Navigation – Plan du site
Bulletin critique

L’abbaye Saint-Maurice d’Agaune, 515-2015, vol. 1 : histoire et archéologie, vol. 2 : le trésor, Bernard Andenmatten, Laurent Ripart (dir.), Pierre-Alain Mariaux (dir.), Thalia Brero

Luc Bourgeois
p. 326
Référence(s) :

L’abbaye Saint-Maurice d’Agaune, 515-2015, vol. 1 : histoire et archéologie, vol. 2 : le trésor, Bernard Andenmatten, Laurent Ripart (dir.), Pierre-Alain Mariaux (dir.), Thalia Brero (coll.), Gollion, Infolio, 2015, 503 et 440 p., nombreuses ill., ISBN : 978-2-884748-19-3, prix : 125 €.

Texte intégral

1De Saint-Martial de Limoges à Saint-Médard de Soissons, les dernières décennies ont vu paraître un certain nombre d’ouvrages restituant le destin d’un grand monastère en croisant l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie. Tout en se plaçant dans cette lignée, les deux volumes qui viennent d’être consacrés à Saint-Maurice d’Agaune se distinguent des précédents à la fois par le luxe de l’édition, par l’ampleur des fouilles menées sur les états précoces du site, par l’étude exhaustive de l’exceptionnel trésor et, enfin, par la volonté de laisser une place importante aux périodes moderne et contemporaine. Toutefois, nous évoquerons uniquement ici les pages consacrées au Moyen Âge, dispersées dans les deux volumes.

2L’étroit passage aménagé par le Rhône entre le lac Léman et Sion a constitué dès l’Antiquité une voie stratégique entre la Gaule et l’Italie, qui permettait l’accès au col du Grand Saint-Bernard. La statio romaine d’Agaune demeure mal connue mais, dès la fin du iie siècle ou le début du siècle suivant, une petite nécropole s’est développée au pied de la falaise qui borde le site au nord-ouest, près d’une source divinisée. Le sommet du talus abrite une tombe privilégiée, protégée dès le Bas-Empire par un petit édifice funéraire qui fut rapidement transformé en un oratoire pourvu d’annexes. C’est dans ce cadre que le premier évêque du Valais, Théodore (ou Théodule), effectue à la fin du ive siècle l’inventio des reliques de Maurice et des martyrs de la légion thébaine. L’historicité de l’exécution de ces militaires chrétiens par Maximien Hercule fait depuis longtemps l’objet de controverses et la présence en Gaule d’une légion venue de Thébaïde (Égypte) n’est pas attestée à l’époque tétrarchique. En revanche, la découverte des reliques peut être replacée dans le contexte de l’invention de Gervais et Protais par Ambroise de Milan (386) et dans un mouvement plus vaste d’invention de reliques. Peu avant 450, l’évêque Eucher de Lyon fait de Maurice et ses compagnons des modèles de sainteté militaire alors que la Vie des Pères du Jura atteste de l’importance du pèlerinage d’Agaune dans les années 460.

3L’évêque Théodore fit bâtir la première église martyriale du Martolet, au pied de la falaise. Le succès du culte entraina la construction, dès le début du ve siècle, d’un sanctuaire de plan similaire mais pourvu d’une abside plus vaste et associé à un baptistère et à un atrium. En 515, le roi burgonde Sigismond, qui venait d’abjurer l’arianisme, transforme l’institution en monastère royal. Il supprime le caractère mixte de la communauté séculière originelle, instaure la laudatio perpétuelle, qui exige un personnel et des moyens importants, et fait adopter la liturgie orientale des Acémètes. La mort de Sigismond en 523 et la conquête du royaume burgonde par les Francs en 534 n’interrompent pas l’essor de l’abbaye. Les bâtiments monastiques s’inscrivent désormais dans une vaste composition architecturale centrée sur le baptistère et qui occupe tout l’espace entre la falaise et la voie antique. La reconstruction du chœur du sanctuaire principal et le réaménagement du baptistère, la fondation de la vaste église du Parvis et de l’église funéraire Saint-Jean, qui reçoit (en 536 ?) les restes de Sigismond et de ses enfants, participent de cette réorganisation. Elle intègre également un complexe palatial muni d’une salle de réception à abside, dont seuls les derniers états ont été fouillés, un autre bâtiment de grande envergure et plusieurs structures munies de systèmes de chauffage par hypocauste.

4L’église principale est encore agrandie à la fin du vie siècle et reçoit au viiie siècle une nouvelle abside surmontant une crypte demi-circulaire. Dès 762, l’abbaye est contrôlée par les Pippinides, lesquels nomment les abbés, également évêques de Sion. Un nouvel accroissement de l’édifice, qui comprend désormais trois larges vaisseaux, intervient sous le règne de Louis le Pieux. Il entraîne un changement de disposition majeur, puisqu’un nouveau chœur est établi à l’extrémité occidentale de l’édifice, surmontant une crypte en couloir. La règle canoniale est alors imposée à la communauté. Un abbatiat laïc est instauré avant le milieu du ixe siècle pour le bosonide Hucbert, auquel se substitueront les Rodolphiens, marquis de Transjurane puis rois jusqu’à leur extinction en 1032. Le monastère d’Agaune, dorénavant intégré à l’Empire, perd alors le lien étroit avec un pouvoir royal qu’il connaissait depuis sa fondation. S’il a obtenu la libre élection des abbés et l’exemption par rapport au pouvoir épiscopal, il doit désormais composer avec les potentes savoyards, en particulier les comtes de Savoie qui, en 1128, prônent le passage de la communauté à la régularité. Après l’incendie de l’église du Parvis et du complexe palatial (peu avant le début du xie siècle ?) et la transformation de sanctuaire Saint-Sigismond (Saint-Jean) en église paroissiale, les réalisations architecturales demeurent relativement modestes : l’église principale est prolongée de deux travées et accostée au xiie siècle d’un clocher-porche magnifiant l’accès principal. À partir de la seconde moitié du même siècle, les abbés s’attachent principalement à la construction d’une seigneurie plus resserrée autour du monastère. Seule la construction de chapelles latérales semble marquer les xive et xve siècles.

5C’est donc un ensemble monumental ancien qui continue à servir de cadre à la vie canoniale au début de l’époque moderne. La reconstruction de l’abbatiale puis des bâtiments monastiques sur de nouveaux emplacements à partir de 1614, la disparition de la majeure partie de la ville dans l’incendie de 1693, puis l’écrasement de la tour-porche par un rocher en 1942, nous privent de ce complexe architectural et c’est aujourd’hui la mise en valeur des opérations archéologiques, l’accès récent aux archives du monastère — longtemps peu accessibles mais désormais progressivement mises en ligne — et la conservation de l’exceptionnel trésor qui évoquent la longue histoire de ce monastère prestigieux. Ce dernier ensemble révèle, mieux que l’architecture, l’intérêt continu que suscita le pèlerinage d’Agaune : du coffret-reliquaire de Teuderic (première moitié du viie siècle) à l’exceptionnelle aiguière dite de Charlemagne (première moitié du IXe siècle), des grands reliquaires de la seconde moitié du xiie siècle aux réalisations des trois derniers siècles du Moyen Âge, les notices détaillées réunies dans le second volume de l’ouvrage rappellent l’action des abbés successifs et de donateurs prestigieux.

6Cette lourde monographie constitue sans nul doute une réussite éditoriale. Tout au plus pourra-t-on regretter la segmentation du discours, qui entraîne parfois des redites voire quelques variations dans la datation des sources écrites mais le choix d’une présentation chronologique et par type de source était difficile à contourner. Quelques aspects plus thématiques demeurent peu évoqués : on aurait par exemple aimé en savoir plus sur l’évolution des usages funéraires dans le cadre de ce grand monastère ou sur la pratique musicale liée à la liturgie. L’usage d’une masse d’archives inédites et, surtout, le catalogue détaillé du trésor viennent compenser ces quelques lacunes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Bourgeois, « L’abbaye Saint-Maurice d’Agaune, 515-2015, vol. 1 : histoire et archéologie, vol. 2 : le trésor, Bernard Andenmatten, Laurent Ripart (dir.), Pierre-Alain Mariaux (dir.), Thalia Brero », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 326.

Référence électronique

Luc Bourgeois, « L’abbaye Saint-Maurice d’Agaune, 515-2015, vol. 1 : histoire et archéologie, vol. 2 : le trésor, Bernard Andenmatten, Laurent Ripart (dir.), Pierre-Alain Mariaux (dir.), Thalia Brero », Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2822

Haut de page

Auteur

Luc Bourgeois

Centre Michel de Boüard-Craham, UMR 6273 (CNRS/Unicaen)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals