Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Alban Horry, Poteries du quotidien en Rhône-Alpes xvie, xviie, xviiie siècles. Un panorama des techniques, des formes et des décors

Anne-Marie Flambard Hericher
p. 319-320
Référence(s) :

Alban Horry, Poteries du quotidien en Rhône-Alpes xvie, xviie, xviiie siècles. Un panorama des techniques, des formes et des décors, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, n° 43, ALPARA – Maison de l’orient et de la Méditerranée, 2015, Lyon, 448 p., très nombreuses illustrations et photos noir et blanc et couleur, ISBN : 978-2-916125-10-7, prix : 49 €.

Texte intégral

1La découverte de plusieurs milliers de tessons de céramique de la période moderne et des débuts de la période contemporaine, à Lyon, lors des fouilles du Parc Saint-Georges en 2002-2004, a incité l’auteur de ce bel ouvrage à réaliser, à partir des lots mis au jour à l’occasion de fouilles conduites depuis 1990, une étude synthétique portant sur les céramiques utilisées dans la région Rhône-Alpes. Son étude couvre la Savoie, le Forez, le Dauphiné et les pays de l’Ain, Lyon et le Lyonnais et recourt parfois à des données qui viennent compléter cet ensemble géographique. Les sites de tous statuts et toutes les catégories sociales sont concernés dans un intervalle chronologique qui couvre toute l’époque moderne, mais le xve siècle, trop tourné vers les traditions du Moyen Âge, en est volontairement exclu.

2L’ouvrage est conçu comme un manuel de façon à permettre des entrées différentes selon les préoccupations du lecteur. Il est construit en trois parties : la première présente les outils pour l’analyse céramologique, c’est-à-dire les groupes techniques et leur représentation du xvie au xviiie siècle, la seconde partie est consacrée aux assemblages céramique et la troisième au vaisselier. Des annexes : un dictionnaire illustré des formes céramiques, un index des noms de lieux, une bibliographie, une table des illustrations et des résumés en français, anglais et italien, complètent le volume. L’illustration est abondante et très soignée, les photos et planches, la plupart du temps en couleurs, rendent bien justice à la céramique, très colorée et richement ornementée, qui est étudiée.

3Vingt-sept groupes techniques sont présentés successivement en respectant une méthode d’exposition identique. Après avoir défini le groupe (par exemple : « la céramique rouge glaçurée »), une description succincte est donnée, précisant le mode de cuisson (oxydante ou réductrice), la nature de la pâte (plus ou moins fine), sa couleur, la présence éventuelle d’une glaçure, comment elle est appliquée, son aspect et sa couleur ; s’il y a lieu, ensuite, la présence du décor est mentionnée, ainsi que son mode de réalisation et sa ou ses couleur(s). Suit un exposé des différents types de formes, avec leur datation et leur fonction, toutes les informations sont rassemblées ensuite dans des tableaux très commodes précisant, en outre, pour chaque type technique, la figure à laquelle le lecteur pourra se reporter. En effet, des planches et des photos couleur illustrent le propos rendant ces fiches descriptives très concrètes. Céramique grise, grise glaçurée, rouge, rouge glaçurée, le service vert, le service jaune, la céramique attribuée à Dieulefit, la céramique kaolinitique, la céramique attribuée à Étrepigney, la céramique engobée glaçurée, verte sur engobe, engobée rouge décorée, engobée jaune décorée, engobée sgraffito, engobée jaspée, jaune sur engobe, engobée à taches brunes puis à taches vertes, noire sur engobe, engobée à décor vert et brun, puis les autres céramiques engobées glaçurées sont ainsi tour à tour présentées. Quatre autres groupes sont abordés : la faïence, la faïence fine, la porcelaine et le grès tandis que trois encarts sont consacrés à des céramiques exceptionnelles : les importations italiennes de céramiques engobées et glaçurées sans engobe, la céramique siliceuse ou céramique d’Iznik et la céramique lavalloise (Mayenne).

4À partir des sources archéologiques, la seconde partie aborde les assemblages. C’est dans cette partie que sont décrits les lots utilisés pour réaliser ce travail, les sites d’ou ils proviennent et les contextes de découverte. Cinquante-cinq notices de lots illustrent la période considérée, le mobilier est parfois inédit, parfois déjà publié, mais il peut être présenté à nouveau si les lots sont porteurs d’informations majeures. Les lots sont abordés en fonction de leur localisation géographique et de leur chronologie. Pour Lyon, les sites qui ont fourni du mobilier sont l’Hôtel de Gadagne (5e arr.), l’Îlot Tramassac-Carriès (5e arr.), la rue de la République (82-83)/rue Bellecordière (22-24) (2e arr.), la place de la Bourse (2e arr.), le parc Saint-Georges (5e arr.), la place des Cordeliers (2e arr.), la place des Terreaux (2e arr.), le 25 rue du Bourbonnais (9e arr.), le quartier Saint-Vincent (1er arr.), la place Antonin Poncet (2e arr.), la rue Creuzet-Montesquieu (3e arr.), la rue des Pierres-Plantées (1er arr.), la place des Célestins (2e arr.), la rue des Chartreux (4e arr.). Le découpage chronologique est effectué par demi-siècle mais chaque site peut apparaître plusieurs fois dans la mesure où les lots découverts concernent plusieurs périodes. Cette partie, très abondamment illustrée, dessine un tableau très précis de la céramique en usage à Lyon à chacune des tranches chronologiques considérées. Le découpage est moins fin pour les autres régions abordées : Le Lyonnais, le Forez, le Dauphiné, la Savoie et les pays de l’Ain. Les sites pris en considération sont en effet moins nombreux, chaque phase couvre alors un siècle. Pour le Lyonnais, le catalogue a été réalisé à partir des fouilles de Décines-Charpieu (le Montout), Saint-Romain au Mont-d’Or (Zac du Nouveau Bourg), Quincieux (Grange Rouge), Condrieu (place du 8 mai 1945), Limonest (Zac des Bruyères), Saint-Genis-Laval (rue Pierre Pesnel) et Bressieux (Mine de Pampailly). Pour le Forez, le nombre de site se réduit encore : Roanne et Mably, Essertines en Chatelneuf, Essertines Basses, Montbrison (rue Chenevotterie et place d’Urfé), Feurs (les Jardins de l’hôpital), Balbigny (Marigny), Sainte-Croix-en-Jarez (Chartreuse). Pour le Dauphiné, Alban Horry examine le mobilier de l’Isle-d’Abeau (château de l’Ile), Grenoble (la cour de l’ancien évêché et 7 rue des Beaux-Tailleurs), Vienne (rue de Bourgogne), Valence (angle rue d’Arménie-rue Bouffier et Saint-Ruf) ; enfin pour la Savoie Alban Horry se penche sur Chambéry (les Halles et place du palais de justice), Vulbens (château de Vuache), Metz-Tessy (au Bouvarde) et pour les pays de l’Ain sur Trévoux (Hôpital Montpensier), Collonges (château de Pierre) et Groissiat (Nerciat).

5La troisième partie, d’une quarantaine de pages, synthétise les données des parties précédentes en montrant comment le vaisselier se trouve renouvelé au cours des trois siècles de l’époque moderne et comment les échanges se multiplient. En préambule, Alban Horry évoque la situation à la fin du Moyen Âge, puis il rappelle comment à la fin du xvie siècle, les céramiques engobées glaçurées (ou terres vernissées) et les faïences font leur apparition, sans doute du fait de traditions véhiculées par des potiers italiens. Les céramiques engobées se diffusent, l’engobe permettant au potier de jouer avec les couleurs. Au milieu du xvie siècle, de nouvelles techniques ornementales apparaissent comme les décors réalisés à l’aide d’argile liquide fine. Face à ces productions, la faïence qui connaît une lente ascension avec l’arrivée d’artisans florentins est relativement discrète, même au xviiie siècle qui constitue son apogée. Une diversification du répertoire des formes va de pair avec cette évolution ainsi qu’un essor notable du commerce.

6La Saône est une voie majeure de ce commerce depuis le nord en direction de Lyon. Les céramiques provenant de Sevrey (Saône-et Loire) sont les plus abondantes mais on rencontre des céramiques du nord-ouest de la France comme des grès du Beauvaisis ou de Normandie, une gourde provenant probablement de Martincamp (Seine-Maritime), du grès rhénan ou de la faïence de Rouen ainsi que des motifs inspirés de Delft. Les officines régionales fournissent des céramiques variées et bien identifiées qu’il s’agisse du service jaune ou de la faïence. Les céramiques méridionales sont également abondantes, surtout provenant, comme la majolique, d’Italie, ou encore d’Espagne, et aux xviie et xviiie siècles, de Moustiers. Çà et là, quelques objets renvoient à l’Orient comme les céramiques ottomanes de Nicée ou encore quelques exemples de porcelaine Ming.

7L’évolution du vaisselier semble traduire la compétition entre les potiers, les potiers de terre cherchant à séduire leur clientèle avec des productions imitant, à moindre coût, les faïences. Les poteries utilitaires envahissent l’espace de vie, les témoignages archéologiques ne sont pas les seuls à le montrer, les sources écrites et iconographiques vont dans le même sens. La batterie de cuisine s’élargit, les récipients de stockage et de transport des denrées se multiplient, les objets de confort et d’hygiène sont désormais courants (pots à pharmacie, pots de chambre, etc.) et de nouveaux objets deviennent fréquents : bénitiers, crucifix, dinettes, jouets, etc.

8En conclusion, Alban Horry insiste sur la nécessité de poursuivre l’enquête notamment pour mieux saisir le statut social des utilisateurs des poteries recueillies dans les fouilles mais aussi pour mieux comprendre les liens économiques que la vaisselle traduit.

9Le volume est complété par un très intéressant et utile dictionnaire des formes céramiques indiquant le nom de l’objet (aiguière par exemple) et ses variantes, chaque rubrique étant illustrée d’un dessin et accompagnée d’une courte description de quelques lignes. Ce dictionnaire occupe 45 pages et présente 57 entrées, parfois courtes comme pour le vase d’autel, parfois au contraire très longues et multiples, comme pour la marmite qui possède 8 variantes présentant elles-mêmes des subdivisions (la marmite à anses coudées en a 8). C’est une partie de l’ouvrage particulièrement commode pour identifier et classer des poteries.

10Cet ouvrage témoigne donc, non seulement d’un travail considérable, mais également du très grand sens pratique de son auteur qui donne ainsi à l’archéologue les moyens de se repérer dans une production céramique foisonnante et encore mal connue faute de synthèse. L’accès est aisé, le texte clair, l’illustration abondante et d’une très grande qualité. Ce livre essentiel et très novateur arrive à point nommé pour assister les archéologues au moment où les fouilles de sites modernes se multiplient, mais aussi pour tous les érudits et amateurs de poteries qui y trouveront une matière d’une très grande richesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Hericher, « Alban Horry, Poteries du quotidien en Rhône-Alpes xvie, xviie, xviiie siècles. Un panorama des techniques, des formes et des décors »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 319-320.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Hericher, « Alban Horry, Poteries du quotidien en Rhône-Alpes xvie, xviie, xviiie siècles. Un panorama des techniques, des formes et des décors »Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2814

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Flambard Hericher

Centre Michel de Boüard-Craham, UMR 6273 (CNRS/Unicaen)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals