baie E5 alors que le jambage opposé bénéficie d’une mise en œuvre quasiment identique, assurée par l’emploi de blocs de pierre de taille de moyen appareil formant un chaînage latéral en besace d’angle dépourvu de chanfrein.

46Si des similitudes architecturales se révèlent indéniables, les limites de l’étude n’autorisent aucune certitude dans le phasage de cette construction. De plus, l’aspect inédit, à notre connaissance, d’un accès initialement prévu avec ce type de rétrécissement d’une porte monumentale rend difficile l’association de ces deux ouvertures. La baie E4 doit plus probablement être aménagée dans un second temps, afin de limiter l’accès au-delà du mur.

3.4. Synthèse

  • 31 Carpentier et al. (éd.), 1989, n° C001.
  • 32 Meijns 2014.

47Un diplôme de Louis le Pieux, daté de 808, propose aux clercs de Saint-Hilaire ne souhaitant pas suivre une vie canoniale de se retirer dans un monastère bénédictin situé aux abords de la cité poitevine, l’abbaye de Nouaillé31. Ce document découle d’une restructuration générale des règles de la vie communautaire commencée dès la seconde moitié du viiie siècle et opérée dans de nombreux complexes basilicaux. Celle-ci s’exprime quelques années plus tard au travers de la règle d’Aix (816) qui a pour principale vocation de remettre de l’ordre et de l’unité face à la situation anarchique des coutumes canoniales et la confusion entretenue auparavant entre clercs et moines32. Les nombreux bouleversements observés sur le site de Saint-Hilaire pourraient, dans une certaine mesure, témoigner de cette évolution. Le début de la période carolingienne est en effet marqué par une importante restructuration des espaces étudiés lors de l’opération archéologique (fig. 14).

Fig. 14 Essai de restitution de l’espace étudié vers le xe siècle avec le mausolée et le mur de clôture.

Fig. 14 Essai de restitution de l’espace étudié vers le xe siècle avec le mausolée et le mur de clôture.

DAO A. Jégouzo d’après un dessin de L. Duigou

  • 33 Saint-Jean Vitus 2013, p. 114.

48En bordure sud du plateau, elle se manifeste par l’aménagement d’un parvis ou d’une place qui se développe au cours des ixe-xe siècles, sans remettre en cause la vocation funéraire du secteur. Des sépultures perturbent en effet ponctuellement cet espace ouvert qui témoigne également d’activités domestiques diverses : fosses, foyer et rejets de restes fauniques y ont été observés. Ces espaces périphériques aux complexes religieux demeurent peu documentés mais des opérations archéologiques récentes dans les abbayes de Saint-Bénigne à Dijon et de Notre-Dame à Nevers font état de vestiges dégagés en marge des monastères, « de l’autre côté du cloître par rapport à l’abbatiale et à l’écart de la nécropole entourant le sanctuaire principal »33. Ces zones situées sur les marges, primitivement en dehors de la clôture, semblent plutôt dédiées aux activités profanes et à une population au service de l’abbaye. Les nombreuses structures de stockage dégagées (silos, greniers) n’étaient vraisemblablement pas uniquement destinées aux serviteurs de l’abbaye mais utilisées en tant que réserves pour la communauté.

  • 34 Jégouzo et al. 2015, p. 345.
  • 35 Grégoire de Tours 1965, 52, p. 329.

49Au contraire, la zone funéraire localisée aux abords de la basilique Saint-Hilaire ne semble pas connaître ce type d’activités. Le maintien de la vocation religieuse et « commémorative » du lieu paraît privilégié. Différents bâtiments, qui préfigurent l’ensemble collégial postérieur, sont édifiés. Malgré le réaménagement de la zone, le mausolée du haut Moyen Âge est conservé et ne semble avoir subi aucune modification. Le maintien de ce bâtiment (probable oratoire), complété par une construction de qualité, pourrait témoigner du culte voué aux défunts inhumés dans cet espace privilégié34. Grégoire de Tours et Fortunat témoignent de ces nombreuses inhumations ad sanctos tels le sarcophage de Theomastus, évêque de Mayence, qui se trouvait à même le sol, ante atrium de Saint-Hilaire35. Le bâtiment découvert s’inscrit probablement dans cette topographie funéraire.

50Un espace funéraire semble donc s’opposer à un espace ouvert dédié principalement à la circulation. Au xe siècle, la maçonnerie monumentale M20 participe à la séparation de ces deux ensembles à vocations distinctes. L’ampleur du programme de construction mis en œuvre évoque davantage une clôture qu’un simple bâtiment. Observée sur plus de 17 m et épaisse de 2,24 m, elle constitue un exemple rare de clôture monumentalisée connue pour cette période. Peut-être faut-il voir en cette maçonnerie une illustration du terme de claustrum, souvent évoqué dans les sources.

51En l’état des connaissances, deux hypothèses peuvent être dégagées.

  • 36 Cf. supra n. 12.
  • 37 Bourgeois 2013, p. 474.
  • 38 Meyer, Wyss 1985, p. 89.
  • 39 Wyss 1996, p. 229, d’après Waitz (éd.) 1883, p. 98.
  • 40 Wyss 1996, p. 190.
  • 41 Galinié (dir.) 2007, p. 261 et Bourgeois, Marot À paraître.

52La première consisterait à associer cet aménagement à la construction du castrum, dont la première mention date de 94236. La localisation de cette maçonnerie et sa facture imposante évoquent un mur d’enceinte. Toutefois, la morphologie de ce type de fortification monumentale demeure méconnue pour cette période, nous privant d’autant d’éléments de comparaison. Le phénomène de fortification d’établissements religieux suburbains, initié dans les années 840, prend son essor à partir des années 860 et se poursuit jusqu’au milieu du xe siècle (Saint-Martin de Tours, Saint-Denis, Saint-Martin d’Angers, etc.). Il semble plus souvent lié à l’affermissement de pouvoirs princiers qui mettent la main sur d’anciens sanctuaires royaux qu’à la seule peur des raids normands ou hongrois37. Ainsi, la fondation du castellum de Saint-Denis par Charles le Chauve en 869 prend toute sa signification quand on sait que son enceinte abritait un important bourg marchand, dont l’essentiel des revenus était perçu par le roi en tant qu’abbé laïque. Aucun vestige de son mur ou talus palissadé n’a été retrouvé à ce jour. Ce dernier est pourtant mentionné en 869 dans un diplôme de Charles le Chauve qui fait entourer le monastère d’une enceinte de bois et de pierre, « castellum in giro ipsius monasterii ex ligno et lapide conficere coepit »38. Celle-ci semble supplanter une palissade édifiée près d’un siècle plus tôt sous Fulrad vers 750-784 : « ligneus murus quo Furaldus abba ambitum monasterii porrexerat »39. En revanche, un système fossoyé a été observé en plusieurs endroits. Il permet de restituer une enveloppe ovale de 500 m sur 400 m, composée d’un fossé en eau certainement associé à une levée de terre palissadée, percée de quatre portes curieusement placées à 20 m en retrait du fossé, lui-même doublé, au sud-ouest, d’un avant-fossé40. À Saint-Martin de Tours, le fossé en V, d’une largeur à l’ouverture qui devait approcher les 5 m pour une profondeur de 3 m, était complété par une courtine maçonnée épaisse de 2 m. Si les destructions du xxe siècle ont largement altéré cette enceinte du début du xe siècle, les quelques vestiges préservés ou observés lors des travaux de démolition permettent de restituer un ensemble parementé de petit appareil irrégulier largement enduit de mortier rouge41. Des tours circulaires d’un diamètre intérieur variable mais réduit (4 à 5 m) flanquaient la courtine.

  • 42 Bourgeois 2012, p. 417.

53Si la présence d’un castrum monumentalisé par la construction d’une enceinte est attestée dès le xe siècle, l’étude du parcellaire attenant à la collégiale suggère une restitution de cet ensemble bâti42 (fig. 5). Dans ce cadre, la limite sud de cette enceinte serait décalée d’une vingtaine de mètres par rapport au mur découvert au cours de l’opération archéologique. L’enceinte se situerait alors au niveau de la rue actuelle. De plus, aucun système fossoyé n’a été repéré à proximité du mur. Or, ce type de dispositif apparaît particulièrement privilégié dans d’autres édifices religieux fortifiés. La topographie, ici très accidentée et en terrasse, aurait-elle pu bouleverser ce schéma classique ? Quant au franchissement de cette clôture, il était assuré au moyen d’une porterie située dans l’axe du réseau viaire nord-sud. Toutefois, aucun système de protection, notamment fossoyé, n’a été mis en évidence. De même, les dimensions de cette porte limitent son accès aux seuls piétons. Cet ensemble de données originales invite à reconsidérer l’association du mur M20 avec cette proposition de castrum. Toutefois, l’emplacement du mur, proche du tracé hypothétique du castrum, comme sa monumentalité, ne peuvent être ignorés au regard des informations partielles connues pour ce type d’enceinte au cours de cette période.

  • 43 Les occupations sont d’abord la célébration de l’office divin à l’église, mais aussi toutes celles (...)
  • 44 Redet 1847, p. 115-116.
  • 45 Wyss 1986, p. 227.
  • 46 Catalo, Cazes 2010, p. 50. D’après les données issues d’opérations archéologiques (Cazes 1997) la (...)
  • 47 Cazes, Arramond 2008, p. 46.
  • 48 Esquieu 1992.

54Ce constat nous invite donc à proposer une seconde hypothèse qui permettrait d’identifier l’enceinte du claustrum, qui se définit davantage comme une clôture, conformément aux recommandations de Chrodegang. Celles-ci sont reprises dans le concile d’Aix (816) qui impose une vie des chanoines recluse à l’intérieur d’une clôture dotée d’un dortoir, d’un magasin à provisions et de locaux nécessaires à des frères vivant en groupe (in una societate). Les repas, avec distributions égales pour tous, doivent notamment y être pris en commun deux fois par jour43. À Saint-Hilaire, la première mention d’un cloître apparaît au début du xiie siècle sous le terme claustrum44. Ce terme recouvre-t-il une réalité physique ou, au contraire, s’agit-il de l’espace au sein duquel s’exerce la juridiction de la collégiale ? Dans ce cas, la présence d’une double enceinte peut-elle être envisagée eu égard au contexte particulier de collégiale suburbaine ? L’une relèverait d’une initiative politique visant à asseoir l’immunité d’un bourg et des biens s’y rattachant au contraire de l’autre qui, à l’égal des clôtures monastiques, était d’abord destinée à isoler les chanoines du monde extérieur. Un tel dispositif est connu à Saint-Denis, où la séparation entre le secteur funéraire et la zone d’habitat civil se matérialisait sous la forme d’une enceinte plus réduite, enveloppant au plus près le secteur religieux45. À Toulouse, un système d’enclos délimités par des fossés a été partiellement reconnu. Celui-ci s’organise autour d’un premier enclos matérialisé par un fossé carolingien établi sur un plan ovalaire autour de la basilique qu’il ceinture à une distance qui n’excède pas 80 m au niveau du mur gouttereau46 . Il semble correspondre à ce que les textes désignent comme le claustrum. D’autres fossés contemporains ont été reconnus au cours d’opérations archéologiques plus ou moins extensives47. Au moins deux clôtures distinctes peuvent être suggérées et témoignent d’une organisation plus complexe encore méconnue. Toutefois, ce type de dispositif demeure rare et la plupart des enceintes canoniales connues (Lyon, Narbonne)48 ne semblent pas doublées par un dispositif restreint à la seule « clôture monastique ».

55Fort d’une épaisseur de 2,20 m et dépourvu de tout retour en relation avec un éventuel bâtiment, la monumentalité du mur d’enceinte de Saint-Hilaire présente des caractéristiques suffisamment inédites pour que son interprétation reste en suspens. Seules d’autres interventions sur cette clôture permettraient de développer davantage cette problématique.

4. xie siècle : construction d’un bâtiment sur cellier (phase 3)

Fig. 15 Plan du rez-de-chaussée du cellier au xie siècle.

Fig. 15 Plan du rez-de-chaussée du cellier au xie siècle.

DAO G. Pouponnot, Inrap

56Une grande campagne de travaux, qui se manifeste essentiellement par un ambitieux programme de réhabilitation de l’église préexistante, est réalisée au xie siècle. À cette occasion, l’édifice de culte aurait été agrandi vers l’est, gagnant sur la terrasse supérieure. Cette extension a pu s’accompagner d’une réorganisation de la topographie religieuse. C’est probablement lors de ces transformations qu’est construit, accolé au mur d’enceinte, l’imposant bâtiment étudié. Édifié en respectant la morphologie du terrain, il intègre en plan comme en élévation les anciennes terrasses. Ce bâtiment rectangulaire, d’une superficie d’environ 300 m² au sol, était pourvu d’au moins un étage (fig. 15). Le plan et le volume général sont proches de ceux actuellement conservés.

4.1. Réaménagement du mur d’enceinte pour accueillir le cellier

Fig. 16 Élévation du mur M20 - constructions du xie siècle.

Fig. 16 Élévation du mur M20 - constructions du xie siècle.

DAO G. Pouponnot, Inrap

57Relative à l’ancien mur d’enceinte (M20), cette grande phase de construction est essentiellement visible sur la moitié orientale du parement sud, c’est-à-dire sur les deux-tiers du bâtiment actuel (fig. 16). Elle se manifeste par la mise en œuvre d’une maçonnerie composée de pierres de taille généralement assisées, en petit et moyen appareil, auxquelles se mêlent de nombreux moellons grossièrement équarris sur la face visible. Quelques réemplois ont par ailleurs pu être observés. Cette hétérogénéité dans les modules de pierre employés a contraint à des épaisseurs de joints très variables, afin de respecter la régularité des assises (fig. 17). Le liant est un mortier de chaux sableux de couleur orangée.

Fig. 17 M20, parement sud, section orientale.

Fig. 17 M20, parement sud, section orientale.

Cl. A. Jégouzo, Inrap

58Cette même mise en œuvre a été observée sur le parement nord de M20, au gré des différents sondages réalisés à l’étage. Cette reprise apparaît plus nettement dans la section non restaurée au rez-de-chaussée (20159) où le mortier et les modules des matériaux utilisés sont différents de ceux observés pour le reste de la maçonnerie préromane.

59L’étude des arases du premier étage a mis en évidence la liaison des deux niveaux, en dépit d’un fort décalage entre les reprises basses (20159) et hautes (20063). La présence d’un important ressaut, large de 1,30 m sur le parement nord de M20, en atteste. Probablement utilisée comme lambourde pour un plancher, l’architecture générale du système de poutraison, altérée par de nombreux aménagements postérieurs, n’a pu être observée.

60La façade sud de M20 est rythmée par une série de trois contreforts plats (20008, 20145, 20147) relativement étroits (94 cm) et très peu saillants (36 cm) par rapport au nu du parement. Distants de 7 m, ils sont montés sur toute la hauteur du mur gouttereau en opus quadratum composé de pierres de taille calcaires de moyen appareil, assises sur des joints de mortier de chaux réguliers. Ces contreforts semblent s’appuyer sur les maçonneries préexistantes sans en modifier l’appareillage. Cette observation vaut pour les deux contreforts 20008 et 20145. Seule une reprise en carreau et boutisse (20148) est perceptible pour le contrefort oriental (20147). En dépit de contraintes de lecture dues à l’apposition d’un bâtiment postérieur, il apparaît que ce dernier contrefort est plus large (1,50 m) que les deux autres dégagés, suggérant ainsi la présence d’un contrefort d’angle. Il marque peut-être ainsi la fermeture du bâtiment vers le nord, dans l’alignement de la terrasse supérieure.

61Le sondage réalisé au pied du contrefort 20008 a permis d’étudier sa fondation. Elle consiste en une semelle plus large, comptant de nombreux blocs calcaires et déchets de taille mêlés au mortier de chaux.

62L’aménagement de ce contrefort contre la porte primitive ne s’accompagne pas de la condamnation de la petite ouverture E4 (fig. 12 et fig. 13). Le raccord entre le parement du contrefort et le jambage de la baie permet de dégager un nouvel ébrasement interne, tout en assurant le maintien de cette ouverture. L’angle saillant du contrefort est adouci au moyen d’un cavet assurant le raccord avec un chanfrein à 45° relativement large (28 cm).

4.2. Création d’une seconde ouverture E6

Fig. 18 Vue de la baie E6, parement sud.

Fig. 18 Vue de la baie E6, parement sud.

Cl. A. Jégouzo, Inrap

Fig. 19 Vue de la baie E6, parement nord.

Fig. 19 Vue de la baie E6, parement nord.

Cl. A. Jégouzo, Inrap

63En parallèle, une seconde ouverture (E6) est aménagée plus à l’est. En dépit d’importants travaux récents (reprise des joints de l’ébrasement interne et aménagement tardif d’un escalier) la lecture générale de la porte a pu être réalisée. Centrée par rapport au volume de la salle actuelle, elle est montée en pierre de taille de moyen appareil. Large de 1,60 m et haute de 2,37 m (fig. 18 et fig. 19), son niveau de seuil primitif a vraisemblablement été surélevé conformément aux modifications d’appareillage observées dans l’embrasure.

64Une feuillure de 7 cm est aménagée au niveau des jambages et assure le raccord avec l’arrière-voussure, dont la mise en œuvre obéit au même type d’appareillage réglé en pierre de taille de moyen appareil. Le montage des jambages tant intérieur (20166) qu’extérieur (20140) est harpé afin d’assurer son raccord avec le reste de la maçonnerie. Concernant la voussure externe, le harpage est réalisé de manière à ménager un ébrasement régulier et large de 0,35 m.

65L’arc extérieur est entièrement appareillé. La taille des différents claveaux est très régulière. Légèrement cunéiformes, leur largeur ne dépasse pas 12 cm à l’intrados pour atteindre 15 cm au niveau de l’extrados. Cette particularité a exigé la pose de sommiers très fortement ébrasés dans la partie supérieure pour assurer le contact avec les jambages. Larges de 3 cm au niveau de l’intrados, ces deux sommiers atteignent 15 cm à l’extrados. L’arc intérieur bénéficie d’une mise en œuvre légèrement différente. Alors que la longueur des claveaux est relativement régulière sur l’ensemble de l’arc, leur largeur ainsi que leur degré d’ébrasement varient. Les sommiers ici très épais amorcent largement le cintrage de la voûte. Un blocage interne composé de moellons assure la relation avec la baie extérieure.

66La feuillure implique une possibilité de fermeture de la porte, encore perceptible par la conservation sur chacun des jambages de deux trous quadrangulaires. Associés à des glissières, ils permettaient de mouvoir deux barres d’obturation afin de fermer une porte.

67Cette importante phase de construction se distingue assez nettement. Elle se manifeste par une reprise complète de la maçonnerie primitive, surélevée et renforcée par l’apposition d’une série de contreforts appareillés et peu saillants alors que le reste de l’élévation est traité par la pose de moellons généralement assisés. Ce type de disposition est très fréquent dans de nombreux édifices romans des xie et xiie siècles dans le Poitou tant dans l’architecture religieuse (église collégiale de Saint-Hilaire-le-Grand ; église de Jarnac, Charente ; abbatiale Saint-Pierre de Maillezais, Vendée) que pour l’architecture civile (tour de Broue, Charente-Maritime).

4.3. La construction du mur gouttereau nord (M60)

Fig. 20 Élévation du mur M60. Constructions du xie siècle.

Fig. 20 Élévation du mur M60. Constructions du xie siècle.

DAO G. Pouponnot

68Le programme architectural observé sur la maçonnerie M20 trouve un écho avec la mise en œuvre de M60 (fig. 20). Il semble que la plus grande partie de ce mur soit édifiée au cours d’une seule phase de construction. La lecture du parement intérieur est altérée en rez-de-chaussée par la reprise des joints et par l’ajout récent d’une maçonnerie en parpaings (fig. 3).

69La construction de ce mur obéit à une mise en œuvre homogène sur l’ensemble du parement (60037), soit sur une façade longue de plus de 26 m et haute de 6,50 m. Le parement est monté à l’aide de moellons assisés dont le gabarit peut varier, modifiant ainsi la hauteur des assises (entre 10 cm et 25 cm). Cet appareil nécessite en certains points l’emploi d’assises de calage. En élévation, le module des moellons employés apparaît moins important que celui observé pour les parties basses. Toutefois, cette seule différence de dimension n’implique pas de distinction dans le phasage de la construction, étant donné le réglage relativement régulier et l’utilisation d’un liant similaire sur l’ensemble de l’élévation.

70Quatre contreforts plats appareillés en moyen appareil, à l’instar de ceux observés sur le mur sud (M20), participent du soutènement de la façade. Leur largeur respective n’excède pas 80 cm et ils demeurent peu saillants par rapport au mur (22 cm). Seul le contrefort 60039, situé à l’extrémité orientale de la façade et en position de contrefort d’angle, est plus large (1,40 m). Édifiés à intervalles réguliers (7,40 m), ils sont fondés en carreaux et boutisses. Un bourrage interne, mêlé à un mortier de chaux rosé et relativement sableux, complète l’ensemble.

71En dépit de nombreuses reprises de maçonnerie qui perturbent une lecture exhaustive du mur, l’absence de contrefort d’angle dans la partie occidentale de la façade suggère une poursuite du bâtiment. Le report de l’entraxe observé entre les éléments raidisseurs de M60 permet en effet de joindre la clôture actuelle (M80) qui a vraisemblablement repris un tracé plus ancien contre lequel le bâtiment aurait pu s’adosser.

72Le parement interne du mur gouttereau M60 est pourvu d’un contrefort (60031) dont l’élévation est limitée au rez-de-chaussée. Il est large de 1,15 m, peu saillant par rapport au parement (30 cm) et coiffé d’un larmier peu débordant. Par ailleurs, il occupe une position intermédiaire entre deux baies présentant une différence de niveau de 1 m. L’étude ne permet pas de préciser la fonction de cet élément architectural relativement isolé. Généralement, de tels renforts contribuaient au soutènement de structures implantées au premier étage et susceptibles de fragiliser la maçonnerie. Si les reprises postérieures ne permettent pas de le lier à un aménagement similaire, il pourrait participer du soutien du plancher primitif.

73Par ailleurs, la maçonnerie interne présente un retrait large d’une dizaine de centimètres au niveau du premier étage. Cette mise en œuvre permettait d’asseoir le plancher de l’étage, probablement installé plus haut que le plancher actuel. Des reprises de maçonnerie sont en effet perceptibles sur l’ensemble du parement. Elles comblent probablement un négatif imposé par la suppression ou l’arrachement d’un aménagement linéaire, telle une poutre de rive fichée partiellement dans le parement interne du mur (M60).

74Cinq baies animent la façade selon un rythme régulier de deux ouvertures entre chaque contrefort, suggérant la présence d’une sixième baie supprimée par l’apposition plus tardive d’une porte (E30). Par ailleurs, il apparaît que l’allège des deux baies situées dans le tiers oriental de la façade est nettement plus élevée que les autres. Cette différence de niveau atteint près de 1 m. La construction ne semble pas avoir pu s’affranchir des contraintes topographiques imposées par le relief. Ainsi, les terrasses précédemment aménagées afin d’atténuer au mieux ces contraintes sont intégrées à l’organisation générale du bâtiment. Une maçonnerie en parpaings élevée contre le parement interne limite largement la compréhension de ces ouvertures.

75En dépit de cette différence de niveau, les baies présentent toutes la même mise en œuvre. Entièrement appareillées en pierres de taille de moyen appareil, elles sont montées en carreaux et boutisses afin de s’intégrer au mieux dans la maçonnerie (fig. 21).

Fig. 21 M60, détail de la baie E32. Pierres de calage montées au niveau de l’allège.

Fig. 21 M60, détail de la baie E32. Pierres de calage montées au niveau de l’allège.

Cl. A. Jégouzo, Inrap

76L’ouverture sur le parement extérieur est très faible (17 cm) contrairement au parement interne où celle-ci atteint 1,15 m au bénéfice d’un ébrasement relativement important (35°). L’allège de chacune des ouvertures se compose de trois gradins successifs. Si la plupart des baies sont actuellement coiffées d’un linteau monolithe quadrangulaire (baie E32), il semble que ces éléments aient été très altérés lors de l’aménagement des baies « modernes » du premier étage. Ainsi, les ébrasements de ces ouvertures ont été systématiquement repris à l’étage. L’état actuel de l’étude de bâti ne permet pas d’identifier avec certitude les relations entre ces baies et l’élévation (prolongement de l’ouverture, mode de couverture des linteaux).

Fig. 22 La baie E24.

Fig. 22 La baie E24.

Cl. A. Jégouzo, Inrap

77Toutefois, la conservation d’une ouverture clavée (E24), localisée à l’emplacement présumé d’une seconde baie, implique un événement contemporain. L’arc subsistant est en plein cintre (fig. 22). Large de 80 cm, la voûte est montée à l’aide de claveaux cunéiformes dont le module varie tout en présentant un ébrasement très régulier mais plus important que les baies précédemment observées dans la maçonnerie M20. Ainsi, le rapport entre la largeur du claveau à l’intrados et l’extrados varie peu (2/3), d’où la présence de joints de pose relativement minces et réguliers. D’importantes traces de taille obliques et croisées au marteau taillant sont visibles. Un rebouchage tardif (60014) nuit à l’observation de l’ébrasement interne de l’ouverture. Toutefois, sa largeur correspond exactement au degré d’ébrasement des autres baies. Cet aménagement en plein cintre pouvait ainsi coiffer chacune des baies alors pourvues d’une voussure très inclinée.

  • 49 Il est à noter que cet unique vestige de la probable partie supérieure des baies n’a pas survécu a (...)

78Les nombreux travaux postérieurs isolent ce fragile témoin et cette proposition ne constitue qu’une hypothèse apparue, au regard des informations issues de l’étude, comme la plus vraisemblable49.

4.4. Le bâtiment

79Toutes ces observations permettent d’identifier un premier bâtiment orienté est-ouest. Ses dimensions sont quasiment équivalentes à celles observées de nos jours (12,60 m × 25 m). La construction du mur gouttereau nord obéit à une mise en œuvre cohérente et relativement homogène, à priori détachée de contrainte majeure. Au contraire, le mur gouttereau sud a été réalisé en intégrant une imposante maçonnerie préexistante contre laquelle le bâtiment semble s’être adossé. Toutefois, le programme architectural développé est similaire : contreforts plats appareillés en carreaux et boutisses, moellons assisés sur les parements, emploi d’un liant argileux.

  • 50 Le sondage 5 dans la zone I.

80Sa limite occidentale ne peut pas être identifiée, en raison de réaménagements importants. Néanmoins, sa poursuite jusqu’au mur d’enceinte actuel, dont le tracé ancien fut reconnu au gré d’un sondage50, peut être envisagée. Dans ce cas, la longueur du bâtiment, parallèle à l’imposante église de la collégiale, atteindrait plus de 34 m.

81À l’exception des baies étroites fortement ébrasées, aucun accès depuis le nord n’a pu être identifié. Le seul accès mis au jour est assuré depuis le front sud par la porte E6. Cette ouverture, centrée par rapport à la salle actuelle, constitue probablement l’entrée principale de cet espace peu ouvert et relativement sombre. Une seconde porte s’ouvrant vers l’église pourrait s’envisager plus à l’ouest, dans la continuité du mur gouttereau nord. Le bâtiment semble, par ailleurs, pourvu d’un étage planchéié.

4.5. Une reprise du parement extérieur de la maçonnerie M20 (20005)

Fig. 23 M20. Parement extérieur. Vue de la maçonnerie 20005.

Fig. 23 M20. Parement extérieur. Vue de la maçonnerie 20005.

Cl. P. Ernaux, Inrap

82Le parement extérieur de la maçonnerie M20 présente une importante reprise localisée dans sa partie ouest (fig. 23). Celle-ci semble assise sur le substrat calcaire et s’appuie contre le parement extérieur de M20, alors rechemisé sur une élévation qui atteint plus de 5 m. Six ressauts de fondation assurent le raccord avec le parement externe. À l’exception du premier ressaut, dont le débord est relativement large (20 cm), la taille des autres ressauts varie de 10 cm à 6 cm. Si l’ensemble est lié par un mortier de chaux rosâtre plutôt sableux, deux types de mise en œuvre peuvent être dégagés entre la fondation et l’élévation qui se manifestent par une différence de gabarit de moellons. Cette reprise du parement apparaît isolée et n’a pas pu être rattachée à un programme architectural précis.

4.6. La condamnation de l’accès primitif E4

83Dans un premier temps, la reprise de l’accès primitif par un contrefort ne s’accompagne pas d’une condamnation de l’ouverture. Son maintien semble éphémère. Les trois niveaux de circulation observés dans l’embrasure de la baie attestent en effet d’un passage régulier. Celui-ci est définitivement condamné par l’ajout d’une maçonnerie (20007) bouchant la partie basse de la porte. Réglée et composée de moellons calcaires liés par un mortier de chaux sableux de couleur orangée, elle se développe sur 1,30 m. Un glacis interne particulièrement incliné (35°) assure le maintien d’un éclairage au sein d’un espace très sombre. Contrairement au parement extérieur, ce glacis bénéficie d’une mise en œuvre soignée, montée en pierre de taille de moyen appareil, il se distingue notamment par l’emploi de joints minces et très réguliers.

84À l’extérieur, l’intrados de la grande baie est comblé par un blocage composé de moellons assisés (20133), liés par un mortier de chaux dont l’aspect est proche de celui observé dans l’ébrasement interne. L’ensemble de cette maçonnerie est soutenu par une poutre en bois insérée dans les claveaux, retaillés afin d’assurer un meilleur soutien. Dès lors, l’ouverture consiste en une baie étroite (1,30 m × 1,10 m), pourvue d’un glacis. Toutefois, il n’est pas possible de préciser si les deux maçonneries sont contemporaines.

4.7. Synthèse de l’état du xie siècle

Fig. 24 Essai de restitution du cellier au xie siècle.

Fig. 24 Essai de restitution du cellier au xie siècle.

DAO A. Jégouzo d’après un dessin de L. Duigou

  • 51 Esquieu 1979, p. 49-50.
  • 52 Deflou 1994 et Sapin 1986, p. 31.
  • 53 Flammarion 1994.
  • 54 Marot 2013, p. 317-318. Nous remercions Luc Bourgeois pour la communication de ce travail. Un des (...)
  • 55 Manoury 1996, p. 80. Le premier cellier de Jumièges, hérité du plan mérovingien, est situé au sud (...)
  • 56 Wyss 1996, p. 138, d’après Tessier 1952, n° 379.
  • 57 Esquieu 1992, p. 215.

85La construction d’un vaste bâtiment contre le précédent mur de clôture relève d’un programme architectural cohérent (fig. 24). En effet, une grande uniformité se dégage de l’ensemble. La typologie des claveaux faiblement ébrasés de la porte d’entrée, l’association de contreforts plats appareillés en moyen appareil et de l’élévation montée en moellons, et la présence de baies très étroites en plein cintre fortement ébrasées vers l’intérieur, sont autant d’éléments qui permettent d’identifier un programme bâti homogène réalisé au cours du xie siècle. Une très vaste salle (210 m²), ouverte principalement sur le front sud, se dégage ainsi nettement. Peu éclairée, elle ne pouvait vraisemblablement pas être utilisée en tant que réfectoire. Un édifice similaire et contemporain est attesté à Béziers au sein de la collégiale Saint-Aphrodise, où le mur nord du cloître correspond au mur gouttereau sud d’une grande salle. Large de 8 m, cette salle était éclairée par cinq baies très étroites et ébrasées vers l’intérieur. La présence d’une chaire de lecteur maçonnée dans l’une des baies a permis d’identifier un réfectoire du xie siècle51. La localisation de la chaire dans l’embrasure de la baie assurait un éclairage nécessaire au lecteur au sein d’une salle convertie en cellier au xiiie siècle. L’absence d’un tel aménagement pour le bâtiment de Saint-Hilaire ne permet pas de lui attribuer une telle fonction. Au rez-de-chaussée, le mur gouttereau nord est rythmé par une série de baies étroites largement cintrées qui ne semblent pas se développer au niveau supérieur. Elle offrait cependant une possible ventilation du premier étage. À l’opposé, le mur sud en est dépourvu. Il n’est animé que par deux ouvertures assurant un accès au bâtiment. Si les reprises postérieures limitent la lecture de la partie occidentale de l’édifice, ce dernier apparaît toutefois peu ouvert et aucun accès n’a pu être reconnu depuis la collégiale, même s’il est possible que l’extrémité occidentale disparue en ait comporté un. Ainsi, les caractéristiques architecturales participent d’une diffusion limitée de l’éclairage au sein de la salle. L’obscurité ambiante, sa position contre le mur de clôture et sa surface témoignent davantage d’une utilisation pour le stockage que de celle communément reconnue de réfectoire. Au contraire des autres ordres religieux qui imposent un modèle de plan architectural, il n’existe pas de plan type dans l’architecture canoniale, souvent contrainte par le cadre urbain ou périurbain. Ainsi, des bâtiments à fonction similaire ont pu être repérés dans les espaces périphériques aux collégiales et autres quartiers canoniaux sans suivre, toutefois, une organisation topographique prédéfinie (Autun52, Langres53). Deux édifices situés dans le claustrum de Saint-Martin à Tours relèvent de cette fonction communautaire. Ils étaient tous deux utilisés en tant qu’espaces de stockage, en dépit d’un traitement architectural différent54. De plus, ces espaces voués au stockage ne sont pas systématiquement semi-enterrés, comme cela a pu être observé dans de nombreux contextes monastiques, telle l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges55. Le cellier apparaît comme un élément indissociable de la topographie d’un quartier canonial ou d’une collégiale, en tant que construction nécessaire à la vie communautaire ou aux activités d’assistance des chanoines. À Saint-Denis, il apparaît dès 862 dans un précepte de Charles le Chauve qui cite quelques composantes du monastère dont le cellier (cellarium) sans le décrire56. Ainsi, ce type de construction demeure méconnu du fait de sa position souvent marginale par rapport à l’espace claustral et du moindre intérêt architectural manifesté à ces bâtiments57.

  • 58 Redet 1847, n° 73 p. 82-83. Aucune mention d’un réfectoire du chapitre n’est recensée dans les act (...)
  • 59 Ibid., p. 83.
  • 60 Ibid., p. 135-136 (vers 1136-1140) ; p. 251 (1242).
  • 61 AD Vienne G 592, arrentement de 1256, arrentement de 1257, Redet 1847, p. 291-292 (1260).

86Ces espaces voués au stockage apparaissent très probablement dans les textes relatifs à Saint-Hilaire-le-Grand dès le xie siècle. Un cellérier prénommé Rainardus apparaît dans un acte de 1017, qui évoque un terrain situé devant la porte de Saint-Hilaire du côté méridional, sans faire état toutefois du cellier dont il a la charge58. Les mentions de vignes sont très fréquentes au gré des différents actes observés pour le bourg de Saint-Hilaire. Dès le xisiècle, cette culture est signalée, y compris à l’intérieur du castrum : « (…) et vineis et meis mansionibus, cum turre, que sunt intus castrum sancti Hylarii (…) »59. Aux xiie-xiiie siècles, elles occupent une surface très importante au sein du bourg de Saint-Hilaire60 et hors du bourg, dans la paroisse de Saint-Grégoire61, situation qui semble perdurer sur les plans du xixe siècle. La culture de la vigne y était notamment attestée. Le vin devait être entreposé aux abords de la collégiale comme le suggère la mention de rue du Cuvier qui assure l’accès au plateau depuis le boulevard du Pont-Achard, c’est-à-dire au sud-ouest de la collégiale.

  • 62 Ibid., p. 49-50 : (…) similiter foras portam castri ipsius ad arborem ulmeam fenile totum cum alte (...)
  • 63 Ibid., p. 257-258.
  • 64 AD Vienne, G 561, fol. 501.

87Concernant le grenier, les premières mentions apparaissent au xe siècle. Il s’agit plus vraisemblablement de fenils pour le stockage du foin et de la paille. Ceux-ci sont alors situés en dehors du castrum : Ebles donne aux chanoines de Saint-Hilaire les maisons qu’il avait fait bâtir dans le château ainsi que deux fenils (fenile) hors la porte dudit château62. La première véritable mention d’un grenier apparaît en 1229 (« horrea beati Hilarii »63) sans qu’il soit possible de le localiser. Ces espaces sont davantage documentés dans les procès-verbaux du xviiie siècle. Un acte capitulaire daté du 24 juillet 1723 insiste notamment sur « les réparations nécessaires aux greniers du chapitre »64. À l’instar du cuvier, les greniers sont traditionnellement situés au sud de l’ancien bâtiment du réfectoire. Quoi qu’il en soit, ceux-ci semblent se maintenir jusqu’à la fin du xviiie siècle.

  • 65 Camus 1982. L’auteur se réfère à un passage des Miracles de saint Hilaire : Cum enim Sancti ejusde (...)

88Le cellier de Saint-Hilaire s’inscrit certainement dans la phase de grands travaux réalisés à la fin du xie siècle. Ces réaménagements de grande ampleur, ayant d’ailleurs entraîné la redécouverte du tombeau d’Hilaire65, avaient pour principal objectif d’assurer une rénovation de la collégiale et des bâtiments communautaires. Le cellier charpenté possédait probablement alors une double fonction (cellier et grenier ?). L’étage accessible depuis la terrasse orientale consistait en une salle peu éclairée, à défaut d’ouvertures connues au niveau des murs gouttereaux.

5. Réaménagements du cellier vers le xiiie siècle et jusqu’au xve siècle (phase 4)

Fig. 25 Plan du cellier vers le xiiie siècle.

Fig. 25 Plan du cellier vers le xiiie siècle.

DAO G. Pouponnot, Inrap

89Si, dans son premier état, le cellier semble se présenter comme une unique grande pièce se développant jusqu’au mur d’enceinte occidentale, une partition de l’espace est réalisée dans un deuxième temps, avec l’édification d’un mur de refend (M70), l’adjonction d’une porte permettant un accès direct au « cloître » (E30) et la reprise complète du plancher du premier étage (fig. 25).

5.1. Les aménagements du xiiie siècle (phase 4a)

5.1.1. Partition de l’espace (M70)

Fig. 26 Vue du chapiteau conservé dans l’ouverture ménagée entre le cellier moderne et le bâtiment médiéval.

Fig. 26 Vue du chapiteau conservé dans l’ouverture ménagée entre le cellier moderne et le bâtiment médiéval.

Cl. E. Barbier

90Limitée au rez-de-chaussée, l’élévation du mur de refend (M70) aménage une nouvelle pièce qui occupe le tiers occidental du bâtiment. Cette dernière est aujourd’hui entièrement masquée par l’installation d’un cellier moderne. Seul le maintien dans l’embrasement d’une porte postérieure d’un chapiteau encore pourvu de son tailloir maçonné permet de suggérer ce nouvel espace (fig. 26). Cette observation implique le développement d’une salle à l’emplacement du cellier, dont les dimensions étaient proches de la salle postérieure (environ 85 m²). Le développement, contre le parement oriental, d’un programme architectural plus monumental peut être envisagé. Le chapiteau présente en effet une corbeille et un tailloir en partie ouvragés, l’autre face, grossièrement équarrie, étant intégrée dans la maçonnerie. Quoique sévèrement buchée, la corbeille présente au moins un personnage en pied, encadré de feuilles grasses. La liaison du tailloir avec la corbeille est assurée au moyen d’un profil en quart-de-rond surmonté d’un cordon. La facture romane de ce chapiteau ne fait aucun doute.

91Ce vestige pourrait évoquer un alignement de pilastres avec chapiteaux supportant les retombées d’une voûte. Si cette hypothèse apparaît séduisante et annonce un nouvel espace privilégié, elle s’appuie néanmoins sur des données archéologiques partielles.

5.1.2. Une nouvelle porte sur le cloître (E30)

Fig. 27 Mur M60 - extérieur - constructions 1ère moitié xiiie siècle. Élévations internes de M20 et M60 vers le xiiie siècle.

Fig. 27 Mur M60 - extérieur - constructions 1ère moitié xiiie siècle. Élévations internes de M20 et M60 vers le xiiie siècle.

DAO G. Pouponnot

92Suite à cette partition du cellier, un accès direct au cloître, la porte E30 est probablement construite dans le mur gouttereau nord (fig. 27). L’impact relativement important de cette reprise (60046) pourrait confirmer la présence d’une première ouverture identique aux baies observées pour le reste du mur gouttereau. Cette maçonnerie se distingue par l’emploi d’un liant très orangé, composé d’un mortier de chaux sableux.

Fig. 28 Parement nord mur gouttereau nord M60. Vue de l’ouverture E30.

Fig. 28 Parement nord mur gouttereau nord M60. Vue de l’ouverture E30.

Cl. A. Jégouzo, Inrap

93La porte est montée en pierre de taille de moyen appareil alors que le reste de l’élévation associée use de moellons (fig. 28). Elle se compose d’une baie clavée en arc brisé dotée de feuillures sur les jambages (largeur : 10 cm), assurant le raccord avec une arrière-voussure en anse de panier. Large de 1,30 m au niveau du parement externe du mur gouttereau, elle s’élargit au niveau de l’arrière-voussure pour atteindre 1,50 m. En dépit de travaux ayant entraîné la suppression du seuil, sa hauteur peut être estimée à 2,30 m jusqu’à l’intrados de l’arc brisé et atteint 2,70 m pour l’arrière-voussure.

94La mise en œuvre observée pour la porte E30 est très proche de celle utilisée pour l’ouverture E6, située dans le mur gouttereau opposé : le montage des jambages est harpé afin d’assurer une meilleure intégration avec les parements, les arcs sont clavés, l’intrados de l’arrière-voussure est composé d’un blocage interne.

  • 66 La base des piliers supportant le plancher semble indiquer que le niveau de sol n’a pas évolué.

95L’aménagement de cette ouverture constitue, en l’état des connaissances, le premier accès depuis le nord vers le bâtiment. Si l’arc observé n’appartient à aucune typologie précise, il peut, en revanche, être associé à une campagne de travaux qui couvrirait le xiiie siècle. Un emmarchement permettait de descendre dans le cellier. Le niveau de sol qui n’a vraisemblablement pas évolué se situe en effet 60 cm plus bas66.

5.1.3. Un étage planchéié (fig. 25 et fig. 27)

96L’aménagement d’un étage sur plancher se distingue nettement au sein de cette phase de construction. Des piliers de soutènement sont installés au centre de la salle selon un espacement régulier (4,20 m). À l’exception du pilier P4, situé à l’est du bâtiment et partiellement repris lors des récents travaux de maçonnerie, les autres éléments raidisseurs ont pu être correctement étudiés. Ces derniers présentent une modénature identique. Dotés d’une base quadrangulaire (33 cm de côté), les fûts longs de 3,30 m sont polygonaux. Le passage entre le plan quadrangulaire et le plan polygonal est assuré aux deux extrémités du pilier au moyen d’un chanfrein conclu par un congé au niveau des arêtes (fig. 29). La largeur des différents chanfreins est régulière (0,12 m).

Fig. 29 Vue générale des poutres et des différentes cales assurant le raccord avec les solives (P1 et P2).

Fig. 29 Vue générale des poutres et des différentes cales assurant le raccord avec les solives (P1 et P2).

Cl. E. Barbier, Inrap

97Un chapeau pourvu d’une légère moulure sur les extrémités assure le raccord avec les poutres du plancher. En dépit des observations lacunaires réalisées sur le quatrième pilier, il semblerait que celui-ci use d’une mise en œuvre différente, suggérant une reprise postérieure de cette partie. En effet, il n’adopte pas un plan polygonal et sa liaison au plancher est assurée au moyen de deux aisseliers.

98Ces quatre piliers soutiennent un système de doubles poutres centrales superposées. Leur assemblage est assuré au niveau des piliers au moyen d’entures biaises, la longueur des différentes sections n’excédant pas 4,40 m. La précision des connexions entre les différentes pièces de bois témoigne de la grande homogénéité du chantier, sans reprise visible. Toutefois, ces deux rangées de poutres ne suffisent pas pour soutenir des solives dont l’assise est assurée au moyen d’une cale en bois dont la hauteur atteint une dizaine de centimètres.

99Au niveau des murs gouttereaux, des ressauts permettent d’accueillir les lambourdes noyées dans la maçonnerie. Non saillantes par rapport au parement, elles nécessitent sur certaines parties la pose d’assises de calages en moellons. L’ensemble est lié à un mortier de chaux rosé très sableux.

  • 67 Le plancher a été entièrement démonté et jeté au préalable par l’aménageur et n’a pas pu être obse (...)

100Le plancher de la salle était supporté au moment de l’étude par 49 poutres67. 25 étaient localisées dans la moitié sud du bâtiment et étaient juxtaposées à 24 autres poutres situées dans la moitié nord. L’une d’elles, située sur les franges occidentales du bâtiment, a probablement été prélevée au cours de travaux récents.

101La plupart des bois participant à l’architecture du plancher sont en chêne et équarris à la doloire. Des traces de taille sont encore perceptibles sur la plupart des éléments.

102Les observations réalisées sur les différents éléments d’assemblage du plancher rendent compte d’une construction très homogène. Seules quelques reprises très localisées ont bouleversé cette phase de construction. Ainsi, l’architecture générale apparaît relativement fruste. Le simple équarrissage à la doloire des solives et des poutres de soutien, l’ajustement d’un raccord plan par l’usage de simples cales en bois sont autant d’éléments qui traduisent le faible souci porté à la qualité esthétique de cet aménagement. Seuls les piliers et les chapeaux bénéficient d’une modénature plus soignée. De même, le maintien dans les fentes des différentes solives de restes d’un enduit blanchâtre semble indiquer que l’ensemble des poutres était pourvu d’un badigeon (lait de chaux, enduit), qui pouvait être peint.

  • 68 Belingard 2011. Près de 14 prélèvements ont été réalisés. La date d’abattage des bois est située e (...)
  • 69 Pilier P3, solives, cales de soutien.
  • 70 Épaud 2007, p. 30.
  • 71 Hoffsummer (éd.) 2002, p. 59. L’auteur précise que ce type de mise en œuvre, particulièrement util (...)

103Cette homogénéité est confirmée par l’étude dendrochronologique68. Les 14 prélèvements réalisés au sein de pièces diverses69 rendent compte d’une réalisation contemporaine établie dans le second quart du xiiie siècle. Le maintien de tels aménagements en dehors du contexte monumental traditionnellement lié aux bâtiments religieux se révèle très original. Quelques comparaisons stylistiques basées principalement sur l’usage d’entures biaises peuvent être suggérées avec les charpentes de la cathédrale de Bayeux (1224-1225), où ce procédé est employé au niveau des sablières basses70. L’église de La Madeleine à Troyes (fin xiie-début xiiie siècle)71 adopte le même procédé.

5.4. Des aménagements plus tardifs : les murs pignons à l’étage M70 et M50

5.4.1. Les murs pignons M70 et M50 (phase 4b)

Fig. 30 Relevé de M70, parement oriental. Constructions vers le xiiie siècle.

Fig. 30 Relevé de M70, parement oriental. Constructions vers le xiiie siècle.

DAO G. Pouponnot

104Le mur de refend M70, limité jusque-là au rez-de-chaussée, se développe dans un deuxième temps à l’étage (fig. 30). Le sondage réalisé sur le parement oriental à ce niveau le présente comme une construction homogène moins large que l’assise primitive montée à l’aide de moellons assisés et liés au mortier de chaux. Les joints de pose sont relativement minces, contrairement aux joints montants, plus gras et irréguliers. Quatre trous de boulin quadrangulaires (16 cm de côté), actuellement bouchés (70007), ont pu être observés sur le parement dégagé. Trois d’entre eux sont situés sur la même assise, selon un espacement irrégulier variant de 2,20 m à 2,70 m, tandis que la hauteur entre les deux trous de boulin observés en périphérie de la maçonnerie M70 apparaît limitée (85 cm).

105Ce mur de refend limite le développement occidental de la salle située au premier étage du cellier. Il est pourvu d’une ouverture, très partiellement conservée, localisée à l’angle sud-ouest du bâtiment (E26). Seul le piédroit nord a été maintenu, alors que le piédroit opposé a été repris par le réaménagement d’une porte moderne. Le piédroit extérieur est doté d’un très large chanfrein (0,27 m), terminé au niveau du linteau par un congé. L’arc brisé de la porte est très partiellement conservé. Seuls trois claveaux et un sommier sont maintenus. Ce dernier se distingue d’ailleurs par un profil cunéiforme très marqué. Le piédroit sud de la baie devait être situé au droit du parement interne de M20, mais il semble avoir été supprimé suite à l’aménagement d’une nouvelle ouverture dans le mur gouttereau sud (M20).

  • 72 Le montage d’une maçonnerie en parpaings contre le parement interne de M50 a précédé notre interve (...)

106Le mur pignon opposé (M50) fait état de nombreuses perturbations, mais présente une première maçonnerie qui semble assise sur un noyau primitif légèrement plus large, mais non étudié au cours de cette intervention72. La mise en œuvre de cette nouvelle maçonnerie est relativement hétérogène. Elle use tantôt de moellons calcaires, concentrés principalement dans la partie centrale (50011), tantôt de pierres de taille, observées surtout en périphérie (50006). Le liant est composé d’un mortier argileux de couleur marron présentant de nombreux résidus blanchâtres de chaux. Les joints sont généralement gras et peu soignés, suggérant la présence d’un enduit, notamment sur le parement interne.

107Les principales informations chronologiques sont observées en périphérie. Ainsi, il apparaît que le mur pignon du premier étage est postérieur à la maçonnerie romane M20 alors que l’angle opposé est postérieur à la maçonnerie 60016, liée à l’ancrage des solives. Le mur pignon est donc édifié après le xiiie siècle, sans qu’il soit possible pour autant de déterminer plus précisément sa date de construction. L’occupation funéraire, vraisemblablement interrompue pendant plusieurs siècles, apparaît à nouveau au sud de l’église. Les défunts sont inhumés dans des coffrages de pierre, typiques du Moyen Âge classique. La densité des tombes n’a pas pu être appréhendée, de même que le type de population. Au sud du cellier, la vocation funéraire semble perdurer.

5.4.2. Les aménagements du xve siècle (phase 4c)

108Au cours du bas Moyen Âge, des travaux complémentaires semblent se développer sur le premier étage du bâtiment. La salle est pourvue d’un mur de refend à l’instar de celui développé au rez-de-chaussée dès la phase romane, confirmant ainsi la présence de deux espaces distincts dans ce grand bâtiment quasiment dépourvu d’ouvertures.

109Contemporaine de ces constructions, l’aile ouest du secteur, comprise entre l’église et le bâtiment, est pourvue d’une galerie de circulation, probablement limitée par un mur bahut. Si la topographie générale rappelle celle d’un cloître, la présence d’autres galeries associées n’a pas pu être mise en évidence. L’ensemble de ces réaménagements ne se fait pas au détriment des bâtiments préexistants, alors localisés au centre de ce nouvel espace clos.

5.5. Synthèse des données pour les xie-xve siècles

110La topographie de la collégiale, héritée de la grande campagne de travaux commencée durant le xie siècle, ne paraît pas bouleversée au cours de la phase suivante, en dépit de la construction d’une vaste enceinte de réunion autour de Poitiers à la fin du xiie siècle. Celle-ci intègre désormais le quartier canonial aux fortifications de la ville, ôtant tout intérêt défensif à l’enceinte du castrum. Ainsi, la limite méridionale de la collégiale reste identique. Le mur de clôture édifié au haut Moyen Âge perpétue la séparation entre un espace intérieur – caractérisé par l’association de bâtiments conventuels et de sépultures – et un espace extérieur – dévolu aux seules inhumations.

Fig. 31 Essai de restitution du cellier au xiiie siècle.

Fig. 31 Essai de restitution du cellier au xiiie siècle.

DAO E. Barbier d’après un dessin de L. Duigou

111Un cloître délimité par une galerie est édifié et permet une circulation entre les différents espaces. Une porte aménagée dans le mur gouttereau nord du grand bâtiment assure désormais un accès direct à la grande salle du rez-de-chaussée. Cette ouverture traduit un important programme de réfection se manifestant par la reprise complète du plancher du premier étage. Toutefois, la vocation de la salle dédiée au stockage ne semble pas évoluer (fig. 31).

  • 73 La surface de la grande salle atteint 210 m².

112Par ailleurs, l’élévation d’un mur de refend au rez-de-chaussée partitionne désormais le cellier en créant au sud un nouvel espace plus réduit (85 m²)73. Ce dernier, conservant un chapiteau historié, témoigne d’un souci du décor inédit suggérant une fonction autre que celle de stockage (accueil, distribution). L’indigence des données récoltées ne permet pas de développer cette hypothèse.

113En marge du cellier, la topographie du site semble peu évoluer. L’oratoire carolingien est préservé. Le mausolée subit pour sa part un réaménagement interne, caractérisé par la mise en place d’un sol occultant totalement ou sporadiquement la couverture des sarcophages. Dès lors, une station est possible dans le bâtiment, suggérant une probable modification de sa fonction, peut-être liée au parcours des processions dédiées à saint Hilaire.

6. Synthèse des aménagements tardifs : xviexviiie siècle (phase 5) (fig. 32)

Fig. 32 Plan du bâtiment entre le xvie et le xviiie siècle.

Fig. 32 Plan du bâtiment entre le xvie et le xviiie siècle.

DAO G. Pouponnot

114À la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne, les deux édifices de culte jusqu’alors conservés dans le cloître sont abandonnés. Cet événement pourrait s’inscrire dans le programme de réaménagement opéré au sein des bâtiments conventuels : reprise de la galerie du cloître, installation d’un cellier voûté, construction d’une citerne, etc. (fig. 33). Réalisée autour du xvie siècle, cette grande campagne de travaux se manifeste également en périphérie du site. Les bâtiments actuels de la Chantrerie et du Doyenné en témoignent encore actuellement. Par ailleurs, les nombreux sièges subis par la ville de Poitiers lors des guerres de Religion ont contraint à la réalisation de plusieurs aménagements défensifs. À l’emplacement de la collégiale, cette mise en défense se traduit entre autres par la construction d’un nouveau mur d’enceinte qui reprend le tracé de la clôture occidentale du cloître.

Fig. 33 Essai de restitution du cloître au xvie siècle.

Fig. 33 Essai de restitution du cloître au xvie siècle.

DAO A. Jégouzo d’après un dessin de L. Duiguou

  • 74 26 et 27 juin 1772, AD Vienne, G 514.

115La période suivante est marquée par une probable réhabilitation du grand cellier médiéval. L’aménagement de latrines accessibles tant du rez-de-chaussée que du premier étage indique une modification de la fonction du bâtiment, jusque-là utilisé aux seules fins de stockage. De même, un accès supplémentaire est assuré depuis le cloître. Les procès-verbaux livrent quelques orientations tardives et imprécises sur cette frange méridionale de la collégiale. La présence de la salle du chapitre y est suggérée. Elle aurait supplanté une première salle, présentée en 1571 par l’auteur d’un devis de réparations comme celle du « vieux chapitre ». Dès 1562, le chapitre est situé au sein d’un bâtiment comportant deux niveaux et accueillant une prison. Il est situé au sud de l’église, d’après le parcours observé dans différents procès-verbaux. La tradition complétée par ces informations éparses suggère une localisation à l’emplacement du cellier. Le chapitre apparaît alors comme « en tres moves etat l’antre en n’es for incomode la prison es située sou ledit chapitre (…) »74. Ce piètre état sanitaire est récurrent dans les différents procès-verbaux étudiés.

  • 75 AD 86, G 514, l. 1727-1787.
  • 76 11 juin 1751, AD 86, G 514.

116L’organisation du bâtiment suivant plusieurs terrasses se maintient, elle est confirmée par un procès-verbal tardif indiquant une montée au chapitre depuis les cloîtres :  « ce fait nous sommes passés par les cloîtres et montés au chapitre par un degré de pierre de taille unis » (escalier de pierres de taille)75. Cette salle se maintient à priori jusqu’au milieu du xviiie siècle. Toutefois, le mobilier en bois et la couverture apparaissent très détériorés :  « les sieges, planches au dessous et lambris au dessus desdits sieges sont pourris, entreouverts et disoins (…) »76.

117Au lendemain de la Révolution, les matériaux de la nef et des cloîtres sont systématiquement récupérés. Cette campagne de démolition, attestée par un procès-verbal de 1799, explique l’absence quasi systématique de maçonneries aujourd’hui conservées. Le statut de collégiale est perdu mais elle conserve celui de siège de paroisse. Dès lors, l’espace du cloître devient un cimetière paroissial. Ce dernier fonctionne durant une courte période avant d’être progressivement abandonné au milieu du xixe siècle au profit du cimetière de Chilvert, créé en 1797 en dehors de l’enceinte. Alors transformé en jardin, cet espace n’a été que peu perturbé jusqu’aux constructions du xxe siècle accompagnées d’un arasement conséquent.

118L’église est reconstruite en 1870. À la même période, le premier étage de l’ancien cellier est entièrement réhabilité. Une série de larges fenêtres est installée sur chacun des murs gouttereaux, tandis que des portes sont aménagées dans les deux murs pignons. Au sud du bâtiment, le réalignement des rues s’accompagne, à l’angle des rues Le Cesve et Saint-Hilaire, de la construction d’un nouvel îlot d’habitations. Cette ultime phase de travaux a probablement nécessité un décaissement des précédents niveaux d’occupation, effaçant ainsi tous les vestiges médiévaux et modernes dans ce secteur. Malgré cet événement destructeur, cette rénovation urbaine ne s’affranchit pas du système original de terrasses établi dès le viiie siècle.

7. Conclusion (fig. 34)

Fig. 34a Synthèse des différentes phases de construction du cellier.

Fig. 34a Synthèse des différentes phases de construction du cellier.

DAO G. Pouponnot

Fig. 34b Synthèse des différentes phases de construction du cellier.

Fig. 34b Synthèse des différentes phases de construction du cellier.

DAO G. Pouponnot

119En dépit de son caractère limité, cette étude archéologique de bâti sur un édifice oublié et masqué par des transformations modernes a permis à la fois de renouveler la topographie générale du site de Saint-Hilaire à Poitiers et de découvrir des constructions médiévales inédites. Son originalité repose en effet par l’édification, au début du xe siècle, d’une clôture de claustrum au sud de la collégiale. En l’état des connaissances, la définition de cette maçonnerie monumentale reste conditionnée à une approche exhaustive de son tracé. L’absence d’exemple archéologique similaire, comme l’analyse topographique des tracés viaires, n’offrent en effet aucun complément d’information.

120Autre fait marquant, cette étude a révélé un vaste cellier de 200 m² construit lors de l’important programme architectural que connaît le site au xie siècle. S’il avait été complètement oublié dans l’ensemble patrimonial de Saint-Hilaire, son état de conservation apparaît exceptionnel. À ce titre, ce témoin bâti d’un espace de stockage constitue un vestige majeur d’une topographie canoniale encore méconnue.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

AHP : Archives historiques du Poitou

BSAO : Bulletin de la Société des antiquaires de l’Ouest

DAF : Documents d’archéologie française

DARA : Documents d’archéologie de Rhône-Alpes

MGH : Monumenta Germaniae Historica

MSAMF : Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France

MSAO : Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest

SRM : Scriptorum rerum merovingicarum

Sources manuscrites

Archives départementales de la Vienne :

Archives ecclésiastiques, fonds Saint-Hilaire

G 483 à G1085

G 548 (fol. 20), fol. 30 (mention de logis situés à proximité de l’église)

G 554 : Registre des délibérations capitulaires (1693-1695)

G 561 : Registre capitulaire (1719-1724)

G 514 (1727-1787)

G 511 (1531-1600)

Fonds d’architectes :

4 J 69 (construction école de garçons, 14-16 rue Saint-Hilaire)

4 J 72 (paroisse de Saint-Hilaire, réaménagement de l’école Saint-Hilaire 1953-1955)

4 J 92 (école de filles, travaux de 1968)

4 J 97 (salle paroissiale, 1964)

Archives de la Société des antiquaires de l’Ouest

16 J 507 (Fonds Lecointre-Dupont)

16 J 308 (paroisses de Poitiers)

Archives de la Société des archives historiques du Poitou

SAHP 85

Fonds du Père de la Croix

A20 (plans, notes sur quartiers de Poitiers)

Sources imprimées

Audoin É. (éd.)
1923, Recueil de documents concernant la commune et la ville de Poitiers, t. 1, De 1063 à 1327, Poitiers, AHP (AHP, 44).

Audoin É.
1928, Recueil de documents concernant la commune et la ville de Poitiers, t. 2, De 1328 à 1380, Poitiers, AHP (AHP, 46).

Carpentier É. (éd.) et al.
1989, Chartes poitevines antérieures à 900, Poitiers, Lerma/CESCM.

Grat F., Vielliard J., Clémencet S. (éd.)
1964, Annales de Saint-Bertin, Paris, Klincksieck (Publications pour la Société de l’histoire de France, 470).

Grégoire de Tours
1885, « Gregorii episcopi Turonensis liber in Gloria Confessorum », Krusch B. (éd.), MGH. SRM, 1-2, p. 294-370.

Levison W. (éd.)
1910, « Vita Filiberti abbatis Gemeticensis et Heriensis », Krusch B. (éd.), MGH. SRM, 5, p. 568-604.

Redet L.
1847, « Documents pour l’histoire de l’église de Saint-Hilaire de Poitiers (768-1300) », dans MSAO, t. 14, Poitiers, Société des antiquaires de l’Ouest.

Venance Fortunat
1885, « Liber de virtutibus sancti Hilarii », Venanti Honori Clementiani Fortunati presbyteri italici opera pedestria, MGH, Berlin, Krusch, p. 7-11.

Iconographie

Archives départementales de la Vienne :
Poitiers, Fi KK : divers plans et documents concernant la ville de Poitiers.

Études

Ajot J., Alix N. et al.
1998, Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3, Ouest, Nord et Est, Paris, Picard (Atlas archéologique de la France. Série typologique).

Alanet S.
1993, Les chanoines de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers pendant la seconde moitié du xve siècle, mémoire de DEA sous la direction de Pon G, université de Poitiers.

Alexandre-Bidon D., Treffort C.
1993, « Un quartier pour les morts : images du cimetière médiéval », dans Alexandre-Bidon D., Treffort C. (dir.), À réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 253-275.

Aubert M.
1943, L’architecture cistercienne en France, Paris, Éditions d’art et d’histoire, 2 vol.

Barbier E., Jégouzo A.
2011, « Sous les enduits… un bâtiment roman. Étude d’archéologie du bâti à Saint-Hilaire à Poitiers », dans Brudy P., Péan A. (dir.), L’Âge roman, arts et culture en Poitou et dans les pays charentais – xe-xiie siècles, Montreuil, Gradenigo, p. 281-285.

Barruol G. (éd.)
1996, Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 2, Sud-ouest et Centre, Paris, Picard (Atlas archéologique de la France. Série typologique).

Baud A., Rollier G.
2013, « Les modes de construction aux xe et xie siècles dans le Clunisois. L’exemple de l’opus spicatum », dans Iognat-Prat 2013, p. 459-470.

Becquet J.
1976, « Collégiales et sanctuaires de chanoines séculiers en Limousin aux xe-xiie siècles », Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, 103, p. 75-106.

Belingard C.
2011, « Analyse par dendrochronologie du plafond du réfectoire de la collégiale Saint-Hilaire à Poitiers (86) », dans Jégouzo A. (dir.), Barbier E., Kacki S., Pouponnot G., Le cloître de la basilique Saint-Hilaire : évolution et transformation d’un complexe religieux du ive siècle, t. 3, Poitiers, Inrap, p. 142-158.

Blomme Y.
1993, Poitou gothique, Paris, Picard (Les monuments de la France gothique).

Boissavit-Camus B.
1998, « Poitiers », dans Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, t. 10, Province ecclésiastique de Bordeaux, Paris, de Boccard.

Boüard M. de
1973-1974, « De l’aula au donjon. Les fouilles de la motte de La Chapelle, à Doué-la-Fontaine (xe-xie siècles) », Archéologie médiévale, 3-4, p. 5-110.

Bourgeois L.
2012, « Le castrum de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers aux xe et xie siècles. », dans Ferran L. (dir.), Espace et territoire au Moyen Âge, Hommages à Bernadette Barrière, Bordeaux, Ausonius (Mémoires, 29), p. 409-422.

Bourgeois L., Marot É.
À paraître, « Une piste de recherche pour la fortification des ixe-xe siècles : l’imitation de l’Antique », dans Mignot P., Poisson J.-M. (dir.), Archéologie des résidences aristocratiques du xe siècle en Francia Media, Amay, 30 au 31 mai 2011–Lyon 2012, Namur, Direction de l’Archéologie du Ministère de la région Wallone (Études et documents).

Cabanot J.
1987, Les débuts de la sculpture romane dans le sud-ouest de la France, Paris, Picard.

Camus M.-T.
1982, « La reconstruction de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers à l’époque romane. La marche des travaux », Cahiers de Civilisation Médiévale, 25, p. 101-120.

Catalo J., Cazes Q. (dir.)
2010, Toulouse au Moyen Âge : 1000 ans d’histoire urbaine, 400-1480, Portet-sur-Garonne, Loubatières.

Cazes Q.
1995, « La cathédrale de Toulouse et son environnement (xiie-xive siècle) », Cahiers de Fanjeaux : La cathédrale (xiie-xive siècle), 30, p. 31-59.

Cazes Q., Arramaond J.-C. et al
1997, Les fouilles du musée Saint-Raymond à Toulouse (1994-1996), Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. LVII, p. 35-63.

Cazes Q., Cazes D.
2008, Saint-Sernin de Toulouse, de Saturnin au chef-d’œuvre roman, Graulhet, éditions Odyssée.

Comte F.
2003, « Le territoire d’Angers du dixième au treizième siècle : naissance des bourgs et faubourgs monastiques et canoniaux » dans McNeill J., Prigent D. (éd.), Anjou : Medieval Art, Architecture and Archaeology, Leeds, The British Archaeological Association (British Archaeological Association conference transactions, 26), p. 1-13.

Crozet R.
1942, « Le cellier de l’ancienne chantrerie de Saint-Hilaire à Poitiers », BSAO, 3e série, t. 13, p. 13-15.

Deflou N.
1994, « Autun », dans Picard J.-C. (dir.), Les chanoines dans la ville, recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, Paris, de Boccard (De l’archéologie à l’histoire).

Dereine C.
1953, « chanoines », dans Baudrillart A., De Meyer A., Van Cauwenbergh É. (dir.), Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 12, Paris, Letouzey, p. 354-406.

Derwich M. (dir.)
1994, La vie quotidienne des chanoines réguliers au Moyen Âge et Temps Modernes, Actes du premier colloque international du Larhcor, Wroclaw, 30 novembre-4 décembre 1994, Wroclaw, Publications de l’Institut d’Histoire de l’Université de Wroclaw.

Deshayes G.
2008, « Les celliers gothiques de l’abbaye de Jumièges (xiiie-xvie siècle) », dans Lalou É., Lepeuple B., Roch J.-L. (dir.), Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 555-574.

Duval N. (dir.)
1995, Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 1, Sud-est et Corse, Paris, Picard (Atlas archéologique de la France).

Épaud F.
2007, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie, évolution des techniques et des structures de charpenterie aux xiie-xiiie siècles, Caen, Publications du Crahm.

Esquieu, Y.
1979, « Une collégiale urbaine en Languedoc : Saint-Aphrodise de Béziers. Son site et ses constructions canoniales », Archéologie médiévale, 9, p. 37-64.

Farago-Szekeres B.
2003, Poitiers, Vienne (86), église St-Hilaire-le-Grand, « 2 rue du Doyenné », Rapport d’évaluation archéologique, déposé à la Drac Poitou-Charentes (SRA).

Favreau R.
1973, « Orgues et psallettes à Poitiers à la fin du Moyen Âge », BSAO, 4e série, t. 12, p. 47-66.

Flammarion H.
1994, « Langres, le quartier canonial de la cathédrale » dans Picard J.-C., Les chanoines dans la ville, recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, Paris, de Boccard (De l'archéologie à l'histoire), p. 223-239.

Galinié, H. (dir.)
2007, Tours antique et médiéval, lieux de vie, temps de la ville : 40 ans d’archéologie urbaine, Tours, FERACF.

Garnier S.
2008, « Les fortifications des abbayes bourguignonnes : images et réalités archéologiques », dans Mouillebouche H. (dir.), Chastels et maisons fortes en Bourgogne, actes des journées de castellologie de Bourgogne, t. 2, Montceau-les-Mines, Centre de castellologie de Bourgogne, p. 151-163.

Gensbeitel C.
2004, L’architecture religieuse du xie siècle en pays charentais et ses transformations à l’aube du xiie siècle, thèse de doctorat en histoire de l’art du Moyen Âge sous la direction de Lacoste J., université Michel de Montaigne Bordeaux III.

Ginot E.
1935, « Vieilles rues et vieilles églises : formation du bourg Saint-Hilaire de Poitiers », Bulletin de la Société des antiquaires de l’OUest, 3, 10, p. 438-462.

Hoffsummer P. (dir.)
2002, Les charpentes du xie au xixe siècle, typologie et évolution en France du Nord et en Belgique, Paris, Monum Éditions du patrimoine (Cahiers du patrimoine, 62).

Iognat-Prat D., Lauwers M., Mazel F. (dir.)
2013, Cluny. Les moines et la société au premier âge féodal, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Art & Société).

Jégouzo A, Barbier E., Kacki S., Pouponnot G.
2011, Le cloître de la basilique Saint-Hilaire : évolution et transformation d’un complexe religieux du ive siècle, Poitiers, Vienne, Le Doyenné, 17 rue Saint-Hilaire, Rapport final d’opération, déposé à la Drac Poitou-Charentes (SRA).

Lauer P. (éd.)
1940, Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), (Chartes de diplômes relatifs à l’histoire de France, doc 64, 10), p. 15-17.

Le Bourgeois R., Massoni A., Montaubin P. (dir.)
2010, Les collégiales et la ville dans la province ecclésiastique de Reims (ixe-xvie siècle), actes du colloque d’Amiens-Beauvais, 3-5 juillet 2009, Amiens, Centre d’archéologie et d’histoire médiévale et établissements religieux, p. 15-28.

Lelong C.
1986, La basilique Saint-Martin de Tours, Chambray-les-Tours, CLD.

Le Maho J.
2006, « Fortifications et déplacements de population en France au temps des invasions normandes (ixe-xe siècle) » dans Château Gaillard, 22, Château et peuplement, actes du colloque international de Voiron, Isère, 27 août-4 septembre 2004, Caen, Publications du CRAHM, p. 223-236.

Longuemar A.
1856, « Essai historique sur l’église collégiale de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers », MSAO, Poitiers, Société des antiquaires de l’Ouest, 1re série, t. 23, p. 1-525.

Maçon P. et al.
2008, Les espaces funéraires et la ville. Cimetières médiévaux de Bourges, formation et transformation. (ve-xvie siècles), Bourges, Ville de Bourges, service d’archéologie.

Maillard E.
1934-1935, « Le problème de la reconstruction de Saint-Hilaire-le-Grand au xie siècle », BSAO, 3e série, t. 10, p. 323-328.

Manoury N.
1996, « Les bâtiments conventuels de l’abbaye de Jumièges (viie-xviiie siècles) », Archéologie médiévale, 26, p. 77-107.

Marot E.
2013, Architecture civile et formation du tissu urbain de Châteauneuf (Tours) du xe au xive siècle, thèse de doctorat en histoire, archéologie sous la direction de Lorans E., université François Rabelais de Tours, 4 vol.

Maurin L. et al.
1998, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, Province ecclésiastique de Bordeaux, Paris, de Boccard.

Meijns B.
2014, « Les chanoines séculiers : histoire et fonctions dans la société (ixe-xiie siècle) », dans Andrault-Schmitt C., Depreux P. (dir.), Les chapitres séculiers et leur culture. Via canoniale, art et musique à Saint-Yrieix (vie-xiiie siècle), Limoges, Presses universitaires de Limoges, p. 15-30.

Mériaux C., Noizet H.
2013, « Moines, chanoines et espace urbain en Flandre (xe-xie siècles) », dans Iognat-Prat 2013, p. 65-78.

Mesqui J.
1993, Châteaux et enceintes de la France Médiévale, de la défense à la résidence, t. 2, La résidence et les éléments d’architecture, Paris, Picard (Grands manuels).

Meyer O, Wyss M.
1985, Saint-Denis. Recherches urbaines 1983-85, bilan des fouilles, Saint-Denis, Imprimerie municipale de la ville Saint-Denis

NibodeauJ.-P.
1985, « Poitiers, église Saint-Hilaire-le-Grand », Bulletin de liaison et d’information, 14, p. 79-80.

Noizet H.
2001, « Les basiliques martyriales au vie et au début du viie siècle », Revue d’histoire de l’église de France, 87, p. 329-355.

Picard J.- C. (dir.)
1994, Les chanoines dans la ville, recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, Paris, de Boccard (De l’archéologie à l’histoire).

Pon-Willemsen C.
2004, « L’église paroissiale Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers, 1804-2004, un édifice à réparer, à ménager et à meubler », Revue historique du Centre-Ouest, t. 3, p. 271-306.

Prigent D.
2013, « Techniques de construction et de mise en œuvre de la pierre du ixe au xie siècle, nouvelles perspectives », dans Iognat-Prat 2013, p. 439-458.

Pycke J.
1986, Le chapitre cathédral Notre-Dame de Tournai de la fin du xie à la fin du xiiie siècle. Son organisation, sa vie, ses membres, Bruxelles, Nauwelaerts (Recueil des travaux d’histoire et de philologie, 6e série, 30).

Roblin S.
1998, « L’architecture médiévale du cellier de Clairvaux de Dijon », Annales de Bourgogne, 70, p. 227-252.

Saint-Jean Vitus B.
2007, « Palais des hôtes ou bâtiments laïcs aux marges des abbayes, viiie-xe siècles. À propos de la fouille du 12 rue Saint-Genest à Nevers », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, 11, p. 135-144.

Sapin C.
1986, La Bourgogne préromane. Construction, décor et fonction des édifices religieux, Paris, Picard.

Simon-Hiernard D.
1990, Poitiers : La nécropole du quartier de Blossac-Saint-Hilaire (ier-ive siècle après J.-C.) : catalogue du mobilier funéraire conservé au Musée de Poitiers, Poitiers, Musée de Poitiers (Mémoire, 5).

Ternet S.,
2006, Les églises romanes d’Angoumois, Paris, Le Croît vif, 2 vol.

Tessier G.
1952, Recueil des actes de Charles II le Chauve roi de France, Tome II (861-877), Paris, Imprimerie nationale (Chartes et diplômes relatifs à l'histoire de France).

Vallière L.
2001, Le chapitre de Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers au Moyen Âge, une collégiale poitevine entre 1240 et 1440, thèse de doctorat en histoire médiévale sous la direction de Aurell M., université de Poitiers.

Waitz (éd.)
1883, Annales Bertiniani, MGH. SRM, 13.

Wyss M.
1999, « Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l’ensemble monumental du haut Moyen Âge », dans Religions, rites et cultes en Île-de-France, Actes des journées archéologiques d’Île-de-France, 27 au 28 novembre 1999, Paris, Drac Île-de-France, p. 123-126.

Wyss M. (dir.)
1996, Atlas historique de Saint-Denis ; des origines au xviiie siècle, Paris, Éditions de la MSH (Documents d’archéologie française, 59).

Wyss M., Meyer-Rodrigues N. (coll.)
2000, « Nouvelles données archéologiques sur le cloître de l’abbaye Saint-Denis », dans Utilis est lapis in structura : mélanges offerts à Léon Pressouyre, Paris, CTHS (Mémoires de la Section d’archéologie et d’histoire de l’art, 9), p. 111-126.

Haut de page

Notes

1 Les services de l’État décident alors de mettre en place une mesure conservatoire pour éviter la destruction du site. Ce nouvel énoncé entraîna des modifications du projet immobilier, dont la suppression du parking souterrain. Il bouleversa aussi le déroulement de la fouille, impliquant quatre interventions de durées variables (entre deux mois et huit jours).

2 Bourgeois 2012, p. 417.

3 Simon-Hiernard 1990, p. 32-38.

4 Noizet 2001, p. 329-355.

5 Grégoire de Tours 1885, 2, p. 299.

6 Venance Fortunat 1885, XII, 11.

7 Grégoire de Tours 1965, IX, p. 242.

8 Grat F., Vielliard J., Clémencet S. (éd.) 1964, p. 104-105.

9 Bourgeois 2012, p.411-412.

10 CP 925-950, F 063 dans Ibid., p. 412.

11 En 942, Ebles († 976) alors évêque de Limoges est abbé de Saint-Maixent (Deux-Sèvres) et de Saint-Michel-en-L’Herm (Vendée).

12 Ibid., p.420.

13 Commune de Saint-Maixent-l’École, Deux-Sèvres. Bourgeois 2014, p. 488-501.

14 Bourgeois 2012, p. 417.

15 Redet 1847, p. 23.

16 Redet 1847, p. 49-50.

17 Ibid., p. 83.

18 Ibid., p. 106-107.

19 Ibid., p. 103-105.

20 Camus 1982, p. 108.

21 Ibid. Ces différentes phases de construction sont illustrées par de nombreux plans axonométriques.

22 Redet 1847, p. 115-116. « Factum est autem pictavis in claustro sancti confessoris dominique nostril Hilarii ante capitulum ».

23 Ibid., p. 275-282.

24 Ibid., p. 259-264.

25 Jégouzo et al. 2011. Dix des échantillons s’inscrivent dans une fourchette chronologique comprise entre 880 et 940, le dernier (20155-5 GrA44275) livre une estimation chronologique légèrement plus ancienne (Cal AD 601-664). Eu égard à son emplacement relativement haut dans le mur, il a été décidé de le classer en anomalie.

20136-7 (Beta – 361059) : Cal AD 900 à 920 et Cal AD 970 à 1020 ; 20136-8 (GrA-44274) : Cal AD 775 à 899 et Cal AD 919 à 949 ; 20136-9 (Beta – 361060) : Cal AD 900 à 920 et Cal AD 940 à 1020 ; 20136-10 (Beta – 361061) : Cal AD 890 à 1020 ; 20136-11 (Beta – 361062) : Cal AD 900 à 920 et Cal AD 940 à 1020 ; 20155-1 (Beta – 361063) : Cal AD 880 à 990 ; 20155-2 (Beta – 361064) : Cal AD 890 à 1020 ; 20155-3 (Beta – 361065) : Cal AD 900 à 920 et cal AD 940 à 1020 ; 20155-4 (Beta – 361066) : Cal AD 880 à 990 ; 20155-6 (Beta – 361067) : Cal AD 880 à 990.

26 Par exemple, l’abbaye Saint-Pierre de Maillezais, Commune de Maillezais, Vendée (1er quart du xie siècle).

27 Par exemple la tour de Broue, commune de Saint-Sornin, Charente-Maritime (milieu du xie siècle).

28 Boüard de 1973-1974, p. 33-36.

29 Camus 1982.

30 Les restaurations récentes ont entraîné une reprise de l’ensemble des joints.

31 Carpentier et al. (éd.), 1989, n° C001.

32 Meijns 2014.

33 Saint-Jean Vitus 2013, p. 114.

34 Jégouzo et al. 2015, p. 345.

35 Grégoire de Tours 1965, 52, p. 329.

36 Cf. supra n. 12.

37 Bourgeois 2013, p. 474.

38 Meyer, Wyss 1985, p. 89.

39 Wyss 1996, p. 229, d’après Waitz (éd.) 1883, p. 98.

40 Wyss 1996, p. 190.

41 Galinié (dir.) 2007, p. 261 et Bourgeois, Marot À paraître.

42 Bourgeois 2012, p. 417.

43 Les occupations sont d’abord la célébration de l’office divin à l’église, mais aussi toutes celles que l’on retrouve dans la vie claustrale médiévale : prière et lecture, étude et travaux divers (artes), administration, correction collective (culpae), réunion quotidienne pour une lecture du règlement (institutio)…

44 Redet 1847, p. 115-116.

45 Wyss 1986, p. 227.

46 Catalo, Cazes 2010, p. 50. D’après les données issues d’opérations archéologiques (Cazes 1997) la largeur du fossé atteindrait une dizaine de mètres pour une profondeur de 7 m.

47 Cazes, Arramond 2008, p. 46.

48 Esquieu 1992.

49 Il est à noter que cet unique vestige de la probable partie supérieure des baies n’a pas survécu aux aménagements récents.

50 Le sondage 5 dans la zone I.

51 Esquieu 1979, p. 49-50.

52 Deflou 1994 et Sapin 1986, p. 31.

53 Flammarion 1994.

54 Marot 2013, p. 317-318. Nous remercions Luc Bourgeois pour la communication de ce travail. Un des bâtiments situé au sud-est de la collégiale correspondait à une construction de plan carré couvrant une surface de 350 m². Le sous-sol était couvert d’un plancher supporté par des murs de refend percés d’arcades reposant sur des piliers. Le sous-sol bénéficie d’un traitement purement fonctionnel qui permet de distinguer un cellier.

55 Manoury 1996, p. 80. Le premier cellier de Jumièges, hérité du plan mérovingien, est situé au sud de l’église sans que la topographie du site ne soit régie par un cloître. Nathalie Manoury emprunte les descriptions livrées par l’auteur de la Vita Filiberti (Levison [éd.] 1910, p. 583-604) afin d’appréhender au mieux les différents espaces. Les édifices sont vraisemblablement bâtis en pierre : « un bâtiment à étage comprenant le dortoir s’étend au sud. En dessous, deux pièces semblables sont utilisées pour le cellier et pour la cuisine ».

56 Wyss 1996, p. 138, d’après Tessier 1952, n° 379.

57 Esquieu 1992, p. 215.

58 Redet 1847, n° 73 p. 82-83. Aucune mention d’un réfectoire du chapitre n’est recensée dans les actes du début du xie siècle.

59 Ibid., p. 83.

60 Ibid., p. 135-136 (vers 1136-1140) ; p. 251 (1242).

61 AD Vienne G 592, arrentement de 1256, arrentement de 1257, Redet 1847, p. 291-292 (1260).

62 Ibid., p. 49-50 : (…) similiter foras portam castri ipsius ad arborem ulmeam fenile totum cum altero fenili.

63 Ibid., p. 257-258.

64 AD Vienne, G 561, fol. 501.

65 Camus 1982. L’auteur se réfère à un passage des Miracles de saint Hilaire : Cum enim Sancti ejusdem basilica prius, antiquo more, testitudine supra fuisset camerata, ad tutelam ignis et compositionem operis, libuit quibusdam civibus illius temporis eam totam fieri lapideam, ac, testitudine amota, supra lapidum tegi voltura (…) (Paris, BnF, ms. lat, 5316, fol. 35).

66 La base des piliers supportant le plancher semble indiquer que le niveau de sol n’a pas évolué.

67 Le plancher a été entièrement démonté et jeté au préalable par l’aménageur et n’a pas pu être observé dans le cadre de l’étude. Il s’agissait de larges lattes de bois (environ 40 cm de large sur 2 m de long et 3 cm d’épaisseur).

68 Belingard 2011. Près de 14 prélèvements ont été réalisés. La date d’abattage des bois est située entre 1224 et 1244.

69 Pilier P3, solives, cales de soutien.

70 Épaud 2007, p. 30.

71 Hoffsummer (éd.) 2002, p. 59. L’auteur précise que ce type de mise en œuvre, particulièrement utilisé pour l’assemblage de pièces longues, est représenté au sein de nombreux édifices observés pour les périodes des xiie-xive siècles. L’usage de tenons plats supplante cette technique à compter des xve-xvie siècles (Abbeville).

72 Le montage d’une maçonnerie en parpaings contre le parement interne de M50 a précédé notre intervention au rez-de-chaussée. Néanmoins une maçonnerie devait habiller le talus de la terrasse depuis (au moins) le xie siècle.

73 La surface de la grande salle atteint 210 m².

74 26 et 27 juin 1772, AD Vienne, G 514.

75 AD 86, G 514, l. 1727-1787.

76 11 juin 1751, AD 86, G 514.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation des zones d’étude.
Crédits DAO G. Pouponnot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Fig. 2 Vue de l'église Saint-Hilaire depuis le bâtiment.
Crédits Cl. P. Ernaux, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 Vue générale du mur nord du cellier après piquetage des enduits.
Crédits Cl. E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 Plan de Poitiers au Bas-Empire et localisation du site.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 5 Topographie religieuse environnante à la collégiale. Tracé du castrum et des voies supposées pour le haut Moyen Âge.
Crédits DAO E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 6 Plan restitué de la phase 1 (v-viie siècles).
Crédits DAO G. Pouponnot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 7 Vue de la maçonnerie la plus à l’ouest, construite avec des blocs de remploi antiques.
Crédits Cl. E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 8 Implantation de l’épaisse maçonnerie M20 en plan.
Crédits DAO G. Pouponnot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 9 Élévation du mur M20 - constructions du xe siècle.
Crédits DAO G. Pouponnot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 10 M20, parement Nord, portion de bâti non restaurée.
Crédits Cl. E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11 M20, parement sud, section orientale.
Crédits Cl. A. Jégouzo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 12 Vue générale de la baie E5 dans l’emprise du sondage.
Crédits Cl. A. Jégouzo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 986k
Titre Fig. 13 La baie E4 avec le jambage occidental interne de la baie E5.
Crédits Cl. E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 14 Essai de restitution de l’espace étudié vers le xe siècle avec le mausolée et le mur de clôture.
Crédits DAO A. Jégouzo d’après un dessin de L. Duigou
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 15 Plan du rez-de-chaussée du cellier au xie siècle.
Crédits DAO G. Pouponnot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 16 Élévation du mur M20 - constructions du xie siècle.
Crédits DAO G. Pouponnot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre Fig. 17 M20, parement sud, section orientale.
Crédits Cl. A. Jégouzo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 18 Vue de la baie E6, parement sud.
Crédits Cl. A. Jégouzo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 19 Vue de la baie E6, parement nord.
Crédits Cl. A. Jégouzo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 20 Élévation du mur M60. Constructions du xie siècle.
Crédits DAO G. Pouponnot
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 21 M60, détail de la baie E32. Pierres de calage montées au niveau de l’allège.
Crédits Cl. A. Jégouzo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 22 La baie E24.
Crédits Cl. A. Jégouzo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 835k
Titre Fig. 23 M20. Parement extérieur. Vue de la maçonnerie 20005.
Crédits Cl. P. Ernaux, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 24 Essai de restitution du cellier au xie siècle.
Crédits DAO A. Jégouzo d’après un dessin de L. Duigou
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Fig. 25 Plan du cellier vers le xiiie siècle.
Crédits DAO G. Pouponnot, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 26 Vue du chapiteau conservé dans l’ouverture ménagée entre le cellier moderne et le bâtiment médiéval.
Crédits Cl. E. Barbier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig. 27 Mur M60 - extérieur - constructions 1ère moitié xiiie siècle. Élévations internes de M20 et M60 vers le xiiie siècle.
Crédits DAO G. Pouponnot
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Fig. 28 Parement nord mur gouttereau nord M60. Vue de l’ouverture E30.
Crédits Cl. A. Jégouzo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1005k
Titre Fig. 29 Vue générale des poutres et des différentes cales assurant le raccord avec les solives (P1 et P2).
Crédits Cl. E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 30 Relevé de M70, parement oriental. Constructions vers le xiiie siècle.
Crédits DAO G. Pouponnot
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 31 Essai de restitution du cellier au xiiie siècle.
Crédits DAO E. Barbier d’après un dessin de L. Duigou
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Fig. 32 Plan du bâtiment entre le xvie et le xviiie siècle.
Crédits DAO G. Pouponnot
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 33 Essai de restitution du cloître au xvie siècle.
Crédits DAO A. Jégouzo d’après un dessin de L. Duiguou
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Fig. 34b Synthèse des différentes phases de construction du cellier.
Crédits DAO G. Pouponnot
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2779/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 994k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier et Anne Jégouzo, « Un nouveau bâtiment du cloître de Saint-Hilaire-le-Grand à Poitiers (xe-xive siècle) »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 57-90.

Référence électronique

Emmanuel Barbier et Anne Jégouzo, « Un nouveau bâtiment du cloître de Saint-Hilaire-le-Grand à Poitiers (xe-xive siècle) »Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.2779

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Barbier

Inrap, UMR 7302, CESCM

Articles du même auteur

Anne Jégouzo

Inrap, EA 929, AIHP/Geode

Articles du même auteur

Haut de page

Collaborateurs

Guillaume Pouponnot

Inrap

Sacha Kacki

UMR 5199 Pacea

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals