Navigation – Plan du site

L’archéologie médiévale française et Herbert Jankuhn : ma réponse à Élisabeth Zadora-Rio

Laurent Olivier
p. 157-158

Texte intégral

  • 1 Zadora-Rio 2015.

1Étant personnellement mis en cause – en tant que chercheur, et rédacteur en chef de la revue Antiquités nationales – par Élisabeth Zadora-Rio dans un article paru dans le dernier numéro de la revue Archéologie médiévale,1 j’ai demandé à son nouveau directeur de la publication, Monsieur Luc Bourgeois, de bénéficier d’un droit de réponse. Que mes arguments soient discutés et contestés, que l’on dise, même, que mes conclusions sont fausses, je l’accepte bien volontiers : c’est le jeu normal de la recherche, qui ne peut fonctionner sainement sans débats, même les plus vifs. En revanche, lorsqu’Élisabeth Zadora-Rio prétend que je pratique une « chasse aux sorcières » en « imitant les méthodes de l’extrême droite », et qu’Antiquités nationales exploite « les méthodes de la presse à sensation » pour « accroître son lectorat », elle sort du cadre de la critique scientifique. De tels propos sont indignes d’une revue nationale du rang d’Archéologie médiévale ; ils auraient d’ailleurs plutôt tendance à mettre en doute la crédibilité de leur auteure, qu’à la renforcer.

  • 2 Hamelin 2011.
  • 3 Mahsarski 2011.

2Qu’ai-je donc fait pour susciter la fureur d’Élisabeth Zadora-Rio ? J’ai osé rappeler les relations qu’avait longuement entretenues Michel de Bouärd avec l’ancien nazi Herbert Jankuhn, ex-responsable de l’archéologie à l’institut scientifique de la SS, ex-protégé de Himmler et ex-engagé volontaire dans la division Waffen-SS Wiking sur le front de l’Est. J’ai surtout osé soulever publiquement la question de savoir si, sous l’influence de Jankuhn, des notions ou des démarches héritées de l’archéologie allemande du IIIe Reich ne seraient pas parvenues à infuser les problématiques de la recherche française de l’après-guerre. C’est là une question d’épistémologie et d’histoire de l’archéologie que j’estime nécessaire d’évaluer dans un climat dépassionné. En tout cas, c’est une question qui mérite un examen sérieux et réfléchi, et non pas une réaction émotive sous le coup de l’indignation. Élisabeth Zadora-Rio n’était d’ailleurs probablement pas la plus indiquée, en sa qualité d’ancienne étudiante de Michel de Bouärd disposant, affirme-t-elle, d’informations « de première main », pour apporter des éléments permettant d’éclairer cette question : il aurait sans doute été plus productif de donner la parole au spécialiste de Michel de Bouärd, l’historien Bertrand Hamelin, qui a consacré sa thèse de doctorat à l’étude de l’itinéraire intellectuel du refondateur de l’archéologie médiévale française,2 ou au chercheur allemand Dirk Mahsarski, qui a effectué un travail équivalent au sujet d’Herbert Jankuhn.3 Je le dis d’autant plus librement que je n’ai de liens ni avec l’un ni avec l’autre.

  • 4 Sur cette controverse, qui a suscité une abondante littérature, on pourra consulter Roques 1990, q (...)

3Au fond, ce que me reproche Élisabeth Zadora-Rio c’est d’avoir attenté à la mémoire de son maître Michel de Bouärd et de l’avoir fait sciemment, afin de nuire à sa réputation. La colère est mauvaise conseillère, car elle rend aveugle. En effet, si, véritablement, mon propos avait été de caricaturer Michel de Bouärd en un complice du nazisme, je n’aurais pas manqué d’exploiter un détail gênant de sa biographie, que j’ai préféré passer sous silence : le fait qu’il a, vers la fin de sa vie, apporté son soutien aux négationnistes de l’université de Lyon III qui réfutaient l’existence de chambres à gaz dans les camps d’extermination allemands.4 Si je ne l’ai pas fait, c’est que, contrairement aux intentions que me prête Élisabeth Zadora-Rio, j’ai considéré que cette question n’avait pas d’intérêt pour le sujet : s’il fallait trouver, comme elle le dit, une « courroie de transmission » de l’héritage de l’archéologie nazie, c’était chez Jankuhn qu’il fallait la chercher plutôt que chez de Bouärd.

4Le témoignage d’Élisabeth Zadora-Rio apporte néanmoins une information intéressante, un « scoop » comme on dit effectivement dans la presse à sensation. On apprend que « tout le monde au CRAM connaissait le passé nazi de Jankuhn » mais que, s’agissant des relations entretenues entre Michel de Bouärd et l’ancien archéologue de la SS, « personne ne s’en offusquait », car, soutient-elle, il ne s’agissait que d’échanges purement professionnels. Ainsi donc, à en croire Élisabeth Zadora-Rio, Michel de Bouärd, l’ancien résistant rescapé de Mathausen, et Herbert Jankhun, l’ancien officier SS revenu des atrocités commises par son camp sur le front de l’Est, auraient conclu une sorte de « Paix des Braves » sur le terrain désormais idéologiquement neutre de l’archéologie médiévale. Ainsi donc, le médiéviste de Caen, qui reconnaissait en Jankuhn « un pionnier et un maître » (sic) de l’archéologie médiévale – titres qu’il n’a attribués à personne d’autre – n’aurait rien retenu des idées de son alter ego allemand ; les relations entre les deux hommes se limitant à de simples envois de tirés-à-part, en réalité de purs échanges de politesse, « selon les usages académiques de l’époque » comme tient à le préciser Élisabeth Zadora-Rio. Ainsi donc, Michel de Bouärd, qui, au-delà de Jankuhn, fréquentait un cercle de chercheurs allemands ayant été idéologiquement impliqués dans le système national-socialiste, ou encore leurs élèves, serait resté imperméable à leurs conceptions de l’archéologie, préférant puiser exclusivement son approche du terrain dans la méthodologie anglo-saxonne héritée des travaux de Wheeler. Si c’est cette conception de l’historiographie de la recherche archéologique contemporaine qu’entend défendre et surtout imposer Élisabeth Zadora-Rio, alors, oui, comme elle l’écrit, mon « ignorance est abyssale » : aux impressions et aux convictions personnelles des « gardiens de la mémoire », je préfère le travail, plus ingrat et plus difficile, sur les documents et les sources d’archives.

5Il y a un point, cependant, sur lequel Élisabeth Zadora-Rio a raison : c’est lorsqu’elle écrit que j’avais une idée en tête en écrivant cet article. Je voulais qu’il fasse entendre, en effet, la voix de ceux qui, tels Élisabeth Zadora-Rio, persistent à nier, contre toute évidence, que l’archéologie allemande de la période du IIIe Reich ait eu une quelconque influence sur le développement de la recherche européenne d’après-guerre. Je voulais que l’on entende leurs dénégations et leurs justifications, qu’ils l’écrivent et que l’on puisse les lire, aujourd’hui comme dans les années qui viendront. C’est chose faite, maintenant. On découvre à cette occasion comment ils s’adressent à ceux qui travaillent et pensent autrement qu’eux. Au nom de tous ceux-là, je vous remercie, Madame Zadora-Rio.

Haut de page

Bibliographie

Fontaine Thomas
2012, « Michel de Bouärd, un historien de la Déportation entre certitudes et inquiétudes », Annales de Normandie, 62, p. 41-59.

Hamelin Bertrand
2011, Singulier et pluriel : Michel de Boüard, thèse de doctorat de IIIe cycle soutenue le 12 décembre 2011 à l’université de Caen, université de Caen, UFR d’histoire.

Mahsarski Dirk
2011, Herbert Jankuhn (1905-1990). Ein deutscher Prähistoriker zwischen nationalsozialistischer Ideologie und wissenschaftlicher Objectivität. Rahden, Marie Leidorf (Internationale Archäologie 114).

Roques Henri
1990, « Le Doyen de Bouärd et les chambres à gaz homicides », Revue d’Histoire révisionniste, 2, p. 46-49.

Zadora-Rio Élizabeth
2015, « Mise au point historiographique à propos d’un article de Laurent Olivier, “Les racines nationales-socialistes de la refondation de l’archéologie médiévale en France : Michel de Bouärd (1909-1989) et Herbert Jankuhn (1905-1990)”, Archéologie médiévale, 45, p. 153-155.

Haut de page

Notes

1 Zadora-Rio 2015.

2 Hamelin 2011.

3 Mahsarski 2011.

4 Sur cette controverse, qui a suscité une abondante littérature, on pourra consulter Roques 1990, qui donne des détails sur les échanges entretenus entre Michel de Bouärd et Henri Roques (dont la thèse niant l’existence des chambres à gaz dans les camps d’extermination nazis fut annulée en 1986) ou, pour une étude historique récente de la genèse de cette affaire, Fontaine 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Olivier, « L’archéologie médiévale française et Herbert Jankuhn : ma réponse à Élisabeth Zadora-Rio »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 157-158.

Référence électronique

Laurent Olivier, « L’archéologie médiévale française et Herbert Jankuhn : ma réponse à Élisabeth Zadora-Rio »Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2806

Haut de page

Auteur

Laurent Olivier

Conservateur en chef du Patrimoine, responsable du département d’archéologie celtique et gauloise au Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Rédacteur en chef de la revue Antiquités nationales.

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals