Navigation – Plan du site

Le cimetière de la ferme de Pouy à Mortefontaine (Aisne) (viiie-xie siècle)

The ‘Ferme du Pouy’ Cemetery at Mortefontaine (Aisne) (8th to 11th century)
Der Friedhof der Ferme de Pouy bei Mortefontaine (Aisne) (8. bis 11. Jh.)
Thierry Galmiche, Vincent Buccio et Nadège Robin
p. 39-58

Résumés

Le cimetière de la ferme de Pouy à Mortefontaine, en usage entre la fin du VIIIe siècle et la première moitié du XIe siècle, a été fouillé partiellement en 2008 et 2012. Un habitat rural de la même époque est situé de part et d’autre de cet espace funéraire. Au nord et au sud, un fossé marque la partition entre ces deux secteurs. Un bâtiment qui pourrait correspondre à un lieu de culte a été découvert au cœur de la zone funéraire, remarquable par sa forte densité d’inhumations qui entraîne de nombreux recoupements, réductions et sépultures secondaires. Une organisation en rangées a néanmoins été décelée et de rares stèles ont aussi été retrouvées. Une grande diversité des pratiques funéraires a été constatée dans la morphologie de la fosse, l’aménagement de la tombe, le recours à un linceul, la présence de vêtements et la position du corps. La distinction, au sein de la population du cimetière, d’un groupe social plus élevé témoigne peut-être de l’encadrement d’un domaine appartenant à l’abbaye de Saint-Denis, bien établie sur ce plateau du Soissonnais.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le hameau de la ferme de Pouy se trouve dans le sud-ouest du Soissonnais (fig. 1), sur la commune de Mortefontaine, en limite des communes de Laversine et Montigny-Lengrain. Ce hameau est situé sur une légère éminence qui domine un plateau fertile d’une quarantaine de kilomètres carrés, entaillé au nord, à l’est et à l’ouest par l’Aisne et ses affluents (fig. 2). Au sud, un rétrécissement d’une largeur maximale de 2 km le relie au massif forestier de Retz. Les niveaux de calcaire grossier du Lutétien moyen qui constituent son socle sont recouverts successivement par des vestiges de sable auversien et une couche de limon lœssique. L’épaisseur de terre végétale n’excède pas 0,30 m sur l’ensemble du secteur.

Fig. 1 Localisation du site de la ferme de Pouy.

Fig. 1 Localisation du site de la ferme de Pouy.

Département de l’Aisne sur fond IGN

Fig. 2 La ferme de Pouy dans son environnement géographique.

Fig. 2 La ferme de Pouy dans son environnement géographique.

Département de l’Aisne sur fond IGN

Fig. 3 Implantation cadastrale des opérations de fouille.

Fig. 3 Implantation cadastrale des opérations de fouille.

Département de l’Aisne sur fond cadastral, Direction générale des Finances publiques.

Fig. 4 Plan des deux opérations de 2008 et 2012.

Fig. 4 Plan des deux opérations de 2008 et 2012.

Département de l’Aisne

  • 1 Galmiche, Robinet al. 2013.

2Entre juillet et octobre 2008, une fouille a été réalisée suite à des travaux routiers sur une bande de 170 m de longueur et 7 m de largeur en moyenne (fig. 3 et 4). Cette opération placée sous la responsabilité de Thierry Galmiche et de Nadège Robin pour l’étude anthropologique (pôle archéologique du département de l’Aisne) a mis au jour des structures appartenant à un habitat rural situé au nord et au sud d’un cimetière1.

  • 2 Galmiche et Robin 2013.

3En 2012, des sondages complémentaires ont été effectués pour reconnaître la limite orientale de la zone funéraire et préciser éventuellement sa chronologie d’utilisation2. Un nombre restreint de sépultures ont alors été fouillées.

4La fouille archéologique de 2008 a mis au jour deux fosses dépotoirs du Bas-Empire qui indiquent la présence d’une occupation à cette époque sur la partie supérieure de la colline de Pouy. La zone d’épandage 424, contemporaine de cette période, a également été dégagée lors du sondage de 2012.

5Sur le versant septentrional de cette éminence, des vestiges mérovingiens sont apparus en limite d’emprise (fig. 5). Ils consistent en une cabane excavée à deux poteaux porteurs (structure 88),une cabane excavée à quatre poteaux corniers (structure 90), un fossé (structure 93), un trou de poteau (structure 87) et peut-être une fosse (structure 91). Ces restes datés par typochronologie céramique appartiennent vraisemblablement à un site d’habitat rural abandonné dans la première moitié du VIe siècle qui se développe en grande partie hors de la zone fouillée. Plus au sud, le fossé 78 appartient à la même période.

Fig. 5 Plan des vestiges mérovingiens.

Fig. 5 Plan des vestiges mérovingiens.

Département de l’Aisne

6À partir de la fin du VIIIe siècle ou du début du IXe siècle, les restes archéologiques semblent se concentrer sur le côté sud de la colline de Pouy. La présence de nombreuses structures de datation indéterminée, dont notamment une quantité importante de trous de poteau, n’exclut cependant pas la possibilité de bâtiments au sommet de la colline de Pouy, à proximité des deux fosses romaines.

7En dehors des sépultures, l’essentiel des restes mis au jour provient de la fouille de 2008. La problématique des sondages de 2012 portait, en effet, sur le cimetière. La présence de fosses à l’est du cimetière a néanmoins été confirmée lors de cette campagne. Il est ainsi clair que le site s’étend aussi dans cette direction.

8Tout au sud de la zone fouillée en 2008 (fig. 6), plusieurs fossés de drainage ont été creusés successivement (structures 161, 8 et 316). Ils sont parallèles au fossé 14 présenté dans la partie suivante. Le mobilier prélevé dans le comblement de ces trois fossés et dans la fosse 9 est attribué à la première moitié du IXe siècle, voire à la fin du VIIIe siècle (phases 1a et 1b). Compte tenu du matériel mis au jour lors de leur fouille, les trous de poteau 141, 142 et 160, qui permettaient peut-être l’ancrage d’un bâtiment, sont légèrement postérieurs à ces structures (fin du IXe siècle ou courant du Xe siècle, phase 2). La céramique mise au jour dans les deux fosses 7 et 11 permet de les attribuer aussi à cette phase. La structure la plus récente de ce secteur est le fond de cabane 157. Le mobilier issu de son remplissage est daté entre la fin du Xe siècle et le début du XIe siècle (phase 3). La zone rubéfiée qui occupe une partie du fond indique peut-être qu’un foyer y était installé.

Fig. 6 Plan du secteur immédiatement au sud du cimetière.

Fig. 6 Plan du secteur immédiatement au sud du cimetière.

Département de l’Aisne

  • 3 L’étude paléométallurgique a été conduite par V. Le Quellec (Pôle archéologique du département de (...)

9Le secteur immédiatement au nord du cimetière est remarquable par sa densité d’occupation. Un phasage relatif a été établi (fig. 7). L’étude du mobilier céramique issu du remplissage de ces vestiges archéologiques indique une fourchette chronologique restreinte à la phase 2, c’est-à-dire à la fin du IXe siècle et dans le courant du siècle suivant. Les fossés 72 et 139 constituent, pour la période concernée, les deux structures les plus anciennes (phase 2a). Leur comblement définitif précède l’aménagement de la cabane excavée 71 et de la fosse 74 (phase 2b). Le four domestique 76 et les fosses 75, 143 et 189 peuvent être attribués aux phases 2a ou 2b. L’étape suivante est marquée par le creusement des fossés 70 et 73 (phase 2c). Nous reviendrons dans la prochaine partie sur les étapes de comblement de ce fossé. Enfin, les deux fosses 188 et 192 appartiennent à la phase 2d. Une importante concentration de scories de sidérurgie, la présence de trois culots de fond de foyer de forge et de fragments de parois scorifiées permettent d’envisager qu’une forge a fonctionné dans ce secteur à une période comprise entre la fin du IXe siècle et la fin du Xe siècle3.

Fig. 7 Plan du secteur immédiatement au nord du cimetière.

Fig. 7 Plan du secteur immédiatement au nord du cimetière.

Département de l’Aisne

  • 4 L’étude archéozoologique a été réalisée par P. Gambier et G. Jouanin (Centre de recherches archéol (...)
  • 5 Frère et Yvinec 2009, p. 17.
  • 6 Yvinec 2009, p. 312 et 320.

10Le mobilier archéologique (céramique, tuiles, objets en verre, objets en métal, tabletterie) est relativement caractéristique d’un site d’habitat rural, voire d’un site d’habitat élitaire si l’on se réfère aux résultats de l’analyse archéozoologique. Les restes de faune identifiés appartiennent pour 85 % à la triade bœuf, porc, caprinés4. Au sein de cette triade, le bœuf domine largement (59 % en nombre et 90 % en poids). La part des équidés (8 %) est remarquablement forte pour le haut Moyen Âge5. La présence dans l’échantillon étudié d’animaux sauvages comme le cerf et le lièvre est notable. Des restes appartenant à des chats, des chiens et des coqs ont également été identifiés. Cette forte représentation des bovidés et des équidés, atypique pour le nord de la France, évoque celle de sites du Pays de France6.

1. Le cimetière et la présomption d'un lieu de culte

1.1. Présentation du corpus et traitement des données

11Le cimetière est bordé au nord et au sud par les fossés 70 et 14 qui l’isolent des structures d’habitat (fig. 4 et 8). Si la limite orientale a été reconnue lors des sondages de 2012, l’extension occidentale demeure indéterminée. Celle-ci se situe en effet sous la route ou au-delà.

Fig. 8 Plan du cimetière fouillé en 2008.

Fig. 8 Plan du cimetière fouillé en 2008.

Département de l’Aisne

12La fouille de 2008 a permis l’étude exhaustive d’un ensemble de 179 sépultures primaires et 17 sépultures secondaires. Après étude anthropologique et en tenant compte des ossements en position secondaire, le nombre minimum d’individus mis au jour en 2008 a été estimé à 235. Si ce corpus apparaît relativement important, il est cependant incomplet, les conditions d’intervention n’ayant permis de mettre au jour qu’une partie de cet espace funéraire. Compte tenu de la forte densité d’inhumations et des moyens d’intervention réduits, il n’est pas possible de déterminer le nombre de tombes présentes dans l’emprise du sondage de 2012 car seules trois sépultures ont été fouillées.

13Aucun mobilier en place n’a été trouvé dans les sépultures. Quelques rares tessons fragmentés ainsi qu’un nummus constantinien du IVe siècle et une autre monnaie peu lisible du milieu du IVe siècle étaient présents dans le remplissage des tombes. En position secondaire, ce mobilier n’est d’aucune utilité dans l’approche chronologique de l’ensemble étudié, aussi avons-nous procédé à des datations radiocarbones. Les onze tombes retenues pour cette mesure ont été choisies en fonction de leur emplacement dans l’espace funéraire et de leur position stratigraphique. En effet, parmi les 179 sépultures primaires, 88 (49 %) ont été recoupées par une tombe plus récente. Le choix s’est ainsi porté sur les sépultures 25 et 299 qui, du point de vue de la stratigraphie, occupent des positions très distantes. Les sépultures 173 et 220 ont été sélectionnées pour la même raison. Pour tenter de saisir la chronologie de comblement du fossé 70, la datation des tombes 164 et 206 semblait indispensable. La sépulture 140 a été retenue en raison de sa position en limite sud de l’espace funéraire. Les deux tombes 53 et 63 sont situées dans des zones non représentées par les sépultures précédentes (fig. 8). La sépulture 401, fouillée en 2012, a été choisie en fonction de son emplacement en bordure orientale du cimetière. La tombe 402, enfin, également découverte en 2012, est située dans une zone pratiquement vierge de sépultures sur laquelle nous reviendrons dans le paragraphe concernant le présumé lieu de culte. Cette sélection a permis, de surcroît, de dater des structures correspondant à des architectures différentes de tombe. Les résultats sont synthétisés dans la figure 9.

Fig. 9 Datations par mesure du radiocarbone.

Fig. 9 Datations par mesure du radiocarbone.

14Les fourchettes de datation sont relativement larges, aussi devrons-nous être prudents quant à l’interprétation d’éventuelles évolutions chronologiques. Néanmoins, l’utilisation de l’espace funéraire apparaît postérieure aux dernières décennies du VIIIe siècle et s’interrompt dans la première moitié du XIe siècle.

  • 7 Buccio,Galmiche et Robin 2012.

15Pour l’étude du cimetière, une base de données couplée à un système d’information géographique (SIG) a été construite par Vincent Buccio pour l’opération de 20087. Les résultats relatifs à la répartition des sépultures ont été établis par interrogation de la base de données et visualisation topographique à partir du SIG.

1.2. Les fossés bordiers du cimetière

16Le cimetière est bordé, au sud, par le fossé 14 et, au nord, par le fossé 70.

17Le fossé 14 (largeur moyenne : 2,6 m, profondeur : 1,3 m) possède un profil en V. Les niveaux inférieurs de son remplissage, de nature organique, ont été déposés au cours de la période d’utilisation. Le comblement superficiel est plus homogène. La datation par typologie céramique des structures d’habitat contemporaines (structures 8, 9 et 316) indique que le fossé aurait été creusé au début du IXe siècle. Le mobilier assez abondant, prélevé dans la couche d’abandon et attribué à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle, montre une durée d’utilisation importante.

  • 8 Datation 14C : 1035±30 BP (Ly-14 951).

18Le fossé 70, à fond plat et à bords évasés, marque la limite nord (largeur : 1,5 m, profondeur : 0,6 m). Son creusement scelle l’abandon de la cabane 71 au plus tôt à la fin du IXe siècle (fig. 10). L’interruption au sud-ouest du fossé pourrait correspondre à un accès vers la zone funéraire. La mise en place de cette structure matérialise donc, tout en la limitant, l’extension du cimetière vers le nord. Trois couches successives constituent son remplissage. La plus ancienne se rapporte à un comblement lent, relatif à l’époque de fonctionnement. Les suivantes, antérieures à la fin du Xe siècle, correspondent à des apports massifs ; elles indiquent un remplissage volontaire. Des fosses d’inhumation de même orientation que la structure 70 y ont été creusées (sépultures primaires 190 et 206 et sépulture secondaire 191). La tombe la plus récente (sépulture 164 datée par radiocarbone des années 974-1027)8 est en revanche désaxée et apparaît postérieure au comblement définitif du fossé 70 (fig. 10). Malgré son abandon, la limite formée par ce dernier continue d’être respectée et aucune tombe n’est creusée plus au nord.

Fig. 10 Phasage entre le fossé 70, le fond de cabane 71 et les sépultures.

Fig. 10 Phasage entre le fossé 70, le fond de cabane 71 et les sépultures.

Département de l’Aisne

1.3. La présomption d‘un lieu de culte

19Le plan de la tranchée est-ouest réalisée en 2012 fait apparaître un espace de 15 m de longueur dans lequel les inhumations sont très rares. La réalisation de la tranchée nord-sud a permis de confirmer cette quasi-absence de tombes et a conduit à la découverte d’une construction (structure 414, fig. 11). Édifiée à l’aide de blocs erratiques en calcaire sans mortier de chaux, elle est constituée de deux segments perpendiculaires (longueur conservée pour la section nord-sud : 2,6 m, pour la section est-ouest : 1,2 m, largeur moyenne respective : 0 ,90 et 0,75 m). Des parements rudimentaires ont été aménagés et l’intérieur consiste en un blocage sommaire. L’angle entre les deux sections est en grande partie formé par un bloc calcaire plat de grande taille (largeur : 0,75 m, longueur : 0,84 m). La structure 414 s’apparente ainsi à un angle de bâtiment. Les quelques tessons mis au jour dans la tranchée de fondation permettent, avec prudence, d’envisager son édification entre la fin du IXe siècle et le courant du Xe siècle. La structure 415 (largeur : 1,4 m, longueur : 1,5 m), d’orientation nord-sud, a été construite contre la fondation 414. Cette nouvelle construction consiste en un amas de blocs non liés par un mortier et pourrait être le vestige de fondations pour une construction annexe ou pour un contrefort d’angle. Un radier de blocs calcaires (structure 420), peut-être en lien avec la construction 414, a été découvert en limite de sondage.

Fig. 11 La fondation de mur 414 et son environnement (sondages de 2012).

Fig. 11 La fondation de mur 414 et son environnement (sondages de 2012).

Département de l’Aisne

  • 9 AN L 1004, n° 9, sources de l’abbaye de Longpont.

20La question de l’interprétation du bâtiment 414 est posée. Sa présence à l’intérieur du cimetière permet de proposer l’hypothèse d’un édifice funéraire ou d’un lieu de culte. En l’absence d’un plan de bâtiment, d’aménagements liturgiques ou de mobilier spécifique, il est impossible d’être catégorique. Plusieurs arguments nous incitent cependant à préférer la seconde proposition. Même si le caractère peu étendu des investigations archéologiques et l’état très arasé du bâtiment interdisent d’en connaître l’emprise exacte, l’épaisseur de ses fondations plaide pour une construction relativement ample, ce qui paraît confirmé par la longueur de l’espace disponible entre les concentrations orientale et occidentale de tombes dans les sondages de 2012. De surcroît, la présence d’une chapelle est avérée par les sources écrites en 1193 au lieu-dit de Pouy (sub capella de Poiz)9. Bien que cette mention soit tardive, il est tentant d’envisager, mais impossible à démontrer, que cette chapelle correspond ou constitue un état tardif du bâtiment 414.

  • 10 Catteddu, Carré et al.2009, p. 223.
  • 11 Beauval 2011, p. 6.
  • 12 Catteddu 1994, p. 191 ; et Id. 2009, p. 156.
  • 13 Carré 1996, p. 159.

21Si la présence de lieux de culte au sein d’habitats groupés est archéologiquement documentée dès le milieu du viie siècle10, leur édification sur soubassement de pierres intervient souvent dans un second temps. Le bâtiment 414 apparaît ainsi contemporain de la construction de l’abside maçonnée pour le lieu de culte de la rue Lamartine, à Sains-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais11, et de la mise en place de l’église sur soubassement de pierre de Saleux au lieu-dit les Coutures, dans la Somme12. L’édifice de la ferme de Pouy est, en revanche, légèrement plus tardif que l’abside ajoutée dans le premier tiers du ixe siècle au lieu de culte sur poteaux de Tournedos-sur-Seine (lieu-dit Portejoie), dans l’Eure13.

  • 14 Beauval 2011, p. 6.
  • 15 Catteddu 1994, p. 198.
  • 16 Carré 1996, p. 158 et 159.

22La découverte de la structure 418, recoupée par la fondation 414, indique une phase antérieure (fig. 11). En forme de demi-cercle (diamètre : 1 m), elle contenait quelques tessons découverts lors du nettoyage de surface qui peuvent être attribués, avec prudence compte tenu de leur faible nombre, à une époque comprise entre la fin du viiie siècle et la première moitié du ixe siècle. En l’absence de fouilles, il est difficile de se prononcer sur l’interprétation de cette structure. L’hypothèse d’un trou de poteau ou d’une petite fosse peut être examinée. Le caractère trop partiel du sondage interdit de conclure à la présence d’un lieu de culte antérieur construit sur poteaux comme, par exemple, sur les trois sites de Sains-en-Gohelle14, de Saleux15 et de Tournedos-sur-Seine16. Néanmoins, si cette hypothèse était exacte pour le site de la ferme de Pouy, ce premier édifice daterait d’entre la fin du viiie siècle et la première moitié du ixe siècle et serait, par conséquent, contemporain des plus anciennes inhumations connues sur le site à ce jour.

  • 17 Collectif 2011, p. 176.
  • 18 Carré 1996, p. 160.

23L’interprétation des fosses ovales 405, 406, 426 et 427 (largeur : 0,75 à 1 m, longueur : 1 à 1,5 m), non fouillées et dans lesquelles aucun mobilier archéologique n’a été trouvé, est délicate (fig. 11). Nous nous garderons donc d’en retenir une et nous nous contenterons de lancer la réflexion en avançant deux hypothèses. Ces structures peuvent, tout d’abord, être interprétées comme des trous de poteau ayant servi de point d’ancrage pour le supposé premier lieu de culte. Elles peuvent, également, être vues comme des silos. Situées à l’intérieur de l’espace occupé par le présumé lieu de culte, elles pourraient alors avoir été utilisées pour le stockage de céréales en lien avec un prélèvement fiscal. Cette hypothèse a été proposée pour le site de Jeoffrécourt à Sissonne, dans l’Aisne17, pour les viiie et ixe siècles. Pour le site de Tournedos-sur-Seine, une zone d’ensilage présente à l’ouest du cimetière a été identifiée comme une « zone de traitement des produits de la dîme »18.

2. Gestion de cimetière

2.1. Organisation spatiale

  • 19 Langelin-Leroy 2005, p. 95.
  • 20 Flucher 2002, p. 4.

24Pour la zone fouillée en 2008, la densité moyenne de tombes est élevée : 179 sépultures primaires et 17 sépultures secondaires pour une surface de 250 m² (fig. 8 supra). Pour une superficie légèrement moindre (200 m²) et une durée d’activité comparable, le nombre de sépultures primaires datées entre la fin du viie siècle et le ixe siècle sur le site d’Escaudain, dans le Nord, n’est en effet que de 7419. À Limé (site dit « le Gros Buisson 01 »), dans l’Aisne20, 173 tombes du ixe-xie siècle ont été découvertes sur une surface de 1000 m². Aux extrémités nord et sud de l’espace funéraire, la densité de sépultures apparaît toutefois moindre.

25À la ferme de Pouy, trois zones vierges de sépultures, de 2 à 3 m de côté, peuvent être distinguées le long du bord ouest de la fouille de 2008 (fig. 8 supra). Compte tenu de l’importante densité de tombes, on peut exclure que cette lacune soit fortuite. La présence de structures qui auraient occupé ces espaces peut être proposée en guise d’hypothèse. Si la possibilité d’un bâtiment sur solin ou sur poteaux faiblement ancrés dans le sol ne peut être totalement évacuée, l’hypothèse d’un élément végétal ou d’un monument commémoratif tel qu’une croix ou un oratoire semble plus vraisemblable.

  • 21 Datation 14C : 1145±30 BP (Ly-16 050).
  • 22 Catteddu 1994, p. 198.
  • 23 Carré 1996, p. 157.

26Nous ne reviendrons pas sur la rareté des sépultures dans l’espace occupé par le bâtiment interprété avec prudence comme un lieu de culte mais soulignons toutefois la présence de la tombe 402 à cet endroit (fig. 11). En plus de l’individu en position primaire dont l’inhumation est datée par 14C entre 780 et 975 voire entre 805 et 975 si l’on considère le maximum de probabilité21, les restes de seize autres individus dont huit immatures ont été dénombrés dans cette sépulture. Plusieurs hypothèses peuvent être proposées sans qu’il soit possible de trancher pour l’une ou pour l’autre : tombe initiale au statut particulier comme à Saleux22 et Tournedos-sur-Seine23, regroupement familial, enfouissement opportuniste d’ossements mis au jour consécutivement à la construction du supposé lieu de culte ou lors d’un épisode de gestion du cimetière.

  • 24 Flucher 2002.
  • 25 Blaizot 2011, p. 460.
  • 26 Roiseux 1993, p. 263.
  • 27 Buquet- Marcon 2009, p. 212.
  • 28 Mahéet Delattre 2007, p. 16.

27Dans la partie centrale de la zone fouillée en 2008, une organisation en rangées est perceptible. En dehors de cette zone, cette organisation paraît d’autant plus discutable que les limites de l’emprise de fouille conditionnent quelque peu notre perception. La forte densité du site peut expliquer ce constat, l’organisation initiale en rangées devenant progressivement moins rigoureuse. L’absence d’organisation a souvent été observée sur les sites funéraires carolingiens, par exemple sur le site du « Gros Buisson 01 », au ixe-xie siècle24, ou le site des Ruelles à Serris (Seine-et-Marne) pour la période comprise entre le troisième tiers du viiie siècle et le début du xie siècle. Dans ce dernier cas, l’église constitue le seul élément polarisant25. L’organisation des tombes en rangées est néanmoins documentée à cette époque : site du viiie-xe siècle à Poigny en Seine-et-Marne26 et site du haut Moyen Âge à Saint-Pierre-du-Perray dans l’Essonne27 par exemple. Les observations réalisées sur le site du Grand Cerf à Meaux, en Seine-et-Marne, indiquent aussi, malgré l’absence d’un ordonnancement strict, quelques ensembles organisés28.

2.2. L’orientation des tombes

28La figure 12 représente la dispersion angulaire pour l’orientation des tombes. Chaque niveau de cercle concentrique correspond à deux occurrences. Le nord est en haut. Les sépultures sont globalement orientées et les corps sont placés tête à l’ouest. À l’exception des deux tombes aménagées dans le fossé 70, pour lesquelles la position est contrainte, quatre groupes ont été distingués en fonction de l’orientation :

  • groupe 1 : de 46 à 68 degrés (le premier pic principal du diagramme en radar),
  • groupe 2 : de 68 à 78 degrés (le deuxième et le troisième pic),
  • groupe 3 : de 78 à 86 degrés (le quatrième et le cinquième pic),
  • groupe 4 : de 86 à 90 degrés (le sixième pic).

Fig. 12 Répartition des tombes selon leur orientation.

Fig. 12 Répartition des tombes selon leur orientation.

Département de l’Aisne

29La carte de répartition des sépultures en fonction de l’orientation fait ressortir quatre zones. Les tombes d’orientation supérieure à 78 degrés dominent au sud (zone sud). Immédiatement au nord, elles se raréfient au profit des sépultures des groupes 1 et 2 (zone centre-sud). Cette zone s’étend de part et d’autre de l’espace vide de tombes. Dans la zone suivante, en progressant vers le nord, on retrouve une prédominance des tombes des groupes 3 et 4 (zone centre-nord). Enfin, à l’extrémité nord, la répartition semble plus équilibrée entre les différents groupes (zone nord).

30Trois sépultures appartenant au groupe 2 ont fait l’objet d’une datation radiocarbone. Les six autres structures datées appartiennent aux groupes 3 et 4. Compte tenu de ces seuls critères de datation, il est impossible de corréler une orientation donnée à une époque précise d’utilisation de la zone funéraire. Si nous nous référons aux quatre zones mises en lumière par la carte de répartition, les résultats des analyses du radiocarbone ne mettent pas en évidence de dynamique temporelle. La position stratigraphique des tombes n’indique pas non plus de phasage entre un groupe d’orientation et un autre.

  • 29 Mantel, Bayardet al. 1994, p. 194.

31Le critère chronologique expliquant mal les tendances mises en évidence sur la carte de répartition, il convient de rechercher une autre hypothèse. La présence d’éléments supposés occuper l’espace vide de sépultures pourrait avoir influencé l’orientation des tombes les plus proches, celle des structures plus éloignées n’obéissant plus à cette règle. L’absence de constance dans l’orientation des tombes n’est pas exceptionnelle. Sur le site d’Haudricourt dit du Larris de la Commune, en Seine-Maritime, la phase tardive d’utilisation de la zone funéraire, dans les années 670-720, est, en effet, marquée par une grande diversité des orientations29.

2.3. Les blocs utilisés pour le repérage des tombes

  • 30 Durand 1988, p. 148.

32Les pierres découvertes dans les structures 140, 292 et 236 peuvent être identifiées comme des marqueurs de surface. Fragmentaires, elles ont peut-être été endommagées lors de labours. Posées de chant, elles ont été retrouvées soit à l’arrière de la tête (sépultures 140 et 292) soit au-delà des pieds de l’individu (sépulture 236). Leur forme varie d’une tombe à l’autre : rectangulaire pour la première et trapézoïdale pour la deuxième. Le troisième fragment, en position secondaire dans la sépulture, pourrait appartenir au sommet arrondi d’une stèle. Un trou carré est percé sur son axe de symétrie (fig. 13). Le repérage des tombes par la présence d’une stèle est connu à l’époque carolingienne30.

Fig. 13 Bloc utilisé comme stèle.

Fig. 13 Bloc utilisé comme stèle.

Département de l’Aisne

2.4. Les ossements en position secondaire

3398 sépultures ont été perturbées par une tombe plus récente, soit près d’une sur deux (fig. 14). Ce nombre important de recoupements explique la présence d’ossements en position secondaire. Trois catégories ont été distinguées : les ossements intrusifs dans le remplissage de la fosse, les ossements en position secondaire dans les sépultures primaires et les ossements contenus dans des sépultures secondaires, c'est-à-dire des fosses dans lesquelles des restes de squelette ont été déposés. Les premiers sont très fragmentés et ne permettent pas, dans la majorité des cas, d’observation anthropologique particulière.

Fig. 14 Répartition du nombre d’individus en réduction dans les sépultures primaires.

Fig. 14 Répartition du nombre d’individus en réduction dans les sépultures primaires.

Département de l’Aisne

34Les ossements en position secondaire dans les sépultures primaires concernent un quart des tombes. Ces ossements, qui correspondent à 159 individus, sont souvent groupés, posés sur le squelette ou contre une paroi de la fosse. Ils ont parfois été rassemblés en fagot et déposés sur le couvercle en bois lors de l’inhumation du sujet le plus récent (cas de la sépulture 25, fig. 15).

Fig. 15 Exemple de disposition des ossements en réduction.

Fig. 15 Exemple de disposition des ossements en réduction.

Département de l’Aisne

35Dans l’emprise fouillée en 2008, 17 sépultures secondaires ont été découvertes. Un minimum de 66 individus y ont été recensés. De forme et de dimensions variées, ces structures sont aménagées en fonction des ossements à réinhumer. Des blocs calcaires, provenant sans doute d’anciennes sépultures, sont parfois présents.

36Les sépultures primaires contenant des ossements en réduction ainsi que les sépultures secondaires se concentrent dans la partie centrale de l’espace funéraire et, pour ces dernières, au sud de la zone funéraire (fig. 14 supra). Cette répartition est en lien avec une plus forte concentration de tombes à ces endroits qui témoigne d’une importante utilisation de cette partie de l’espace funéraire.

  • 31 Ziegler et Duneufjardin, en préparation. Pour cette fouille récente, avons pu prendre connaissance (...)
  • 32 Delattre 2001.
  • 33 Langelin-Leroy 2005.

37Pour les cimetières d’époque carolingienne, des résultats assez différents sont perceptibles d’un ensemble à l’autre en ce qui concerne la quantité relative d’ossements en position secondaire. Sans chercher à multiplier les exemples, nous citerons les cimetières de la Madeleine à Château-Thierry, dans l’Aisne31, et celui de Varennes-sur-Seine en Seine-et-Marne32, dans lesquels aucun recoupement ni aucune réduction n’ont été observés. Dans le cimetière d’Escaudain, dans le Nord, occupé entre la fin du viie siècle et le ixe siècle33, les recoupements, les réductions et les sépultures secondaires apparaissent moins fréquents que pour le site de la ferme de Pouy. Ce dernier semble ainsi assez remarquable par son nombre de recoupements, de réductions et de sépultures secondaires. Plusieurs explications peuvent être mises en avant pour rendre compte de cet état de fait : espace privilégié d’inhumation, rapprochements familiaux, manque de place dû à une zone funéraire restreinte, déficience dans le marquage des tombes ou durée importante de l’occupation.

3. Pratiques funéraires

3.1. Morphologie des fosses

38Les limites en plan des tombes sont souvent difficiles à percevoir du fait de la nature du sédiment et d’un brassage important du sol, surtout pour les sépultures les plus récentes. Dans un tiers des cas, il s’est ainsi avéré impossible de déterminer la forme de la fosse. Quand leur morphologie était perceptible, les fosses ont été groupées en quatre types : quadrangulaire, trapézoïdale, ovalaire et anthropomorphe. La catégorie trapézoïdale correspond à des fosses dont les angles sont le plus souvent arrondis au niveau de la tête. Les fosses ovalaires désignent des creusements aux bords courbes (fig. 16). La catégorie des fosses anthropomorphes comprend des creusements au fond desquels une logette céphalique a été aménagée (fig. 17). Le plan de celles-ci s’apparente à un U (profondeur comprise entre 0,12 et 0,40 m). Le fond de la logette se situe le plus souvent dans le prolongement de celui de la fosse, mais il se trouve parfois une dizaine de centimètres plus haut. Dans la majorité des cas, la logette est creusée directement dans le substrat. Dans le cas de la tombe 61, une logette céphalique a été creusée dans le substrat et trois pierres ont ensuite été déposées autour de la tête (fig. 18). La tombe 67 est, quant à elle, munie d’une logette céphalique construite uniquement à l’aide de trois pierres.

Fig. 16 Exemple de fosse de forme ovalaire.

Fig. 16 Exemple de fosse de forme ovalaire.

Département de l’Aisne

Fig. 17 Exemple de fosse de forme anthropomorphe.

Fig. 17 Exemple de fosse de forme anthropomorphe.

Département de l’Aisne

Fig. 18 Exemple de logette surmontée de blocs calcaires.

Fig. 18 Exemple de logette surmontée de blocs calcaires.

Département de l’Aisne

39Si les fosses sont le plus souvent quadrangulaires (24 %) ou ovalaires (24 %), les structures anthropomorphes (11 %) sont également répandues. Les formes trapézoïdales (7 %) sont, en revanche, moins fréquentes. Il n’a cependant pas été possible de déterminer la forme de la fosse dans 34 % des cas.

40Le plan de répartition en fonction de la forme de la fosse (fig. 19) indique une concentration plus importante de tombes anthropomorphes et trapézoïdales dans la partie nord du cimetière. Les autres types se rencontrent de façon aléatoire dans l’ensemble de la zone funéraire.

Fig. 19 Répartition des tombes selon la morphologie de la fosse.

Fig. 19 Répartition des tombes selon la morphologie de la fosse.

Département de l’Aisne

41Aucun phasage chronologique n’a pu être mis en évidence dans l’utilisation des différents types de fosse. Aucune corrélation avec le sexe des individus inhumés n’a également pu être démontrée.

  • 34 Flucher 2002, p. 4.
  • 35 Cuisenier et Guadagnin 1988, p. 168.
  • 36 Blaizot 2011, p. 37.

42Les formes rectangulaires et ovalaires semblent les plus courantes à la fin du haut Moyen Âge. Cette morphologie apparaît presque exclusive sur le site du ixe-xie siècle dit « le Gros Buisson 01 »34. Les formes rectangulaires dominent également à Villiers-le-Sec, dans le Val-d’Oise, au viie-xe siècle35. À Serris (les Ruelles), pour l’ensemble des sépultures datées entre le viie siècle et le xie siècle, les fosses rectangulaires sont moins présentes que les fosses quadrangulaires et anthropomorphes36.

  • 37 Durand 1988, p. 102 et p. 169.
  • 38 Boissavit-Camus, Galinéet al. 1996, p. 259.

43Dans l’Oise, les fosses anthropomorphes sont documentées dès le ixe siècle à Noël-Saint-Martin37. La morphologie des logettes céphaliques (trois pierres entourant la tête) apparaît précoce. En Anjou-Poitou-Touraine, ce type de logette, qui semble apparaître dès la fin du xe siècle, précède les logettes monolithes38.

44La répartition des tombes selon la forme de la fosse apparaît donc relativement caractéristique d’un cimetière qui aurait été utilisé entre la fin du viiie siècle et le xe siècle voire le début du siècle suivant.

3.2. Espaces de décomposition

45La disposition des ossements dans la tombe a permis de conclure à une décomposition du cadavre en espace colmaté (41 %) ou vide (38 %). Dans certains cas, certaines parties du squelette se sont décomposées en espace vide et d’autres en milieu colmaté (catégorie « mixte » : 3 %). Ce phénomène correspond vraisemblablement à une décomposition au sein d’un contenant en matériau périssable, non hermétique ou plus fragile dans certaines parties que dans d’autres.

46Même si, dans 18 % des cas, il n’a pas été possible de déterminer l’espace de décomposition, l’utilisation d’un contenant pour le corps apparaît aussi fréquente que l’inhumation en pleine terre. La carte de répartition des tombes dans la zone funéraire en fonction de l’espace de décomposition n’a pas fait ressortir de concentrations particulières. Par ailleurs, aucune corrélation n’a été mise en évidence entre ce dernier et le sexe des individus inhumés.

3.3. Aménagement des tombes

47En croisant les données précédentes avec les observations relatives à la présence de restes ligneux, la découverte de blocs, la mise en évidence de banquettes creusées dans le substrat limoneux et la position contrainte de certains ossements tels que ceux des pieds et des membres supérieurs, nous avons défini les cinq catégories suivantes pour l’aménagement des tombes :

48Les sépultures en pleine terre comptabilisées dans la première catégorie regroupent les tombes dans lesquelles ne furent retrouvés ni pierre ni bois. Les corps s’y sont décomposés en espace colmaté. L’utilisation d’un brancard pour ces tombes n’est pas exclue.

49La seconde catégorie rassemble les tombes dans lesquelles les corps se sont décomposés en espace vide ou mixte et où aucune pierre n’a été retrouvée. Dans certaines de ces sépultures, des restes ligneux étaient conservés (fig. 20) ou la disposition des ossements traduisait un effet de paroi. L’utilisation d’un contenant en bois a pu être déduite de ces éléments d’analyse. Non clouées, les planches étaient peut-être maintenues à l’aide de chevilles. La possibilité de sépultures construites à l’aide de planches non assemblées est envisageable également. L’absence de pierres de calage la rend néanmoins moins vraisemblable.

Fig. 20 Restes d’une planche de couverture.

Fig. 20 Restes d’une planche de couverture.

Département de l’Aisne

50Les sépultures de la troisième catégorie contenaient des corps décomposés en espace vide ou mixte. Leur fouille a permis la mise au jour de banquettes latérales permettant de supporter une couverture (fig. 21). La présence de parois en planches le long des banquettes en terre, qui n’est attestée par aucune preuve archéologique, ne peut être totalement exclue.

Fig. 21 Banquettes latérales.

Fig. 21 Banquettes latérales.

Département de l’Aisne

51L’espace de décomposition pour les structures de la quatrième catégorie est également vide ou mixte. Les pierres présentes dans les fosses ont certainement été employées pour le calage de planches (fig. 22). Il est ainsi possible de conclure à un assemblage en planches directement mis en place dans la fosse. Dans le cas précis des sépultures pour lesquelles des pierres délimitent complètement un ou deux côtés de la tombe, l’usage de planches n’est pas systématique, les blocs servant de paroi. Quoi qu’il en soit, les structures de cette catégorie étaient recouvertes par un couvercle en bois.

Fig. 22 Rangée de pierres de part et d’autre du squelette.

Fig. 22 Rangée de pierres de part et d’autre du squelette.

Département de l’Aisne

52Les sépultures de la cinquième catégorie se différencient de celles de la catégorie précédente par l’espace de décomposition, ici colmaté. La présence de pierres invite également à restituer des parois de fosses revêtues de planches calées par des blocs. La même remarque que pour la quatrième catégorie peut être faite quant à l’absence de planches dans les sépultures pour lesquelles un bord est revêtu de blocs calcaires. Le colmatage a été interprété comme la conséquence d’une absence de couvercle ou de l’utilisation d’un couvercle en matériau périssable peu résistant (branchages par exemple).

53Enfin, on insistera sur une pierre de dimensions importantes (longueur : 1,98 m, largeur : 0,65 m, épaisseur : 0,20 à 0,30 m) découverte en bordure est de l’emprise dans la partie médiane (structure 57, fig. 23). Dans sa partie orientale, quelques blocs quadrangulaires de modules variés (0,20 à 0,35 m de longueur) étaient conservés. Bien qu’aucun ossement en position primaire n’ait été mis au jour, il est vraisemblable que ce bloc servait de dalle de fond pour une tombe dont les bords étaient constitués d’un arrangement de pierres. Des labours profonds ont fait disparaître le squelette de l’individu et la partie supérieure de l’aménagement de la tombe. De nombreux os en position secondaire appartenant à au moins neuf individus différents ont été découverts sur cette dalle. Le caractère unique de cette tombe au sein de l’échantillon étudié nous invite à nous interroger sur son statut.

Fig. 23 Dalle de fond et vestiges de bords.

Fig. 23 Dalle de fond et vestiges de bords.

Département de l’Aisne

54Les résultats relatifs aux types d’aménagements montrent une grande diversité, tempérée toutefois par la prédominance des sépultures des catégories 1 et 2 (fig. 24).

Fig. 24 Type d’aménagement de la tombe.

Fig. 24 Type d’aménagement de la tombe.

Département de l’Aisne

55La carte de répartition des sépultures dans la zone funéraire en fonction du type d’aménagement (fig. 25) indique dans la partie septentrionale une concentration légèrement plus marquée de sépultures construites à l’aide de pierres associées ou non à des éléments en bois (catégories 4 et 5).

Fig. 25 Répartition en fonction de l’aménagement de la tombe.

Fig. 25 Répartition en fonction de l’aménagement de la tombe.

Département de l’Aisne

56La position stratigraphique des tombes des catégories 1 et 2 est relativement élevée. Cette constatation pourrait indiquer une évolution chronologique dans l’architecture de la tombe. Les fosses aménagées à l’aide de planches calées (catégories 4 et 5) domineraient dans un premier temps avant de devenir moins fréquentes tandis que le nombre des sépultures en pleine terre (catégorie 1) et des cercueils chevillés (catégorie 2) s’accroit.

  • 39 Desachy 1991, p. 66.
  • 40 Fossurier 2011, p. 120 à 169.

57Les sépultures en pleine terre sont peut-être un peu moins nombreuses que dans des sites contemporains. À Beauvais (Oise), par exemple, lors des fouilles de la place Clémenceau, ce type de sépultures était le plus fréquent pour une période assez largement datée entre le viiie siècle et la première moitié du xiie siècle39. Des tombes en coffrage de bois sont documentées sur plusieurs des cimetières carolingiens retenus dans l’étude de Carole Fossurier40.

  • 41 Guichard et Thouvenot 1994, p. 13.
  • 42 Cuisenier et Guadagnin 1988, p. 169.
  • 43 Zadora-Rio, Galinié 2001, p. 226.
  • 44 Ziegler et Duneufjardin, en préparation.

58La présence de pierres de calage dans les sépultures est fréquente : ainsi, le site daté très largement du viiie- xiie siècle des Moris à Villeneuve-Saint-Germain, dans l’Aisne41, le cimetière des viie-xe siècles de Villiers-le-Sec dans le Val-d’Oise42, les sépultures documentées entre le viiie et le tout début du xie siècle pour le cimetière de Rigny à Rigny-Ussé en Indre-et-Loire43. On notera néanmoins l’absence à Mortefontaine de sarcophages monoxyles, documentés dans la région à cette époque, par exemple dans le cimetière de la Madeleine à Château-Thierry44.

  • 45 Bardel et Pérennec 2004, p.122 et suiv.
  • 46 Gallien et Langlois 1996, p. 403.

59À cette exception près, le panel de sépultures apparaît donc relativement standard pour un cimetière utilisé entre la fin du viiie siècle et les toutes premières décennies du xie siècle. Cette diversité est fréquente à l’époque carolingienne. La typologie des sépultures établie à l’abbaye de Landévennec dans le Finistère45 apparaît ainsi équivalente à celle de la ferme de Pouy. Lors des fouilles du cimetière médiéval de la basilique de Saint-Denis en Seine-Saint-Denis, les différentes catégories documentées à la ferme de Pouy ont été mises au jour : les sépultures en pleine terre (notre catégorie 1) sont présentes entre le xe et le xiie siècle ; les coffrages en bois (catégorie 2) disparaissent au xe siècle ; les fosses à banquette couvertes d’un simple couvercle en bois (catégorie 3) sont documentées entre le viiie et le xiie siècle ; enfin, les cuves de pierres sèches (catégories 4 et 5) ne semblent pas apparaître avant le xe siècle46. Ces évolutions chronologiques présentent de fortes similitudes avec ce qui a été observé à la ferme de Pouy.

3.4. Utilisation d’un support pour surélever la tête

  • 47 Collectif 2011, p. 17.
  • 48 Fréville et Journa 1994, p. 103.

60La position particulière du crâne vers l’avant a mis en évidence l’utilisation d’un support pour surélever la tête. Aucune trace de ce support, réalisé à partir de matériaux périssables, n’a été conservée. Trente-neuf sépultures sont concernées par cet aménagement. Leur répartition ne fait pas ressortir de concentration particulière. La présence dans la tombe de ce type de dispositif ne semble pas apparaître localement avant la fin du viie siècle si on se réfère aux résultats de la fouille du site de Jeoffrécourt à Sissonne, dans l’Aisne47. Sur le site dit du Village à Longueil-Annel, dans l’Oise, l’utilisation de pierres sous la tête a été attribuée à la phase finale de l’espace funéraire, c'est-à-dire à une période comprise entre le milieu du viiie siècle et le ixe siècle48.

3.5. Vêtements et linceuls

61La position anatomique des ossements met en évidence l’utilisation d’un linceul (contraintes) ou la présence de vêtements (en particulier la position des pieds pour les chaussures). Dans ce dernier cas, il est difficile de préciser l’emploi d’un linceul en plus des vêtements. La carte de répartition des sépultures en fonction de ces critères ne fait pas ressortir de concentration particulière (linceul : 8 %, vêtements : 24 %), mais l’importance du nombre d’indéterminés (68 %) donne peu de poids à cette remarque.

  • 49 Flucher 2002, p. 6.
  • 50 Delattre 2001, p. 98.

62L’utilisation de linceuls et les sépultures habillées sont documentées à l’époque carolingienne : un linceul a été mis en évidence dans le cimetière daté du ixe-xie siècle du « Gros Buisson 01 »49, et la présence de vêtements a été observée dans le cimetière carolingien de Varennes-sur-Seine50, etc.

3.6. La position du squelette

63Le corps a été placé en décubitus dorsal dans 96 % des cas. Seuls quatre individus ont été déposés en position semi-latérale (soit le haut du corps en position dorsale et les membres inférieurs fléchis, soit les membres inférieurs allongés et le haut du corps placé sur un côté). Pour les 98 squelettes pour lesquels cette observation était possible, le crâne était orienté de façon aléatoire à gauche, à droite, ou axialement.

64L’examen des 292 membres supérieurs conservés montre que les positions basses dominent. Dans 51 % des cas, l’extrémité distale de l’avant-bras est ainsi située sur le bassin (positions sur le pubis : 28 %, sur la hanche la plus proche : 3 % et sur la hanche opposée : 20 %) et dans 21 % le long du corps. La position avant-bras sur l’abdomen est relativement bien documentée (17 %). Les positions hautes (sur le thorax : 4 %, sur l’épaule la plus proche : 1 % et sur l’épaule opposée : 0 %) sont en revanche exceptionnelles. Parmi les membres supérieurs conservés, la position du bras reste indéterminée dans 6 % des cas.

65À partir d’interrogations du SIG., il a été possible de montrer l’absence de relation entre, d’une part, la position des membres supérieurs et, d’autre part, l’orientation des tombes, l’espace de décomposition, la morphologie de la fosse, le type de contenant, la présence de vêtements, l’utilisation d’un linceul, l’emplacement de la sépulture dans le cimetière ou son phasage chronologique.

  • 51 Cuisenier et Guadagnin 1988, p. 169-170.
  • 52 Ziegler et Duneufjardin, en préparation.
  • 53 Durand 1988, p. 173.
  • 54 Catteddu 1994, p. 115.

66La diversité des positions basses (allongée, sur le pubis ou sur la hanche) et intermédiaires (sur l’abdomen) domine dans un cimetière comme celui de Villiers-le-Sec dans le Val-d’Oise au viie-xe siècle51. Les mêmes tendances ont été observées sur le cimetière du ixe-xe siècle de la Madeleine (Château-Thierry), à l’exception de la position allongée, peu représentée52. La prédominance à la fin du haut Moyen Âge des positions sur les hanches et le pubis a également été observée dans l’Oise53 et dans le cimetière du viiie-xe siècle des Coutures à Saleux54.

67Les mains sont majoritairement en position dorsale (dos visible) : 85 %. Elles ne sont que rarement placées latéralement (10 %), jointes (3 %) ou en position palmaire (paume visible) : 2 %. Les membres inférieurs, disposés symétriquement, sont le plus souvent parallèles (79 %), plus rarement jointifs au niveau des chevilles (19 %) et exceptionnellement écartés ou fléchis (1 % pour chaque). Les pieds sont soit contraints par la présence d’une paroi (7 %), soit allongés (44 %), soit en position latérale vers l’intérieur (12 %), soit en position latérale vers l’extérieur (37 %).

4. Caractérisation de la population inhumée

68Les statistiques ont été établies à partir du corpus des 180 sujets issus des sépultures primaires fouillées en 2008. Cette campagne a en effet permis l’étude exhaustive d’une partie du cimetière, ce qui n’est pas le cas de celle de 2012. Les données propres à cette seconde opération ainsi que les informations résultant du corpus des sépultures secondaires fouillées en 2008 peuvent néanmoins être évoquées qualitativement.

4.1. Estimation de l’âge au décès

  • 55 Desachy 1991, p. 67 ; Fossurier 2011, p. 170.
  • 56 Carré 1996, p. 160.

69La catégorie des immatures est peu représentée (20 % et seulement 12 % d’enfants de moins de 15 ans). Ce résultat est remarquable car leur part oscille en général entre 40 et 50 % dans les cimetières du Moyen Âge55. La sous-représentation des immatures pour l’ensemble fouillé en 2008 est particulièrement notable pour les moins d’un an, totalement absents, et pour les 1 à 4 ans, très rares. Un nombre important d’immatures a, en revanche, été aperçu lors du sondage de 2012 : une sépulture de nouveau-né a été fouillée et deux autres ont été repérées, trois autres nouveau-nés ont été comptabilisés dans une réduction et cinq immatures plus âgés ont également été trouvés. Il semble donc permis de conclure à une sectorisation des immatures dans le cimetière près du bâtiment interprété avec prudence comme un lieu de culte. Ce type de regroupement a été constaté le long du mur sud du sanctuaire à Tournedos-sur-Seine56.

  • 57 Population antérieure à la diffusion de la vaccination antivariolique mise au point par E. Jenner (...)
  • 58 Crubézy 2000.

70Pour les adultes, mis à part un déficit en personnes âgées qui s’explique par la difficulté d’estimation de l’âge à partir des ossements, on retrouve une répartition caractéristique d’une population pré-jennérienne57 avec un nombre de sujets qui croît régulièrement jusqu’à 50 ans. L’espérance de vie à la naissance, située entre 35 et 40 ans, est relativement élevée58.

4.2. Détermination du sexe des adultes

  • 59 La détermination du sexe a été réalisée à partir des méthodes macroscopiques de Bruzek (Bruzek 200 (...)
  • 60 Le Forestier 2000.

71Pour les 86 % d’adultes pour lesquels la détermination du sexe était possible, la proportion d’hommes s’élève à 55 %59. Ce résultat suggère-t-il une sélection entre les hommes et les femmes pour le secteur funéraire étudié ? Un site comme celui de Villiers-le-Sec dans le Val-d’Oise60 montre une différence dans la répartition, avec une grande part d’hommes inhumés au sein de la nécropole et une part proportionnellement plus importante des femmes dans l’habitat. Dans l’état actuel, l’absence de sépultures dans l'habitat nous invite à rester prudents quant à une analogie entre cet exemple et celui de la ferme de Pouy.

  • 61 Mafart 1994.

72Cette part plus importante des hommes se retrouve pour chaque classe d’âge à l’exception des 20-29 ans. La maternité, situation hautement risquée dans les populations anciennes, notamment lors du premier accouchement, peut expliquer cette surmortalité des femmes jeunes61.

4.3. Évaluation de la stature

  • 62 La stature a été évaluée à partir des tables de calcul de Trotter et d’Olivier et Tissier (Trotter(...)
  • 63 Ziegler et Duneufjardin, à paraître.

73La stature a pu être évaluée pour 137 individus adultes et 15 sujets immatures de plus de 15 ans, soit 76 % de la population des sépultures primaires62. La taille des sujets masculins varie entre 1,57 et 1,86 m, pour une valeur moyenne de 1,68 m ; celle des femmes de 1,44 à 1,66 m, pour une taille moyenne de 1,57 m. La population du cimetière de la Madeleine présente les mêmes tendances, avec en moyenne 1,70 m pour les hommes et 1,57 m pour les femmes63.

4.4. État sanitaire de la population

  • 64 Fossurier 2011, p. 69.
  • 65 Mahéet Delattre 2007.

74La faiblesse des indices de stress alimentaire (cribra orbitalia : 11 % des individus, hypoplasie de l’émail : 2 % des individus) semble attester une nourriture satisfaisante. Les maladies hyperostosiques sont relativement fréquentes (9 % de la population globale), surtout pour les individus âgés (15 % pour les plus de 60 ans) et les hommes (quatre fois plus touchés que les femmes). Cette tendance évoque des apports protéinés nombreux et/ou fréquents64. L’hypothèse d’une diète riche en protéines peut ainsi être avancée pour une partie de la communauté. Le taux relativement important d’usure dentaire (62 %) peut, cependant, être mis en relation avec une forte consommation de céréales. Les pathologies dégénératives observées (l’arthrose par exemple pour 62 % de la population) sont, pour partie, liées à l’activité. Elles sont légèrement moins nombreuses que pour les populations rurales contemporaines65. L’examen anthropologique semble ainsi indiquer un état sanitaire correct.

75Le nombre d’individus pour lesquels des fractures ont été mises en évidence est en revanche très élevé (54 % de la population présente un ou plusieurs traumatismes). Environ un homme sur sept a été victime de traumatismes violents, principalement des coups portés sur le crâne. Une part importante de la population inhumée (17 % des hommes découverts en position primaire) porte, par ailleurs, des signes révélant une pratique cavalière intensive. Au sein de la population étudiée, ces indices montrent une diversité, probablement liée à leur activité ou à leur statut social.

76La présence de deux individus trépanés pourrait indiquer le statut relativement privilégié de certains sujets inhumés. La répartition spatiale en fonction des critères susceptibles de suggérer un statut social plus élevé ne met pas en évidence de concentration particulière. Dans la limite de nos connaissances, le cimetière ne paraît donc pas avoir été organisé en tenant compte du niveau social des individus.

  • 66 Kelley et Lytle-Kelley 1999.

77La relativement forte proportion de cas de tuberculose (8 %) peut s’expliquer par de nombreux facteurs : densité de la population, conditions de vie, profession, hygiène et régime alimentaire66.

4.5. La population atypique du cimetière de la ferme de Pouy

78Les données paléodémographiques indiquent que les individus étudiés semblent appartenir à deux types de population. Le premier est composé d’hommes, de femmes et d’enfants, jouissant d’un état sanitaire moyen à satisfaisant. Cette population paraît bénéficier d’une alimentation variée comprenant la consommation de céréales, de fruits et de viande d’élevage. Les fractures et les marqueurs dégénératifs fréquents peuvent correspondre à une population travaillant dans les champs ou dans l’artisanat. Ces individus côtoient un second type de population mieux nourri, familier des pratiques cavalières et guerrières. Ces deux populations sont présentes dans le cimetière de Mortefontaine sans pour autant qu’il soit possible de distinguer de spécificités dans l’architecture des tombes ou de zones dédiées au sein de l’espace funéraire.

Synthèse

79Quelques restes du Bas-Empire confirment une occupation, sur la colline de Pouy dès cette époque. Un site d’habitat rural abandonné dans la première moitié du vie siècle s’est, par ailleurs, développé sur le versant septentrional de l’éminence. Les restes archéologiques de la fin du viiie siècle ou du début du ixe siècle semblent se concentrer sur le côté sud voire au sommet de la colline. Quant aux résultats de l’étude céramique, ils plaident pour une occupation continue jusqu’à la première moitié du xie siècle de part et d’autre d’une zone funéraire contemporaine.

80Les structures mises au jour permettent d’identifier ce site comme un habitat rural. Une activité de forge a également été envisagée. Cependant, l’emprise de fouille est trop étroite pour que des plans de bâtiments ou une caractérisation plus précise puissent être autorisés.

81Des fossés relativement larges séparent la zone funéraire de l’habitat au nord et au sud. À l’est, en revanche, la limite ne semble pas marquée par un fossé. L’aménagement du fossé nord semble contemporain des plus anciennes sépultures. Si on retient une datation similaire pour le fossé sud (structure 14), l’absence, dans le comblement, de mobilier du ixe siècle et du courant du siècle suivant traduirait un entretien régulier de la structure. L’interruption du fossé nord permet très certainement d’accéder à l’espace funéraire.

82La question de l’emprise du cimetière, de son évolution et du nombre d’individus qui y furent inhumés peut être posée.

83Tel qu’il apparaît à la la lumière de ces deux campagnes de fouille, le cimetière semble s’étendre du nord au sud sur une largeur de 40 m et d’est en ouest sur une longueur de 45 m. Si les limites nord, est et sud ont en partie été reconnues, il n’en est pas de même à l’ouest. Il n’est pas possible de dire si l’actuelle route départementale est l’héritière d’une voie déjà en place à l’époque carolingienne. La présence de cette route et de la ferme actuelle nous invite, hélas, au pessimisme quant à la conservation de vestiges dans cette direction et à la possibilité de découvertes futures. La zone funéraire, en l’état actuel, a été reconnue sur 300 m² environ. Sa superficie totale, impossible à estimer avec précision, paraît supérieure à 750 m².

84L’évolution chronologique du cimetière reste difficile à appréhender. Dans la limite de nos connaissances, l’espace funéraire semble avoir été occupé de manière continue de la fin du viiie siècle, voire du tout début du siècle suivant, jusqu’au milieu du xie siècle. La datation radiocarbone de la tombe 401, à l’extrémité orientale du cimetière, indique une inhumation contemporaine des sépultures les plus récentes de l’espace occidental étudié en 2008. Ce résultat semble donc indiquer que le cimetière s’étendait dans sa phase tardive dans toute la zone actuellement découverte.

85L’estimation de la population totale inhumée dans le cimetière semble illusoire compte tenu de la faible étendue des investigations sur ce site. Sur les 250 m² fouillés exhaustivement en 2008, un nombre minimal de 235 d’individus a été calculé. Pour l’ensemble du cimetière les sondages de 2012 permettent de faire l’hypothèse d’une densité de tombes équivalente à celle de la partie étudiée en 2008. La présence d’un nombre d’individus supérieur à 700 peut ainsi être avancée.

86Un bâtiment interprété avec prudence comme un lieu de culte a été très partiellement mis au jour à l’intérieur du cimetière. Les inhumations à l’intérieur de ce bâtiment sont rares et semblent se concentrer en une zone précise dans laquelle les sépultures d’immatures sont nombreuses.

87La mise en évidence ponctuelle de rangées (correspondant peut-être à des éléments structurants qui se seraient estompés au gré des inhumations suivantes) et la présence de trois pierres interprétées comme des marqueurs de surface constituent des éléments tangibles d’organisation. Toutefois, il serait abusif de prétendre que le cimetière a fait l’objet d’un ordonnancement strict. Son assez longue durée d’utilisation, qui s’étend sur deux siècles à deux siècles et demi, explique la forte densité de tombes. Les contraintes de place sont à l’origine de nombreux recoupements, réductions et sépultures secondaires, à moins qu’il ne s’agisse de regroupements familiaux, difficiles à mettre en évidence dans le cadre de l’étude anthropologique.

88La fouille a mis en évidence une grande diversité des pratiques funéraires : différences de forme pour les fosses d’inhumation (quadrangulaires, ovalaires, anthropomorphes et plus rarement trapézoïdales), variété des contenants utilisés (sépultures en pleine terre, contenants en bois vraisemblablement de type cercueil chevillé, coffrages réalisés à l’aide de planches calées par des pierres et fermées ou non par un couvercle en bois, encadrements en pierres qui peuvent être recouverts par des planches, banquettes en terre servant d’appui à un couvercle), aménagement ou non dans la tombe d’un support pour relever la tête ou d’une logette céphalique, hétérogénéité pour les positions des membres supérieurs (mains sur le pubis ou sur les hanches et plus rarement bras le long du corps ou sur l’abdomen), présence ou non de vêtements, utilisation ou non d’un linceul.

  • 67 Treffort 1996, p. 179.

89L’absence de mobilier déposé dans la tombe et d’éléments de parure a été constatée pour l’ensemble des sépultures. Ce dépouillement – classique à partir de la fin du viie siècle ou du début du viiie siècle –, pourrait traduire une nouvelle conception du passage vers l’au-delà plus tournée vers le salut de l’âme du défunt67. Il pourrait s’expliquer aussi par des contraintes sociales.

90Les individus de moins de 15 ans paraissent avoir été inhumés quasi-exclusivement dans les espaces situés à l’intérieur du bâtiment interprété prudemment comme un lieu de culte et à ses abords immédiats. Les périnataux étaient en effet absents de l’espace fouillé en 2008, les enfants plus âgés bien que présents y étaient assez rares.

91Dans cette partie occidentale du cimetière, l’étude anthropologique indique une population classique pour ce qui est de la répartition en fonction de l’âge au décès et de la proportion d’hommes et de femmes. Des signes traduisant une activité régulière ont été distingués et l’état sanitaire général apparaît correct.

92Si ces traits sont communs à ceux des populations de l’époque carolingienne, des éléments permettent cependant de conclure à une certaine hétérogénéité au sein du corpus étudié. Le nombre remarquable de fractures (notamment de traumatismes violents causés par des armes blanches), de maladies dues à une alimentation trop riche et de signes révélant une pratique cavalière intensive permet d’opérer une différenciation au sein de la population inhumée. La part importante d’ossements d’équidés parmi les restes de faune prélevés est certainement à mettre en relation avec ce constat. Les restes de gibier plaident également avec prudence dans ce sens.

  • 68 Brunel 1999, p. 12.

93La question du caractère ambivalent du site étudié est posée. Des éléments de réponse sont peut-être apportés par les sources historiques. S’il n’existe aucune mention ni de Mortefontaine ni de la ferme de Pouy avant 1130, différents documents, bien que ne concernant pas, a priori, la ferme de Pouy, indiquent néanmoins une implantation de l’abbaye de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) dans ce secteur du Soissonnais avant le milieu du xiie siècle68. C’est dans une charte de Suger datée de 1150 qu’apparaît pour la première fois le nom de Pouy ; il s’agit d’une cession de terres à l’abbaye cistercienne de Longpont (Aisne) pour l’édification d’une grange à Vaubéron (fig. 2 supra). Pouy n’est mentionné qu’en tant que confront des terres de la nouvelle grange, qui est dite contermina territorio nostro in monte de Pois. Il apparaît donc que l’abbaye de Saint-Denis est possessionnée à Pouy avant 1150, mais la nature exacte de cette possession nous échappe. En 1153, l’abbaye de Saint-Denis cède de nouveau une terre à l’abbaye de Longpont ; celle-ci est localisée sur la montagne de Pouy (in monte de Pois) et est délimitée par la pierre appelée Stapula jusqu’à la borne de Banru : terram nostram in monte de Pois a petra que Stapula dicitur usque ad metam de Banru. Il semblerait que l’abbaye de Saint-Denis se sépare alors progressivement de biens situés sur le plateau, gardant des éléments fonciers au nord-est et à l’est de la limite mentionnée. Ainsi, vers le milieu du xiie siècle, l’abbaye de Saint-Denis déciderait de réduire ses possessions dans ce secteur (par besoin de trésorerie, dans une nouvelle logique spatiale ou pour faciliter le développement de nouvelles installations monastiques). Cela implique un domaine constitué antérieurement et le rapprochement avec le site fouillé peut être esquissé. Il est en effet tentant d’imaginer, mais impossible à prouver, que le site étudié se trouve, à l’époque qui nous préoccupe (c'est-à-dire entre les dernières décennies du viiie siècle et le milieu du xiie siècle), sur des terres qui appartiennent à l’abbaye de Saint-Denis ou entrent dans son domaine à cette période-là. L’installation ou le renforcement de l’abbaye de Saint-Denis dans le secteur pourrait être à l’origine de l’habitat de la ferme de Pouy à la fin du viiie siècle ou au début du ixe siècle, ce dernier succédant après 250 ou 300 ans d’interruption à une occupation mérovingienne.

  • 69 Zadora-Rio et Galinié 2001, p. 239.

94Dans les limites imposées par la fouille, la genèse du cimetière de la ferme de Pouy apparaît contemporaine du développement de l’habitat. La présence d’un lieu de culte, en l’état de la recherche encore hypothétique, traduirait un accompagnement spirituel de la communauté qui vivait à la ferme de Pouy. Cette église ou chapelle constituerait à l’évidence un point d’ancrage fort sur ce territoire. Aurait-elle précédé l’installation agricole ou au contraire aurait-elle été construite suite à l’essor du domaine agricole ? Si l’on fait l’analogie avec le site de Rigny en Indre-et-Loire, la seconde proposition semble plus vraisemblable dans l’hypothèse d’un habitat lié à l’exploitation d’un domaine agricole dionysien69. Dans cet exemple, la genèse du cimetière est, en effet, consécutive à la constitution d’un domaine par les moines de l’abbaye Saint-Martin de Tours.

  • 70 Devroey 2006, p. 452.

95L’hypothèse d’un domaine appartenant à l’abbaye de Saint-Denis permet d’esquisser des pistes de réflexion. La possibilité d’identifier le site fouillé à un petit centre pionnier peut, tout d’abord, être examinée en faisant l’analogie, par exemple, avec le domaine de Boullay (commune du Boullay-Thierry, Eure-et-Loir) documenté dans le polyptyque de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés en 823-82870. Ce site est doté d’une église et d’un agglomérat d’hospices, c’est-à-dire de petites tenures. Six hôtes sont attachés à ce domaine dont la surface n’excède pas 20 bonniers. Ces données semblent peu compatibles avec l’effectif supposé du cimetière de Mortefontaine. Le nombre important et le profil des individus inhumés dans le cimetière invitent à rejeter cette hypothèse.

  • 71 Verhulst 1966, p. 135-160.
  • 72 Devroey 2006, p. 527-538.
  • 73 Devroey 2006, p. 459.
  • 74 Le Jan 2003, p. 169-171 ; Devroey 2003, p. 204-214.
  • 75 Renard 2009, p. 22-27.

96Le site fouillé pourrait davantage s’inscrire dans le modèle du domaine bipartite carolingien, domaine articulé entre une réserve et des tenures71. Ce modèle qui semble apparaître en région parisienne dans le courant du viie siècle se diffuse rapidement à l’initiative des grands seigneurs qui favorisent l’implantation d’exploitations familiales près de leurs réserves72, ce qui pourrait être le cas, dans l’exemple qui nous occupe, des abbés de Saint-Denis. À titre d’exemple, ce type d’exploitation rurale concerne ainsi, vers 823-826, les deux tiers des domaines relevant de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés73. Le cimetière fouillé à la ferme de Pouy serait ainsi le lieu d’inhumation indifférencié des officiers en charge de la gestion du domaine, des tenanciers ainsi que des non-libres travaillant à la réserve. Les premiers se distingueraient par leurs excès de table, leur goût pour la chasse et leur participation aux expéditions guerrières74. Les autres bénéficieraient d’un bon état sanitaire et seraient progressivement exemptés des levées militaires pendant le ixe siècle75. Les pauperes de condition libre, bien que soumis au service d’ost, sont en effet de moins en moins sollicités pour l’exercice des armes, la professionnalisation de l’armée se généralisant à la fin de ce siècle moyennant une mutation fiscale de cette astreinte.

  • 76 Yvinec 2009, p. 320.
  • 77 Devroey 2006, p. 462.
  • 78 Noizet 2002, p. 27-28.
  • 79 Cité parDevroey 2006, p. 493.

97La forte représentation des équidés dans les restes de faune et l’importance de la pratique cavalière autorisent à considérer l’hypothèse d’un domaine spécialisé dans la production de chevaux. Cette spécialisation n’est en effet pas sans rappeler celle du Pays de France76 pour laquelle l’hypothèse d’une zone de production de chevaux pour l’aristocratie ou les « armées » avait été avancée. L’existence de parcs à bétail associés à un domaine abbatial est documentée au ixe siècle pour l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés77 ou de Saint-Martin de Tours78. La présence parmi les officiers royaux de personnes préposées aux haras est, par ailleurs, recensée dans le capitulaire de villis vers 80079. Si cette spécialisation peut être envisagée pour le site de la ferme de Pouy, cette explication n’apparaît pas exclusive pour rendre compte des différences observées parmi la population. Les signes révélant le régime alimentaire trop riche de certains individus et, dans une moindre mesure, la forte représentation des espèces chassées parmi les restes animaux semblent en effet davantage désigner les traits d’officiers en charge de l’encadrement du domaine.

  • 80 Lauwers 2005, p. 18 ; Renard 2010, p. 160.

98Les paroisses, cadre de prélèvement de la dîme imposée successivement par Pépin le Bref et Charlemagne, se mettent en place selon des rythmes variés d’un territoire à l’autre80. Cette rationalisation est-elle à mettre en relation avec la disparition du site de la ferme de Pouy ? Il est impossible de le préciser. Quoi qu’il en soit, l’abandon du site semble rapide puisqu’aucune trace archéologique postérieure à la seconde moitié du xie siècle n’a jusqu’alors été mise au jour.

  • 81 Longnon 1908, p. 78, p. 118 et p. 136.

99Le ressort de la chapelle mentionnée en 1193 est cité en 1302 (capellania de Poyz), et la chapelle elle-même l’est de nouveau en 157281. C’est à cette date que sa dédicace à sainte Marie (Beate Marie) est donnée. C’est également en 1572 que le lien entre Mortefontaine et Pouy est précisé (capella de Pouy, parochie de Mortefontaine). La chapelle est ainsi, dès 1302 au plus tard, le centre d'une chapellenie qui constitue un bénéfice mentionné dans les pouillés de 1302 et 1572.

  • 82 Le Floch 1974, p. 370.
  • 83 Luguet 1933, p. 81-87.

100Avant le milieu du xiiie siècle, Pouy devient un fief relevant des seigneurs de Cuise82. La ferme fortifiée qui occupe encore les lieux, bien que partiellement reconstruite, date de cette époque. Le 9 décembre 1455, les célestins de Villeneuve (commune de Villeneuve-Saint-Germain dans l’Aisne) font l’acquisition du domaine de Pouy et en établissent un inventaire en 148783. L’emplacement du site fouillé ne dépend plus de ces possessions puisqu’il n’entre pas dans la liste des biens décrits. Il est peut-être resté en possession des Cuise ou pourrait faire partie des terres concédées par l’abbaye de Saint-Denis, dès le milieu du xie siècle, pour la fondation de la grange cistercienne de Vaubéron.

Haut de page

Bibliographie

Bardel A. et Perennec R.
2004, « Abbaye de Landévennec : évolution du contexte funéraire depuis le haut Moyen Âge », dans Alduc-Le Bagousse A. (dir.), Inhumations et édifices religieux au Moyen Âge entre Loire et Seine, Caen, Publications du CRAHM, collection Tables ronde du CRAHM, vol. 1, p. 121-158.

Beauval C.
2011, Sains-en-Gohelle, rue Lamartine, nécropole du Moyen Âge – 1 000 ans d’inhumations, Villeneuve-d’Ascq, SRA Nord-Pas-de-Calais, collection Archéologie en Nord-Pas-de-Calais, 27.

Blaizot F.
2011, Les espaces funéraires de l’habitat groupé des Ruelles à Serris, viie-xiie siècles (Seine-et-Marne, Île-de-France) : taphonomie du squelette, modes d’inhumation, organisation et dynamique, Thèse de doctorat en anthropologie biologique, Université de Bordeaux I, sous la direction d’Henri Duday, dactylographié.

Boissavit-Camus B., Galinié H., Lorans E., Prigent D. et Zadora-Rio E.
1996, « Chrono-typologie des tombes en Anjou-Poitou-Touraine », dans Galinié H. et Zadora-Rio E. (dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Actes du colloque Archéa, Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994, 11e supplément de la Revue Archéologique du Centre de la France, p. 256-269.

Brunel G.
1999, « Mortefontaine au cœur du Moyen Âge, les hommes et la terre en Soissonnais », Mémoires du Soissonnais : bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique de Soissons, 5e série, vol. 1, p. 7-25.

Bruzek J.
2002, « A method for visual determination of sex, using the human hip bone », American Journal of Physical Anthropology, 117, p. 157-168.

Buccio V., Galmiche T. et Robin N.
2012, « Construction d’un SIG pour l’étude d’un cimetière : l’exemple de Mortefontaine (Aisne) », dans Giligny F., Costa L., Djindjian F., Ciezar P. et Desachy B. (éd.), Actes des 2e Journées d’Informatique et Archéologie de Paris - JIAP 2010 (Paris, 11-12 juin 2010), 3e supplément de Archeologia e calcolatori, p. 113-123.

Buquet-Marcon C.
2009, « Architecture de tombes du haut Moyen Âge, des contenants en question à Saint-Pierre-du-Perray (Essonne) », Revue archéologique d’Île-de-France, 2, p. 211-220.

Carré F.
1996, « Le site de Portejoie (Tournedos, Val-de-Reuil, Eure), VIIe-XIVe siècles : organisation de l’espace funéraire », dans Galinié H. et Zadora-Rio E. (dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Actes du colloque Archéa, Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994, 11e supplément de la Revue Archéologique du Centre de la France, p. 153-162.

Catteddu I.
1994, « Le village du haut Moyen Âge de Saleux “Les Coutures” - 80 124 013 AH », Document final de synthèse, 2 vol., déposé à la Drac Picardie (SRA).

2009, Archéologie médiévale en France – Le premier Moyen Âge (Ve-XIe siècle), Paris, La Découverte, collection Archéologies de la France.

Catteddu I., Carré F., Gentili F., Delahaye F., Langlois J.-Y. et Couanon P.
2009, « Fouilles d’églises rurales du haut Moyen Âge dans le Nord de la France, des questions récurentes », dans Paris-Poulain D., Istria D. et Nardi Combescure S. (dir.), Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle. Hagiographie, épigraphie et archéologie : nouvelles approches et perspectives de recherche, Actes du colloque international d’Amiens, Université de Picardie, 18-20 janvier 2007, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection Archéologie et culture, p. 205-228.

Collectif
2011, Le site de Jeoffrécourt à Sissonne (Aisne). Cimetière et unités domestiques du VIe au IXe siècle après J.-C., Revue archéologique de Picardie, 1-2.

Crubézy E.
2000, « L’étude des sépultures, ou du monde des morts au monde des vivants. Anthropobiologie, archéologie funéraire et anthropologie de terrain », dans Crubézy E., Masset C. et Lorans E. (dir.), Archéologie funéraire, Paris, Éditions Errance, collection Archéologiques, p. 8-54.

Cuisenier J. et Guadagnin R.
1988, « Le cimetière de la villa de Villiers-le-Sec », dans Un village au temps de Charlemagne : moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du viie siècle à l’an mil, catalogue d’exposition, musée des arts et traditions populaires, Paris, 29 novembre 1988-30 avril 1989, Paris, RMN, p. 166-171.

Delattre V.
2001, « Le cimetière carolingien de Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) », Actualité archéologique régionale, Actes des journées archéologiques d’Île-de-France, Paris, 1er et 2 décembre 2001, Saint-Denis, DRAC Île-de-France, p. 95-101.

Desachy B.
1991, « Les structures archéologiques de la place Clémenceau (hôtel de ville de Beauvais, Oise) », Revue archéologique de Picardie, 3-4, p. 47-87.

Devroey J.-P.
2003, Économie rurale et société dans l’Europe franque (VIe-IXe siècles), t. 1, Fondements matériels, échanges et lien social, Paris, Belin.

2006, Puissants et misérables, système social et monde paysan dans l’Europe des Francs (VIe-IXe siècles), Bruxelles, Académie royale de Bruxelles, collection Mémoire de la Classe des lettres, 3e série, t. 40.

Durand M.
1988, Archéologie du cimetière médiéval au sud-est de l’Oise, 6e numéro spécial de la Revue archéologique de Picardie.

Flucher G.,
2002, Limé « Le Gros Buisson 01 », Rapport d’évaluation, déposé à la Drac Picardie (SRA).

Fossurier C.
2011, Anthropologie et archéologie des sites funéraires carolingiens dans le nord-ouest de la France : une approche des populations des VIIIe-Xe siècles, Thèse de doctorat en histoire médiévale, Université de Poitiers, sous la direction de Cécile Treffort, dactylographié.

Frère S. et Yvinec J.-H.
2009, « Élevage et alimentation carnée en Île-de-France durant le haut Moyen Âge », dans Gentili F. et Lefèvre A. (dir.), L’habitat rural du haut Moyen Âge en Île-de-France, 2e supplément du Bulletin archéologique du Vexin français et du Val-d’Oise, p. 11-20.

Fréville C. et Journa R.
1994, « La nécropole mérovingienne de Longueil-Annel (Oise) », Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 87-178.

Gallien V. et Langlois J.-Y.
1996, « Exemple d’une gestion de cimetière au Moyen Âge : le cimetière de la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) », Bulletin et mémoire de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle série, t. 8, no 3-4, p. 397-412.

Galmiche T. et Robin N.
2013, Mortefontaine (Aisne) « Ferme de Pouy », Rapport de sondage, déposé à la Drac Picardie (SRA).

Galmiche T., Robin N., Buccio V., Desplanque G., Normant S., Jouanin G. et Gambier P.
2013, Mortefontaine, Laversine, Montigny-Lengrain (Aisne) « Ferme de Pouy », Rapport de fouille, 4 vol., déposé à la Drac Picardie (SRA).

Guichard Y. et Thouvenot S.
1994, Villeneuve-Saint-Germain (Aisne) « Les Moris », Rapport d’évaluation préliminaire, déposé à la Drac Picardie (SRA).

Kelley M.A. et Lytle-Kelley K.
1999, « Considerations on past and present non-human sources of atypical and typical mycobacteria », dans Pálfi G., Dutour O., Deák J. et Hutás I. (dir.), Tuberculosis : Past and Present, Budapest, Golden Book, Szeged, TB Foundation, p. 181-188.

Langelin-Leroy E.
2005, Escaudain (Nord), Rapport de fouilles préventives, déposé à la Drac Nord-Pas-de-Calais (SRA).

Lauwers M.
2005, « Paroisse, paroissiens et territoire. Remarques sur parochia dans les textes latins du Moyen Âge », Médiévales, 49, p. 11-31.

Le Floch L.
1974, Histoire de Cuise-la-Motte (Oise), institutions et vie locale depuis le XIIe siècle, Paris, L. Le Floch.

Le Forestier C.
2000, « Les sépultures. Cimetière villageois et inhumations isolées », dans Gentili F. (dir.), Villiers-le-Sec (Val d’Oise), la place de la ville, Document final de synthèse, déposé à la Drac Île-de-France (SRA), p. 456-524.

Le Jan R.
2003, La société du haut Moyen Âge, VIe-IXe siècle, Paris, Armand Colin, collection U. Histoire.

Longnon A.
1908, Pouillés de la province de Reims, Paris, Imprimerie nationale, C. Klincksieck, collection Recueil des historiens de France. Pouillés, 6.

Luguet H.
1933, Village et fermes du Valois : histoire de Mortefontaine, Pouy, Vaubéron et Roy-Saint-Nicolas, Soissons, Henry d’Arcosse.

Mafart B.Y.
1994, « Approche de la mortalité maternelle au Moyen Âge en Provence », dans Buchet L. (dir.), La femme pendant le Moyen Âge et l’Époque Moderne, Actes des 6e Journées Anthropologiques, Valbonne, 9-11 juin 1992, Paris, CNRS Éditions, collection Dossier de Documentation Archéologique, 17, p. 207-219.

Mahé N. et Delattre V.
2007, « Le cimetière carolingien du “Grand Cerf” à Meaux (Seine-et-Marne ) », Les Cahiers du GRAHMA, 1, p. 7-34, http://www.grahma.org/cahier.php, consulté le 22 avril 2015.

Mantel E., Bayard D., Blondiaux J. et Merleau M.-L.
1994, « Le cimetière mérovingien d’Haudricourt (Seine-Maritime) », Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 179-261.

Murail P., Bruzek J., Houet F. et Cunha E.
2005, « DSP : a tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip-bone measurements », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, nouvelle série, t. 17, fasc. 3-4, p. 167-176, http://bmsap.revues.org/1157, consulté le 22 avril 2015.

Noizet H.
2002, « Le centre canonial de Saint-Martin de Tours et ses domaines périphériques en Val de Loire (IXe-Xe siècle) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 109-2, p. 9-34.

Olivier G. et Tissier H.
1975, « Détermination de la stature et de la capacité crânienne », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, XIIIe série, t. 2, fasc. 1, p. 1-11.

Renard É.
2009, « La politique militaire de Charlemagne et la paysannerie franque », Francia, t. 36, p. 1-33.

2010, « Domaine, village ou circonscription administrative ? La polysémie du mot villa aux VIIIe-Xe siècles et l’assise territoriale des paroisses rurales », dans Yante J.-M. et Bultot-Verleysen A.-M. (éd.), Autour du « village » : établissements humains, finages et communautés rurales entre Seine et Rhin (IVe-XIIIe siècles), Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 16-17 mai 2003, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, collection Publications de l’Institut d’études médiévales, 25, p. 153-177.

Roiseux J.
1993, « La nécropole du village médiéval de Poigny, essai de synthèse sur les rites et pratiques funéraires du VIIIe au XVIIIe siècle », Bulletin du Groupement archéologique de Seine-et-Marne, 32-34, p. 259-277.

Treffort C.
1996, L’église carolingienne et la mort : christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon, Presses universitaires de Lyon, collection d’histoire et d’archéologie médiévales, 3.

Trotter M.
1970, « Estimation of stature from intact limb bones », dans Stewart T.D. (éd.), Personal Identification in Mass Disasters : report of a seminar held in Washington, D.C., 9-11 Dec. 1968, Washington DC, National Museum of Natural History, Smithsonian Institution, p. 71-84.

Verhulst A.
1966, « La genèse du régime domanial classique en France au Haut Moyen Âge », dans Agricoltura e mondo rurale in Occidente nell’alto medioevo, Spoleto, Presso la sede del centro, collection Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 13, p. 135-160, rééd. 1992, Rural and urban aspects of early medieval northwest Europe, Aldershot, Variorum, collection Collected studies series, Brookfield, Ashgate Pub. Co.

Yvinec J.-H.
2009, « Étude archéozoologique du site rural du haut Moyen Âge du Mesnil-Aubry “La Croix verte / La Chapelle” (Val-d’Oise)», Revue archéologique d’Île-de-France, 1, p. 309-320.

Zadora-Rio E. et Galinié H.
2001, « La fouille du site de Rigny (commune de Rigny-Ussé, Indre-et-Loire) : l’habitat, les églises, le cimetière. Troisième et dernier rapport préliminaire (1995-1999) », Revue archéologique du Centre de la France, 40, p. 167-242.

Ziegler S. et Duneufjardin P.
En préparation, Château-Thierry « La Madeleine», Rapport de fouilles.

Haut de page

Notes

1 Galmiche, Robinet al. 2013.

2 Galmiche et Robin 2013.

3 L’étude paléométallurgique a été conduite par V. Le Quellec (Pôle archéologique du département de l’Aisne).

4 L’étude archéozoologique a été réalisée par P. Gambier et G. Jouanin (Centre de recherches archéologiques de la vallée de l'Oise).

5 Frère et Yvinec 2009, p. 17.

6 Yvinec 2009, p. 312 et 320.

7 Buccio,Galmiche et Robin 2012.

8 Datation 14C : 1035±30 BP (Ly-14 951).

9 AN L 1004, n° 9, sources de l’abbaye de Longpont.

10 Catteddu, Carré et al.2009, p. 223.

11 Beauval 2011, p. 6.

12 Catteddu 1994, p. 191 ; et Id. 2009, p. 156.

13 Carré 1996, p. 159.

14 Beauval 2011, p. 6.

15 Catteddu 1994, p. 198.

16 Carré 1996, p. 158 et 159.

17 Collectif 2011, p. 176.

18 Carré 1996, p. 160.

19 Langelin-Leroy 2005, p. 95.

20 Flucher 2002, p. 4.

21 Datation 14C : 1145±30 BP (Ly-16 050).

22 Catteddu 1994, p. 198.

23 Carré 1996, p. 157.

24 Flucher 2002.

25 Blaizot 2011, p. 460.

26 Roiseux 1993, p. 263.

27 Buquet- Marcon 2009, p. 212.

28 Mahéet Delattre 2007, p. 16.

29 Mantel, Bayardet al. 1994, p. 194.

30 Durand 1988, p. 148.

31 Ziegler et Duneufjardin, en préparation. Pour cette fouille récente, avons pu prendre connaissance de l’étude anthropologique de Paule Duneufjardin qui sera intégrée au rapport de Sébastien Ziegler responsable d’opération.

32 Delattre 2001.

33 Langelin-Leroy 2005.

34 Flucher 2002, p. 4.

35 Cuisenier et Guadagnin 1988, p. 168.

36 Blaizot 2011, p. 37.

37 Durand 1988, p. 102 et p. 169.

38 Boissavit-Camus, Galinéet al. 1996, p. 259.

39 Desachy 1991, p. 66.

40 Fossurier 2011, p. 120 à 169.

41 Guichard et Thouvenot 1994, p. 13.

42 Cuisenier et Guadagnin 1988, p. 169.

43 Zadora-Rio, Galinié 2001, p. 226.

44 Ziegler et Duneufjardin, en préparation.

45 Bardel et Pérennec 2004, p.122 et suiv.

46 Gallien et Langlois 1996, p. 403.

47 Collectif 2011, p. 17.

48 Fréville et Journa 1994, p. 103.

49 Flucher 2002, p. 6.

50 Delattre 2001, p. 98.

51 Cuisenier et Guadagnin 1988, p. 169-170.

52 Ziegler et Duneufjardin, en préparation.

53 Durand 1988, p. 173.

54 Catteddu 1994, p. 115.

55 Desachy 1991, p. 67 ; Fossurier 2011, p. 170.

56 Carré 1996, p. 160.

57 Population antérieure à la diffusion de la vaccination antivariolique mise au point par E. Jenner en 1796.

58 Crubézy 2000.

59 La détermination du sexe a été réalisée à partir des méthodes macroscopiques de Bruzek (Bruzek 2002) et biométriques de Murail et collaborateurs (Murail, Bruzeket al., 2005).

60 Le Forestier 2000.

61 Mafart 1994.

62 La stature a été évaluée à partir des tables de calcul de Trotter et d’Olivier et Tissier (Trotter 1970 ; Olivier et Tissier 1975).

63 Ziegler et Duneufjardin, à paraître.

64 Fossurier 2011, p. 69.

65 Mahéet Delattre 2007.

66 Kelley et Lytle-Kelley 1999.

67 Treffort 1996, p. 179.

68 Brunel 1999, p. 12.

69 Zadora-Rio et Galinié 2001, p. 239.

70 Devroey 2006, p. 452.

71 Verhulst 1966, p. 135-160.

72 Devroey 2006, p. 527-538.

73 Devroey 2006, p. 459.

74 Le Jan 2003, p. 169-171 ; Devroey 2003, p. 204-214.

75 Renard 2009, p. 22-27.

76 Yvinec 2009, p. 320.

77 Devroey 2006, p. 462.

78 Noizet 2002, p. 27-28.

79 Cité parDevroey 2006, p. 493.

80 Lauwers 2005, p. 18 ; Renard 2010, p. 160.

81 Longnon 1908, p. 78, p. 118 et p. 136.

82 Le Floch 1974, p. 370.

83 Luguet 1933, p. 81-87.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation du site de la ferme de Pouy.
Crédits Département de l’Aisne sur fond IGN
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 2 La ferme de Pouy dans son environnement géographique.
Crédits Département de l’Aisne sur fond IGN
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 3 Implantation cadastrale des opérations de fouille.
Crédits Département de l’Aisne sur fond cadastral, Direction générale des Finances publiques.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 4 Plan des deux opérations de 2008 et 2012.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 5 Plan des vestiges mérovingiens.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 6 Plan du secteur immédiatement au sud du cimetière.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 7 Plan du secteur immédiatement au nord du cimetière.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 8 Plan du cimetière fouillé en 2008.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 9 Datations par mesure du radiocarbone.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 10 Phasage entre le fossé 70, le fond de cabane 71 et les sépultures.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 12 Répartition des tombes selon leur orientation.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 13 Bloc utilisé comme stèle.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Fig. 14 Répartition du nombre d’individus en réduction dans les sépultures primaires.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 15 Exemple de disposition des ossements en réduction.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 16 Exemple de fosse de forme ovalaire.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 17 Exemple de fosse de forme anthropomorphe.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 18 Exemple de logette surmontée de blocs calcaires.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Fig. 19 Répartition des tombes selon la morphologie de la fosse.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 20 Restes d’une planche de couverture.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Fig. 21 Banquettes latérales.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Fig. 22 Rangée de pierres de part et d’autre du squelette.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 23 Dalle de fond et vestiges de bords.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 24 Type d’aménagement de la tombe.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Fig. 25 Répartition en fonction de l’aménagement de la tombe.
Crédits Département de l’Aisne
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2836/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Galmiche, Vincent Buccio et Nadège Robin, « Le cimetière de la ferme de Pouy à Mortefontaine (Aisne) (viiie-xie siècle) », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 39-58.

Référence électronique

Thierry Galmiche, Vincent Buccio et Nadège Robin, « Le cimetière de la ferme de Pouy à Mortefontaine (Aisne) (viiie-xie siècle) », Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2836 ; DOI : 10.4000/archeomed.2836

Haut de page

Auteurs

Thierry Galmiche

Pôle archéologique du département de l'Aisne

Articles du même auteur

Vincent Buccio

Service archéologique de Toulouse Métropole, membre associé au CIHAM / UMR 5648

Articles du même auteur

Nadège Robin

Service archéologique de Toulouse Métropole, membre associé au CIHAM / UMR 5648

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals