Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Jacky Koch, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (xe-xiiie siècles)

François Fichet de Clairfontaine
p. 329-330
Référence(s) :

Jacky Koch, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (xe-xiiie siècles), Nancy, PUN – Éditions Universitaires de Lorraine, 2015, 562 pages, ISBN 978-2-8143-0255-6, prix : 38 €

Texte intégral

1En 2012, Jacky Koch, archéologue médiéviste au Pôle d’archéologie interdépartemental Rhénan (PAIR - Sélestat), a soutenu à Nancy une thèse consacrée au chantier de construction des châteaux alsaciens, édifiés entre le xe et la fin du xiiie siècle. Trois ans plus tard, elle était publiée ! Le sujet n’est certes pas aisé, car si les travaux sont abondants en France pour ce qui concerne l’architecture militaire, l’étude des hautes cours, l’organisation des basses cours, l’analyse du cadre seigneurial et le rôle des châteaux dans l’organisation d’un territoire et son encadrement, peu de travaux ont été spécifiquement consacrés à l’art de bâtir les châteaux médiévaux. Du reste, en majorité, les recherches n’ont le plus souvent abordé qu’un aspect du chantier, comme l’extraction, la préparation et la mise en œuvre des matériaux, l’emploi du bois (comme du fer) dans la construction, l’avancement des constructions ou encore les outils du chantier, dont les échafaudages. L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace n’est pas un sujet aisé à appréhender, car l’art du bâtisseur est complexe dans son phasage et par la diversité des postes de travail, devant faire appel à des techniques et des savoir-faire, à des corps de métiers divers, comme à des contraintes imposées par le maître d’ouvrage sur le calendrier de réalisation des travaux, le plan du site ou le niveau de financement disponible, ou encore la situation topographique et géologique d’un site, etc. Il n’est pas aisé parce qu’il n’existe au final quasiment aucun texte en Alsace évoquant le chantier de construction entre le xe et le xiiie siècle : rien avant 1200 puis quelques mentions sur le lancement des travaux, ainsi en 1279 à Wintzenheim à Hohlandsbourg, en 1275 à Soultzbach-les-Bains ou en 1280-1282 pour le Haut-Hattstatt à Hattstatt, pour lequel les sources mentionnent la décision de construire et le versement de sommes afin « d’enclore le sommet et d’y construire une fortification ». Peu de textes, une iconographie ancienne qui cède souvent au romantisme et fait trop peu de cas de la réalité du site, et beaucoup de ruines, parfois informes, recouvertes de gravats et donc difficilement lisibles en l’absence de fouilles ou de sondages. Et il y en a eu trop peu de fouilles ! Pour sa thèse, Jacky Koch a emprunté sa matière aux sites déjà documentés par quelques sondages et fouilles, sinon le plus souvent par les études du bâti qu’il a conduites lui-même dès 1991. Son choix s’est porté sur les constructions fortifiées du versant alsacien du massif vosgien, sur des ensembles castraux, parfois de petite taille (compris entre 1 400 m² et 10 000 m²), situés le plus souvent au sein de massifs forestiers et sur des reliefs. On mettra à part l’ensemble fortifié de Châtenois, qui constitue sans doute un aboutissement (avec le site de Soultzbach-les-Bains, créé au cœur d’une petite plaine) dans l’évolution du site militaire fusionnant avec une bourgade qu’il ceint d’une enceinte couvrant 1,65 ha. 19 sites castraux (sur plus de 150 répertoriés) illustrent les différents aspects du chantier dont les multiples facettes seront abordées selon les potentialités offertes et les informations recueillies dans la documentation. Celle-ci est donc issue de sondages, de quelques trop rares fouilles d’ampleur (dont Lichtenberg-Schlossberg, Châtenois, Orschwiller-Petit-Koenigsbourg, le Warthenberg à Ernolsheim-lès-Saverne, ayant fait l’objet de longues fouilles sans synthèse au final !), le plus souvent de prospections et surtout d’études du bâti commandées avant un projet de restauration ou en accompagnement de celui-ci. On remarquera que plusieurs sites n’ont ainsi jamais fait l’objet de recherches archéologiques (Soulztbach-les-Bains, Bilstein à Riquewihr), ce qui a conduit Jacky Koch à limiter son propos à quelques éléments y affleurant, utiles toutefois pour illustrer un aspect du chantier de construction. Le choix est enfin celui d’un espace chronologique, compris entre le xe siècle et la fin du xiiie siècle, période au cours de laquelle le phénomène castral connut son plus fort développement en Alsace. C’est une période de forte agitation, née de l’affaiblissement de l’autorité impériale, plaçant l’Alsace dans une position particulière sur la dorsale rhénane, aux confins des royaumes de Germanie et de France, des duchés de Bourgogne et de Souabe, avec la lignée des Hohenstauffen qui marque de son empreinte le xiie siècle. La période qui verra encore l’émergence puis l’affermissement de la lignée de Habsbourg au xiiie siècle sera aussi celle de conflits soutenus par cette famille entre les villes et l’évêque de Strasbourg. On constate alors l’émergence de la moyenne et petite aristocratie et la multiplication de sites castraux dont le caractère militaire sera souvent prépondérant sur leur caractère résidentiel.

2Après un premier chapitre consacré, entre autres, à la fortification dans le droit médiéval germanique, aux apports de l’archéologie du bâti, ce qui permet à l’auteur de conclure à l’absence de synthèse globale sur la manière de faire les châteaux, et enfin à la méthodologie mise en œuvre par J. Koch pour étudier les sites (topographie, analyse de l’iconographie, relevés du bâti, analyse des liants, etc.), le second chapitre constitue la synthèse de l’ensemble des travaux menés sur les 19 sites castraux retenus.

3Cette synthèse repose sur les données collectées pour restituer chaque étape du chantier, dont la spécificité permet de définir une architecture castrale qui s’avère bien différente des constructions civiles et religieuses. Elle dispose de ses propres critères et de ses propres canons, ce dans un souci de fort pragmatisme reposant sur la recherche de gains de temps, de moyens humains et d’argent. À ce titre, l’emploi quasi exclusif du parement à blocs à bossages réservé aux châteaux illustre le particularisme alsacien. Ce fort chapitre « construire un habitat défensif entre le xe et la fin du xiiie siècle » examine ainsi chaque phase, chaque élément de l’organisation puis de l’avancée du chantier du château fort alsacien. Suivant le déroulement du chantier, il questionne d’abord le calendrier des travaux, qui débutent généralement au printemps, hormis le cas du creusement du fossé du site de Schrankenfels à Soultzbach-les-Bains en octobre, la coupe des bois ayant elle souvent lieu en hiver (Éguisheim). Le problème de l’approvisionnement en matières premières constitue un enjeu pour la construction, la qualité de la pierre, sa dureté, sa mise en forme pouvant être aussi source de dépenses ou non ; le grès étant abrasif pour les outils par exemple, le granit « rebelle au ciseau ». Selon les cas, élévations en moellons plus ou moins dégrossis ou en blocs à bossages, elle nécessitera des corps de métiers spécialisés ou non. La démarche archéologique a ainsi tenté d’inventorier et d’étudier pour chaque site la provenance des matériaux et les modes d’extraction des gisements mis en œuvre. Le creusement du fossé comme l’exploitation des pentes du relief ont pu procurer ce matériau, pour les parements en moellons le plus souvent ou le blocage des murs, comme au Petit Ringelsberg à Oberhaslach, le Haut-Ribeaupierre à Ribeauvillé, et à Andlau-Spesbourg. L’exemple des premiers châteaux est celui des parements en moellons plus ou moins assisés, comme à Wettelsheim, Éguisheim (phase A) ou le Petit-Koenigsbourg à Orschwiller, le plus souvent datables des xe-milieu xiie siècles. Dans les autres cas, on remarque l’existence de carrières à faible distance des sites (de 200 m à moins de 2 km, car le transport de la pierre doit être pris en compte dans l’économie du projet). Il s’agit le plus souvent de productions de blocs à bossages en grès, plus rarement en granit, extraits et mis en forme sur la carrière même, une production en série étant mise en évidence. L’exemple de la carrière de Frohnberg fournissant le chantier du Warthenberg illustre le propos, tout comme celles du Petit-Ringelsberg et du Koenigstuhl pour la tour de Bilstein à la charnière des xiie-xiiie siècles. Apparu au plus tard, vers 1147, à Éguisheim Schlossberg-Dagsbourg, le bloc à bossage va devenir prépondérant sur les sites castraux de la seconde moitié du xiie et du xiiie siècle, véritable marque de fabrique mais aussi signe quasi ostentatoire du site castral, qui se démarque des autres architectures qui n’emploieront que le parement de moellons à peine équarris ou de blocs lisses. L’exemple de la tour d’Éguisheim, qui emploie le bloc à bossage de gros gabarit à la base, sous un parement de blocs lisses, ainsi que sur l’élévation d’angle, illustre bien le caractère ostentatoire de la démarche constructive. L’étude a montré que l’évolution du parement à blocs à bossages s’est par ailleurs accompagnée d’une réduction du format et du poids des blocs, passant de 600 kg en moyenne à Éguisheim (phase A – v. 1147 par dendrochronologie) à 150 kg à la fin du xiiie siècle pour une mise en œuvre plus aisée. La réduction du temps de production (de 2 blocs au xiie à 3 au xiiie siècle en moyenne) et la recherche d’économie sont évidentes. Pour J. Koch, la production de blocs à bossage, dont il tente d’estimer le cubage produit puis employé pour plusieurs sites castraux (comme pour la tour de Bilstein qui aurait nécessité 1250 blocs soit 180 voyages en chariot d’une capacité de 1,5 t.), s’est accompagnée de l’émergence de corps de métiers spécialisés, dont le tailleur de pierre, qui laissera parfois ses marques de tâcherons. En T couché puis en forme de flèche, elles permettront de restituer l’avancement de la construction du Oedenbourg (phase B). L’analyse des mortiers et liants a constitué une autre démarche, visant à identifier les lieux de production de la chaux (un seul cas reconnu in situ pour Warthenberg à Ernolsheim-lès-Saverne, vers 1261) et de provenance des granulats. Enfin, l’étude fine de parements et l’identification d’opes ou de boulins ont permis à l’auteur de s’interroger sur l’emploi des infrastructures charpentées du chantier, dont les plateaux amovibles, les échafaudages, par exemple pour la tour maîtresse d’Éguisheim et l’enceinte de Kaysersberg, et les engins de levage employés. Le chapitre se clôt par l’analyse de la morphologie des ouvertures identifiées, et surtout des enceintes ouvertes et barrant un éperon ou fermées de plan quadrangulaires ou polygonal (Hohlandsbourg, Kaysersberg, Pflixbourg, Châtenois, etc.), circulaire (Krueth-Linsenrain) voire naviforme (Oberhaslach-Petit Ringeslberg). Elles ont pu abriter des tours maîtresses, de plan carré, circulaire ou pentagonal à bec, et un espace résidentiel en pierre, de faible surface aux xe-xie siècles, fusionnant en un même lieu espace cultuel et lieu de vie ; on évoquera aussi l’évolution du programme architectural qui, après 1200, du logis abrité derrière la tour, évoluera vers une intégration (Wassenberg, Schrankenfels). L’enceinte à segment (Wathenberg A), en demi-cercle, comme au Haut-Ribeaupierre, ou fermée (Châtenois, Hohlandsbourg, Kaysersberg, etc.) pour laquelle J. Koch remarque une réduction de l’épaisseur des maçonneries depuis le xie siècle, parfois aveugles pour une défense active depuis un parapet, parfois percées de jours ou d’archères à niche (Hohlandsbourg, Oedenbourg, Châtenois), a pu être étudiée avec précision ; ainsi, à Kaysersberg, où les boulins ont livré des bois datés des années 1265-1268, confirmant au demeurant deux phases d’élévation, ou à Châtenois, en restituant une élévation couronnée de merlons. La conclusion de ce chapitre, très riche en informations, conduit l’auteur à identifier un modèle constructif dont la genèse se place peu avant le milieu du xiie siècle. Le château du versant alsacien illustre une architecture très pragmatique, à la recherche d’économies en matière d’approvisionnement des matériaux, de mise en œuvre, de traitement et de gestion des espaces internes. Constituant souvent un château dont le caractère militaire est très affirmé, un château-refuge parfois, il illustre une rationalisation des taches visant une optimisation de l’investissement (comme à Kaysersberg). La suite de l’ouvrage est consacrée à la présentation sous forme de notices de chaque site étudié, plusieurs notices pouvant concerner un même château, dont l’évolution est suivie par phase. On remarquera que souvent la datation demeure imprécise, faute de fouilles et d’éléments discriminants. La chronologie repose ainsi sur des comparaisons faites d’un site à l’autre, empruntant parfois ses exemples auprès de régions bien trop éloignées (la Normandie pour Notre-Dame-de-Gravenchon, par exemple). La morphologie du parement à blocs à bossages, la forme et la mise en œuvre de l’appareil d’une maçonnerie, la morphologie des rares ouvertures observées, peuvent constituer les seuls éléments de datation, très relative, dont l’auteur n’ignore pas la fragilité.

4Sans doute aurait-il été plus utile de proposer au lecteur de prendre d’abord connaissance des notices réalisées sur les sites castraux retenus et ainsi des principaux apports de chaque étude conduite. Cela aurait favorisé une lecture plus aisée des deux chapitres introductifs, qui constituent les synthèses de l’étude de Jacky Koch. L’organisation du plan est ainsi quelque peu déroutante, surtout lorsque l’on ne prend la mesure des apports qu’à la lecture des notices, ou lorsqu’on découvre les plans phasés (de qualité) rejetés dans un cahier couleur en fin d’ouvrage. Quoi qu’il en soit, à partir d’un matériau très riche, aux multiples et diverses entrées, Jacky Koch propose un premier aperçu très convaincant de « l’art de bâtir le château » alsacien. Sans doute, ne s’agit-il que d’une première étape, l’auteur proposant en fin de second chapitre des pistes de recherche pour poursuivre le travail, tant il reste à défricher. Nombre de sites n’ont pas fait l’objet de recherches approfondies (organisation des basses cours, chronologie fine des constructions, analyse du paysage immédiat du site castral et de sa transformation, différenciation progressive ou non après le xiiie siècle, entre la construction militaire et un parti résidentiel, morphologie du château au haut Moyen Âge, etc.). Il reste aussi à poursuivre les travaux sur les sites d’extraction ou l’analyse des marques lapidaires. Jacky Koch donne matière à voir et à poursuivre, ce qui constitue la grande qualité de ses recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Fichet de Clairfontaine, « Jacky Koch, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (xe-xiiie siècles) », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 329-330.

Référence électronique

François Fichet de Clairfontaine, « Jacky Koch, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (xe-xiiie siècles) », Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2828

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals