Navigation – Plan du site

Mise au point historiographique à propos d’un article de Laurent Olivier, « Les racines nationales-socialistes de la refondation de l’archéologie médiévale en France : Michel de Boüard (1909-1989) et Herbert Jankuhn (1905-1990) »

Élisabeth Zadora-Rio
p. 153-156

Texte intégral

  • 1 Hamelin 2011, p. 439, n. 1498 : « Les relations de Michel de Boüard avec Herbert Jankuhn (1905-1990 (...)
  • 2 Olivier 2013.

1Après le congrès organisé en 2006 par la Société d’archéologie médiévale, qui a fait une large place à l’historiographie (Chapelot 2010), la thèse d’histoire contemporaine que Bertrand Hamelin a soutenue en 2011 sur la biographie de Michel de Boüard, sa carrière académique et ses engagements politiques, a apporté une contribution spécifique à l’histoire de la discipline en retraçant la trajectoire intellectuelle de son initiateur en France (Hamelin 2011). C’est une simple note infrapaginale de cette thèse, dans laquelle Bertrand Hamelin juge surprenantes les relations que Michel de Boüard a entretenues avec Herbert Jankhun, ancien membre du parti nazi dont il ne pouvait ignorer le passé1, qui a, semble-t-il, fourni le point de départ de l’article que Laurent Olivier a publié dans le dernier volume paru de la revue Antiquités nationales2, qui va beaucoup plus loin. Selon Laurent Olivier, en effet, les relations de Michel de Boüard avec Herbert Jankuhn auraient été le vecteur, dans les années 1960-1970, d’une transmission de l’héritage nazi qui aurait profondément marqué la constitution du programme et les orientations scientifiques de l’archéologie médiévale française.

  • 3 Centre de recherches archéologiques médiévales, actuellement Craham, Centre de recherches archéolog (...)
  • 4 Chapelot 1977.
  • 5 Olivier 2013, p.161 : « Tout au long de sa carrière archéologique, Michel de Boüard ne s’est référé (...)

2Ayant passé trois années à Caen en tant qu’étudiante, entre 1968 et 1972, j’appartiens à la génération d’archéologues formés, au moins en partie, par Michel de Boüard, ainsi que le rappelle l’article, et je voudrais apporter une contribution de première main à ce débat. Il est certain qu’à cette époque, tout le monde, au Cram3, connaissait le passé nazi de Jankuhn, au moins dans ses grandes lignes. En tant qu’ancien résistant, déporté à Mauthausen et membre du parti communiste, Michel de Boüard devait certainement considérer qu’il pouvait se permettre d’avoir des échanges avec Jankuhn, considéré par tous comme un pionnier de l’archéologie médiévale, sans qu’on puisse le suspecter d’être un sympathisant nazi – et personne alors ne s’en offusquait. Je me souviens que Jean Chapelot a publié en 1977 dans Archéologie médiévale (donc avec l’aval de Michel de Boüard) un très long compte rendu d’un recueil d’articles de Jankuhn4 dans lequel il faisait état de son appartenance à la SS et de ses liens avec Himmler, tout en soulignant le caractère pionnier de ses travaux et plus généralement, les acquis de l’archéologie médiévale allemande. Celle-ci était alors l’une des plus avancées d’Europe, et il n’y a donc rien d’étonnant à ce que de Boüard, qui était bon germanophone et qui souhaitait développer la discipline en France, ait lu avec attention et annoté les travaux de Jankuhn. Peut-on cependant considérer que celui-ci a été son « seul modèle » tout au long de sa carrière, comme l’affirme Laurent Olivier5 ? La réponse est assurément non, et les exemples invoqués par ce dernier pour démontrer cette prétendue influence sont tous erronés :

  • 6 Villages désertés 1965 ; Archéologie du village déserté 1970 ; Pesez 1984.
  • 7 Le programme de recherche sur les villages désertés ayant été lancé en 1961 par des historiens (F. (...)
  • 8 Démians d’Archimbaud 1962 ; Démians d’Archimbaud 1980.
  • 9 Galinié 2013. Les ouvrages méthodologiques ont été publiés plus tardivement (Barker 1977, Harris 19 (...)
  • 10 Sur ce sujet, voir l’intéressant article d’Emma Bentz dans le volume final de la publication des fo (...)
  • 11 Galinié 2013. Signalons qu’au tout début des années 1960, Michel de Boüard a envoyé Joseph Decaens, (...)

31- La méthode de fouille utilisée au Cram dans les années 1960-1970 était celle que préconisait Mortimer Wheeler, qui était alors le théoricien de la fouille stratigraphique : son ouvrage méthodologique, Archaeology from the earth, publié en 1954 à l’issue d’une trentaine d’années de pratique de terrain, a connu une large diffusion. Dans les années 1960-1970, cette méthode, qui faisait l’objet de l’enseignement méthodologique de Paul Courbin à l’École pratique des hautes études (VIe section), a été également utilisée sur les chantiers de fouille des villages médiévaux de Montaigut (Tarn) (1964-1965), Saint-Jean-le-Froid (Aveyron) (1964-1969), Condorcet (Drôme) (1966-1967), Dracy (Côte-d’Or) (1965-1980) et Brucato (1972-1975)6 conduits par la VIe section de l’EPHE7. La fouille de Rougiers (Var), entreprise dès 1961 par Gabrielle Démians d’Archimbaud, fondatrice du Laboratoire d’archéologie médiévale d’Aix-en-Provence, a pris exemple également, de manière très explicite, sur l’archéologie médiévale britannique8. De Boüard, qui n’a pas cherché à innover en matière de méthode de fouille, n’a certainement pas inventé « un usage particulier de la stratigraphie » sous l’influence de Jankuhn comme le prétend Laurent Olivier. La méthode Wheeler représentait un grand progrès par rapport aux pratiques antérieures, qui consistaient essentiellement, sur les chantiers de fouilles historiques, à dégager les murs, car elle a introduit l’idée que l’essentiel de l’information se trouvait dans le sol lui-même. Son inconvénient était cependant de privilégier la lecture verticale de la stratification, telle qu’elle était conservée en section sur les banquettes-témoins laissées jusqu’à la fin du chantier, au détriment de la vision synchronique de l’organisation spatiale des structures. Le renouvellement des méthodes de fouille, qui a donné une importance primordiale à la lecture en plan, et l’enregistrement par unité stratigraphique, qui a permis une analyse beaucoup plus fine de la stratification, du mode de déposition et de la chronologie des couches, sont venus d’Angleterre, où ils ont résulté d’une longue élaboration collective, la transmission d’un chantier à l’autre se faisant essentiellement par échanges personnels9. Une première étape a été marquée par l’introduction à Wharram Percy en 1953 de la méthode de fouille en aire ouverte utilisée par l’archéologue danois Axel Steenberg à Store Valby et Borup10. Les techniques de fouille et d’enregistrement ont continué à évoluer ensuite, dans les années soixante, lors des fouilles de Philip Barker à Wroxeter et Hen Domen et surtout lors de celles de Martin Biddle et Birthe Kjølbye Biddle à Winchester, d’où elles ont été importées par Henri Galinié à la fin des années 1960 à Tours11. De là elles se sont diffusées en France au hasard des trajectoires personnelles – par exemple celle de Pierre Poupet qui, après s’être familiarisé à Orléans avec les méthodes de Tours, les a introduites sur le site protohistorique de Lattes où, après quelques modifications, elles ont été à l’origine du système d’enregistrement qui s’est répandu sur les chantiers du sud de la France sous le nom de SYSLAT.

42- Pour avoir assisté au développement des recherches sur la céramique au Cram, dans les années 68-72 et suivantes, je peux témoigner qu’il doit infiniment plus aux travaux effectués en Angleterre à partir des années 50 par J. Hurst et G. Dunning qu’à ceux de Jankuhn – et quant au Code pour le classement et l’étude de la céramique médiévale de Marie Leenhardt, il s’inspire directement des travaux de J.-C. Gardin qui avait créé à Marseille, à la fin des années 50, le Centre d’analyse documentaire pour l’archéologie (CADA), équipe CNRS qui a produit de nombreux codes d’analyse sur fiches perforées, ancêtres des bases de données informatisées.

53- L’idée que l’archéologie médiévale naissante a transposé les méthodes de l’archéologie pré- et protohistorique ne peut être attribuée à l’influence de Jankhun, car c’est un lieu commun, un fait avéré, tellement admis par tous qu’il est impossible de lui attribuer une source originelle. Dans les années 50, en France, l’archéologie médiévale ne se distinguait pas de l’histoire de l’art et se cantonnait aux édifices de pierre de belle facture (églises, châteaux), auxquels on peut ajouter les sarcophages. C’est donc par les contacts avec les spécialistes de la Protohistoire (notamment dans les pays non romanisés et tardivement christianisés, où selon les découpages académiques, la Protohistoire s’étend jusqu’à la fin du premier millénaire de notre ère) que les médiévistes ont appris à reconnaître les traces de l’architecture de bois. En outre, les premières fouilles de sites médiévaux ont souvent été conduites par des protohistoriens : cela va de soi pour le haut Moyen Âge dans les régions d’Europe non romanisées où il appartient à la Protohistoire, mais c’est également le cas pour les sites postérieurs à l’an Mil : la première fouille extensive d’un village médiéval, celui de Hohenrode (Xe-XIVe siècle), en Allemagne, a été réalisée avant la guerre par Paul Grimm, spécialiste du Néolithique (et comme Jankuhn, nazi de la première heure), et elle a été suivie par celles de Store Valby et Borup par Axel Steensberg, formé à l’archéologie de l’âge du fer danois par Gudmund Hatt.

  • 12 Je ne développe pas ici l’argumentation que j’ai présentée de manière détaillée dans un article en (...)
  • 13 Zadora-Rio 1986.

64- La conception ethnique de l’occupation du sol, qui a alimenté le pangermanisme du régime nazi, était loin d’être propre à la Siedlungsarchäologie allemande : elle était très largement partagée en Europe, où on la retrouve, par exemple, dans l’archéologie culturelle telle que la concevait le préhistorien marxiste Gordon Childe. Elle est antérieure au nazisme puisque les archéologues l’ont héritée des toponymistes du XIXe siècle, et elle a persisté très longtemps après la dernière guerre car les archéologues ne disposaient d’aucun autre concept que celui de migration des peuples (ou plutôt d’« invasions ») pour aborder l’étude des changements dans l’occupation du sol12 : c’est seulement dans le courant des années 1970-80 que de nouveaux paradigmes ont été disponibles, grâce au développement des prospections systématiques, à l’émergence de l’archéologie du paysage britannique, et à l’influence de la New archaeology américaine qui a introduit dans l’étude de l’occupation du sol les modèles spatiaux de la géographie humaine13.

7En définitive, l’influence personnelle de Jankuhn sur la pratique archéologique de Michel de Boüard n’est guère décelable, et leurs relations, d’après Laurent Olivier lui-même, ont été limitées à des échanges de tirés à part assortis de formules de politesse, selon les usages académiques de l’époque, et peut-être quelques rencontres. Si elles n’ont fait l’objet d’aucun article avant le sien, ce n’est donc pas en raison d’une quelconque omerta du milieu archéologique, comme il le soutient : c’est simplement qu’il n’y a pas grand-chose à en dire.

8Il est donc facile de montrer que les allégations de Laurent Olivier sont fausses, et on se demande ce qui l’a incité à écrire cet article, alors que son ignorance de l’historiographie de l’archéologie médiévale est abyssale. Il a, bien sûr, l’excuse d’être protohistorien, et non médiéviste, mais on s’étonne qu’il n’ait pas eu l’idée de se documenter avant de traiter d’un sujet qui lui était totalement étranger. On s’étonne également que le comité de lecture de la revue, s’il y en a bien un, n’y ait vu que du feu. La vraie question, pourtant, est ailleurs : à supposer que ses allégations aient été vraies, en quoi auraient-elles étayé sa thèse sur « les racines nationales-socialistes de la refondation de l’archéologie médiévale en France », et en quoi auraient-elles fait de Michel de Boüard la courroie de transmission de l’« héritage nazi » ? Les méthodes de fouilles, ou le traitement de la céramique auraient-ils été automatiquement condamnables s’ils avaient été marqués par l’influence de Jankuhn ? En quoi consiste l’« héritage nazi » lorsqu’il ne s’exprime pas dans un discours idéologique ? Certes les méthodes peuvent avoir des implications idéologiques, mais encore faut-il le démontrer, ce que Laurent Olivier ne fait nullement. Il procède par insinuation : ainsi par exemple, lorsqu’il laisse planer la suspicion sur les fondateurs de la revue Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, créée en 1974, uniquement parce qu’ils ont été les élèves de Jankuhn dans les années 1960, sans jamais leur reprocher une prise de position concrète.

  • 14 Ainsi que le rappelle Laurent Olivier, l’institut de recherche « Héritage des ancêtres », dont Jank (...)

9Certes, l’archéologie se prête, par nature, à toutes les manipulations identitaires du passé, et il n’est pas question ici de minimiser son instrumentalisation par le régime nazi, avec la participation active d’une grande partie de la profession : elle a été sans doute plus radicale que toute autre14. Dans le contexte politique actuel de montée des extrêmes droites nationalistes en Europe, il importe d’autant plus de ne pas imiter leurs méthodes en pratiquant la chasse aux sorcières.

10Décidément, dans cet article, tout est dans le titre. La revue Antiquités nationales a, on n’en doute pas, des difficultés de diffusion – mais peut-elle vraiment espérer accroître son lectorat en utilisant les méthodes de la presse à sensation ?

Haut de page

Bibliographie

Archéologie du village déserté
1970, Archéologie du village déserté, Paris, Éditions de l’EPHE, 2 vol.

Barker P.
1977, Techniques of Archaological Excavation, London, 1977.

Bentz E.
2012, « The Danish connection : Axel Steensberg and Wharram Percy », dans Wrathmell S. (dir.), A History of Wharram Percy and its neighbours, York, York University, Wharram. A study of settlement on the Yorkshire Wolds, vol. XIII, p. 10-22.

Chapelot J.
1977, Compte rendu de Jankuhn H., « Archäologie und Geschichte, Vorträge und Aufsätze. Band I : Beiträge zur siedlungsarchäologischen Forschung, Berlin-New York, Walter de Gruyter 1976 », Archéologie médiévale, VII, 1977, p. 294-301.

Chapelot J. (dir.)
2010, Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir, Caen, Publications du CRAHM.

Démians d’Archimbaud G.
1962, « L’archéologie du village médiéval : exemple anglais et expérience provençale », AnnalesÉconomie, Sociétés, Civilisations, 17, n° 3, p. 477-488.

1980, Les fouilles de Rougiers, Var : contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris, Éditions du CNRS.

Galinié H.
2013, « Les “clefs du sol” (1976-1977) », Les petits cahiers d’Anatole, n° 25, http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/pecada_25.pdf.

2001, « Archéologie et toponymie : le divorce », Les petits cahiers d’Anatole, n° 8, http://www.univ-tours.fr/lat/Pages/F2_8.html.

Hamelin B.
2011, Singulier et pluriel : Michel de Boüard, Thèse de doctorat d’histoire, spécialité : Histoire des mondes modernes, du monde contemporain, soutenue le 12 décembre 2011, Université de Caen Basse-Normandie.

Harris E.C.
1979, Principles of archaeological stratigraphy, London, New York, Toronto, Academic Press.

Olivier L.
2013, « Les racines nationales-socialistes de la refondation de l’archéologie médiévale en France : Michel de Boüard (1909-1989) et Herbert Jankuhn (1905-1990) », Antiquités nationales, t. 44, p. 157-175.

Pesez J.-M. (dir.)
1984, Brucato. Histoire et archéologie d’un habitat médiéval en Sicile, Rome, École française de Rome, 78.

Schnapp A.
2003, « L’autodestruction de l’archéologie allemande sous le régime nazi », Vingtième siècle.Revue d’histoire, 2003/2, n° 78, p. 101-109.

Villages désertés
1965, Villages désertés et histoire économique, XIe-XVIIIe siècles, Paris, SEVPEN.

Wheeler M.
1954, Archaeology from the earth, London, Penguin Book.

Zadora-Rio É.
1986, « La prospection archéologique et l’évolution de la notion de site », dans Ferdière A. et Zadora-Rio É. (dir.), La prospection archéologique. Paysages et peuplement, Documents d’archéologie française, n° 3, Paris, p. 11-15.

Haut de page

Notes

1 Hamelin 2011, p. 439, n. 1498 : « Les relations de Michel de Boüard avec Herbert Jankuhn (1905-1990) sont l’un des points les plus surprenants d’un parcours intellectuel qui n’en manque pas. Que Michel de Boüard ait eu une profonde admiration à l’égard des travaux de son collègue est notamment avéré par le fait que les tirés à part que lui envoie Jankuhn sont abondamment annotés de sa main et qu’il signale régulièrement en termes élogieux ses oeuvres. Par ailleurs, quelques lettres amicales de Jankuhn sont conservées dans les archives du CRAM. Il ne semble pas que Michel de Boüard pouvait ignorer le sombre passé de l’archéologue allemand, membre du parti nazi au comportement particulièrement condamnable pendant la guerre ».

2 Olivier 2013.

3 Centre de recherches archéologiques médiévales, actuellement Craham, Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales, à Caen.

4 Chapelot 1977.

5 Olivier 2013, p.161 : « Tout au long de sa carrière archéologique, Michel de Boüard ne s’est référé qu’à un seul modèle : Herbert Jankuhn, qu’il désigne comme « l’un des pionniers et des maîtres de l’archéologie médiévale en Europe » ».

6 Villages désertés 1965 ; Archéologie du village déserté 1970 ; Pesez 1984.

7 Le programme de recherche sur les villages désertés ayant été lancé en 1961 par des historiens (F. Braudel, R. Philippe et J. Le Goff), en l’absence d’archéologue médiéviste, Paul Courbin en a assumé au début la responsabilité archéologique conjointement avec Witold Hensel, directeur de l’Institut d’histoire de la culture matérielle de l’Académie des sciences de Pologne. Les fouilles ont commencé en 1964, avec le concours d’archéologues polonais. Par la suite le programme a été conduit par J.-M. Pesez.

8 Démians d’Archimbaud 1962 ; Démians d’Archimbaud 1980.

9 Galinié 2013. Les ouvrages méthodologiques ont été publiés plus tardivement (Barker 1977, Harris 1979).

10 Sur ce sujet, voir l’intéressant article d’Emma Bentz dans le volume final de la publication des fouilles de Wharram Percy (Bentz 2012).

11 Galinié 2013. Signalons qu’au tout début des années 1960, Michel de Boüard a envoyé Joseph Decaens, qui venait d’être recruté à l’université de Caen, à Wharram Percy pour qu’il y participe à une campagne de fouilles, et que Gabrielle Démians d’Archimbaud a manifesté très tôt son intérêt pour la méthode de fouille en aire ouverte qui y était pratiquée (Démians d’Archimbaud 1962), mais la greffe n’a pas pris en France avant les années 1970.

12 Je ne développe pas ici l’argumentation que j’ai présentée de manière détaillée dans un article en ligne (Zadora-Rio 2001).

13 Zadora-Rio 1986.

14 Ainsi que le rappelle Laurent Olivier, l’institut de recherche « Héritage des ancêtres », dont Jankuhn dirigea le département archéologique, était directement rattaché à la SS. Sur ce sujet, voir aussi Schnapp 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Zadora-Rio, « Mise au point historiographique à propos d’un article de Laurent Olivier, « Les racines nationales-socialistes de la refondation de l’archéologie médiévale en France : Michel de Boüard (1909-1989) et Herbert Jankuhn (1905-1990) » », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 153-156.

Référence électronique

Élisabeth Zadora-Rio, « Mise au point historiographique à propos d’un article de Laurent Olivier, « Les racines nationales-socialistes de la refondation de l’archéologie médiévale en France : Michel de Boüard (1909-1989) et Herbert Jankuhn (1905-1990) » », Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2887

Haut de page

Auteur

Élisabeth Zadora-Rio

Directrice de recherches émérite CNRS, Citeres-Lat, UMR 7324

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals