Navigation – Plan du site

Les origines de l’abbaye de Vézelay et les débuts de son organisation claustrale (ixe-xiie siècle)

The Origins of the Abbey of Vezelay and the Beginnings of its Monastic Organisation (9th to 12th century)
Die Ursprünge der Abtei Vézelay und die Anfänge ihrer Klosteranlage (9.-12. Jh.)
Christian Sapin, Fabrice Henrion et Stéphane Büttner
avec la collaboration de Sylvain Aumard
p. 59-84

Résumés

Les résultats d'une recherche archéologique programmée sur les abords de l'abbatiale de Vézelay ont mis en évidence les premières traces médiévales d'installation du monastère après son déplacement depuis le lieu de sa fondation dans la vallée vers 860. On peut percevoir à travers ces premiers éléments la genèse d’une vaste organisation des bâtiments monastiques qui seront délaissés après le XVIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Les recherches historiques récentes et anciennes restent succinctes sur les premiers moments du si (...)
  • 2 Les recherches sur le terrain en fouilles programmées réalisées par le Centre d’études médiévales (...)

1La notoriété de l’abbatiale de Vézelay et de sa sculpture, connue de tous les historiens de l’art et du million de touristes qui s’y rendent chaque année, fait souvent oublier notre ignorance quant à la connaissance de ses origines et plus encore du développement de ses bâtiments claustraux1. Pour la première fois depuis les travaux de Viollet-Le-Duc (entre 1840 et 1860), des campagnes archéologiques ont porté leur effort sur ce secteur méconnu, révélant de nouveaux acquis et ouvrant sur d’autres pistes de recherches quant aux conditions d'implantation de la fondation carolingienne dans la vallée, puis sur la colline2.

1.1. Les origines de Vézelay (860) d’après les sources

  • 3 Louis 1946. Sur la date incertaine (avant 863, 860 d’après Chaume 1931, p. 874 ; vers 860 pour Lobr (...)
  • 4 Huygens 1976, t. 1, charte, p. 243-248.
  • 5 Depreux 1997, p. 156-157.

2C’est vers 858-8593 que le comte Girart de Vienne (appelé souvent Girard de Roussillon) et son épouse Berthe fondent deux abbayes sur leurs propres terres, l’une à Pothières près de Chatillon-sur-Seine pour des moines, la seconde à Vézelay pour des moniales4. Le fondateur appartient à la haute aristocratie carolingienne ; c’est une forte personnalité qui a su tenir tête à l’empereur. Il est le fils de Leuthard Ier, le frère d’Alard (ou Adalard), sénéchal et conseiller de Louis Le Pieux, et le cousin de Leuthard II. Son épouse, Berthe, est la sœur d’Aélis (ou Adélaïde), qui épousa le comte Conrad Ier (attesté à partir de 830 et jusqu’en 862), frère de Judith, elle-même épouse de Louis le Pieux et parente de Charles le Chauve5.

  • 6 Louis 1946, p. 35, n. 8 : la charte de fondation rappelle cet échange. On retrouve des transactions (...)
  • 7 Depreux 1997, p. 286.
  • 8 Chaume 1931, p. 872.
  • 9 Deflou-Leca 2010, p. 144-158.

3Le premier monastère est fondé sur un ancien domaine (site de Saint-Père) obtenu de Louis le Pieux aux environs de 819-8206, avec l’appui de l’impératrice Judith7. À la génération suivante, le contexte est différent : les deux fondations de 860, Vézelay et Pothières, sont situées à la limite des possessions du comte et des terres véritablement contrôlées par Charles le Chauve qui correspondent à des lieux stratégiques ouvrant vers la vallée de la Seine, au nord, et vers la Loire, à l’ouest (fig. 1). Le pagus d’Avallon avec son castrum apparaît à plusieurs reprises dès le VIe siècle8. Il est au centre d’un nœud d’échanges et d’enjeux entre les diocèses d’Autun et d’Auxerre. C’est dans cette même contrée que, dans les années 860, on trouve à la fois les fondations des abbayes de Vézelay et de Corbigny, répondant à des positionnements sur d’anciens héritages domaniaux. Il est clair que le contexte politique de ces fondations dépasse celui des simples pagi. Rappelons que vingt ans auparavant Charles le Chauve, familier du cadre Icaunais, était venu à Auxerre le 28 août 841 (peu de temps après la bataille de Fontenoy du 25 juin contre Lothaire) pour la translation du corps de saint Germain, et à nouveau en 859 pour assister à la consécration des cryptes de Saint-Germain, marquant bien son attachement à cette abbaye, fidèle au pouvoir du roi et de l’empereur9.

Fig. 1 Carte des limites actuelles de la Bourgogne, situant les sites de Vézelay et Pothières, les limites des diocèses et des pagi d’Avallon et du Lassois.

Fig. 1 Carte des limites actuelles de la Bourgogne, situant les sites de Vézelay et Pothières, les limites des diocèses et des pagi d’Avallon et du Lassois.

Dessin CEM

  • 10 Louis 1946, p. 32.
  • 11 Le Jan 1995 (pour Girard, cf. p. 255-256).

4Girart appartient au milieu politique et élitaire de la cour, son épouse Berthe est, comme on l’a dit, sœur d’Aélis, épouse du comte Conrad Ier, abbé laïc de Saint-Germain d’Auxerre, de la famille bavaroise des Welfs, et d’autres liens familiaux unissent les fondateurs aux Carolingiens et à leurs affins10. On comprend aisément que la fondation de nouvelles abbayes au milieu du siècle ne peut être indépendante des enjeux géopolitiques. Les fondations ou donations des grands sites icaunais n’échappent pas aux jeux des élites et aux croisements d’alliances voulues par les familles de la haute aristocratie carolingienne comme a pu le montrer Régine Le Jan11.

  • 12 Louis 1946, p. 66.
  • 13 Ibid., p. 60-61 et 86.
  • 14 Pissier 1926, p. 17-18.

5René Louis a bien mis en évidence le moment particulier de l’année 859, quand Girart réalise que Charles le Chauve, en dépit de son rapprochement et des traités d’amitiés avec ses frères et neveux, ne renoncera pas à « mettre la main sur la partie méridionale de la Bourgogne, ni à rattacher Lyon et Vienne à Mâcon et Autun ». Charles le Chauve ne confirmera que dix ans plus tard l’acte de fondation12. La construction de deux monastères sur ses terres pouvait mettre à l’abri les domaines de Girart de toute confiscation, tout en lui en garantissant l’usufruit jusqu’à la fin de ses jours13. La charte est en effet un véritable testament où les fondateurs répartissent les terres qu’ils possèdent en deux lots dont ils dotent les monastères. Ces fondations ne sont donc pas positionnées au hasard mais aux confins de territoires, preuve des intentions politiques de Girart. Par la suite, on retrouve ce même jeu de territoire-limite : le village de Saint-Père implanté sur la rive gauche de La Cure (frontière naturelle) relève du domaine royal avec plusieurs dépendances et hameaux en rive droite qui relèvent quant à eux du duché de Bourgogne14.

  • 15 Sur ces questions, cf. Rosenwein 1995, p. 1-12 ; Rosé 2013, p. 35-51.
  • 16 Huygens 1976, cart. no 1, p. 243-248 ; Louis 1946, p. 63, 86.
  • 17 Huygens 1976, cart. no 2, p. 249-254.
  • 18 Ibid., cart. no 3, p. 255-258.

6Il convient de souligner par ailleurs la spécificité de la charte de fondation. En plaçant ses deux établissements sous l’autorité du siège apostolique, Girart cherche à les soustraire à d’éventuels désirs d’annexion du roi. Il veut les protéger des ingérences laïques et prétentions épiscopales, précédant ainsi de plusieurs décennies l’exemption qui fera le succès de Cluny15. La charte de fondation reconnait l’empereur, ses ascendants et descendants pour lesquels moines et moniales s’engagent à prier16. Elle est confirmée dans une lettre adressée à Nicolas Ier en 86317 et approuvée la même année par le pape qui confirme les moniales dans le droit d’élire elles-mêmes leur abbesse selon la règle de saint Benoît18.

1.2. Le site de Saint-Père

  • 19 Louis 1946, p. 35.
  • 20 Nouvel 2002, p. 604-613 ; Beyney 2013, p. 35-38.
  • 21 Ferdière, Collard, Gandini et Nouvel 2010, p. 357-446.
  • 22 Ibid. 
  • 23 René Louis proposait une reconstitution étendue des dépendances attachées à la villa. Louis 1938, (...)
  • 24 Nouvel 2002a, p. 604 ; Nouvel 2009, p. 361-390.

7C’est au cœur de l’actuel village de Saint-Père que l’on s’accorde à placer le lieu de la fondation du monastère pour les moniales. Il s’agit de Vercellacus, vicus gallo-romain au bord de la rivière Cure. Le nom serait transféré au site de la colline après le déplacement de l’abbaye. On a vu que le texte d’acquisition du bien-fonds en 819, grâce à la reine Judith, évoque une villa qui serait un ancien fisc royal échangé avec d’autres terres19. Pendant longtemps les nombreuses découvertes faites dans le village de Saint-Père qui indiquaient une intense occupation ont été interprétées comme un vicus, mais la reprise récente du dossier permet d’envisager une distinction entre l’agglomération, le carrefour et une grande villa antique à l’est du village20 (fig. 2). Cette villa était un riche établissement rural d’un type bien identifié dans les Gaules21, proche, dans ses formes, de celui d’Escolives-Sainte-Camille22. Les découvertes anciennes et récentes permettent en effet de restituer une villa à deux cours, la partie résidentielle se trouvant aux alentours de l’église actuelle et les deux ailes des communs s’étendant au sud-est, en direction de la Cure. Les recherches montrent que son occupation se poursuit sans interruption durant l’Antiquité et la période Ve-Xsiècle du Moyen Âge23, époque à laquelle apparaissent les premières mentions textuelles : Sanctus Pietri in pago Avalensi24.

Fig. 2 Saint-Père. Les églises Saint-Pierre et Notre-Dame, les découvertes anciennes et l’emprise de la zone résidentielle de l’ancienne villa, d’après P. Beyney et P. Nouvel.

Fig. 2 Saint-Père. Les églises Saint-Pierre et Notre-Dame, les découvertes anciennes et l’emprise de la zone résidentielle de l’ancienne villa, d’après P. Beyney et P. Nouvel.

Dessin CEM

  • 25 Chérest 1962, p. 3-7.
  • 26 Sot 2002, p. 82-83.
  • 27 Louis 1946, p. 42, note 7.
  • 28 Dans le sol de cette construction occidentale, au rez-de-chaussée, nous avons trouvé deux sépultur (...)
  • 29 Le sondage limité à 2 x 2 m dans la partie ouest du bas-côté sud a rencontré sous les fondations u (...)

8L’ancienne église Saint-Pierre à Saint-Père passe pour être l’emplacement de l’ancienne abbatiale du monastère25 (fig. 3). Cependant les fouilles qui y furent menées de 2002 à 2005 ont livré surtout des sarcophages et des fragments de structures antérieures (VIe-VIIIe siècle), auxquels s’ajoutent, retrouvés dans les remblais, deux fragments de chancels carolingiens (fig. 4). Cette occupation du haut Moyen Âge pourrait être contemporaine de la première mention du site Vidiliacum, celle du don qu’en fit l’évêque d’Auxerre Aunaire (561-604) à son église26. À la lumière de ces travaux, après les hésitations de certains historiens27 qui penchèrent pour une identification avec l’église Saint-Pierre, nous suggérons que l’on se trouve en présence d’un ensemble double avec une église Notre-Dame (reconstruite au XIIIe siècle) qui serait plutôt sur l’emplacement de la fondation originelle féminine (qui, rappelons-le, était dédiée à Sainte-Marie) et, située à cent mètres, une église Saint-Pierre qui correspond à l’église funéraire du monastère et qui deviendra, comme à Lobbes (Belgique), l’église paroissiale. La reconstruction de Saint-Pierre à la fin IXe-Xe siècle témoigne d’une volonté de mémoire du lieu, peut-être de la part de la famille des fondateurs. Les études du bâti de la partie occidentale montrent en particulier des vestiges sur deux niveaux attestant de la présence d’une tribune haute. On pourrait voir là une préfiguration d’une avant-nef et plus encore une fonction liée à la mémoire des défunts28. À cent mètres au nord, l’église Notre-Dame n’a pas fait l’objet de fouilles archéologiques qui permettraient de vérifier pleinement notre hypothèse. Cependant, un sondage pratiqué en 2014 a mis au jour des vestiges de structures antérieures au XIIIsiècle29.

Fig. 3 Saint-Père, église Saint-Pierre. Plan des fouilles et chronologie des maçonneries en élévation.

Fig. 3 Saint-Père, église Saint-Pierre. Plan des fouilles et chronologie des maçonneries en élévation.

Dessin CEM 2005

Fig. 4 Saint-Père, église Saint-Pierre. Élément de plaque de chancel carolingien.

Fig. 4 Saint-Père, église Saint-Pierre. Élément de plaque de chancel carolingien.

Dessin CEM 2005

1.3. L’abbaye d’hommes, Pothières

  • 30 L’église a été le lieu d’inhumation des fondateurs et de leur fils mort en bas âge, cf. Sapin, 198 (...)
  • 31 Sapin 1976-77, p. 237-278.
  • 32 Prospection faite en 2012, par Harold Van Osten, membre de l’équipe du programme international Vix (...)
  • 33 Sapin 2012.

9Pothières, l’autre abbaye fondée en Bourgogne par Berthe et Girard et destinée aux moines, était soumise à la règle de saint Benoît et établie en l’honneur des saints Pierre et Paul, comme plus tard Cluny. Elle se trouvait sur le territoire de la villa du même nom, dans le pagus du Lassois (fig. 1). Le lieu est bien connu par les sources30 et des vestiges de bâtiments édifiés au XVIIIe siècle sont encore conservés31. En 1975, les premiers sondages sur l’emplacement du chevet roman et sur l’avant-nef, représentés par un plan de 1703, nous ont assurés de la présence d’un potentiel archéologique important. Depuis, une prospection géophysique radar32 a confirmé non seulement ce potentiel, mais laisse aussi entrevoir toute une organisation de bâtiments et plusieurs états d’une abside qu’il serait tentant de mettre en relation avec une des phases postérieures à la fondation du monastère sur l’emplacement de la villa33.

2. Le site actuel de Vézelay

  • 34 Louis 1946, p. 142.
  • 35 Seules des découvertes au XIXe siècle semblent attester de ces occupations antérieures, cf. Nouvel (...)
  • 36 On peut se demander si une partie de cette fortification ne correspond pas au mur de 1,15 m de lar (...)
  • 37 Hubert 1959.
  • 38 Bourgeois 2008.
  • 39 Louis 1946, p. 154.
  • 40 Huygens 1976, cart. no 4, p. 259-261 ; Louis 1946, p. 120, n. 2.
  • 41 Louis 1946, p. 120, n. 3.

10L’établissement sur la colline de Vézelay semble s’être réalisé très rapidement. En effet, dans les premiers mois de 887, les raids vikings remontent la Cure et détruisent le monastère primitif34, ce qui motive le déplacement sur la colline proche, plus facile à défendre et probablement occupée dans des périodes plus anciennes35. L’abbé Eudes fit construire une enceinte évoquée dans deux diplômes d’immunité de 888 et 89736. Cette enceinte carolingienne appartient à la première vague du mouvement de fortification des abbayes soulignée en son temps par Jean Hubert37 et étudiée plus précisément depuis par Luc Bourgeois38. Des moines, semble-t-il venus de Saint-Martin d’Autun et issus comme Odon ou Bernon, le futur abbé de Cluny, du monastère de Saint-Savin sur Gartempe39 ou formés à Saint-Martin de Tours, ont remplacé les moniales de la fondation, et ceci sans doute avant le déplacement du site et même avant 878, date à laquelle le pape Jean VIII confirme les dispositions des donateurs en s’adressant cette fois non aux moniales mais aux moines40, sous la direction de l’abbé Eudes qui avait encore sa charge en 897 et peut-être en 91141.

  • 42 Gaillard 2006, p. 150 et suiv., p. 172-181.

11Ce déplacement entre deux sites peut rappeler d’autres cas comme celui des moniales du Saint-Mont (Vosges) à Remiremont, ou celui de Saint-Mihiel42. Dans cet exemple comparatif, on constate qu’en dépit du déplacement, la communauté poursuit l’entretien du site initial. Dans le cas de l’ancien site de Saint-Père, la situation est double avec la question des deux églises reconstruites. Ce transfert suppose des moyens qui ne peuvent provenir que d’une situation topographique et économique hautement favorable, en particulier pour la reconstruction de Notre-Dame.

  • 43 Louis 1946, p. 88. 
  • 44 Sapin 2000, p. 184. 

12Les premières fondations, dédiées à sainte Marie à Vézelay et à saint Pierre et saint Paul à Pothières, reçoivent peu de temps après des reliques de martyrs romains (Eusèbe et Pontien) que Girart avait demandées au Pape Nicolas Ier, en même temps que la ratification de la fondation des abbayes et de leurs privilèges. On est en avril 86343 : à la même période, en 862, les moines de Saint-Germain d’Auxerre rapportent de Rome44 les reliques des saints martyrs romains Urbain et Tiburce. À l’arrivée dans la vallée du Rhône des reliques romaines destinées aux fondations de Girart, on ajouta au cortège celles de saint Andeux (de Bourg Saint-Andeol) et saint Ostien. Arrivées en Bourgogne, elles seront réparties entre les deux sites fondés : Eusèbe et Ostien à Pothières, Pontien et Andeux à Vézelay. Chaque abbaye garde ainsi une relique romaine et reçoit une relique gauloise. Rien n’indique, pour leur présentation dans les deux sites, un aménagement architectural particulier (on s’éloigne du temps des grandes cryptes carolingiennes de la première moitié du siècle), ni par la suite le succès d’un culte ou pèlerinage. Il faut attendre plus d’un siècle pour que des reliques nouvelles attirent à Vézelay un véritable culte et fassent la renommée de l’abbaye.

2.1. Les constructions identifiées par l’archéologie

  • 45 Les campagnes de fouilles de 2010-2013 ont couvert plusieurs secteurs de 200m² environ, qui devaie (...)

13Les campagnes de fouilles successives nouvellement menées sur le site de Vézelay ont couvert l’espace public accessible à la recherche, ce qui correspond à l’espace claustral à l’exception de la galerie méridionale du cloître médiéval (ainsi que les bâtiments pouvant y être liés45 situés sur la propriété privée au sud). La fouille a ainsi porté sur l’espace disponible au sud de l’abbatiale en tenant compte de l’emplacement de la grande citerne romane et a permis de reconnaître plusieurs états de maçonneries déterminant espaces ou galeries (fig. 5).

Fig. 5 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan général des fouilles archéologiques (2010-2013) et de l’abbatiale.

Fig. 5 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan général des fouilles archéologiques (2010-2013) et de l’abbatiale.

Dessin CEM

  • 46 Coincée sous la berme nord du chantier, elle a été laissée en place sans être fouillée.

14La fouille de l’espace face à la porte dite « du cloître », dans le bas-côté sud de l’abbatiale, a permis de retrouver sous une faible épaisseur de remblais les vestiges de la galerie occidentale du dernier état du cloître, avec, à l’ouest, le mur du cellier et, à l’est, le muret bahut 040, sur l’arase duquel sont préservées des dalles formant une banquette (altitude : 300,29 m NGF). En élévation, le muret, de 0,60 m de largeur, présente au moins deux états de construction. Les pierres du premier état sont finement layées (fig. 6). Sous un encrassage d’abandon, le niveau de circulation de la galerie, dans son dernier état, est constitué par un sol de carreaux de terre cuite posés sur un lit de mortier de chaux (fig. 7, 8). L’un et l’autre sont contemporains du premier état du mur 040. Le sol 042 est en moyenne à 299,90 m NGF. Au nord, il est recoupé par la construction d’une canalisation maçonnée, qui a perturbé une canalisation antérieure (fig. 9). L’une et l’autre atteignent le rocher (situé ici à 299,80 m NGF) et perturbent au moins deux inhumations. Si la plus récente, SEP. 12-03, ne présente pas d’architecture apparente46, la plus ancienne, SEP. 12-02, est installée dans un coffrage maçonné dont on ne perçoit que la paroi droite. La relation physique entre le sol et le cellier à l’ouest n’est pas conservée, pas même au niveau de la semelle de fondation. Le sol s’appuie sur des remblais situés en moyenne à 299,82 m NGF qui semblent assurer une transition de sols avant le réaménagement de la galerie. Ils sont postérieurs à l’installation d’une inhumation en coffrage maçonné (SEP. 12-01), elle-même recoupée à l’ouest par la construction du cellier (fig. 10).

Fig. 6 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Élévation et coupe du mur bahut US 44.

Fig. 6 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Élévation et coupe du mur bahut US 44.

Dessin CEM

Fig. 7 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan de fouille de la galerie ouest avec ses sols de carreaux en place.

Fig. 7 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan de fouille de la galerie ouest avec ses sols de carreaux en place.

Dessin CEM

Fig. 8 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan de fouille de la galerie ouest avec relevé des structures sous les sols en place.

Fig. 8 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan de fouille de la galerie ouest avec relevé des structures sous les sols en place.

Dessin CEM

Fig. 9 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan de détail de la partie nord de la galerie ouest avec une partie des sols et des structures en place.

Fig. 9 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan de détail de la partie nord de la galerie ouest avec une partie des sols et des structures en place.

Dessin CEM

Fig. 10 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé de la sépulture 12.01 creusée dans le rocher.

Fig. 10 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé de la sépulture 12.01 creusée dans le rocher.

Dessin CEM

  • 47 Poz-66254, 1020 ± 30 BP, entre 969 et 1046 à 90,3% de probabilité.

15La structure du coffrage est constituée de moellons liés au mortier de chaux et les parois intérieures sont enduites ; c’est le rocher qui assure le fond du contenant. La couverture était formée par des planches de bois dont on perçoit les négatifs dans le mortier de scellement sur l’arase des parois. Le parement devait être également couvert de mortier car on en a trouvé de larges fragments dans le comblement comportant encore de nets négatifs. La présence de cette couche de mortier renvoie probablement à la volonté de créer une « étanchéité » de la tombe, peu profonde à cause de la présence immédiate du rocher. Il est difficile de proposer une datation à partir de la seule typologie du contenant car entre autres on ne sait pas s’il y a ou non un aménagement céphalique, critère discriminant s’il en est. Sa chronologie est donnée par sa position stratigraphique et surtout par la datation radiocarbone d’un échantillon osseux durant la seconde moitié du Xe siècle et la première moitié du XIe siècle47. Cette inhumation est particulièrement remarquable par la typologie du contenant, par sa situation centrale et isolée dans la galerie, ainsi que par la volonté manifeste de positionner cette tombe à cet endroit malgré la présence du rocher. L’installation de ce coffrage vient recouper des sols très altérés, situés à 299,80 m NGF, qui fonctionnent avec une maçonnerie nord-sud (114) (fig. 11).

Fig. 11 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe stratigraphique ouest-est indiquant les sols et remblais successifs de la galerie ouest du cloître.

Fig. 11 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe stratigraphique ouest-est indiquant les sols et remblais successifs de la galerie ouest du cloître.

Dessin CEM

16Celle-ci peut correspondre à un premier muret bahut, déterminant une galerie moins large que celle reconnue précédemment. La galerie a succédé, après un incendie sans doute violent compte tenu de l’altération des niveaux sous-jacents jusqu’au rocher, à l’abandon d’une occupation bâtie représentée plus au sud par la maçonnerie 110 (arase à 299,70 NGF), dont les moellons mis en œuvre en opus spicatum sont scellés par un mortier orangé (type 1) (fig. 12 et 13). Elle épouse le pendage du rocher qui apparaît très haut du côté nord et plonge au sud. Si la stratigraphie est du coup très rabotée au nord où un niveau 091 vient mourir avant d’atteindre le mur en question, plus vers le sud les niveaux sont beaucoup mieux conservés. À l’ouest du mur 110 un remblai de terre fine et noire vient remonter les niveaux sans doute dans une phase d’abandon, à l’instar du côté est où les couches recouvrent un ressaut 128 lié au mur 110. Plus qu’un ressaut de fondation, il s’agit probablement d’un système de banquettes fonctionnant avec un sol de mortier visible en fond de fouille (299,25 m NGF). Toute cette stratigraphie se prolonge vers le sud où fut rencontré le remblai damé, qui correspond au chantier de démolition et à l’abandon de la galerie occidentale ; plusieurs monnaies du XVIIe siècle ont été recueillies au-dessus ou au contact de ce niveau. Dans la partie est de la galerie, le sol de carreaux de terre cuite sur mortier, très usé par endroits, vient toujours contre le muret bahut qui présente ici un passage vers le préau du cloître, là où la première galerie, avec le mur 114, s’interrompait déjà. Plus au sud se retrouvent plusieurs aménagements correspondant au lavabo (cf. infra). Un réseau de canalisations appartenant à plusieurs phases d’aménagement a été reconnu (fig. 14 et 15). C’est sans doute cette gestion de l’eau, particulièrement présente dans la galerie et la cour du cloître, qui a incité à limiter l’occupation funéraire des lieux, pour d’évidentes raisons d’hygiène et de salubrité.

Fig. 12 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Vue du mur US 110 construit en opus spicatum.

Fig. 12 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Vue du mur US 110 construit en opus spicatum.

Cl. CEM

Fig. 13 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé des élévations du mur US 110.

Fig. 13 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé des élévations du mur US 110.

Dessin CEM

Fig. 14 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé et états chronologiques des structures et canalisation dans la partie sud de la galerie ouest.

Fig. 14 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé et états chronologiques des structures et canalisation dans la partie sud de la galerie ouest.

Dessin CEM

Fig. 15 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé et position des canalisations en rapport avec l’état 6 du lavabo gothique. La citerne est au nord du secteur.

Fig. 15 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé et position des canalisations en rapport avec l’état 6 du lavabo gothique. La citerne est au nord du secteur.

Dessin CEM

17À l’ouest de cet ensemble, le bâtiment d’un cellier a été identifié. Le mur le séparant de la galerie montre clairement deux maçonneries formant sans doute son gouttereau oriental, avec un net désaxement traduisant au moins deux états, et le percement à posteriori de soupiraux d’éclairage. Cet espace est entièrement comblé par un remblai hétérogène composé de sédiments sableux et d’éléments de démolition (pierres, terres cuites architecturales, fragments de mortier, etc.). Le mobilier renvoie à l’époque moderne pour la mise en place de ce remblai. Son enlèvement progressif a permis de déterminer l’emprise des maçonneries nord et est du cellier. L’enlèvement mécanique de ces niveaux modernes s’est fait sur une profondeur de plus de 5 m sous l’arase du mur 029, sans pour autant atteindre de sol. Pour des raisons évidentes de sécurité, nous avons préféré interrompre ces investigations et reboucher après photos et relevés. Le cellier est presque intégralement creusé dans le rocher, les maçonneries, préservées sur environ 1,30 m d’élévation, sont posées dessus. On perçoit nettement sur leur parement l’arrachement du voûtement et dans l’angle nord-est les vestiges du culot (fig. 16). Celui-ci présente des traces de piquetage qu’encadre une ciselure périphérique. Il est possible que le voûtement dont on perçoit l’arrachement soit un second état de couvrement de cet espace, sans que le premier état ne soit, pour l’instant, reconnu.

18À l’ouest du cellier, on trouve, après le décapage de surface, un pavage en hérisson posé sur un remblai terreux et contemporain du mur 083, venant après le chantier du cellier. La construction de celui-ci recoupe des niveaux de terre damés en surface. Eux-mêmes succèdent à un premier niveau damé, situé entre 299,70 m NGF et 299,30 m NGF, posé directement sur le rocher qui présente un pendage d’est en ouest. Plus au sud, l’aménagement d’un second soupirail a été relevé avec son ébrasement dans le mur ouest du cellier, mais l’accès originel n’a pas été reconnu dans l’emprise de la zone étudiée.

Fig. 16 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé de l’élévation du mur nord du cellier et coupe sur la galerie ouest du cloître.

Fig. 16 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé de l’élévation du mur nord du cellier et coupe sur la galerie ouest du cloître.

Dessin CEM

2.2. Date et fonction des premières constructions

  • 48 Baud et Sapin 2006-1013.
  • 49 Sapin 2000, p. 184. 
  • 50 Une étude de l’ensemble qui comporte de nombreuses arêtes de poisson a été envisagée, mais le sect (...)

19Le mur nord-sud 110 a été identifié comme pouvant appartenir au premier état en chronologie relative et en datation. Il est caractéristique d’une construction carolingienne qui privilégie l’opus spicatum, comme on le constate également à Cluny pour la domus de la villa du VIIIe siècle48, et utilise un mortier ocre déjà repéré à Auxerre pour le IXe siècle à l’abbaye Saint-Germain et à la cathédrale49 (fig. 12 infra). La présence d’une banquette fonctionnant avec un sol de mortier laisse ouvertes plusieurs possibilités ; de même l’existence d’une quantité importante de déchets alimentaires peut suggérer, après un abandon de cet espace, un secteur de service ou de cuisine50.

  • 51 Poz-52649, 1190 ± 30 BP, 720-944 (95,4%), 769-898 (88,8%).
  • 52 Bardel
  • 53 Balcon, Berry et Sapin, à paraitre.

20La datation radiocarbone de charbons de bois issus des mortiers de ce mur couvre la fin du VIIIe et tout le IXe siècle51, ce qui pourrait correspondre à la période de refondation sur la colline après 887. Il semble que les moines de Saint-Père (qui ont remplacé les moniales avant 877) aient en réalité anticipé et commencé la construction bien avant le raid des Vikings. Si le mur retrouvé est effectivement carolingien, on ne peut pour autant certifier, à cette date, un système à galerie, mais attester tout au mieux d’une organisation des constructions selon un schéma ordonné, comme on le voit apparaître dans la première moitié du IXe siècle à La Reichenau (Allemagne) ou un peu plus tard sur le plan de Saint-Gall (Suisse). L’archéologie récente en France a décelé plusieurs espaces de galeries comme à Hamage (Nord), à Landévennec (Finistère) et peut-être à Saint-Philbert de Grandlieu (Loire-Atlantique). Dans ces derniers cas, on ne peut encore parler de véritables cloîtres à galeries, car seulement une ou deux galeries sont construites ; le long de l’église dans la première moitié du siècle à Saint-Philbert et à Hamage, plutôt dans la seconde moitié du IXe siècle à Landevennec où elles succèdent à un premier état du site et s’établissent seulement le long de la salle du chapitre et du réfectoire52. Ainsi, on doit admettre que si le système régulier est visible sur le plan de Saint-Gall vers 830, il apparaît clairement qu’il ne s’impose pas partout rapidement. On le voit pour le moment seulement attesté à Autun, au milieu IXe siècle, mais en contexte canonial53.

21Qu’en est-il à Vézelay ? La maçonnerie reconnue d’une épaisseur de 1,10 m pourrait border une galerie avec banquette mais pourrait aussi correspondre à un élément d’un bâtiment occidental destiné à des usages de services ou de stockage. Si un cloître avec une ou plusieurs galeries a pu exister dès cette époque, il est de toute manière en grande partie détruit par la citerne et par la construction de la partie sud de l’église du XIIe siècle. Pour cette période, nous n’avons ainsi restitué en plan que la surface supposée occupée par l’organisation d’un cloître éventuel et d’une partie de bâtiments. L’existence d’un mur nord-sud fournit une information précieuse, quelle que soit sa fonction, en se situant de manière topographique selon une position orthogonale vis-à-vis de l’église au nord, et précédant au même endroit la situation des galeries futures. Au-delà, on ne peut prouver, du fait des destructions à l’est et à l’ouest, le développement possible de l’organisation primitive.

  • 54 Analecta Bollandiana, XVII, 1898, p. 178 ; Louis 1946, p. 163.

22Si l’on tente de restituer hypothétiquement l’organisation générale du monastère à cette date de la fin du IXe siècle, on peut également intégrer dans notre réflexion les données issues de la prospection géoradar. Celle-ci montre clairement pour l’église, dans sa partie orientale, la forme d’une abside apparemment inscrite dans un chevet plat et située immédiatement à l’ouest de la crypte actuelle. C’est probablement dans cette église que fut installé plus tard (début XIe siècle) un autel dédié à Marie-Madeleine avec dessous une « exiguam cryptam » (peut-être une confession d’autel) avec les ossements évoqués dans les sources du début du XIe siècle54. La prospection a également fait apparaître au niveau de la cinquième travée de la nef quelques « signaux » que l’on serait tenté de mettre en rapport, par leur alignement et leur orientation, avec la position du mur en opus spicatum découvert dans la fouille du cloître. À l’est de celui-ci, l’analyse raisonnée de manière régressive des phases suivantes suggère que, en relation avec l’épaulement du chevet primitif, existait déjà une partie de bâtiment qui guidera le développement du second état.

  • 55 Marrier 1915, p. 213.
  • 56 Poz-52650, 1120 ± 30 BP, 784-994 (95,4%), 862-994 (93,2%).

23Les sources nous renseignent très peu sur la vie de l’abbaye après cette première installation et l’établissement d’un système de défense. Vers 930, Odon de Cluny évoque un incendie de Vézelay. Celui-ci a dû être conséquent pour que l’information soit retenue dans les échanges épistolaires entre les deux monastères55. Il est possible que certaines traces retrouvées de rubéfaction, en particulier sur le rocher dans la partie nord de la galerie ouest, appartiennent à cet état comme le suggère une datation radiocarbone56.

  • 57 Voir par exemple à la crypte de la cathédrale d’Aoste, datée du premier quart du XIe siècle ; Bonn (...)

24Un chapiteau a été retrouvé en remblai dans la fouille de l’extérieur nord du cellier, avec des fragments d’enduits peints (fig. 17). Sa morphologie (sculpté sur chaque face avec une feuille au centre de la corbeille et d’épaisses tiges avec volutes aux angles liées à la feuille d’angle par un lien) et ses dimensions (H : 0,38 m ; L : 0, 44 m ; l. 0,38 m avec un diamètre de 0,26 m) le rapprochent d’un type connu au début XIe siècle57. Il pourrait illustrer une campagne de travaux encore méconnue pour Vézelay, sans qu’on sache pour autant à quel bâtiment il appartenait. Par ses dimensions il peut s’apparenter à un chapiteau de crypte, peut-être celle précédant le chevet d’Artaud, établi au moment de l’arrivée des reliques (cf. infra). Il a été trouvé dans des remblais rapportés et déplacés lors de la construction du mur nord du cellier modifiant l’espace à cet endroit contre l’église. Ainsi, ce chapiteau peut aussi provenir (avec le lot d’enduits peints) de tout aménagement existant dans cette zone avant la reconstruction des bâtiments et de la nef après 1120.

Fig. 17 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Vue du chapiteau roman (XIe siècle) découvert dans les remblais au nord du cellier gothique.

Fig. 17 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Vue du chapiteau roman (XIe siècle) découvert dans les remblais au nord du cellier gothique.

Cl. CEM

3. L’abbaye au xie- xiie siècle : le cloître et l’organisation claustrale

  • 58 Louis 1946, p. 158.
  • 59 Saxer 1959.
  • 60 Saxer 1986.
  • 61 Sur les rapports avec Cluny et avec le comte de Nevers, Sassier 2004 ; Timbert 2009, p. 23-28.

25Les reliques de Marie-Madeleine arrivent très tard après la fondation. C’est seulement à partir de 1037, sous l’abbé Geoffroy, que la dévotion à la sainte va s’imposer58. Les travaux des historiens ont bien montré l’apparition tardive puis le développement de ce culte59, en contradiction avec des indices ténus qui avaient pu laisser un doute à nos prédécesseurs sur une origine plus précoce, à la fin du IXe siècle60. Les retombées de ce développement vont être décisives pour l’avenir du monastère, qui va prendre un nouvel élan à partir du milieu du XIe siècle. Ce culte, rapidement populaire, attire de plus en plus de pèlerins, avant d’entrer en rivalité avec celui rendu à la même sainte, qui est au même moment en plein essor en Provence. C’est dans ce mouvement que l’on doit situer le projet d’une nouvelle abbatiale et de la reconstruction des bâtiments claustraux dont l’archéologie a pu situer l’étendue et la chronologie. Le temps long (entre la fin du XIe et la fin du XIIe siècle) durant lequel s’établissent les réalisations peut s’expliquer par les nombreuses vicissitudes de l’abbaye, prise à la fois dans les intérêts expansionnistes de Cluny et dans des tensions internes ou locales avec le bourg61.

3.1. Le contexte

  • 62 Louis 1946, p. 180, n. 1.
  • 63 Huygens 1976, p. 566 ; Louis 1946, p. 186 n. 3 ; Hugues de poitiers 1969, p. 162-163. La statue pou (...)
  • 64 Timbert 2009.

26On retiendra de cette période plusieurs faits touchant le bâti : après le nouveau chevet établi par l’abbé Artaud à la fin du XIe siècle (dédicacé en 1104), on assiste à la reconstruction de la nef qui a subi un important sinistre avec un violent incendie le 21 juillet 1120, veille de la fête patronale de Marie-Madeleine. Les dommages, qui selon la Chronique ont fait de nombreuses victimes62, ont certainement touché au sud le cloître et d’autres bâtiments, bien que cela ne soit pas dit. L’avant-nef est établie à l’ouest de cette nouvelle nef vers 1150. Les campagnes de travaux reviennent vers les bâtiments claustraux avec l’aile ouest et la salle du chapitre construite peu avant celle de Saint-Germain d’Auxerre, vers 1167-1170. La Chronique d’Hugues de Poitiers rapporte qu’en 1164-1165 furent découvertes de nombreuses reliques dans la statue de la Vierge, sauvée de l’incendie des bois du sépulcre de Marie-Madeleine63. C’est peu de temps après, vers 1167, que commence la reconstruction complète du chevet selon une formule novatrice64.

27Jusqu’à présent, les historiens de l’art relevaient un état antérieur à la construction de 1120 en étudiant avec raison les piliers repris dans la partie ouest de la croisée et certains chapiteaux. Cet état, que l’on peut attribuer à la reconstruction d’Artaud, a-t-il succédé directement à l’état carolingien décrit plus haut ? Impossible à dire, car on peut imaginer comme souvent des étapes intermédiaires. La fouille de l’espace du cloître a surtout permis de progresser sur la connaissance des états postérieurs à la période de l’incendie, que nous présentons plus rapidement ici.

3.2. Les sources

  • 65 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, d’après Martin 1832, p. LXXXV. Les autres informations provienn (...)
  • 66 AD Saône-et-Loire, G.920, fol. 139.
  • 67 AD Yonne, H 1949, rapport des maçons du 9 octobre 1668 : « (…) nous avons visité le cloistre et tr (...)
  • 68 AD Yonne, H.1944, liasse 2, pièces XI, fol. 64v-72 à propos du mur de clôture, de la porte et du p (...)
  • 69  AD Yonne, H 1944, dossier 1516-1776.
  • 70 AD Yonne, 2 O 4016 et série H 1944, à propos des nombreux travaux intervenus jusqu’en 1776 pour la (...)
  • 71 AD Yonne, 2 O 4016, liasse 2 ; 4 et 5 mai 1841 – « Vente par Monsieur et Madame Louis Auguste Bern (...)
  • 72  AD Yonne, 2 O 4016. Il s'agit probablement d'un arc de confortation dont le socle a été retrouvé l (...)
  • 73  AD Yonne, 2 O 4016.

28Rappelons qu’aucun document détaillé ou plan précis n’existe pour les bâtiments claustraux à la différence des grandes abbayes contemporaines comme Saint-Germain d’Auxerre ou Flavigny reprises par les Bénédictins de Saint-Maur. L’espace claustral disparait très tôt et les archives livrent peu de détails, mais permettent d’avoir une idée des changements qui s’opèrent. C’est après la sécularisation de l’abbaye vers 1537 que l’on assiste à un délitement du tissu du bâti, avec un nouveau bâtiment, le Doyenné, établi dans l’espace claustral65. Les guerres de Religion entre 1568 et 1570 frappent sévèrement Vézelay et une partie de la vallée de l’Yonne. Au siècle suivant, les descriptions montrent que seules deux ailes restent complètes mais ne répondent plus aux usages primitifs. Un procès-verbal de visite en 1673 précise : « Qu’il sera fait incessamment une porte […] pour fermer le cloître […] afin d’empêcher les jeux qui s’y font ». Plus loin, on interdit aux laïcs et ecclésiastiques d’y jouer à la paume et à la boule66. Il est clair que les voûtes ainsi que les maçonneries sont en mauvais état et demandent des travaux. En 1668, lors des réparations, un maçon constate que deux galeries du cloître sont encore debout, probablement celles de l’est et du nord67. Peut-être que ces réparations concernaient les voûtes irrégulières de l’aile est du cloître. L’abbé Tencin entreprend en 1702 des restaurations aux bâtiments claustraux, mais la nature de celles-ci n’est pas précisée. Plus tard, en 1772, des travaux concernant l’auditoire montrent que l’on se soucie essentiellement de ce bâtiment d’accueil et non du cloître qu’il précède68. Auparavant, entre 1760-1770, l’abbé Berthier construit une nouvelle sacristie dans l’angle, entre le transept sud et le bas-côté sud69. Cette information laisse entendre : soit que le cloître est déjà détruit à cet emplacement, soit que l’abbé le démantèle. L’angle nord-est devient un cimetière pour les chanoines. Plusieurs rapports rendent compte du mauvais état des bâtiments claustraux et des frais de réparation nécessaires, mais apparemment les travaux ne sont pas réalisés70. À la Révolution, le collège de chanoines est supprimé et, entre 1793 et 1798, de nombreux bâtiments de l’ancienne abbaye, en mauvais état, sont détruits pour pouvoir réutiliser les matériaux de construction ou leur emplacement comme l’attestent plusieurs actes du XIXe siècle évoquant la suppression d’écuries contre l’église71. Au bas-côté sud, un contrefort tombe en mai 1810 et écrase une partie du cloître, qui est réparé pour 150 francs72. Cet accident se passe probablement devant les travées 6-9, puisqu’il ne touche pas la sacristie. En 1812, des réparations de la toiture et des voûtes à la salle capitulaire et au cloître sont mentionnées73.

  • 74 À propos du dessin de Joachim Duviert, cf. Monceaux 1895.
  • 75 Petit 1870, p. 272.

29Les plus anciens dessins du site, vers 161074, indiquent plusieurs bâtiments autour de l’abbatiale mais de manière trop imprécise pour permettre de les restituer comme des éléments claustraux. Le plan des archives départementales de l’Yonne, du 29 mars 1789 (fig. 18), montre la position des bâtiments orientaux avec un retour vers l’est disparu, celui du doyenné, ainsi qu’un rectangle contre l’église pouvant correspondre à la galerie nord. Deux petits bâtiments distincts, appuyés contre l’abbatiale au nord-ouest, peuvent correspondre aux vestiges de la porterie. On retrouve sur le premier plan cadastral de 1819 (fig. 19) une construction décalée vers l’est, puis trois petits bâtiments qui reprennent en partie le constat précédent, mais sans continuité, ce qui laisse bien supposer une destruction de la galerie nord. De même, sur aucun plan ne figurent des éléments pouvant appartenir au cellier. Dans le plan du livre de Turgot sur Vézelay en 1829, plus aucun bâtiment n’apparaît. Enfin, Victor Petit, dans son plan synthétique publié en 1870 dans sa Description des villes et campagnes du département de l’Yonne75, ne tient compte que du bâtiment le plus à l’ouest pour restituer la porterie liée à l’entrée de l’abbaye et ne propose aucune restitution du cellier et du cloître.

Fig. 18 Plan de Vézelay et des abords de l’abbatiale en 1789.

Fig. 18 Plan de Vézelay et des abords de l’abbatiale en 1789.

AM Vézelay, non coté, cl. CEM

Fig. 19 L’abbatiale de Vézelay et ses abords, plan du cadastre de 1819.

Fig. 19 L’abbatiale de Vézelay et ses abords, plan du cadastre de 1819.

AD Yonne, 3P 5829.07, cl. CEM

  • 76 Cf. AD Yonne, 74 T 18 : travaux de 1837 à 1847.
  • 77 Synthèse de Suzann Schlesinger, associée à nos travaux et que nous remercions ; Schlesinger 2007, (...)
  • 78 Martin 1832, p. 286.
  • 79  Le dessin 1352 de la MPA (archives de la médiathèque du patrimoine) est un plan général qui indiqu (...)
  • 80 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, p. 168-169.
  • 81  Dans le cadre du réaménagement du musée lapidaire de Vézelay, déménagé du premier étage de l’avant (...)
  • 82 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, cat. 293, p. 146 et p. 197-198.
  • 83 Ibid., cat. 209, p. 164 et p. 196-197. Ce chapiteau a été également recopié et installé dans le clo (...)
  • 84  Elle mesure 0,29 m de hauteur avec un diamètre de 0,17 m.
  • 85 Ibid., cat. 344, p. 164 et 211. Cette citation est notée sur le dessin « FGVlD, no 33105 ».
  • 86 Ibid., cat. 304-306, 322, 346 et 348, p. 164.

30Après le passage de Prosper Mérimée les 8 et 9 août 1834 et la mise en place, plus tard, de sommes allouées avec la nomination d’un architecte, s’engagent les premières restaurations76, ainsi que les travaux de relevés et aquarelles d’Eugène Viollet-le-Duc entre 1840 et 1860. Ceux-ci apportent les premiers renseignements graphiques précis, bien qu’essentiellement tournés vers l’abbatiale77. L’architecte ignore en effet volontairement les espaces claustraux disparus. Le parti de restauration choisi s’est fait au détriment de la compréhension archéologique des relations pouvant exister avec les bâtiments du cloître disparus au sud. Les contreforts ont été refaits en éliminant toutes les traces, sans doute alors visibles, des arrachements et des liens avec l’abbatiale ; c’est ce que laissent supposer les maçonneries retrouvées en fouille, qui rejoignent ces contreforts. La porte du cloître est restaurée en mettant en valeur surtout son nouveau tympan. Seule la galerie orientale est alors considérée et documentée du fait de son rétablissement nécessaire pour abriter l’accès à la salle du chapitre servant alors de chapelle78. Après plusieurs projets, les travaux s’étalent entre 1854 et 1859 pour cette aile orientale avec des fouilles qui ont lieu dès mars 1854. Eugène Viollet-le-Duc établit l’hypothèse que le cloître médiéval s’étend jusqu’à la cinquième travée du bas-côté sud. Sur l’autre moitié de l’emprise du cloître, il ne se prononce pas. Comme il n’a pas fouillé ces espaces, il reste prudent dans son jugement79. À part des murs de fondation, Eugène Viollet-le-Duc trouve divers fragments sculptés des deux cloîtres, roman et gothique80. Le lapidaire qui subsiste encore aujourd’hui, a été examiné en détail par Lydwine Saulnier-Pernuit et Neil Stratford en 198481. Au total, des fragments retrouvés lors de la fouille, il ne reste que neuf éléments de sculpture, dont trois du cloître roman et six du cloître gothique. Viollet-le-Duc ne possède que ces neuf fragments comme base de repère pour sa reconstruction : un chapiteau double roman à moitié conservé avec des motifs floraux sur un fond de feuilles82 ; un chapiteau floral en forme de calice, conservé en trois morceaux83 ; une colonne incomplète est reconnue comme un élément majeur pour la reconstruction du cloître84. Eugène Viollet-le-Duc dessine ce fragment et annote : « Mieux vaut un cloître du XIIe siècle pour Vézelay puisque les fragments existent85 ». Concernant les six fragments gothiques, il s’agit de pièces sculptées du XIIIsiècle, de deux chapiteaux doubles, d’un chapiteau floral, d’un morceau de base, d’une pierre de taille provenant d’une nervure de voûte, ainsi que d’une clef de voûte à décor floral86.

  • 87 Sapin, Büttner, Henrion à paraitre.

31Eugène Viollet-le-Duc, qui pense le cloître détruit par l’incendie de 1165, propose sa reconstruction au XIIIe siècle. La réalité est, comme on le verra, plus complexe. Les fragments retrouvés par l’architecte renvoient effectivement à deux périodes différentes, comme l’ont perçu Neil Stratford et Lydwine Saulnier-Pernuit, qui ne voient pas l’incendie comme raison certaine de la destruction. Cette diversité de références sur le ou les cloîtres disparus conduit l’architecte à une réflexion, judicieusement soulignée par Suzann Schlesinger, sur la question de l’unité (ou pas) de style et sur un choix sur le terrain, sorte de compromis et d’invention tenant compte de l’articulation avec la salle du chapitre du troisième quart du XIIe siècle. La complexité des vestiges tels que nous les avons retrouvés dans la galerie occidentale explique bien les incertitudes de l’architecte quant aux choix à faire et sa difficulté à dater des maçonneries. À Vézelay, la difficulté de datation vient également l’apparition de traces de tailles, notamment la bretture, ici particulièrement précoces par rapport à d’autres régions87.

3.3. Quel cloître dans la première moitié du xiie siècle ? (État 3 et 3b)

32Comme on le verra, la prospection radar a contribué, en même temps que la fouille, à ne pas limiter les recherches au préau ou à l’emplacement d’une des galeries, mais à restituer l’ensemble de l’espace, y compris celui occupé originellement au sud. Nous donnons ici les premiers résultats en contrepoint des origines de l’abbaye. Ce sont les éléments d’un dossier appelés à être étayés dans le futur, en particulier par l’étude du bâti des bâtiments conservés. Cette première présentation d’éléments inédits met en perspective les premières installations de l’abbaye. Les plans présentés ici intègrent les données de fouille et celles de la prospection géophysique (fig. 20). Ils résument les états principaux pour l’époque médiévale : après l’état 1 correspondant à l’état carolingien et l’état 2 où se restructurent au cours du XIe siècle le chevet et l’amorce d’un cloître avec une galerie ouest évoquée plus haut, on distingue pour le site au moins trois autres états (3a et b, 4 et 5) qui touchent la constitution du cloître (fig. 21).

Fig. 20 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan général des prospections géo-radar menées sur l’abbatiale et ses abords.

Fig. 20 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan général des prospections géo-radar menées sur l’abbatiale et ses abords.

CEM-Université de Jussieu

Fig. 21 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Hypothèses de restitution du plan de l’abbatiale et du cloître du ixe au xiie siècle.

Fig. 21 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Hypothèses de restitution du plan de l’abbatiale et du cloître du ixe au xiie siècle.

Dessin CEM

  • 88 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, p. 197-198.
  • 89 Comme à Cluny pour le cloître attribué à Pons de Melgueil vers 1125, ces chapiteaux non historiés, (...)

33Au cours d’un troisième état conservant la maçonnerie 114 se développe l’organisation structurée et fonctionnelle de l’espace claustral avec une plus large galerie à l’ouest, fonctionnant avec un premier état du lavabo (dès l’état 3a) et la construction de la citerne (état 3b) encore existante aujourd’hui. On suppose la présence à l’ouest d’un premier cellier ; une partie nord du mur ouest de la galerie pourrait appartenir à ce dernier avant sa complète reconstruction. On distingue un état 3a, avec la nef reconstruite après 1120, et un état 3b dans la génération suivante, quand s’établit vers 1150 l’avant-nef sans modification de l’espace claustral, si ce n’est une première reconstruction des bâtiments orientaux. Plusieurs fragments de chapiteaux, retrouvés par Eugène Viollet-le-Duc (cf. infra) puis dans les remblais lors des dernières fouilles (US 144 et 225, fig. 22) s’apparentent aux sculptures datées des années 1135-1145 par Neil Stratford et Lydwine Saulnier-Pernuit88. Ils pourraient provenir d’une galerie reconstruite dans l’état 3a après l’incendie de 1120. On remarque que ces éléments de chapiteaux renvoient uniquement à du décor floral et que, comme à Cluny, aucune partie historiée ne s’impose dans le décor des galeries du cloître89.

Fig. 22 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Vues des principaux éléments sculptés retrouvés dans la zone du cloître.

Fig. 22 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Vues des principaux éléments sculptés retrouvés dans la zone du cloître.

Cl. CEM

34Le cloître à galerie, ainsi défini dans cet état 3a, relie par deux portes l’abbatiale – nouvellement reconstruite après l’incendie de 1120 – aux bâtiments monastiques. La porte située dans la partie occidentale (avant une reprise de son tympan) témoigne de la relation avec la galerie ouest retrouvée en fouille. Plusieurs rangs d’assises de maçonnerie des murs de la galerie aux layages fins, à l’est et en partie à l’ouest (au contact d’un premier cellier disparu), appartiennent à cet état. On peut imaginer que la reconstruction dans cette phase, attestée également par les éléments de chapiteaux retrouvés dans les remblais, se situe assez rapidement dans cette fin du second quart du XIIe siècle, c'est-à-dire à la même époque que le cloître de Cluny. En revanche, l’utilisation de la bretture sur des pierres d’autres assises, selon une technique de taille qui apparaît pour la première fois à Vézelay après 1150 dans l’avant-nef et à la chapelle Sainte-Croix de Vézelay (La Cordelle), suppose qu’existe rapidement un autre chantier ou la reconstruction d’autres galeries. La porte, donnant à l’extrémité est du mur sud de la nef dans la galerie orientale du cloître, a été reconstruite par Eugène Viollet-le-Duc à l’emplacement d’une porte moderne qui avait dû remplacer l’originale du XIIe siècle. On ne peut être que prudent ici sur la chronologie, mais la logique veut qu’il y ait un accès à cet endroit. En revanche, on voit nettement dans la partie orientale du mur sud de la nef qu’il existe ici un arrêt de chantier qui vient buter contre un mur, à notre sens un mur antérieur, qui sera lui-même remplacé (sans nouvelle liaison) pour la reprise du bras de transept gothique. Au sud, un désaxement très net de l’alignement du mur séparant la galerie des celliers, avec une nette reprise de sa banquette, pourrait s’expliquer par un agrandissement dans un second temps du cloître vers le sud, peut-être dans l’état 4.

3.4. Le cloître, élément d’un plan ambitieux

3.4.1. Un second état vers 1165-1180 (état 4)

35Le dispositif à galeries se précise lors de cet état du fait de la réintégration d’une partie retrouvée en élévation dans la galerie ouest avec sa banquette. Il s’agit certainement de l’élargissement de l’ancien cloître réutilisé en partie. Il est difficile d’en juger avec fiabilité car nous n’avons pas pu observer la galerie sud du point de vue archéologique et la galerie orientale est entièrement reconstruite. On peut penser que c’est la reprise de la salle du chapitre qui a entraîné ces nouvelles campagnes après l’aménagement de la grande citerne. On ignore si les dispositions anciennes sont alors intégrées en partie ou totalement reconstruites. La difficulté d’appréciation vient du fait que l’on ne possède que très peu de fragments du décor permettant de juger de l’ampleur des reconstructions. Les chapiteaux de cloître les mieux conservés se rapportent soit à l’état précédent 3, soit au suivant 5. Dans cet état 4, le lavabo est maintenu dans son état antérieur avec des interventions d’entretien, sur la structure en elle-même et sur les canalisations.

  • 90 Le mobilier céramique et les monnaies recueillies appartiennent aux niveaux de remblais supérieurs (...)

36Pour l’organisation générale de l’espace médiéval, à partir des éléments trouvés en fouille (galerie ouest, lavabo, bâtiments conservés à l’est et leur prolongement au sud) et surtout des résultats des prospections géoradar sur l’ensemble du site, c’est dans cette phase tardive du XIIe siècle que se définit réellement l’organisation d’un vaste plan de bâtiments et galeries. Sa datation tardive repose à la fois sur sa chronologie relative90 et sur les vestiges de maçonneries observables en plusieurs endroits au sud. En plan, on peut situer désormais la galerie méridionale de l’autre côté du mur de la propriété voisine plus au sud ; c’est là que l’on a reconnu un autre mur parallèle qui peut déterminer l’emplacement du réfectoire des moines et, après son retour perpendiculaire, une salle qui doit être la cuisine. Tous ces travaux de construction ont nécessité des aménagements considérables des terrasses naturelles (cf. infra), ce dont nous n’avions qu’une faible idée jusqu’alors. Cette période correspond bien à l’expansion de l’abbaye et du bourg comme l’attestent de nombreuses maisons et caves. La prospection radar plus au sud a confirmé également l’existence de grands bâtiments dont une partie pourrait correspondre à l’hôtellerie de l’abbaye. Une élévation dessinée par Victor Petit au XIXe siècle montre en effet une construction très importante au contact de l’ancienne route ancienne d’accès au sud de l’abbaye (fig. 23). Un autre bâtiment également dessiné par l’auteur et subsistant aujourd’hui sur une terrasse privée, interprété à tort comme réfectoire des moines, s’aligne parfaitement avec l’aile orientale.

Fig. 23 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Dessin de Victor Petit (1870) d’un grand bâtiment disparu au sud du cloître (hôtellerie ?).

Fig. 23 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Dessin de Victor Petit (1870) d’un grand bâtiment disparu au sud du cloître (hôtellerie ?).

37L’étude des bâtiments en élévation, menée conjointement aux fouilles archéologiques, contribue à mieux les comprendre et à les situer dans un état 4 du site. La construction du chapitre après 1160 pourrait intervenir au terme de la réédification générale des constructions, après celles de la nef et de l’avant-nef dans un chantier continu. Cette construction s’ordonne encore avec le dispositif du chevet attribué à l’abbé Artaud. La campagne de prospection a apporté des précisions notamment sur des alignements des constructions de l’aile orientale nord-sud pouvant correspondre à un premier transept (fig. 21 et 27). Les décalages ou les alignements, que l’on a pu constater par rapport aux anciens plans publiés, s’expliquent visiblement par des changements de parti. On conserve toujours une partie des structures antérieures, église ou salle du chapitre, lors de nouvelles constructions. Il n’y a pas à ce niveau un plan établi d’un seul jet. Cela résulte probablement aussi de l’ambition des programmes couvrant plusieurs décennies et portant sur des ensembles bâtis toujours en usage. Plus précisément, les nouveaux relevés au théodolite de la position des piles et des murs de la partie supérieure de la tour sud du transept, superposés au plan de la croisée attribuée à l’époque d’Artaud (fin XIe-début XIIe siècle), montrent un parfait alignement d’un premier mur (pierres en attente avec traces de layage et antérieures à 1167) avec celui du bâtiment de la salle du chapitre. Nous l’avons déjà évoqué dans la description de l’état 2. On aurait là un premier schéma d’organisation dans la continuité du chantier de reconstruction de la nef de 1120-1130. Il pourrait s’expliquer par la reprise d’un alignement plus ancien. On pourrait y voir le fantôme d’un mur carolingien, en continuité de l’épaulement du chevet et contre lequel serait venu s’appuyer le mur gouttereau sud de la nef, avant d’être remplacé après par un mur roman dont on conserve les traces à l’étage de la tour.

Fig. 24 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe élévation ouest-est de la partie occidentale de la crypte indiquant la présence du rocher aplani.

Fig. 24 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe élévation ouest-est de la partie occidentale de la crypte indiquant la présence du rocher aplani.

CEM, 2014

  • 91 Huygens 1976, p. 538.
  • 92 Après 1167 selon les travaux de Timbert 2009.

38Au premier étage, au-dessus du chapitre, la salle qui dut être le dortoir présente dans son mur nord une grande baie avec traces d’un léger ébrasement. C’est, nous semble-t-il, l’accès au transept dans sa première version, reliant le dortoir reconstruit selon le témoignage de la Chronique d’Hugues de Poitiers91 avec le bras sud du transept d’Artaud. Cette modification se produit quelques années plus tard. La reconstruction du chevet (état 4) vient doubler ce mur et condamner cet accès au profit d’une autre circulation. Il est probable que l’arrivée d’un escalier à proximité de l’autel du bras sud consacré à Marie-Madeleine devenait gênante. C’est donc à la suite de l’incendie de 1165 que le chevet est repensé92. Cela expliquerait la mauvaise ordonnance entre ce chevet et l’aile orientale, engagée bien avant sur des bases plus anciennes, telle qu’on la voyait déjà sur le plan de Francis Salet et que nos nouveaux plans ont reprécisé. C’est ensuite pour des raisons probablement liées au voûtement et à la circulation haute que la salle fut modifiée avec la façade de la salle capitulaire.

3.4.2. Un état vers 1230-1250 (état 5 et 6)

  • 93 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, p. 169.

39Eugène Viollet-le-Duc avait retenu l’idée tout à fait juste d’une reconstruction gothique du cloître. L’étude par Neil Stratford et Lydivine Saulnier-Pernuit a permis de préciser, à partir des témoignages conservés dans le dépôt lapidaire, l’existence d’un cloître ou d’une galerie gothique avec deux campagnes possibles, sans que l’on puisse attribuer ces travaux à une ou plusieurs ailes. La première campagne se situerait à la fin du XIIe siècle avec la salle du chapitre et correspondrait à l’état 4 décrit plus haut ; la seconde serait liée à la porte de la cinquième travée de la nef qui a livré un fragment de tympan des années 1230 (cf. cat 136)93. C’est sur la base de ce fragment que Viollet-le-Duc a créé le tympan actuel. Neil Stratford rapproche cet élément de la période des chapiteaux à crochet de l’étage supérieur de la tour sud du transept. Le sondage de 2011 a livré plus à l’est dans ses remblais un chapiteau de ce type (US 017, fig. 22). On peut se demander si le tympan de la porte du cloître n’a pas remplacé un premier tympan roman auquel appartiendraient certains fragments sculptés trouvés en remblais en 2013, comme cette partie inférieure d’un personnage féminin en relief, aux drapés moulants, caractéristiques de l’atelier de Vézelay (fig. 22, US 144 et 225).

  • 94 Norton 1992, p. 32-37.
  • 95 Une autre publication des travaux menés sur le site portera plus spécialement sur le lavabo et sur (...)

40Le grand tapis de carreaux de terre cuite de la galerie ouest, que l’on peut rapprocher des sols de la salle capitulaire de Saint-Germain-des-Prés ou de la crypte d’Argenteuil vers 127094, pourrait également fixer une étape de reprise ou une mise au goût de l’époque gothique. Cette étape pourrait correspondre à une série de travaux : la construction d’un nouveau cellier excavé à l’ouest, celle des arcs-boutants de la nef et probablement le voûtement non prévu à l’origine de certaines galeries du cloître (contre le mur de la nef de l’église), avec une reprise du mur bahut et des petits contreforts, que modifiera le projet de reconstruction de l’aile est par Eugène Viollet-le-Duc. Quant au lavabo, il est fortement transformé avec la reconstruction de la galerie et la modification des bâtiments orientaux. Dans cet état 6, correspondant à un état gothique tardif, on voit la suppression du lavabo dans son emprise romane et sa réduction à un diverticule dans l’angle sud-ouest95.

41Avec ces derniers états du site, on constate que les constructeurs ont eu pour souci constant une adaptation à la partie originelle de ce sommet de la colline. Les recherches archéologiques ont permis de saisir plusieurs indices portant sur les contraintes naturelles précédant cette adaptation, que ce soit vis-à-vis de la plateforme rocheuse comme on le verra ou de la gestion de l'eau à ce niveau le plus élevé de la colline.

4. L’adaptation des constructeurs au terrain originel

42Le plateau calcaire qui coiffe la butte de Vézelay a fourni une assise initiale qui marquait sans doute une topographie bien différente de celle aujourd’hui perceptible. Au-delà de ces incidences sur les fondations mêmes des bâtiments, carolingiens comme romans, la maîtrise du terrain naturel a été nécessaire afin de gérer les écoulements et le stockage de l’eau.

4.1. Le paysage géologique de la colline de Vézelay

43Le site se trouve au sommet d’une avancée étroite d’un plateau calcaire (Bathonien). Les pentes, aujourd’hui replantées de vignes, sont modelées dans les niveaux marno-calcaires (Bathonien/Bajocien). En partie basse de ces pentes, à l’est et au sud, un ressaut est marqué par un affleurement de calcaire à entroques (Bajocien). Du versant nord de la butte, on domine l’entonnoir de la vallée de la Cure, qui s’élargit véritablement après sa sortie du Morvan cristallin dans la série du plateau jurassique. En rive droite, on peut observer quelques buttes témoins, pentues, qui sont sans doute à l’image de ce que devait être le paysage de Vézelay avant son occupation. Le sommet de la colline devait alors correspondre à une zone de plateau où le rocher, dur et compact, n'affleurait qu'à de rares endroits. Les zones situées entre ces affleurements, comblées par des altérations argilo-sableuses ou des limons, sont propices à l’implantation d’un couvert végétal de type « pelouse calcaire » (herbes ou arbustes). Les flancs du plateau étaient sans doute plus marqués topographiquement qu’ils n’apparaissent aujourd’hui, avec en particulier une pente relativement importante du côté sud.

  • 96 Rat 1992.
  • 97 On retrouve ainsi ces filets d’argile non seulement dans les diaclases visibles sur les parois du (...)
  • 98 Ces poches de vide ont été créées par une dissolution de la roche calcaire sous l’effet des eaux d (...)

44La dalle calcaire apparaît à bien des endroits sur les hauteurs du village, au détour d’un chemin ou d’une ruelle, mais aussi dans les nombreuses caves ou bien encore dans la crypte de l’abbatiale (fig. 24). Géologiquement, ce calcaire a été comparé aux faciès compacts du Comblanchien96. Les parois du cellier, creusées sur plusieurs mètres de profondeur dans le rocher, ont permis de mieux apprécier les qualités de la roche : le niveau géologique est constitué de bancs métriques de calcaire compact à oolithes micritisées et à rares débris de coquilles. Les bancs, délimités par des lits centimétriques d'argile caillouteuse, sont très diaclasés et présentent un léger pendage vers le nord-nord-ouest. Le réseau de diaclases est en partie colmaté par des cristallisations secondaires de calcite et, pour les assises les plus hautes, par une fine argile rougeâtre provenant des niveaux d’altération qui se développent au niveau du bedrock et qui, mobilisée par les eaux d’infiltration, est venue finalement s’insinuer dans une partie du réseau de fissurations97. Enfin, la paroi nord du cellier (fig. 16, supra) présentait une dépression d’à peu près un mètre de diamètre que l'on peut interpréter comme les vestiges d’un karst98. Ce type de cavité naturelle semble en effet impacter tout l’entablement calcaire, à l’identique de celle encore visible sous les jardins sud et qui présente un volume de plusieurs centaines de mètres cubes. À l’image de la cave du cellier qui en garde les stigmates, la présence de ces vides naturels est à considérer dans l’interprétation que l’on peut faire des diverses interventions anthropiques réalisées sur le rocher.

4.2. La gestion de l’eau au sommet de la colline

45La caractérisation du substrat calcaire et la mise en évidence d’un système karstique sont évidemment des paramètres à prendre également en compte dans la réflexion liée à la gestion de l’eau à Vézelay et tout particulièrement au sommet de la colline. Cette position de hauteur ne permet pas une alimentation aisée. Elle peut se faire par puisages profonds, mais les fouilles archéologiques ont montré que c’est surtout une gestion réfléchie des eaux pluviales qui a permis d’alimenter le monastère, et ce, sans doute très tôt.

  • 99 Cette construction de 16,85 m de longueur sur 6,30 m de largeur et 3,60 m de hauteur (selon Petit (...)
  • 100 AD Yonne, c 2 O 4016, liasse 2, An XI. Le rôle de la citerne est clairement mentionné dans les act (...)

46En cas de pluie, les eaux s’infiltrent rapidement dans la dalle calcaire en profitant du réseau de diaclases et des limites de bancs. Ne pouvant s’infiltrer aisément dans les niveaux marno-calcaires sous-jacents, ces eaux sont piégées au sein de la dalle calcaire qui joue ainsi le rôle de « réservoir » temporaire. Les résurgences naturelles, situées sur les flancs de la colline, plus ou moins à la base de la formation calcaire, en permettent finalement la vidange lente. Si nous n’avons aucune information quant à la gestion de l’eau à l’époque carolingienne, la mise en place de citernes, enduites au mortier de tuileau, comme celle présente au centre du cloître roman99, apparaît être une solution pertinente100. Une succession de systèmes de conduites, retrouvées en fouille, romanes puis gothiques, dont certains semblent s'orienter vers la citerne, restent sans lien stratigraphique avec cette dernière. Se pose finalement la question des eaux de toiture qui demeurent un apport potentiel très conséquent et facile à capter. Si pour l’heure aucun élément ne permet de l’envisager correctement, ce mode de collecte est fort probable à la vue du fonctionnement du lavabo du cloître.

4.3. Les modifications de la topographie

  • 101 AD Yonne, 5 B 16. 1766, 15-20 octobre – « Réparation de la maison du Doyenné, Chapitre de Vézelay, (...)

47La reconstruction de l’abbaye à l’époque romane et tout particulièrement la nouvelle implantation du cloître ont nécessairement engendré des travaux conséquents d’aménagement topographique. La nouvelle abbatiale, bien plus large que l’édifice carolingien, a nécessité une extension des nouveaux bâtiments claustraux vers le sud par rapport aux constructions antérieures (fig. 25). Le nouveau programme architectural a alors nécessité l’élaboration d’un mur de terrasse au sud afin de compenser le dénivelé naturellement marqué de ce côté. Si le rocher sert encore d’assise partielle aux galeries septentrionale et occidentale du nouveau cloître (fig. 26), par-delà leur mur bahut l’affleurement rocheux prend une pente vers l’est. Les fouilles menées dans la moitié méridionale du préau roman ont ainsi mis en évidence la présence d’un important niveau de remblais. Le mur bahut de l’aile sud du cloître forme un mur de terrasse retenant les terres rapportées du préau, terres qui ont pu être observées au contact du mur méridional de la citerne romane inscrite au centre de ce même préau. Sans doute faut-il imaginer en fait un réservoir, partiellement adossé au rocher sur son flanc nord – peut-être à la faveur d’un relief karstique – et remblayé sur son côté sud par les terres du préau. Au-delà du mur de propriété au sud, des informations seraient intéressantes à recueillir, tout en sachant que le niveau de la cour (dite du « doyenné ») a été abaissé volontairement en 1766 pour éviter les ruissellements dans la maison.101.

Fig. 25 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe transversale sur le transept de l’église et les bâtiments monastiques indiquant le niveau observé de l’affleurement du rocher.

Fig. 25 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe transversale sur le transept de l’église et les bâtiments monastiques indiquant le niveau observé de l’affleurement du rocher.

Dessin ArtGP et CEM

Fig. 26 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe transversale sur la nef de l’église et le cloître indiquant le niveau observé de la présence de la plate-forme rocheuse.

Fig. 26 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe transversale sur la nef de l’église et le cloître indiquant le niveau observé de la présence de la plate-forme rocheuse.

Dessin ArtGP et CEM

48Il semble donc que l’affleurement rocheux soit présent au plus haut, au niveau de l’assise de l’abbatiale (299,81 m NGF), comme le montrent les fondations de contreforts romans du gouttereau sud de l'abbatiale, et la crypte gothique partiellement creusées dans le rocher. Ainsi, sur le flanc méridional de l’édifice, où se développe l’enclos monastique, les affleurements topographiquement les plus hauts se situent davantage dans la zone occidentale (entre la porterie et la galerie occidentale du cloître). La cour du cloître roman serait positionnée au niveau d’une dépression naturelle du rocher (299,44  m NGF à l’est du mur bahut de la galerie ouest, 297,39 m NGF dans un sondage profond) compensée par un important apport de terre. Il est probable que ces grands travaux de terrassement ne concernent pas uniquement l’emprise du nouveau cloître. Toute la zone de terrasses encore lisible entre l’abbatiale et le mur de rempart sud (visible en contrebas du bâtiment d’hôtellerie) pourrait avoir fossilisé dans sa topographie actuelle les modifications majeures apportées à l’époque romane. La question reste ouverte en ce qui concerne la plateforme du château abbatial et les éventuels aménagements topographiques réalisés dans le même temps au nord de l’abbaye.

49En envisageant la topographie initiale, on comprend mieux les contraintes que celle-ci a pu également exercer sur l’emprise des bâtiments carolingiens. De fait, la dépression naturelle révélée dans la partie centrale du cloître roman n’a certainement pas permis ici l’extension de la construction carolingienne dans ce secteur. Les vestiges des maçonneries du IXe siècle viennent épouser le relief de la roche saine. Les niveaux d’altération et les accumulations meubles, généralement présentes au-dessus du bedrock, ont donc été visiblement déblayés. Ces déblaiements sont également à envisager pour les périodes suivantes. Le rocher a ainsi été mis à nu dans la cour du préau avant l’apport de remblais à l'époque romane (lors du creusement de la citerne ?). Pour autant, il reste difficile de déterminer si le déblaiement de la plateforme naturelle de ses matériaux meubles est initial (période carolingienne en terminus ante quem) ou progressif (durant les aménagements successifs du plateau).

5. Conclusion

  • 102 Nous pensons ici particulièrement à la préparation originelle du rocher traité différemment sur le (...)

50Beaucoup d’interrogations demeurent encore quant à la définition de toutes les conditions d’implantation du monastère. Comme pour beaucoup de sites de cette importance, notre connaissance n’est et ne sera toujours que partielle, mais elle gagne en indices à l’occasion de chaque investigation sur le terrain, contribuant non seulement à l’histoire des lieux ou du système monastique, mais aussi à une meilleure anticipation des contraintes inhérentes au terrain que l’architecte restaurateur se doit aussi de connaître102. Il est probable que, par la suite, d’autres travaux dans le cadre des nouveaux aménagements du site et du musée viendront compléter notre propos. Il apparaît d’ores et déjà que dès la fin du IXe siècle, les moines qui se sont installés sur la colline de Vézelay, tout en maintenant des constructions sur l’ancien lieu de fondation, établissent une organisation régulière et orthonormée des bâtiments qui détermineront les constructions à venir. Ce déplacement de l’ancienne fondation, répondant peut être à des besoins de circonstance, traduit en même temps une évolution caractéristique entre une fondation issue d’une possession de l’élite autour d'une ancienne villa et cette image nouvelle de l’abbaye sur la colline comme celle d’une puissance en gestation dominant son territoire.

51Entre le IXe et le XIIe siècle, on peut reconnaître désormais plusieurs étapes dans la constitution progressive du carré claustral qui exigea des aménagements considérables du terrain, avec des creusements et des terrassements jusqu’alors insoupçonnés (fig. 27). On ne trouvera rien d’équivalent dans l’installation des grandes abbayes bourguignonnes d’Auxerre ou de Cluny où les adaptations de terrain connues concernent surtout les églises abbatiales. Ici, à Vézelay, on a l’impression qu’il s’agissait aussi de marquer les esprits par l’étendue des bâtiments monastiques, dont l’impact visuel à côté de l’abbatiale ne pouvait qu’être très fort dans le paysage à la fin du XIIe siècle. En étant attentive et présente dans le suivi des travaux de restauration de l’église, tout en les précédant par des recherches programmées sur ses abords, l’archéologie répond à une démarche globale qui ne sépare pas la connaissance du bâti de celle de son environnement.

Fig. 27 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plans et axonométries de l’abbatiale et du cloître du IXe au XIIe siècle.

Fig. 27 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plans et axonométries de l’abbatiale et du cloître du IXe au XIIe siècle.

Dessin CEM

Haut de page

Bibliographie

Analecta Bollandia
Analecta Bollandiana
, XVII, 1898, p. 178

Balcon S., Berry W. et Sapin C.
À paraître, L’ensemble canonial et épiscopal d’Autun, MSH, collection DAF.

Bardel A.
À paraître, « Landévennec, un monastère carolingien à la pointe de la Bretagne », Les Vikings à Landévennec, actes du colloque Landévennec, les Vikings et la Bretagne, Landévennec, 27 septembre 2013.

Baud A. et Sapin C.
2006-2013, L’abbaye de Cluny et ses origines, Rapport final d’opération, 2006-2013, déposé à la DRAC Bourgogne (SRA) ; publication en cours.

Beyney P.
2013, « Vidiliacus, villa gallo-romaine de Saint-Père », Les Amis de Vézelay, 72-73, p. 35-38.

Bonnet C. et Perinetti R.
1977, Remarques sur la crypte de la cathédrale d’Aoste, Aoste, Musumeci, collection Conservazione dei Beni culturali, Quaderno, 1.

Bourgeois L. (dir.)
2008, « Fortification et résidence des élites au Moyen Âge entre Loire et Garonne », ADLFI. Archéologie de la France - Informations, http://adlfi.revues.org/771, consulté le 21 mai 2015.

Bully S. et Sapin C.
2011, « Les monastères en Europe occidentale (ve-xe siècles). Topographie et structures des premiers établissements en Franche-Comté et Bourgogne », BUCEMA, 15, http://cem.revues.org/11948, consulté le 26 mai 2015.

2014, PCR Monastères en Europe occidentale, Topographie et structures des premiers établissements en France-Comté et Bourgogne, rapport CEM d’Auxerre, déposé à la DRAC Bourgogne (SRA ).

Chaume M.
1931, Les origines du duché de Bourgogne, t. 2, Géographie historique, Dijon, E. Rebourseau.

Cherest A.
1857, « Aperçus historiques sur La Madeleine de Vézelay », Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 11, p. 508-537.

1862, « Étude historique sur Vézelay – Première partie », Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 16, p. 209-525.

1868a, « Étude historique sur Vézelay – Deuxième partie », Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, Année 22, p. 5-631.

1868b, « Additions à l’étude sur Vézelay », Bulletin de la société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 2e série, t.2, vol. 22, p. 101-104.

Deflou-Leca N.
2010, Saint-Germain d’Auxerre et ses dépendances (ve-xiiie siècle), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, collection Congrégations, ordre religieux et sociétés.

Depreux P.
1997, Prosopographie de l’entourage de Louis le Pieux (781-840), Sigmaringen, J. Thorbecke, collection Instrumenta, 1.

Despiney M.-A.
1930, Guide-album de Vézelay, Vézelay, Magasin du Pèlerin de Vézelay.

Ferdière A., Gandini C., Nouvel P. et Collard J.-L.
2010, « Les grandes villae “à pavillons multiples alignés” dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origine et fonctions », Revue archéologique de l’est et du centre-est, 59-2, p. 357-446.

Gaillard M.
2006, D’une réforme à l’autre (816-934). Les communautés religieuses en Lorraine, à l’époque carolingienne, Paris, Publications de la Sorbonne, collection Histoire ancienne et médiévale, 82.

Hubert J.
1959, « Évolution de la topographie et de l’aspect des villes de Gaule du Ve au Xe siècle », dans La città nell’alto medioevo, Actes des VIe semaines d’études du Centro italiano di studi sull’alto medioevo, Spolète, 10-16 avril 1958, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, p. 529-558.

Hugues de Poitiers

Huygens R.B.C. (éd.)
1976, Monumenta Vizeliacensia, Textes relatifs à l’histoire de l’abbaye de Vézelay, Turnhout, Brepols, collection Corpus christianorum, continuatio mediaevalis, XLII, 2 vol.

Lacroix B.
1962a, Le village de Saint-Père-sous-Vézelay dans l’Antiquité, L’Écho d’Auxerre, 41, p. 3-7.

1962b, Le village de Saint-Père-sous-Vézelay dans l’Antiquité (suite), L’Écho d’Auxerre, 42, p. 35-37.

1963a, Le village de Saint-Père-sous-Vézelay dans l’Antiquité (suite), L’Écho d’Auxerre, 43, p. 20-23.

1963b, Le village de Saint-Père-sous-Vézelay dans l’Antiquité (suite), L’Écho d’Auxerre, 44, p. 29-31

1963c, Le village de Saint-Père-sous-Vézelay dans l’antiquité (suite), L’Écho d’Auxerre, 45, p. 19-31.

Le Jan R. (dir.)
1995, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, collection Histoire ancienne et médiévale, 33.

1998, La royauté et les élites dans l'Europe carolingienne (début IXe siècle aux environs de 920), Villeneuve d’Ascq, Centre d’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, collection Histoire et littérature régionales, 17.

Lobrichon G.
1993, « Vézelay », dans Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, t. III, Les France, vol. 3, De l’archive à l’emblème, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque illustrée des histoires, 3, p. 317-357.

Louis R.
1938, « L’occupation du sol dans la région de Vézelay, de l’époque gallo-romaine à l’époque carolingienne », Bulletin de la société des sciences de l’Yonne, 5e série, t. 20, vol. 90, p. 39-40.

1946, De l’histoire à la légende, Auxerre, Imprimerie Moderne, 3 vol. (vol. 2 et 3 parus en 1947).

Marrier M. (Dom) et Du Chesne A.
1915, Bibliotheca Cluniacensis, Mâcon, Protat, rééd.

Martin N.-L.
1832, Précis historique et anecdotes diverses sur la ville et l’ancienne abbaye de Vézelay, Auxerre, Gallot-Fournier.

Meunier P.
1883, Iconographie de l’église de Vézelay, Avallon, E. Odobé.

Monceaux H.
1895, « Vézelay en 1610 », Auxerre, Annuaire historique du département de l’Yonne, 3e série, vol. 9, p. 281-285.

Norton C.
1992, Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Éditions Paris-musées, collection Catalogues d’art et d’histoire du musée Carnavalet, 7.

Nouvel P.
2002a, « Saint-Père », dans Delor J.-P., L’Yonne, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, collection Carte archéologique de la Gaule, 89/1-2, p. 604-613.

2002b, « Vézelay », dans Delor J.-P., L’Yonne, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, collection Carte archéologique de la Gaule, 89/1-2, p. 764-768.

2009, « De la ferme au palais. Les établissements ruraux antiques de Bourgogne du nord, IIe-IVe siècles », dans Leveau P., Raynaud C., Sablayrolles R. et Trément F. (dir.), Les formes de l’habitat gallo-romain. Terminologies et typologies à l’épreuve des réalités archéologiques, actes du colloque AGER VIII, Toulouse, 22-24 mars 2007, 17e supplément d’Aquitania, p. 361-390.

Petit V.
1870, « Vézelay », dans Description des villes et campagnes du département de l'Yonne, recueil de notices historiques, biographiques… concernant toutes les communes du département, Auxerre, C. Gallot, p. 237-280.

Pissier A.
1926, « Les limites de la Bourgogne dans la région de Vézelay », Comptes rendus du 3e congrès de l’association bourguignonne des Sociétés savantes, Auxerre, 5-7 juin 1925, Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 5e série, t. 9, vol. 79, 3e partie, p. 17-18.

Quantin M.
1851, « Restauration de l'église de la Madeleine de Vézelay », Annuaire historique du département de l'Yonne, p. 263-268.

Rat P.
1992, « Bourgogne », dans Pomerol C. (dir.), Terroirs et monuments de France, Orléans, Éditions du Bureau de recherche géologiques et minières, p. 42-61.

Rosé I.
2013, « Les origines de Cluny, le Cluny des origines », dans Iogna-Prat D., Lauwers M., Mazel F. et Rosé I., Cluny, les moines et la société au premier âge féodal, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection Art et société, p. 35-51.

Rosenwein B.
1995, « La question de l’immunité clunisienne », Bulletin de la Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l’Yonne, 12, p. 1-12.

Salet F.
1948, La Madeleine de Vézelay. Étude iconographique par Jean Adhémar, Melun, Librairie d’Argences.

Sapin C.
1976-1977, « L’ancienne abbaye de Pothières », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte d’Or, t. XXX, p. 237-278.

1982, « Les tombeaux de Pothières », Mélanges offerts à René Louis, Paris, p. 889-902.

2000, Archéologie et architecture d’un site monastique, ve-xxe siècles. 10 ans de recherches à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, Paris, Éditions du CTHS.

2012, « L’abbaye de Pothières révélée par le radar », Bucema, 16, http://cem.revues.org/12264, consulté le 21 mai 2015.

Sapin C., Büttner S., Henrion F.
À paraître, « Tailler la pierre en Bourgogne entre IXe et XIIe siècle », dans Timbert A. (dir.), La main, l’outil, la trace : tailler la pierre au Moyen Âge (xie-xiiie siècle), Lille, Presses universitaires du Septentrion..

Sassier Y.
2004, Structures du pouvoir, royauté et Res publica (France, IXe-XIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, rééd., p. 71-92.

Saulnier-Pernuit L. et Stratford N.
1984, La sculpture oubliée de Vézelay, Paris, , Arts et métiers graphique, collection Bibliothèque de la Société française d’archéologie, 17.

Saxer V.
1959, Le culte de Marie-Madeleine en Occident des origines à la fin du Moyen Âge, Auxerre, Paris, Publications de la Société des fouilles archéologiques et des monuments historiques de l’Yonne, collection Cahiers d’archéologie et d’histoire, 3, Clavreuil.

1986, « Le culte de la Madeleine à Vézelay et de Lazare à Autun : un problème d’antériorité et d’origine », Bulletin de la Société des fouilles archéologiques et des Monuments Historiques de l’Yonne, 3, p. 1-18.

Schlesinger S.
2007, « Gotische Romanik-romanische Gotik ? Viollet-le-Duc rekonstruiert den Kreuzgang in Vézelay », dans Hille N. et Müller M. (dir.), Zeiten-Sprünge, Aspekte von Raum und Zeit in der Kunst vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Regensburg, Schnell und Steiner, p. 173-192.

Sommet J.
1879, Topographie statistique, histoire de la ville de Vézelay, Auxerre, A. Gallot , rééd. Vézelay, Librairie le Bleu du Ciel, 1990.

Sot M. (dir.)
2002, Les Gestes des évêques d’Auxerre, t. I, Paris, Les Belles Lettres, collection Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, p. 82-83.

Timbert A.
2009, Vézelay : Le chevet de la Madeleine et le premier gothique Bourguignon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Viollet-Le-Duc E.
1997, Dictionnaire de l’architecture médiévale, t. 3, Cloître, Paris, Bibliothèque de l’image, p. 411.

1873, Monographie de l’ancienne église abbatiale de Vézelay, Paris, Gide, Baur et Detaille, collection Archives de la commission des monuments historiques.

Haut de page

Notes

1 Les recherches historiques récentes et anciennes restent succinctes sur les premiers moments du site : Lobrichon 1993, p. 317-357 ; Sassier 2004 ; Cherest 1857 ; id. 1862 ; id. 1868a ; id. 1868b.

2 Les recherches sur le terrain en fouilles programmées réalisées par le Centre d’études médiévales d’Auxerre se situent dans le cadre général du PCR sur les fondations monastiques en Bourgogne et Franche-Comté. Voir Bully et Sapin 2011.

3 Louis 1946. Sur la date incertaine (avant 863, 860 d’après Chaume 1931, p. 874 ; vers 860 pour Lobrichon 1993, et en 858-859 pour Louis 1946, p. 60, n. 4

4 Huygens 1976, t. 1, charte, p. 243-248.

5 Depreux 1997, p. 156-157.

6 Louis 1946, p. 35, n. 8 : la charte de fondation rappelle cet échange. On retrouve des transactions similaires dans les villae aux origines de Cluny en 825 ou de Perrecy en 839.

7 Depreux 1997, p. 286.

8 Chaume 1931, p. 872.

9 Deflou-Leca 2010, p. 144-158.

10 Louis 1946, p. 32.

11 Le Jan 1995 (pour Girard, cf. p. 255-256).

12 Louis 1946, p. 66.

13 Ibid., p. 60-61 et 86.

14 Pissier 1926, p. 17-18.

15 Sur ces questions, cf. Rosenwein 1995, p. 1-12 ; Rosé 2013, p. 35-51.

16 Huygens 1976, cart. no 1, p. 243-248 ; Louis 1946, p. 63, 86.

17 Huygens 1976, cart. no 2, p. 249-254.

18 Ibid., cart. no 3, p. 255-258.

19 Louis 1946, p. 35.

20 Nouvel 2002, p. 604-613 ; Beyney 2013, p. 35-38.

21 Ferdière, Collard, Gandini et Nouvel 2010, p. 357-446.

22 Ibid. 

23 René Louis proposait une reconstitution étendue des dépendances attachées à la villa. Louis 1938, p. 39-40.

24 Nouvel 2002a, p. 604 ; Nouvel 2009, p. 361-390.

25 Chérest 1962, p. 3-7.

26 Sot 2002, p. 82-83.

27 Louis 1946, p. 42, note 7.

28 Dans le sol de cette construction occidentale, au rez-de-chaussée, nous avons trouvé deux sépultures en coffrage de dalles dressées de forme ovalaire, dont l’aménagement semble avoir été conçu en même temps que les maçonneries de chaînage de la construction (fig. 3).

29 Le sondage limité à 2 x 2 m dans la partie ouest du bas-côté sud a rencontré sous les fondations une maçonnerie avec un mortier différent (cf. Bully et Sapin 2014).

30 L’église a été le lieu d’inhumation des fondateurs et de leur fils mort en bas âge, cf. Sapin, 1982, p. 889-902

31 Sapin 1976-77, p. 237-278.

32 Prospection faite en 2012, par Harold Van Osten, membre de l’équipe du programme international Vix (dir. B. Chaume, UMR Artehis, Dijon), que nous remercions.

33 Sapin 2012.

34 Louis 1946, p. 142.

35 Seules des découvertes au XIXe siècle semblent attester de ces occupations antérieures, cf. Nouvel 2002b ; les vestiges sous le bourg même, interprétés comme antiques, restent incertains cf. p. 766.

36 On peut se demander si une partie de cette fortification ne correspond pas au mur de 1,15 m de largeur construit en mortier de tuileau trouvé en 1895 devant le parvis (Nouvel 2002b, p. 766). Une structure placée en biais sur le plan de prospection radar pourrait également être en relation avec lui (fig. 20).

37 Hubert 1959.

38 Bourgeois 2008.

39 Louis 1946, p. 154.

40 Huygens 1976, cart. no 4, p. 259-261 ; Louis 1946, p. 120, n. 2.

41 Louis 1946, p. 120, n. 3.

42 Gaillard 2006, p. 150 et suiv., p. 172-181.

43 Louis 1946, p. 88. 

44 Sapin 2000, p. 184. 

45 Les campagnes de fouilles de 2010-2013 ont couvert plusieurs secteurs de 200m² environ, qui devaient être rebouchés chaque fois après la saison pour les besoins d’accès au site de l’abbatiale. Dessins et topographie : Gilles Fèvre et Xavier d’Aire, CEM ; Étude de la céramique :  Véronique Durey (CEM). Cette étude sera intégrée dans  une seconde publication sur l’ensemble des fouilles à nouveau en cours  à Vézelay.

46 Coincée sous la berme nord du chantier, elle a été laissée en place sans être fouillée.

47 Poz-66254, 1020 ± 30 BP, entre 969 et 1046 à 90,3% de probabilité.

48 Baud et Sapin 2006-1013.

49 Sapin 2000, p. 184. 

50 Une étude de l’ensemble qui comporte de nombreuses arêtes de poisson a été envisagée, mais le secteur très limité, détruit à l’est par les aménagements postérieurs, ne nous paraît pas représentatif.

51 Poz-52649, 1190 ± 30 BP, 720-944 (95,4%), 769-898 (88,8%).

52 Bardel

,

à paraître.

53 Balcon, Berry et Sapin, à paraitre.

54 Analecta Bollandiana, XVII, 1898, p. 178 ; Louis 1946, p. 163.

55 Marrier 1915, p. 213.

56 Poz-52650, 1120 ± 30 BP, 784-994 (95,4%), 862-994 (93,2%).

57 Voir par exemple à la crypte de la cathédrale d’Aoste, datée du premier quart du XIe siècle ; Bonnet et Perinetti 1977.

58 Louis 1946, p. 158.

59 Saxer 1959.

60 Saxer 1986.

61 Sur les rapports avec Cluny et avec le comte de Nevers, Sassier 2004 ; Timbert 2009, p. 23-28.

62 Louis 1946, p. 180, n. 1.

63 Huygens 1976, p. 566 ; Louis 1946, p. 186 n. 3 ; Hugues de poitiers 1969, p. 162-163. La statue pouvait se trouver dans la niche-confession conservée à l’ouest dans la crypte actuelle. Les observations faites en 1998 et lors des restaurations de 2014 confirment l’antériorité de cette partie probablement établie avec le nouveau chevet d’Artaud fin XIe siècle. Un petit massif enduit pourrait avoir été le socle de la statue ou du tombeau reliquaire, protégé lors de l’incendie par la voûte en berceau de pierre encore existante sous les enduits et badigeons modernes.

64 Timbert 2009.

65 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, d’après Martin 1832, p. LXXXV. Les autres informations proviennent des synthèses de Neil Stratford et des recherches de Susann Schlesinger pour certaines inédites (nous remercions vivement cette dernière, thèse en cours à l’université de Munster, Allemagne), ou par de nouvelles investigations dans les archives municipales non classées ou départementales, complétées par Sophie Roulley (CEM).

66 AD Saône-et-Loire, G.920, fol. 139.

67 AD Yonne, H 1949, rapport des maçons du 9 octobre 1668 : « (…) nous avons visité le cloistre et trouvés deux ailes entières, à l’extrémité de l’une desquelles du costé de la maistrise convient y refaire une thoise de muraille ou environ et que les enrochements des voûtes tombent, ce que nous croyons procéder à cause de la caducité et antiquité desdites voûtes. Les deux autres ailes sont tombées depuis si longtemps qu’il n’y a mémoire d’homme qui les ait vues (…) ».

68 AD Yonne, H.1944, liasse 2, pièces XI, fol. 64v-72 à propos du mur de clôture, de la porte et du perron. On peut voir celui-ci sur les plus anciens dessins de la façade occidentale de Vézelay ; les limites occidentales de la fouille de 2012 ont touché des éléments de cette construction au-delà du mur ouest du cellier.

69  AD Yonne, H 1944, dossier 1516-1776.

70 AD Yonne, 2 O 4016 et série H 1944, à propos des nombreux travaux intervenus jusqu’en 1776 pour la mense abbatiale. L’un des actes stipule en 1758 : « la principale église qui este aujourd’hui une collégiale sous le titre de la magdeleine este un batiment [voste] et, […], dont plus de la moitié est absolument inutile, attendu le petit nombre de chanoines, dont […] cette église, qui a originairement était destinée à contenir 700 religieux…. L’inutilité de la plus grande partie de ce bâtiment en a fait négliger l’entretien par les prédécesseurs de son Éminence, de manière que les voûtes sont fendues dans la plus grande partie, et ont péri de vétusté. »

71 AD Yonne, 2 O 4016, liasse 2 ; 4 et 5 mai 1841 – « Vente par Monsieur et Madame Louis Auguste Bernard Dicquemare de Vézelay à la commune de Vézelay d’une écurie située à Vézelay, Une écurie, située à Vézelay, au lieu-dit le Cloître, tenant d’un long à l’église sainte Marie-Madeleine, au mur de laquelle elle est adossée en appentis, d’autre long à la promenade dit Le Cloître, d’un bout à une remise dépendante du presbytère de Vézelay ; d’autre bout à un petit paysage qui conduit de la dite promenade à l’église. »

72  AD Yonne, 2 O 4016. Il s'agit probablement d'un arc de confortation dont le socle a été retrouvé lors des premières fouilles en 2010.

73  AD Yonne, 2 O 4016.

74 À propos du dessin de Joachim Duviert, cf. Monceaux 1895.

75 Petit 1870, p. 272.

76 Cf. AD Yonne, 74 T 18 : travaux de 1837 à 1847.

77 Synthèse de Suzann Schlesinger, associée à nos travaux et que nous remercions ; Schlesinger 2007, p. 173-192.

78 Martin 1832, p. 286.

79  Le dessin 1352 de la MPA (archives de la médiathèque du patrimoine) est un plan général qui indique schématiquement le tracé supposé du cloître ; Eugène Viollet-le-Duc le reproduit dans sa publication sur l’église abbatiale de Vézelay, cf. Viollet-Le-Duc 1873, pl. 9.

80 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, p. 168-169.

81  Dans le cadre du réaménagement du musée lapidaire de Vézelay, déménagé du premier étage de l’avant-nef dans l’aile est du bâtiment claustral, où il se trouve encore aujourd’hui.

82 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, cat. 293, p. 146 et p. 197-198.

83 Ibid., cat. 209, p. 164 et p. 196-197. Ce chapiteau a été également recopié et installé dans le cloître reconstruit.

84  Elle mesure 0,29 m de hauteur avec un diamètre de 0,17 m.

85 Ibid., cat. 344, p. 164 et 211. Cette citation est notée sur le dessin « FGVlD, no 33105 ».

86 Ibid., cat. 304-306, 322, 346 et 348, p. 164.

87 Sapin, Büttner, Henrion à paraitre.

88 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, p. 197-198.

89 Comme à Cluny pour le cloître attribué à Pons de Melgueil vers 1125, ces chapiteaux non historiés, qui se distinguent de ceux connus des cloîtres du sud de la France par exemple, peuvent renvoyer aux choix de Rome, à la même période, des cloîtres non historiés.

90 Le mobilier céramique et les monnaies recueillies appartiennent aux niveaux de remblais supérieurs et ne permettent pas de dater les couches stratifiées en relation.

91 Huygens 1976, p. 538.

92 Après 1167 selon les travaux de Timbert 2009.

93 Saulnier-Pernuit et Stratford 1984, p. 169.

94 Norton 1992, p. 32-37.

95 Une autre publication des travaux menés sur le site portera plus spécialement sur le lavabo et sur les bâtiments conservés en élévation.

96 Rat 1992.

97 On retrouve ainsi ces filets d’argile non seulement dans les diaclases visibles sur les parois du cellier, mais aussi dans celles de l’affleurement perceptible dans la crypte.

98 Ces poches de vide ont été créées par une dissolution de la roche calcaire sous l’effet des eaux d’infiltration.

99 Cette construction de 16,85 m de longueur sur 6,30 m de largeur et 3,60 m de hauteur (selon Petit 1870, p. 273) présente deux vaisseaux voutés reposant sur une file de colonnes et chapiteaux dont la facture accuse le XIIe siècle. La citerne étant encore remplie d’eau, nous n’avons pu accéder qu’à sa partie supérieure en empruntant le faux-puits du cloître, mais il n’a pas été possible de l’étudier dans ses détails.

100 AD Yonne, c 2 O 4016, liasse 2, An XI. Le rôle de la citerne est clairement mentionné dans les actes de l’époque révolutionnaire : à propos des réparations à l’église « Vu 1e les plans, devis et détail estimatifs des réparations à faire à l’église de Vézelay et autres édifices publics de la commune [...] rédigés le 8 pluviôse par le citoyen Caristie, architecte et montant à 7 002 f. 32 c. que cette église, d’ailleurs remarquable, [...] manque d’eau, et que les habitants ne peuvent s’en procurer pour leurs usages journaliers et en cas d’incendie qu’à l’aide de deux citernes publiques qui ne sont alimentées que par les eaux tombant de la toiture de l’église. […]» Minute du préfet de l’Yonne.

101 AD Yonne, 5 B 16. 1766, 15-20 octobre – « Réparation de la maison du Doyenné, Chapitre de Vézelay, fol. 1v-3r Nous avons reconnu que le bas des murs desdits bâtiments sont dégradés par l’écoulement des eaux de la cour et du cloître qui viennent avec abondance et qui sont souvent entrées dans le bâtiment ce qui est très pernicieux, pour y remédier, il convient baisser la cour de toute la face dudit bâtiment et sur toute la largeur de la ditte cour de dix huit pouces réduit ensuite crépis le bas desdits murs en chaux et ciment dans la hauteur de deux pieds et faire la gargouille pour l’écoulement des eaux, plus sera posé deux marches en pierre dure de six à quatorze pouces de grosseur taillées proprement […] ».

102 Nous pensons ici particulièrement à la préparation originelle du rocher traité différemment sur le site en fonction de son histoire et de ses modes d’occupation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Carte des limites actuelles de la Bourgogne, situant les sites de Vézelay et Pothières, les limites des diocèses et des pagi d’Avallon et du Lassois.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 2 Saint-Père. Les églises Saint-Pierre et Notre-Dame, les découvertes anciennes et l’emprise de la zone résidentielle de l’ancienne villa, d’après P. Beyney et P. Nouvel.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 3 Saint-Père, église Saint-Pierre. Plan des fouilles et chronologie des maçonneries en élévation.
Crédits Dessin CEM 2005
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 4 Saint-Père, église Saint-Pierre. Élément de plaque de chancel carolingien.
Crédits Dessin CEM 2005
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Fig. 5 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan général des fouilles archéologiques (2010-2013) et de l’abbatiale.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 6 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Élévation et coupe du mur bahut US 44.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 7 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan de fouille de la galerie ouest avec ses sols de carreaux en place.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 8 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan de fouille de la galerie ouest avec relevé des structures sous les sols en place.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 9 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan de détail de la partie nord de la galerie ouest avec une partie des sols et des structures en place.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Fig. 10 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé de la sépulture 12.01 creusée dans le rocher.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Fig. 11 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe stratigraphique ouest-est indiquant les sols et remblais successifs de la galerie ouest du cloître.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Fig. 12 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Vue du mur US 110 construit en opus spicatum.
Crédits Cl. CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 13 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé des élévations du mur US 110.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 14 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé et états chronologiques des structures et canalisation dans la partie sud de la galerie ouest.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Fig. 15 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé et position des canalisations en rapport avec l’état 6 du lavabo gothique. La citerne est au nord du secteur.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 16 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Relevé de l’élévation du mur nord du cellier et coupe sur la galerie ouest du cloître.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 17 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Vue du chapiteau roman (XIe siècle) découvert dans les remblais au nord du cellier gothique.
Crédits Cl. CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 18 Plan de Vézelay et des abords de l’abbatiale en 1789.
Crédits AM Vézelay, non coté, cl. CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 771k
Titre Fig. 19 L’abbatiale de Vézelay et ses abords, plan du cadastre de 1819.
Crédits AD Yonne, 3P 5829.07, cl. CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 20 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plan général des prospections géo-radar menées sur l’abbatiale et ses abords.
Crédits CEM-Université de Jussieu
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Titre Fig. 21 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Hypothèses de restitution du plan de l’abbatiale et du cloître du ixe au xiie siècle.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 22 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Vues des principaux éléments sculptés retrouvés dans la zone du cloître.
Crédits Cl. CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 23 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Dessin de Victor Petit (1870) d’un grand bâtiment disparu au sud du cloître (hôtellerie ?).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 978k
Titre Fig. 24 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe élévation ouest-est de la partie occidentale de la crypte indiquant la présence du rocher aplani.
Crédits CEM, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 25 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe transversale sur le transept de l’église et les bâtiments monastiques indiquant le niveau observé de l’affleurement du rocher.
Crédits Dessin ArtGP et CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Fig. 26 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Coupe transversale sur la nef de l’église et le cloître indiquant le niveau observé de la présence de la plate-forme rocheuse.
Crédits Dessin ArtGP et CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Fig. 27 Vézelay, ancienne abbaye Notre-Dame. Plans et axonométries de l’abbatiale et du cloître du IXe au XIIe siècle.
Crédits Dessin CEM
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2838/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Sapin, Fabrice Henrion et Stéphane Büttner, « Les origines de l’abbaye de Vézelay et les débuts de son organisation claustrale (ixe-xiie siècle) », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 59-84.

Référence électronique

Christian Sapin, Fabrice Henrion et Stéphane Büttner, « Les origines de l’abbaye de Vézelay et les débuts de son organisation claustrale (ixe-xiie siècle) », Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2838 ; DOI : 10.4000/archeomed.2838

Haut de page

Auteurs

Christian Sapin

Archéologue, CNRS, UMR 6298 Artehis Dijon.

Articles du même auteur

Fabrice Henrion

Archéologues, Centre d’études médiévales d’Auxerre, associés UMR 6298 Artehis.

Articles du même auteur

Stéphane Büttner

Archéologues, Centre d’études médiévales d’Auxerre, associés UMR 6298 Artehis.

Articles du même auteur

Haut de page

Collaborateur

Sylvain Aumard

Archéologues, Centre d’études médiévales d’Auxerre, associés UMR 6298 Artehis.

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals