Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Luc Bourgeois et Christian Remy (sous la direction de), Demeurer, défendre et paraître. Orientations récentes de l’archéologie des fortifications et des résidences aristocratiques médiévales entre Loire et Pyrénées

François Fichet de Clairfontaine
p. 303-307
Référence(s) :

Luc Bourgeois et Christian Remy (sous la direction de), Demeurer, défendre et paraître. Orientations récentes de l’archéologie des fortifications et des résidences aristocratiques médiévales entre Loire et Pyrénées, Actes du colloque de Chauvigny, 14-16 juin 2012, Chauvigny, Association de Publications Chauvinoises, Mémoire XLVII, 2014, 700 pages, ISBN 979-10-90534-20-9, prix : 60 €

Texte intégral

1Selon Jean Mesqui, la « castellologie » a vécu, du moins celle qui restreint l’étude du château à un simple objet architectural, vu le plus souvent sous l’angle « militaire ». Et les actes de ce colloque l’annoncent dès la page de couverture. La France du sud-ouest, mais qui n’hésite pas à remonter jusqu’au cours de la Loire, pour mieux coller aux anciennes frontières entre Aquitania et Francia, nous offre un étonnant et revigorant aperçu des travaux qui se sont déployés depuis plusieurs décennies. Ils couvrent ainsi les régions d’Aquitaine, de Midi-Pyrénées, de Poitou-Charentes et du Limousin. Mieux, après les colloques de Limoges en 1987 puis de Pau en 2002, celui de Chauvigny atteste une activité véritablement foisonnante durant la dernière décennie. Il aborde ici de multiples champs, très complémentaires, susceptibles de bien cerner, non pas le château dans son acceptation quelque peu académique, mais la résidence aristocratique et les fortifications depuis le haut Moyen Âge jusqu’à l’orée de la période moderne. Plus encore, ce colloque traduit la vitalité d’une communauté de chercheurs appartenant à diverses institutions et qui savent travailler ensemble. Au moment où l’inquiétude perce sur le renouvellement des postes universitaires au détriment des archéologues médiévistes, démonstration est faite qu’il existe pourtant bien une relève et que l’excellence est présente. Sans doute, ces propos appartiennent-ils plus à la conclusion d’un compte rendu de lecture, mais il fallait les mettre en exergue pour mieux dresser la table et présenter les mets !

2Ces actes sont structurés de manière à pouvoir embrasser l’ensemble des principaux axes de recherche et des champs d’intervention. Ils sont ainsi subdivisés en cinq parties : « Bilan des opérations archéologiques menées depuis 2002 », « Genèse de l’habitat fortifié et élitaire médiéval (vie-xie siècle) », « Morphologie ; tendances et particularités de l’habitat castral du Sud-Ouest de la France », « Mises en scènes. L’architecture du pouvoir laïc en représentation (affichages, recyclages, détournements) » et « Derrière les murs : des mots et des objets ». On le devine d’emblée : Demeurer, Paraître, Défendre constituent trois verbes qui embrassent un vaste sujet qui poursuit le colloque de Pau consacré aux Résidences du pouvoir, pouvoirs de la résidence. Le premier chapitre traite du bilan des opérations conduites sur les dix dernières années, vues toutefois uniquement sous le prisme des dossiers examinés par la commission interrégionale de la recherche archéologique du sud-ouest, ce que les auteurs n’ignorent pas. Il faudrait pousser plus avant l’enquête en questionnant toutes ces sociétés savantes, associations de soutien à la protection ou à la conservation, plus largement le monde du bénévolat, si utile, et les initiatives même de villes et communes, pour mieux embrasser le mouvement dans lequel chacun peut avoir sa place. Revenons aux chiffres pour noter que, globalement, ils traduisent une baisse du nombre des opérations de terrain dont les raisons sont multiples. Mais cette baisse n’est pas générale sur tout le territoire embrassé, car si le Périgord reste assez peu étudié, la partie centrale du massif pyrénéen a connu une évolution positive. Deux constats doivent être mis en avant. C’est d’abord la diminution des opérations de longue haleine. Certes, à moins de disposer d’une structure forte pérenne et d’une forte capacité « personnelle » de renouvellement sur la durée, chacun sait la difficulté d’aboutir à une publication de synthèse au bout de quinze voire vingt ans de recherche et plus ! À l’inverse, on peut s’inquiéter de projets d’opération plus courts, de l’ordre d’une à deux triennales au maximum, forçant parfois le résultat « à tout prix » pour – au pire – espérer une reconduite ou un financement. Ils couvrent peu ou prou un site et sont souvent susceptibles de nous laisser au milieu du gué ! On notera ainsi que la logique budgétaire a pu prévaloir sur la mise en œuvre de moyens adaptés à des objectifs scientifiques et que les résultats ne sont alors pas toujours à l’unisson d’une analyse exhaustive et fine. Enfin, il n’est pas certain que les projets collectifs de recherche puissent, en ce domaine, suppléer à ce manque. Le second constat est, lui, révélateur du renouveau de la discipline avec une analyse qui se porte maintenant sur le long Moyen Âge et de manière importante sur la phase alto-médiévale dont on a commencé à entrevoir les marqueurs. Preuve en est que la datation de nombreux sites est aujourd’hui davantage ancrée sur la fin de la période carolingienne et non plus seulement contemporaine des xie-xiie siècles. Ailleurs chacun connaît les acquis sur la genèse et l’évolution des grands castra et oppida étudiés dans le sud, pour la période allant de l’antiquité tardive au début du Moyen Âge. Pour le Sud-Ouest, on commence aussi à mieux saisir par exemple le processus de formation des fortifications de terre et de bois du viiie au xe siècle. Pour terminer, on ne saurait dire à quel point sont appréciables l’inventaire des sites étudiés et la riche bibliographie dressée à l’issue de cette introduction qui campe les objets de l’étude.

3La place manque pour rapporter ici la matière livrée par chaque contribution et surtout ses apports novateurs. Pour autant, des points méritent d’être mis en lumière, au risque de décevoir ceux qui n’auront pas été cités, sachant qu’ils auront d’une manière ou d’une autre aussi apporté « matière » à la réflexion.

4La seconde partie est consacrée à la genèse de l’habitat fortifié et élitaire au haut Moyen Âge et débute par une contribution relative aux palais carolingiens d’Aquitaine, vaste territoire s’étendant entre Loire, Rhône, Pyrénées et Côte Atlantique. À partir d’un réexamen des textes, joint à une analyse spatiale et topographique qu’aucun archéologue ne pourrait renier, Luc Bourgeois et Jean-François Boyer tentent de restituer la genèse et la morphologie des palais qu’on peut définir comme des complexes ou des cours royales, liés à la présence du roi. Ils ont pour nom Angeac, Chasseneuil en Poitou ou encore Doué-la Fontaine. Notons que si les textes nomment les lieux, ils ne cherchent guère à préciser l’emplacement, sans doute évident pour tous aux viiie-ixe siècles. L’analyse est patiente et prudente et fait ressortir plusieurs constats. Les textes soulignent un réseau cantonné au nord de l’Aquitaine, près des frontières et là où elles sont parfois mouvantes sinon l’objet d’enjeux lors de conflits de pouvoir. Tous semblent en position périurbaine, parfois à proximité d’un lieu de culte (Saint-Martial de Limoges, quartier de Saint-Outrille à Bourges où Luc Bourgeois situe le palais en association avec une basilique suburbaine), implantés sur ou à proximité immédiate de vastes espaces fiscaux et souvent en lien avec des espaces cynégétiques dont le prince use volontiers. On notera que plusieurs palais seront abandonnés pendant ou après l’aliénation du fisc dont on restitue l’évolution. Leur morphologie nous échappe en grande partie, si on excepte la mention d’aulae comme de chapelles palatines et sans aucun doute faut-il se défier de toute comparaison avec les palais d’Aix-la-Chapelle ou d’Ingelheim. Riche et novateur par un réexamen des textes en lien avec une analyse morpho-topographique des lieux présumés d’implantation, cette contribution forte d’une grande érudition et d’une approche archéologique situe l’objet dans un contexte aux multiples entrées et ouvre une voie vers l’intervention de terrain qui peut venir questionner et ainsi compléter les tentatives de restitution spatiale. Les contributions suivantes consacrées aux fortifications de la haute vallée du Lot, le château de Termes (Aude), le donjon de Saissac ou le castrum de Pons (Charente-Maritime) abordent la question de la genèse des ensembles castraux, reculant de plus d’un siècle leur date d’érection. Mentionnées le plus souvent à partir du xie siècle (par exemple dans les Miracles de sainte Foy) ou à l’extrême fin du xe, ces constructions élitaires, dont la morphologie semblait un héritage des xie-xiiie siècles, conservent de premiers aménagements souvent d’ampleur. On peut ainsi mentionner le château vicarial de Saissac qui semble issu d’un imposant programme de construction vers le milieu du xe et qui est à la mesure de la puissance des comtes de Carcassonne. À Pons, c’est une turris de la première moitié du xe siècle qui a été mise au jour sous la tour maîtresse des xie-xiie siècles, cette dernière la remployant en fondation. Avec l’étude des grands sites castraux à basse cour aristocratique, relevant du castrum populatum, Christian Rémy pose la question de la réalité des morphologies castrales sur la bordure nord-ouest du Massif Central et de l’organisation sociale et politique en leur sein. Son enquête a permis le recensement de quelque 160 sites, sièges de pouvoirs seigneuriaux et d’habitats fortifiés plurilignagers, associés aussi à des lieux de culte. Il en retient 77 antérieurs à 1150, qui ont des chevaliers résidents (co-seigneurs et milites castri), et un habitat subordonné comme à Agen, Noblat, Turenne ou Ségur. Par plusieurs exemples, il en démontre la variété ; ainsi les castra abbatiaux ou vicariaux fortifiés défendus par des milites castri, pouvant résider en leur sein, dans des enclos attenants, basse cour inférieure par exemple, ou même au sein du village subordonné et de maisons nobles. Comme le note Christian Rémy, on mesure ici le caractère complexe du phénomène castral, qui pose aussi la question de la fonction de nombreux enclos souvent improprement décrits sous le nom trop générique de basses cours. Avec Dimitri Paloumbas-Odile, on suit l’évolution de ce phénomène sur la longue durée, du viiie au xive siècle dans le Haut-Quercy et le Bas-Limousin. Il concerne ici le « peuplement » castral au sein d’une aire tenue par les vicomtes de Turenne et pose la question du lien entre l’évolution du paysage castral et celle du phénomène vicomtal. Trois phases se distinguent ; celle centrée sur la fin du viiie siècle et le début du ixe, avec trois castra (Turenne, Cazillac et Asnense) placés sur le théâtre d’opérations militaires opposant le roi des Francs aux ducs d’Aquitaine et composant des forteresses publiques confrontées aux enjeux d’indépendance de l’Aquitaine. La seconde phase comprise entre le début du xe et le milieu du xiie siècle est celle d’une densification castrale contemporaine d’une montée du pouvoir vicomtal avec la mainmise de la maison de Toulouse qui semble à l’origine de l’émergence de premiers vicomtes à Cahors, Limoges, ou Turenne où se fixera le rameau principal de la famille après un transfert depuis Cazillac. Les auteurs soulignent ici l’existence d’un semi de fortifications allodiales, bien différentes des forteresses publiques, dans un contexte de patrimonialisation. Le mouvement de fondations constaté pour la période 1050-1150 révèle que si certaines constructions sont d’origine vicomtale, d’autres sont nées d’initiatives privées, ce dans un contexte de militarisation croissante de l’aristocratie. De 1150 à 1350 se développe une nouvelle vague de constructions fortifiées dont 41 sont ainsi recensées et qui, si plusieurs relèvent de la maison de Toulouse, des évêques de Limoges ou d’abbayes, ont surtout pour origine l’initiative de la maison de Turenne qui renforce son contrôle sur son territoire. Cette densification s’accompagne d’une diversification morphologique et hiérarchique des créations. Elle se construit ainsi par un essaimage des « repaires » au xiiie, enclos seigneuriaux fortifiés aux mains de milites de second rang, ou encore par l’enclosure de villages ecclésiaux formés de maisons à façades jointives et enserrant église et tours-beffroi, par exemple à Floirac, qui obtient le droit de se fortifier des vicomtes de Turenne vers 1200-1250. On voit ici une politique qui diversifie ses points de contrôle comme l’affirmation de son pouvoir en y associant des centres militaires à des habitats ecclésiaux désormais fortifiés. Avec Talmont (Vendée), on suit l’évolution morphologique d’une forteresse bas-poitevine du xe au xiiie siècle. Implanté au sein d’une ancienne viguerie carolingienne (?), le château se compose d’une grande enceinte au début xie siècle, dépourvue de tour de flanquement. Il abrite alors un grand nombre d’édifices dont une vaste aula et plusieurs constructions résidentielles. S’y associe une fondation religieuse, l’abbaye de Sainte-Croix, dont l’église est précédée d’une grande tour-porche, plus tard remplacée par une turris après le départ du siège monastique. Complété d’un enclos accueillant des chevaliers à devoir de garde, des demeures nobles et dominé par une motte, le site est dans son ensemble proche des grandes résidences de haut rang, connues à Fécamp, Tours ou Andone. Il est singulier par l’association au sein d’un même espace fortifié d’édifices à fonction laïque et d’autres à fonction religieuse. S’il n’y a pas mention ici d’une co-seigneurie, il est possible que la forteresse, davantage un « palais » fortifié à double fonction laïque et religieuse, bien que remise à la garde des Talmont, était à la mesure des comtes de Poitou pouvant l’occuper à titre temporaire. L’existence sur un même site de plusieurs seigneuries offre une autre image – sans doute situé à l’extrême de celle de Talmont – de la morphologie castrale. Ainsi l’exemple des enceintes de Chauvigny (Vienne) nées d’un système de co-seigneurie méritait sa place dans ce colloque. Pour résumer, la morphologie du site semble être constituée dès le xe siècle du château des évêques de Poitiers associé à un enclos aristocratique, la défense étant renforcée du château des Isembert et d’autres plus petits relevant d’autres seigneurs. Les études révèlent ici une association ayant pour objet de former une autorité conjointe œuvrant pour une défense conjointe. L’évolution sera celle de l’affirmation de la co-seigneurie aux xiiie-xive siècles, les travaux renforçant les premières fortifications et l’enclos aristocratique subsistant. Elle est par la suite celle de la mainmise de l’évêque par rachat au xve siècle ; la co-seigneurie disparaissant mais pas les châteaux, pour des raisons défensives, l’ancien enclos aristocratique étant alors entouré d’une enceinte. Plusieurs contributions apportent leur lot d’informations concernant la morphologie autant que l’évolution des forteresses ainsi pour le site de La Garnache (Vendée), l’enceinte circulaire de L’Herm (Dordogne), plus loin – dans l’ouvrage – le château de Ventadour (Corrèze) étudié par B. Pousthomis, le château de Crozant (Creuse) ou l’environnement immédiat de la basse cour (?) d’une motte castrale à Saint-Christophe (Charente-Maritime), une phase de la fin de période carolingienne étant reconnue près de cette dernière. Quoi qu’il en soit, se distingue au travers de ces communications une dynamique bien vivifiante, questionnant autant les origines des sites que leur évolution ultérieure, mariant souvent l’approche des textes voire de l’iconographie subsistante à une fouille adaptée. Avec Anne Berdoy, on revient à l’analyse des morphologies, celles d’espaces habités fortifiés. La contribution concerne les castelnaux de l’Adour (Landes et Béarn), déjà abordés par les travaux de B. Cursente ; A. Berdoy nous en propose une typologie liée autant à la morphologie et à l’évolution des sites qu’à l’action seigneuriale qui en est à l’origine. Ainsi la première génération concerne des castelnaux antérieurs au xiiie siècle, associant dans un même ensemble ovoïde ou étiré, souvent structuré par une rue médiane, espace seigneurial et espace villageois. Le corpus de quelque 60 sites sud-landais comprend peu de fondations ex-nihilo, les vicomtes du Béarn ayant eux une politique de création de sites au xiiie, comme à Garos. La seconde génération voit une scission entre le pôle castral et l’habitat villageois, avec parfois l’élévation d’une motte se surimposant aux enceintes, comme à Samadet au xiiie. L’exemple de Saint-Géours d’Auribat vaut d’être cité. Créé en 1254, le site verra l’effacement du château à motte et l’émergence d’une urbanité, l’ensemble castral étant à la fin du xve siècle remplacé par une vaste demeure, le village se dotant alors de portes maçonnées, d’une rue et de son édifice religieux. Les exemples suivants, celui du château de Grignols en particulier, apportent leur contribution aux relations entre le pôle castral, l’habitat noble des milites résidents formant le castrum populatum et le pôle villageois formé d’une rue principale, d’une protection avec ses murs jointifs et d’un édifice religieux. À partir du résultat des fouilles, sont ensuite décrits les sites castraux de Castera (Gironde) et de Montréal-de-Sos (Ariège), dont l’évolution morphologique est restituée. On restera dubitatif sur l’hypothèse avançant l’existence d’une fortification carolingienne à Montréal-de-Sos, à partir d’indices d’occupation qui restent somme toute assez peu nombreux. Quoi qu’il en soit, dans ce dernier cas, le château semble bien en relation avec une captation politique et militaire de la vallée de Sos par les comtes de Carcassonne dans la seconde moitié du xe, puis des comtes de Foix au xiiie. L’évolution ultérieure du castrum, qui semble liée à une activité économique du fer en expansion aux xiiie-xive siècle a donné naissance à une grande forteresse comtale pourvue d’une tour maîtresse dont on notera qu’elle s’est élevée au-dessus d’un tertre artificiel et des vestiges antérieurs. L’auteur suggère une captation symbolique de l’ancien ouvrage. L’exemple de la maison forte de Lacassagne à Boé (Lot-et-Garonne) illustre un tout autre type de construction, ici d’une bastide sur une propriété foncière bourgeoise rurale sur laquelle se manifeste un enjeu social. Indépendamment de l’intérêt des sites mentionnés ci-dessus, on avouera avoir du mal à suivre la logique des contributions qui se sont succédé, après celles traitant des enclos aristocratiques comme des castelnaux et souvent des relations entre milites castri et pôle castral. Elles attestent toutefois du dynamisme des fouilles, et de leur apport au phénomène castral tant sur le plan morphologique que dans le rôle d’encadrement des élites ou du pays.

5La troisième grande partie des actes traite de l’usage de la fortification dans la représentation des pouvoirs et l’affirmation d’enjeux politiques. Sans doute plusieurs sites castraux précédemment cités y participent-ils, comme la tour Lacassagne. Mais ici, les recherches conduites sur l’évolution de la « magna porta » antique de Périgueux comme sur les enceintes de Bordeaux, plus loin sur l’enceinte de Saint-Émilion, sont particulièrement bien adaptées aux questionnements. À Périgueux, une lecture attentive des élévations subsistantes de l’une des portes maîtresses de l’ancien castrum ainsi qu’un choix judicieux de sondages au-devant de celle-ci, auront permis de comprendre l’évolution de la voie d’accès à la ville depuis le ive siècle et de l’aménagement du contrôle d’accès à la porte, jusqu’à sa condamnation vers 950-1000. La création d’un mur qui s’avère constituer la façade d’une construction prestigieuse autonome, à deux niveaux et percée de baies géminées, modifie notre compréhension de l’édifice. En toute logique, les auteurs se sont interrogés sur cette reconversion de la porte de Mars, qui peut s’apparenter désormais à une demeure prestigieuse, des comparaisons étant possibles avec Nîmes et la Porte d’Arles reconvertie en castellum au xe-xie siècle. À l’évidence, la mainmise sur la porte de Périgueux par la famille de Périgueux peut s’inscrire dans une confrontation de pouvoir entre ce lignage et les évêques et, à juste titre, les auteurs évoquent ici un processus d’insertion des enjeux politiques dans l’infrastructure de l’enceinte urbaine, le tout dans un mouvement qui conduit à la militarisation de l’aristocratie bénéficiant peut-être ici d’une délégation de charges militaires (?). La réutilisation d’un monument antique se retrouve aussi à Toulouse avec l’exemple de la porte Narbonnaise dont les fouilles effectuées en 2004-2005 ont révélé l’évolution, notamment celle de la tour orientale flanquée de trois grands contreforts au début du xiie siècle, un mur venant aussi barrer l’accès à la porte antique, comme à Périgueux. Sans entrer dans la démonstration qui est convaincante, laquelle évoque entre autres la représentation du château sur un sceau comtal, on constate que cette porte, résidence du pouvoir comtal au début du xiie siècle et donc « castralisée », s’inscrit dans l’affirmation du pouvoir comtal. L’architecture antique est bien mise au service d’une revendication dynastique, l’exemple de la Porte d’Aix rappelant par ailleurs qu’il s’agit d’un comportement que partagent d’autres puissants lignages. Le processus qui conduit à l’appropriation symbolique et politique d’architectures se retrouve aussi dans le cas de Bordeaux, où sont concernées successivement l’enceinte antique et la seconde enceinte dite de Saint-Éloi, édifiée au début du xiiie siècle. Dans le premier cas, les interrogations sur les usages ou significations de l’enceinte antique envisagent que celle-ci ait été conçue comme un monument dans la ville, faisant ainsi partie de la parure urbaine, laissant du reste de côté, extra-muros, des monuments emblématiques de la cité antique. Les étroites relations topographiques entretenues précocement entre celle-ci et le siège du pouvoir épiscopal ne sont pas anodines. Elles suggèrent un processus d’assimilation de l’enceinte en un lieu d’affirmation du pouvoir, voulu pérenne, comme la domus des Bordeaux à Puy-Paulin. Certes « l’enceinte modifie les lois de la gravitation urbaine », mais à quel point les développements ultérieurs à sa création étaient-ils originellement envisagés ? L’enceinte de Saint-Éloi, bâtie au sud de l’enceinte antique, au début du xiiie siècle et après les destructions qui ont accompagné l’assaut des Castillans, offre une physionomie particulière avec deux systèmes défensifs. Elle est, côté terrestre, formée de murs jumelés avec des tours de flanquement et de grands châtelets d’entrée encadrés de deux à quatre tours. Côté Garonne, elle est constituée de l’alignement des façades de maisons. Ce long monument a une origine évidemment défensive. Mais on constate que l’hôtel de ville et l’église de la Jurade ou église Saint-Éloi ont rapidement occupé les infrastructures de l’enceinte, utilisant ses murs et intégrant en partie les tours de la porte Saint-Éloi. Cette proximité de deux lieux complémentaires, se faisant face et insérés dans l’enceinte, illustre ici l’affirmation des pouvoirs auxquels prétend l’institution municipale. La fortification a donc vite perdu son rôle protecteur pour ne plus être qu’une sorte d’apparat défensif à valeur fortement symbolique et politique. L’un des exemples suivants, celui de la tour du palais des rois d’Aragon à Millau (Aveyron) montre bien aussi à quel point la valeur davantage ostentatoire que défensive peut s’attacher à un monument, ici affirmant la puissance et les prétentions d’Aragon dans les luttes l’opposant à la maison de Toulouse. Dans un tel contexte, la morphologie de l’exceptionnelle enceinte de Saint-Émilion semble constituer un aboutissement ultime. La ligne de défense est constituée ici de l’alignement des façades des maisons, mais percées de fenêtres hautes et étroites, peu caractéristiques donc de fentes de tir. L’un des éléments les plus emblématiques, parmi ceux conservés, forme le Palais Cardinal, caractérisé par un alignement rapproché de baies et un raffinement des décors sculptés. À l’évidence, il y a là monumentalisation de l’enceinte qui semble bien affirmer son rôle de « clôture symbolique » entre monde de la ville et monde de la campagne, affirmation aussi sociale et politique d’une élite. Les auteurs évoquent le « mythe d’une muraille forte », mais qui l’est sans aucun doute dans ses prétentions ! Plusieurs contributions interrogent par la suite ces signes de pouvoir au sein même de forteresses qui sont elles-mêmes, on ne peut en douter, des signaux de pouvoir sur un territoire. Les exemples offerts par le château de Ventadour ou celui de Crozant sont probants. La forteresse de Villebois-Lavalette (Charente) l’illustre aussi à plusieurs titres, le moindre étant d’avoir révélé la complexité morphologique de ce site. La mise en évidence d’un grand édifice du début xiiie siècle, à la jonction de la basse cour et du noyau castral, formé d’un niveau de service sous une grande salle, relève d’un programme peut-être de défense, plus certainement d’apparat, avec l’affirmation de la puissance seigneuriale. Sa situation à l’emplacement d’un tertre castral doit aussi être notée, comme elle l’a été pour la tour maîtresse de Montréal-de-Sos, offrant ici un nouvel exemple de la mainmise voulue pérenne et plus que symbolique d’un lignage sur un site.

6La dernière partie des actes traite des mots comme des objets, ouvrant les réflexions sur deux domaines auprès desquels les archéologues doivent venir enrichir leurs problématiques. Cette partie est issue de deux tables rondes ayant poussé l’enquête d’une part sur le vaste champ lexicographique au sein duquel la résidence élitaire fortifiée ou non semble à priori se noyer, d’autre part sur les aspects relevant de la culture matérielle, la question première étant de savoir s’il existe « une expression mobilière du mode de vie élitaire », ce simple énoncé nous engageant à une remise en question d’évidence ! Parlons d’abord du vaste champ lexicographique et du premier résultat des enquêtes conduites sur les textes concernant cinq espaces géographiques et historiques du Sud-Ouest, de la Creuse à l’Ariège et les Pyrénées-Atlantiques. Celles-ci dépendent bien évidemment de la richesse des sources, très variable d’un secteur à l’autre ; le corpus textuel est par exemple bien réduit sur l’espace correspondant au Béarn et au Pays Basque. « Tout se complique ! » pourrait-on dire en remarquant par exemple que certains mots ne sont pas réservés au seul label castral, comme domus en Gascogne, ou en cherchant la signification des termes ou leur adéquation à une certaine réalité, la différenciation des mots (castrum/castellum) ne traduisant pas toujours une différenciation morphologique ou politique. Comme le note F. Boutoulle pour son corpus des désignations de la moyenne et petite résidence aristocratique en Gascogne occidentale, la formation des rédacteurs a longtemps laissé à désirer et a conduit à une certaine volatilité des termes. Ainsi sur un corpus de 60 occurrences livré avec un tableau de recensement, il constate que les résidences de la petite aristocratie rurale ne sont pas nommées différemment de celles des habitats paysans. Des changements sur le long terme sont toutefois constatés, avec l’émergence de termes plus spécifiques comme manerium et domus fortis, en grande partie à la fin du xiiie et sans doute grâce à la chancellerie anglaise ; ce que l’on retrouvera aussi dans l’Entre-deux-Mers bazadais. Le plus souvent le scribe ne cherche pas à caractériser plus avant la résidence, car il n’en éprouve pas le besoin ou que la spécificité de la résidence ne lui semble pas suffisamment marquée, sauf lorsqu’il s’agit de nommer un site de nature très particulière ou nouveau. Florence Guillot à propos de la documentation ariégeoise précise bien l’émergence de termes comme spulga, qui décrit la grotte fortifiée. Dans l’Entre-deux-Mers bazadais, compris entre Dordogne et Garonne, Sylvie Faravel montre une évolution lexicographique avec l’emploi préférentiel des mentions de castrum, castellum, voire oppida ou motta avant le xiiie siècle, puis le développement du fortalicium (plutôt une maison forte ici), le terme castellum disparaissant. Ce n’est enfin qu’à partir du xiiie que les termes génériques désignant une résidence aristocratique apparaîtront. On peut du reste se demander si, pour partie, l’évolution sémantique n’est pas liée au fait que la différenciation morphologique a pu s’estomper entre la résidence aristocratique et celle de la haute paysannerie ou de la bourgeoisie ? Il était peut-être nécessaire de différencier autrement l’habitat aristocratique. Dans le Limousin, abordé par la riche contribution de Christian Rémy, on constate l’existence de nuances hiérarchiques dans les termes, avec l’emploi des mots repayrium, hebergamentum qui désigneront des résidences de la noblesse de second rang. Son étude permet de sérier les termes désignant les uns la construction, les autres des composantes spatiales (comme le barri ou la basa curtis) ou encore des éléments particuliers (poterne, porte maçonnée, etc.). Pour terminer, Hélène Débax discute du terme très particulier de bisturris, présent dans le sud et sud-ouest et dont la signification a été sujette à discussion, certains l’ayant cru en lien avec la notion de co-seigneurie. L’analyse des textes suggère qu’il s’agit bien d’une construction maçonnée constituant un élément particulier d’une fortification ou d’une muraille, comme une petite tour placée au-devant de la fortification ou accolée à celle-ci. La contribution qui permet de mieux comprendre la réalité du terme aurait sans doute gagné à être accompagnée d’exemples de bistours. La seconde table ronde concerne l’analyse des mobiliers comme marqueur ou non d’un mode de vie élitaire, voire de la nature du site occupé. On ne peut qu’apprécier à ce sujet le rappel que fait Luc Bourgeois des diverses significations de l’objet, qui ne peut et ne doit pas être vu seulement sous l’angle du beau ou du datant, mais peut être, à divers titres, seul ou le plus souvent en association avec d’autres objets, comme un marqueur de mode de vie élitaire. Ainsi il peut exprimer par lui-même, et en relation avec le site ou l’aire étudiée, des usages pouvant relever de savoirs-faire, de comportements sociaux ou économiques, de symboles, etc. À ce sujet on rejoindra l’auteur qui prône la constitution de « vrais » catalogues exhaustifs des mobiliers découverts en fouille, ne se bornant pas ainsi à être une simple illustration des beaux objets voire d’éléments utiles à la datation. Ces vrais corpus pourront soutenir des analyses internes plus poussées et de vraies comparaisons, pour une approche plus systémique de l’expression mobilière du mode de vie élitaire en opposition ou non à celui de la société paysanne. Au-delà des catalogues, ces collections permettraient de s’interroger sur des thèmes comme les marques de distinctions au sein de la culture matérielle, la définition des constructions élitaires comme centres de production, de collecte et de consommation. Il y a du travail, d’autant que bien souvent l’approche que l’on peut avoir de certaines catégories de mobiliers peut être marquée par l’image forte de la composition ternaire de la société médiévale distinguant les trois ordres et accordant à chacun ses marqueurs. Rien n’est moins évident et Michel Barrère le rappelle très justement avec l’exemple des accessoires et autres pièces métalliques du vêtement issus des fouilles. Ces derniers, comme il ne note pour le xive siècle, relèvent plus de la mercerie que de l’orfèvrerie et on se défiera ainsi de considérer l’objet vu sous l’effet de loupe en le distinguant de son contexte mobilier et immobilier. On ne peut que le rejoindre lorsqu’il considère qu’il semble que celui-ci « ne fasse pas davantage l’élite que l’habit ne fait le moine […] la pointe de flèche l’homme d’arme ». À ce sujet, les réflexions conduites par Frédéric Boutoulle poursuivent le débat sur la question de « typer » socialement un habitat ou un ensemble mobilier pour identifier des comportements élitaires. À juste titre, la question peut aussi être celle de savoir de quelle élite on parle, une zone d’indétermination plus ou moins large existant entre les aristocrates et la haute paysannerie ou la bourgeoisie ambitieuse des villes. L’auteur cite le cas des prud’hommes de Gascogne occidentale aux xiie et xiiie siècles, en fait des paysans aisés assurant des rôles de médiation du dominium. Il évoque ainsi une certaine « viscosité du concept élitaire » avec des comportements visant à s’identifier à l’élite ou se réclamer de celle-ci. Comme il l’écrit, on constate que les notables paysans ne se satisfont plus de la seule proximité sociale avec les seigneurs locaux. On pourrait par ailleurs rappeler l’exemple de l’enceinte Saint-Éloi de Bordeaux, qui manifeste le souci de la légitimité politique, voire d’un partage de mêmes valeurs de la part du corps municipal. Car si l’élite aristocratique dispose d’un capital honorifique ou encore symbolique, il faut reconnaître que les élites paysannes ont pu aussi disposer (sinon s’inventer) un capital culturel mais aussi symbolique, ou encore social fait d’interrelations plus serrées qu’on ne le pensait. Mieux, le mythe du paysan et de la communauté urbaine désarmés dans une société vue sous l’angle ternaire et au travers d’un discours officiel doit être fortement nuancé. On en jugera avec l’exemple de la convocation des hommes du pays de Gosse et du Marensin en 1242 et de la mention d’arbalètes aux mains des milices du Dacquois.

7À l’issue de la lecture de cet imposant ouvrage, du reste d’un poids conséquent, on peut mesurer l’ampleur de l’évolution de la recherche depuis plus d’une dizaine d’années dans le Sud-Ouest de la France. Même si des exemples peuvent être retenus, par exemple en Bretagne, avec la mise au jour d’habitats fortifiés du haut Moyen Âge, ou en Bourgogne et Île-de-France sur l’habitat élitaire, ailleurs sur des enclos aristocratiques ou l’analyse de la genèse des forteresses princières normandes, force est de constater, en premier lieu, que le Sud-Ouest montre la voie et est siège d’un renouveau (le titre du colloque évoque les « orientations récentes ») qui a contrario pointe désormais le retard du nord. Les raisons en sont multiples, et le colloque en offre plusieurs : l’objet d’enquête n’est plus le château dans son acception classique, mais la résidence aristocratique, voire élitaire pour élargir le propos, fortifiée ou non et interrogée au regard de son environnement. Les recherches couvrent dorénavant un champ ouvert de possibilités, interrogeant une diversité typologique que l’on peine à maîtriser, comme le révèlent les études lexicographiques ou les formes des sites et monuments présentés. Elles croisent surtout le regard de l’historien, de l’archéologue/architecte du bâti et de l’archéologue, abordant ainsi la construction sous divers angles dont ceux des signes de pouvoir. Manque sans doute le spécialiste de l’environnement pour analyser le paysage plus ou moins grand et élargi, modelé par la construction élitaire. Mais ce colloque aux approches sociologiques comme anthropologiques ouvre des voies. Ainsi l’analyse lexicographique appelle à l’évidence une vérification sur le terrain, l’étude du bâti devrait se multiplier sur les habitats de la petite aristocratie ou plus largement des élites – que l’on peine il est vrai à bien caractériser –, les études sur les palais, castra ou oppida du haut Moyen Âge devraient se développer, etc. Le colloque de Chauvigny n’est finalement pas un colloque conclusif, plutôt un rendez-vous faisant la part des acquis pour mieux signifier les voies à explorer plus avant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Fichet de Clairfontaine, « Luc Bourgeois et Christian Remy (sous la direction de), Demeurer, défendre et paraître. Orientations récentes de l’archéologie des fortifications et des résidences aristocratiques médiévales entre Loire et Pyrénées », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 303-307.

Référence électronique

François Fichet de Clairfontaine, « Luc Bourgeois et Christian Remy (sous la direction de), Demeurer, défendre et paraître. Orientations récentes de l’archéologie des fortifications et des résidences aristocratiques médiévales entre Loire et Pyrénées », Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2847

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals