Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Bulletin critiqueEleonora Destefanis (dir.), Il pr...

Bulletin critique

Eleonora Destefanis (dir.), Il priorato cluniacense dei Santi Pietro e Paolo a Castelletto Cervo. Scavi e richerche 2006-2014

Andreas Hartmann-Virnich
p. 324-325
Référence(s) :

Eleonora Destefanis (dir.), Il priorato cluniacense dei Santi Pietro e Paolo a Castelletto Cervo. Scavi e richerche 2006-2014, Florence, 2015 (Biblioteca di archeologia medievale, 23). ISBN 978-88-7814-677-8, 709 p., nombreuses illustrations en noir et blanc et en couleur dans le texte, prix : 120 €.

Texte intégral

1Dirigée par Eleonora Destefanis, professeure à l’université du Piémont oriental, l’impressionnante monographie, véritable somme de 711 pages, présente les résultats d’une recherche pluridisciplinaire sur le site du prieuré clunisien Saint-Pierre-et-Paul de Castelletto Cervo, réalisée dans le cadre d’un programme pluriannuel entre 2006 et 2014. Dans sa préface, Christian Sapin souligne à juste titre le délai remarquablement bref entre l’achèvement des travaux de terrain et la parution de l’ouvrage, fruit d’une collaboration d’une quarantaine de co-auteurs, dont la publication, qui se distingue par la richesse thématique et la qualité des contributions, rejoint utilement celles des manifestations scientifiques qui ont marqué le onzième centenaire de la fondation de Cluny. Situé à mi-chemin environ entre Biella et Verceil, à proximité d’un axe routier secondaire, le monastère, attesté pour la première fois en 1092, occupait une élévation dominante au-dessus du confluent de deux rivières : « une certaine marginalité du site » (19) et la conservation partielle des vestiges, suite à la transformation profane du complexe, avaient naguère soustrait le prieuré de Castelletto à l’attention de la plupart des chercheurs », une carence que la vaste enquête sur cet ensemble monastique largement méconnu devait pallier, pour examiner au travers d’une étude monographique la plus exhaustive possible « la nature de l’empreinte de la maison-mère Cluny sur les monastères sous sa dépendance » (E. Destefanis), tant débattue dans l’historiographie. Il s’agissait en même temps de mettre en œuvre une étude de cas à l’échelle d’un ensemble monastique postérieur au haut Moyen Âge, période traditionnellement privilégiée par les programmes archéologiques majeurs conduits en Italie.

2La première partie de l’ouvrage, introduite par un exposé historique et historiographique assorti d’une chronologie commentée des repères historiques (G. Ardizio), aborde le monastère dans son contexte territorial, naturel et social. Une brève caractérisation du cadre géologique (R. Compagnoni, F. Piana) et paysager (G. Ardizio) précède un état des connaissances sur le territoire de l’époque romaine (A. Deodato et al.) et tardoromaine au Moyen Âge (G. Ardizio), pour restreindre ensuite la focale sur un historique détaillé du prieuré et de sa province au cours des « longs siècles de la présence clunisienne » (G. Andenna), marqués aux xiiie et xive siècles par une crise spirituelle et matérielle. L’enquête sur la relation du territoire de Castelletto Cervo avec le pouvoir public (A. Barbero), et sur l’évolution, la typologie et la gestion des dépendances et du patrimoine foncier du monastère (G. Ardizio), précède la seconde partie dédiée aux vestiges matériels du prieuré, bien utilement introduite par un plan orthophotographique des fouilles et un phasage général assorti du code-couleur du phasage adopté pour l’ensemble des relevés. L’étude des élévations et vestiges fouillés de l’église priorale (E. Destefanis, G. Ardizio), introduite par une synthèse de l’apport des sources écrites et accompagnée d’une cartographie stratigraphique sur support photogrammétrique, relève les fragments de la première église priorale, élevée d’est à l’ouest en deux phases vers la fin du xie et le début du xiie siècle. L’édifice se présente alors comme une basilique de dimensions modestes, large de 15 m et longue de 28 m hors œuvre de la façade aux absidioles latérales, dont les collatéraux seuls sont scandés de pilastres et sans doute voûtés en réponse au possible voûtement du vaisseau central, deux fois plus large. Une quatrième travée plus spacieuse fait office de transept non saillant, suivi à la manière d’autres églises clunisiennes d’une courte travée droite, surmontée d’un clocher au sud, et associée au chevet triabsidal dont seule l’absidiole nord est partiellement conservée. La construction de l’édifice en appareil mixte associe à un emploi ciblé de la pierre de taille, des moellons et pierres de ramassage de différentes qualités et provenances, ainsi que des briques et tuiles en remploi, disposés occasionnellement en épi. D’importantes transformations ont lieu à la fin du xive ou au début du xve siècle, suite à une destruction partielle qui entraîne l’effondrement des voûtes des vaisseaux nord et central, puis à plusieurs reprises entre la fin du xve et le xviiie siècle. Plusieurs décennies après l’achèvement de l’église, celle-ci reçoit un avant-corps occidental, commenté dans un chapitre distinct dédié à l’ensemble du secteur à l’ouest de l’église (E. Destefanis, G. Ardizio). Mentionné seulement au xvie siècle comme porticus cupis copertus cum fornice, ce grand volume barlong, divisé en cinq travées voûtées d’arêtes et ouvertes sur le parvis par une série de baies géminées et une haute porte centrale, a conservé la majeure partie de sa structure d’origine construite et voûtée, avec des techniques de mise en œuvre complexes, en appareil mixte de pierre et de briques, datées par thermoluminescence aux alentours de 1200. L’incorporation de quatre vases, dont trois de pierre ollaire, dans les assises sommitales de la voûte à la première travée au nord du portail pose la question de leur rôle en tant que dispositif acoustique, selon l’interprétation la plus généralement admise, et de ce fait de l’usage liturgique de l’espace. La présence de tombes, reconnue dans les années 1960, atteste une fonction funéraire qui pourrait remonter à celle du parvis antérieurement à la construction. Si l’hypothèse d’un projet originel d’avant-nef à étage ne peut être exclue, la surélévation de ce rez-de-chaussée, qui transforme l’ensemble en un puissant volume transversal, n’intervient que dans la seconde moitié du xive ou dans la première moitié du xve siècle. L’investigation archéologique de la zone funéraire au nord de l’avant-corps (E. Destefanis, G. Ardizio, D. Casagrande, F. Ombrelli) a livré un premier niveau d’inhumations en pleine terre de la fin du ixe au milieu du xie siècle, nettement antérieur à la construction de l’église. Celle-ci va de pair avec la création d’un chemin d’accès, avant une seconde phase d’occupation du cimetière qui est ensuite impactée par le creusement des fondations de l’avant-corps. À la fin du xviiie siècle, l’aire funéraire est réorganisée et ceinte d’un mur de clôture. La présentation des données archéologiques est complétée par l’approche spatiale et cultuelle des inhumations médiévales à Castelletto Cervo (E. Destefanis, D. Casagrande, F. Ombrelli), à partir du catalogue et de l’étude diachronique des sépultures et des rites funéraires (E. Destefanis, R. Boano, D. Casagrande, F. Ombrelli), comme de l’analyse anthropologique, taphonomique et paléopathologique des corps inhumés, dont le nombre total reste d’ailleurs malheureusement insuffisant pour des enquêtes statistiques (R. Boano, E. Fulcheri).

3Dans la seconde moitié du xiie siècle, avec l’édification des bâtiments monastiques, est élevée une seconde église (E. Destefanis, G. Ardizio), simple chapelle à nef unique d’environ 14 × 14,5 m dans œuvre, dont l’abside arasée jusqu’aux fondations était dotée d’un décor peint. La position de ce modeste édifice de culte, identifiable avec l’ecclesia beatae Mariae virginis mentionnée à la fin du xvie siècle au sud-est du chevet de l’église majeure et au contact avec l’aile orientale du cloître rappelle la disposition spatiale de la seconde église à l’est de la salle capitulaire de Cluny II, récemment mise en évidence par les fouilles archéologiques.

4Pour suivre le difficile phasage des élévations hors sol et arasées du cloître et des bâtiments claustraux (E. Destefanis, G. Ardizio), il est utile de se référer à la synthèse et aux plans chronologiques présentés dans la quatrième partie de l’ouvrage (p. 530-568) qui résume avec clarté l’évolution des structures bâties fragmentaires dans leur ensemble, et qui donne lieu à une étude comparative du plan d’ensemble restitué avec ceux d’autres prieurés clunisiens de la région (Argon, Vertemate) et au-delà (Tergu, Sardaigne).

5L’étude chronologique des différents secteurs du prieuré est complétée par un important et précieux recueil d’articles dédiés aux matériaux, aux techniques de construction et au décor. L’examen géologique des pierres mises en œuvre, assorti d’un catalogue des éléments décoratifs en place ou retrouvés en fouille, tels que colonnettes, tailloirs et corniches et le lavatorium roman aujourd’hui disparu (E. Destefanis), donne lieu à une enquête parallèle sur les lieux d’extraction et d’approvisionnement à partir de l’analyse pétrographique des matériaux (R. Compagnoni, A. d’Atri, L. Martire, F. Piana, D. Violanti). L’étude chronotypologique des briques (G. Ardizio), ici et là vitrifiées accidentellement lors de la cuisson (F. Garanzini), ouvre sur la réflexion d’un collectif de chercheurs sur la contribution des méthodologies archéométriques à la chronologie absolue des matériaux céramiques du site (S. Blain, P. Dufresne, A. Gueli, P. Guibert, P. Lanos, M. Martini, E. Sibilia, G. Stella). Ainsi, l’analyse des briques par thermoluminescence, réalisée indépendamment par trois laboratoires partenaires, permet une comparaison synoptique des résultats divergents, confortés généralement pour la période couverte par le chantier de l’église par ceux de l’étude par archéomagnétisme. L’étude des sols construits (F. Garanzini), et l’analyse compositionnelle, spectrographique et chronologique des enduits peints (G. Ardizio, C. Rinaudo, A. Croce, M. Allegrina) et des liants (E. Basso), précède une approche chronotypologique des techniques de mise en œuvre et de l’organisation du travail qui caractérisent les chantiers médiévaux successifs sur le site (G. Ardizio, E. Destefanis, F. Bardotti collab.). Un dernier chapitre, séparé de l’étude technique, est dédié à l’étude artistique des restes des décors peints médiévaux (S. Lomartire), particulièrement délicate en raison de leur état extrêmement fragmentaire.

6Au terme d’une enquête aussi riche et diverse que complexe, la quatrième partie de l’ouvrage dédiée aux édifices, espaces et fonctions rassemble les données pour présenter enfin la synthèse diachronique attendue de l’ensemble des périodes du développement du complexe monastique (E. Destefanis). Le texte concis, illustré utilement par des plans périodisés en couleur, retrace l’évolution de la forme et de l’organisation interne des deux églises, des bâtiments monastiques et de leur abord, en l’inscrivant dans le cadre élargi d’une vaste étude comparative qui valorise l’apport de l’archéologie pour les questions fondamentales que posent, au-delà du témoignage des sources écrites, l’organisation de la vie monastique clunisienne et le rapport entre la communauté et la population laïque. Face à l’envergure et à la portée de cette belle synthèse on peut regretter que la substantielle cinquième partie, dédiée au mobilier céramique (N. Botalla Buscaglia), vitreux (F. Barello), numéraire (F. Barello) métallique et métallurgique (S. Bocchio) et aux études paléobotaniques ait, à la différence du domaine funéraire, été pour ainsi dire placée en annexe, une position involontairement marginale que la mise en perspective conclusive sur « Castelletto : un monastère clunisien entre échelle locale et vocation européenne » (E. Destefanis), consignée dans une brève sixième partie, de huit pages seulement, ne saurait compenser. Or, il faut, justement, souligner l’intérêt de l’ensemble des études thématiques conduites dans le cadre de ce programme de recherche, dont la conception interdisciplinaire peut être considérée comme exemplaire à bien des égards. Il faut donc espérer que cette belle publication puisse inspirer de nouveaux projets à l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Hartmann-Virnich, « Eleonora Destefanis (dir.), Il priorato cluniacense dei Santi Pietro e Paolo a Castelletto Cervo. Scavi e richerche 2006-2014 »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 324-325.

Référence électronique

Andreas Hartmann-Virnich, « Eleonora Destefanis (dir.), Il priorato cluniacense dei Santi Pietro e Paolo a Castelletto Cervo. Scavi e richerche 2006-2014 »Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 15 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.2819

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search