Navigation – Plan du site
Bulletin critique

François Blary, Origines et développements d’une cité médiévale: Château-Thierry

Luc Bourgeois
p. 301-302
Référence(s) :

François Blary, Origines et développements d’une cité médiévale: Château-Thierry, Revue archéologique de Picardie, 2013, n° spécial 29, 629 p., 533 fig. et CD-Rom d’annexes, ISSN : 1272-6117, 39 €.

Texte intégral

1Alors que chaque bilan de la recherche française émet des regrets sur la rareté des monographies d’archéologie urbaine et le faible investissement consenti aux petites villes médiévales, il faut saluer la parution de ce volume hors normes sur la naissance et le développement de l’agglomération champenoise de Château-Thierry. Il résulte d’une aventure commencée en 1986, avec la création de l’Unité archéologique de Château-Thierry, ponctuée en 2001 par la soutenance d’une thèse en cinq volumes et qui procure aujourd’hui une première synthèse sur l’histoire de la ville entre l’Antiquité et le xvie siècle. Si l’aboutissement de l’enquête est un travail personnel, l’auteur ne cache pas les nombreuses collaborations suscitées par la patiente construction de ce « kaléidoscope urbain » pendant plus de deux décennies. La richesse de l’iconographie, presque totalement originale, et la forme agréable de la publication font vite oublier le poids du volume. L’ensemble impressionne et seul un lecteur à l’esprit chafouin relèvera quelques libertés prises avec les termes gréco-latins (castra pour castrum, xenodochie pour xenodochium ou polyptique pour polyptyque).

2L’introduction revient sur la notion de « petite ville », abordée de manière quelque peu achronique, sans que cette lecture théorique soit confrontée phase après phase à l’information réunie sur l’agglomération. Elle est suivie d’un bilan sur les sources disponibles et leur mise en œuvre. Le chapitre suivant (« la formation du paysage ») brosse un tableau géographique et géologique, avant d’envisager deux lectures de la construction du paysage. Le classement thématique des microtoponymes du plan cadastral de 1820 illustre comment les habitants ont désigné leur cadre de vie. S’il n’effectue pas une étude régressive de ces formes (qui constituent un échantillon du corpus toponymique, aléatoirement sélectionné par le géomètre du xixe siècle) et s’il se garde bien de fournir des datations, l’auteur montre bien que les toponymes – qui ont aujourd’hui bien mauvaise presse – constituent une source comme les autres, et qu’il convient désormais d’élaborer les méthodes permettant de les mettre en œuvre dans l’analyse historique. La seconde piste de lecture invite à une analyse morphogénétique du parcellaire, qui fait bizarrement abstraction des progrès récents dans la lecture dynamique des formes (en particulier, ceux du programme sur la morphogenèse des agglomérations médiévales du GDR « Sociétés et cadres de vie au Moyen Âge »). Les formes « circulaires » de la fig. 45 n’emportent ainsi pas la conviction, tant elles paraissent résulter – par isoclinie – des réseaux de chemins en étoile dans lequel elles prennent place.

3Les origines de la ville sont présentées en plusieurs chapitres, à partir de données encore modestes. La présence d’une agglomération secondaire antique au débouché d’un gué de la Marne emprunté par la voie Sens-Soissons est bien attestée. Elle jouit d’un réseau viaire orthonormé, de bâtiments publics et d’espaces artisanaux. L’ensemble s’étiole au Bas-Empire, selon un rythme encore difficile à percevoir. Comme dans son introduction, l’auteur reste ici fidèle à la lecture classique d’un « premier réseau urbain » gallo-romain auquel succéderait un « second réseau urbain » mis en place aux xe-xie siècles. La présence à Château-Thierry de deux agglomérations successives et juxtaposées pourrait aussi donner lieu à une lecture moins segmentée, qui plaiderait pour un glissement progressif – somme toute assez classique – de l’agglomération de fond de vallée vers un ensemble polynucléaire mais centré sur l’éperon voisin. Chef-lieu du pagus Otmensis et lieu d’émission de tremisses mérovingiens, Odomagus/Château-Thierry demeure visiblement un lieu public après l’Antiquité et un point stratégique en marge de plusieurs aires politiques à l’époque mérovingienne. Si la précoce église du village Saint-Martin n’est pas bâtie sur l’agglomération antique, elle pourrait relayer l’une de ses nécropoles et s’ancre à proximité du passage primitif de la Marne. Cette prééminence des abords de la voie antique s’est perpétuée à travers l’anomalie que constitue l’absence d’église paroissiale au cœur de la ville médiévale, Saint-Martin comme Saint-Crépin s’élevant dans les marges occidentales de Château-Thierry. C’est peut-être dans ce secteur qu’il faudrait localiser le vicus du haut Moyen Âge (dans une dualité vicus/castrum qui connaît de nombreux parallèles dès la période mérovingienne). L’occupation de la colline du château aux ive-ve siècles fait en effet émerger un second pôle, dont la nature militaire est encore difficile à plaider, faute de mobilier caractéristique et de structures fortifiées. La difficulté de lecture des « terres noires » qui s’accumulent au viie-viiie siècle dans cet espace ne permet guère d’interprétations mais l’émergence dans les sources du castrum Theoderici porte la marque de la puissante famille des Thierry, dont est issue la mère d’Herbert Ier de Vermandois, lui-même descendant des Carolingiens.

4À partir de l’acquisition du site par les Vermandois, l’articulation des textes et du terrain devient un peu plus aisée. Une première enceinte en bois entoure la colline dans la seconde moitié du ixe siècle. Au début du siècle suivant, le castrum abrite un sanctuaire qui recueille les reliques de saint Cénéric. Il est renforcé par une enceinte alternant tours en pierre et courtines en bois (le flanquement systématique proposé sur la fig. 112 constitue sans doute une ­extrapolation un peu forte) et le premier état de la Tour Thibaud – peut-être à ce stade une aula sur salle basse – est érigé en barrage d’éperon. En contrebas, des bribes d’informations plaident pour le développement d’un burgus, sommairement mis en défense dès 934. Il faut attendre le siècle suivant pour voir apparaître des traces d’occupation Outre-Marne. Cette extension sur l’autre rive interroge d’ailleurs sur la date de déplacement du point de traversée de la rivière, le pont de pierre n’étant documenté qu’à partir du xiie siècle.

5L’évolution du complexe castral du xiie au xvie siècle fait l’objet d’une analyse très détaillée, à travers les fenêtres ouvertes par la fouille et l’analyse des importants vestiges qui demeurent en élévation. Deux campagnes de travaux initiées par les comtes de Champagne sont particulièrement importantes : celle menée par le Thibaud II dans les années 1120 (enceinte en pierre, surélévation de la tour Thibaud) et celle de son descendant Thibaud IV au début du xiiie siècle, qui fut achevée par le pouvoir royal. Les importants terrassements de cette dernière campagne amènent un doublement de la superficie du château (qui couvre désormais 2,6 ha et possède deux larges basses cours). Le site devient ensuite une résidence royale d’apparat (dont témoigne une remarquable cuisine du xive siècle) et son adaptation à l’artillerie à poudre reste modeste et relativement tardive.

6Le développement de la ville amène la construction de deux nouvelles enceintes urbaines, la première dans les années 1120-1130, la seconde entre 1230 et 1270. Si le débouché du pont fait l’objet d’une importante entreprise de renforcement à l’aube des Temps modernes, des levées de terre adossées au parement interne de l’enceinte sont venues conforter les défenses à partir du xive siècle. L’essor du quartier d’Outre-Marne à la même époque engendra une mise en défense plus légère. En marge de cette analyse très fouillée de chaque élément des fortifications, la présentation de l’original fort Saint-Jacques (p. 310 suiv.), aumônerie établie dans l’enceinte du xiiie siècle à proximité du pont, laisse ouvertes un certain nombre de questions sur la nature de ce bâtiment.

7L’infrastructure religieuse de Château-Thierry est assez atypique : deux églises extra-muros et une collégiale desservant le château assurent le service paroissial. Elles sont complétées par une série de chapelles urbaines et péri-urbaines. Les ordres mendiants s’implantent très tardivement (couvent de Cordeliers fondé en 1488). En revanche, les structures hospitalières étonnent par leur nombre et leur ampleur. Deux abbayes se sont également développées en marge de l’agglomération : les Prémontrés s’installent au Val Secret (1140), après une brève présence dans le château, et les Augustines de la Barre relaient en 1235 une maison-Dieu de fondation récente.

8On le sait, l’étude du bâti civil médiéval est affaire d’opportunités et celui de Château-Thierry n’est que médiocrement conservé en élévation. François Blary a donc articulé cette question par une succession d’éclairages partiels. Le premier concerne le quartier Saint-Crépin, établi hors les murs, et qui représente l’habituel topos du quartier de marché né au débouché d’une porte urbaine (mais nous avons déjà relevé sa localisation dans ce qui a pu constituer un vicus du haut Moyen Âge). Avant la construction d’une halle en bois de 1478, ce marché comtal abritait une vaste grange de l’abbaye de Chézy-sur-Marne convertie en halle, probablement au xive siècle. La réaffectation de cette structure à trois nefs marque-t-elle le passage d’un centre domanial monastique au quartier de marché ou faut-il la considérer comme une structure marchande dès l’origine ? C’est aussi au nord-est de ce quartier que se polarise dès le xiie siècle une importante communauté juive, versée dans l’érudition talmudique mais aussi, plus prosaïquement, dans le travail et le commerce des peaux.

9L’étude des maisons urbaines antérieures au xviie siècle se limite à sept monographies, deux d’entre elles fournissant des exemples particulièrement éclairants d’évolution du parcellaire et du bâti à partir du xiie siècle (fig. 462-463 et 490). La visible frustration de l’auteur dans ce domaine est compensée par une approche systématique des caves, à partir de 220 dossiers qui engendrent une réflexion sur la nature du bâti et sur l’évolution parcellaire. Il définit entre autres la catégorie des caves à couloirs et diverticules, particulièrement bien adaptée au stockage du vin, et dont une récente thèse sur la Normandie a fourni d’autres illustrations.

10Si l’on excepte ces quelques lacunes dans l’analyse urbaine, cette somme consacrée au développement d’une petite ville médiévale fera date et on chercherait en vain une étude monumentale (dans tous les sens du terme !) aussi fouillée pour d’autres agglomérations françaises. Elle fournira de nombreux sujets d’étude aux archéologues et aux historiens, mais nous espérons qu’elle fournira également aux urbanistes et aux élus un outil de réflexion sur le fragile palimpseste que constitue une ville ancienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Bourgeois, « François Blary, Origines et développements d’une cité médiévale: Château-Thierry », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 301-302.

Référence électronique

Luc Bourgeois, « François Blary, Origines et développements d’une cité médiévale: Château-Thierry », Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2845

Haut de page

Auteur

Luc Bourgeois

Université de Caen Normandie, Centre Michel de Boüard-Craham, UMR 6273 (CNRS/Unicaen)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals