Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46La porte Bannier, entrée principa...

La porte Bannier, entrée principale de la ville d’Orléans aux xive-xve siècles

The Bannier Gate, the Main Entrance to the City of Orléans in the 14th and 15th Centuries
Die Porte Bannier, das Haupttor der Stadt Orléans im 14. und 15. Jh
Clément Alix, Diane Carron, Émilie Roux-Capron et Laurent Josserand
p. 91-122

Résumés

La porte Bannier à Orléans est l’entrée principale de la ville du xive au xve siècle. Elle protège un bourg très dynamique occupé par des artisans, des commerçants et de riches bourgeois. Sa découverte date de 1986 à l’occasion d’une fouille de sauvetage en préalable à la construction d’un parking souterrain. Des recherches archéologiques préventives, en 2013, ont permis de reprendre les analyses sur la porte pour mieux en restituer l’évolution et le fonctionnement pendant deux siècles. Les analyses du bâti encore conservé aujourd’hui, ainsi que la riche documentation d’archives fournie par les comptes de forteresse, permettent de restituer l’apparence et l’histoire de cet ouvrage essentiel de la ville médiévale d’Orléans. Les recherches sur cette porte s’intègrent par ailleurs parfaitement dans la connaissance des mécanismes de défense liés à la guerre de Cent Ans, et plus généralement sur la fortification médiévale, avec notamment des données importantes sur la construction d’un boulevard en terre au début du xve siècle.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

Fig. 1 Vue générale des vestiges de la porte Bannier en 1987, avant restauration, vue vers l’ouest.

Fig. 1 Vue générale des vestiges de la porte Bannier en 1987, avant restauration, vue vers l’ouest.

Cl. D. Petit, DRAH Centre, 1987

  • 1 Vergnaud-Romagnési 1846, p. 7 ; Boucher de Molandon 1885, p. 329-332 ; Jarry 1931 ; Michaud-Fréjav (...)
  • 2 Les fonds anciens des Archives communales d’Orléans ont été versés aux Archives départementales du (...)
  • 3 Petit 1986.
  • 4 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014.

1La porte Bannier fut l’un des principaux lieux de passage à Orléans au Moyen Âge. Elle a été en partie démantelée à la fin du xve siècle mais elle est toutefois bien connue des historiens et archéologues depuis le xixe siècle1. En effet, en tant qu’élément constitutif de la ville fortifiée, elle a fait l’objet de multiples interventions consignées dans la remarquable série des comptes de la forteresse d’Orléans conservés presque sans discontinuité entre 1391 et 14952. Des vestiges concrets de cette porte n’ont été vraiment localisés qu’en 1986, à l’occasion d’une fouille de sauvetage programmée portant sur 2 000 m² environ, lors de la construction d’un parking souterrain dans le sous-sol de la place du Martroi3 (fig. 1 et 2). En 2013, c’est à la faveur des travaux de requalification de la place du Martroi qu’un suivi archéologique4 a été réalisé au travers de 34 sondages, portant sur une surface cumulée de 1 000 m² environ (fig. 3).

Fig. 2 Vue générale des vestiges de la porte Bannier en 2015, vue vers le nord.

Fig. 2 Vue générale des vestiges de la porte Bannier en 2015, vue vers le nord.

Cl. J. Puyo, Ville d’Orléans, 2015

2La confrontation des diverses observations a permis de renouveler l’examen de cet élément essentiel de l’enceinte urbaine et de rediscuter chacun des éléments concourant à la fortification de ce secteur de la ville, en interrogeant les données matérielles et textuelles. Les observations archéologiques effectuées en 2013 ont été largement complétées par une nouvelle analyse des données issues de la fouille de sauvetage effectuée en 1986 (fig. 3 et 4). L’intégralité de la documentation de fouille, plans, relevés, diapositives et enregistrement stratigraphique, ont été réexaminés. Les vestiges de la porte elle-même, conservés dans l’actuel parking souterrain ont fait l’objet d’une analyse de bâti à l’occasion de leur rénovation en novembre 2014. Les relevés de bâti existants ont été complétés, notamment pour les parties hautes, et des observations sur les matériaux employés ont ainsi pu être réalisées.

Fig. 3 Plan général des opérations archéologiques et principaux vestiges du xve siècle.

Fig. 3 Plan général des opérations archéologiques et principaux vestiges du xve siècle.

É. Roux-Capron, 2015, Lambert II, © Pôle d’archéologie, ville d’Orléans

3Le croisement de différentes sources, l’utilisation de techniques de géoréférencement et de photogrammétrie, permettent aujourd’hui d’appréhender cette porte de manière multi-scalaire. Les questionnements sur son positionnement dans la trame urbaine, sur les caractéristiques techniques de sa construction et plus largement, sur la fortification alentour et l’adaptation d’un axe majeur de circulation en contexte de guerre ont ainsi été renouvelés.

Fig. 4 Détail des éléments de la porte Bannier et du boulevard, mis au jour en 1986 et 2013, avec les parties restituées.

Fig. 4 Détail des éléments de la porte Bannier et du boulevard, mis au jour en 1986 et 2013, avec les parties restituées.

DAO É. Roux-Capron, 2015

  • 5 Michaud-Fréjaville 1980, p. 68.

4Ce réexamen s’expose toutefois à deux limites résultant de la nature respective des données étudiées. Les informations archéologiques sont délicates à interpréter compte tenu de multiples interventions souvent très lourdes qui ont été opérées sur l’ensemble de la forteresse. Il s’agit notamment de la multiplication des fossoiements destinés à assurer la protection de la ville et lui conférant un caractère « obsidional5 » – durant toute la guerre de Cent Ans, c’est-à-dire au-delà du siège d’Orléans en 1429. D’une part, l’adaptation des dispositifs militaires au progrès de l’artillerie, en attaque comme en défense, a régulièrement morcelé le terrain et occasionné des travaux invasifs. D’autre part, la majeure partie de ces constructions ayant été récupérées à la fin du Moyen Âge, il est malaisé de restituer les phases successives de reconstruction, d’autant plus que le mobilier archéologique datant demeure indigent.

  • 6 Leduc 1967 ; Michaud-Fréjaville 1982 ; Contamine 1999. La question de la maîtrise d’ouvrage de la (...)
  • 7 Il existe une transcription sommaire des travaux accomplis pendant la reconstruction de la fortere (...)

5L’autre obstacle est, paradoxalement, lié à la surabondance de mentions archivistiques dans la comptabilité médiévale. La moindre intervention fit en effet l’objet d’une transaction comptable produisant un précieux corpus dont le traitement analytique s’avère une entreprise gigantesque. Il a déjà fait l’objet de nombreuses investigations éclairant surtout les préparatifs du siège d’Orléans, jusqu’au siège lui-même en 1428-14296. Ici, la reprise systématique de l’ensemble du fonds dépassant le cadre de cette étude7, ces premières analyses ont été complétées ponctuellement, en ce qui concerne l’aménagement de dispositifs spécifiques (notamment pour les années 1417-1421, 1425-1426, 1447-1449 et 1467-1481).

  • 8 AD Loiret, 2J 257, fol. 13.
  • 9 AM Orléans, 1Fi 069, vers 1754.
  • 10 Remise à jour en décembre 2014.
  • 11 Laurent Josserand, Polytech’Orléans.

6Enfin, une vision graphique et synthétique de cet ensemble est difficilement réalisable sous la forme traditionnelle de relevés et de photographies. En effet, à l’exception des éléments de la porte découverts en 1986 dans le parking souterrain, les observations ultérieures de 2013 ont été réalisées sur de petites surfaces et de façon très morcelée. Il est donc difficile de fournir des images facilement interprétables, sans avoir au préalable travaillé sur leur assemblage sous la forme d’une synthèse géoréférencée et donc partielle car laissant une grande place aux restitutions et suppositions (fig. 3). Dans cette optique, un travail important de géoréférencement des plans anciens, confrontés aux vestiges en place a été réalisé. Deux plans principaux ont été utilisés : le plan dit Legrand réalisé dans la première moitié du xviiie siècle8, et le plan dit de percement de la rue Royale9, datant du milieu du xviiie siècle (fig. 7). Sur ces deux documents figure l’emplacement de la courtine et des tours intégrées au bâti moderne. Les vestiges observés en 2013, tout comme ceux issus des opérations archéologiques antérieures, ont été systématiquement replacés dans le même système géographique. Sur cette base, il a ensuite été possible d’envisager des restitutions en trois dimensions qui permettent la synthèse entre les observations de terrain et les sources textuelles, aboutissant à une vision d’ensemble des éléments de la porte et de ses alentours. Ces restitutions constituent certes un apport non négligeable dans le cadre de la valorisation du site10 (fig. 2), mais elles ont aussi permis une réflexion sur les vestiges bâtis et leur restitution grâce à un aller-retour constant entre archéologues et concepteur11.

2. Le bourg Dunois et sa défense (IXe-XIIIe siècle)

7La porte Bannier est l’une des quatre portes régulant les allées et venues dans le bourg Dunois qui s’est développé à l’ouest de la ville d’Orléans. L’aménagement de ce quartier intervient au terme d’un long processus d’urbanisation qu’il faut ici brièvement évoquer.

  • 12 Roux-Capron, Aubazac et Jesset 2015.
  • 13 Jesset, Alix et Courtois à paraître ; Joyeux et Guillemard 2013, p. 17.

8Depuis le ive siècle, la ville était enclose par une enceinte quadrangulaire enserrant une superficie de 25 ha. Elle protégeait le centre religieux, avec le quartier cathédral au nord-est, et le pouvoir civil matérialisé par la résidence royale et les institutions féodales, occupant l’angle sud-ouest au bord de la Loire12 (fig. 5). L’analyse de la chronologie des implantations religieuses dessine l’extension de la ville hors de l’enceinte dans le courant du viie siècle. Elle se déploie vers l’est (Saint-Avit, Saint-Euverte, Saint-Aignan) et vers le nord, le long de l’antique voie en direction de Paris (Saint-Michel-de-l’Étape, Saint-Chéron). En revanche, à l’ouest de la ville, les implantations religieuses étaient moins nombreuses et peut-être un peu plus tardives. Immédiatement à l’angle nord-ouest des murs antiques, Saint-Sulpice est citée en 855 et Saint-Pierre-Ensentelée vers 930. Cette analyse fondée sur des sources textuelles éparses n’est pas infirmée par les récentes fouilles archéologiques réalisées dans le sous-sol des places De Gaulle et du Cheval Rouge. Celles-ci montrent un espace peu densément structuré et plutôt dévolu à des activités agricoles. Sur ces sites ont été identifiés essentiellement des fosses et des silos, qui ont été comblés entre le viie et le xe siècle13.

Fig. 5 Plan de la ville d’Orléans entre le viie et le xie siècle (d’après Joyeux [dir.] 2014, p. 70).

Fig. 5 Plan de la ville d’Orléans entre le viie et le xie siècle (d’après Joyeux [dir.] 2014, p. 70).
  • 14 Jesset, Alix et Courtois à paraître ; Joyeux et Guillemard 2012, p. 872 ; Joyeux et Guillemard 201 (...)
  • 15 Mentionné dans une charte de donation de Robert le Pieux, un mur de l’édifice a été daté du début (...)
  • 16 Ibid. ; Roux, Alix et Courtois 2012, p. 21 ; Joyeux et Guillemard 2013, p. 19.
  • 17 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 111.
  • 18 Alix 2007, p. 126-129 ; Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 111.
  • 19 Joyeux et Guillemard 2013, p. 19.

9À partir du ixe siècle, se développe, cette fois à l’ouest de l’enceinte tardo-antique, un quartier suburbain, connu sous le nom de bourg Dunois, en référence à la région du pagus dunensis14 (fig. 5). Ce quartier abritait alors, en son cœur, en plus de l’église Saint-Sulpice, deux autres chapelles, Saint-Paul et Notre-Dame, citées respectivement vers 101215 et 1029. Ce quartier longeait la Loire sur sa rive nord, au contact avec le pont sur le fleuve et la résidence royale déjà citée. Ce bourg ne devint véritablement urbanisé qu’à partir du xiiie siècle16. En effet, des éléments bâtis et notamment des caves, installées dans d’anciennes carrières souterraines, sont attestés au nord du bourg Dunois17 (fig. 4 et 6). Le mode de construction des voûtes suggère clairement une datation du xiiie siècle, à l’image de ce qui est observé dans le centre ancien d’Orléans, au travers de nombreuses études de bâti18. Ces éléments sont clairement recoupés par la construction du fossé de l’enceinte, au xive siècle au plus tôt, et du boulevard au début du xve siècle. Le même phénomène est observé 200 m plus au sud, place De Gaulle, dans le secteur de la porte Renard19 (fig. 8).

Fig. 6 Voûtes de caves du xiiie siècle, visibles dans la paroi occidentale du parking souterrain en 1987, vue vers le sud.

Fig. 6 Voûtes de caves du xiiie siècle, visibles dans la paroi occidentale du parking souterrain en 1987, vue vers le sud.

Cl. D. Petit, DRAH Centre, 1987

  • 20 AD Loiret A 566, cité dans Perseval 2002, p. 29.
  • 21 AD Loiret D 544, original perdu cité dans Bloch et Soyer 1917, p. 215.
  • 22 Mention d’un four sis in vico Fabrateria (rue de la Faverie, signifiant fèvrerie). La rue correspo (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 « In Martreio Aurelianensis (…) in domui in qua solebant tradi signebat granorum » cité dans Vigna (...)
  • 25 AN, JJ41 fol. 20v. On a vu que Rémi, panetier du roi, était déjà possessionné dans ce quartier dès (...)
  • 26 Bloch et Soyer 1917, p. 164 citent AD Loiret D 371 fol. 41v.
  • 27 Fawtier et Maillard 1953, p. 265-266. Partie sud de l’actuelle rue Sainte-Catherine.
  • 28 Bloch et Soyer 1917, AD Loiret D 658, fol. 4.
  • 29 Ibid. Partie nord de l’actuelle rue Sainte-Catherine.
  • 30 Ibid. p. 164 AD Loiret, D 371. Actuelle rue de l’Écu-d’Or.
  • 31 Ibid. D 371, fol. 204. Partie de l’actuelle rue du Cheval-Rouge.
  • 32 AN, R4*401, fol. 29.

10Le bourg Dunois concentrait plusieurs activités marchandes20. La toponymie des rues localisées dans le secteur de la porte Bannier est révélatrice de ces activités qui s’y sont peu à peu déployées, même si le nom de la rue a pu survivre plus longtemps à l’activité elle-même (fig. 7). Une frabrateria (forge) est citée en 120221 et en 1255. La rue de la Vieille-Poterie qui est déjà qualifiée de « vieille » en 120722, doit, pour cette époque précoce, correspondre à l’atelier d’un potier de terre. Le Martroi Saint-Sulpice et son marché au blé sont signalés en 124223, ainsi qu’une graineterie dans le courant du xiiie siècle24. La rue de la Talmellerie, pour les boulangers, est citée en 130825. Elle aboutit à l’est à la rue Neuve dont la date de création n’est pas connue avant une première évocation en 124326. L’acuraria (aiguillerie) apparaît en 1304-130527, la rue de la Triperie en 133328, la rue de la Barillerie en 136529, la rue de la Vieille Munerie en 137430, et plus au sud, la rue de la Foulerie en 141131, la Poissonnerie en 141232.

Fig. 7 Localisation des rues anciennes et de l’enceinte, au nord du quartier Dunois, à partir des sources planimétriques du xviiie siècle (plan Legrand xviiie siècle, AD Loiret, A 614 et plan de percement de la rue Royale, vers 1754, AC Orléans, 1Fi069).

Fig. 7 Localisation des rues anciennes et de l’enceinte, au nord du quartier Dunois, à partir des sources planimétriques du xviiie siècle (plan Legrand xviiie siècle, AD Loiret, A 614 et plan de percement de la rue Royale, vers 1754, AC Orléans, 1Fi069).

É. Roux-Capron, 2015

  • 33 Carron 2012, p. 61.
  • 34 Joyeux et Guillemard 2012, p. 604 ; Joyeux et Guillemard 2013, p. 19.

11Ces activités, capitales pour le développement de la ville, ont entraîné une urbanisation ayant justifié l’implantation d’un système de fortification. C’est en effet à cette période, en 1261, qu’est mentionnée pour la première fois l’existence de fossés au-delà de l’église Saint-Paul33, sans qu’il soit possible de dire s’il s’agit, ou non, de fossés défensifs. Un aménagement de ce type a été appréhendé lors de l’opération archéologique de la place De Gaulle34 (fig. 9). Il s’agit d’un fossé de 6,70 m de large pour une profondeur de 2 m, qui recoupe la voie provenant de Blois, et que l’on franchit alors à l’aide d’un pont dormant en bois. La datation du creusement de ce fossé n’est pas assurée. Elle est supposée du xie siècle, mais les indices sont ténus pour confirmer cette hypothèse. Ce fossé est en tous cas en place lors de la construction de plusieurs bâtiments sur caves au xiiie siècle.

3. Premiers états connus de la porte Bannier (XIIIe-XIVe siècles)

  • 35 AD Loiret H 205 : « domus apud portam Bernerii », cité dans Jarry 1919, p. 231 ; rapporte la donat (...)
  • 36 À propos d’acquisitions faites avant 1246 par Rémi, l’un des panetiers du roi, et son épouse de bi (...)
  • 37 Censier du prieuré de Saint-Samson (AD Loiret A 201 disparu) publié dans Bloch et Soyer 1917.
  • 38 Michaud-Fréjaville 1987, p. 9-10.
  • 39 Faucherre 1998, p. 188-198 ; Salamagne 2001, p. 67-70 ; Salamagne 2002, p. 14-20, 79-80.
  • 40 Michaud-Fréjaville 1987, p. 10.
  • 41 Voir par exemple le cas de Rosheim (Bas-Rhin) dans Ferraresso et Werlé 2008, p. 420.

12Si la réalité physique de la porte Bannier (ou Bernier) n’est pour le moment pas attestée avant le xive siècle, plusieurs documents permettent d’envisager son existence dès le xiiie siècle. En effet, la première mention de la porte apparaît dans un acte de 122135. Puis elle est de nouveau signalée en 124636, en 1291-129237 et en 133538, mais les mentions s’y rapportant ne permettent pas de connaître précisément sa configuration. L’évocation précoce de cette porte suggère la présence d’une limite dans l’espace urbain, sous la forme d’un ou de plusieurs fossés, comme celui qui a pu être observé place De Gaulle (cf. supra), séparés de terrées comme c’est le cas dans plusieurs villes de France et de Flandre aux xiiie et xive siècles39. Cette limite n’est alors franchissable qu’en quelques points bien précis40. Il n’est pas exclu que la porte Bannier du xiiie siècle ait déjà été maçonnée et qu’elle ait coexisté avec une enceinte composée de fossés et éventuellement d’une levée de terre, selon un cas de figure connu dans d’autres villes pour les mêmes périodes41. Néanmoins, dans l’état actuel de nos connaissances, il reste impossible de préciser si une levée de terre a pu précéder la courtine maçonnée, attestée à partir du xive siècle, puisque les fouilles de la place du Martroi ou de la place De Gaulle ont montré que les niveaux médiévaux superficiels avaient été fortement arasés par les aménagements de l’époque moderne.

3.1. La courtine et les tours de flanquement

Fig. 8 Plan de l’enceinte à la fin du xive siècle.

Fig. 8 Plan de l’enceinte à la fin du xive siècle.

J. Courtois, Pôle d’archéologie, ville d’Orléans, 2014

  • 42 AD Loiret A 1923, fol. 2. Il est possible que l’espace occupé par l’hôtel du Heaume, dans l’angle (...)
  • 43 Le faubourg oriental de la ville, marqué par la présence de grands établissements religieux, comme (...)

13Des questions restent en suspens sur le choix du parcours de cette enceinte, qui exclut à certains endroits des zones d’habitat ou des établissements religieux, ce qui engendre un tracé singulier à l’est de la porte Bannier. En effet, entre la tour nord-ouest de l’enceinte antique, dite « tour Saint-Samson » et la porte Bannier, l’enceinte subit une large inflexion de près de 60 m vers le nord (fig. 7 et 8). S’agit-il de protéger certains artisans ou groupements d’artisans ? Il faudrait peut-être y voir aussi une volonté d’intégration des propriétés foncières de l’église Saint-Sulpice. À moins que la localisation du Martroi au Blé près de cet établissement religieux ait influé sur le tracé. En revanche, par sa jonction à la tour Saint-Samson et non à l’une des autres tours septentrionales de la ville, cette enceinte laisse à l’écart l’église paroissiale Saint-Pierre-Ensentelée, voire plus à l’est encore, le couvent des franciscains qui s’installe vers 1240 au bord de la route de Paris (fig. 8), renforçant l’idée que ce sont les habitations, parfois prestigieuses comme on le suppose pour l’hôtel du Heaume42, et les lieux de commerce qui ont été privilégiés dans le choix d’emmurer ce quartier sur une douzaine d’hectares43.

Fig. 9 Tour nord de la porte Renard et plan simplifié et restitué des fouilles de la place De Gaulle (d’après Carron, Guillemard 2011 : fig. 2 et 3).

Fig. 9 Tour nord de la porte Renard et plan simplifié et restitué des fouilles de la place De Gaulle (d’après Carron, Guillemard 2011 : fig. 2 et 3).
  • 44 S’appuyant sur un édit de Philippe IV de 1302 érigeant les charges des douze notaires correspondan (...)
  • 45 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 115.
  • 46 Debal 1982, p. 24 ; Michaud-Fréjaville 1982, p. 14-15.
  • 47 Les modes de construction des fondations semblent également avoir fortement varié en fonction des (...)
  • 48 Joyeux et Guillemard 2012, p. 259 ; Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 116.
  • 49 Trois fentes de tirs dans le parapet du chemin de ronde au no 20 rue Saint-Étienne et une autre da (...)
  • 50 Debal 1982, p. 34-46.
  • 51 On peut citer, entre autres travaux, le dallage du chemin de ronde en 1401-1403, AD Loiret, CC 539 (...)

14La courtine, certainement construite au cours du xive siècle44, n’a pas été directement observée lors des opérations archéologiques place du Martroi, car elle semble avoir été en grande partie récupérée après la destruction de l’enceinte45. Par comparaison avec d’autres tronçons encore en élévation sur le reste du tracé, on peut restituer une hauteur de 8 à 10 m, pour une épaisseur n’excédant pas les 2,60 m, excepté sur le front de Loire, où les sources textuelles du début du xve siècle nous apprennent que son élévation était réduite à 5,18 m46. Les dimensions sont, de plus, extrêmement variables si l’on observe les vestiges les mieux conservés, rue de la Chèvre-qui-Danse et rue Notre-Dame-de-Recouvrance, ou ceux appréhendés lors des fouilles de la place De Gaulle47 (fig. 9 et 11). Le long de la rue Notre-Dame-de-Recouvrance, les observations ont révélé que son tracé n’était pas rectiligne, mais constitué d’une succession de petits segments, créant des brisures et suggérant une installation à l’intérieur d’un tissu urbain formé d’un parcellaire déjà dense (fig. 10). Cette courtine était construite d’une maçonnerie fourrée avec parements de moellons irréguliers de calcaire de Beauce, disposés en assises et liés au mortier de chaux48 (fig. 11). Les vestiges de la rue de la Chèvre-qui-Danse montrent que le parapet du chemin de ronde était régulièrement percé d’étroites fentes de tir, peu hautes (moins de 1 m), à l’instar de ce qui a été observé sur les réaménagements médiévaux du front oriental de l’enceinte du Bas-Empire49 (fig. 12a et b). Cette enceinte était par ailleurs flanquée d’au moins huit tours, dont certaines sont connues par les données archéologiques ou documentaires (fig. 8, fig. 10, fig. 13, fig. 26, et fig. 27). Ces dernières présentaient un plan circulaire (tour du Heaume, tour de la Barre-Flambert) ou semi-circulaire (tour de Michau Quanteau, tour André). Outre les portes Bannier et Renard, cette enceinte possédait d’autres ouvrages d’entrées (portes ou poternes), situés sur son front sud où ils desservaient le quai de la Loire et le pont (porte de l’Abreuvoir, porte du Pont ; fig. 8)50. Les comptes de forteresse indiquent que l’enceinte a fait l’objet d’un entretien continu tout au long du xve siècle51.

Fig. 10 Tronçons du front ouest de la courtine, visibles sur un plan parcellaire de 1765.

Fig. 10 Tronçons du front ouest de la courtine, visibles sur un plan parcellaire de 1765.

BM Orléans, ZH 66, 1765

Fig. 11 Détail du parement externe sur le front ouest de la courtine au n20 rue Notre-Dame-de-Recouvrance.

Fig. 11 Détail du parement externe sur le front ouest de la courtine au no 20 rue Notre-Dame-de-Recouvrance.

Cl. C. Alix, 2010

Fig. 12a Tronçon du front ouest de la courtine, visible rue de la Chèvre-qui-Danse (vue côté extérieur de la ville, vers l’est).

Fig. 12a Tronçon du front ouest de la courtine, visible rue de la Chèvre-qui-Danse (vue côté extérieur de la ville, vers l’est).

C. Alix, 2015

Fig. 12b Tronçon du front ouest de la courtine, visible rue de la Chèvre-qui-Danse (vue côté intérieur, vers l’ouest).

Fig. 12b Tronçon du front ouest de la courtine, visible rue de la Chèvre-qui-Danse (vue côté intérieur, vers l’ouest).

C. Alix, 2015

Fig. 13 La Tour du Heaume au cours des travaux de dégagement en 1973, vue vers le nord.

Fig. 13 La Tour du Heaume au cours des travaux de dégagement en 1973, vue vers le nord.

AM Orléans, Fonds Pagot

3.2. La porte Bannier

Fig. 14 Pan de maçonnerie observé en arrière de l’avant-corps en 2014 : probable saillant de la tour orientale de la porte Bannier, vue vers le sud.

Fig. 14 Pan de maçonnerie observé en arrière de l’avant-corps en 2014 : probable saillant de la tour orientale de la porte Bannier, vue vers le sud.

Cl. C. Alix, 2014

  • 52 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 113. Roux-Capron 2015.
  • 53 Mesqui 1987, p. 112-113.
  • 54 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 114, fig. 34.
  • 55 Photographie Drac Centre ; publiée dans Joyeux et Guillemard 2012, p. 623, vol. 2, fig. 593. Sur c (...)

15La porte Bannier s’ouvre sur une voie, dont l’existence remonte probablement à l’époque gauloise52, et qui reliait Orléans aux grandes villes du nord, comme Chartres et Paris. Ce point de passage aménagé dans l’enceinte remonte, quant à lui, au plus tard au xiiie siècle (cf. supra). Il est fort probable qu’une porte maçonnée ait existé dès cette date, peut-être sous une forme différente que celle mise en œuvre durant la seconde moitié du xive siècle. Les vestiges, observés pour la première fois en 1986, furent interprétés comme le soubassement du passage de la porte, précédé du fossé de ville, lui-même enjambé par un pont reposant sur une pile centrale. Si la moitié nord de ce pont subsistait sous la forme d’une arche maçonnée, il fut proposé de restituer un tablier en bois pour sa partie sud. L’extrémité du fossé du boulevard fut aussi découverte en avant de cette porte (fig. 4 et 31). La reprise des données archéologiques et textuelles, en 2013, a permis de revenir sur un certain nombre d’interprétations qui seront développées ci-après. En outre, les vestiges observés en 2014 ont mis en évidence l’existence d’un pan de maçonnerie dans l’angle sud-est de la crypte archéologique, qui n’avait pas été décrit lors des fouilles de 1986 et qui pourrait correspondre à la base du saillant de la tour orientale (fig. 14 et 15). Cette maçonnerie, visible sur une largeur maximale de 0,52 m pour une hauteur maximale de 2,80 m, est constituée d’un parement en calcaire de Beauce avec des assises hautes d’une douzaine de centimètres. Certains de ces blocs semblent avoir été en saillie sur le nu du parement (4 à 5 cm de débord), ce qui pourrait suggérer l’existence d’un bossage rustique, traitement qui aurait alors renforcé l’aspect ostentatoire de l’ouvrage53. En outre, les vestiges d’une maçonnerie correspondant probablement à l’une des tours de la porte Bannier auraient déjà été observés en 1986, lors d’une surveillance de travaux54 (fig. 16). Son parement en grand appareil, conservé sur une hauteur de trois assises, présentait un tracé non rectiligne accréditant un plan courbe55.

Fig. 15 Plan de détail des vestiges de la porte Bannier, avec localisation des relevés.

Fig. 15 Plan de détail des vestiges de la porte Bannier, avec localisation des relevés.

É. Roux-Capron, 2016

  • 56 Joyeux et Guillemard 2013, p. 20.
  • 57 Salamagne 2002, p. 86. Par exemple, Tours au xive siècle dans Toulier 1974, p. 351 ; portes du xii (...)
  • 58 AD Loiret, CC5 37 fol. 9v.
  • 59 Michaud-Fréjaville 2006.

16Cette porte comportait deux tours qui étaient vraisemblablement de plan circulaire ou de plan en U (fig. 17), si l’on suppose qu’elles étaient semblables à celles de la porte Renard, ouvrage analogue de l’enceinte du bourg Dunois mise au jour lors de fouilles de la place De Gaulle56 (fig. 9). Ce type de porte, en forme de châtelet à deux tours de plan courbe, est par ailleurs assez courant dans les enceintes urbaines des xiiie-xive siècles57. Lorsqu’elle apparaît dans les comptes de la forteresse en 139158, elle fait l’objet de travaux, probablement d’entretien, sur le point de s’achever puisque le texte mentionne la pose du plombage des toitures et des armes du duc. Ces travaux ont été interprétés comme la conséquence de l’abattage des portes de la ville survenu en 1383, lorsque les officiers du roi Charles VI matèrent les Orléanais qui s’étaient opposés à la levée des aides59. L’étendue de ces destructions n’est pas précisément détaillée, mais si l’on en juge par la politique de répression menée dans le reste du royaume, les dégâts pouvaient être lourds.

Fig. 16 Fragment de maçonnerie observé en 1986 pouvant correspondre à une des tours de la porte Bannier.

Fig. 16 Fragment de maçonnerie observé en 1986 pouvant correspondre à une des tours de la porte Bannier.

Cl. D. Petit, DRAH Centre, 1986

  • 60 AD Loiret CC 537 fol. 14-15.
  • 61 Des couvertures en ardoise sont attestées à la porte Renard en 1419 : 17 février 1419 : « pour cou (...)
  • 62 Leduc 1967, p. 64, 123.
  • 63 AD Loiret, CC 537 fol. 9v et fol. 15v ; Michaud-Fréjaville 1982.
  • 64 Michaud-Fréjaville 1987, p. 11.
  • 65 Ibid.
  • 66 La herse de la porte Bannier est notamment évoquée en 1411 en même temps que celle de la porte Ren (...)
  • 67 Mesqui 1981a, p. 207.

17Lorsqu’on les mentionne à la fin du xive siècle60, les deux tours de la porte Bannier étaient couvertes d’ardoises d’Anjou, matériau, semble-t-il, le plus couramment employé à cette époque sur les ouvrages de l’enceinte61, bien que la tuile plate soit quelquefois mentionnée62. Ces deux tours étaient surmontées chacune d’une lucarne, recevant sur leur faîtage, un pommeau de plomb où était accroché le panonceau de fer peint aux armes du duc d’Orléans63. Une troisième lucarne surmontait le comble du passage d’entrée64. Ce passage n’est cependant mentionné qu’à partir du début du xve siècle dans les comptes. Il est pavé durant l’hiver 1405-1406. Il était clos de vantaux en bois pivotant sur des gonds, dont l’entretien est maintes fois évoqué dans les comptes65. Il était en outre défendu par une herse métallique, mentionnée dès le début du xve siècle et dont les éléments et le mécanisme font eux aussi l’objet de remplacements réguliers66. Aucune information ne permet de préciser si ce schéma défensif à couple herse-vantaux, fréquent dans les fortifications du royaume depuis le xiiie siècle67, était éventuellement complété par d’autres éléments d’arrêt situés dans le couloir (archères, assommoirs).

Fig. 17 Restitution 3D du premier état supposé de la porte Bannier, avant ajout du pont-levis.

Fig. 17 Restitution 3D du premier état supposé de la porte Bannier, avant ajout du pont-levis.

L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015

3.3. Le(s) fossé(s) et le système de franchissement

Fig. 18 Relevés de l’avant-corps et du système de franchissement du fossé de la porte Bannier, avec phasage du comblement.

Fig. 18 Relevés de l’avant-corps et du système de franchissement du fossé de la porte Bannier, avec phasage du comblement.

C. Alix, É. Roux-Capron, 2015

18Le système de franchissement initial du fossé principal demeure incertain. La porte Bannier ne semble pas avoir été prévue initialement pour accueillir un pont-levis, il pourrait donc s’agir d’un pont dormant en bois, dont nous n’avons pu observer aucun vestige. Il reste donc impossible de connaître la nature des éléments de soutien de ce pont qui pouvaient être formés de culées d’appui (avancée de terre ou culée maçonnée ?), d’un ou plusieurs chevalets en bois, ou bien d’une ou plusieurs piles maçonnées.

19Le réexamen des vestiges issus de la fouille de 1986 (fig. 3) indique que le massif de maçonnerie quadrangulaire au sud du fossé, interprété alors comme le soubassement de la porte, correspond à un avant-corps plaqué contre les deux tours. Il était destiné à abriter le mécanisme d’un pont-levis, probablement consommateur d’espace et ne pouvant être logé dans le châtelet de la porte. Les données archéologiques ne permettent pas de le dater précisément.

Fig. 19 Vue générale de l’avant-corps, vers le sud-ouest.

Fig. 19 Vue générale de l’avant-corps, vers le sud-ouest.

Cl. É. Roux-Capron, 2014

  • 68 Elle serait d’environ 8,50 m en surface d’après les observations réalisées en 1985 dans la rue Roy (...)

20Cet avant-corps est actuellement visible sur 7,48 m de hauteur, 8,66 m de longueur (face nord) et 2,40 m de largeur (face orientale ; fig. 18 et 19). Sa longueur minimum a été restituée à 10 m, par symétrie avec le pont dormant, tandis que sa largeur reste plus difficile à préciser68. La paroi nord de l’avant-corps est animée par trois retraites successives, permettant un amincissement de son sommet. Le ressaut inférieur (large de 11 cm) pourrait correspondre à la limite entre l’élévation et la fondation. Les deux autres, distants de 2,54 m, forment des cordons de profil chanfreiné (hauts de 10 cm) servant également d’assises de réglage. Les murs du massif, épais d’environ 1 m, sont formés d’une fourrure de petits moellons et de cailloux liés au mortier de chaux et de sable de Loire, placée à l’arrière d’un moyen appareil de revêtement. Sur la face nord, cet appareil est également présent en fondation du massif. En revanche, sur son flanc est, il ne débute qu’à une hauteur de 1,12 m à partir du ressaut de fondation (fig. 20). En dessous, la maçonnerie est beaucoup plus irrégulière, avec des moellons et des pierres de taille de gabarits variables, quelques fragments de briquette, ainsi que des cailloux en silex. Cette construction plus hétérogène devait correspondre à la fondation aménagée dans le talus de l’escarpe du fossé.

Fig. 20 Appareil à la base du flanc est de l’avant-corps, vue vers le sud.

Fig. 20 Appareil à la base du flanc est de l’avant-corps, vue vers le sud.

Cl. C. Alix, 2014

21Les assises réglées du parement de l’avant-corps, d’une hauteur comprise entre 13 et 32 cm, présentent des blocs en calcaire de Beauce dressés au marteau taillant (fig. 21). La mise en œuvre de cette construction d’aspect relativement soigné n’est pas pour autant exempte de procédés courants permettant une certaine économie de matériaux. Au sein du parement, quelques pierres de taille se distinguent par une nature différente : calcaire oolithique du Nivernais (quatre blocs) ou calcaire d’Apremont-sur-Allier (deux blocs). D’un approvisionnement plus éloigné, ces types de pierre acheminés par la Loire sont généralement destinés à la réalisation d’éléments moulurés ou sculptés ; elles correspondent ici à des remplois. D’autres pierres, en calcaire de Beauce, présentent des traces évidentes de réutilisation (entailles, trous de scellements, moulures). Au final, le remploi représente moins de 2 % du nombre de pierres de taille mises en œuvre sur la face nord de l’avant-corps (fig. 18).

Fig. 21 Détail des traces de marteau taillant sur l’une des retraites de l’avant-corps.

Fig. 21 Détail des traces de marteau taillant sur l’une des retraites de l’avant-corps.

Cl. C. Alix, 2014

  • 69 Joyeux et Guillemard 2012, p. 332-33, vol. 3 ; AD Loiret, CC 564, fol. 60v.

22Deux consoles distantes de 3,06 m sont encore visibles sur la face nord de l’avant-corps. Elles s’appuient sur des dosserets naissant à la base du cordon supérieur (fig. 22). Formées d’au moins deux ressauts en quart-de-rond, saillants respectivement de 20 et de 30 cm, ces consoles marquent l’emplacement des tabliers des ponts. L’usage de consoles ou de corbeaux comme éléments de soutien des ponts-levis (support de l’axe du tablier ?) est attesté dans les comptes sur d’autres ouvrages orléanais au xve siècle, par exemple à la porte Renard (en 1403) ou à la descente de la Motte Saint-Antoine (en 1479-1480)69. À la porte Bannier, les deux consoles possèdent des largeurs différentes : 1,05 m pour celle de l’ouest contre 0,31 m pour celle de l’est (fig. 18). Ces dispositions permettent d’envisager l’existence d’un large tablier (3,68 m), pour un passage charretier, jouxté à l’ouest par un tablier plus étroit (0,74 m), destiné à un passage piéton.

Fig. 22 Console ouest de l’avant-corps, vue vers le sud-ouest.

Fig. 22 Console ouest de l’avant-corps, vue vers le sud-ouest.

Cl. C. Alix, 2014

23Ces tabliers d’une portée proche de 5 m retombaient sur une pile maçonnée rectangulaire (4,45 m x 1,26 m à la base), installée au fond du fossé (fig. 18 et 23). Les mises en œuvre des parements de l’avant-corps et de cette pile sont parfaitement identiques, ce qui plaide en faveur de leur contemporanéité. Les faces nord et sud de la pile, situées dans l’axe de la porte, présentent deux retraites (de 10 cm de large sur 7 cm de haut), qui constituent les pendants de celles visibles aux mêmes niveaux sur l’avant-corps. Elles permettent un amincissement de la pile, qui ne mesure plus que 0,95 m dans sa partie sommitale. Il convient de remarquer que les pierres utilisées pour ces assises chanfreinées, taillées à l’aide d’une bretture, sont ici en calcaire oolithique. À l’exception des quelques remplois de l’avant-corps, elles constituent donc les seules attestations de l’utilisation de ce type de matériau et de cet outil, se distinguant ainsi du reste de l’ouvrage.

Fig. 23 Vue de la pile et de l’avant-corps vers l’ouest.

Fig. 23 Vue de la pile et de l’avant-corps vers l’ouest.

Cl. É. Roux-Capron, 2014

  • 70 Au rang inférieur, ces trous sont espacés d’1,60 m et d’1,69 m. Leurs ouvertures mesurent respecti (...)

24La portée importante de ces ponts laisse penser qu’ils n’étaient peut-être pas actionnés quotidiennement en temps de paix. La dissociation des accès permettait de manœuvrer occasionnellement le pont charretier, d’autant qu’une part importante de la circulation s’effectuait par le passage piétonnier (piétons, cavaliers isolés). Des trous d’encastrement quadrangulaires sont visibles sur les parements de la pile (face sud) et de l’avant-corps (fig. 19) : ont-ils pu accueillir un système de renfort et de soutien des tabliers (liens), éventuellement démontable ? Sur la face méridionale de la pile, il s’agit de deux rangs de trois trous rectangulaires (une vingtaine de centimètres de côté), alignés un peu près verticalement70 (fig. 2). Leurs fourreaux, profonds de 53 cm en moyenne, sont rectilignes et ne présentent pas de profils intérieurs inclinés. En outre, la distance entre les deux lignes d’encastrement est d’1,40 m ce qui correspond à une hauteur de travail habituel pour des boulins supportant des platelages d’échafaudage. De l’autre côté, sur la face nord de l’avant-corps, un rang de trois autres trous quadrangulaires est aménagé au-dessus du cordon chanfreiné supérieur. Là encore, leurs ouvertures et leurs fourreaux sont rectilignes et ont dû servir à l’ancrage des boulins d’un échafaudage encastré, plutôt qu’au calage de pièces de bois soutenant les tabliers des ponts.

  • 71 Michaud-Fréjaville 1987, p. 11.
  • 72 En 1409, AD Loiret CC 542, fol. 15v ; en 1411, CC 543, fol. 3 et 46 ; en 1412, CC 543, fol. 2 et 2 (...)

25Dans sa moitié nord, le deuxième franchissement du fossé s’effectuait par un pont dormant en bois, reposant lui aussi sur la pile rectangulaire et sur une culée de la contrescarpe (fig. 24). En 1400-1401 des chaînes servaient de garde-corps aux abords du fossé et au pont de bois en avant de la porte71. Il est probable que le fossé ait été élargi à cette période, sans qu’il soit possible de l’attester, vu les dimensions finales de l’ouvrage à la fin du xve siècle, qui semblent avoir effacé toutes les traces antérieures. Il est en tous cas régulièrement curé si l’on en croit les nombreux libellés dans les comptes72.

Fig. 24 Restitution de l’état supposé de la porte Bannier après ajout du pont-levis.

Fig. 24 Restitution de l’état supposé de la porte Bannier après ajout du pont-levis.

L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015

  • 73 AD Loiret, CC 537 fol. 12v.
  • 74 Mesqui 1981b, p. 25.

26La mention la plus ancienne d’un pont-levis à la porte Bannier remonte aux années 1391-139373, date des premiers comptes conservés. Il est fort probable que l’installation d’un pont-levis soit antérieure de plusieurs années à cette mention. Cette ligne de compte très succincte ne permet pas de préciser s’il est fait référence au pont-levis abrité par l’avant-corps, ou à un ouvrage antérieur qui pouvait être un pont-levis indépendant à flèches. Ce dernier aurait alors été placé en avancée, au-devant de l’entrée primitive de la porte, et n’aurait pas laissé de traces. Ce type de pont-levis indépendant a par exemple été ajouté au-devant du château de Janville (Eure-et-Loir) vers 1406-1407, dont la porte n’avait pas été conçue pour recevoir des flèches74.

  • 75 À Tours, le terme de « berge » [pour verge ?] désigne les flèches des pont-levis du pont de la vil (...)

27La présence du blocage de maçonnerie observé à l’arrière du parement de l’avant-corps de la porte Bannier indique que celui-ci était plein, ce qui excluait de fait l’usage d’un pont-levis à bascule dont le logement du mécanisme de contrepoids aurait dû s’effectuer dans une fosse. Les termes employés pour décrire l’entretien de ses pièces durant la seconde moitié du xve siècle attestent qu’il s’agit d’un pont-levis à flèches, les « verges » désignant les bras75. Cet avant-corps pouvait abriter aussi bien les flèches que l’axe du balancier du pont-levis. Le tablier du pont-levis, une fois relevé, venait se loger contre l’avant-corps, probablement dans une feuillure aménagée au nu de son parement, entraînant ainsi l’obturation du passage d’entrée.

  • 76 Mesqui 1991, p. 340 ; Salamagne 2002, p. 87.
  • 77 Mesqui 1991, p. 341, fig. 425.
  • 78 Laffont 2011, p. 186, 206, 384, 394.

28L’ajout de pont-levis à flèches, permettant de clore plus rapidement le passage d’entrée, est une évolution assez fréquente sur les portes d’enceinte à partir du dernier quart du xive siècle. Elle se fait généralement, comme ici, par l’ajout d’un avant-corps en saillie de l’ouvrage primitif76. Pour exemple, des avant-corps rectangulaires ont été plaqués contre des portes à deux tours du xiiie siècle aux enceintes urbaines de Provins, de Dinan ou au château de Largoët-en-Elven77. Pour le xve siècle, il est représenté dans l’Armorial de Revel un grand nombre de châteaux et d’enceintes urbaines pour lesquels les ponts-levis sont abrités dans des avant-corps quadrangulaires plaqués contre les portes, parfois confondus avec des barbacanes78.

  • 79 Joyeux et Guillemard 2013, p. 21-22, 24.
  • 80 Joyeux et Guillemard 2012, p. 618, 670-683.

29À Orléans, la porte Renard a subi un remaniement que l’on peut comparer à celui de la porte Bannier. Cette porte à deux tours courbes était initialement précédée d’une avancée en terre ménagée contre l’escarpe lors du creusement du fossé, servant probablement d’appui à un élément de franchissement inconnu (pont dormant ou pont-levis indépendant ?). Ce terre-plein au-devant de la porte aurait été remplacé par un avant-corps maçonné, dont les vestiges ténus ne permettent pas de description et qui aurait été reconstruit par la suite79 (fig. 9). Dans son dernier état, cet avant-corps de la porte Renard forme un ouvrage de 8,30 m de large pour 4,96 m de profondeur, constitué de trois murs venant s’appuyer sur la semelle de fondation et contre le parement du glacis des tours de l’entrée. Son parement en moyen appareil de calcaire de Beauce était animé par deux retraites chanfreinées distantes de 3,40 m. Le pont-levis de cet avant-corps reposait sur une culée maçonnée de l’autre côté du fossé, qui fit elle-même l’objet de travaux de renforcement80.

  • 81 À la porte Renard, l’étude conjointe de la stratigraphie et des sources écrites ne permet pas de m (...)

30Ainsi, la construction de l’avant-corps de la porte Bannier, qui est postérieure à l’édification de la porte à deux tours, se situe entre le milieu du xive siècle et le début du xve siècle. Les exemples connus ailleurs en France montrent une continuité de ce procédé depuis la seconde moitié du xive siècle, jusqu’à la fin du xve siècle. L’exemplaire de la porte Renard est supposé du xve siècle81. Pour la porte Bannier, la construction de l’avant-corps s’accompagne de celle de la pile du fossé, qui fut remaniée par la suite pour la construction du pont dormant en pierre (cf. infra). Ces remaniements ultérieurs étant attestés dans les sources textuelles au moins dès les années 1435, ces dates constitueraient un terminus ante quem pour l’édification de l’avant-corps.

  • 82 La surface occupée par l’avant-corps de la porte Renard était de 41 m2, tandis que celle de l’avan (...)

31La comparaison entre les ouvrages de franchissement (avant-corps/pile ou culée) construits au-devant des tours des portes Bannier et Renard, liés dans les deux cas à une adaptation pour l’accueil d’un pont-levis à flèches, met en avant de nombreuses similitudes. Certes, les dimensions des ouvrages diffèrent quelque peu, puisqu’elles sont plus importantes à la porte Bannier82. Cette différence pourrait s’expliquer par la volonté d’accroître le caractère monumental de cette porte, qui constituait l’entrée principale de la ville, située sur le tracé de la route provenant de Paris. Ici, les proportions importantes des ouvrages de franchissement pourraient également avoir eu un rôle ostentatoire en lien avec le statut de la porte. Ces choix expliqueraient également la différence d’ouvrage de réception du tablier du pont-levis reposant sur une culée à la porte Renard et sur une pile, prolongée par un pont dormant, à la porte Bannier. En revanche, il convient de souligner une réelle concordance entre les ouvrages des deux portes, tant sur le plan du projet architectural (adaptation d’un pont-levis à flèches logé dans un avant-corps avec remplissage interne) que sur celui des modes et techniques de construction : utilisation de parements en moyen appareil de calcaire de Beauce et de quelques blocs de calcaire du Nivernais, retraites chanfreinées de certaines élévations. On remarque que les parements de l’avant de la porte Bannier, avec hauteurs d’assises réglées, sont plus soignés que ceux de la porte Renard. Néanmoins, il paraît possible que ces travaux de transformation des accès fassent partie d’une même campagne de construction et soient donc contemporains. Il s’agirait alors d’un même et vaste programme architectural visant à la « modernisation » des portes de l’enceinte au xive siècle, et on peut s’interroger sur la réalisation éventuelle de travaux touchant d’autres ouvrages. Il convient également de se demander si cette grande campagne de travaux est synchrone de celle de la construction des boulevards, ou si elle est antérieure (seconde moitié du xive siècle).

3.4. Les défenses avancées

  • 83 Il est question en 1420 d’une « rente pour une place aux faubourgs de la porte Bernier d’Orléans e (...)
  • 84 Dubant 2007, p. 301. À Tours, le fossé était doublé par un second fossé, plus étroit ; ils étaient (...)
  • 85 Bontrond 2015, p. 85, 89.
  • 86 Van Ossel 1998, 147-148 ; Faucherre 1998, p. 195-198.
  • 87 Joyeux et Guillemard 2013, p. 20.
  • 88 Documents inédits sur les observations lors de la construction du parking rue du Cloître-Saint-Pau (...)
  • 89 Faucherre et Bethe 2013, p. 126-130.

32Des mentions textuelles attestent l’existence de plusieurs fossés en avant de la courtine, près de la porte Bannier83. Ce dispositif est récurrent au xive siècle dans de nombreuses villes et constitue la défense la plus efficace face aux assaillants. On peut citer les exemples de Tours84, de Reims85, d’Amiens, de Lille, de Calais, de Provins, de Saint-Denis ou du Carrousel du Louvre à Paris86. Toutefois, il n’a pas été possible de voir sur le terrain si le fossé au-devant de la porte Bannier était initialement doublé par un ou plusieurs fossés, plus étroits comme cela a été observé au-devant de la porte Renard87 et au-devant de la courtine devant l’église Saint-Paul88. Sur ce dernier site, des observations réalisées en 1974 ont mis en évidence l’existence de deux fossés en avant de la courtine sur environ 27 m de largeur : un grand fossé d’environ 20,20 m de large, doublé côté campagne par un avant-fossé moins profond, d’un peu plus de 6,70 m de large. Ils étaient séparés par une banquette de terre, qui pourrait correspondre à un dos d’âne destiné à réguler les eaux et à dédoubler l’obstacle comme cela est fréquent sur les enceintes urbaines du xive siècle89.

  • 90 En 1383 « paiement d’une petite bauche en pavé faite sous la barrière de la Porte Bernier », AD Lo (...)
  • 91 « Deux soliveaux placés au travers du passage, reliés entre eux par des liens de fer verticaux » ; (...)
  • 92 Sur les origines, les questions de terminologies et de typologies des ouvrages avancés des portes  (...)
  • 93 À titre de comparaison, la fouille récente de la porte de Mars de l’enceinte urbaine de Reims a mo (...)
  • 94 AD Loiret, CC 537 fol. 16v.
  • 95 Michaud-Fréjaville 1987, p. 11.

33Une « barrière » située en avant de la porte Bannier est mentionnée dès 138390. D’autres ouvrages de même nature protégeaient également les autres portes de l’enceinte orléanaise. D’après les termes évoqués, il pouvait s’agir d’un espace clos par une palissade renforcée de planches, éventuellement fossoyée, et dotée d’une barrière amovible, glissant horizontalement. Cette dernière était constituée de deux traverses reliées par des pentures métalliques91. Cette fortification avancée de la porte, qui peut donc s’assimiler à une barbacane92, était ici en bois. Elle renforçait la défense contre les charges de cavalerie, et était associée à une maison de garde permettant de filtrer l’entrée dans la ville93. L’ouverture de la barrière était actionnée par le portier du « guischet de la barrière de la porte Bernier », ainsi mentionné en 1391-139394. Ce dernier s’abritait dans une loge qui fut carrelée et équipée d’une cheminée en 1415-141795. À ce jour, aucun vestige archéologique correspondant à ce dispositif n’a été fouillé à Orléans.

4. L’adaptation de la défense à l’artillerie, à partir de 1410

  • 96 Michaud-Fréjaville 1991, p. 25.

34L’accélération des travaux de renforcement de l’enceinte urbaine d’Orléans durant les années 1410 résulte du contexte de cette décennie marquée notamment par la défaite d’Azincourt (1415), la fuite du dauphin Charles à Montargis après la prise de Paris par les Bourguignons (1418), ou la prise de Rouen par les Anglais (1419). Ces améliorations conduites sur l’enceinte découlent aussi de l’évolution des conditions de la guerre. Il s’agit désormais de repenser l’ensemble afin qu’il puisse résister à un siège d’artillerie à feu. Parallèlement à ces travaux, la ville d’Orléans décide d’accroître son parc d’artillerie, comme l’atteste l’achat des premières bombardes à Paris, dont les premiers essais eurent lieu en 1410. Entre 1410 à 1429, la ville fait l’acquisition de 35 ou 37 canons réalisés par le fondeur orléanais Naudin Bouchard96.

4.1. La porte Bannier et le franchissement du fossé

Fig. 25 Restitution de l’état supposé de la porte Bannier après son adaptation à l’artillerie dans les années 1420.

Fig. 25 Restitution de l’état supposé de la porte Bannier après son adaptation à l’artillerie dans les années 1420.

L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015

  • 97 Salamagne 2002, p. 88.
  • 98 AD Loiret, CC 546, fol. 13v, 16 et 17.
  • 99 AD Loiret, CC 546, fol. 45, fol. 50.
  • 100 AD Loiret, CC 546, fol. 42 et 42v.

35La porte est adaptée à l’artillerie au cours de la décennie 1410 (fig. 25). Comme en de nombreuses villes du royaume, les premières mentions d’embrasures adaptées à l’artillerie à feu datent du début du xve siècle, vers 1415 à Orléans97. Les anciennes archères de la courtine et des tours de la porte Bannier, formées probablement de fentes de tir droites, sont modifiées par des percements circulaires permettant le passage du tube des armes vers 1417-141998. Ceci se justifie par la présence de canons attestée pour la porte Bannier à partir de 141899. On mentionne également à cette date une « grosse bombarde »100.

Fig. 26 Archères réaménagées en canonnières à la Tour-Blanche à Orléans, vue vers l’ouest.

Fig. 26 Archères réaménagées en canonnières à la Tour-Blanche à Orléans, vue vers l’ouest.

Cl. C. Alix, 2013

  • 101 Buzonnière 1849, voir la pl. 62 dessinée par C. Pensée.
  • 102 Dans le compte de 1411-1413, il est mentionné des fenêtres neuves et 36 mantelets, plus de 63 mant (...)
  • 103 AD Loiret, CC 546, fol. 11v et 12.

36Les vestiges de cette adaptation, qui concerne plusieurs ouvrages de l’enceinte d’Orléans, ont été observés sur la tour Blanche, ouvrage de flanquement du Bas-Empire, reconstruit au Moyen Âge et dont les archères (du xiiie siècle) ont été repercées de bouches circulaires larges d’entre 26 et 30 cm de diamètre, destinées à des armes à feu de petits calibres (fig. 26). Une adaptation similaire de bouches repercées dans des fentes à étrier est visible sur une représentation ancienne de la tour dite de Michau Quanteau (fig. 27), qui était située sur l’enceinte du xive siècle entre les portes Bannier et Renard101. Le renforcement de la défense s’effectue aussi par le percement de canonnières quadrangulaires et par la pose de mantelets en bois autour des ouvertures et des crénelages102. À partir de 1417, d’autres travaux d’amélioration de la défense sont entrepris, comme le comblement « par le bas » de la tour sud de la porte Bannier, afin de favoriser le tir des arbalétriers103.

Fig. 27 Tour dite de Michau-Quanteau en 1844.

Fig. 27 Tour dite de Michau-Quanteau en 1844.

C. Pensée 1849 : pl. 62, 1844

  • 104 Au moins 955 journées de travail de terrassement ont été rémunérées entre 1411 et 1418 à des pionn (...)

37Ces aménagements s’accompagnent également de travaux d’élargissement et de curage des fossés, menés sur l’ensemble de l’enceinte dès 1411 et cela jusqu’au siège104. Il est difficile de savoir si l’aménagement du boulevard est antérieur, contemporain ou postérieur à l’élargissement du fossé. Celui-ci semble obtenir sa forme définitive telle qu’elle a été observée lors des fouilles de 1986 et 2013. Il présente un profil en V à fond plat (fig. 28). Sa largeur maximale à l’ouverture est de 21 m à l’est de la porte. Il précède directement la courtine, aucune lice n’ayant été observée. La contrescarpe n’est maçonnée qu’au droit de la porte, pour servir de culée au pont dormant.

Fig. 28 Avant-corps, pont dormant et fossé au-devant de la porte Bannier, lors de leur dégagement en 1987, vue vers le sud-ouest.

Fig. 28 Avant-corps, pont dormant et fossé au-devant de la porte Bannier, lors de leur dégagement en 1987, vue vers le sud-ouest.

Cl. D. Petit, DRAH Centre, 1987

  • 105 Michaud-Fréjaville 2005, p. 16.
  • 106 Ley 1989, p. 12, annexes.
  • 107 AD Loiret, CC549, fol. 26 et 27.

38Le renforcement des éléments défensifs de la porte Bannier est accompagné par l’aménagement d’un beffroi en bois destiné à accueillir les cloches qui permettaient de donner l’alerte en cas de danger105. Il reste difficile de préciser la forme exacte et l’emplacement de ce beffroi, mentionné dans les comptes à partir du second quart du xve siècle. Il était doté d’ouvertures fermant à clef et servait à abriter de la poudre106. Il s’agit d’un ouvrage de charpenterie qui devait être sinon transportable du moins facilement démontable107.

4.2. Le boulevard

  • 108 Salamagne 1986, p. 407.
  • 109 Un des premiers exemples serait attesté en 1407 à Barbençon en Belgique ; Ibid., p. 405-407.
  • 110 Contamine 1999.

39Les portes constituaient des points de faiblesse pour l’enceinte. Il s’est donc agi de les renforcer en remplaçant les anciennes barrières par d’autres ouvrages avancés au-delà du fossé, désignés dans les comptes d’Orléans sous le terme de « boulevards ». Nous retenons ici la définition du boulevard d’artillerie donnée par A. Salamagne : « ouvrage doté d’un terre-plein intérieur situé à peu près à hauteur du sol naturel et conçu en fonction de l’artillerie à feu108 ». D’après l’origine germanique du terme, il semble qu’il soit souvent question d’un ouvrage construit en bois quand cet élément de défense apparaît au début du xve siècle109. C’est en tous cas ce qui transparaît dans les récits du siège d’Orléans, qui mentionnent à plusieurs reprises l’incendie volontaire de certains boulevards en 1429110.

4.2.1. Les sources écrites

  • 111 AD Loiret, CC546 fol. 34v.
  • 112 Salamagne 1986, p. 418.
  • 113 Salamagne 2001, p. 33, 85.

40La première dépense pour le boulevard de la porte Bannier est engagée le jeudi 10 février 1418 « pour que le capitaine et les procureurs furent visiter la matinée le boulouart de la porte Parisie et aux trois portes d’Orléans pour adviser comment on feroit des boulouarts et comment on tourneroit les barrières111 ». Depuis le 17 novembre 1417 en effet, les charpentiers s’affairaient à construire le boulevard de la porte Parisie au nord de la ville, le premier des quatre ouvrages réalisés en avant des portes de la ville. Cette entreprise, qui dura jusqu’en 1420, correspond pleinement au contexte historique du royaume, marqué par le développement des parcs d’artillerie, rendant nécessaire l’ajout d’ouvrages de protections avancés. Ceux-ci empêchent les tirs directs sur les points faibles des enceintes, les portes, en formant un véritable bouclier sur 3 à 4 m d’élévation112. L’édification des premiers boulevards d’artillerie des villes de Lille, Douai ou Boulogne s’effectue quasiment à la même époque qu’Orléans, à partir de 1414-1415113.

41L’ordre de grandeur des dépenses propres au boulevard Bannier est de 183 livres parisis environ, somme qu’il faut prendre avec une certaine prudence, car des travaux sont parfois réglés par lots à certains artisans sans qu’il soit possible de ventiler à la dépense près le travail réalisé sur chaque élément de la fortification. C’est une vingtaine de lignes de compte qui sont ainsi équivoques sur un total de 84 dépenses destinées à ce boulevard. Sur ces 170 livres, 43 livres correspondent à des versements de salaire aux trois principaux corps de métiers intervenus à savoir les charpentiers, les « fèvres » et ferronniers et les « pionniers » (terrassiers). À titre marginal, sont intervenus sur cet ouvrage des paveurs et des maçons. L’achat des matériaux est le poste le plus important, notamment le bois et le fer utilisés en grande quantité sur les boulevards.

  • 114 AD Loiret, CC 547, fol. 56v.
  • 115 20 mars 1419, CC 546, fol. 65 : « (…) pour 3 journées qu’il [Robin de Saint-Mesmin] a esté en la f (...)
  • 116 Les chevilles de fer désignent ici de gros clous permettant ou renforçant l’assemblage des pièces (...)
  • 117 Boisseuil 1992, p. 83.

42Les œuvres de charpenterie sont presque toutes mentionnées avant les actions de terrassement dans le fossé du boulevard entre 1418 et 1420, à l’exception de « 6 grands seulles emplacés au boulevard de la porte Bernier » en 1422114. Le bois était utilisé sous forme de « chevrons, soliveaux, solles, sablières, ais, pieux et planches » et provenait des forêts ducales, actuelle forêt d’Orléans, au nord de la ville115. Il est malaisé de quantifier exactement les matériaux nécessaires à cet ouvrage, car les chiffres fournis regroupent sans distinction les boulevards des portes Bannier et Renard. L’armature de la construction consiste en 127 pieux dont la longueur n’est pas détaillée, mais qui supposent d’être hissés par un « engin » apparenté à une grue ou un treuil. Ces pieux sont assemblés par des chevilles et sont destinés à contenir les masses de terre constituant les escarpes. Le fer était utilisé sous forme de chevilles116 au nombre minimum de 471, pesant en tout 846,5 livres (soit 413 kg minimum, ou plus de 800 g par cheville) pour une somme de 30 livres 8 sols parisis. Les chevilles sont payées au poids à Guillaume Vachot et livrées régulièrement en petite quantité à la fois (neuf à quarante pièces par livraison). Elles concourraient à l’assemblage et la solidarisation de l’ouvrage en bois. On note aussi une ligne concernant l’achat de 1 200 clous gameaux pour le boulevard de la porte Bernier (en sept achats successifs de quatre sols). Le gameau ou gamel est un clou dont l’usage précis nous échappe. Dans la seconde moitié du xive siècle, ce terme est également employé de manière rare dans les comptes du pont de la ville de Tours117. On les connaît encore dans divers travaux de couverture dans les maisons de l’Hôtel-Dieu d’Orléans qui nécessitent un grand nombre de clous de différentes sortes. Dans le cas du boulevard de la porte Bannier, ils pourraient avoir été utilisés pour fixer les planches et les ais qui complètent la superstructure de pieux, eux-mêmes probablement assemblés par les grandes chevilles de fer.

  • 118 Exemples des boulevards des portes de Douai et de Rennes dans : Salamagne 1986, p. 416 ; Salamagne(...)

43La restitution d’un tel ouvrage, en l’absence de vestiges archéologiques conservés et d’exemples contemporains bien documentés, pose question. Si l’on se base sur les données fournies par les textes et les comparaisons d’ouvrages du nord de la France et de la Belgique118, il s’agit d’une levée de terre maintenue par une armature de pieux, ferrés et enchâssés les uns aux autres. La chronologie de la construction peut être restituée ainsi (fig. 29) :

Fig. 29a Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

Fig. 29a Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015

Fig. 29b Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

Fig. 29b Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015

Fig. 29c Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

Fig. 29c Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015

Fig. 29d Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

Fig. 29d Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015

Fig. 29e Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

Fig. 29e Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.

L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015

  • le creusement de la tranchée pour fixer les pieux qui orneront l’armature du boulevard en février 1418 ;
  • la livraison à partir de février 1418 des pieux provenant de la forêt d’Orléans (a) ;
  • l’assemblage tout au long de l’année 1418 des pieux de la superstructure à l’aide des grandes chevilles de fer, régulièrement fabriquées par Guillaume Vachot (b) ;
  • l’installation des canonnières (c) ;
  • la liaison avec les autres pièces de charpente payées à Jean Hate au cours de l’année 1420 avant le mois de mai (soliveaux, chevrons, sablières, planchers), et l’ajout de « fagots » ou clayonnage pour consolider l’ouvrage (d) ;
  • le terrassement en mai et juin 1420 du fossé du boulevard et le comblement des coffrages construits en bois par les terres issues du fossé (e).
  • 119 AD Loiret, CC 547 fol. 44.
  • 120 Faucherre 1998, p. 198.

44Après la construction des boulevards, il s’est agi de combler des espaces nommés « petits fossés » que l’on peut interpréter comme étant les anciens fossés de la première fortification du bourg Dunois d’Orléans (cf. supra), là où ils n’avaient pas déjà été comblés, c’est-à-dire devant les tours André et de la Barre Flambert et au niveau du fossé de la tour du Heaume, immédiatement à l’est de la porte Bannier. Ici, ce sont pas moins de 302 hommes qui ont été réunis en décembre 1420 « pour emplir le petit fossé qui est au droit de l’hôtel du Heaume du fiens qui estoit emprès par l’ordonnance desdits comptes et procureurs à deux sous par homme119 ». Le comblement d’avant-fossés a été observé pour plusieurs enceintes en France à partir du début du xve siècle120. Il s’agit en effet de s’adapter là aussi aux nouvelles techniques de guerre, l’artillerie à feu ayant considérablement augmenté les distances de tir. De plus, les avant-fossés peuvent servir à l’ennemi pour installer des batteries de canon à couvert. La succession de fossés en avant des courtines ou remparts de ville est donc progressivement abandonnée.

  • 121 AD Loiret, CC546 fol. 59.

45Ces boulevards implantés tout ou partie à l’emplacement des anciennes barrières ne les ont pas supplantées, mais les ont reportées au-delà de leur emplacement initial. En 1418, divers artisans charpentiers, ferronniers et paveurs sont rétribués pour le fait des barrières, notamment la « barrière neuve » de la porte Bernier « du côté devers les Cordeliers », c’est-à-dire vers l’est, probablement entre les actuelles rue d’Escures et la rue de la Bretonnerie121.

46Ces informations issues des sources comptables doivent être confrontées à la réalité du terrain.

4.2.2. Les données archéologiques

  • 122 Carron et Guillemard 2011, p. 77-79 ; Joyeux et Guillemard 2012, p. 648-669, vol. 2.
  • 123 Nombreux exemples dans : Salamagne 1993, p. 177-187 ; Mesqui 1991, p. 357.
  • 124 Baudry 2011, p. 185. Ce type de plan se distingue donc des ouvrages quadrangulaires (château de Ca (...)
  • 125 AD Loiret, CC 547, fol. 29v, fol. 30v et fol. 31.

47Le creusement très profond à profil en V, observé dans l’angle nord-ouest du chantier de fouille de 1986, correspond à la portion nord-est du fossé du boulevard de la porte Bannier (fig. 30 et fig. 3). Le fossé du boulevard se présentait comme une grande excavation curviligne, en forme de « fer à cheval », à l’image de celui de la Porte Renard122. Ce type de plan, issu du cercle, est très fréquent au xve siècle pour les ouvrages avancés des portes construits en terre et bois ou en maçonnerie123, qu’il s’agisse de plans semi-circulaires ou outrepassés (en U), comme le montre par exemple la porte Mordelaise de l’enceinte urbaine de Rennes124. La profondeur du fossé du boulevard de la porte Bannier est de presque 7 m, ce qui correspond bien aux dimensions de celui de la porte Renard, d’environ 6 ou 7 m, pour une largeur de 12,50 m à 13,50 m. Ce fossé a été terrassé durant l’année 1420, en mai et juin, sous la direction de deux hommes Jean le Bourbonnais et Alexandre le Pionnier, eux-mêmes à la tête d’une petite équipe125.

Fig. 30 Vue de l’angle nord-ouest du chantier du parking en 1987 lors des terrassements : le fossé du boulevard en noir est creusé dans l’encaissant calcaire blanc.

Fig. 30 Vue de l’angle nord-ouest du chantier du parking en 1987 lors des terrassements : le fossé du boulevard en noir est creusé dans l’encaissant calcaire blanc.

DAO D. Petit, DRAH Centre, 1987

  • 126 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 60-61 et fig. 16.

48L’extrémité sud-est de ce fossé ne rejoint pas le bord septentrional du fossé de ville. En effet, des vestiges des périodes antérieures – protohistoriques et antiques – sont conservés dans cet espace, démontrant l’absence de continuité de ce fossé sur environ 8 m de large126 (fig. 3). Faut-il voir à cet emplacement le passage d’entrée qui permettait d’accéder à la porte Bannier ?

  • 127 « (…) pont du boulouart de la porte Bannier pour arrester les crestes du pont leveis », AD Loiret, (...)
  • 128 AD Loiret, CC 560, fol. 126, 5 et CC 561, fol. 39, 2v.

49Cette hypothèse paraît séduisante de prime abord. Ainsi, dans un but de contrôle et de défense des accès, cette disposition canaliserait les personnes arrivant de la route de Paris (rue Bannier) et les obligerait à contourner l’ensemble de l’ouvrage. L’absence d’entrée directe dans l’axe de la porte contribue en effet à éviter les tirs d’enfilade en cas d’attaque. En revanche, la présence d’un passage d’entrée à l’est, rendu possible par l’interruption du fossé, ne permet pas de justifier l’usage d’un pont-levis pourtant mentionné à de nombreuses reprises dans les comptes comme associé au boulevard127 (cf. infra). L’association stricte d’un pont-levis et d’un pont dormant128 au boulevard ne semble pas pouvoir passer pour une erreur d’écriture ou une confusion des rédacteurs des libellés. La fréquence des mentions et la régularité des termes employés incitent plutôt à réfléchir sur plusieurs scénarios quant à l’accès à la porte après la construction du boulevard (fig. 31).

Fig. 31 Hypothèses pour l’implantation des accès au boulevard de la porte Bannier.

Fig. 31 Hypothèses pour l’implantation des accès au boulevard de la porte Bannier.

É. Roux-Capron, 2015

  • 129 Grimbert 2002, p. 129, fig. 5.

50Le premier d’entre eux permet d’envisager un passage à l’est grâce à l’interruption du fossé, doublé par un obstacle interne au boulevard sous la forme d’un fossé qui pourrait barrer l’accès aux ponts de la porte Bannier. Cette configuration est celle observée à Albi pour la porte du Vigan129. Un tel type d’aménagement n’a pas été appréhendé lors des fouilles de 1986. Cependant, les conditions de fouille très partielles et la conservation médiocre d’un aménagement peu profond, ne permettent pas d’exclure cette configuration.

51La deuxième hypothèse repose aussi sur la vision partielle des vestiges en 1986. Dans la partie centrale de la fouille, au nord du fossé principal de l’enceinte n’est répertoriée aucune structure archéologique. L’examen des relevés et des photographies d’ensemble suggère que cette partie n’a fait l’objet d’aucune investigation. Il n’est donc pas impossible qu’un aménagement spécifique lié au franchissement d’un fossé par un pont-levis puisse être envisagé dans ce secteur. Les sondages de 2013, directement au nord de celui-ci, ont démontré que la stratigraphie avait été fortement détruite par l’aménagement d’un égout au xixe siècle. Ce secteur n’a donc pas permis d’observation correcte des vestiges éventuellement conservés.

  • 130 Joyeux et Guillemard 2013, p. 23.
  • 131 Salamagne 1986, p. 418 ; Salamagne 2001, p. 33 et 85.
  • 132 Grimbert 2002, p. 147.

52Enfin, une troisième hypothèse impose de revenir sur les observations effectuées place De Gaulle, qui ont révélé le même dispositif et qui ont à l’origine servi de base de réflexion pour le rapport d’opération de 2013 portant sur la porte Bannier. En effet, un passage de 8 m de large a été identifié au nord-est du boulevard de la porte Renard, entre l’extrémité est du fossé de ce dernier et le fossé principal de l’enceinte130 (fig. 3). Au sud, aucune donnée archéologique ne permet de connaître la configuration du fossé du boulevard, l’ensemble étant hors emprise de fouille, comme pour la place du Martroi. Selon les auteurs, c’est la logique de défense qui leur permet de restituer une connexion entre les deux fossés au sud, mais aucune observation archéologique ne permet d’appuyer cette hypothèse. Le même cas de figure se présente pour le boulevard de la porte Bannier. Il n’est peut-être pas exclu que le fossé du boulevard ne rejoigne pas celui de l’enceinte. Les parties non excavées pouvaient très bien être protégées par la levée de terre armée de charpente. La partie en élévation du boulevard est avant tout destinée à protéger la porte des tirs d’artillerie131. Sa position avancée en fait par la suite un élément de défense active très efficace pour protéger à la fois la porte et les courtines latérales en assurant des actions de flanquement. Un fossé jointif avec le fossé d’enceinte n’est donc peut-être pas nécessaire ou systématique. Il ne faut pas non plus négliger le fait que la défense se fait aussi bien en avant de ce secteur, grâce aux barrières et dispositifs aménagés sur plusieurs dizaines de mètres vers le nord132. Dans ce cas de figure, la partie non excavée, bloquée par la levée de terre ne pourrait pas servir d’entrée. Il est donc possible d’envisager un franchissement sur le fossé du boulevard à l’est ou à l’ouest.

53L’espace délimité par ce fossé n’a pas été observé lors des opérations de fouille, car il se situe en bordure ou hors de l’emprise des projets d’aménagements. Néanmoins, les comptes de la forteresse ont permis d’appréhender la forme de cet ouvrage avancé et de quantifier l’investissement en matériaux et en main d’œuvre.

  • 133 Carron et Guillemard 2011, p. 77.
  • 134 Salamagne 1986, p. 418-420.

54Afin de bien résister aux tirs d’artillerie, la base de la palissade pouvait être renforcée par de la terre, du mortier de chaux ainsi que des fagots de bois, comme à la porte Renard133. Cependant, les principaux atouts de ce type d’ouvrage étaient ses propriétés plastiques, liées à sa constitution en terre et à son épaisseur bien supérieure à celle des murailles en pierre des courtines et tours134. Cette caractéristique permettait d’amortir les chocs et de résister aux plus grosses pièces d’artillerie. La terre utilisée comme principal matériau aurait pu être utilisée seule, mais l’architecture formée par des pieux de bois et protégée par des fagots permettait de maintenir sur le long terme cette élévation, sensible aux intempéries et à l’érosion, sur des hauteurs d’élévation dépassant les 3 à 4 m.

  • 135 Pflug 2010.
  • 136 Salamagne 1986, p. 421.
  • 137 Loppe 2010, p. 118.
  • 138 Faucherre 1998, p. 187.
  • 139 En 1420, AD Loiret, CC 547, fol. 8v ; en 1426, CC 549, fol. 24.

55Dans son architecture, la forme de ce type d’aménagement pourrait faire penser aux remparts de la fin de l’âge du fer135. Ce type de fortification est connu dès le premier âge du fer en Europe continentale et occidentale, systématisé durant les deux derniers siècles avant notre ère et est encore utilisé pendant le haut Moyen Âge, notamment dans l’espace scandinave136. On note pour le milieu du xive siècle, à Castelnaudary, une construction similaire dénommée barbacane dans les comptes consulaires137. Il s’agit d’un assemblage de poteaux, poutres et soliveaux reliés entre eux par des chevilles de fer. Ce type de fortification en terre et bois a largement montré son efficacité au cours des siècles au point d’être régulièrement réutilisé au cours du temps depuis la protohistoire. Avant que l’artillerie à feu ne rende son usage quasi impératif, le recours à la terre comme obstacle était fréquent dans le paysage urbain du xive siècle138. Son développement sous la dénomination de « boulevard » ou de « barbacane » est fortement lié au contexte politique du début du xve siècle et à l’évolution de l’armement militaire de cette même période. Son efficacité, face aux bombardes et canons du xve siècle, explique son développement, voir sa systématisation comme on peut l’observer à Orléans pour les années précédant le siège de 1429. Avant tout ouvrages de défense passive, les boulevards sont très vite adaptés à l’artillerie afin d’y installer leurs contrebatteries. Les remparts ainsi constitués étaient équipés, notamment à la porte Bannier, de canonnières, vraisemblablement quadrangulaires, dont le linteau de l’embrasure reposait sur des poteaux de bois139.

  • 140 Contamine 1999, p. 343.

56L’efficacité du boulevard est largement démontrée, car les Anglais sont maintenus à distance des portes pendant toute la durée du siège140. Ceci explique aussi la longévité de cet élément défensif qui ne subira pas de transformations majeures avant une trentaine d’années et sa reconstruction maçonnée.

4.3. Le siège d’Orléans (1428-1429) 

57Les efforts de fortification de la ville étaient opportuns. La progression du comte de Salisbury et de ses troupes fut décisive entre les mois de juillet et septembre 1428. Ils s’emparèrent en effet du Puiset, de Janville, de Meung, de Beaugency et prirent position devant la ville d’Orléans le 8 septembre 1428, pour un siège qui devait durer huit mois jusqu’à la libération d’Orléans par Jean de Dunois et Jeanne d’Arc.

  • 141 Charpentier et Cuissard 1896, p. 14-15.

58Afin de ne pas offrir de poste trop avancé aux troupes ennemies, il fut décidé préventivement en novembre 1428 de détruire ou de rendre inaccessibles les églises des faubourgs. Les orléanais « brulerent et demolirent tous les forsbourgs d’entour leur cité, qui estoit tres belle et riche chose a veoir avant qu’ilz fussent abattuz ; car il y avoit de moult grans édifices et riches, et tellement que on tenoit que c’estoient les plus beaulx forsbourgs de ce royaume. Mais ce nonobstant les abatirent et bruslèrent les Franchois de la garnison, et ce par le vouloir et aide des citoyens d’Orléans, afin que les Anglois ne s’y peussent loger, parce qu’ilz eussent esté fort préjudiciables à la cité141». Il faut vraisemblablement s’imaginer un paysage totalement perturbé avec des bâtiments abandonnés ou en ruine, et une quantité de gravats sans doute disposés de sorte à empêcher toute approche depuis la campagne environnante.

  • 142 Ibid., p. 26.
  • 143 Ibid., p. 30.

59Outre ces destructions préventives, il y eu des zones d’affrontements. Elles se concentrèrent surtout au niveau du fort des Tourelles, sur la rive sud de la Loire, et de la porte Renard, au sud-ouest de la porte Bannier. Toutefois, on signale lors du quatrième assaut des anglo-bourguignons en janvier 1429 que le boulevard de la porte Bannier avait été visé par un tir d’artillerie le 17 janvier 1429142. Des combats directs eurent lieu devant le boulevard le 26 janvier entre des soldats français sortis des murs de la ville et les Anglais. L’artillerie française, installée sur le boulevard de la porte Bannier, riposta avec « moult espessement de canons, bombardes, couleuvrines et autre trait » et tua vingt anglais ainsi qu’un français143.

  • 144 Ibid., p. 55.

60Le 3 mars 1429, des combats eurent lieu dans les fossés de la porte Bannier où les Anglais, parvenant à reprendre du terrain sur les Français, s’étaient réfugiés. Les Anglais durent battre en retraite, mais firent plusieurs prisonniers144. Le Journal du Siège ne fait peut-être pas état de tous les assauts en direction de la porte Bannier. Il semble toutefois que son système de protection fut suffisamment dissuasif pour que les Anglais ne s’éparpillent pas en petites escarmouches sur chaque défense avancée.

5. Après le siège de 1429

61Un rapide examen des comptes de forteresse entre les années 1430 et 1480, consolidé par des investigations plus ciblées sur des registres précis et des sondages ponctuels en divers points du sous-sol de la place du Martroi, donnent une idée de l’entretien constant dont la fortification a fait l’objet et des principaux travaux d’amélioration qui ont été réalisés. La forteresse devait conserver sa solidité pour parer à toute nouvelle approche du camp ennemi. En effet, même si la paix d’Arras conclue en 1435 pacifiait le territoire entre le duché d’Orléans et le duché de Bourgogne, la tentation que Charles le Téméraire avait de construire un royaume bourguignon indépendant à l’est et le maintien dans le camp adverse des villes de la Somme, puis la révolte du Bien Public, étaient autant d’arguments encourageant les habitants des villes royales à assurer leur défense.

5.1. Les années 1430-1465

62Les observations archéologiques témoignent de cette volonté. Elles ont montré notamment que le pont dormant de la porte a été reconstruit.

  • 145 Les photographies de 1986 montrent les tiges de ces tirants prises dans la maçonnerie sur la face (...)

63Le pont fixe à tablier de bois en avant du pont-levis de la porte Bannier est remplacé par un pont dormant en pierre. Ce dernier se présente sous la forme d’une arche, en berceau brisé, large de 4,62 m et d’une portée de 4,87 m. L’arche repose au nord sur une culée intégrée au mur de contrescarpe, reconstruit à cette occasion. De l’autre côté, elle est portée par un massif de maçonnerie plaqué contre la face septentrionale de la pile précédemment édifiée au centre du fossé (fig. 18 et 32). Cet épaississement de la pile, large de 57 cm, comporte une semelle de fondation qui déborde, au nord, d’une trentaine de centimètres. Il est constitué d’un petit appareil de moellons irréguliers de calcaire de Beauce liés et enduits au mortier de chaux. La pierre de taille est réservée seulement aux chaînages d’angle qui servent également de piédroits aux arcades du pont. Les modules employés (27 cm de hauteur en moyenne) se distinguent par des dimensions nettement plus importantes que celles du parement du premier état de la pile (19,6 cm de hauteur en moyenne). De chaque côté des retombées de l’arche, sur la culée et sur la pile, trois trous rectangulaires se font face. Ils permettaient le scellement de cintres liés à l’édification de la voûte, dont les négatifs des planches de couchis sont encore visibles sur l’enduit de l’intrados. Cet ouvrage a été renforcé, peut-être dès sa construction, par deux longs tirants métalliques qui traversent le tablier du pont de part et d’autre de la clef de l’arche145.

Fig. 32 Vue de la face est du pont dormant, vers le nord-ouest.

Fig. 32 Vue de la face est du pont dormant, vers le nord-ouest.

Cl. É. Roux-Capron, 2014

  • 146 La maçonnerie mentionnée lors de ces travaux (pierres et chaux) doit servir à construire un radier (...)
  • 147 AD Loiret, CC 551, fol. 13 et 13v.
  • 148 AD Loiret, CC 554, fol. 20.

64La mise en place d’un « chevalet » de bois sous le pont dormant, évoqué dans les comptes vers 1425-1429, s’applique probablement encore au tablier du pont dormant en bois146. La mention d’une voûte apparaît lors de travaux en mai 1435 : « la volte du pont de la porte Bernier du cousté devers la ville147 ». Néanmoins, il subsiste un doute sur la nature exacte de ce pont, car la majorité des paiements concernent l’achat et la mise en œuvre de pièces de bois par le charpentier Colin Thomas. S’agit-il de l’échafaudage et du cintre nécessaires à la voûte de l’arche  ou du pont lui-même ? Il est difficile de trancher, car il faudrait reprendre systématiquement les libellés postérieurs sur plusieurs années pour répondre à cette question. Des travaux ponctuels de maçonnerie sur ce pont dormant en mai 1443 semblent confirmer la présence d’une structure en pierre148. Ainsi, en l’absence actuelle de données plus précises, la construction du pont dormant en pierre tel qu’il est conservé aujourd’hui pourrait être datée sans plus de précisions aux alentours du milieu du xve siècle.

  • 149 AD Loiret, CC 550 fol. 38v.
  • 150 AD Loiret, CC 553 fol. 22.

65Par ailleurs, pendant toute la période d’instabilité politique, l’œuvre des fossés de la ville est placée sous la responsabilité des « pionniers » aidés d’habitants d’Orléans réquisitionnés pour l’occasion. La comptabilité signale ainsi en 1430 qu’un certain Julien a été employé près d’un mois dont « neuf jours à dresser le grand fossé entre les portes Renart et Bernier et miné et abattu les terres d’icellui jusques au fond dudit fossé pendant 11 jours » pour la somme de 24 sous149. En 1442, deux autres pionniers ont été rétribués quatre sous pour avoir visité « depuis la porte Bernier [sic] jusqu’à la porte Renart et ailleurs pour faire les fossés pour la venue des ennemis150 ».

  • 151 Ce phénomène de reconstruction des boulevards semble fréquent dans le royaume à partir des années (...)

66En outre, des faiblesses inhérentes au type de construction en terre et bois des boulevards du début du xve siècle – nombre réduit d’embrasures de tirs, augmentation des parcs d’artillerie, mauvaise conservation à long terme de la structure – conduisent à envisager une reconstruction de cet élément défensif au milieu du xve siècle. Les maîtres d’ouvrages choisirent donc de reconstruire l’ensemble en dur151 (fig. 33).

Fig. 33 Restitution de l’état supposé de la porte Bannier après la reconstruction du boulevard en 1448.

Fig. 33 Restitution de l’état supposé de la porte Bannier après la reconstruction du boulevard en 1448.

L. Josserand, Polytech’Orléans, 2014

  • 152 AD Loiret, CC 555 fol. 21 et 38v.
  • 153 AD Loiret, CC 555 fol. 48v et 49.
  • 154 AD Loiret, CC 556 fol. 62v et 63. Il s’agissait de réemployer méthodiquement le matériau disponibl (...)
  • 155 AD Loiret, CC 555 fol. 48v et CC 556 fol. 58v.
  • 156 AD Loiret, CC 555 fol. 63.

67Les travaux de réfection du boulevard de la porte Bannier concernent le curage de l’ancien dispositif en commençant par l’enlèvement des terres152 puis l’arrachage des anciens pieux de bois qui étaient pourris153. La reconstruction du boulevard a occupé deux maçons et deux manœuvres pendant 24 jours chacun qui ont « emmaçoné  le boulevard avec de la pierre qui estoit es fossés de la ville que deux manœuvres avait ramassées pendant 26 jours et 5 mines de chaux154 ». Le boulevard est équipé d’une loge permettant d’abriter des hommes. Le pont-levis du boulevard est alors refait « tout de neuf » ainsi que son beffroi155 et le fossé est également remis en état156.

  • 157 Voir AD Loiret CC 554 à 556.
  • 158 Il s’agit d’importants travaux où la part de maçonnerie s’élève à plus de 58 % de l’investissement (...)
  • 159 En comparaison, le mur de la courtine de la barbacane de la porte Guillaume est épais de 2,50 m cô (...)

68À l’instar du boulevard de la porte Bannier, les autres boulevards ruinés de la ville sont reconstruits en maçonnerie dans les années 1444-1449157. Le boulevard de la porte Renard d’Orléans, pour sa part, fait également l’objet d’une seconde reconstruction dans les années 1461-1462158. La fouille de la place De Gaulle montre que son mur de courtine reprend le tracé curviligne de l’ouvrage précédent, avec une épaisseur de 3 m pour au moins 40 m de longueur et des fondations assez profondes (plus de 4 m) empiétant sur l’emprise du fossé dans l’axe de la porte159.

5.2. Les années 1467-1481

  • 160 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 358-367, vol. 3.
  • 161 160 mentions, dont 147 concernent exclusivement la porte Bannier et son boulevard.

69Les lignes de comptes de cette période concernant la porte Bannier ont été systématiquement enregistrées160. Elles permettent d’avoir un aperçu global et chiffré des travaux et dépenses d’entretien pour les deux dernières décennies de fonctionnement de la porte161. Il s’agit d’entretenir les parties les plus utilisées, notamment les éléments mobiles, huisseries et systèmes de franchissement des fossés.

  • 162 AD Loiret, CC 560, fol. 98v (1467-1468) ; CC 560, fol.108v (1474).
  • 163 AD Loiret, CC 560, fol.79v ; CC 562, fol.103.

70La plupart des lignes concernent les travaux d’entretien sur la porte, avec des interventions concernant pour la grande majorité le pont-levis. Le tablier fait l’objet de changements réguliers de planches entre 1467 et 1476. On note aussi des interventions sur la « basculle162 » (bascule) et plusieurs concernent la trappe du pont-levis, notamment en 1465 et 1470163.

  • 164 AD Loiret, CC 560, fol. 98v; CC 561, fol. 57v ; CC 562, fol.117.
  • 165 AD Loiret, CC 560, fol. 95 ; CC 561, fol. 56.
  • 166 AD Loiret, CC 562, fol. 117.
  • 167 AD Loiret, CC 560, fol. 81v et fol. 97.
  • 168 AD Loiret, CC 560, fol. 62v 
  • 169 AD Loiret, CC 560, fol. 74v  ; CC 562, fol. 120 ; CC 564, fol. 70v.

71Le portail lui-même fait l’objet de plusieurs remplacements de pièces de ferronnerie (gonds, crampons, chevilles, etc.) à plusieurs années de distance164. L’entretien de serrures et la réfection de clés sont attestés à plusieurs reprises sans que l’on sache à quelle huisserie cela correspond165. Il faut noter, en 1475, que l’on paye « quatre onces d’uille d’olive à graisser pour les gons verterelles et serrures de la porte Bannier »166. Le mécanisme de levage de la herse fait l’objet de travaux de charpenterie et de ferronnerie durant l’année 1468167. On avait déjà payé le 2 juin 1467, plusieurs livres de cordes pour le levage de la herse168. Il s’agit aussi de refaire à quelques années de distance plusieurs garde-fous169.

  • 170 AD Loiret, CC 560, fol. 39v ; fol. 75 ; fol. 90v, fol. 126 et CC 561, fol. 39v, 46, 47v et 54 ; CC (...)
  • 171 AD Loiret, CC 561, fol. 58.
  • 172 AD Loiret, CC 560, fol. 88v et fol. 90v.

72Plusieurs mentions concernent le pont-levis et le pont dormant du boulevard170. Il s’agit d’interventions pour le changement de planches, d’ajout de pièces de ferronnerie, en particulier sur le pont-levis à flèches. En 1470, des renforts métalliques sont scellés sur le pont dormant de la porte « quatre grans chevilles de fer et deux esquaires garnyes de clous et crampons, pour arrester les pierres qui cheoient dedans les foussez171 ». D’autres lignes concernent des travaux de ferronnerie, notamment pour la pose de serrures à la loge des portiers et à la potence du boulevard172.

  • 173 AD Loiret, CC 560, fol. 64v et CC 561, fol. 37 ; fol. 37 ; fol. 64v ; fol. 32.

73Les autres mentions ne désignent aucun élément en particulier. Il s’agit pour l’essentiel de travaux de maçonnerie concernant des réparations ponctuelles. On note aussi plusieurs extraits concernant la réfection du pavage du boulevard dans les années 1467-1469173.

  • 174 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 62.
  • 175 La céramique des fossés de l’enceinte n’a pas fait l’objet d’un examen détaillé en 1986. L’ensembl (...)
  • 176 Les dépouillements de F. Ley étant incomplets pour la période 1449-1467 (Ley 1989), l’absence de l (...)

74Après la fin de la guerre de Cent Ans, le curage des fossés est moins assidu puisqu’à l’aplomb du pont dormant, les coupes archéologiques réalisées dans le comblement du fossé ont mis en évidence une première phase de comblement constituée de fines couches, compactes, sur un peu plus d’un mètre d’épaisseur, contenant de nombreux déchets dont des matériaux organiques174 (paille, foin, noyaux divers, branches, planches et cuirs ; fig. 18). La céramique découverte dans ces couches est datée de la seconde moitié du xve siècle175. Il faut noter aussi la présence de déchets ferreux. L’ensemble est recouvert par la suite par les remblais massifs liés à l’abandon du fossé. Les mêmes observations ont été faites pour le fossé du boulevard. Ce premier comblement semble correspondre à un remplissage progressif du fossé avec des déchets rejetés par les habitants vivant et travaillant à proximité. La finesse du sédiment laisse penser à une érosion naturelle des pentes du fossé. L’entretien du fossé, qui représentait auparavant un investissement non négligeable, n’avait assurément plus autant d’importance pendant les deux dernières décennies. Son comblement progressif, au moins pour le fond, ne nuit pas au passage de la porte par les personnes et les véhicules. Le sondage méticuleux réalisé dans les comptes de forteresse pour la période 1467-1481 confirme cette assertion. En effet, aucun paiement ne concerne le curage des fossés176.

6. 1485 : destruction de l’enceinte et de la porte

  • 177 Alix, Durandière 2004, p. 11-14.
  • 178 BM Orléans ms. 587, p.195 ; 1er octobre 1493.

75La volonté d’aménager une nouvelle enceinte, afin d’inclure les faubourgs qui se sont largement densifiés aux abords immédiats et au-delà des portes (cf. infra), est mise en œuvre dans la seconde moitié du xve siècle177. Il faut rappeler ici que l’enceinte et la porte sont alors devenues des obstacles et que leur entretien ne se borne plus qu’aux éléments de franchissement et aux passages d’entrée. Au nord et à l’ouest de la place du Martroi, la construction d’une nouvelle accrue est décidée dans les années 1485-1486. La nouvelle porte Bannier, appelée porte Saint-Paterne, semble terminée dès 1490. L’ancienne porte ainsi que la courtine et les autres éléments de fortification (Tour du Heaume et boulevard) sont alors rapidement démantelés. La décision de combler les fossés est prise en 1493 : « Pour ung instrument [acte public] fait par Sévin et Noblet notaires, en la salle de la Cour Le Roy [au Châtelet d’Orléans] touchant le comblement des foussés » Il devient « (…) expédient de combler lesditz fossés et les convertir avec les dites tours en autres usages et y faire maisons et habitations178 ».

  • 179 AD Loiret, CC 565, fol. 15v.
  • 180 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 98, fig. 118.

76Le comblement des fossés est déjà engagé quatre ans plus tard179. Ce comblement massif est bien visible dans le sondage effectué à l’est de la place du Martroi et sous le pont dormant180 (fig. 18). L’apport massif de remblais successifs s’effectue alors par le côté nord du fossé. La courtine ne devant pas encore être détruite à ce moment, il n’était pas possible d’accéder au fossé par le sud, d’autant plus qu’un front de maisons occupait l’espace entre la rue de la Barillerie au sud, et l’enceinte au nord.

  • 181 Ibid., p. 102 ; AD Loiret, 2J 257, fol. 13, en ligne sur http://aurelia.orleans.fr/iconographie.

77Le mur de courtine a probablement été absorbé dans les nouvelles constructions, si l’on se réfère aux plans de l’époque moderne (fig. 34)181. La différence de forme et de superficie des parcelles est nettement visible, avec au sud de l’ancienne courtine des petites parcelles étroites de 27 m² en moyenne, et au nord des parcelles larges et profondes, avec des cours intérieures (170 m² en moyenne). Ceci illustre deux modes de construction différents et tend à confirmer un bâti plus ancien au sud qu’au nord.

Fig. 34 Secteur de la porte Bannier après destruction de l’enceinte au début du xvie siècle.

Fig. 34 Secteur de la porte Bannier après destruction de l’enceinte au début du xvie siècle.

Plan Legrand xviiie siècle, AD Loiret, A 614. É. Roux-Capron, 2014

  • 182 BM Orléans Res. ZH 12, 1575 et 15, 1581 dans Ibid., p. 134.
  • 183 Alix et Durandière 2004, p. 21.

78Au centre de la place actuelle, à l’emplacement de l’ancien pont dormant et du boulevard, l’espace semble être resté vierge de toute construction. Seuls des équipements communautaires y sont installés182 (puits, croix et gibet). Il faut probablement situer vers 1517 le déplacement du marché au blé, dit « Martroi au blé », situé au xive siècle plus au sud, près de l’église Saint-Sulpice183.

79L’espace ainsi récupéré est consacré pour une partie à une vaste place, dite place du Martroi, et pour l’autre à des constructions neuves.

7. La porte, la ville et ses faubourgs aux XIVe et XVe siècles

  • 184 L’enceinte constituait un élément structurant majeur du paysage urbain mais ne semblait pas être p (...)

80La porte Bannier est l’entrée principale d’Orléans desservant la ville marchande et prospère, tandis que la porte Parisie, avant la reconstruction du quartier dit de l’Étape dans la première moitié du xvie siècle, desservait plutôt le secteur funéraire et religieux. La porte s’est insérée en limite de la ville aux xiiie et xive siècles, dans un secteur qui était déjà occupé par plusieurs bâtiments civils (cf. supra). La construction maçonnée de la courtine, la porte puis surtout l’élargissement des fossés et l’installation du boulevard ont profondément modifié le paysage urbain jusqu’au premier tiers du xve siècle. Cependant, ce passage d’entrée dans la ville constitue peu à peu un pôle attractif tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’enceinte184. La porte va conditionner une nouvelle trame urbaine dont la configuration de la place actuelle en résulte directement. Le siège d’Orléans, s’il constitue un événement historique majeur, ne va pas modifier cette organisation sur le long terme, malgré la destruction des faubourgs à l’extérieur de l’enceinte.

  • 185 Sur l’analyse du rythme de la croissance urbaine aux abords des portes d’enceintes : Noizet, Lalla (...)

81Dès la construction de la courtine maçonnée, il semble que l’arrière de celle-ci ait été loti et rapidement bâti. En effet, les maisons situées rue de la Barillerie et rue de la Vieille Poterie s’appuient directement sur l’enceinte à l’arrière des parcelles. L’analyse de plans parcellaires du xviiie siècle et des actes notariés, tend à confirmer le lotissement rapide, selon un parcellaire en lanières perpendiculaire au mur de courtine, aux abords de la porte Bannier185 (fig. 7).

82La reconnaissance et l’identification de structures bâties en avant de l’enceinte pour le début du xve siècle restent difficiles à appréhender en raison des modifications postérieures. Néanmoins, la voie vers Paris, qui deviendra la rue Bannier, et la proximité de la porte ont dû attirer de nombreux commerçants et artisans. La présence de vestiges bâtis en dehors de l’enceinte, recoupés par l’aménagement du boulevard avant la fin de l’année 1420 (cf. supra), suggère le développement d’un faubourg urbanisé le long de l’axe de voirie.

  • 186 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 89.
  • 187 AD Loiret, CC 542, fol. 23.
  • 188 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 74.

83Dans tous les secteurs qui ne sont pas directement concernés par la construction de la fortification, les indices d’une occupation tout au long du xve siècle ont été identifiés. Des sols construits et des éléments bâtis ont été appréhendés à l’ouest du fossé du boulevard, à l’extérieur de l’enceinte186 (fig. 3). Il faut noter que le bâti, tel qu’il apparaît sur les plans modernes, s’organise selon une contrainte spatiale qui semble correspondre à l’implantation du fossé du boulevard (fig. 34). En effet, les façades des maisons sont disposées selon un arc de cercle parallèle à celui que l’on restitue pour le fossé du boulevard. Le bâti semble donc être réorganisé à l’extérieur de l’enceinte au moins à partir de la fin du premier tiers du xve siècle. Un chemin de contrescarpe sépare ce front bâti du fossé lui-même et relie la porte Bannier et la porte Renard par l’extérieur de l’enceinte. Il est connu dans les comptes dès 1410187. Un autre chemin de contrescarpe a été perçu lors des fouilles de 2013, et correspondrait à celui reliant la porte Bannier à la porte Parisie188, au-delà des fossés.

  • 189 Philippe à paraître ; Thibault 1998.
  • 190 Vidier et Mirot (éd.) 1909, p. 48, 64 note f et p. 80 et BM Orléans, E 4264, II, fol. 127.
  • 191 Jarry 1909, p. 1.
  • 192 AD Loiret, A 1923, 2e cahier fol. 2. D’après les généalogies du chanoine Hubert, Perrin Sevin dont (...)
  • 193 Lardin 2007.

84À l’abri de la forteresse, du côté de la porte Bannier, la paroisse Saint-Paul, qui payait le deuxième cens le plus élevé d’Orléans dans le premier tiers du xve siècle, abritait une population nombreuse et plutôt riche189. Le secteur artisanal et commerçant qui s’était développé à partir du xie siècle avait connu un processus de gentrification et plusieurs demeures aisées sont signalées. Retenons entre autres, celle que possédait Jean Davy, chevalier de Saint-Péravy, docteur de l’université d’Orléans, occupant en 1412 la fonction de chancelier du duc d’Orléans, située rue de la Vieille Poterie190. La célèbre maison de Jacques Boucher, trésorier du duc, où Jeanne d’Arc séjourna, se dressait dans ce secteur dès avant 1415191. En 1427, l’hôtel des Trois Aveugles, au coin de la rue du Heaume et de la rue Neuve, était loué aux religieux de Saint-Samson par Perrin Sevin pour la somme de 11 écus par an192. Cette somme assez élevée est presque le triple de celle des autres loyers du quartier connus à la même époque. Même s’il est malaisé de manier les chiffres de cette époque en fonction de la dépréciation des valeurs monétaires des années 1421-1422193, date à laquelle le loyer a pu être fixé, cela semble montrer que l’Hôtel des Trois Aveugles était cossu.

  • 194 Miéjac 1990 ; étude de V. Montembault dans Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 229, vol. 2.
  • 195 Koch, Kraemer 2008, p. 445.
  • 196 Des dépotoirs sont attestés aux abords des enceintes ou de leurs fossés à Compiègne et à Colmar, à (...)
  • 197 AD Loiret, 3E 10184, 27 juin 1468 cité dans Petit 1988, p. 91.
  • 198 AD Loiret, 3E 10234, 1er juin 1484 cité dans Petit 1986, p. 44.
  • 199 Petit 1986.

85Les comblements précoces et contemporains de l’utilisation de l’enceinte dans la seconde moitié du xve siècle permettent de compléter les informations disponibles sur la population résidant aux abords de la porte. Il faut mentionner ici la découverte en 2013, tout comme en 1986, de déchets d’un ou de plusieurs artisans travaillant le cuir dans les comblements du fossé du boulevard : cordonniers, selliers et bourreliers194(fig. 35). L’installation aux abords immédiats des enceintes d’activités artisanales telles que le travail du cuir est un cas de figure mis en évidence par l’archéologie dans d’autres villes, comme en Lorraine195. L’utilisation des fossés de la porte Bannier comme dépotoir durant la seconde moitié du xve siècle ne fait pas de doute196. Les artisans tenant boutique à proximité de la porte trouvaient ainsi un moyen aisé de se débarrasser de leurs déchets. Les archives de notaires mentionnent pour la seconde moitié du xve siècle plusieurs types d’artisanats différents à proximité de la porte. Tout d’abord, un acte de 1468, mentionne la présence d’Artus Petit, fondeur et locataire de l’hôtel du Pilier ferré situé « devant le Pilori197 ». Un autre acte, daté de 1484, mentionne Guillaume Le Frans, cordonnier, en tant que locataire dans une maison au coin de la rue de la Vieille Poterie198. Un couturier, Michau de Grand Val, plusieurs marchands, Jehan de Coulons, Jacques Boileau, Pierre Chazzos, sont aussi localisés rues de la Vieille Poterie et de la Barillerie, aux abords de la porte Bannier, en 1484199.

Fig. 35 Fragments de chaussures en cuir découverts dans le fossé du boulevard en 2013.

Fig. 35 Fragments de chaussures en cuir découverts dans le fossé du boulevard en 2013.

Cl. É. Roux-Capron, 2014

86Grâce aux sources archéologiques et textuelles, c’est ainsi tout le paysage d’un quartier dynamique se développant de part et d’autre de la porte principale de la ville qui se dessine. La prise en compte de toutes les données du sous-sol tant relatives à la fortification elle-même qu’au bâti civil, permet d’appréhender les liens réciproques entre cet élément à la fois défensif et de passage, et les habitants qui vivent de cette proximité et qui sont en même temps protégés par celui-ci.

8. Conclusion

87Les données matérielles restent très indigentes concernant la datation de la mise en place de la porte. Les éléments observés, les archives, ainsi que les comparaisons avec le site proche de la porte Renard, permettent d’attester la présence d’un point de passage appelé porte Bannier dès le deuxième quart du xiiie siècle. L’état primitif de cette porte et de la fortification associée reste inconnu. Le premier état connu de la porte, formé d’un passage d’entrée flanqué de deux tours, éventuellement dotées d’un bossage, peut être daté, au plus tard, du milieu du xive siècle. Le fait que cette porte soit située sur un axe de communication majeur, dans un quartier économiquement important, a probablement fortement conditionné le programme architectural de l’ouvrage. L’installation d’un pont-levis grâce à la construction d’un avant-corps maçonné, vraisemblablement dans la deuxième moitié du xive siècle ou au tout début du siècle suivant, illustre une adaptation fréquente à cette époque. Le renforcement défensif de la porte, grâce à l’installation d’un boulevard, est lui clairement daté par les archives des années 1418-1420. Ces sources permettent par ailleurs de restituer précisément les différentes étapes de la mise en place de cet édifice de terre et d’évaluer de manière quantitative les moyens mis en œuvre pour sa construction. Ainsi, si plusieurs ouvrages avancés de portes en maçonnerie ont fait l’objet d’études ces dernières décennies, les questionnements portant sur ceux bâtis en terre et bois restent plus rares.

  • 200 Faucherre 1998, p. 197.

88L’enceinte et la porte Bannier ne constituent pas une rupture dans la trame urbaine, puisque celles-ci semblent s’insérer progressivement dans un tissu urbain en expansion au cours du xive et du xve siècle, comme l’a montré le suivi archéologique des travaux de 2013. La matérialisation sous forme maçonnée des éléments défensifs et de franchissement aura quant à elle, plus de conséquence sur le bâti préexistant. Néanmoins, ceci s’explique dans le contexte du début de la guerre de Cent Ans où l’activité de fortification urbaine connaît un essor très important et où les priorités dépassent celles de l’organisation urbaine préexistante. Ceci se passe dans le cadre d’une maîtrise d’ouvrage de la ville (d’où la tenue de comptes urbains), et est la conséquence d’une volonté de défense immédiate plus que d’une stratégie menée par le pouvoir royal avec un caractère ostentatoire prédominant200. Le recours supposé aux fossés multiples et aux levées de terre, puis au renforcement des portes par des boulevards de terre correspond à un contexte de fortification dans l’urgence avec des moyens humains importants. La rapidité d’exécution des quatre boulevards d’Orléans, tous bâtis à la même période, dans un temps relativement court – moins de trois ans – correspond assez bien à ces constatations. Il est à noter que la formule enceinte, boulevards et barrières, a été suffisamment efficace pour se protéger contre le siège des Anglais en 1429. Cette formule ne subira semble-t-il que des réaménagements à la marge dans les années qui suivent le siège.

89Pendant cette période et malgré les destructions liées au siège, l’occupation des secteurs à l’extérieur de la porte ne sera quasiment pas interrompue. Elle aura plutôt tendance à évoluer de manière croissante, au point que l’enceinte devient alors à la fin du xve siècle un obstacle au développement urbain. Malgré toute la dimension symbolique qu’a pu revêtir la porte, en tant qu’entrée principale depuis le nord ou comme un des symboles de la résistance exemplaire de la ville en 1429, celle-ci est démolie et disparut de la trame urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Acheré V.
2015, « Une barbacane de la fin du Moyen Âge à Chartres (Eure-et-Loir) », Bucema, en ligne : http://cem.revues.org/14214 (consulté en mars 2016).

Alix C.
2007, « L’habitat d’Orléans du xiie siècle au début du xve siècle ; état de la recherche : étude des élévations et apports de l’observation des caves », Revue archéologique du Loiret et de l’axe ligérien, 32, p. 123‑147.

Alix C. et Durandière R.
2004, « La dernière enceinte d’Orléans (fin du xve – première moitié du xvie siècle) », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, XVII, 139, p. 1‑103.

Baudry M.-P.
2011, « La porte Mordelaise de la ville de Rennes », dans Prouteau N., De Crouy-Chanel E., Faucherre N. (dir.), Artillerie et fortifications, 1200-1600, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 179-190.

Blary F.
2013, Origines et développements d’une cité médiévale. Château-Thierry, Amiens, Revue archéologique de Picardie (Revue archéologique de Picardie, 29e supplément).

Bloch C. et Soyer J.
1917, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Loiret. Archives civiles. Série D. Instruction publique, sciences et arts, Orléans, Paul Pigelet et Fils.

Boisseuil D.
1992, Le pont sur la Loire à la fin du Moyen Âge, Tours, Laboratoire d’archéologie urbaine (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 4, Recherches sur Tours, 6).

Bontrond R.
2015, « La Porte de Mars médiévale de Reims : synthèse de la première phase de fouille », dans Bontrond R. (dir.), Les fortifications médiévales urbaines de Reims et des régions voisines, apports récents de la recherche archéologique et historique, Actes de la table-ronde de Reims, 25 octobre 2013, dans Bulletin de la société archéologique champenoise, t. 106, no 4, p. 83-98.

Boucher de Molandon M.
1885, « La tour du Heaume et la seconde enceinte d’Orléans : rectification d’une erreur de MM. Vergnaud-Romagnési et Jollois dans le tracé de cette enceinte », Bulletin de la Société Archéologique de l’Orléanais, VIII, 125, p. 329‑332.

Buzonnière L. de
1849, Histoire architecturale d’Orléans. Anciens monuments religieux, civils et militaires les plus remarquables de cette ville et quelques maisons particulières de l’époque de la Renaissance, Orléans, chez MM. Gatineau, Jeanne d’Arc Presty et Darnault-Morand.

Carron D.
2012, « Contexte historique et archéologique », dans Joyeux P. et Guillemard T. (dir.), Orléans, 2e ligne de tramway, place De Gaulle: aux portes de la ville, les occupations de la place De Gaulle du iie siècle av. J.-C. à nos jours, rapport de fouille archéologique préventive, déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA), p. 52‑94.

Carron D. et Guillemard T.
2011, « La construction d’une enceinte à Orléans : la fortification des xive-xve siècles », Archéopages, 33, p. 74‑79.

Charpentier P. et Cuissard C.
1896, Journal du siège d’Orléans, 1428-1429: augmenté de plusieurs documents, notamment des comptes de ville, 1429-1431, Orléans, Herluison.

Contamine P.
1999, « Observations sur le siège d’Orléans (1428-1429) », dans Blieck G. et al. (dir.), Les enceintes urbaines (xiiie-xvie siècles), Paris, Éditions du CTHS, p. 331‑343.

Corvisier C.
1995, « La porte des Allemands à Metz », dans Congrès archéologique de France, Les Trois Évêchés et l’ancien duché de Bar, 149e session (1991), Paris, Société française d’Archéologie, p. 539-570.

Debal J.
1982, « La topographie de l’enceinte fortifiée d’Orléans au temps de Jeanne d’Arc », dans Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement, Actes du colloque d’histoire médiévale, octobre 1979, Paris, Éditions du CNRS, p. 23‑41.

Doinel J.
1886, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Loiret, Archives civiles, séries A et B, Orléans, Jacob (Répertoires numériques des Archives départementales antérieures à 1790, 45/AB).

Dubant D
2007, « L’enceinte urbaine du xive siècle dans les comptes de la ville », dans Galinié H. (éd.), Tours antique et médiéval: lieux de vie, temps de la ville: 40 ans d’archéologie urbaine, Tours, FERACF (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 30), p. 301-303.

Faucherre N.
1989, « Barbacanes, boulevards, ravelins et autres demi-lunes, inventaire incertain », dans Aux portes du château, Actes du 3e colloque (1987) de castellologie de Flaran, p. 105-115.

1998, « L’apport de l’enceinte à l’histoire de la fortification urbaine », dans Van Ossel P. (dir.), Les jardins du Carrousel (Paris). De la campagne à la ville : la formation d’un espace urbain, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, (Documents d’Archéologie Française, 73) p. 487‑203.

Faucherre N., Bethe A.-L.
2013, « Cartographier l’enceinte de Charles V», dans Noizet H., Bove B., Costa L. (dir.), Paris de parcelles en pixels, Saint Denis, Presses Universitaires de Vincennes / Paris, Comité d’histoire de la Ville de Paris, p. 121-137.

Faucherre N., Sautereau P.-E.
1994, « La porte de Laon à Coucy », dans Congrès archéologique de France, 148e session (1990), Aisne méridionale, t. 1, p. 263-283.

Fawtier R. et Maillard F.
1953, Comptes royaux (1285-1314), Paris, Imprimerie nationale.

Ferraresso I. et Werlé M.
2008, « Les enceintes et ses composantes », dans Henigfeld Y. et Masquilier A. (dir.), 2008, p. 395‑437.

Grimbert L.
2002, « Les fortifications médiévales de la place du Vigan à Albi (Tarn) », Archéologie du Midi médiéval, 20, 1, p. 127‑148.

Henigfeld Y., Masquilier A.
2008, « L’impact des enceintes urbaines médiévales sur le territoire et ses limites : l’exemple de la Lorraine et de l’Alsace », Archéopages, 21, p. 38-41.

Henigfeld Y., Masquilier A. (dir.)

2008, Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace xiie-xve siècle, Dijon, Société archéologique de l’est (Revue archéologique de l’Est, supplément no 26).

Jarry E.
1909, Une relique nationale : la maison de Jeanne d’Arc à Orléans, Orléans, Marron.

1919, « Notes et documents sur la Maladrerie (hôtel Saint-Ladre) d’Orléans », Mémoires de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, Orléans, Gatineau, XXXV, p. 195‑259.

1931, « La cathédrale Saint-Étienne d’Orléans et la première accrue de l’enceinte », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, 21/230, p. 518-524.

Jesset S., Alix C. et Courtois J.
À paraître, Orléans, parking du Cheval Rouge, rapport de fouille archéologique préventive déposé à la Drac Centre-Val de Loire (SRA).

Joyeux P. (dir.)
2014, Regards sur Orléans : archéologie et histoire de la ville, catalogue d’exposition, musée des Beaux-Arts, Orléans, 1er avril -6 juillet 2014, Orléans, Ville d’Orléans.

Joyeux P. et Guillemard T.
2012, Orléans, 2e ligne de tramway, place De Gaulle: aux portes de la ville, les occupations de la place De Gaulle du IIe siècle av. J.-C. à nos jours, rapport de fouille archéologique préventive, déposé à la Drac Centre-Val-de-Loire (SRA).

2013, « Aux portes de la ville : 2 200 ans d’histoire de la place De Gaulle à Orléans », Bulletin de la Société Archéologique de l’Orléanais, XXI, 170, p. 7‑31.

Koch J. et Kraemer C.
2008, « Les abords de l’enceinte », dans Henigfeld Y. et Masquilier A. (dir.), 2008, p. 439‑447.

Kuchler P.
1999, « Moselle. – Metz : fouilles archéologiques à la porte des Allemands », Bulletin Monumental, 157-2, p. 205-210.

Laffont P.-Y. (dir.)
2011, L’armorial de Guillaume de Revel: châteaux, villes et bourgs du Forez au xve siècle, Lyon, Alpara (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 35).

Lardin P.
2007, « Monnaie de compte et monnaie réelle : des relations mal étudiées », Revue européenne des sciences sociales, XLV-137, p. 45‑68.

Leduc J.
1967, Étude sur les fortifications d’Orléans sous Charles VI et Charles VII (1391-1431) d’après les comptes de forteresse de la ville, DES d’histoire sous la direction de Perroy M., faculté des lettres de l’université de Paris.

Leguay J.-P.
1999, La pollution au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot (Gisserot-Histoire).

Ley F.
1989, Les fortifications d’Orléans de 1345 à 1463, mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de Contamine P., université Paris X-Nanterre.

Loppe F.
2010, Construire en terre pendant la guerre de Cent Ans: les fortifications de Castelnaudry (Aude) vers 1355 - vers 1450, Carcassonne, Centre d’archéologie médiévale du Languedoc (Archéologie du Midi médiéval. Supplément no 7).

Marino L. et Scipioni N.
1999, « Étude archéologique et architecturale des deux “ barbacanes ” du château de Caen », dans Marin Jean-Yves (éd.), La Normandie dans la guerre de Cent Ans 1346-1450, Milan, Skira, p. 130-135.

Merlet L. et Jarry L.
1896, Cartulaire de l’abbaye de La Madeleine de Châteaudun, Châteaudun, L. Pouillier.

Mesqui J.
1981a, « La fortification des portes avant la guerre de Cent Ans : essai de typologie des défenses des ouvrages d’entrée avant 1350 », Archéologie médiévale, XI, p. 203‑229.

1981b, « Les travaux effectués dans les châteaux de Louis Ier d’Orléans à l’intérieur de son duché », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, VIII, 54.

1987, « Parement à bossage dans la fortification et le génie civil en France au Moyen Âge », Château Gaillard, XIII, Actes du colloque international tenu à Wageningen, Pays-Bas, 31 août- 6 septembre 1986, Caen, Publications du Crahm, p. 97-126.

1991, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, Paris, Picard (Grands manuels Picard).

Michaud-Fréjaville F.
1980, « La forteresse d’Orléans (xive-xve siècles) », dans Le paysage urbain au Moyen Âge, Lyon, Presses universitaires de Lyon (Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 11), p. 61‑78.

1982, « Essai de chronologie des travaux effectués sur l’enceinte d’Orléans (1391-1427) », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, VIII, 58, p. 10‑20.

1987, « Vie et mort de la Porte Bannier », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, IX, 76, p. 9‑16.

1991, « Naudin Bouchard, une carrière de fondeur orléanais pendant la guerre de Cent Ans », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, XI, 92, p. 23‑32.

2005, « Une cité face aux crises. Les remparts de la fidélité, de Louis d’Orléans à Charles VII, d’après les comptes de forteresse de la ville d’Orléans (1391-1427) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 12, p. 85‑100.

2006, « La garde des entrées des portes de la forteresse d’Orléans à la fin du Moyen Âge », dans Michaud-Fréjaville F., Dauphin N., Guilhembet J.-P., Entrer en ville, Actes de colloques de l’université d’Orléans, 26-27 octobre 2001, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (Histoire), p. 123-134.

Miéjac E.
1990, Les cuirs du fossé de la Porte Bannier, cuirs, chaussures et cordonniers à la fin du xve siècle à Orléans, mémoire de maîtrise sous la direction de Pressouyre M.-L., université Paris I.

Miller T. S.
2014, The Beguines of Medieval Paris: Gender, Patronage and Spiritual Authority, Philadelphia, University of Pennsylvania Press (The Middle Ages series).

Noizet H. et Lallau E.
2013, « L’enceinte de Philippe Auguste : croiser la pierre et le papier grâce au SIG », dans Noizet H., Bove B., Costa L. (dir.), Paris de parcelles en pixels, Saint Denis, Presses Universitaires de Vincennes / Comité d’histoire de la Ville de Paris, p. 109-120.

Perseval M.-P.
2002, « Le bourg d’Avenum à Orléans au Moyen Âge (451-1498) : mythe ou réalité ? », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, XVI, 134, p. 3‑34.

Petit D.
1986, Orléans, Place du Martroi, rapport de sauvetage programmé, déposé à la Direction régionale des antiquités historiques du Centre.

1988, Truelles et palissades. 10 ans d’archéologie urbaine, catalogue d’exposition, Collégiale Saint-Pierre-le-Puellier, Orléans, 17 décembre 1988-12 mars 1989, Paris, Compagnie IBM.

Pflug L.
2010, « Comparaison des modes constructifs des remparts du Mont-Vully (canton de Fribourg), de Sermuz et d’Yverdon-les-Bains (canton de Vaud, Suisse) », dans Fichtl S. (dir.), Murus celticus: architecture et fonctions des remparts de l’âge du fer, Glux-en-Glenne, Bibracte - Centre archéologique européen, p. 201‑210.

Philippe M.
À paraître, « L’îlot “Orléans, parking du Cheval Rouge”, étude documentaire », dans Jesset S., Alix C. et Courtois J. (dir.), Place du Cheval Rouge, rapport final d’opération archéologique préventive, déposé à la Drac Centre-Val-de-Loire (SRA).

Roux-Capron É.
2015, « Un quartier périphérique de l’agglomération gauloise d’Orléans (Loiret) sous la place du Martroi (iie-ier siècles avant J.-C.) », Bulletin de l’Association Française pour l’étude de l’âge du fer, 33, p. 61-64.

Roux-Capron É., Alix C., André E. et Aubazac G.
2014, Orléans, Place du Martroi : suivi des travaux de requalification, rapport de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val-de-Loire (SRA), 3 vol. [http://archeologie.orleans-agglo.fr/].

Roux-Capron É., Aubazac G. et Jesset S.
2015, Orléans, 80 quai du Châtelet, rapport d’opération préventive de fouille archéologique, déposé à la Drac Centre-Val-de-Loire (SRA), 2 vol. [http://archeologie.orleans-agglo.fr/].

Roux É., Alix C. et Courtois J.
2012, Orléans, rue et place du Cheval Rouge, travaux de réseaux, rapport de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Centre-Val-de-Loire (SRA).

Salamagne A.
1986, « Les années 1400 : la genèse de l’architecture militaire bourguignonne ou la définition d’un nouvel espace urbain (Les boulevards de bois et de terre) », Revue belge d’histoire militaire, XXVI, 6, p. 405‑434.

1993, « Un exemple rare dans l’architecture défensive du xve siècle : le boulevard du château de Lassay », La Mayenne, archéologie, histoire, vol. 16, p. 165-210.

2001, Construire au Moyen Âge : les chantiers de fortification de Douai, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (Histoire et civilisations).

2002, Les villes fortes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot (Pour l’histoire).

Thibault J.
1998, « Les hommes de pouvoir à Orléans et le service de l’État (fin xive-début xve siècle) », dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, Actes des XXIXe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Paris, Publications de la Sorbonne (Série Histoire ancienne et médiévale, 57), p. 117‑132.

Toulier B.
1974, « Contribution à l’étude du tracé de l’enceinte du xive siècle à Tours », Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, XXXVII, p. 351‑371.

Van Ossel P.
1998, Les jardins du Carrousel (Paris). De la campagne à la ville : la formation d’un espace urbain, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme (Documents d’Archéologie Française, 73).

Vergnaud-Romagnési C.-F.
1846, Des diverses enceintes, des accroissements et de la population de la ville d’Orléans, Orléans, Danicourt et Pagnerre.

Vidier A. et Mirot L. (éd.)
1909, Obituaires de la province de Sens, t. 3, Diocèses d’Orléans, d’Auxerre et de Nevers, Longnon A. (dir.), Paris, Klincksieck (Recueil des historiens de la France. Obituaires, t. 3).

Vignat G. (éd.)
1886, Cartulaire du chapitre de Saint-Avit d’Orléans, Orléans, Herluison.

Yvernault F.
2007, « L’enceinte urbaine du xive siècle : construction et entretien », dans Galinié H. (dir.), Tours antique et médiéval : lieux de vie, temps de la ville : 40 ans d’archéologie urbaine, Tours, FERACF (Supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 30).

Haut de page

Notes

1 Vergnaud-Romagnési 1846, p. 7 ; Boucher de Molandon 1885, p. 329-332 ; Jarry 1931 ; Michaud-Fréjaville 1982.

2 Les fonds anciens des Archives communales d’Orléans ont été versés aux Archives départementales du Loiret sous les cotes CC 537 à CC 564 pour les comptes de la forteresse et CC 644 à CC 673 pour les comptes de la ville ; voir Michaud-Fréjaville 1987 ; Michaud-Fréjaville 2005.

3 Petit 1986.

4 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014.

5 Michaud-Fréjaville 1980, p. 68.

6 Leduc 1967 ; Michaud-Fréjaville 1982 ; Contamine 1999. La question de la maîtrise d’ouvrage de la forteresse n’est pas discutée ici, on se permettra de renvoyer le lecteur aux études de référence, notamment Michaud-Fréjaville 2005.

7 Il existe une transcription sommaire des travaux accomplis pendant la reconstruction de la forteresse entre 1435-1463 par Ley 1989.

8 AD Loiret, 2J 257, fol. 13.

9 AM Orléans, 1Fi 069, vers 1754.

10 Remise à jour en décembre 2014.

11 Laurent Josserand, Polytech’Orléans.

12 Roux-Capron, Aubazac et Jesset 2015.

13 Jesset, Alix et Courtois à paraître ; Joyeux et Guillemard 2013, p. 17.

14 Jesset, Alix et Courtois à paraître ; Joyeux et Guillemard 2012, p. 872 ; Joyeux et Guillemard 2013, p. 17.

15 Mentionné dans une charte de donation de Robert le Pieux, un mur de l’édifice a été daté du début du xie siècle dans Jesset, Alix et Courtois à paraître.

16 Ibid. ; Roux, Alix et Courtois 2012, p. 21 ; Joyeux et Guillemard 2013, p. 19.

17 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 111.

18 Alix 2007, p. 126-129 ; Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 111.

19 Joyeux et Guillemard 2013, p. 19.

20 AD Loiret A 566, cité dans Perseval 2002, p. 29.

21 AD Loiret D 544, original perdu cité dans Bloch et Soyer 1917, p. 215.

22 Mention d’un four sis in vico Fabrateria (rue de la Faverie, signifiant fèvrerie). La rue correspond à un tronçon à l’ouest de l’actuelle rue de Bourgogne. AD Loiret D 371, fol. 41v document disparu cité dans Bloch et Soyer 1917 p. 164.

23 Ibid.

24 « In Martreio Aurelianensis (…) in domui in qua solebant tradi signebat granorum » cité dans Vignat 1886, p. 18.

25 AN, JJ41 fol. 20v. On a vu que Rémi, panetier du roi, était déjà possessionné dans ce quartier dès 1248. Correspond à une partie de l’actuelle rue du Tabour.

26 Bloch et Soyer 1917, p. 164 citent AD Loiret D 371 fol. 41v.

27 Fawtier et Maillard 1953, p. 265-266. Partie sud de l’actuelle rue Sainte-Catherine.

28 Bloch et Soyer 1917, AD Loiret D 658, fol. 4.

29 Ibid. Partie nord de l’actuelle rue Sainte-Catherine.

30 Ibid. p. 164 AD Loiret, D 371. Actuelle rue de l’Écu-d’Or.

31 Ibid. D 371, fol. 204. Partie de l’actuelle rue du Cheval-Rouge.

32 AN, R4*401, fol. 29.

33 Carron 2012, p. 61.

34 Joyeux et Guillemard 2012, p. 604 ; Joyeux et Guillemard 2013, p. 19.

35 AD Loiret H 205 : « domus apud portam Bernerii », cité dans Jarry 1919, p. 231 ; rapporte la donation et la vente à la maladrerie de Saint-Ladre d’une moitié de maison près de la Porte Bernier.

36 À propos d’acquisitions faites avant 1246 par Rémi, l’un des panetiers du roi, et son épouse de biens fonciers « apud Aurelianum, juxtam porta qui dicitur Porta Bernier » dans Merlet et Jarry 1896, p. 135.

37 Censier du prieuré de Saint-Samson (AD Loiret A 201 disparu) publié dans Bloch et Soyer 1917.

38 Michaud-Fréjaville 1987, p. 9-10.

39 Faucherre 1998, p. 188-198 ; Salamagne 2001, p. 67-70 ; Salamagne 2002, p. 14-20, 79-80.

40 Michaud-Fréjaville 1987, p. 10.

41 Voir par exemple le cas de Rosheim (Bas-Rhin) dans Ferraresso et Werlé 2008, p. 420.

42 AD Loiret A 1923, fol. 2. Il est possible que l’espace occupé par l’hôtel du Heaume, dans l’angle de l’enceinte et à proximité de la courtine, corresponde à une ancienne cour seigneuriale.

43 Le faubourg oriental de la ville, marqué par la présence de grands établissements religieux, comme le chapitre de Saint-Aignan et l’abbaye de Saint-Euverte, n’a été protégé par une enceinte que dans les années 1466-1480.

44 S’appuyant sur un édit de Philippe IV de 1302 érigeant les charges des douze notaires correspondant aux douze quartiers de la ville, J. Debal estime que l’agrandissement territorial est réalisé à cette date et que les travaux de l’enceinte sont menés « vraisemblablement entre 1300 et 1330 » (Debal 1982, p. 24). Selon F. Michaud-Fréjaville, ces travaux ont lieu  « très vraisemblablement entre 1356 et 1360 », datation qui rejoint celle de P. Contamine, pour qui l’enceinte maçonnée est postérieure à 1356 (Michaud-Fréjaville 1982, p. 12 ; Contamine 1999, p. 336). Les fouilles récentes de la place De Gaulle indiqueraient, quant à elles, que la maçonnerie a été réalisée à la charnière des xiiie et xive siècles (Joyeux et Guillemard 2013, p. 20).

45 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 115.

46 Debal 1982, p. 24 ; Michaud-Fréjaville 1982, p. 14-15.

47 Les modes de construction des fondations semblent également avoir fortement varié en fonction des fronts de l’enceinte. Ainsi, elles sont larges de 2,60 m à 2,80 m place De Gaulle et rue Jeanne d’Arc (Joyeux et Guillemard 2013, p. 20). En revanche, les observations réalisées en 1974 par J.-F. Baratin lors des travaux de construction du parking rue du Cloître-Saint-Paul indiquent que la fondation du mur présente des dimensions très importantes : une épaisseur d’environ 4,20 m pour une profondeur d’une dizaine de mètres (AD Loiret, 563 J 1 ; musée historique et archéologique de l’Orléanais, fonds Hamel).

48 Joyeux et Guillemard 2012, p. 259 ; Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 116.

49 Trois fentes de tirs dans le parapet du chemin de ronde au no 20 rue Saint-Étienne et une autre dans l’usine Dessaux rue Saint-Flou.

50 Debal 1982, p. 34-46.

51 On peut citer, entre autres travaux, le dallage du chemin de ronde en 1401-1403, AD Loiret, CC 539, fol. 32 ; la réfection partielle entre la porte Bannier et la tour Michaud Quanteau en 1403, AD Loiret, CC 540, fol. 8 ; en 1425 pour l’entretien des garde-fous, CC 549 fol. 17, 18 et 18v ; les travaux de maçonnerie sur le tronçon en 1463 entre la tour nord de la porte Bannier et la tour Saint-Samson, AD Loiret, CC 559.

52 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 113. Roux-Capron 2015.

53 Mesqui 1987, p. 112-113.

54 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 114, fig. 34.

55 Photographie Drac Centre ; publiée dans Joyeux et Guillemard 2012, p. 623, vol. 2, fig. 593. Sur ce document, se distingue également une pierre taillée avec un glacis ; elle pourrait correspondre à l’appui plongeant d’une fente d’archère.

56 Joyeux et Guillemard 2013, p. 20.

57 Salamagne 2002, p. 86. Par exemple, Tours au xive siècle dans Toulier 1974, p. 351 ; portes du xiiie siècle de l’enceinte de Château-Thierry dans Blary 2013, p. 258-271 ; portes à deux tours fréquentes en Lorraine, Henigfeld et Masquilier 2008 et Henigfeld et Masquilier (éd.) 2008 mais absentes en Alsace dans Ferraresso et Werlé 2008, p. 408-409.

58 AD Loiret, CC5 37 fol. 9v.

59 Michaud-Fréjaville 2006.

60 AD Loiret CC 537 fol. 14-15.

61 Des couvertures en ardoise sont attestées à la porte Renard en 1419 : 17 février 1419 : « pour couvrir en lattes la loge aux portiers de la porte Renart. 6 000 clous à ardoises et 1 500 clous à lattes pour ladite loge. (…) 1 000 ardoises achetés à Jean de Sencerre », AD Loiret, CC 546 fol. 59v.

62 Leduc 1967, p. 64, 123.

63 AD Loiret, CC 537 fol. 9v et fol. 15v ; Michaud-Fréjaville 1982.

64 Michaud-Fréjaville 1987, p. 11.

65 Ibid.

66 La herse de la porte Bannier est notamment évoquée en 1411 en même temps que celle de la porte Renard, « 6 poulies de bois pour les herses des portes Renart et Bannier » : AD Loiret, CC 542 fol. 21.

67 Mesqui 1981a, p. 207.

68 Elle serait d’environ 8,50 m en surface d’après les observations réalisées en 1985 dans la rue Royale au sud du chantier (Petit 1986, p. 9), mettant au jour un pan de mur (orienté nord-sud). Néanmoins, il reste difficile de confirmer si ce dernier correspondait véritablement à la limite occidentale de l’avant-corps ou s’il dépendait plutôt de la porte. La maçonnerie que nous interprétons comme la base de la tour orientale de la porte invite plutôt à réduire la largeur de l’avant-corps.

69 Joyeux et Guillemard 2012, p. 332-33, vol. 3 ; AD Loiret, CC 564, fol. 60v.

70 Au rang inférieur, ces trous sont espacés d’1,60 m et d’1,69 m. Leurs ouvertures mesurent respectivement, d’ouest en est : l. : 25 cm, h. : 20 cm ; l. : 18 cm, h. : 21 cm et l. : 19 cm, h. : 21 cm.

71 Michaud-Fréjaville 1987, p. 11.

72 En 1409, AD Loiret CC 542, fol. 15v ; en 1411, CC 543, fol. 3 et 46 ; en 1412, CC 543, fol. 2 et 2v.

73 AD Loiret, CC 537 fol. 12v.

74 Mesqui 1981b, p. 25.

75 À Tours, le terme de « berge » [pour verge ?] désigne les flèches des pont-levis du pont de la ville (Boisseuil 1992, p. 59, 82).

76 Mesqui 1991, p. 340 ; Salamagne 2002, p. 87.

77 Mesqui 1991, p. 341, fig. 425.

78 Laffont 2011, p. 186, 206, 384, 394.

79 Joyeux et Guillemard 2013, p. 21-22, 24.

80 Joyeux et Guillemard 2012, p. 618, 670-683.

81 À la porte Renard, l’étude conjointe de la stratigraphie et des sources écrites ne permet pas de mettre en corrélation la chronologie de l’installation de l’avant-corps et de la culée avec l’aménagement et les transformations du boulevard (Ibid., p. 670, 861).

82 La surface occupée par l’avant-corps de la porte Renard était de 41 m2, tandis que celle de l’avant-corps de la porte Bannier devait mesurer presque le double. La portée du pont-levis est de 3,35 m à la porte Renard (avant renforcement de la culée de contrescarpe) contre 5 m à la porte Renard.

83 Il est question en 1420 d’une « rente pour une place aux faubourgs de la porte Bernier d’Orléans en laquelle souloit être le lieu aux béguines contenant un arpent de terre ou environ tenant aux petits fossés en allant de la porte Bernier aux cordeliers d’Orléans » (AN, R4*323 comptes de la recette, fol. 2v). La maison occupée par les béguines hors les murs était en construction en 1408 – voir le compte du domaine AN, R4*322 – elles avaient auparavant été installée près du Châtelet par Louis IX (Miller 2014, p. 150).

84 Dubant 2007, p. 301. À Tours, le fossé était doublé par un second fossé, plus étroit ; ils étaient appelés respectivement « fossé » et « rerefossé », dans Yvernault 2007, p. 402.

85 Bontrond 2015, p. 85, 89.

86 Van Ossel 1998, 147-148 ; Faucherre 1998, p. 195-198.

87 Joyeux et Guillemard 2013, p. 20.

88 Documents inédits sur les observations lors de la construction du parking rue du Cloître-Saint-Paul, sur lesquels sont figurés et photographiés les deux fossés (AD Loiret, 563 J 1 ; musée historique et archéologique de l’Orléanais, fonds Hamel).

89 Faucherre et Bethe 2013, p. 126-130.

90 En 1383 « paiement d’une petite bauche en pavé faite sous la barrière de la Porte Bernier », AD Loiret, A2131 original disparu, cité dans Doinel 1886, p. 72.

91 « Deux soliveaux placés au travers du passage, reliés entre eux par des liens de fer verticaux » ; Leduc 1967, p. 36 ; Michaud-Fréjaville 1987, p. 11.

92 Sur les origines, les questions de terminologies et de typologies des ouvrages avancés des portes : Salamagne 1986 ; Faucherre 1989 ; Mesqui 1991, p. 352-361.

93 À titre de comparaison, la fouille récente de la porte de Mars de l’enceinte urbaine de Reims a montré qu’une première barbacane en bois aurait été édifiée vers le milieu du xive siècle (Bontrond 2015, p. 88-89).

94 AD Loiret, CC 537 fol. 16v.

95 Michaud-Fréjaville 1987, p. 11.

96 Michaud-Fréjaville 1991, p. 25.

97 Salamagne 2002, p. 88.

98 AD Loiret, CC 546, fol. 13v, 16 et 17.

99 AD Loiret, CC 546, fol. 45, fol. 50.

100 AD Loiret, CC 546, fol. 42 et 42v.

101 Buzonnière 1849, voir la pl. 62 dessinée par C. Pensée.

102 Dans le compte de 1411-1413, il est mentionné des fenêtres neuves et 36 mantelets, plus de 63 mantelets pour les « maschecoulis sur la rivière » (CC 543, fol 3 et 3v), et 44 mantelets pour les mâchicoulis de la rivière (CC 543, fol. 18v). Entre 1415 et 1421, il s’agit de 129 mantelets autour de la ville (CC 545 fol. 9v ; CC 548, fol. 28).

103 AD Loiret, CC 546, fol. 11v et 12.

104 Au moins 955 journées de travail de terrassement ont été rémunérées entre 1411 et 1418 à des pionniers eux-mêmes chargés de coordonner des équipes de civils requis pour cette tâche, AD Loiret CC 542 à 546.

105 Michaud-Fréjaville 2005, p. 16.

106 Ley 1989, p. 12, annexes.

107 AD Loiret, CC549, fol. 26 et 27.

108 Salamagne 1986, p. 407.

109 Un des premiers exemples serait attesté en 1407 à Barbençon en Belgique ; Ibid., p. 405-407.

110 Contamine 1999.

111 AD Loiret, CC546 fol. 34v.

112 Salamagne 1986, p. 418.

113 Salamagne 2001, p. 33, 85.

114 AD Loiret, CC 547, fol. 56v.

115 20 mars 1419, CC 546, fol. 65 : « (…) pour 3 journées qu’il [Robin de Saint-Mesmin] a esté en la forêt pour visiter la vente ou l’en prend les pelz de quoi ont été faits les boulouart » ; en février 1418 « don du boys que Monseigneur de Vertuz [Philippe de Vertu (1399-1420) second fils de Louis d’Orléans] a donné à la ville pour faire les boulouars », CC 546 fol. 32 cité dans Michaud-Fréjaville 2005, p. 96.

116 Les chevilles de fer désignent ici de gros clous permettant ou renforçant l’assemblage des pièces de bois. Leur rôle s’apparente à celui de tirefonds mais dont les tiges ne seraient évidemment pas filetées.

117 Boisseuil 1992, p. 83.

118 Exemples des boulevards des portes de Douai et de Rennes dans : Salamagne 1986, p. 416 ; Salamagne 2001, p. 33-34.

119 AD Loiret, CC 547 fol. 44.

120 Faucherre 1998, p. 198.

121 AD Loiret, CC546 fol. 59.

122 Carron et Guillemard 2011, p. 77-79 ; Joyeux et Guillemard 2012, p. 648-669, vol. 2.

123 Nombreux exemples dans : Salamagne 1993, p. 177-187 ; Mesqui 1991, p. 357.

124 Baudry 2011, p. 185. Ce type de plan se distingue donc des ouvrages quadrangulaires (château de Caen par exemple : Marino, Scipioni 1999) et surtout polygonaux, également nombreux à cette époque. Pour s’en tenir à quelques exemples d’enceintes urbaines de la moitié nord de la France ayant fait l’objet d’une étude récente, citons : la porte des Allemands à Metz (Corvisier 1995, p. 557-560 ; Kuchler 1999), la porte de Mars à Reims (Bontrond 2015), la porte Guillaume à Chartres (Acheré 2015, p. 2), la porte de Laon à Coucy, où la barbacane pentagonale reconstruite entre 1480-1520 est probablement héritée de l’ouvrage antérieur (Faucherre, Sautereau 1994, p. 279).

125 AD Loiret, CC 547, fol. 29v, fol. 30v et fol. 31.

126 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 60-61 et fig. 16.

127 « (…) pont du boulouart de la porte Bannier pour arrester les crestes du pont leveis », AD Loiret, CC 560, fol. 90, 2v.

128 AD Loiret, CC 560, fol. 126, 5 et CC 561, fol. 39, 2v.

129 Grimbert 2002, p. 129, fig. 5.

130 Joyeux et Guillemard 2013, p. 23.

131 Salamagne 1986, p. 418 ; Salamagne 2001, p. 33 et 85.

132 Grimbert 2002, p. 147.

133 Carron et Guillemard 2011, p. 77.

134 Salamagne 1986, p. 418-420.

135 Pflug 2010.

136 Salamagne 1986, p. 421.

137 Loppe 2010, p. 118.

138 Faucherre 1998, p. 187.

139 En 1420, AD Loiret, CC 547, fol. 8v ; en 1426, CC 549, fol. 24.

140 Contamine 1999, p. 343.

141 Charpentier et Cuissard 1896, p. 14-15.

142 Ibid., p. 26.

143 Ibid., p. 30.

144 Ibid., p. 55.

145 Les photographies de 1986 montrent les tiges de ces tirants prises dans la maçonnerie sur la face orientale de l’arche, qui avait été arrachée au niveau de la clef lors du creusement du chantier. Leurs têtes rectangulaires ont été observées sur les claveaux en parement de l’arc occidental.

146 La maçonnerie mentionnée lors de ces travaux (pierres et chaux) doit servir à construire un radier de soutien au fond du fossé comme le suggère sa situation « soubz le chevallet », AD Loiret, CC 549, fol. 15 et 15v. Les couches de matériaux (mortier et pierre) observées au fond du fossé sur le substrat correspondent peut-être à ce radier (Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 62).

147 AD Loiret, CC 551, fol. 13 et 13v.

148 AD Loiret, CC 554, fol. 20.

149 AD Loiret, CC 550 fol. 38v.

150 AD Loiret, CC 553 fol. 22.

151 Ce phénomène de reconstruction des boulevards semble fréquent dans le royaume à partir des années 1430 : Salamagne 1986, p. 420-421.

152 AD Loiret, CC 555 fol. 21 et 38v.

153 AD Loiret, CC 555 fol. 48v et 49.

154 AD Loiret, CC 556 fol. 62v et 63. Il s’agissait de réemployer méthodiquement le matériau disponible pour non seulement réduire les coûts liés à l’extraction mais aussi la durée du transport.

155 AD Loiret, CC 555 fol. 48v et CC 556 fol. 58v.

156 AD Loiret, CC 555 fol. 63.

157 Voir AD Loiret CC 554 à 556.

158 Il s’agit d’importants travaux où la part de maçonnerie s’élève à plus de 58 % de l’investissement, alors que ce poste budgétaire ne représentait que 7 % du premier boulevard (Carron et Guillemard 2011, p. 79).

159 En comparaison, le mur de la courtine de la barbacane de la porte Guillaume est épais de 2,50 m côté faubourg contre 0,90 m du côté de la ville (Acheré 2015, p. 9, 12) ; celui de la courtine ouest du boulevard de la porte Mordelaise de Rennes, reconstruit en 1464, est épais de 3 m (Baudry 2011, p. 185).

160 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 358-367, vol. 3.

161 160 mentions, dont 147 concernent exclusivement la porte Bannier et son boulevard.

162 AD Loiret, CC 560, fol. 98v (1467-1468) ; CC 560, fol.108v (1474).

163 AD Loiret, CC 560, fol.79v ; CC 562, fol.103.

164 AD Loiret, CC 560, fol. 98v; CC 561, fol. 57v ; CC 562, fol.117.

165 AD Loiret, CC 560, fol. 95 ; CC 561, fol. 56.

166 AD Loiret, CC 562, fol. 117.

167 AD Loiret, CC 560, fol. 81v et fol. 97.

168 AD Loiret, CC 560, fol. 62v 

169 AD Loiret, CC 560, fol. 74v  ; CC 562, fol. 120 ; CC 564, fol. 70v.

170 AD Loiret, CC 560, fol. 39v ; fol. 75 ; fol. 90v, fol. 126 et CC 561, fol. 39v, 46, 47v et 54 ; CC 563, fol. 44v.

171 AD Loiret, CC 561, fol. 58.

172 AD Loiret, CC 560, fol. 88v et fol. 90v.

173 AD Loiret, CC 560, fol. 64v et CC 561, fol. 37 ; fol. 37 ; fol. 64v ; fol. 32.

174 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 62.

175 La céramique des fossés de l’enceinte n’a pas fait l’objet d’un examen détaillé en 1986. L’ensemble des lots a été vu et daté en 2013 par Sébastien Jesset (pôle d’archéologie, ville d’Orléans).

176 Les dépouillements de F. Ley étant incomplets pour la période 1449-1467 (Ley 1989), l’absence de ligne concernant l’entretien des fossés ne signifie pas nécessairement l’absence de paiement dans les comptes qu’il faudrait consulter avec acribie.

177 Alix, Durandière 2004, p. 11-14.

178 BM Orléans ms. 587, p.195 ; 1er octobre 1493.

179 AD Loiret, CC 565, fol. 15v.

180 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 98, fig. 118.

181 Ibid., p. 102 ; AD Loiret, 2J 257, fol. 13, en ligne sur http://aurelia.orleans.fr/iconographie.

182 BM Orléans Res. ZH 12, 1575 et 15, 1581 dans Ibid., p. 134.

183 Alix et Durandière 2004, p. 21.

184 L’enceinte constituait un élément structurant majeur du paysage urbain mais ne semblait pas être perçue uniquement comme un édifice défensif, puisque sa porte permettait d’entretenir des rapports multiformes avec le monde du faubourg (Henigfeld, Masquillier 2008 p. 39).

185 Sur l’analyse du rythme de la croissance urbaine aux abords des portes d’enceintes : Noizet, Lallau 2013, p. 117.

186 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 89.

187 AD Loiret, CC 542, fol. 23.

188 Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 74.

189 Philippe à paraître ; Thibault 1998.

190 Vidier et Mirot (éd.) 1909, p. 48, 64 note f et p. 80 et BM Orléans, E 4264, II, fol. 127.

191 Jarry 1909, p. 1.

192 AD Loiret, A 1923, 2e cahier fol. 2. D’après les généalogies du chanoine Hubert, Perrin Sevin dont la profession n’est pas mentionnée, était le fils de Pinot Sevin laboureur à Rouvray-Sainte-Croix connu en 1396 et le père de Jean Sevin qualifié de bourgeois d’Orléans ayant acquis en 1447 la terre de Vilnet, aujourd’hui commune de Le Blanc dans l’Indre (BM Orléans, E 4264 ; vol. II, fol. 271 et sq.).

193 Lardin 2007.

194 Miéjac 1990 ; étude de V. Montembault dans Roux-Capron, Alix, André et al. 2014, p. 229, vol. 2.

195 Koch, Kraemer 2008, p. 445.

196 Des dépotoirs sont attestés aux abords des enceintes ou de leurs fossés à Compiègne et à Colmar, à partir de 1470, ou dans le fossé lui-même à Chambéry (Leguay 1999, p. 64).

197 AD Loiret, 3E 10184, 27 juin 1468 cité dans Petit 1988, p. 91.

198 AD Loiret, 3E 10234, 1er juin 1484 cité dans Petit 1986, p. 44.

199 Petit 1986.

200 Faucherre 1998, p. 197.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Vue générale des vestiges de la porte Bannier en 1987, avant restauration, vue vers l’ouest.
Crédits Cl. D. Petit, DRAH Centre, 1987
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 978k
Titre Fig. 2 Vue générale des vestiges de la porte Bannier en 2015, vue vers le nord.
Crédits Cl. J. Puyo, Ville d’Orléans, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Fig. 3 Plan général des opérations archéologiques et principaux vestiges du xve siècle.
Crédits É. Roux-Capron, 2015, Lambert II, © Pôle d’archéologie, ville d’Orléans
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Fig. 4 Détail des éléments de la porte Bannier et du boulevard, mis au jour en 1986 et 2013, avec les parties restituées.
Crédits DAO É. Roux-Capron, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Fig. 5 Plan de la ville d’Orléans entre le viie et le xie siècle (d’après Joyeux [dir.] 2014, p. 70).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Titre Fig. 6 Voûtes de caves du xiiie siècle, visibles dans la paroi occidentale du parking souterrain en 1987, vue vers le sud.
Crédits Cl. D. Petit, DRAH Centre, 1987
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 641k
Titre Fig. 7 Localisation des rues anciennes et de l’enceinte, au nord du quartier Dunois, à partir des sources planimétriques du xviiie siècle (plan Legrand xviiie siècle, AD Loiret, A 614 et plan de percement de la rue Royale, vers 1754, AC Orléans, 1Fi069).
Crédits É. Roux-Capron, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Titre Fig. 8 Plan de l’enceinte à la fin du xive siècle.
Crédits J. Courtois, Pôle d’archéologie, ville d’Orléans, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 9 Tour nord de la porte Renard et plan simplifié et restitué des fouilles de la place De Gaulle (d’après Carron, Guillemard 2011 : fig. 2 et 3).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 871k
Titre Fig. 10 Tronçons du front ouest de la courtine, visibles sur un plan parcellaire de 1765.
Crédits BM Orléans, ZH 66, 1765
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre Fig. 11 Détail du parement externe sur le front ouest de la courtine au n20 rue Notre-Dame-de-Recouvrance.
Crédits Cl. C. Alix, 2010
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 12a Tronçon du front ouest de la courtine, visible rue de la Chèvre-qui-Danse (vue côté extérieur de la ville, vers l’est).
Crédits C. Alix, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Fig. 12b Tronçon du front ouest de la courtine, visible rue de la Chèvre-qui-Danse (vue côté intérieur, vers l’ouest).
Crédits C. Alix, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 13 La Tour du Heaume au cours des travaux de dégagement en 1973, vue vers le nord.
Crédits AM Orléans, Fonds Pagot
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 14 Pan de maçonnerie observé en arrière de l’avant-corps en 2014 : probable saillant de la tour orientale de la porte Bannier, vue vers le sud.
Crédits Cl. C. Alix, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Titre Fig. 15 Plan de détail des vestiges de la porte Bannier, avec localisation des relevés.
Crédits É. Roux-Capron, 2016
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Fig. 16 Fragment de maçonnerie observé en 1986 pouvant correspondre à une des tours de la porte Bannier.
Crédits Cl. D. Petit, DRAH Centre, 1986
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 17 Restitution 3D du premier état supposé de la porte Bannier, avant ajout du pont-levis.
Crédits L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 18 Relevés de l’avant-corps et du système de franchissement du fossé de la porte Bannier, avec phasage du comblement.
Crédits C. Alix, É. Roux-Capron, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 909k
Titre Fig. 19 Vue générale de l’avant-corps, vers le sud-ouest.
Crédits Cl. É. Roux-Capron, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 20 Appareil à la base du flanc est de l’avant-corps, vue vers le sud.
Crédits Cl. C. Alix, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 21 Détail des traces de marteau taillant sur l’une des retraites de l’avant-corps.
Crédits Cl. C. Alix, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 22 Console ouest de l’avant-corps, vue vers le sud-ouest.
Crédits Cl. C. Alix, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 23 Vue de la pile et de l’avant-corps vers l’ouest.
Crédits Cl. É. Roux-Capron, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig. 24 Restitution de l’état supposé de la porte Bannier après ajout du pont-levis.
Crédits L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 25 Restitution de l’état supposé de la porte Bannier après son adaptation à l’artillerie dans les années 1420.
Crédits L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 26 Archères réaménagées en canonnières à la Tour-Blanche à Orléans, vue vers l’ouest.
Crédits Cl. C. Alix, 2013
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 27 Tour dite de Michau-Quanteau en 1844.
Crédits C. Pensée 1849 : pl. 62, 1844
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Titre Fig. 28 Avant-corps, pont dormant et fossé au-devant de la porte Bannier, lors de leur dégagement en 1987, vue vers le sud-ouest.
Crédits Cl. D. Petit, DRAH Centre, 1987
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Titre Fig. 29a Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.
Crédits L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 29b Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.
Crédits L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 29c Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.
Crédits L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 29d Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.
Crédits L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 29e Schéma constructif du boulevard de la porte Bannier entre 1417 et 1420.
Crédits L. Josserand, Polytech’Orléans, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 30 Vue de l’angle nord-ouest du chantier du parking en 1987 lors des terrassements : le fossé du boulevard en noir est creusé dans l’encaissant calcaire blanc.
Crédits DAO D. Petit, DRAH Centre, 1987
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 31 Hypothèses pour l’implantation des accès au boulevard de la porte Bannier.
Crédits É. Roux-Capron, 2015
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 32 Vue de la face est du pont dormant, vers le nord-ouest.
Crédits Cl. É. Roux-Capron, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 33 Restitution de l’état supposé de la porte Bannier après la reconstruction du boulevard en 1448.
Crédits L. Josserand, Polytech’Orléans, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 34 Secteur de la porte Bannier après destruction de l’enceinte au début du xvie siècle.
Crédits Plan Legrand xviiie siècle, AD Loiret, A 614. É. Roux-Capron, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 35 Fragments de chaussures en cuir découverts dans le fossé du boulevard en 2013.
Crédits Cl. É. Roux-Capron, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2781/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, Diane Carron, Émilie Roux-Capron et Laurent Josserand, « La porte Bannier, entrée principale de la ville d’Orléans aux xive-xve siècles »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 91-122.

Référence électronique

Clément Alix, Diane Carron, Émilie Roux-Capron et Laurent Josserand, « La porte Bannier, entrée principale de la ville d’Orléans aux xive-xve siècles »Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2781 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.2781

Haut de page

Auteurs

Clément Alix

Pôle d’archéologie, ville d’Orléans

Articles du même auteur

Diane Carron

EHESS, Centre de Recherches Historiques, UMR 8558

Articles du même auteur

Émilie Roux-Capron

Pôle d’archéologie, ville d’Orléans

Articles du même auteur

Laurent Josserand

Polytech’Orléans

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search