Navegación – Mapa del sitio
Bulletin critique

Yumi Narasawa, Les autels chrétiens du sud de la Gaule (ve-xiie siècles)

Thomas Creissen
p. 327-329
Referencia(s):

Yumi Narasawa, Les autels chrétiens du sud de la Gaule (ve-xiie siècles), Turnhout, Brepols, 2015, (Bibliothèque de l’Antiquité Tardive, 27), 604 p., 978-2-503-55347-4, prix : 90 €.

Texto completo

1Cet ouvrage consacré aux autels du sud-est de la Gaule entre les ve et xiie siècles est issu d’une thèse soutenue par Yumi Narasawa en 2008 et réalisée sous la direction de Michel Fixot. C’est donc tout naturellement à ce dernier que revient l’honneur de rédiger la préface, dans laquelle le directeur de recherche souligne d’emblée les grandes difficultés rencontrées par son ancienne étudiante. Yumi Narasawa est japonaise et il lui a tout d’abord fallu consacrer un temps non négligeable à l’apprentissage du français (et sur ce point, le résultat semble irréprochable). Par ailleurs, le sujet ayant depuis longtemps retenu l’attention sans pour autant susciter la publication de véritables synthèses, l’auteur a dû compulser une bibliographie foisonnante et dispersée. Surtout, nombre de ces travaux antérieurs apparaissaient de fiabilité douteuse ou incomplets et il était impératif, autant que possible, de commencer le travail par une enquête de terrain qui s’est voulue exhaustive. Les horizons géographiques et chronologiques retenus étant assez ambitieux, cette louable rigueur n’a pas été sans conséquence.

2L’introduction le souligne d’emblée : l’établissement de l’impressionnant catalogue — plus de 450 entrées auxquelles il faut adjoindre des inventaires complémentaires insérés dans la synthèse ou en annexe — a nécessité un temps considérable. Ceci, hélas, a naturellement réduit la part de temps disponible pour la synthèse. Dans la préface, Michel Fixot cherche à prévenir les critiques en précisant que le temps imparti à ce travail était trop bref pour mener à bien l’établissement d’un catalogue solide et la réalisation d’un véritable travail de contextualisation. La thèse de Yumi Narasawa est présentée comme une enquête préliminaire destinée à fournir des bases solides pour des développements à venir, même si plusieurs avancées importantes lui semblent acquises.

3Dans l’introduction, Yumi Narasawa rappelle le rôle fondamental de l’autel dans la liturgie chrétienne — « l’autel c’est le Christ » affirmait Cyrille d’Alexandrie qui aurait pu être cité ici — tout en soulignant quelques traits marquants pour son évolution matérielle. Dès 517, le 26e canon du concile d’Epaone stipule que l’autel — la table tout au moins — doit être en pierre, fixe et monolithe. Si la tradition d’un dépôt de reliques est très tôt attestée, l’obligation de faire un dépôt de reliques au moment de la consécration de l’autel n’est véritablement instituée qu’avec le 7e concile du canon de Nicée II en 787.

4L’autel joue un rôle fondamental dans l’histoire d’un édifice cultuel chrétien : il doit être présent et consacré dans toute nouvelle construction. Mais, comme indiqué par l’auteur, l’importance de cet élément explique que les remplois et déplacements ont été nombreux, et plusieurs exemples semblent montrer qu’un même autel peut avoir été consacré à diverses reprises. Isolés, les vestiges d’autels sont souvent difficiles à interpréter : indices de l’existence d’un ancien édifice disparu ou « reliques » remployées dans une nouvelle construction ? Le problème est d’autant plus ardu que nombre d’autels chrétiens sont eux-mêmes des remplois d’œuvres antiques, réutilisées à des périodes diverses.

5En dehors de ces possibles remplois, la datation des aménagements inventoriés se heurte à deux obstacles principaux : des remaniements quasi systématiques, qui font que les autels n’occupent presque plus jamais leur emplacement d’origine ; une tendance au conservatisme formel qui fait que les modèles évoluent peu.

6Le cadre géographique retenu est justifié par des contingences essentiellement matérielles : les vestiges y sont relativement nombreux par rapport au reste du territoire national, mais aussi au regard de ce qui se constate pour une large part du pourtour méditerranéen ; de plus, ils ont retenu l’attention des érudits et des chercheurs depuis longtemps et la bibliographie disponible est donc relativement abondante, suffisamment pour se livrer à un bilan historiographique. Quant à l’horizon chronologique, de l’extrême fin du ive s. au tournant des xiie-xiiie s., il se justifie par le fait que la période est marquée par un relatif immobilisme des formes au cours de cette longue durée : aucun bouleversement majeur ne se manifeste et il aurait été hasardeux de vouloir opérer une césure au sein de l’ensemble.

7Si le constat de l’immobilisme se vérifie pour partie dans le domaine de l’histoire des formes, il est toutefois regrettable que le contexte historique ne soit pas du tout évoqué. Au cours de la période retenue, la région est tout de même marquée par des évolutions sensibles. Plus généralement, à l’échelle de l’Occident, c’est aussi une période de profondes mutations des pratiques liturgiques dont on ne peut que se demander si elles n’ont pas eu un impact sur le mobilier qui servait de support à ces célébrations. Cette question n’est pas soulevée dans l’introduction, alors que le lien qu’entretiennent l’architecture religieuse chrétienne et son aménagement avec la liturgie est au cœur d’une bonne partie de la recherche consacrée à ces sujets depuis quelque temps déjà. Même s’il semble acquis que la liturgie n’explique pas tout, son rôle reste essentiel. En retracer l’évolution, même schématiquement, aurait incontestablement été profitable. Évoquer la nature des cérémonies dont ils étaient les supports n’aurait pas été incongru. Autres points, l’auteur ne dit rien du phénomène de la multiplication des autels qui marque la période étudiée, et rien n’est dit non plus des questions de topographie : à quoi servaient ces différents autels, où se tenaient-ils ?

8Quelques pages préliminaires sont ensuite consacrées à la question de la préservation du mobilier, les autels parvenus jusqu’à nous ayant le plus souvent connu des parcours particulièrement mouvementés (p. 29-32). Nombre d’entre eux ont été remaniés, certains remployés pour des usages sans rapport avec leur fonction première.

9La première partie contient le catalogue. Avec plus de 370 pages, c’est de loin la plus étoffée de l’ouvrage. Il est impossible de rentrer ici dans le détail de chaque présentation tant les œuvres sont diverses. Chaque notice suit la même architecture. L’œuvre est d’abord identifiée par grande catégorie (table à rebords, socle, autel tabulaire, etc.), le matériau est indiqué et les dimensions fournies. Dans le corps de la notice, l’historique de la découverte est relaté, puis vient une description précise. Les questions de datation sont ensuite abordées, et chaque notice se conclut par une bibliographie très complète. Il faut souligner la qualité de la documentation graphique : des gravures ou dessins anciens parfois, des photographies le plus souvent, et de très nombreux relevés effectués par l’auteur. Ces derniers se distinguent par leur qualité exemplaire et à ce titre cet ouvrage pourrait servir de modèle de présentation pour les séries lapidaires. La production de cet imposant corpus est en soi un travail absolument remarquable. Une simple consultation rapide suffit par ailleurs à souligner la richesse et la diversité du sujet étudié. Il n’est en est dès lors que plus regrettable que le travail de synthèse n’ait pu être mené à terme.

10La deuxième partie est consacrée aux études synthétiques. Elle débute par la présentation des « recherches sur des autels à décors sculptés ». Quatre groupes sont distingués : les « tables décorées de type provençal », les « autels-cippes décorés », les « tables d’autels décorées à lobes et autres tables décorées en Languedoc méditerranéen » et les « autels à antependium ». Les œuvres constituant le groupe des autels provençaux sont au nombre de 28. Cette « famille » a très tôt retenu l’attention et, selon une opinion maintes fois exprimée — apparemment acceptée par Yumi Narasawa —, l’autel de Saint-Victor de Marseille serait l’ancêtre de la lignée. Malgré les similitudes qui l’unissent à d’autres autels — en particulier celui d’Auriol — elle ne pense pas qu’ait jamais existé un atelier spécialisé dans la production de ces tables, sur le modèle des ateliers de sarcophages. Il s’agirait plutôt d’œuvres de circonstance. Les motifs présents — rinceaux ou théories d’animaux — sont banals au cours de la période : pas besoin, dès lors, d’imaginer l’arrivée d’un autel d’importation ayant servi de modèle pour expliquer l’essor de cette production. Tout autre objet orné de tels motifs, voire un texte comme celui de Paulin de Nole cité ici, pourrait pleinement justifier le choix de ce langage symbolique. Yumi Narasawa distingue deux grandes étapes dans la genèse de l’ensemble : un premier groupe d’une quinzaine de tables est daté d’entre la toute fin du ive et le vie s. Les œuvres sont alors majoritairement en marbre. Après un hiatus au cours des viie-xe s., la production reprend pendant la période romane lors de laquelle les matériaux sont plus diversifiés. Cette partie est agrémentée d’un tableau récapitulatif synthétisant les principales caractéristiques des œuvres mais aussi d’une carte de répartition et de planches comparatives : profils des œuvres, plans à l’échelle… Ces éléments, des plus utiles, ponctuent l’ensemble de la partie synthétique.

11Le second chapitre est consacré aux autels-cippes, qui se retrouvent en Provence comme dans le Languedoc. Yumi Narasawa commence par relever l’ambiguïté d’un terme sur la définition duquel il semble difficile de s’accorder : l’auteur cite Paul Corbier pour qui « originellement, cippus qualifie toute pierre dressée, avec ou sans inscription, aussi bien une borne au coin d’un champ qu’une tombe » (p. 418, n° 74). En outre, si l’on privilégie une définition plus restreinte, certains autels-cippes remploient des éléments antiques qui ne seraient pas des cippes et par ailleurs tous les cippes remployés n’ont pas servi d’autels, etc. La situation est assez brouillonne. À vrai dire, ces pages ne clarifient pas vraiment les choses. Il apparaît toutefois que deux groupes peuvent être distingués, celui des autels-cippes de Provence, principalement datés des ve-viie s., et celui des œuvres languedociennes, qui appartiendraient aux viiie-xiie s. Quelques pages sont consacrés à la typologie du décor que l’on y trouve.

12Les tables d’autels à décor de lobes et apparentés sont ensuite évoquées. Cette « famille », bien connue et souvent étudiée, découlerait d’un prototype — disparu — élaboré à Narbonne vers la fin du ixe s. à partir d’antécédents antiques. Sans remettre en question l’homogénéité du groupe, Yumi Narasawa nuance — à raison — les affirmations de Pierre Ponsich selon lequel plus les œuvres sont « classiques », plus elles sont proches du prototype et donc anciennes. Comme l’auteur le fait remarquer, il semble bien dangereux de vouloir appliquer la même grille de lecture formaliste à l’ensemble des autels étudiés, certains étant destinés à de modestes édifices ruraux alors que d’autres prenaient place dans de précieux sanctuaires comme Saint-Sernin de Toulouse. Enfin, ce panorama des autels décorés s’achève par la présentation des autels à antependia, ce terme étant ici entendu dans une acception large, voire un peu floue : la présence de la moindre ornementation sur la face avant de l’autel, même symbolique, suffit à identifier un antependium. La présence d’un décor figuratif est restée confidentielle jusqu’à la période romane et, dans l’ensemble, les exemples conservés restent rares. Dans cette partie, l’absence d’un véritable discours de synthèse est vraiment regrettable : il aurait fallu en dire plus sur les évolutions qui vont mener à la généralisation et à la progressive monumentalisation des retables au cours du bas Moyen Âge.

13Le chapitre suivant « typologie et chronologie » confronte la réalité matérielle de la région étudiée à des exemples issus d’autres horizons géographiques. On y retrouve des tableaux synthétiques présentant les œuvres par grandes catégories (table à rebords, table plane, pieds, etc.) ainsi que des planches comparatives, notamment consacrées aux profils des tables. Ces derniers illustrent l’existence de certaines évolutions pour les moulurations : elles auraient tendance à se complexifier au cours de la période romane après être restées longtemps assez standardisées. Autre acquis, il semble avéré que les tables planes sont souvent tardives, rarement antérieures à la période romane. Auparavant, la table d’autel était le plus souvent surcreusée en sa partie centrale, sur le modèle des tables domestiques de l’Antiquité. L’origine des « pierres sacrées », ces petites plaques ornées de croix qu’il est souvent possible d’observer au centre des tables d’autels actuelles est également abordée. Dans la plupart des cas, il s’agit d’adjonctions tardives, de la fin du Moyen Âge parfois, le plus souvent de la période moderne.

14En définitive, plusieurs éléments intéressants ressortent de cette partie. Mais l’ensemble reste un peu décousu.

15La partie consacrée au dépôt de reliques comme au remploi de sarcophages souffre du même handicap. Même s’il s’agit d’un discours à vocation synthétique, de courtes études de cas interrompent le propos. Comme l’auteur nous l’apprend dans la conclusion, cette partie est en fait le reliquat d’un chapitre qui devait initialement être consacré aux relations entre l’autel et l’espace liturgique qu’elle n’a finalement pas pu rédiger (p. 548). Le propos se limite un peu trop à une énumération et cherche son équilibre entre synthèse et catalogue.

16Viennent enfin quelques pages consacrées aux accessoires rattachés à l’autel dans lesquelles se trouvent plusieurs réflexions très intéressantes sur les tentures qui ornaient les autels et les systèmes de fixation qui pouvaient les maintenir. Il est par contre regrettable que l’auteur n’ait pas développé davantage la question de savoir ce qui prenait place sur les autels.

17Un dernier chapitre est consacré à la question du remploi de matériaux anciens pour l’autel, tandis qu’un appendice précédant la conclusion recense 52 occurrences de « remplois simples d’autels païens » : ces exemples n’ont pas été intégrés au catalogue du fait des importants problèmes de datation qu’ils posent (dans plusieurs cas, les « remplois simples » sont post-médiévaux). Le fait que la synthèse se termine par ces parties s’apparentant à des catalogues annexes est en réalité assez emblématique de cet ouvrage, qui n’arrive pas toujours à dépasser le cadre de l’inventaire exhaustif.

18Dans la conclusion, c’est justement sur l’importance du catalogue et du travail qu’il représente que l’auteur insiste lourdement, en mettant en avant l’énorme investissement en temps qu’il a demandé. Yumi Narasawa concède humblement que toutes ses ambitions n’ont pu être atteintes. En particulier, le fort conservatisme qui a longtemps prévalu lui a interdit d’établir la chronologie précise qu’elle ambitionnait de définir. Cela, nul ne pourra le lui reprocher. Elle cherche aussi à justifier le choix de son classement typologique qui s’éloigne de ceux généralement adoptés auparavant (autels à mensa, autels-coffre, autel caisse) : dans son optique, il s’agissait avant tout de partir des vestiges matériels, ce qui l’a amené à séparer supports et tables, et à subdiviser chacune de ces deux familles en de multiples entités. Jusqu’au bout, l’auteur semble comme tétanisée face à la matérialité de son sujet, l’une des dernières phrases indiquant : « Par ailleurs, on bute toujours sur l’examen de certains éléments lapidaires et sur la fonction attribuable à certains d’entre eux (...) », p. 548. S’il est tout à fait louable de vouloir construire son discours sur des bases solides, il n’en apparaît pas moins indispensable d’essayer de dépasser ces incertitudes pour proposer un discours de synthèse.

19La bibliographie qui vient après est riche et complète. Lui fait suite un résumé de l’ouvrage en anglais, selon l’heureux parti-pris adopté par cette collection. Enfin, quelques planches en couleur terminent la publication.

20En conclusion, il s’agit d’un ouvrage d’une incontestable utilité, consacré à un sujet qui frappe par sa richesse et sa diversité. Les notices monographiques du catalogue, en particulier, s’avèrent extrêmement profitables et le resteront par la suite. Le temps consacré à l’établissement de cet impressionnant ensemble explique largement le caractère un peu plus faible de la synthèse, sans pour autant pleinement le justifier. Plusieurs manques sont à relever. Pour n’en citer que quelques-uns : une partie consacrée aux usages liturgiques de l’autel aurait été plus que bienvenu ; une synthèse sur la répartition spatiale des autels au sein des édifices fait cruellement défaut ; des considérations plus abouties sur les liens unissant l’autel à l’image n’auraient pas été inutiles,… Certes, comme Michel Fixot prend soin de l’indiquer dès la préface, la solidité de ce catalogue en fait un excellent outil pour développer ces futures synthèses. Mais nous savons bien qu’il est souvent difficile de se livrer à ce travail sans se plonger intimement dans les données primaires : eu égard à l’énorme effort investi dans l’élaboration du catalogue et à la qualité d’observation dont celui-ci fait part, il apparaît clairement que Yumi Narasawa aurait été la mieux fondée à développer ce travail. Le lecteur est ainsi frustré qu’elle n’ait pu pleinement mettre à profit ses indéniables qualités d’analyse et l’extraordinaire travail de compilation établi.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Thomas Creissen, « Yumi Narasawa, Les autels chrétiens du sud de la Gaule (ve-xiie siècles) »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 327-329.

Referencia electrónica

Thomas Creissen, « Yumi Narasawa, Les autels chrétiens du sud de la Gaule (ve-xiie siècles) »Archéologie médiévale [En línea], 46 | 2016, Publicado el 15 febrero 2018, consultado el 29 marzo 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/2825

Inicio de página

Autor

Thomas Creissen

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Archéologie Médiévale

Inicio de página
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals