Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Freddy Thuillier et Étienne Louis (dir.), Tourner autour du pot… Les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie siècle dans l’espace européen

Anne-Marie Flambard Hericher
p. 321-323
Référence(s) :

Freddy Thuillier et Étienne Louis (dir.), Tourner autour du pot… Les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie siècle dans l’espace européen, actes du colloque international de Douai (5-8 octobre 2010), Presses universitaires de Caen (Publications du Craham, série Antique et médiévale), 2015, 789 p., ISBN : 978-2-84133-524-4, prix : 68 €.

Texte intégral

  • 1 La céramique du ve au xe siècle dans l'Europe du Nord-Ouest, actes du colloque d'Outreau (1992), N (...)
  • 2 Piton D. (dir.), La céramique très décorée dans l'Europe du Nord-Ouest (xe-xve siècles), actes du (...)
  • 3 Hincker V. et Husi P. (dir.), La céramique du haut Moyen Âge dans le nord-ouest de l’Europe, ve-xe(...)

1Introduit par Frans Verhaeghe, cet ouvrage est précédé de trois préfaces respectivement dues à Stéphane Revillion, Jean-Paul Jacob et Christian Poiret et d’un avant-propos des directeurs de publication : Freddy Thuillier et Étienne Louis ; issu d’un colloque international tenu à Douai, il s’inscrit tant par son thème que par son lieu d’organisation dans la lignée des colloques du Groupe de recherche et d’étude sur la céramique du Nord–Pas-de-Calais consacrés l’un à la céramique du ve au xe siècle1 et l’autre à la céramique très décorée2. Alors que le colloque tenu à Caen, en 2004, à l’initiative du conseil général du Calvados, poursuivant un objectif assez comparable, se cantonnait à la céramique du haut Moyen Âge3 ; la volonté des organisateurs du colloque de Douai a été de s’orienter vers l’étude des ateliers en les observant dans un espace particulièrement étendu — l’espace européen —, et dans un temps plus long, celui du premier Moyen Âge, du ve au xiie siècle. Les objectifs affichés, qui ont donné naissance à ce gros volume, étaient multiples et ambitieux : il s’agissait d’abord de proposer une étude d’ampleur nationale en réunissant données anciennes et récentes et en suscitant des synthèses régionales, et ensuite d’élargir le propos à l’Europe. Le thème se voulait large : le cœur des débats portait sur la production et donc sur les fours, mais sans négliger la poterie elle-même, les matières premières, les techniques et les technologies, les ateliers, etc. Il en résulte un ouvrage protéiforme et de manipulation difficile compte tenu de son volume (près de 800 pages) et de son poids, qui justifient totalement une couverture cartonnée, mais néanmoins fragile.

2La première partie concerne donc la France : découpage territorial anachronique, préjudiciable à des rapprochements qui s’imposaient qu’ils soient politiques, géologiques ou géomorphologiques. Des synthèses régionales, hélas trop peu nombreuses, comme celle d’Étienne Louis sur le Douaisis, d’Annie Lefèvre sur l’Île-de-France ou la belle synthèse de Jérôme Bouillon sur le Centre côtoient les études de cas nombreuses et souvent très riches, mais inégalement réparties. La présentation de Françoise Labaune-Jean sur la Bretagne, limitée à deux pages et à un tableau très utile, n’est malheureusement qu’une esquisse. Quant aux études de cas, elles ne reflètent pas nécessairement l’actualité de la recherche, mais parfois son approfondissement ; en effet, certaines fouilles anciennes d’ateliers déjà en partie publiées sont présentes : ainsi le site de la rue de Cassel à Racquinghem (Pas-de-Calais), fouillé en 1996, l’atelier de potiers de La Londe (Seine-Maritime) fouillé entre 1987 et 1993 et celui de Moulins-sur-Céphons dans l’Indre, déjà présenté en 1988. Ces articles monographiques couvrent inégalement le territoire national. La synthèse sur le Pas-de-Calais est illustrée par trois articles portant l’un sur deux fours de potier du début du xe siècle et leur environnement à Oisy-le-Verger, et les autres sur deux ateliers de potiers carolingiens : celui de « la Fontaine aux Linottes » à La Calotterie, et celui, déjà cité, de la rue de Cassel à Racquinghem. D’autres régions, notamment l’est de la France ou la Bretagne (à l’exception de la brève synthèse déjà mentionnée) en sont totalement absentes. Les Hauts-de-Seine (ateliers de la rue Gaudray à Vanves), l’Essonne (ateliers de Saint-Maurice-Montcouronne), la Seine-Maritime, l’Indre, le Loiret (avec une intéressante étude des ateliers autour d’Orléans, incluant Saran), l’Aube (atelier de potier de la « Station d’épuration » à La Saulsotte), la Meurthe-et-Moselle (four de potier d’époque carolingienne découvert à Ludres), la Bourgogne (centre potier de Sevrey), l’Allier (fours de potiers de Droiturier), le Rhône (four de potier de la rue des Tuileries, à Vaise), la Drôme (ateliers de potiers de Romans-sur-Isère), la Gironde (production céramique de la transition Antiquité tardive-haut Moyen Âge à Bazas) et l’Hérault (ateliers du ive-vie siècle du secteur de Béziers-Agde) ont fait l’objet de contributions portant souvent sur des officines de grande ampleur. Compte tenu du projet ambitieux qui sous-tend l’ouvrage, on peut regretter l’organisation adoptée, un classement chronologique aurait facilité la comparaison des techniques.

3La troisième partie consacrée aux productions n’a pas bénéficié des mêmes choix de présentation puisqu’elle regroupe des études portant aussi bien sur des poteries spécifiques découvertes à l’étranger et que sur quelques productions de céramique découvertes dans l’espace national. Les organisateurs n’ont pu, là encore, atteindre l’exhaustivité et c’est essentiellement la céramique du haut Moyen Âge qui est présentée. On y rencontre successivement des poteries découvertes en Alsace (« Les ateliers de potiers du haut Moyen Âge en Alsace : une approche par le biais des productions »), en Lorraine (« Ruptures et continuités dans les productions céramiques entre mondes romain et mérovingien en Lorraine » et « La céramique à base d’inclusions de calcaire coquillier : évolution technique et morphologique du vaisselier du haut Moyen Âge à travers les sites lorrains de Frouard, Prény et Vitry-sur-Orne »), en Angleterre à la fin de l’époque saxonne (« Pottery and Identity in Late Saxon England » et « The Context of Pottery Production in Late Saxon Chichester »), dans la vallée de la Meuse (« Les ateliers de potiers mérovingiens dans la vallée mosane : étude des productions ») et aux Pays-Bas (« La fin du monde franc. Aperçu de la production et de la consommation de céramique mérovingienne aux Pays-Bas »), en Allemagne (« Une céramique à destination du marché européen. La production de céramique médiévale de Mayen dans l’Eifel » et « Pottery Production and Trade in Carolingian Northern Hessen [Germany] : an Archaeological and Mineralogical Approach »), en Autriche (« Pottery Production in Eastern Austria and the Neighbouring Regions, 5th-12th Centuries »), dans la mer Égée (« Amphora Production at the Aegean Sea during the 5th-7th Centuries. The Case of a Workshop at Paros Island : Preliminary Results ») et enfin en Toscane (« Les couvercles et plats-couvercles en céramique grossière toscane des vie-viie siècles : production et critères fonctionnels d’emploi »).

4La dernière partie porte sur la méthodologie, la typologie et l’expérimentation. Elle se veut plus générale, elle est aussi plus pédagogique. Paul Benoît et Nicolas Thomas l’introduisent en présentant successivement les différents fours des artisanats du feu en insistant sur la diversité de leurs technologies : fours culinaires, fours à pain ou à sécher le grain, fours pour les matériaux de construction : à chaux, ou à gypse pour la production de plâtre ; fours qui peuvent être conservés en élévation pour la période étudiée. Ils s’attardent un peu plus longuement sur les fours métallurgiques, en précisent la morphologie distinguant la métallurgie du fer et celle des non-ferreux. La verrerie, qui exige différents fours, n’est pas oubliée : fours à fusion qui peuvent être de taille importante comme ceux de Torcello (Italie), fours de refroidissement pour que l’objet baisse en température dans de bonnes conditions, enfin il peut y avoir des fours à vitraux peints. La plupart des fours sont construits avec des matériaux locaux et utilisent une ventilation naturelle. Paul Benoît et Nicolas Thomas, qui ne refusent pas l’idée que les modes de conception des fours puissent avoir circulé, s’insurgent en revanche contre l’image du four destructeur des forêts du Moyen Âge qui a trop souvent été reprise jusqu’à présent dans les ouvrages. Leur présentation d’un grand intérêt pour mieux interpréter les vestiges découverts sur le terrain aurait été valorisée par la présence de photos ou de dessins permettant de mieux percevoir la conception technologique, par des exemples précis pour chaque cas abordé et aussi par des tableaux chiffrés mettant clairement en évidence l’évolution des dimensions.

5La contribution « Dire et redire… » de Jacques Thiriot porte sur les tours et fours de potiers. Il se plaît à rappeler les étapes trop souvent mal connues de l’élaboration des pots en les illustrant de clichés personnels, ethnographiques, pris en Espagne, au Portugal, au Maroc et en Égypte, qu’il rapproche de dessins relevés dans des manuscrits et compare aux vestiges découverts lors de ses fouilles à Saint-Quentin-la-Poterie ou Saint-Victor-des-Oules. Il récapitule les différents modes de cuisson : la cuisson dite « primitive » en aire ouverte qui laisse peu de traces et demeure donc difficile à mettre en évidence malgré un probable usage fréquent. Il évoque l’orientation des fours (indépendante des vents dominants), les noms donnés aux différentes parties, le tirage : horizontal ou vertical, descendant ou à flamme renversée et leurs conséquences. Il rappelle, enfin, les paramètres qui font varier les couleurs lors de la cuisson. Toutes notions qui, de son point de vue, sont loin d’être acquises et qu’il est bon de rappeler.

6Freddy Thuilllier présente ensuite une classification des fours de potiers du ve au xiie siècle en France. Il définit cinq types : les fours à sole perforée (directement hérités de l’Antiquité, qui ont deux volumes superposés séparés par une sole perforée de carneaux ; le tirage est vertical) ; les fours à sole basse, qui sont circulaires ou ovalaires, ont un volume unique et un tirage vertical ; les fours « proto-couchés », plus allongés et inclinés qui ont un tirage horizontal (ou oblique) ; les fours autrefois appelés « à languette » qu’il propose de nommer « à support de charge » considérant qu’ils ne possédaient pas de sole suspendue (ce qui suppose aussi, si tel était le cas, un chargement du four assez délicat et par voie de conséquence de forts risques de casse) ; les fours « proto-longitudinaux » allongés à volume unique et tirage vertical (comme les fours proto-couchés avec lesquels la distinction n’est pas évidente) et possédant parfois une languette. Cette classification apparaît quelque peu discutable dans la mesure où elle ne prend en considération que la période ve-xiie siècle et ignore l’évolution qui suit. Ainsi l’évolution des fours du Molay-Littry, dont il utilise un exemple (xie-xiie siècle), ne correspond pas à celle qu’il décrit : l’allongement de la chambre de chauffe donnant naissance au four couché. Au contraire le type de four reste le même du xie au xviie siècle, comme le montrent les fours plus tardifs qui y ont été découverts, et la chambre de chauffe est plutôt plus ramassée ; seule, la dénivellation avec le laboratoire tend à s’accentuer. Certaines distinctions apparaissent donc discutables.

7Il était discutable aussi de faire de la France un isolat, un monde à part, en proposant une communication d’Andreas Heege ayant à peu près le même thème que celle de Freddy Thuillier et qui englobe les pays périphériques de la France, à l’exception de l’Angleterre et des pays du sud. On regrette que les deux auteurs n’aient pas collaboré pour élaborer une synthèse commune à l’occasion de ce colloque. Andreas Heege évoque les fours, mais cette fois-ci en Allemagne, Suisse, Belgique, Pays-Bas et Autriche. Cet article, très documenté puisqu’il repose sur l’examen de 643 fours, reprend les deux catégories de fours traditionnellement évoquées : le four vertical et le four couché. Le four vertical, de l’Antiquité tardive, continue à être utilisé sans interruption jusqu’au bas Moyen Âge. À Pingsdorf au XIe siècle un four à tirage vertical découvert présente un pilier central et une sole de rayons d’argiles disposés de manière radiale ; à Utrecht, au xive siècle, c’est une sole à rayons en briques. En France, on peut observer le passage du four vertical aux fours à chambre unique : le four couché. Ce dernier est loin d’être identique partout et l’auteur se livre à un large tour d’horizon montrant les différentes formes qu’il peut prendre. Il termine en recommandant une large synthèse européenne et un recensement des derniers fours à bois contemporains existants ainsi qu’en donnant quelques consignes pour leur caractérisation (il recommande notamment la réalisation d’une coupe longitudinale et la présentation d’un échantillon de mobilier, suffisant à ses yeux pour caractériser une production).

8La communication suivante portait avant tout sur la matière première (« L’atelier de céramiques culinaires de Cabrera d’Anoia [Catalogne, Espagne] : des matières premières et des techniques de production »). Il s’agit d’un atelier en grotte qui comprenait plus de trente fours. C’est essentiellement l’étude des pâtes céramique qui est présentée ici. Elle permet aux auteurs de mettre en évidence un traitement de l’argile favorisant l’utilisation culinaire des pots.

9Dans la même veine Sébastien Millet, Sébastien Jesset et Jérôme Bouillon examinent l’apport des expérimentations et des analyses connexes en utilisant l’exemple de Saran 2000-2009 (Loiret), où deux fours expérimentaux et l’aide de potiers ont permis de reproduire des cuissons et répondre aux questions portant sur la matière première utilisée et sur la manière dont était conduite la cuisson. Une tentative du même type a été réalisée sur un four à tirage vertical de type mérovingien en Suisse romande par Pierre-Alain Capt (archéocéramiste). Les deux cuissons effectuées, l’une oxydante, l’autre réductrice, étaient destinées à observer comment se comportaient la pâte des poteries et le four lui-même dont le fonctionnement s’avère très proche des fours antiques. Enfin, Dominique Allios et Paul Lagarrigue tentent une archéologie expérimentale des fours à bois dans les Pyrénées orientales et font part de leurs réflexions et des premiers résultats.

10Une longue réflexion de Jean Chapelot sur « La production céramique en Europe aux ve-xiie siècles », faisant l’état de la documentation et dessinant des perspectives de recherche, termine ce volume. Il souligne en préambule l’objectif de ce colloque : faire la synthèse d’une recherche encore jeune, les fours de potiers. Il dresse d’abord la liste du corpus documentaire disponible pour le ve-xiie siècle et souligne son inégale répartition sur le territoire français tout en montrant les problèmes de représentativité du corpus, la grande variabilité des surfaces fouillées et la grande diversité dans la qualité des observations réalisées. Au total et malgré une intensification des enquêtes, les données restent insuffisantes. Un certain nombre d’acquis se dessinent cependant. On constate une grande variabilité de nature et d’importance des ateliers céramique. À partir du ixe siècle, leur nombre tend à croître, leur origine et leur postérité éventuelles sont également importantes : la plupart des ateliers n’ont qu’une très courte durée de vie. Des villages spécialisés apparaissent et la question de la localisation des ateliers est étudiée ainsi que leurs liens fonctionnels éventuels (ateliers abbatiaux par exemple), d’où la nécessité de reconstituer leur histoire. Enfin, des pistes se dessinent pour l’avenir : il faudra combler les lacunes documentaires, protéger les ateliers localisés, étudier sans attendre la céramique mise au jour, ne pas négliger les aspects techniques des ateliers : étudier le combustible à travers les charbons, les fours, les sites d’implantation et les autres activités liées comme l’exploitation du sous-sol et du milieu forestier ; le volume de production, les ruptures techniques (comme le passage de la cuisson oxydante à la cuisson réductrice) ne devront pas être négligés. Il faudra étudier les productions dans une perspective technique et socio-économique, définir la place de la céramique modelée et préciser les conditions d’apparition de la céramique glaçurée, étudier la céramique architecturale et s’intéresser à la diffusion des poteries et aux conditions économiques de cette diffusion. Comme Andreas Heege, il insiste sur la nécessité du recensement des ateliers de potiers médiévaux actuellement connus en France pour la période et de la protection des ateliers, condition indispensable à la réalisation d’un meilleur outil typochronologique, et démarche nécessaire pour affiner datations et connaissances de l’économie.

11Pour compléter le volume, Freddy Thuillier livre ensuite le catalogue des 175 ateliers de potiers médiévaux connus en France pour la période ve-xiie siècle par des publications ou des rapports, mais qui néglige nombre d’ateliers découverts ou connus et sur lesquels la documentation est lacunaire.

12Cet ambitieux projet n’a certainement pas atteint totalement le but recherché. S’il correspond à un état de la recherche en 2010 et s’il fournit des références chronologiques et typologiques indéniables, il montre aussi de manière très claire les lacunes de ces recherches : des fouilles aux surfaces insuffisantes détachant trop souvent le four de son contexte, avec notamment une carence des fouilles de l’atelier lui-même, de son organisation et donc du travail du potier en amont, précédant la cuisson. Certes le mobilier est souvent trop sommairement étudié, mais peut-être fallait-il, ici, limiter les considérations aux renseignements techniques que la poterie peut livrer sur son mode de fabrication et de cuisson. Pour éclairer l’atelier, il manque aussi des recherches sur son approvisionnement, sur l’origine et le travail de la matière première ainsi que sur la diffusion des poteries. Dans ce riche travail d’étape, il manque les hommes et l’économie. Souhaitons que ce volume suscite des vocations nouvelles et contribue à l’élaboration d’une meilleure méthodologie des recherches.

Haut de page

Notes

1 La céramique du ve au xe siècle dans l'Europe du Nord-Ouest, actes du colloque d'Outreau (1992), Nord-Ouest Archéologie, hors-série 1, 1993.

2 Piton D. (dir.), La céramique très décorée dans l'Europe du Nord-Ouest (xe-xve siècles), actes du Colloque de Douai (7 - 8 avril 1995), Berck-sur-Mer, 1996.

3 Hincker V. et Husi P. (dir.), La céramique du haut Moyen Âge dans le nord-ouest de l’Europe, ve-xe siècles, bilan et perspectives dix ans après le colloque d’Outreau, actes du colloque de Caen, 2004, Caen, Service départemental d’archéologie du Calvados, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Hericher, « Freddy Thuillier et Étienne Louis (dir.), Tourner autour du pot… Les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie siècle dans l’espace européen »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 321-323.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Hericher, « Freddy Thuillier et Étienne Louis (dir.), Tourner autour du pot… Les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie siècle dans l’espace européen »Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2817

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Flambard Hericher

Centre Michel de Boüard-Craham, UMR 6273 (CNRS/Unicaen)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals