Navigation – Plan du site

Les carreaux de pavement en terre cuite du xviie siècle du jeu de paume du roi à Versailles (Yvelines)

Premiers jalons pour la constitution d’un corpus francilien
17th- century Terracotta Floor-Tiles from the Royal-Tennis Court at the Palace of Versailles. Ground-Work for establishing an Ile-de-France Corpus
Bodenfliesen des 17. Jhs. aus dem königlichen Ballhaus in Versailles
Emmanuelle du Bouëtiez et Jean-Yves Dufour
p. 131-152

Résumés

Plus de 1400 éléments de pavement en terre cuite ont été mis au jour sous la cour du Grand Commun du château de Versailles. Ils proviennent principalement du jeu de paume construit pour Louis XIII et de la maison du paumier. Leur intérêt réside non seulement dans leur calage chronologique bien affirmé – une cinquantaine d’années – mais également dans la présence de séries numériquement importantes permettant de nombreuses observations sur leur mode de fabrication. Souvent trouvés à l’état de débris, ces carreaux non décorés, d’une grande simplicité et peu attrayants ne sont que rarement étudiés. Cet article pose les premiers jalons dans la constitution d’un corpus francilien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dufour (dir.) 2013.
  • 2 Nous appelons carreaux les éléments carrés et tomettes les éléments hexagonaux.
  • 3 Bouëtiez 2013a.

1En 2007, sous la cour du Grand Commun du château de Versailles (Yvelines) (fig. 1), ont été mis au jour un cimetière mérovingien, quelques traces d’occupation du Moyen Âge et de nombreux vestiges modernes du XVIIe siècle1. C’est parmi ces derniers que furent découverts plus de 1400 éléments de pavement en terre cuite composés de carreaux et de tomettes2 conservés in situ ou en remblai3.

Fig. 1 Emplacement de la fouille du Grand Commun du château de Versailles.

Fig. 1 Emplacement de la fouille du Grand Commun du château de Versailles.

© Château de Versailles

2L’intérêt de ces découvertes réside non seulement dans leur calage chronologique resserré, entre 1630 et 1681, soit une cinquantaine d’années seulement, mais également dans la présence de séries numériquement importantes, permettant des observations sur les modes de fabrication. C’est pourquoi, au-delà d’une simple présentation typologique, nous insisterons sur la technologie de ce mobilier. La prise en compte de cette donnée, tout comme on le fait pour la céramique, amène à considérer la notion de production, et donc d’atelier, dont nous ignorons à peu près tout pour le XVIIe siècle.

  • 4 Chapelot, Chapelot et Rieth 2009 ; Crépin-Leblond et Rosen (dir.) 2000.

3Souvent trouvés à l’état de débris et de façon anecdotique, les pavements en terre cuite ne sont que très rarement étudiés. Deux raisons peuvent expliquer cette relative mise à l’écart. La première est qu’il s’agit d’éléments de construction très modestes. Ils ne sont pas décorés et sont donc peu attrayants comparés aux carreaux ornementaux glaçurés ou en faïence d’époque médiévale et moderne qui ont, depuis des décennies, retenu l’attention des archéologues, historiens ou historiens d’art4. La seconde est qu’ils ne constituent pas à l’heure actuelle, faute d’études, des marqueurs chronologiques précis, contrairement à la céramique, et ne sont donc pas, ou très peu, utilisés par les archéologues pour dater leurs sites.

  • 5 Dépouillement effectué en 2013.
  • 6 Responsable d’opération : J.-Y. Dufour. Étude des TCA : Ravoire 2001.
  • 7 Responsable d’opération : M. Viré. Étude des TCA : Bouëtiez 2013b.
  • 8 Responsable d’opération : I. Caillot. Étude des TCA : Charles 2012.
  • 9 Responsable d’opération : S. Hurard. Inventaire des TCA : G. Driwla.
  • 10 Responsable d’opération : P. Celly. Étude des TCA : E. du Bouëtiez.
  • 11 Responsable d’opération : J.-Y. Dufour. Dufour, Péru et Ardouin 2010.
  • 12 La Grille royale du château de Versailles est située à 200 m au nord de la cour du Grand Commun. R (...)

4Après dépouillement des publications et des rapports de fouilles d’Île-de-France5, seuls sept autres sites récemment fouillés ont livré un tel mobilier : les châteaux de Roissy-en-France (Val-d’Oise)6, d’Écouen (Val-d’Oise)7 et de Montmorency (Val-d’Oise)8, le fort Saint-Sébastien à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)9, le site urbain du 45, rue du Faubourg Saint-Antoine (Paris 11e)10 et le site d’habitat d’Orly, 11-13 rue Bonin (Val-de-Marne)11. Nous incluons également les découvertes faites sur une tranchée de fondation de la Grille royale du château de Versailles12.

5Cet article se propose de poser les premiers jalons dans la constitution d’un corpus de carreaux de pavement modernes, non décorés, d’Île-de-France et de mettre en lumière ce qu’il est possible de tirer de leur examen attentif.

1. Chronologie du site et contextes architecturaux

  • 13 Le Guillou 2006 ; Id. 2011 ; Le Guillou etLe Guillou 2013.

6La période concernée par notre étude se place à la charnière des règnes de Louis XIII et de Louis XIV. Les données chronologiques retranscrites ici sont empruntées aux ouvrages de Jean-Claude et Isabelle Le Guillou, historiens du village et du château de Versailles, et à leur étude archivistique entreprise dans le cadre de la fouille du Grand Commun13.

7En 1630, Louis XIII réaménage son relais de chasse versaillais. Grand amateur et excellent spécialiste du jeu de paume, divertissement alors très en vogue, il fait construire un terrain de jeu couvert ainsi que la maison du maître paumier, artisan chargé de la gestion, l’animation et l’entretien du jeu, mais également de la fabrication des raquettes et des esteufs (balles).

8Entre 1665 et 1667, le jeune Louis XIV, intéressé depuis quelques années par Versailles, fait édifier six pavillons de part et d’autre de la place du château. Le pavillon du Roi, destiné au logement d’une partie du personnel attaché à son service, est alors implanté tout à côté du jeu de paume. Le corps principal du bâtiment, dont la construction commence en 1665, est prolongé deux ans plus tard vers le sud par deux ailes basses disposées en équerre.

9Entre 1681 et 1684, le jeu de paume, la maison du paumier et le pavillon du Roi sont démolis pour laisser place au Grand Commun du roi et de la reine. Ce vaste édifice doit accueillir divers offices auparavant installés dans les ailes de la cour royale du château. La construction se fait en deux phases, en l’espace de trois ans. Ce bâtiment subsiste encore aujourd’hui. Il est composé de quatre ailes réparties autour d’une cour centrale. Nos carreaux de pavement proviennent donc des divers bâtiments antérieurs au Grand Commun, ainsi que de quelques niveaux de remblais ou de démolition liés à sa construction (fig. 2).

Fig. 2 Plan des vestiges contenant des TCA.

Fig. 2 Plan des vestiges contenant des TCA.

© J.-Y. Dufour, M. Belarbi, Inrap

1.1 Le jeu de paume (1630-1681)

10Le bâtiment destiné au jeu de courte paume, œuvre de Philibert Le Roy, est un vaste édifice rectangulaire, orienté nord-sud, d’une longueur de 34,5 m pour une largeur de 14 m hors œuvre. L’aire de jeu est bordée sur les côtés nord, sud et ouest par une galerie destinée aux spectateurs ; un petit muret en marque la limite. La quasi-totalité de la superficie du bâtiment était concernée par les fouilles. Le sol de la galerie occidentale était particulièrement bien conservé dans sa moitié nord (fig. 3). Les terres cuites, encore en place, reposaient sur un radier d’une épaisseur de 0,20 à 0,25 m, composé d’une couche de plâtre posée sur un niveau de sable maintenu par un radier de fragments de meulière mêlés de limon. Des lambeaux de pavement subsistaient également dans les galeries nord et sud. D’autres carreaux étaient contenus dans les gravats de démolition qui couvraient le sol.

Fig. 3 Tomettes de la galerie du jeu de paume.

Fig. 3 Tomettes de la galerie du jeu de paume.

© J.-Y. Dufour, Inrap

1.2. La maison du paumier (1630-1681)

  • 14 Mur dont la partie supérieure, rampante, porte les marches d'un escalier.

11Toute l’emprise de cette petite maison adossée au mur ouest du jeu de paume a été dégagée, en particulier la cave. Conservée sur deux mètres de profondeur, elle contenait, parmi divers gravats de démolition, près de 140 kilos de terre cuite architecturale, principalement de gros carreaux de pavement. Ils étaient répandus sur le sol, mais surtout au pied du mur d’échiffre14 où une accumulation de débris formait un véritable cône de rejet de près d’un mètre de hauteur.

1.3. Le pavillon du Roi (1665/1667-1681)

  • 15 Le Guillou etLe Guillou 2013, p. 114.

12Le pavillon du Roi est un édifice simple bâti en pierres de taille et moellons enduits en imitation de briques15. Les fondations et une partie des caves de l’aile sud ont été révélées par la fouille ; toutes deux conservaient des carreaux de terre cuite.

1.4. Les niveaux liés aux travaux d’édification du Grand Commun (1681-1684)

13Quelques carreaux étaient conservés dans une petite construction précaire installée sur les ruines du jeu de paume et sans doute utilisée pour l’édification du Grand Commun. Au lieu et à l’emplacement de la galerie revêtue de tomettes, le sol avait été creusé et couvert sur une largeur de 0,80 à 0,85 m, d’un dallage en pente, composé de gros carreaux disposés en quinconce. D’autres éléments de pavement étaient contenus dans diverses unités stratigraphiques : un niveau de démolition qui scellait l’abandon du sol de la galerie, un épais remblai sableux couvrant l’ensemble des vestiges et enfin le comblement des tranchées de fondation du Grand Commun et des aqueducs souterrains. Tous ces dépôts sont bien datés entre 1681 et 1684.

2. Les carreaux

14Au total plus de 200 carreaux complets ou fragmentés ont été trouvés dans une vingtaine de remblais. On dénombre trois types très inégalement représentés : des gros, des moyens et des petits carreaux. Ils se caractérisent chacun, non seulement par leur module, mais aussi par leur technique de fabrication spécifique : moulage et système d’accroche pour les gros carreaux, découpage et système d’accroche pour les carreaux moyens, découpage et battage des deux faces pour les petits carreaux.

2.1. Les gros carreaux avec système d’accroche

15Les gros carreaux comptent 54 exemplaires complets et 142 fragments. Ils mesurent en moyenne 21 cm de côté pour 3 cm d’épaisseur (fig. 4). Pour être précis, il existe trois formats très proches : 19,5 cm sur 3 cm pour le premier, 21 cm sur 3 cm pour le deuxième et 22 cm sur 3,5 cm pour le troisième.

Fig. 4 Gros carreaux.

Fig. 4 Gros carreaux.

© E. du Bouëtiez, Inrap

  • 16 Examen à l’œil nu. Aucune étude de pâte n’a pu être réalisée dans le cadre de cet article.

16Le carreau standard pèse entre 1,6 et 2,4 kg. La variation de poids de carreaux de taille et d’épaisseur strictement identiques peut atteindre 100 g. La pâte est sableuse sans inclusions majeures, mais avec semble-t-il de petits nodules de ferrite16. La cuisson lui a donné une teinte homogène rouge, à l’exception de quelques carreaux qui sont bruns. Aucun carreau n’a de traces de coup de feu. Sept portent de petites tâches ou des coulures accidentelles de glaçure verte reparties irrégulièrement sur la face de pose et/ou le bord. La face supérieure est lisse et régulière, parfois légèrement bombée. Le lissage a formé une fine pellicule qui a parfois tendance à se « desquamer » (fig. 5, n° 1). Les flancs sont biseautés et ont le même aspect lisse et régulier que la face supérieure. Les angles sont nets et propres, sans aucune trace de bavure (fig. 5, n° 2). La face inférieure, c’est-à-dire la face de pose, est rendue très irrégulière par la frappe intense (plus d’une vingtaine de coups) effectuée à l’aide d’un tampon. Les coups sont répartis sur toute la surface à l’exception des bords sur environ 1,5 cm de large. Les carreaux sont de grande qualité, ils sont bien finis et très homogènes. Les traces de glaçure ne sont jamais présentes sur la face visible. Aucun animal n’a déposé d’empreintes lors de la phase de séchage, contrairement à ce qui se remarque souvent sur les terres cuites. La desquamation de la face supérieure est la preuve de leur utilisation. Quelques rares exemplaires conservent des traces de mortier accroché au revers.

Fig. 5 Gros carreaux, détails.

Fig. 5 Gros carreaux, détails.

© E. du Bouëtiez, Inrap

  • 17 Savot 1624, p. 269.

17À ces carreaux entiers s’ajoutent quelques listels. Ces éléments, qui constituent les bordures des pavements, sont faits à partir de gros carreaux coupés au tiers, après tamponnage et avant cuisson (fig. 6). Ils mesurent donc 20 cm de long pour 6,5 cm de large. L’un des longs flancs est le flanc biseauté du carreau d’origine ; l’autre, celui qui a été coupé, est vertical mais très irrégulier. En effet, la partie supérieure et les côtés sont coupés proprement, le reste a été arraché. Les listels sont recouverts de glaçure verte relativement bien appliquée sur la face supérieure, mais très irrégulièrement et sous forme de coulures sur les flancs et la face de pose. Dans le traité d’architecture qu’il fait paraître en 1624, Louis Savot17 mentionne l’existence de « bandes vertes avec les parquets » ; s’agirait-il de nos listels ?

Fig. 6 Listels.

Fig. 6 Listels.

© E. du Bouëtiez, Inrap

18Nous n’avons trouvé aucun ouvrage faisant référence à ces gros carreaux et à leur système d’accroche. La méthode de fabrication que nous proposons ci-dessous est uniquement le fruit de nos observations.

19D’abord, l’ouvrier tasse la terre dans un châssis en bois préalablement humidifié pour faciliter le démoulage. Puis il égalise et bat les deux faces de façon à leur donner un aspect bien régulier. Après démoulage, il bat les côtés en leur donnant l’inclinaison souhaitée et lisse soigneusement toute la pièce. Il frappe ensuite l’une des faces d’une vingtaine de coups de tampon.

20Le tampon est en bois, le motif est sculpté en relief pour imprimer en creux, des traces de gouges sont encore visibles (fig. 7). Les sept motifs identifiés représentent tous une fleur stylisée inscrite dans un cercle d’un diamètre de 4 ou 5 cm (fig. 7). Leurs différences tiennent : au nombre de pétales (entre six et huit), à leur forme et à leur disposition, ainsi qu’à la présence ou l’absence de cœur et au matériau employé pour le former. Par exemple le cœur du tampon A est sculpté non pas en relief mais en creux. Dans le cas des tampons B, C, D, F le cœur est fait à l’aide d’un clou de section carrée planté au centre, laissant une empreinte très nette et profonde d’environ 5 mm. Dans celui du tampon G, le cœur semble fait avec une pointe de section ronde. Le tampon E, quant à lui, ne possède pas de cœur.

Fig. 7  Gros carreaux, faces de pose et motifs.

Fig. 7  Gros carreaux, faces de pose et motifs.

© E. du Bouëtiez, Inrap

21Malgré la superposition des coups de tampon et l’irrégularité de la surface qui en résulte, il est possible de retracer les gestes de l’ouvrier. La surface de pose est martelée de façon méthodique, d’abord sur le pourtour puis au milieu (fig. 8). Ainsi on dénombre 17 coups sur le pourtour puis neuf coups au milieu dans le cas du tampon B ; 13 coups sur le pourtour et huit coups au milieu pour les tampons D et E. Dans le cas du tampon G, les coups, impossibles à dénombrer, semblent faits sans ordre apparent.

Fig. 8 Estampage des gros carreaux.

Fig. 8 Estampage des gros carreaux.

© E. du Bouëtiez, Inrap

22On note une corrélation entre le motif du tampon et le format du carreau. En effet, il apparaît clairement que les tampons A, B, C et F sont appliqués exclusivement sur les carreaux de format n° 2 ; les motifs D et E, sur le format n° 1, à l’exception de deux spécimens appliqués sur le format n° 2. Quant au tampon G, il est appliqué quatre fois sur le format n° 3 et une fois sur le format n° 2.

23Les listels ont été fabriqués à partir de carreaux portant les motifs E ou D.

24Compte tenu de ces éléments, il est certain que ces carreaux sont contemporains et proviennent d’une même tuilerie/briqueterie. Plusieurs ouvriers les ont fabriqués, chacun ayant ses propres outils : châssis et tampon. Ainsi, on peut supposer qu’ils étaient au moins trois pour le moulage et sept (peut-être en partie les mêmes) pour le tamponnage puisque trois formats de moules et sept tampons différents ont été identifiés. Ensuite les carreaux étaient rassemblés pour être mis à sécher et à cuire. En fin de production, les carreaux des uns et des autres se trouvaient mêlés. C’est en tout cas ce que semble indiquer l’examen de deux plus importants lots de carreaux où les différents motifs coexistent. Le premier est issu du dernier état de la galerie du jeu de paume et le second du remblai de la cave du paumier avec respectivement 38 et 133 carreaux. Bien que ces lots correspondent à des démolitions, on peut supposer que ces différents motifs coexistaient déjà quand ils formaient un sol. On remarque toutefois que dans le premier lot, on retrouve majoritairement des carreaux estampés des motifs A et B alors que le second contient surtout des carreaux avec le motif D.

25Ces marques estampées sont destinées à améliorer la fixation au sol du carreau. Il ne s’agit pas d’estampilles apposées pour reconnaître un ouvrier ou une tuilerie, l’identification du tampon après la frappe intense de la pièce étant extrêmement difficile.

26Une quinzaine de fragments de gros carreaux épais estampés ont été répertoriés en Île-de-France, sur quatre sites différents (fig. 9). Les fragments découverts à Paris rue du Faubourg Saint-Antoine, les mieux conservés, sont très semblables à ceux de Versailles par leurs dimensions et leur aspect général : pâte, soin apporté au lissage de la face supérieure, mode opératoire du tamponnage et motif du tampon. Ils semblent issus de la même fabrique. Les fragments provenant du château d’Écouen ont un aspect presque identique, mais le tampon ne représente qu’un simple rond. Le fragment du château de Montmorency semble, pour ce que l’on en voit, présenter un tamponnage semblable au nôtre.

Fig. 9 Gros carreaux, motifs des tampons.

Fig. 9 Gros carreaux, motifs des tampons.

© E. du Bouëtiez, M. Viré, Inrap

  • 18 AN M.C. /ét. CV 376.
  • 19 Compte tenu de la superficie du terrain, 275 m2, on estime à 4500 le nombre de carreaux nécessaire (...)
  • 20 Estat par le menu de la despence des bastimens de France durant l’année mil six cens trente neuf, C (...)

27Épais et robustes, ces carreaux correspondent à un type de sol particulier. D’après la stratification du site et un devis de maçonnerie (devis du 29 décembre 1629)18, ils auraient pour origine l’aire du jeu de paume : « Sera faict la massonnerie de l’aire massonnée avec moislon et mortier de chaux et sable de huict poulces de grosseur, pavée au dessus de grands carreaux de terre cuitte assis avec plastre et les deux boutz dudit aire seront pavés de pierre de liait de dix pieds de long de chacun costé de la largeur du jeu et en suivant les pantes ordinaires jusques au clouaque du milieu ». Le sol était donc composé de gros carreaux de terre cuite sauf aux extrémités, où les carreaux étaient en pierre19. Il aurait été mis en place en 1630 puis remplacé en 1639, selon un nouveau marché20, par un sol en pierre de Caen. Les carreaux ont alors sans doute été réemployés dans la maison du paumier, car c’est dans les gravats de sa cave qu’ils ont été, pour la plupart, retrouvés. Cependant, à l’angle nord de la galerie ouest, une interruption au niveau du muret de séparation entre la galerie et le terrain laissait voir quelques carreaux de terre qui n’avaient pas été remplacés mais simplement recouverts par les pierres (fig. 10).

Fig. 10 Carreaux en pierre, gros carreaux et tomettes en terre cuite.

Fig. 10 Carreaux en pierre, gros carreaux et tomettes en terre cuite.

© J.-Y. Dufour

  • 21 Bernard-Tambour et Carlier 2001, p. 141.

28Le jeu de paume du château de Fontainebleau offre un parallèle intéressant avec celui de Versailles. D’après un marché passé en 1601 avec un entrepreneur, le sol devait être pavé de grands carreaux de terre cuite, mais un siècle plus tard, en 1702, un incendie ravagea la salle et un nouveau pavement en carreaux de pierre de liais fut installé21.

  • 22 Savot 1624, p. 269.
  • 23 Aviler 1755, p. 82.

29L’utilisation de gros carreaux pour paver le sol d’un jeu de paume est attestée dans l’ouvrage de Savot22. Il mentionne l’existence de grands carreaux de sept pouces (19 cm) « pouvant servir à paver les jeux de paume, les âtres et les cuisines ». Ils se mettent « aux étages d’en bas ou sur des voûtes à cause de leur pesanteur ». Un siècle plus tard, il est toujours question d’un tel usage dans le dictionnaire de l’architecte Augustin-Charles d’Aviler : « Le Quarré, grand de huit à dix pouces (20,2 cm), sert pour paver les jeux de paume et les terrasses. »23

  • 24 Sillano 2008.

30Les témoignages archéologiques qui confirmeraient notre hypothèse sont inexistants à ce jour, les rares jeux de paume ayant fait l’objet de fouilles, tel celui de la rue Thubaneau à Marseille24, n’avaient plus de sol. Au château d’Écouen cependant, les gros carreaux ont été trouvés en remblai dans un contexte de jeu de paume et proviendraient, selon M. Viré, soit de l’aire de jeu soit des maisons adjacentes. D’après les ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles, ces gros carreaux pouvaient, nous l’avons vu, avoir d’autres usages comme à Orly où ils étaient posés à l’étage, devant la cheminée de la maison du greffier de la paroisse.

Fig. 11 Nombre et caractéristiques des gros carreaux avec système d’accroche découverts sur cinq sites franciliens.

Site VersaillesCour du Grand Commun ÉcouenChâteau Orly11-13 rue Louis Bonin Montmorency Château ParisFaubourg Saint-Antoine
Contexte probable premier sol du jeu de paume sol du jeu de paume ou sol de la maison adjacente devant la cheminée de la maison du greffier de la paroisse remblais sur terrasse médiane, emplacement d’origine inconnu remblais, emplacement d’origine inconnu
Datation 1630 début XVIIe siècle ? premier quart du XVIIe siècle XVIIe-XVIIIe siècles début XVIIIe siècle
Nombre 54 complets et 142 fragments 5 fragments 1 fragment et 1 empreinte 1 fragment 7 fragments
Dimensions 21 cm de côté
3 cm d’ép.
20 cm de côté
2,1 à 2,6 cm d’ép.
indéterminé au moins 10 cm de côté
2,7 cm d’ép.
20 cm de côté
2,1 à 3 cm d’ép.
Fabrication moulé moulé indéterminé moulé moulé
Pâte sableuse rouge, quelques inclusions rouges et ferrite sableuse rose/orange, petites inclusions rouges et rares inclusions calcaires indéterminé orange-brune, compacte et dense sableuse rouge, quelques inclusions rouges
Trace de glaçure oui oui indéterminé oui oui
Nb de motifs identifiés 7 1 indéterminé 1 5

2.2. Les moyens carreaux avec système d’accroche

31Ces carreaux n’ont été trouvés qu’à l’état de fragments. Leur épaisseur est de 1,8 cm, aucun côté n’est complet mais on peut estimer leur longueur entre 17 et 20 cm si l’on se réfère aux carreaux identiques mis au jour à Roissy (fig. 12). Les flancs sont légèrement biseautés. La pâte sableuse est jaune. La face supérieure est régulière et la face inférieure l’est également, pour ce que l’on en voit. Un fragment porte une coulure de glaçure. Contrairement aux gros carreaux, ils n’ont pas été moulés mais découpés, comme en témoignent les flancs parfaitement lisses produits par un outil tranchant.

Fig. 12 Carreaux fins, motifs des tampons.

Fig. 12 Carreaux fins, motifs des tampons.

© E. du Bouëtiez, Inrap

32Les fragments portent sur l’envers des empreintes de tampon. Toujours par comparaison avec Roissy, elles sont au nombre de cinq : une à chaque angle et une au centre. Elles ne se chevauchent donc pas. Le motif n’a pu être identifié que sur l’un des fragments : une fleur à neuf pétales triangulaires, un petit pétale et un cœur fait au clou. Ce motif (et peut-être le tampon lui-même) est identique à celui apposé sur une tomette (cf. partie 3.1). Le tamponnage des pièces peut ici servir à la fois de dispositif d’accroche et de moyen d’identification d’un ouvrier ou d’un atelier.

  • 25 Bullet 1691.

33La face de pose de l’un des fragments est brûlée, laissant penser que le carreau a servi à l’aménagement d’une cheminée ou d’un foyer. D’après l’architecte Pierre Bullet, les carreaux carrés de 6 et 7,5 pouces (17,5 et 20 cm) devaient servir exclusivement pour les âtres de cheminées25. Sur les autres sites où ils ont été découverts, les carreaux n’étaient pas brûlés.

  • 26 Ravoire 2001, p. 252.

34Ces carreaux estampés ont été trouvés pour l’un dans le comblement de la tranchée de fondation du pavillon du Roi, datée de 1665, et pour l’autre dans les gravats de démolition du jeu de paume datée de 1681. Une dizaine de carreaux presque identiques ont été découverts dans le fort Saint-Sébastien à Saint-Germain-en-Laye (fig. 12). Ils étaient conservés dans les remblais des deux seules constructions maçonnées de ce camp d’entraînement de Louis XIV : un petit cellier et un bâtiment allongé. Ce contexte est très précisément daté entre 1669 et 1670. Tous les fragments avaient le même motif : une fleur à huit pétales soigneusement exécutée. Sept spécimens ont également été découverts sur le site du château de Roissy26. Deux tampons ont été identifiés : une fleur avec des pétales doubles et un motif plus singulier fait d’un cercle rempli de croisillons incisés.

Fig. 13 Nombre et caractéristiques des moyens carreaux marqués au tampon découverts sur trois sites franciliens.

Site VersaillesCour du Grand Commun St Germain-en-LayeFort Saint-Sébastien RoissyChâteau
Contexte remblais remblais du petit bâtiment remblais
Datation entre 1630 et 1665 1669-1670 XVIIIe siècle
Nombre 2 fragments 10 fragments 7 fragments
Dimensions au moins 9 cm de côté
1,8 cm d’ép
au moins 16,5 cm de côté
1,5 cm d’ép.
17,7 à 20 cm de côté
2 à 3 cm d’ép.
Fabrication découpé découpé indéterminé
Pâte sableuse jaune sableuse rouge avec inclusions terre jaune et ferrite indéterminé
Trace de glaçure oui non oui
Nb de motifs identifiés 1 1 2

2.3. Les petits carreaux

35Les petits carreaux, au nombre de cinq seulement, mesurent 10 cm de côté pour 1,8 cm d’épaisseur (fig. 14). Les flancs sont à peine inclinés. Ils ont été découpés sans doute à partir d’une grande plaque de terre, laquelle a été préalablement battue et régularisée sur les deux faces. La pâte sableuse rouge ne comporte pas d’inclusions. Les deux faces sont parfaitement identiques, c’est-à-dire régulières et soignées. Deux exemplaires semblent brûlés.

Fig. 14 Petits carreaux.

Fig. 14 Petits carreaux.

© E. du Bouëtiez, Inrap

  • 27 Ravoire 2001, p. 252.

36Ces carreaux ont été trouvés dans les gravats de démolition du jeu de paume et dans le comblement de la cave du pavillon du Roi datant tous deux de 1681. Leur petit nombre interdit toute hypothèse quant à leur emplacement d’origine. De tels carreaux ont été mis au jour sur le site du château de Roissy dans des contextes du XVIIe siècle et dans des latrines comblées au XVIIIe siècle27. On en a trouvé également deux exemplaires sur le site de la rue du Faubourg Saint-Antoine, ils sont légèrement plus épais et les flancs ne sont pas biseautés.

Fig. 15 Nombre et caractéristiques des petits carreaux découverts sur trois sites franciliens.

Site VersaillesCour du Grand Commun RoissyChâteau ParisFaubourg Saint-Antoine
Contexte remblais, emplacement d’origine inconnu remblais, emplacement d’origine inconnu remblais, emplacement d’origine inconnu
Datation entre 1630 et 1681 XVIIe et XVIIIe début du XVIIIe
Nombre 5 18 2
Dimensions 10 cm de côté x 1,5 à 1,8 cm d’ép. 10 cm de côté x 2 cm d’ép. 10 cm de côté x 2 cm d’ép.
Fabrication découpé non précisé découpé
Pâte rougeâtre rougeâtre, beige-orangé, beige rosé rouge-orangé
Trace de glaçure non non non

3. Les tomettes

  • 28 Les mesures correspondent à la distance entre deux pans opposés, appelée « diamètre » dans les ouv (...)
  • 29 Savot 1624, p. 269.

37Plus d’un millier de tomettes ont été recueillies dans trente-huit unités stratigraphiques. Deux d’entre elles ont fourni des séries importantes : le sol encore en place de la galerie du jeu de paume et le remblai du pavillon du Roi, avec respectivement plus de 1000 et plus de 50 spécimens. Ces tomettes existent sous trois formats : le grand mesure 16 cm en moyenne de pan à pan28 ; le moyen mesure 12 à 12,5 cm ; le petit mesure 11 cm (fig. 16). L’ouvrage de Savot ne mentionne que deux sortes de carreaux hexagonaux, l’un de six pouces de diamètre (16,2 cm) et l’autre de quatre pouces (10,8 cm)29.

Fig. 16 Les trois tailles de tomettes.

Fig. 16 Les trois tailles de tomettes.

© E. du Bouëtiez, Inrap

38Au-delà de leur format, ces tomettes peuvent être regroupées en trois catégories principales en fonction de leurs caractéristiques techniques : les grandes tomettes avec système d’accroche, les grandes et moyennes tomettes découpées à l’aide d’une forme, les petites tomettes découpées au couteau.

3.1. Les grandes tomettes avec système d’accroche

Fig. 17 Motifs sur grandes tomettes.

Fig. 17 Motifs sur grandes tomettes.

© E. du Bouëtiez, Inrap, A. Heitzmann CRCV

39Neuf fragments de grandes tomettes portent sur leur revers des empreintes faites au tampon (fig. 17). Leur taille estimée est de 16 à 17 cm de pan à pan, pour 2,1 à 3 cm d’épaisseur. La pâte de nature sableuse est rouge, un exemplaire est jaune. Très dégradés et d’aspect presque pulvérulent, les fragments ne nous permettent pas d’apprécier le travail de finition des surfaces. À priori, il s’agit de tomettes découpées. Une demi-tomette est faite à partir d’une tomette d’abord estampée puis coupée en deux. Par comparaison avec des tomettes complètes découvertes sur d’autres sites, on peut estimer le nombre de marques de tampons à sept, soit une par pan et une au centre. Trois motifs de tampon ont été identifiés, dont deux incomplets : le premier est composé de dix pétales avec le cœur marqué au clou, – motif identique à celui trouvé sur un carreau moyen estampé – ; le deuxième présente dix pétales et un cœur rond ; le troisième possède huit pétales, un petit pétale et un cœur marqué au clou. Ces tomettes ont été trouvées dans divers remblais, les plus anciens étant ceux liés à la démolition du jeu de paume ; elles sont datées entre 1630 et 1681.

40Deux grandes tomettes estampées complètes découvertes au château de Roissy portent chacune sur leur revers sept empreintes de fleurs. Quatre fragments étaient conservés rue du Faubourg Saint-Antoine, dont une demi-tomette très semblable à celle de Versailles. Une tomette complète se distinguait par la présence d’une seule empreinte de fleur placée au centre. Mentionnons également la découverte d’un exemplaire dans la tranchée de fondation de la Grille royale du château de Versailles, guérite nord, et d’un petit fragment sur le site de Montmorency (fig. 17).

Fig. 18 Nombre et caractéristiques des grandes tomettes estampées sur cinq sites franciliens.

Site VersaillesCour du Grand Commun Versailles Grille royale ParisFg St Antoine RoissyChâteau Montmorency Château
Contexte remblais, emplacement d’origine inconnu tranchée de fondation,emplacement d’origine inconnu remblais, emplacement d’origine inconnu remblais, emplacement d’origine inconnu remblais de la terrasse médiane, emplacement d’origine inconnu
Datation entre 1630 et 1681 avant 1662 seconde moitié du XVIIe siècle ? 1 exemplaire fin XVIIe siècle, le reste XVIIIe siècle XVIIe/XVIIIe siècles
Nombre 9 fragments + ½ tomette 1 1 entière + 4 fragments + ½ tomette 20 fragments + 2 complètes 1 fragment
Dimensions de pan à pan 16,5 ou 17 cm
2,1 à 3 cm d’ép.
15 cm
1,7 cm d’ép.
16,5 cm
2 à 2,5 cm d’ép.
16,5 et 17,3 cm
2 à 2,4 cm d’ép.
environ 16,5 cm2,2 cm d’ép.
Fabrication tomette coupée indéterminé tomette coupée indéterminé indéterminé
Pâte rouge ou jaune / sableuse orange ou rouge beige-orangé à beige-rosé indéterminé
Trace de glaçure non / oui / oui
Nb de motifs identifiés 3 1 3 1 1

3.2. Les grandes et moyennes tomettes découpées à la forme

3.2.1. Technique

41Les tomettes ont la face supérieure régulière et lissée, la face inférieure est restée brute. Les flancs, légèrement biseautés, sont lisses et laissent voir des marques en biais laissées par un outil tranchant. Les angles sont nets. La face supérieure possède, à deux angles opposés, un petit trou fait par une pointe témoignant de l’emploi d’une forme pour la découpe (fig. 19).

Fig. 19 Tomette découpée à la forme à pointes.

Fig. 19 Tomette découpée à la forme à pointes.

© E. du Bouëtiez, Inrap

  • 30 Duhamel du Monceau et al. 1763.
  • 31 Lacombe 1783.

42Cette technique est décrite dans L’art du tuilier et du briquetier30. La description, reprise intégralement une décennie plus tard par Lacombe dans l’Encyclopédie méthodique, est agrémentée, dans cette version, d’une nouvelle planche dont la légende décrit dans les moindres détails le processus de fabrication31 (fig. 20). Elle se déroule ainsi : la pâte, une fois préparée, est moulée dans un châssis plus grand et plus épais que la tomette. Après démoulage, la plaque est mise à sécher quelque temps. Puis un ouvrier la prend, la pose sur la table sur laquelle il a répandu un peu de sable et la bat avec une masse de bois plate de façon à former une grande plaque de l’épaisseur de la tomette. La face inférieure ne reçoit aucun traitement particulier. La plaque est découpée en carrés à peine plus grands que les tomettes souhaitées. L’ouvrier pose sur chaque carré, après l’avoir passée dans l’eau, une forme de la dimension exacte du carreau hexagonal. Elle est faite d’une planche cerclée de métal et munie de deux pointes pour assurer son maintien sur la pâte fraîche. Puis il découpe la pâte avec un couteau « semblable à celui d’un cordonnier » en suivant la forme (on imagine que la planche de bois est taillée en biseau afin de permettre l’inclinaison du couteau). Il enlève la forme et le surplus de terre, met ensuite la pièce à sécher, puis à cuire.

Fig. 20 Fabrication des tomettes hexagonales dans Lacombe 1783, tome 1, Pl. 2.

Fig. 20 Fabrication des tomettes hexagonales dans Lacombe 1783, tome 1, Pl. 2.

Cl. Médiathèque F. Mitterrand, Poitiers

  • 32 Pour notre part, nous avons observé l’emploi de cette technique sur des carreaux en faïence de Del (...)
  • 33 Léon, Ben Amara et Conte 2007, p. 2.

43La description de la chaîne opératoire dans L’art du tuilier résulte d’une observation faite dans une tuilerie de la ville d’Utrecht (Pays-Bas)32. Il semble que cette technique soit ancienne car elle a été identifiée pour le découpage de pavés carrés du château du Haut-Châlucet (Haute-Vienne), daté des XIIIe-XIVe siècles33. À l’époque moderne, elle n’est peut-être pas la plus employée. La méthode souvent décrite, et encore visible dans quelques briqueteries artisanales, utilise des châssis hexagonaux en bois ou en métal.

44De grandes et moyennes tomettes découpées à la forme avec pointes ont été identifiées sur les sites d’Écouen, de Montmorency et de la rue du Faubourg Saint-Antoine.

Fig. 21 Nombre et caractéristiques des tomettes découpées à la forme.

Sites VersaillesCour du Grand Commun ÉcouenChâteau MontmorencyChâteau ParisFaubourg Saint-Antoine
Contexte galerie jeu de paume jeu de paume ou maison du paumier remblais sur terrasse médiane,emplacement d’origine inconnu remblais,emplacement d’origine inconnu
Datation 1630 Première moitié du XVIIe siècle XVIIe-XVIIIe siècles Début du XVIIIe siècle
Nombre plus de 1000 1 fragment 6 1 fragment
Grande tomette :dimensions de pan à pan 16 cm en moyenne1,5 à 2,3 cm d’ép. 16 cm
1,9 cm d’ép.
/ /
Moyenne tomette :dimension de pan à pan 12 à 12,5 cm
1,5 cm d’ép.
/  12,5 cm
1,5 cm d’ép.
12,3 cm1,5 cm d’ép.

3.2.2. Les grandes tomettes

45Les grandes tomettes mesurent entre 17,5 et 15,3 cm pour une épaisseur variant de 1,5 à 2,3 cm. Dans la grande majorité des cas, la pâte est sableuse rouge à brune avec des inclusions sableuses rouges de 1 à 5 mm. La surface est parfois très lisse, parfois plus irrégulière. Douze tomettes ont une pâte jaune-orangé identique à celle des moyennes tomettes qui forment le sol de la galerie du jeu de paume (cf. infra). Dans ce lot se trouvent également quatre demi-tomettes qui résultent de la découpe avant cuisson des tomettes en leur milieu, d’angle à angle.

46Ces grandes tomettes ont été trouvées dans divers remblais et en assez grand nombre dans ceux de la cave du pavillon du Roi. On peut supposer qu’une partie d’entre elles formaient un sol et dateraient donc des années 1665/1667. Un exemplaire a été recueilli sur le sol de la galerie du jeu de paume : il s’agit d’un élément mis en place lors d’une réfection très localisée.

3.2.3. Les tomettes moyennes : tomettes de la galerie du jeu de paume

47Parmi les tomettes de moyen format, on identifie celles à pâte rouge, peu nombreuses, et celles à pâte jaune ou orangée. Ce dernier groupe très homogène, issu du sol de la galerie du jeu de paume, a fait l’objet d’une étude détaillée. Tout le pavement a été prélevé, soit au total 1008 tomettes (84 par m2) (voir fig. 3). Devant leur grande uniformité, nous avons choisi d’en étudier 100 afin d’en déterminer les caractéristiques pertinentes.

48La dimension standard est de 12 cm de côté pour 2 cm d’épaisseur. Les variations dépassent rarement 0,3 cm, qu’il s’agisse de la taille ou de l’épaisseur. Le poids varie entre 300 g et 496 g, la moyenne s’établit à 400 g. La pâte est sableuse avec des inclusions de nodules sableux rouges de taille variable : entre 2 et 5 mm. Elle présente des vacuoles dues vraisemblablement à un malaxage insuffisant. Parfois quelques inclusions de gravillons d’environ 1 cm sont visibles en surface. La face supérieure est de couleur orangée ou jaune. Ces nuances de teintes sont obtenues à la cuisson en fonction de l’emplacement de la pièce dans le four. Certaines tomettes présentent d’ailleurs les deux couleurs, témoignant de leur empilement, très vraisemblablement de chant (fig. 22, n° 1). De manière générale, les tomettes sont bien cuites et de façon homogène, aucune ne porte de traces de coup de feu. La face supérieure est plane et régulière, parfois très légèrement bombée. On peut y voir de légères traces parallèles laissées par un outil (fig. 22, n° 2). De section carrée, les empreintes des clous laissées par la forme mesurent environ 3 mm de côté et 5 mm de profondeur. On voit parfois un cercle de 6 mm de diamètre autour du trou (fig. 22, n° 3). L’écart entre les deux pointes est de 9,5 cm, 9,7 cm, 10 cm ou 11,5 cm, traduisant l’utilisation d’au moins quatre formes différentes. La face de pose, laissée brute, est plane mais irrégulière. Parfois on distingue des empreintes de la planche en bois sur laquelle la tomette a été posée (fig. 22, n°4). Cette face contient une forte charge de sable. Les flancs sont légèrement biseautés et très légèrement concaves. Ils sont très réguliers et extrêmement lisses. On y voit parfois de très fines traces horizontales laissées par le couteau. Les angles sont bien marqués.

Fig. 22 Tomettes du jeu de paume.

Fig. 22 Tomettes du jeu de paume.

© E. du Bouëtiez, Inrap

49L’aspect général de ces tomettes est soigné, il n’y a par exemple aucune empreinte de doigt, sauf peut-être sur un spécimen. On remarque en revanche une empreinte de tissu (chiffon, blouse de l’ouvrier ?) (fig. 22, n° 5) et trois empreintes de pattes de chiens et de chats (fig. 22, n° 6). Plus de 10 % des pièces présentent, sur la face supérieure, une ou plusieurs fêlures mesurant entre 3 et 5 cm de long et 1 à 3 mm de large (fig. 22, n° 7). Selon nous, il ne s’agit pas de cassures faites après la mise en place du pavement ou lors de sa pose, mais d’éclatements durant la cuisson. On peut être surpris de la présence de tels défauts qui détonnent avec le reste du lot et le caractère prestigieux du bâtiment dans lequel elles étaient placées. Six tomettes ont été marquées en leur milieu, entre deux angles opposés, d’un trait médian d’1 mm de largeur. Il a été tracé avant cuisson pour établir une ligne de coupe (fig. 22, n° 8). Cinq tomettes ont été coupées ainsi par moitié après cuisson, deux autres carreaux l’ont été avant cuisson (fig. 22, n° 9).

50Ces tomettes sont très homogènes quant à leur pâte, leurs dimensions, leur cuisson et leur finition. Par rapport aux autres tomettes de moyen format qui utilisent pourtant la même technique de fabrication par découpe à la forme, elles sont facilement identifiables par leur couleur (jaune ou orangée au lieu de rouge) et leurs dimensions puisqu’elles sont légèrement plus petites (12 cm de moyenne au lieu de 12,5 cm) et un peu plus épaisses (2 cm au lieu de 1,5 cm). Elles proviennent à l’évidence d’une même tuilerie.

51Le pavement de la galerie du jeu de paume a été mis en place en une seule phase en 1630 et l’on n’y trouve aucun élément de réfection à l’exception d’une tomette de grand format.

3.3. Les petites tomettes

52Les petites tomettes mesurent aux alentours de 11 cm pour 1,5 cm d’épaisseur (fig. 23). Les flancs sont légèrement biseautés. La pâte rougeâtre est sableuse et ne comporte pas ou peu d’inclusions, la finition est soignée : la face inférieure est aussi bien finie et régulière que la face supérieure. Il n’y a aucune empreinte de pointe. Les flancs parfaitement lisses ont été tranchés avec un couteau. On trouve ce petit modèle en demi-tomette.

Fig. 23 Petites tomettes.

Fig. 23 Petites tomettes.

© E. du Bouëtiez, Inrap

  • 34 Duhamel du Monceau 1773, p. 11.

53Ces petites tomettes ont-elles été découpées avec une forme sans pointe, par exemple une forme en fer ? Au XVIIIe siècle, une telle pratique est en vigueur chez les potiers afin d’obtenir des produits de qualité34. D’après l’ingénieur Duhamel du Monceau, ceux-ci peuvent fabriquer des « carreaux » selon la même méthode que celle des tuiliers, c’est-à-dire au moule « qui demande peu de recherche ». Elles sont destinées aux greniers et aux chambres, mais « la surface des carreaux n’est jamais bien dressée, les angles sont souvent émoussés, et la terre n’est pas suffisamment comprimée ; c’est pourquoi pour les carreaux d’appartement, les potiers s’y prennent tout autrement ». Voici le procédé : le potier moule une « faitière » dans un grand châssis carré en bois. Il la met à sécher de chant sur une « perche », c’est-à-dire une tablette à claire-voie. Puis, alors qu’elle est encore souple, il la frappe fortement avec le plat d’une batte en bois. Il la remet à sécher puis la place quelques jours dans une pièce humide pour réhumidifier légèrement la surface afin qu’elle ne se fendille pas. Elle est battue une seconde fois, encore plus fortement. Elle est ensuite coupée en quatre carreaux. Un ouvrier, assis à califourchon sur un banc, prend les carreaux un à un et applique dessus un calibre en fer de forme hexagonale épais d’environ 1 cm et, avec un couteau courbe, découpe le pourtour. Un bon ouvrier peut découper 1800 tomettes dans la journée. L’absence d’empreintes de pointe sur nos tomettes et la finition très soignée des deux faces pourraient donc résulter de cette technique.

54Plusieurs petites tomettes identiques ont été trouvées sur des sites franciliens : une au château d’Écouen, dix autres, quoique légèrement plus épaisses, rue du Faubourg Saint-Antoine et vingt-six à Roissy.

Fig. 24 Nombre et caractéristiques des petites tomettes découvertes sur quatre sites franciliens.

Sites VersaillesCour du Grand Commun RoissyChâteau ÉcouenChâteau ParisFaubourg Saint-Antoine
Contexte remblais,emplacement d’origine inconnu remblais,emplacement d’origine inconnu remblais,emplacement d’origine inconnu remblais,emplacement d’origine inconnu
Datation 1630-1681 XVIIe et XVIIIe siècle XVIIe siècle
Nombre 5 26 1 10
Dimensions de pan à pan 10,3 cm1,5 cm d’ép. 10,5 cm1,5 cm d’ép. 11 cm1,5 cm d’ép. 10,8 cm2 cm d’ép.
Fabrication découpage non précisé découpage découpage
Pâte sableuse beige rougeâtre beige-orangé parfois chamotte sableuse beige sableuse beige
Trace de glaçure non oui non oui

4. Synthèse

4.1. Diversité, datation et destination des éléments de pavement

  • 35 En dehors de ces carreaux de pavement non décorés nous n’avons trouvé que trois fragments de carre (...)

55Les pavements en terre cuite issus du sous-sol de la cour du Grand Commun de Versailles offrent une grande variété. Ils peuvent être classés en sept types en fonction à la fois de leur forme et de leur technique de fabrication35. Cette diversité se retrouve également sur plusieurs sites d’Île-de-France.

Fig. 25 Présence des différents types de pavement dans les sites de référence.

Fig. 25 Présence des différents types de pavement dans les sites de référence.
  • 36 Notamment en Provence et en Languedoc. À Paris, un carreau hexagonal glaçuré, récolté au XIXe sièc (...)

56À Versailles, tous les éléments de pavement peuvent être datés dans une fourchette resserrée allant de 1630 à 1681. Les tomettes de la galerie du jeu de paume ont été installées en 1630 et c’est sans doute à cette date que l’ont été également les gros carreaux. Au fort Saint-Sébastien à Saint-Germain-en-Laye, le contexte chronologique des découvertes est également très précis, puisqu’il se situe entre 1669 et 1670, mais ne concerne que les carreaux de taille moyenne avec système d’accroche. Sur les autres sites, les datations sont plus larges. À Paris et à Roissy, les spécimens ont été trouvés dans des remblais du XVIIIe siècle mais peuvent avoir été utilisés au XVIIe siècle. Ces différents pavements sont donc fréquents en Île-de-France au XVIIe siècle et pour certains dès le premier tiers, mais la date de leur apparition reste encore à déterminer. Des exemplaires décorés, carrés ou hexagonaux, existent dès le Moyen Âge pour les premiers et dès le milieu du XVIe siècle pour les seconds36, mais qu’en est-il des versions plus frustes comme les nôtres ?

57Les découvertes dont nous faisons état ici proviennent majoritairement de contextes d’exception, puisqu’on trouve cinq châteaux et un camp militaire. Le site le plus modeste est l’habitat d’un greffier de village. La faiblesse des références ne permet pas d’être affirmatif mais on peut supposer qu’au XVIIe siècle les pavements en terre cuite non décorés sont réservés à une élite.

58L’emplacement d’origine de certains de ces matériaux est connu ou supposé. Les tomettes de moyen format constituaient le sol de la galerie du jeu de paume de Versailles et les gros carreaux formaient sans doute la majeure partie du premier sol de l’aire de jeu.

4.2. La fabrication des carreaux

4.2.1. Moulage, découpe

59La fabrication des carreaux relève de deux techniques différentes : le moulage et le battage des flancs pour les gros carreaux et la découpe pour les autres. Cette dernière a pour conséquence la formation d’arêtes vives qui permettent un agencement précis des pièces garantissant un carrelage de grande qualité.

60Le moulage se fait à partir d’un châssis en bois. À Versailles, trois châssis de dimensions légèrement différentes ont été utilisés. La découpe s’effectue avec un couteau, selon plusieurs procédés. Pour les grandes et moyennes tomettes, on a recours à une forme hexagonale en bois munie de pointes, pour les petites tomettes, on utilise peut-être une forme en fer sans pointe ; enfin pour les moyens et petits carreaux, on prend une grande plaque de terre que l’on coupe vraisemblablement à l’aide d’une règle inclinée. L’utilisation de la forme en bois avec pointe semble ancienne puisqu’elle a été observée comme nous l’avons dit plus haut sur un site médiéval. D’après les ouvrages de l’époque, elle est encore en vigueur au XVIIIe siècle, de même que la forme en fer.

4.2.2. Le système d’accroche

61L’irrégularité de la face de pose se fait au moyen d’un tampon en bois taillé en relief, agrémenté ou non d’un clou.

62À Versailles, au moins sept tampons différents ont été utilisés (correspondant à autant d’ouvriers ?). Le motif est toujours une fleur plus ou moins stylisée. C’est également le décor le plus courant sur les autres sites franciliens, mais deux autres ont été identifiés : un rond simple et un cercle quadrillé. Le marquage des gros carreaux nécessite entre 21 et 26 coups de tampon alors que celui des carreaux de taille moyenne et des tomettes en requiert respectivement cinq et sept. À Paris, une tomette n’a qu’une seule empreinte en son centre.

  • 37 Les carreleurs faisant partie de la maîtrise des potiers.
  • 38 Duhamel du Monceau 1773, p. 18.
  • 39 Les analyses n’ont pu être faites sur les gros carreaux mais uniquement sur des tomettes estampées (...)

63Le dispositif d’accroche a été utilisé pour les éléments les plus grands : gros carreaux, moyens carreaux et grandes tomettes. Réalisé sous des formes différentes, frappe intensive ou modérée, son objectif est le même : améliorer leur adhérence au sol. Il est fait allusion à cette fonction dans l’ouvrage de Duhamel du Monceau, L’art du potier, à propos du travail du carreleur37 : « Comme le mortier s’attache moins à la terre que le plâtre, il y en a qui font faire sous le carreau des sillons ou des trous avec un morceau de bois qu’on appuie sur le dessous du carreau après qu’il a été battu, mais cette pratique n’est guère d’usage »38. Cette pratique pourrait donc être utilisée lors d’un scellement au mortier. Un tel matériau a été effectivement identifié sur quelques spécimens de Versailles39. Un fragment de gros carreau provenant de la rue du Faubourg Saint-Antoine conservait un reste de mortier bâtard, c’est-à-dire composé d’un mélange de chaux et de plâtre.

64Outre son aspect fonctionnel, le marquage des carreaux moyens ou des tomettes peut servir de signature pour un ouvrier ou un atelier. En revanche, cela est exclu pour les gros carreaux, le motif étant quasiment indiscernable. En l’absence d’élément de comparaison extra-régionale nous ignorons si le motif et le type de marquage sont caractéristiques d’un atelier, d’un groupe d’ateliers ou d’une aire géographique spécifique.

65Cette pratique est donc utilisée au XVIIe siècle, mais semble peu fréquente compte tenu de la faiblesse numérique des découvertes archéologiques. En tout cas, elle est rare au XVIIIe siècle, peut-être parce que l’on a pris l’habitude de remplacer la chape de mortier par du plâtre, ou parce qu’elle n’était, de toutes les façons, pas indispensable. Pour preuve, sur le site de Versailles coexistent des tomettes de grand format avec ou sans dispositif d’accroche.

4.2.3. Les cinq groupes technologiques et la cuisson

66Cinq groupes peuvent être définis par leur technologie : les gros carreaux avec système d’accroche ; les tomettes du jeu de paume découpées à la forme ; les moyens carreaux et les grandes tomettes, tous deux avec dispositif d’accroche, que l’on peut associer car ils ont le même aspect (une face brute, une face régulière), le même marquage (aux angles et au centre de la pièce) et un tampon commun ; les petits carreaux et les petites tomettes dont les liens de parenté sont clairs (traitement identique des faces, même aspect général).

67Les deux derniers groupes suggèrent ainsi qu’un même atelier a fabriqué plusieurs produits. En revanche, il est impossible de savoir si ces différents groupes sont issus d’un seul ou de plusieurs ateliers. La similitude des tampons laisse tout de même penser que toutes les pièces estampées proviennent d’une même fabrique.

68Éléments glaçurés et non glaçurés étaient mis à cuire en même temps comme en témoignent des traces accidentelles de coulures sur certaines pièces.

4.2.4. Les ateliers de production

  • 40 Le Guillou et Le Guillou 2013 ; Tiberghien 2002.
  • 41 Le dépouillement des actes notariés parisiens entre 1629 et 1630 serait sans doute intéressant, ma (...)

69Nous ignorons tout des tuileries qui approvisionnaient le chantier de Versailles. Si les sources manuscrites faisant référence aux marchés de charpenterie, maçonnerie, plomberie, menuiserie, serrurerie, vitrerie sont nombreuses40, celles concernant les marchés de terre cuite architecturale semblent inexistantes. Jean-Claude Le Guillou a consulté toutes les études notariales en rapport direct avec les intendants des bâtiments et les architectes du roi, en vain. Les commandes de terre cuite étaient-elles sous-traitées ? Selon le marché de maçonnerie de 1629, il incombait au maçon de fournir et de poser les grands carreaux de terre cuite pour le jeu de paume. Ce maçon avait-il passé lui-même un marché privé avec un artisan chez son propre notaire ?41

  • 42 Tiberghien 2002, p.183.
  • 43 L’autre constante est le droit de réquisition sur la main-d’œuvre, les chevaux, les matériaux et l (...)
  • 44 Domaine royal réservé à la famille du roi, distant d’une dizaine de kilomètres de Versailles.
  • 45 Tiberghien 2002, p.191.

70Les commandes royales étaient-elles importantes en quantité et exigeantes en qualité ? Les tuileries locales pouvaient-elles répondre à la demande ? D’après F. Tiberghien42, l’utilisation de matériaux locaux au démarrage était une des constantes de tous les chantiers de Versailles43. Par exemple, lorsque les travaux commencèrent à Marly44 en mai 1679, les carriers utilisèrent des moellons de Montesson et des fours à briques furent installés aux environs de Louveciennes. Mais rapidement il fallut s’approvisionner plus loin, à la fois pour pouvoir répondre à une demande importante et pour obtenir des matériaux de qualité. Le 20 juin 1679, Colbert s’adressa à l’intendant d’Amiens, M. de Breteuil, pour lui signaler qu’il avait besoin de briques bien faites et bien cuites et que celles faites aux environs de Paris n’avaient aucune de ces qualités. Il spécifia le profil du briquetier : celui-ci devait savoir parfaitement la quantité de terre propre à faire la meilleure brique, la manière de la façonner, la forme qu’il fallait lui donner et comment elle devait être cuite45. L’intendant lui trouva un artisan ayant les compétences requises huit jours plus tard.

  • 46 Duhamel du Monceau et al. 1763, p. 29.

71À quel type d’ateliers avons-nous affaire ? Ressemblaient-ils à ceux très organisés et hiérarchisés, décrits dans Lart du tuilier et du briquetier46 ? Prenant exemple sur des tuileries de l’Artois, les ingénieurs Fourcroy et Gallon rapportent avec minutie de nombreuses observations et expérimentations destinées à améliorer la qualité des tuiles et des briques. Ainsi, ils énumèrent la dizaine de tâches nécessaires à la réalisation des briques, chacune exécutée par un ouvrier différent. Le batteur bat la terre extraite de la carrière, l’arrose, la retourne, la pétrit aux pieds jusqu’à en avoir aux genoux. Le brouetteur transporte avec un chariot la terre et la déverse à côté de la table du mouleur. Le mouleur met en forme les pièces une par une ou deux par deux selon la nature du moule. Le porteur, qui est ordinairement le plus jeune des ouvriers, souvent un enfant de 12 à 14 ans, prépare les outils du mouleur, démoule la pièce et la fait glisser sur le bord de la table. Le metteur en haie (ou releveur) installe les pièces à sécher et coupe éventuellement les bavures. Les briquetiers composés de brouetteurs, enfourneurs et cuiseurs mènent ensuite la cuisson.

72Le mouleur fait partie du sommet de la hiérarchie, il est payé 10 sols le millier de pièces et peut en faire 3500 à 4000 par jour. Le batteur est payé 8 sols 9 deniers du millier. Le metteur en haie reçoit 5 sols 6 deniers le millier et le porteur, 4 sols le millier.

Conclusion

73Les carreaux de pavement non décorés de Versailles ont permis, par leur nombre et leur qualité, d’entreprendre l’élaboration d’un corpus francilien et de proposer un protocole d’étude. Le seul examen morphologique des pièces ne suffit pas pour les caractériser, leur approche technologique doit aussi être envisagée. Stigmates de fabrication, traces accidentelles, dispositif d’accroche, motif des tampons, peuvent être tout à la fois porteurs d’indices sur la chronologie et sur les ateliers qui les ont produits. Les études des pâtes sont bien évidemment à entreprendre si l’on veut aller plus loin. Plus étoffé, l’inventaire permettra à l’avenir d’établir des comparaisons inter et extra-régionales, et d’aborder la question de la circulation de ces matériaux, sans doute assez limitée compte tenu de leur caractère peu élaboré et de la multitude de tuileries régionales aptes à les fabriquer. Il permettra également de s’interroger sur la démocratisation de ces pavements, d’abord réservés aux architectures d’exception, puis diffusés progressivement dans tous les types d’habitat jusqu’à aujourd’hui. De nombreuses pistes restent donc à explorer.

Haut de page

Bibliographie

Avilier A.-C. d’
1755, Dictionnaire d’architecture civile et hydraulique et des arts qui en dépendent, Paris, C.-A. Jombert.

Bernard-Tambour T. et Carlier Y.
2001, Jeu des rois, roi des jeux : le jeu de paume en France, catalogue d’exposition, musée national du Château de Fontainebleau, Fontainebleau, 2 octobre 2001-7 janvier 2002, Paris, RMN.

Bouëtiez E. du
2013a, « Les terres cuites architecturales », dans Dufour J.-Y., Nécropole mérovingienne et jeu de paume du roi Louis XIII, château royal, cour du Grand Commun, Versailles, Yvelines, Rapport de fouille, 2 vol., déposé à la Drac Île-de-France (SRA), p. 9-54.

2013 b, « Les terres cuites architecturales », dans Viré M., Écouen. Domaine du château d’Écouen, rue Jean Bullant, section AI, Parcelle 203, Rapport de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Île-de-France (SRA), p. 64-68.

Bullet P.
1691, Architecture pratique, Paris, E. Michallet.

Caillot I. et André G.
2012, Vieux château, Lycée Turgot, Montmorency (95), Rapport final d’opération, 2 vol., déposé à la Drac Île-de-France (SRA).

Chapelot J., Chapelot O. et Rieth B.
2009, Terres cuites architecturales médiévales et modernes, Caen, Publications du CRAHM.

Charles A.
2012, « Étude de la terre cuite architecturale », dans Caillot I. et André G., Vieux château, Lycée Turgot, Montmorency (95), Rapport final d’opération, 2 vol., déposé à la Drac Île-de-France (SRA), vol. 1, p. 156 et vol. 2, pl. n° 226.

Crépin-Leblond T. et Rosen J. (dir.)
2000, Images du pouvoir, pavements de faïence en France du XIIIe au XVIIe siècle, catalogue d’exposition, musée de Brou, Bourg-en-Bresse, 24 juin-24 septembre 2000, Bourg-en-Bresse, Musée de Brou, Paris, RMN.

Dufour J.-Y. (dir.)
2001, Le château. Origine et développement de la résidence seigneuriale d’un village du pays de France, Document final de synthèse, 2 vol., déposé à la Drac Île-de-France (SRA).

2013, Nécropole mérovingienne et jeu de paume du roi Louis XIII, château royal, cour du Grand Commun, Versailles, Yvelines, Rapport de fouille, 2 vol., déposé à la Drac Île-de-France (SRA).

Dufour J.-Y., Péru J.-J. et Ardouin S.
2010, Orly, étude de deux maisons villageoise, 11-13 rue Louis Bonin, Rapport d’étude du bâti, déposé à la Drac Île-de-France (SRA).

Duhamel du Monceau H.-L.
1773, L’art du potier de terre, Paris, L.F. Delatour, collection Descriptions des arts et métiers faites et approuvées par messieurs de l’Académie royale des sciences de Paris, t. VIII.

Duhamel du Monceau H.-L, Fourcroy de Ramecourt C.-R. et Gallon J.-G.
1763, L’art du tuilier et du briquetier, Paris, L.F. Delatour, collection Descriptions des arts et métiers faites et approuvées par messieurs de l’Académie royale des sciences de Paris, t. IV.

Lacombe J.
1783, « Notice Briquetier-Tuilier », Encyclopédie méthodique. Arts et métiers mécaniques, t. 1, Paris, C.-J. Panckoucke, p. 302.

Le Guillou J.-C.
2006, « Le jeu de paume de Louis XIII à Versailles », Versalia, 9, p. 130-141.

2011, Versailles avant Versailles : au temps de Louis XIII, Paris, Perrin, collection Pour l’histoire.

Le Guillou I. et Le Guillou J.-C.
2013, « Étude topographique et chronologie de l’aire de la cour du Grand Commun et de son proche voisinage des origines à 1684 », dans Dufour 2013, vol. 1, p. 257-283.

Léon Y., Ben Amara A. et Conte P.
2007, « Carreaux de pavement glaçurés du château du Haut-Châlucet (Haute-Vienne), XIIIe-XIVe siècles », Medieval Europe Paris, 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne, 3-8 septembre 2007, http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/Y.Leon.pdf, consulté le 11 mars 2015.

Norton C.
1992, Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Éditions Paris-musées, collection Catalogues d’art et d’histoire du musée Carnavalet, 7.

Ravoire F.
2001, « Étude des matériaux de construction », dans Dufour 2001, vol. 2 p. 241-258.

Savot L.
1624, L’architecture française des bâtiments particuliers, Paris, S. Cramoisy.

Sillano B.
2008, 25, Rue Thubaneau - le jeu de paume à Marseille (Bouches-du-Rhône), Rapport de fouilles, déposé à la Drac PACA (SRA).

Tiberghien F.
2002, Versailles. Le chantier de Louis XIV 1662-1715, Paris, Perrin, collection Pour l’histoire.

Viré M.,
2013, Écouen. Domaine du château d’Écouen, rue Jean Bullant, section AI, Parcelle 203, Rapport de diagnostic archéologique, déposé à la Drac Île-de-France (SRA).

Haut de page

Notes

1 Dufour (dir.) 2013.

2 Nous appelons carreaux les éléments carrés et tomettes les éléments hexagonaux.

3 Bouëtiez 2013a.

4 Chapelot, Chapelot et Rieth 2009 ; Crépin-Leblond et Rosen (dir.) 2000.

5 Dépouillement effectué en 2013.

6 Responsable d’opération : J.-Y. Dufour. Étude des TCA : Ravoire 2001.

7 Responsable d’opération : M. Viré. Étude des TCA : Bouëtiez 2013b.

8 Responsable d’opération : I. Caillot. Étude des TCA : Charles 2012.

9 Responsable d’opération : S. Hurard. Inventaire des TCA : G. Driwla.

10 Responsable d’opération : P. Celly. Étude des TCA : E. du Bouëtiez.

11 Responsable d’opération : J.-Y. Dufour. Dufour, Péru et Ardouin 2010.

12 La Grille royale du château de Versailles est située à 200 m au nord de la cour du Grand Commun. Réalisée vers 1680 par Jules Hardouin-Mansart, elle sépare la cour d'honneur de la cour royale. Les fouilles, réalisées en 2006, préalablement à la restitution d’une nouvelle grille, ont mis au jour, entre autre, une partie du soubassement en briques et la tranchée de fondation. Fouilles réalisées par Annick Heitzmann, chargée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles.

13 Le Guillou 2006 ; Id. 2011 ; Le Guillou etLe Guillou 2013.

14 Mur dont la partie supérieure, rampante, porte les marches d'un escalier.

15 Le Guillou etLe Guillou 2013, p. 114.

16 Examen à l’œil nu. Aucune étude de pâte n’a pu être réalisée dans le cadre de cet article.

17 Savot 1624, p. 269.

18 AN M.C. /ét. CV 376.

19 Compte tenu de la superficie du terrain, 275 m2, on estime à 4500 le nombre de carreaux nécessaire pour couvrir le sol à raison de 100 carreaux pour la longueur et 45 pour la largeur.

20 Estat par le menu de la despence des bastimens de France durant l’année mil six cens trente neuf, Coll. Grossœuvre, Versailles, F° 309.

21 Bernard-Tambour et Carlier 2001, p. 141.

22 Savot 1624, p. 269.

23 Aviler 1755, p. 82.

24 Sillano 2008.

25 Bullet 1691.

26 Ravoire 2001, p. 252.

27 Ravoire 2001, p. 252.

28 Les mesures correspondent à la distance entre deux pans opposés, appelée « diamètre » dans les ouvrages anciens.

29 Savot 1624, p. 269.

30 Duhamel du Monceau et al. 1763.

31 Lacombe 1783.

32 Pour notre part, nous avons observé l’emploi de cette technique sur des carreaux en faïence de Delft (XVIIe siècle).

33 Léon, Ben Amara et Conte 2007, p. 2.

34 Duhamel du Monceau 1773, p. 11.

35 En dehors de ces carreaux de pavement non décorés nous n’avons trouvé que trois fragments de carreaux émaillés. Il s’agit de productions de Nevers. La face supérieure porte un décor « à la bougie » (effet de coulures blanches par projection d’émail stannifère) sur fond bleu. La face inférieure est marquée d’impressions profondes faites par un outil pivotant.

36 Notamment en Provence et en Languedoc. À Paris, un carreau hexagonal glaçuré, récolté au XIXe siècle, rue de l’Abbé de l’Épée (Paris Ve), serait daté du XVe ou du XVIe siècle : cf. Norton 1992, p. 116.

37 Les carreleurs faisant partie de la maîtrise des potiers.

38 Duhamel du Monceau 1773, p. 18.

39 Les analyses n’ont pu être faites sur les gros carreaux mais uniquement sur des tomettes estampées ou non et sur des moyens carreaux estampés.

40 Le Guillou et Le Guillou 2013 ; Tiberghien 2002.

41 Le dépouillement des actes notariés parisiens entre 1629 et 1630 serait sans doute intéressant, mais dépasse le cadre de cet article.

42 Tiberghien 2002, p.183.

43 L’autre constante est le droit de réquisition sur la main-d’œuvre, les chevaux, les matériaux et les produits finis.

44 Domaine royal réservé à la famille du roi, distant d’une dizaine de kilomètres de Versailles.

45 Tiberghien 2002, p.191.

46 Duhamel du Monceau et al. 1763, p. 29.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Emplacement de la fouille du Grand Commun du château de Versailles.
Crédits © Château de Versailles
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 Plan des vestiges contenant des TCA.
Crédits © J.-Y. Dufour, M. Belarbi, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre Fig. 3 Tomettes de la galerie du jeu de paume.
Crédits © J.-Y. Dufour, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 Gros carreaux.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 5 Gros carreaux, détails.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 6 Listels.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 7  Gros carreaux, faces de pose et motifs.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 8 Estampage des gros carreaux.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 9 Gros carreaux, motifs des tampons.
Crédits © E. du Bouëtiez, M. Viré, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 10 Carreaux en pierre, gros carreaux et tomettes en terre cuite.
Crédits © J.-Y. Dufour
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 12 Carreaux fins, motifs des tampons.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. 14 Petits carreaux.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 16 Les trois tailles de tomettes.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 17 Motifs sur grandes tomettes.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap, A. Heitzmann CRCV
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 19 Tomette découpée à la forme à pointes.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Fig. 20 Fabrication des tomettes hexagonales dans Lacombe 1783, tome 1, Pl. 2.
Crédits Cl. Médiathèque F. Mitterrand, Poitiers
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 22 Tomettes du jeu de paume.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 23 Petites tomettes.
Crédits © E. du Bouëtiez, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 25 Présence des différents types de pavement dans les sites de référence.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2852/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle du Bouëtiez et Jean-Yves Dufour, « Les carreaux de pavement en terre cuite du xviie siècle du jeu de paume du roi à Versailles (Yvelines) », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 131-152.

Référence électronique

Emmanuelle du Bouëtiez et Jean-Yves Dufour, « Les carreaux de pavement en terre cuite du xviie siècle du jeu de paume du roi à Versailles (Yvelines) », Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2852 ; DOI : 10.4000/archeomed.2852

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle du Bouëtiez

Inrap

Jean-Yves Dufour

Inrap. UMR 7041, équipe Archéologies environnementales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals