Navigation – Plan du site

Livres et périodiques reçus

p. 333-337

Plan

Haut de page

2014

Anne Baud (dir.), Joëlle Tardieu (coord.), Organiser l’espace sacré au Moyen Âge. Topographie, architecture et liturgie (Rhônes-Alpes – Auvergne), Publications de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (DARA,, 40), 2014, 326 p., ill. noir et blanc et couleur, ISBN 978-2-35668-051-8, prix : 38 €.

Issu d’une Action collective de recherche (ACR) sur la « Morphogenèse de l’espace ecclésial au Moyen Âge » orchestrée par le laboratoire d’ARchéologie et d’ARchéométrie (ARAR) de l’université Lyon II Lumière, cet ouvrage propose un bilan des recherches effectuées sur de nombreux sites ecclésiaux dans une aire géographique comprenant la région Rhône-Alpes et l’Auvergne, débordant sur les franges sud de la Bourgogne (le Clunisois et le Brionnais) et incluant également certains sites provençaux. Les différents contributeurs approfondissent l’organisation de l’espace sacré au Moyen Âge en proposant une lecture pluridisciplinaire (archéologie, histoire de l’art, liturgie) des édifices séculiers et réguliers. Les nombreuses études locales contribuent également à illustrer des caractéristiques fonctionnelles, alors bien connues en France et en Europe. Ainsi, la réflexion porte sur la sectorisation des espaces ecclésiaux sur le temps long où l’aspect monumental est visité pour identifier des marqueurs liturgiques, selon chaque sensibilité (paroissiale, cathédrale, ordre monastique, etc.), tout en considérant la sectorisation et la fonction des espaces ecclésiaux selon les populations (fidèles, ecclésiastiques). Avant de détailler plus particulièrement l’aspect architectural, les auteurs proposent deux premiers chapitres, l’un présentant les rites religieux et le culte des reliques de manière à s’interroger sur l’évolution des adaptations architecturales ; le second, portant sur l’environnement des sites ecclésiaux sous plusieurs angles, l’environnement historique (reprise de sites antiques), humain (réseau de circulation), géographique (milieu et aménagement), hydrographique (gestion hydraulique). À la suite de quoi, un troisième chapitre porte un regard global sur l’organisation interne d’une église en prenant partie d’identifier les différents espaces ecclésiaux, depuis l’ouest vers l’est, en référence à la progression physique et spirituel des laïcs dans ces édifices. Ainsi, chaque secteur des églises est analysé de manière à identifier des marqueurs structurels, architecturaux, décoratifs, … caractérisant des fonctions et des circulations particulières. Enfin, le dernier chapitre est l’occasion d’investir la question des espaces funéraires hors et dans les murs des églises, tout en exposant l’évolution des pratiques funéraires qui a amené à l’intégration du défunt dans les sites ecclésiaux.

2015

Juan Antonio Quirós Castillo, Santiago Castellanos (dir.), Identidad y etnicidad en Hispania : propuestas teóricas y cultura material en los siglos V-VIII (Documentos de arqueología medieval, 8), Universidad des País Vasco, 2015, 393 p., ill. noir et-blanc, ISBN : 978-84-9082-214-2, prix : 36 €.

Les dix-huit contributions constituant ce volume résultent de deux rencontres tenues à León et à Vitoria-Gasteiz en 2013. Elles confrontent l’analyse des ensembles archéologiques, en particulier funéraires, au renouvèlement de la production historique consacrée à l’étude des identités dans les royaumes barbares hispaniques. Parmi les communications plus spécifiquement archéologiques, relevons celles consacrées à la politique monétaire dans le regnum gothorum, diverses études menées sur l’archéologie funéraire wisigothique, entre autres sur les relations entre nécropoles et grottes en Cantabrie et sur les espaces funéraires de Septimanie, et une synthèse sur les armes découvertes dans les tombes des ve-viiie siècles.

Mette Svart Kristiansen, Else Roesdahl et James Graham-Campbell (dir.), Medieval archaeology in Scandinavia and beyond : history, trends and tomorrow, Aarhus, Aarhus University Press, 406 p., ill. noir et-blanc et couleur, couverture cartonnée, ISBN : 978-87-7124-378-9, prix : 399,95 couronnes danoises.

Les dix-neuf contributions réunies dans ce volume réalisé sous l’égide du Departement of Medieval and Renaissance Archaeology de l’université d’Aarhus brossent un bilan de la genèse, du développement et des perspectives de l’archéologie médiévale en Scandinavie et dans ses marges. La première partie est consacrée au cas danois. Elle traite de la première décennie de la discipline (Olaf Olsen), de sa professionnalisation progressive (Lennart S. Madsen), des tendances actuelles et des perspectives (Mette Svart Kristiansen). Deux institutions (l’université d’Aarhus par Else Roesdahl et le Musée national du Danemark par Michael Andersen) font l’objet d’une approche particulière. Les autres textes de cette section constituent des approches thématiques, qui apportent des éclairages sur l’articulation des voies de communication, du paysage et des habitats dans l’Atlantique nord (Poul Baltzer Heide), sur la vie quotidienne à la période viking (Sarah Croix) et sur l’archéoanthropologie (Niels Lynnerup).

La seconde partie s’ouvre sur l’histoire de l’archéologie médiévale dans les autres territoires scandinaves (Jes Wienberg pour la Suède, Ingvild Øye pour la Norvège et Jussi-Pekka Taavitsainen pour la Finlande). La situation dans les îles de l’Atlantique nord – Islande (Orri Vésteinsson), îles Féroé (Símun V. Arge) et Grœnland (Jette Arneborg) – est présentée en parallèle.

Une dernière section rassemble les réflexions de chercheurs extérieurs à la Scandinavie mais abordant des questions centrales pour les archéologues médiévistes de ce territoire, qu’il s’agisse de l’archéologie de l’espace viking (Neil Price), de l’évolution des halls en Angleterre (Mark Gardiner), de la vie quotidienne dans les châteaux médiévaux du land de Brandebourg (Christof Krauskopf) ou du développement de la ville hanséatique de Lübeck (Manfred Gläser). Une dernière contribution, assez marginale, décrit la découverte à Berlin d’un lot de sculptures confisquées par le régime nazi comme « art dégénéré » et détruites par les bombardements alliés (Matthias Wemhoff). Deux annexes dressent la liste des opérations archéologiques et des publications réalisées depuis 1971 dans le cadre du département d’archéologie médiévale et moderne d’Aarhus.

Didier Bayard, Nathalie Buchez et Pascal Depaepe (dir.), Quinze ans d’archéologie préventive sur les grands tracés linéaires en Picardie, seconde partie, Revue archéologique de Picardie, 2014, n°3/4, Amiens, 2015, 324 p., nombreuses ill. couleur et noir et blanc, prix : 39 €.

Issu d’une Action collective de recherche, ce volume vient brosser une synthèse des résultats des opérations d’archéologie préventive liés aux chantiers d’infrastructures de transport menés en Picardie entre 1983 et 2003. La première partie de ce travail, parue en 2011 dans la même revue, concernait la Préhistoire et la Protohistoire, alors que ce second volet traite de l’Antiquité et des vie-xiie siècles. Le premier Moyen Âge est présenté par Véronique Harnay, avec la collaboration de Didier Bayard (p. 233-308), dans une synthèse qui aborde successivement la méthodologie des opérations, l’habitat rural et les ensembles funéraires groupés ou dispersé, avant de fournir des éclairages plus thématiques sur les activités agropastorales, l’artisanat et le mobilier métallique (Vincent Legros). Une contribution annexe (Véronique Zech-Matterne) dresse le bilan des études carpologiques menées pour les périodes historiques dans le cadre de ces grands tracés linéaires.

José C. Sanchez-Pardo et Michael G. Shapland (dir.), Churches and Social Power in Early Medieval Europe : Integrating Archaeologica and Historical Approaches (Studies in the Early Middle Ages, 42), Turnhout, Brepols, 2015, 550 p., ill. noir-et-blanc, ISBN : 978-2-503-54555-4, prix : 125 €.

À travers dix-sept contributions portant sur huit pays européens, cet ouvrage collectif croise les données textuelles et archéologiques pour envisager le rôle social des églises du haut Moyen Âge. Les quatre contributions de la première partie portent sur le poids des élites dans la fondation et la possession de sanctuaires (Juan Antonio Quiros et Igor Santos pour l’Alava espagnol, Alexandra Chavarria pour le nord de l’Italie, Tomas O’Carragain pour l’Irlande et Roberto Farinelli pour les sources toscanes issues des archives épiscopales de Lucques). L’importance des églises pour la memoria des grands lignages fait l’objet d’une seconde partie considérant les monuments funéraires de l’Angleterre anglo-saxonne (Aleksandra McClain), les stratégies de pouvoir mises en œuvre dans la Galice des viiie-ixe siècles (José Carlos Sanchez-Pardo), une comparaison des souvenirs laissés par la « mission anglo-saxonne » en Germanie et la réimplantation mozarabe dans le nord de l’Espagne (Christopher Zwanzig) et les relations entre élites et églises en Normandie occidentale avant et après la création du duché normand (David Petts). L’empreinte des églises dans les espaces ruraux est également abordée à travers quatre monographies traitant respectivement du nord de la France et du sud de la Scandinavie (Anne Nissen), de l’Angleterre anglo-saxonne (Duncan W. Wright), du nord-ouest du Portugal (Luís Fontes) et du sud-est de la France (Christine Delaplace). L’ultime section de l’ouvrage porte sur les liens entre architecture religieuse et pouvoir dans le royaume Lombard (Gian Pietro Brogiolo), à Aix-la-Chapelle (Andreas Schaub et Tanja Kohlberger-Schaub) et en Islande (Guđrún Sveinbjarnardottir).

Marie-Laure Pain (dir.), Groupes cathédraux et complexes monastiques : le phénomène de pluralité des sanctuaires à l’époque carolingienne (collection Archéologie & culture), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, ill. noir et-blanc et cahier couleur, ISBN : 978-2-7535-4259-4, prix : 16 €.

Cet ouvrage collectif envisage, à partir d’une série d’études de cas, la pluralité des sanctuaires dans les groupes cathédraux et les monastères d’époque carolingienne. Les fonctions de ces différents édifices sont abordées à travers la liturgie et les prolongements de la tradition mérovingienne, voire paléochrétienne. L’ensemble des contributions traduit la grande diversité formelle de ces complexes. Les monographies choisies concernent les abbayes de Saint-Denis (Michäel Wyss), Saint-Riquier (Marie-Laure Pain), Ferrières-en-Gâtinais (Cécile Collangeon) et les monastères du diocèse d’Elne (Géraldine Mallet). Les deux églises de Cluny sont replacées dans cette tradition (Nicolas Reveyron). Christian Sapin étudie conjointement le groupe cathédral et l’ensemble monastique d’Auxerre. Jacques Le Maho met également en parallèle ces deux types d’établissements pour la Haute-Normandie carolingienne alors que l’exemple de Freising permet de présenter un autre groupe cathédral (Claire de Cazanove). Dans ses conclusions, Jean-Pierre Caillet articule l’ensemble de ce petit corpus en fournissant des perspectives de recherche.

Adela Fábregas et Flocel Sabaté (dir.), Power and Rural Communities in Al-Andalus : Ideological and Material Representations, Turnhout, Brepols (The Medieval Countryside, 15), 2015, 218 p., ill. noir-et-blanc, ISBN : 978-2503-55342-9, prix : 80 €.

Issu d’une rencontre tenue à Lleida en 2011, ce volume collectif analyse l’empreinte du pouvoir sur les paysages ruraux d’al-Andalus à travers huit études de cas qui couvrent les viiie-xvie siècles. Adela Fábregas aborde la typologie des agents du pouvoir local dans le royaume nasride des viiie-xie siècles et leur influence sur la construction des paysages. Pour la même période, Marisa Bueno Sánchez s’attache au cas particulier de relations entre pouvoir et communautés rurales dans le secteur de Banū Salīm alors que Guillermo García-Contreras Ruiz et Sonia Villar Manas confrontent la géographie des pouvoirs dans d’autres espaces frontaliers : le nord du Guadalajara et le secteur d’El Quempe. La contribution de Jorge Eiroa Rodriguez porte sur les représentations du pouvoir dans les communautés du sud-est d’al-Andalus entre le xe et le xiiie siècle. Les communications suivantes s’attachent successivement aux découvertes récentes sur l’Alcazaba de Moclín (Alberto Garcia Porras), sur les mutations de l’habitat dans la zone montagneuse située à l’ouest de Grenade (Lucia Mattei) et sur les interventions de l’État sur les paysages ruraux des environs de cette ville dans les derniers siècles du Moyen Âge (Luis Martinez Vasquez).

Idoia Grau-Sologestoa, The Zooarchaeology of Medieval Alava in its Iberian Context, Oxford, British Archaeological Reports (Bar International Series, 2769), 2015, 190 p. ill. noir et-blanc, ISBN : 978-1-4073-1445-7 ; prix £38.

À partir des corpus de faune issus de cinq sites ruraux du Pays basque espagnol et d’un sixième localisé au sud de Madrid, datés entre le ive s. et la fin du xvie siècle, l’auteur analyse les grandes mutations de l’élevage depuis l’Antiquité tardive (en particulier la diversification des productions après la fin de l’époque romaine et la spécialisation économique qui marque à nouveau les derniers siècles du Moyen Âge) et les différences sociales au sein des communautés rurales que révèle la consommation carnée.

Lukas Werther, Komplexe Système im diachronen Vergleich : Ausgewählte Aspekte der Entwicklung von drei süddeutschen Kleinräumen zwischen Früh- und Hochmittelalter, 2 vol., Mayence, RGZM (Monographien der RGZM ; 129), 2015, 628 p. et 125 pl. noir et blanc et couleur, ISBN : 978-3-88467-253-2 ; prix : 110 €.

En se basant sur trois secteurs de Franconie et Souabe (Allemagne-du-Sud), l’auteur tente d’appréhender à travers les sources archéologiques les mutations de l’occupation du sol intervenues entre le vie et le xiiie siècle. L’étude s’appuie principalement sur une chronotypologie de la vaisselle céramique. Elle aborde successivement la géographie des habitats et des espaces exploités, le réseau de communications puis les lieux de pouvoirs laïcs et ecclésiastiques. Ce travail, issu d’une thèse soutenue en 2014, s’achève par un tableau des évolutions structurelles perceptibles dans les trois micro-régions étudiées. Les ruptures semblent particulièrement marquées autour de 800. Vers l’an Mil, leur intensité apparaît en revanche très variable selon les espaces considérés.

Bénédicte Guillot (dir.), Forges médiévales et écurie de la Renaissance au château de Caen, Caen, Presses universitaires de Caen (Publications du Craham), 2015, 391 p., ill. noir et-blanc et couleur, ISBN : 978-2-84133-740-8 ; prix : 45 €.

Issu de fouilles menées en 2005 dans la partie nord-ouest de l’enceinte castrale de Caen, ce volume collectif retrace l’évolution de cette partie du château, située à proximité de la salle de l’Échiquier. Après avoir constitué une zone de carrières et probablement de jardin, elle abrita trois forges successives du xiiie siècle au début du xvie siècle puis une écurie de prestige qui a livré un exceptionnel décor de mors d’équidés, emprunté au traité d’hippiatrie réalisé par le gouverneur du château. Les différentes catégories de mobilier et de restes paléo-environnementaux font l’objet d’une analyse systématique, en particulier les assemblages issus d’une fosse du xive siècle et témoignant de deux importants banquets.

Marie Casset et Philippe Racinet (dir.), Des châteaux et des hommes : mélanges offerts à Annie Renoux, professeur d’histoire et d’archéologie médiévales à l’Université du Maine (Le Mans), Compiègne, 2015 (Cahiers du Cahmer, 29), 339 p., ill. noir et blanc et couleur, couverture brochée, ISBN : 979-10-93309-00-2, prix : 35 €.

Ce recueil d’articles en hommage à Annie Renoux est consacré au château et à son environnement, thèmes centraux des recherches de la récipiendaire de ces pages. Il traite principalement des régions qu’elle a abordées au cours de sa carrière : la Normandie, la Picardie, la Champagne et le Maine. Comme souvent dans ce type de volume, les titres des trois parties (« implantation des châteaux et manoirs », « structures castrales » et « les hommes dans les châteaux ») ne reflètent pas toujours leur contenu puisque la première inclut, par exemple, des articles sur la comptabilité des fabriques paroissiales (Florence Chaligné-Lepareur) et sur la nature de la ville de Saint-Calais dans la Sarthe (Virginie Tostain).

Plusieurs articles consacrés au site majeur de Boves (Somme) abordent les états xive-xvie siècles du site (Philippe Racinet), la pacification de l’Amiénois en 1185-1186 grâce aux accords conclus à Boves (Richard Jonvel et Olivier Leblanc) et les seigneurs du lieu d’origine lorraine (Juliette Maquet). Le château moins célèbre de Saint-Rémy-du-Val (Sarthe) fait l’objet d’une première approche (Hugo Meunier). Deux articles monographiques envisagent des résidences épiscopales en milieu urbain : le palais épiscopal de Bayeux, dont la lecture a été renouvelée par des travaux récents d’archéologie du bâti (Gaël Carré), et l’hôtel de l’évêque Henri de Poitiers à Troyes (Marie-Cécile Bertiaux).

D’autres contributions abordent des réseaux locaux, tels les sites fossoyés avoisinant l’abbaye mayennaise d’Évron (Sébastien Mazurier), ou les résidences d’un lignage, comme les travaux consacrés aux châteaux des Créquy du xive au xvie siècle (Victorien Leman) ou au patrimoine des Loré dans le Maine de la guerre de Cent Ans (Charlotte Raquidel-Barcat). Hélène Renaudin s’interroge sur le rôle des logis nobles du nord-est du Maine comme pôles de peuplement alors que Philippe Contamine traite de la dimension esthétique du château à travers les sources du bas Moyen Âge.

Enfin, la culture matérielle des élites apparaît à travers la synthèse des données fauniques recueillies dans le château de Montfélix (Marne), fouillé par Annie Renoux (Pascal Duchêne), et Marie Casset se penche sur l’ameublement des résidences épiscopales normandes de la fin du Moyen Âge, à travers le prisme des inventaires.

L’histoire si curieuse des mines de Brandes. Choix de documents transcrits, traduits et présentés par Fernand Peloux, Marie-Christine Bailly-Maître et Hélène Viallet (Collection « La pierre et l’écrit »), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2015, 320 p., ill. couleurs, couverture brochée, ISBN : 978-2-7061-2260-6, prix : 35 €.

Ce volume constitue l’édition raisonnée des textes concernant les mines et le village de Brandes-en-Oisans (Huez, Isère), fouillés depuis 1977 par Marie-Christine Bailly-Maître et qui ont déjà donné lieu à de nombreuses publications. Ce gisement d’altitude, exploité du xiie siècle à la première moitié du xive siècle, constitua la principale source d’argent contrôlée par les dauphins. L’ouvrage se divise en dix chapitres qui présentent successivement les premières mentions de l’action des monastères et des dauphins sur le plateau de Brandes, les enquêtes menées au xiiie siècle pour le prince, les documents comptables de la seigneurie d’Oisans, le dossier du procès mené par le dauphin contre les châtelains successifs de l’Oisans entre 1323 et 1337 et qui conduisit probablement à l’abandon de l’exploitation, des contrats d’albergement, terriers et compoix des xive et xve siècles, des extraits de visites pastorales, puis les documents concernant la redécouverte des mines depuis le xviiie siècle. L’ensemble est assorti d’un inventaire chronologique des sources et de deux annexes consacrées au l’histoire monétaire du Dauphiné médiéval et aux anciennes mesures en usage dans le massif de l’Oisans.

Étienne Hamon, Dominique Paris-Poulain et Julie Aycard (dir.), textes réunis par Raphaële Skupien, La Picardie flamboyante : arts et reconstruction entre 1450 et 1550 (Collection « Art & société »), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 339 p., ill. noir et-blanc et cahier couleur, ISBN : 978-2-7535-3991-4, prix : 23 €.

Les actes de ce colloque tenu à Amiens en novembre 2012 regroupent les communications en cinq thèmes. « Reconstruction politique et économique » dresse le bilan de la reconstruction picarde au lendemain de la guerre de Cent Ans (Philippe Racinet et Julie Colaye) et envisage les cas de la seigneurie de Boves (Julie Maquet) et du rôle économique de la Somme (Christophe Cloquier). « Dynamique urbaines et programmes édilitaires » aborde les chantiers de Laon à travers les comptes de construction (Jean-Christophe Dumain), les édifices religieux d’Amiens et d’Arras (Mathieu Beghin) et les fortifications amiénoises (Emmanuel de Crouy-Chanel ; Karine Berthier). La partie consacrée aux « Réseaux de commanditaires et personnalités artistiques » permet de brosser le portrait de grands commanditaires picards sous Louis XI et Louis XII (Mathieu Deldicque) et de Marie de Luxembourg (Dominique Paris-Poulain) avant de se consacrer à la carrière de deux artistes : Scipion Bernard (Florian Meunier) et Zacharie de Celers (Camille Serchuk). Constructions, reconstructions et restaurations d’édifices sont abordées à partir du diocèse de Senlis (Julie Aycard) et de monographies consacrées à Clermont-sur-Oise (Jacques Dubois) et à l’hôtel-Dieu d’Amiens (Étienne Hamon) dans le chapitre consacré au « Renouveau des modèles monumentaux ». Enfin, le décor et les images du gothique flamboyant sont étudiés à partir des menuiseries abritant les décors (Marie-Domitille Porcheron), les stalles (Kristiane Lemé-Hébuterne), les retables sculptés de l’Oise (Alexandra Gérard et Jennifer Vatelot) et les Vierges en prières du musée de Picardie (Françoise Lernout).

Léa Picquet, Florence, berceau de la Renaissance (Collection « Manuels »), Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2015, 170 p., ISBN : 978-2-85399-975-5, prix : 15 €.

Ce bref manuel brosse un tableau à la fois politique, économique et culturel de la ville de Florence entre 1273 et 1559. Il est complété par une anthologie de textes édités en italien et commentés.

Berichte zur Denkmalpflege in Niedersachsen, 36e année, 2016, n°1, 48 p., ill. couleur, ISSN : 0720-9835, prix : 7 €.

Le dossier central de ce numéro de la revue d’art et d’archéologie de Basse-Saxe est consacré à la cathédrale, au trésor et à la ville d’Hildesheim. De courts articles traitent de la chapelle Saint-Vincent d’Hanovre, du moulin à eau médiéval et moderne d’Osnabrück-Haste et des fouilles menées dans l’abbaye cistercienne de Loccum.

Revue archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, n°45, 2015, 178 p., nombreuses ill. noir et-blanc et couleur, ISSN : 2115-5240, prix non communiqué.

Cette livraison inclut des articles présentant la zone d’inhumation médiévale associée à l’hôpital Saint-Mathurin de Vétheuil, un ensemble céramique de la fin du règne de Louis XIV découvert à Argenteuil et un inventaire des glacières modernes du Val-d’Oise. Des notes brèves sont consacrées aux réfections carolingiennes de la voie antique Paris-Rouen à Saint-Clair-sur-Epte et à la fouille d’habitats médiévaux à Saint-Ouen-l’Aumône.

Territorio, sociedad y poder : revista de estudios medievales, n°10, 2015, 115 p., ill. noir et-blanc et couleur, ISSN : 1886-1121 ; prix non communiqué.

La 10e livraison de cette revue publiée par l’université d’Oviedo concerne principalement l’histoire des textes mais un article collectif (Carlos Tejerizo García et al.) aborde les premiers résultats d’une opération de prospection visant à restituer la construction des paysages dans le centre de la cuenca del Duero.

Portugalia, nlle série, vol. XXXVI, 2015. Homenagem a Fernando Acuña Castroviejo, 317 p., ill. noir et-blanc, ISSN : 0871-4290 ; prix non communiqué.

Ce volume dédié à l’archéologue Fernando Acuña Castroviejo est consacré à l’Antiquité et à l’ethnographie portugaises.

2016

Alfonso Vigil-Escalera Guirado et Juan Antonio Quiros Castillo (dir.), La cerámica del la alta Edad Media en el cuadrante noroeste de la Península ibérica (siglos V-X) : sistemas de producción, mecanismos de distribución y patrones de consumo, Bilbao, Universidad del País Vasco (Documentos de arqueología medieval ; 9), 2016, 362 p., ill. noir et-blanc, ISBN : 978-84-9082-304-0 ; prix non communiqué.

À travers douze contributions, ce volume aborde la nature des assemblages céramiques du haut Moyen Âge dans plusieurs régions du nord-ouest de la Péninsule ibérique et brosse un bilan des acquis sur la régionalisation des productions céramiques et les nouveaux mécanismes de production et de distribution qui accompagnent les évolutions politiques, sociales et économiques.

  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals