Navigation – Plan du site

Les ardoises gravées de l’abbaye de Prémontré (Aisne), un support de notation musicale aux xve-xvisiècles

The Carved Slates from the Abbey of Prémontré (Aisne), a Material for Musical Notation in the 15th-16th Centuries
Notenschrift des 15. u. 16. Jhs. auf gravierten Schiefertafeln aus der Abtei Prémontré (Picardie)
Thierry Galmiche et Vincent Buccio
p. 123-134

Résumés

L’abbaye de Prémontré a été fondée en 1121 dans l’évêché de Laon. Trois ardoises gravées de notations musicales ont été mises au jour lors de fouilles archéologiques réalisées dans l’enceinte abbatiale entre 2010 et 2012. Pour deux d’entre elles, ces inscriptions consistent uniquement en des portées. Pour l’autre ardoise, des notes de musique ont, en outre, été dessinées.Un premier recensement indique que ce type d’artefact n’est pas isolé, trente-trois objets similaires ont en effet été dénombrés. Ils sont tous datés des xve-xve siècle. Dans l’état actuel des recherches, l’aire géographique de ces découvertes s’étend du sud-ouest de la France aux îles Britanniques en passant par la Bretagne, l’Île-de-France, la Picardie, la Belgique et les Pays-Bas.L’essentiel de ces ardoises ont été retrouvées en contexte ecclésiastique. Leur examen fait ressortir des disparités tant au niveau de la forme des ardoises que des dimensions, parfois difficiles à apprécier, et des inscriptions qui y sont portées. A minima, des portées sont présentes (à l’exception de l’exemplaire de la chapelle de Lopikerkapel, les notes sont en notation blanche mesurée). Dans d’autres cas, l’intention de réaliser des supports destinés à être réutilisés est patente.Ces différences nous ont conduits à définir trois catégories d’ardoise. Les premières, sur lesquelles sont inscrites des portées et, de façon occasionnelle des notes, ont été utilisées comme simple support à noter de la musique. Après chaque usage, elles sont effacées. Ces supports ont ainsi pu servir pour l’apprentissage de la composition ou pour l’entraînement à la concordance des voix. Les ardoises 2 et 3 de Prémontré ont été rangées dans ce groupe. Des extraits musicaux sont intentionnellement gravés sur les schistes de la deuxième catégorie mais leur usage est unique. L’emploi de ces ardoises comme support temporaire de composition peut être proposé. Une fois l’extrait recopié, l’ardoise est jetée. La troisième catégorie, numériquement moins importante, est constituée d’ardoises à usages répétés. Ces schistes pourraient avoir été utilisés dans l’apprentissage par mémorisation ou comme supports pour des choristes. L’exemplaire 1 de Prémontré, classé dans cette catégorie, est le plus complet : il est exceptionnel par son état de conservation et par la longueur du fragment musical gravé. Chacune de ces ardoises pourrait donc avoir été utilisée dans la composition ou l’apprentissage de la musique.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1 Localisation de Prémontré.

Fig. 1 Localisation de Prémontré.

Introduction

  • 1 Dufour-Malbezin 2001, acte 93, p. 170-171 ; Taiée 1872 et 1873.
  • 2 Plouvier 1985, p. 221.

1L’abbaye de Prémontré (fig. 1) a été fondée en 1121 par Norbert de Xanten sur un manse cédé par l’évêque de Laon1. Elle devient ainsi le premier chef de l’ordre qui porte son nom, et son développement s’étend rapidement à toute l’Europe. L’établissement de Prémontré, strictement masculin, fait l'objet de plusieurs campagnes de construction au cours du Moyen Âge et de l’Époque moderne, avant d'être vendu comme bien national à la Révolution française. Une verrerie y est installée pendant la première moitié du xixe siècle. Enfin, les lieux sont acquis par le département de l’Aisne en 1862 pour y installer un hôpital psychiatrique2.

Fig. 2 Plan de l’abbaye.

Fig. 2 Plan de l’abbaye.

DAO V. Buccio, T. Galmiche

  • 3 Galmiche, Buccio, Robin 2008 ; Galmiche, Buccio 2009.
  • 4 Galmiche, Buccio, Robin et al. 2012 ; Galmiche, Buccio, Boitelet et al. 2013.

2Un réaménagement complet des locaux a motivé la réalisation successive par le pôle archéologique du département de l’Aisne de deux diagnostics en 2008 et 20093, et d’une fouille préventive en deux phases échelonnées entre 2010 et 2012, qui a permis d’étudier une partie de l’ensemble abbatial4. Lors de l’opération de 2010-2011, une ardoise sur laquelle étaient gravées des notations musicales a été découverte (ardoise 1) dans le secteur directement à l’est de l’ensemble conventuel (fig. 2). En 2012, trois autres fragments d’ardoise ont été mis au jour dans ce même secteur. Deux d’entre eux appartiennent au même objet (ardoises 2 et 3).

3L’ardoise 1 provient d’un remblai situé sous un escalier d’accès à une citerne. Le mobilier céramique permet de proposer une datation de cet ensemble au début du xve siècle.

4Les ardoises 2 et 3 sont légèrement plus récentes. Elles sont issues d’un remblai contemporain de l’aménagement d’un mur de terrasse parallèle à l’ensemble conventuel. Ce mur, dont l’extension a été mise en évidence jusqu’au chevet de l’église abbatiale, appartient à une phase de transformation de ce secteur en jardin. Ces travaux de réorganisation peuvent être attribués au deuxième tiers du xvie siècle.

  • 5 Vendrix 2012, p. 14.
  • 6 Tacaille 2012, p. 291.
  • 7 Fiala 2012, p. 345.

5Au Moyen Âge et à l’époque moderne, la base de la formation théologique passe par l’apprentissage de la lecture et de l’écriture mais elle inclut aussi la musique. Dans la région correspondant à l’actuelle Picardie, nombre de structures ecclésiastiques dispensent une activité formatrice qui rayonne dans toute l’Europe. C’est ce qui explique sans doute en partie le fait qu’elle voit naître, du xive au xviie siècle, un nombre exceptionnel de musiciens5. Les enfants de chœur sont ainsi initiés à la polyphonie et au contrepoint écrit et savant6. Les chapitres vont développer au cours du Moyen Âge des écoles de mieux en mieux dotées en moyens financiers7. Lieux de formation des enfants de chœur, ces maîtrises ou psallettes accueillent également des chantres qui poursuivent ici leur pratique musicale après que leur voix a mué. À Prémontré, aucune mention relative à l’apprentissage de la musique ne semble avoir été conservée. L’importance de cet établissement, chef d’ordre, rend néanmoins plausible la présence d’une école qui permettait la formation des enfants de chœur.

  • 8 Mertens, Clercx 1953.
  • 9 Clercx 1955.
  • 10 Ibid., p. 164.
  • 11 Owens 1997.

6Suite à la découverte en 1951-1952 d’une ardoise gravée de partitions musicales lors d’une fouille à Fosses-la-Ville (province de Namur, Belgique), Suzanne Clercx est la première à avoir attiré l’attention sur ces supports8. En 1955, elle posa la question du recours aux tablettes effaçables dans la pratique musicale au xvie siècle9. Malgré l’absence de partitions sur papier conservées pour cette époque, Suzanne Clercx envisage que le report de toutes les voix sur un même support de façon superposée soit pratiqué dès le siècle précédent10. En se basant notamment sur un écrit de Lampadius en 1537, elle conclut à l’utilisation par les maîtres de tablettes en bois ou en pierre comme support de partition lors de la composition de chants. Chacune des voix est ensuite recopiée de façon séparée pour la pratique, chaque exécutant n’ayant besoin que de la partie le concernant. La tablette est ensuite effacée dans la perspective d’un nouvel usage. En 1997, Jessie Ann Owens publia une thèse consacrée à l’apprentissage et à la composition musicale entre 1450 et 160011. Ce travail s’accompagna du recensement des tablettes effaçables découvertes en contexte archéologique et de l’inventaire des représentations iconographiques et des mentions textuelles relatives à ces supports. L’auteur distingue les notations en parties séparées des pseudo-partitions, sur lesquelles les voix sont superposées, et les partitions sur lesquelles des barres de mesure sont indiquées. Elle conclut à l’utilisation de partitions dans l’étude de la polyphonie mais exclut leur usage pour la composition. Ses recherches la conduisent également à conclure que le recours aux tablettes effaçables paraît attesté dans l’apprentissage du contrepoint ou comme brouillon lors de la composition.

  • 12 Hermelink 1961.
  • 13 Owens 1997, p. 101-107.
  • 14 Ibid., p. 76-77.
  • 15 Lampadius 1537, section G.
  • 16 Owens 1997, p. 78.
  • 17 Ibid., p. 85.
  • 18 Ibid., p. 88.

7En partant des travaux de Siegfried Hermelink12, Jessie Ann Owens a complété le recensement iconographique et écrit des tablettes ou cartellae13. Par ce terme, elle désigne un support effaçable, à l’exclusion du papier, dont la surface lisse permet l’écriture. Quelque 31 mentions de tablettes ont été dénombrées par Jessie Ann Owens dans des manuscrits écrits en italien, français, catalan, allemand, anglais ou latin entre 1512 et 164314. Les cartellae sont presque toujours en pierre et, plus précisément, en ardoise. L’usage du bois est néanmoins précisé dans un ouvrage pédagogique écrit par Lampadius en 153715. D’autres documents indiquent l’utilisation de cire ou de plâtre16. Les représentations iconographiques de tablettes montrent des supports utilisés soit verticalement soit horizontalement17. Dans les limites du corpus connu, les premiers sont, en général, de plus grande taille que les seconds. Une tablette en pierre est représentée sur une gravure de Heemskerck en 1554. De format allongé, cette tablette se prolonge dans sa partie haute par un appendice perforé utile, sans aucun doute, pour la fixation. Un stylet est accroché à cette ardoise par un fil. Plusieurs mentions font état de ventes ou d’achats de tablettes à Venise et à Florence au xvie siècle18. La représentation ou la description de ces ardoises est trop laconique pour pouvoir être utilisée dans un exercice comparatif.

8Après une description archéologique des trois ardoises de Prémontré, nous nous attacherons à leur place dans le corpus de ce type d’artefact. Ce travail nous permettra d’éclairer leur fonction et leur mode d’utilisation.

1. Description des ardoises découvertes à prémontré

1.1. L’ardoise complète issue de la campagne de 2010-2011 (ardoise 1)

Fig. 3 Ardoise 1.

Fig. 3 Ardoise 1.

9Le fragment provenant de l’escalier de la citerne est une ardoise de forme pentagonale d’une longueur maximale de 19,5 cm et de 16 cm de largeur (fig. 3). Son épaisseur est de 0,8 cm. La question de l’utilisation initiale de cet objet est posée. L’absence de trou de fixation et d’une patine provenant d’une utilisation en couverture exclut que cette ardoise ait été employée sur une toiture, aussi envisageons-nous que cet objet ait été spécifiquement taillé pour un usage musical. Une encoche assez marquée est présente sur un des côtés obliques. Son examen montre qu’elle a été volontairement aménagée et ne résulte pas d’un accident. L’aspect de surface des deux côtés de l’ardoise est différent. Si l’avers est régulier, le litage de la pierre apparaît en revanche sur le revers, donnant un aspect beaucoup plus brut à cette face. Aucun tracé n’y a été mis en évidence.

10Quatre portées de cinq lignes sont gravées sur l’avers. Ces vingt lignes ont été tracées à main levée et sont donc irrégulières et peu rectilignes. Un examen minutieux montre que leur tracé déborde, partiellement, sur les tranches de l’ardoise. La portée du bas est interrompue par les bords, l’encoche indiquant clairement la postériorité de cette dernière. L’absence de barre de mesure peut être indiquée.

  • 19 Apel 1942, p. 87.
  • 20 Ibid., p. 96.
  • 21 Ibid., p. 87.

11Des carrés et des losanges dotés ou non d’une hampe vers le haut sont notés sur ces portées. Ces signes musicaux sont spécifiques de la notation blanche qui apparaît au cours de la première moitié du xve siècle et qui est employée jusqu’à la fin du xvie siècle19. Dans la notation blanche, les brèves symbolisées par un carré valent deux ou trois semi-brèves figurées par des losanges. Le losange avec hampe représente une minime (équivalent à la moitié ou au tiers d’une semi-brève)20. Le trait vertical simple observé sur la deuxième portée pourrait représenter un silence21, à moins qu’il ne s’agisse d’un vestige de note partiellement effacée. Une clef d’ut est indiquée au début de chaque portée au niveau de la première ligne. L’espace entre chaque note est assez régulier mais des rajouts pourraient avoir altéré la structure initiale. Au moins deux repentirs ont été distingués sur la troisième et sur la dernière portée. Ils prennent la forme de notes rayées au moyen de petits traits parallèles. Une barre verticale est gravée sur la dernière portée. Le caractère unique de ce signe sur l’ensemble de l’ardoise rend son interprétation comme barre de mesure peu crédible. Cette marque pourrait indiquer une différence entre deux parties de chant. Cet extrait polyphonique était destiné à une seule voix qui exécutait successivement les quatre portées. La clef d’ut sur la première ligne indique que cette tablette était dédiée au superius.

12L’absence de notes dans le tiers final de la dernière portée est à rapprocher de la présence de l’encoche qui a manifestement contraint le graveur à interrompre son travail. Si cette échancrure est postérieure à la gravure des portées, elle apparaît donc antérieure au report des notes. Il est donc tout à fait plausible, compte tenu du caractère volontaire de cet aménagement, qu’il ait été réalisé afin d’améliorer la préhension de l’ardoise. Cette proposition est validée par l’observation de l’état de surface. La zone située 5 cm en haut à gauche de l’encoche apparaît en effet usée. Pour un droitier, cet endroit correspond à celui où prend appui le pousse droit, le reste de la main reposant à plat sur le revers afin de stabiliser l’ardoise. Les portées et les notes sont altérées de façon identique par le frottement, ce qui indique sans équivoque que cet objet a été utilisé avec l’ensemble des signes décrits précédemment pendant une période assez longue.

1.2. Les trois fragments de la campagne de 2012 (ardoises 2 et 3)

Fig. 4 Ardoise 2.

Fig. 4 Ardoise 2.

13Les découvertes relatives à la campagne de 2012 sont fragmentaires.

14Les deux premiers morceaux appartiennent à un même objet (ardoise 2, fig. 4) d’une épaisseur de 5 mm dont la largeur est supérieure à 10 cm et la longueur supérieure à 11 cm.

15Une portée de cinq lignes tracée à main levée y a été gravée. Trois lignes appartenant vraisemblablement à une autre portée sont visibles à l’extrémité du plus gros fragment. Aucune autre notation musicale n’a été mise en évidence.

Fig. 5 Ardoise 3.

Fig. 5 Ardoise 3.

16Le dernier fragment (ardoise 3, fig. 5) est de plus petite taille : 4,5 cm de longueur sur 3,7 cm de largeur. Des lignes plus profondément incisées que pour les exemplaires précédents ont été tracées à la règle parallèlement au grand côté conservé. Elles se partagent en deux groupes : les cinq du haut constituent une portée. Les quatre du bas appartiennent, avec peu de doutes, à une autre portée partiellement endommagée. On notera que la cassure dans la partie haute de l’ardoise a suivi la ligne supérieure de la partition. Une ligne en zigzag peu marquée a été mise en évidence perpendiculairement aux lignes gravées. Son tracé évoque un biffage. Son exécution apparaît ainsi involontaire et résulterait d’un accident par son utilisateur, au moment d’effacer la surface de l’objet.

2. L’exemple d’autres ardoises découvertes en contexte archéologique

Fig. 6 Recensement des ardoises.

Fig. 6 Recensement des ardoises.

17Dans l’état actuel de nos recherches, 36 ardoises gravées de notations musicales ont été recensées. Le niveau d’information attaché à chacune de ces découvertes est variable. Certaines, aujourd’hui disparues, ne sont connues que par de courtes notices publiées dans des revues locales. D’autres, en revanche, ont fait l’objet d’un descriptif voire d’une étude plus détaillée.

18Nous avons résumé, dans la figure 6, les principaux renseignements collectés. Des précisions complémentaires à celles indiquées dans le tableau apparaissent toutefois nécessaires. Une présentation par aire géographique a été retenue.

2.1. Les découvertes régionales

  • 22 Anonyme 1943, p. 58.

19En intégrant les exemplaires de Prémontré, 22 ardoises complètes ou partielles ont été découvertes sur l’actuel territoire picard. La plus ancienne semble avoir été découverte à Senlis (Oise) au cours des fouilles du vieux château. Elle fut présentée à la Société archéologique de cette ville en 194322. Une portée de cinq lignes sur laquelle ont été tracées une clef d’ut, une indication de mesure et quatre notes de forme ovale y était gravées. Deux autres portées semblant appartenir à un état plus ancien ont aussi été mises en évidence. Cette ardoise est munie d’un orifice de fixation. Dans un triangle allongé placé sous la première portée décrite, une inscription pourrait indiquer le possesseur de l’objet : un certain Guillaume Lequeux. L’écriture évoque les xve-xvie siècles. Des portées musicales ont également été incisées au verso.

  • 23 Durvin 1956, p. 11 ; Durvin 1975, p. 123.

20L’ardoise de Saint-Leu-d’Esserent (Oise) provient des fouilles de l’abbatiale en 195523. Une portée de cinq lignes est gravée au recto. L’identification d’une clef de sol paraît douteuse.

  • 24 Chailley 1979, p. 51-52.

21En 1972, deux fragments d’ardoise ont été mis au jour au pied du pilier sud-ouest de la croisée de la Basse-Œuvre à Beauvais dans l’Oise24. Ils sont attribués à la seconde moitié du xve siècle ou au début du xvie siècle. Quatre portées de cinq lignes sont inscrites sur ces deux fragments. Sur l’un des deux, des notes sont plus ou moins profondément incisées. Le caractère peu marqué de certaines notes laisse penser qu’elles ont été gravées accidentellement, peut-être avec une craie trop dure.

Fig. 7 Ardoises de Vauclair.

Fig. 7 Ardoises de Vauclair.
  • 25 Information transmise par de Pierre de Menten, Groupe Source et Patrick Hoffsummer, université de (...)
  • 26 Courtois, 1983, p. 86.

22Les fouilles de l’abbaye cistercienne de Vauclair (commune de Bouconville-Vauclair, Aisne) ont permis la constitution d’un corpus assez conséquent d’ardoises gravées, dont quinze spécimens ayant trait à la musique (fig. 7). Le contexte de découverte a pu être explicité pour quatre d’entre elles, qui proviennent d’un bâtiment fouillé en 1973 et 1974 ou de ses pourtours immédiats25. Cet édifice non interprété se trouve à l’ouest des bâtiments conventuels, au sud du pressoir et à l’est de l’hôtellerie26. Les données de fouille indiquent pour la campagne de 1973 la mise au jour d’un nombre important de schistes gravés, aussi est-il possible que l’essentiel des ardoises qui nous intéressent ici proviennent également de ce secteur. L’hypothèse d’un bâtiment en lien avec l’enseignement peut être proposée. Le corpus apparaît relativement fragmenté et aucune ardoise complète n’est conservée. La facture des quinze ardoises est identique. Le tracé des portées est réalisé à main levée et, le plus souvent, les indications musicales avoisinent avec d’autres d’inscriptions (lettres et chiffres). Les deux faces ont généralement été utilisées. Le nombre de portées se limite généralement à un en raison de l’état de fragmentation des pièces. L’absence de notes n’est avérée que pour quatre ardoises. Pour les autres, les notes ont été gravées en écriture blanche ou sous la forme de traits verticaux. L’extrait conservé n’est le plus souvent que de quelques notes mais est quelquefois aussi plus conséquent. La présence d’une clef d’ut sur la deuxième ligne ainsi qu’une barre de mesure sont suspectées sur le fragment 35. La question du remploi d’un élément de couverture comme support d’écriture est posée dans le cas du fragment 72-a, sans qu’il soit possible de trancher pour l’interprétation des trois perforations conservées entre des trous de fixation et un système d’attache pour un stylet ou pour l’ardoise elle-même.

2.2. D’autres découvertes en France et en Europe

23Le corpus recensé dans le présent paragraphe provient de deux secteurs géographiques particuliers. Le premier concerne une zone qui s’étend, de part et d’autre de la Picardie, de Paris au sud des Pays-Bas (4 occurrences) et le second, les îles Britanniques (8 exemplaires). Seules les ardoises de Toulouse et de Vitré n’appartiennent pas à l’un de ces deux ensembles.

  • 27 Guyard (dir.) 2003, p. 245-246.

24Deux fragments appartenant à une même ardoise ont été trouvés en 1994, à Paris, lors des fouilles du Collège de France27. La présence de deux portées a été extrapolée par les auteurs à partir des lignes incisées sur l’avers. Un des deux morceaux a été volontairement perforé. Ces matériaux, datés du XVIe siècle, proviennent du collège de Cambrai, situé dans la parcelle contiguë au lieu de la découverte.

25Trois ardoises ont été recensées en Belgique et aux Pays-Bas.

  • 28 Clercx 1955, p. 158 et ill. 1.

26L’ardoise découverte à Fosses-la-Ville en Belgique, en 1951-1952, est de forme pentagonale28. Elle provient du puits de l’église Saint-Feuillien. Elle est gravée des deux côtés de six portées musicales de cinq lignes chacune et est datée du xvie siècle.

  • 29 Information transmise par de Gunter Stoops, archéologue à la ville de Gand.

27Lors des fouilles d’une maison médiévale en pierre, un autre exemplaire d’ardoise gravée a été mis au jour, en 1993, à Sint-Baafsplein, Gand (Flandre orientale, Belgique). Cet objet a été prélevé dans les niveaux de latrines datées des xive-xve siècles29. Une seule portée figure sur cette ardoise. Quelques notes y sont gravées ainsi qu’une probable clef d’ut en début de troisième ligne.

  • 30 Scheurs 1995, p. 21.

28Une ardoise a été découverte, en 1984-1985, dans la chapelle de Lopikerkapel (commune de Lopik, province d’Utrecht aux Pays-Bas)30. Elle est datée du xve siècle. Trois portées sont tracées à la règle sur le recto. Celle du haut ne possède que quatre lignes. Des traits ont été incisés à main levée sur toute la longueur pour individualiser chaque portée. Des notes en forme de petits traits verticaux sont placées sur et entre les lignes. Des traits verticaux figurent aussi sur ce support sans qu’il soit possible de préciser s’il s’agit ou non de barres de mesure. Le verso a davantage été sollicité. Deux portées accompagnées de notes peuvent être distinguées. Trois phrases non transcrites sont également présentes. Une perforation est visible en partie basse. Trou de fixation pour un objet initialement destiné à une toiture ou encoche aménagée pour la préhension de l’ardoise, il est difficile de trancher.

29Les huit ardoises suivantes proviennent des îles Britanniques.

  • 31 Blezzard 1979, p. 26.

30Deux ardoises issues de fouilles réalisées à Mudgley (Somerset, Royaume-Uni) en 1886 ont été déposées au musée de Wells (Somerset, Royaume-Uni) en 189831. Elles ont été découvertes dans un manoir occupé entre 1255 et le milieu du xvie siècle par le doyen du chapitre de la cathédrale de Wells. Quatre portées de cinq lignes ont été incisées sur la première qui est de forme quadrangulaire. Une clef d’ut figure sur la quatrième ligne des trois premières portées. Les notes en écriture blanche et l’indication « kyrie » ont permis d’identifier le fragment musical noté sur les deux premières portées comme le Kyrie pater cuncta. Le chant correspondant à la troisième portée aurait été identifié comme le Ite, cunctipotens missa est. La quatrième portée semble avoir été gravée dans un second temps. La seconde ardoise est plus petite. Elle comporte deux portées dont seule la première possède une clef. Les notes qui y sont gravées en écriture blanche désignent un fragment de musique polyphonique. Une inscription difficile à déchiffrer est notée au verso.

  • 32 Bliss 1966, p. 41-43.

31Quatre ardoises fragmentées portant des notations musicales ont été découvertes à Smarmore (comté de Louth en Irlande)32. Elles appartiennent à un ensemble de 49 pièces de la première moitié du xve siècle mises au jour lors des fouilles de l’église en 1959. La majorité de ces éléments est constituée d’ardoises en lien avec l’apprentissage scolaire, gravées le plus souvent par des élèves. Les ardoises musicales, datées du deuxième quart du xve siècle, auraient été gravées par un maître pour sa pratique personnelle. Les portées comportent des notes en écriture blanche et des barres de mesure. Une de ces compositions évoque un accompagnement pour une danse.

  • 33 Elliot 2000, p. 205-208.

32Deux exemplaires d’ardoises sur lesquels des notations en écriture blanche sont gravées ont été découverts lors des fouilles du prieuré clunisien de Paisley (Renfrewshire, Écosse) en 199133. Deux courts extraits en notation blanche destinés à deux voix différentes d’une même composition polyphonique sont incisés sur le premier. Ces deux ardoises sont datées du xve siècle voire du début du siècle suivant.

  • 34 Collectif 1999, p. 28.

33L’ardoise issue des fouilles du Lycée Ozenne à Toulouse (Haute-Garonne), en 1997, est rectangulaire. Huit portées superposées y sont gravées34. Elles sont scandées de trois lignes verticales qui peuvent être interprétées comme des barres de mesure. Ce support était utilisé dans l’école de musique des chanoines de Saint-Sernin au xvie siècle.

  • 35 Berthon, Coussirat, Guérin 2012, vol. 1, p. 142.

34Les fouilles du château de Vitré (Ille-et-Vilaine) ont également permis d’exhumer, en 2009-2010, un fragment d’ardoise gravée de notations musicales35. Cet objet, daté de la première moitié du xvie siècle, provient plus précisément des remblais d’une maison qui aurait appartenu au chapitre de la collégiale de La Madeleine et où se tenait le « maître des enfants de chœur ». Trois portées de cinq lignes et une autre portée, incisée de manière oblique par rapport aux autres, y sont gravées. Des notes en notation blanche sont aussi présentes. Des caractères sont inscrits sur trois lignes au verso.

3. La question des tablettes musicales en ardoise

3.1. Synthèse des caractéristiques de ces ardoises

35L’ensemble des 36 exemplaires dénombrés pour cette étude est attribué au xve ou xvie siècle.

36À l’exception des tablettes de Senlis et de Gand, mises au jour respectivement dans un contexte d’habitat seigneurial et civil, l’essentiel du corpus recensé provient de milieux ecclésiastiques. Dans le cas de Smarmore, de Paris, de Toulouse et de Vitré, la présence d’une école a été démontrée. Le matériau utilisé est de l’ardoise sauf pour les fragments de Smarmore.

37Les dimensions de ces supports sont difficiles à apprécier compte tenu de leur état de conservation partiel. Les ardoises les plus grandes sont celles de Fosses-la-Ville et de Toulouse. Mis à part ces deux exemplaires, la largeur des tablettes conservées paraît s’établir entre 8 et 16 cm. Les exemplaires recensés sont utilisés soit horizontalement, soit verticalement. Deux d’entre eux sont pentagonaux : celui de Fosses-la-Ville et l’ardoise 1 de Prémontré. Les autres, lorsqu’il est possible de le préciser, sont plus ou moins rectangulaires.

  • 36 Durvin 1975, p. 123.
  • 37 Blezzard 1979, p. 26.

38Mises à part des portées dont le nombre varie de un à six, d’autres inscriptions sont gravées sur ces supports. Toutes ne sont pas en rapport avec la musique. L’exemplaire de Saint-Leu-d’Esserent est ainsi couvert, au recto, d’un alphabet incomplet et d’un nom de personne et, au verso, de signes difficilement déchiffrables36. Un chien est dessiné au verso d’une des tablettes de Smarmore37. Ces éléments indiquent une utilisation musicale non exclusive de ce support. Cette particularité est éloquente pour les ardoises de Vauclair.

  • 38 Scheurs 1995, p. 21.
  • 39 Chailley 1979, p. 52.
  • 40 Bliss 1966, p. 43.

39Les notes sont gravées en écriture blanche à l’exception de l’ardoise de Lopik38 et de certaines ardoises de Vauclair. Le recours à des traits verticaux pour ces deux exemples paraît opportuniste et sous-tend davantage une adaptation d’écriture qu’un réel système de notation. On remarquera également une notation légèrement cursive pour les deux fragments de Beauvais39. Même s’il n’est pas toujours possible de trancher, une distinction peut être opérée entre les supports pour lesquels les notes ont été gravées fortuitement, avec une craie trop dure par exemple, sur un support destiné à être réutilisé (exemplaire de Senlis et fragment 2 de Beauvais) et ceux pour lesquels cette opération paraît intentionnelle (les deux exemplaires de Mudgley, les quatre de Smarmore, ceux de Lopik, Gand, Vauclair et Vitré et l’ardoise 1 de Prémontré). L’extrait est parfois précédé d’une clef (Mudgley, Senlis, Gand, deux exemplaires de Smarmore, fragment 2 de Beauvais, schiste 35 de Vauclair et ardoise 1 de Prémontré). Une barre de mesure aurait été vue sur l’ardoise de Senlis et peut-être aussi sur celle de Lopik et sur le fragment 35 de Vauclair. Les extraits conservés appartiennent tous à des chants polyphoniques à l’exception d’un des exemplaires découvert à Smarmore qui pourrait avoir servi de support pour une musique d’accompagnement pour une danse40.

3.2. Les différentes utilisations des supports en ardoise

40L’examen des trois ardoises découvertes à Prémontré et leur confrontation avec le corpus recensé indiquent, de toute évidence, différentes fonctions. Si sept des exemplaires décrits présentent uniquement des portées, des notes sont, en revanche, gravées sur les autres. Afin de tenter de définir à quelle catégorie chaque ardoise gravée appartient, nous nous sommes appuyés sur les critères suivants : le soin apporté lors de l’incision, le respect du support et l’absence de signes étrangers à la musique.

41Les exemplaires 2 et 3 de Prémontré appartiennent à la catégorie des supports sur lesquels aucune note n’est portée (catégorie 1). Les ardoises de Fosses-la-Ville, Saint-Leu-d’Esserent, Paris, Toulouse, le fragment 1 de Beauvais et trois des schistes de Vauclair appartiennent aussi à ce groupe. L’exemplaire de Senlis et le fragment 2 de Beauvais sur lequel des notes sont gravées de façon fortuite peuvent être intégrés à cette catégorie. Les supports de ce groupe sont vraisemblablement employés de façon répétée pour noter de la musique. Après chaque utilisation, les notes sont effacées et l’ardoise peut servir à nouveau. L’abandon de ces supports intervient après bris ou lorsque des notes ont malencontreusement été incisées à la surface.

42Parmi les ardoises sur lesquelles des notes sont gravées de façon délibérée, une distinction peut être proposée quant à la durée d’utilisation de ces supports. L’ardoise peut, en effet, faire l’objet d’un usage unique (catégorie 2). L’extrait est gravé dans une intention particulière sur laquelle nous reviendrons, puis le support devenu inutilisable est jeté.

43L’ardoise peut aussi être utilisée de façon plus pérenne (catégorie 3). Dans ce cas la gravure a valeur d’enregistrement pour un extrait musical donné ; le support est alors conservé.

44Les deux ardoises de Mudgley, les 12 schistes de Vauclair portant des notes et celles de Gand et Vitré appartiennent à la catégorie 2. L’ardoise 1 de Prémontré, celles de Smarmore et vraisemblablement aussi celle de Lopik ont été regroupées dans la catégorie 3.

3.3. Apprentissage ou composition

  • 41 Clercx 1955, p. 163.
  • 42 Chailley 1979, p. 53.

45À l’exception de l’ardoise de Saint-Leu-d’Esserent et des trois ardoises de Vauclair sur lesquelles aucune note n’est gravée, les portées, pour la catégorie 1, ont été tirées à la règle et apparaissent globalement soignées. Cette préparation rationnelle de l’objet est compatible avec un usage répété de celui-ci permettant d’y reporter des notes de façon éphémère. Leur utilisation comme support temporaire de composition pour vérifier les concordances de la polyphonie peut ainsi être proposée. Cette supposition a été formulée par Suzanne Clercx dès 195541 en s’appuyant sur l’ouvrage de Lampadius. Une fois la notation recopiée de manière durable, l’ardoise est ensuite effacée. L’hypothèse d’un objet utilisé par un élève pour s’entraîner à la concordance des voix peut également être envisagée42.

46Les deux mêmes propositions d’interprétation peuvent également être avancées pour les exemplaires de la deuxième catégorie. Le choix de graver des notes rend l’ardoise inutilisable ; aussi inclinons-nous plutôt ici vers l’hypothèse d’un support temporaire de composition.

  • 43 Harrisson 1967, p. 77.

47Les ardoises de la troisième catégorie relèvent d’un autre usage. Leur utilisation répétée apparaît, en effet, incompatible avec un exercice d’écriture ou avec un support employé pour la composition. Ces ardoises pourraient ainsi avoir servi pour l’apprentissage du contrepoint par mémorisation de la polyphonie ou comme supports pour des choristes43.

Conclusion

48Les ardoises de Prémontré s’intègrent par leurs dimensions, leur morphologie, leur facture et leur usage, dans le corpus des autres exemplaires recensés. L’ardoise 1 apparaît néanmoins exceptionnelle par son état de conservation propice à des investigations tracéologiques et surtout, par la longueur du fragment musical qui y est gravé, même si la question de l’éventuelle identification de cet extrait reste ouverte.

  • 44 Nous remercions chaleureusement Christian Meyer (Centre d'études supérieures de la Renaissance) et (...)

49Le dénombrement entrepris pour cette présente étude ne semble pas indiquer une grande abondance de ce type d’objets. Bien que le présent travail de recensement ne vise, bien entendu, pas à l’exhaustivité, seules 36 ardoises ont été répertoriées dont certaines ne sont conservées que de façon très partielle. En l’état de la recherche, il est difficile d’interpréter la rareté des supports de ce type référencés. Elle pourrait s'expliquer, par exemple, par une réelle rareté de ces objets ou par des problèmes de conservation ou d’identification sur le terrain. L’examen de la répartition géographique des ardoises citées dans cette étude donne un élément de réponse à cette question. Le nombre important de fragments picards reflète moins la forte représentativité de la région pour ce type de supports que l’état de notre recherche. Nos investigations se sont, en effet, davantage portées sur les découvertes issues de ce secteur géographique. À ce titre, l’importante quantité de fragments mis au jour à l’abbaye de Vauclair et, dans une moindre mesure, à Prémontré, indique certainement que l’utilisation d’ardoises gravées n’est pas rare aux xvexvie siècles. Les découvertes non encore recensées ici et celles à venir permettront peut-être de moduler ce constat44.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme
1943, « Fragments d’ardoise, réunion du 9/12/1943 », Société d’histoire et d’archéologie de Senlis, p. 58.

Apel W.
1942, La notation de la musique polyphonique 900-1600, Cambridge, The Medieval Academy of America.

Berthon A.-A., Coussirat M., Guérin T.
2012, Place du Château, Vitré (35), Rapport final d’opération archéologique, déposé à la Drac Bretagne (SRA), 3 vol.

Blezzard J.
1979, « The Wells musical slates », The Musical Times, vol. 120, no 1631, p.26-29.

Bliss A.-J.
1966, « The inscribed slates at Smarmore », Proceedings of the Royal Irish Academy, no 64, section C, p. 33-60.

Chailley J.
1979, « Tabulae Compositoriae », Acta Musicologica, no 51-1, p. 51-54.

Clercx S.
1955, « D’une ardoise aux partitions du xvie siècle… », dans Mélanges d’histoire et d’esthétique musicales offerts à Paul-Marie Masson, Paris, Richard Masse (Bibliothèque d’études musicales), p. 157-170.

Collectif
1999, Les fouilles archéologiques du lycée Ozenne à Toulouse, Paris, Association pour les fouilles archéologiques nationales.

Courtois R.
1983, « Dix-sept ans de fouilles à l’abbaye de Vauclair : bilan provisoire », Mémoires de la Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie de l’Aisne, no 28, p. 77-106.

Dufour-Malbezin A.
2001, Actes des évêques de Laon, des origines à 1151, Paris, CNRS Éditions.

Durvin P.
1956, « Les fouilles de l’abbatiale de Saint-Leu-d’Esserent », Bulletin de la Société archéologique, historique et géographique de Creil, no 12, p. 1-7.

1975, Le millénaire d’un sanctuaire : Saint-Leu-d’Esserent, Amiens, CRDP (Annales du Centre régional de recherche et de documentation pédagogique d’Amiens).

Elliot K.
2000, « Musical slates : The Paisley abbey fragments », dans Malden J. (dir.), The monastery and abbey of Paisley : lectures from the Renfrewshire Local History Forum’s conference, 11-12 september 1999, Renfrewshire, Renfrewshire Local History Forum, p. 205-220.

Fiala D.
2012, « Monstres chanteurs des cathédrales picardes », dans Cavicchi C., Colin M.-A., Vendrix P. (dir.), La musique en Picardie du xive au xviie siècle, Turnhout, Brepols, p. 345-355.

Galmiche T., Buccio V., Robin N.
2008, Prémontré (Aisne), Abbaye de Prémontré, Rapport de diagnostic, déposé à la Drac Nord-Pas-de-Calais Picardie (SRA).

Galmiche T., Buccio V.
2009, Prémontré (Aisne), Abbaye de Prémontré, Rapport de diagnostic, déposé à la Drac Nord-Pas-de-Calais Picardie (SRA).

Galmiche T., Buccio V., Robin N., Hubert J., Vissac C.
2012, Prémontré (Aisne), Abbaye de Prémontré, Rapport de fouille, déposé à la Drac Nord-Pas-de-Calais Picardie (SRA), 4 vol.

Galmiche T., Buccio V., Boitelet K., Boulet S., Daulny L., Géneau A., Marchadier E.
2013, Prémontré (Aisne), Abbaye de Prémontré, Rapport de fouille, déposé à la Drac Nord-Pas-de-Calais Picardie (SRA), 3 vol.

Guyard L. (dir.)
2003, Le Collège de France (Paris) : du quartier gallo-romain au Quartier latin, Paris, Éditions de la Maison de sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française, 95).

Harrisson F.L.
1967, « Polyphony in Medieval Ireland », dans Stäblein B., Ruhnke M. (dir.), Festschrift Bruno Stäblein zum 70 Geburtstag, Kassel, Bärenreiter-Verlag, p. 121-133.

Hermelink S.
1961, « Die Tabula compositoria », dans Besseler H., Meyer E.-H. (dir.), Festschrift Heinrich Besseler, Leipzig, Deutscher Verlag für Musik, p. 221-230.

Lampadius A.
1537, Compendium musices, Berne, Mathias Apiarius.

Mertens J., Clercx S.
1953, « Recherches archéologiques dans la collégiale Saint-Feuillien », Bulletin de la commission royale des monuments et des sites, no 4, p. 134-181.

Owens J.-A.
1997, Composers at work, the craft of musical composition 1450-1600, New-York, Oxford University Press.

Plouvier M.
1985, L’abbaye de Prémontré aux xviie et xviiie siècles, histoire d’une reconstruction, Louvain, Bibliotheca analectorum praemonstratensium, 2 vol.

Schreurs E.
1995, Anthologie van Muziekfragmenten uit de Lage Landen (Middeleeuwen - Renaissance) : polyfonie, monodie en leisteenfragmenten in facsimile, Peer, Alamire.

Tacaille A.
2012, « La Picardie, bassin formateur et recruteur », dans Cavicchi C., Colin M.-A., Vendrix P. (dir.), La musique en Picardie du xive au xviie siècle, Turnhout, Brepols, p. 291-303.

Taiée C.
1872-1873, Prémontré, étude sur l’abbaye de ce nom, sur l’ordre qui y a pris naissance, ses progrès, ses preuves et sa décadence, Laon, H. de Coquet, 2 vol.

Vendrix p.
2012, « Un territoire et sa musique : la Picardie du Moyen Âge à la Renaissance », dans Cavicchi C., Colin M.-A., Vendrix P. (dir.), La musique en Picardie du xive au xviie siècle, Turnhout, Brepols, p. 11-17.

Haut de page

Notes

1 Dufour-Malbezin 2001, acte 93, p. 170-171 ; Taiée 1872 et 1873.

2 Plouvier 1985, p. 221.

3 Galmiche, Buccio, Robin 2008 ; Galmiche, Buccio 2009.

4 Galmiche, Buccio, Robin et al. 2012 ; Galmiche, Buccio, Boitelet et al. 2013.

5 Vendrix 2012, p. 14.

6 Tacaille 2012, p. 291.

7 Fiala 2012, p. 345.

8 Mertens, Clercx 1953.

9 Clercx 1955.

10 Ibid., p. 164.

11 Owens 1997.

12 Hermelink 1961.

13 Owens 1997, p. 101-107.

14 Ibid., p. 76-77.

15 Lampadius 1537, section G.

16 Owens 1997, p. 78.

17 Ibid., p. 85.

18 Ibid., p. 88.

19 Apel 1942, p. 87.

20 Ibid., p. 96.

21 Ibid., p. 87.

22 Anonyme 1943, p. 58.

23 Durvin 1956, p. 11 ; Durvin 1975, p. 123.

24 Chailley 1979, p. 51-52.

25 Information transmise par de Pierre de Menten, Groupe Source et Patrick Hoffsummer, université de Liège.

26 Courtois, 1983, p. 86.

27 Guyard (dir.) 2003, p. 245-246.

28 Clercx 1955, p. 158 et ill. 1.

29 Information transmise par de Gunter Stoops, archéologue à la ville de Gand.

30 Scheurs 1995, p. 21.

31 Blezzard 1979, p. 26.

32 Bliss 1966, p. 41-43.

33 Elliot 2000, p. 205-208.

34 Collectif 1999, p. 28.

35 Berthon, Coussirat, Guérin 2012, vol. 1, p. 142.

36 Durvin 1975, p. 123.

37 Blezzard 1979, p. 26.

38 Scheurs 1995, p. 21.

39 Chailley 1979, p. 52.

40 Bliss 1966, p. 43.

41 Clercx 1955, p. 163.

42 Chailley 1979, p. 53.

43 Harrisson 1967, p. 77.

44 Nous remercions chaleureusement Christian Meyer (Centre d'études supérieures de la Renaissance) et Christian Carette pour leur appui dans la préparation de cet article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation de Prémontré.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 2 Plan de l’abbaye.
Crédits DAO V. Buccio, T. Galmiche
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 3 Ardoise 1.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre Fig. 4 Ardoise 2.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 5 Ardoise 3.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 6 Recensement des ardoises.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2804/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 7 Ardoises de Vauclair.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2804/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Galmiche et Vincent Buccio, « Les ardoises gravées de l’abbaye de Prémontré (Aisne), un support de notation musicale aux xve-xvisiècles », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 123-134.

Référence électronique

Thierry Galmiche et Vincent Buccio, « Les ardoises gravées de l’abbaye de Prémontré (Aisne), un support de notation musicale aux xve-xvisiècles », Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2804 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.2804

Haut de page

Auteurs

Thierry Galmiche

Pôle archéologique du département de l'Aisne.

Articles du même auteur

Vincent Buccio

Service départemental d’archéologie des Alpes-de-Haute-Provence, membre associé au Ciham/UMR 5 648.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals