Navigation – Plan du site

Témoins anthropologiques de dissections anatomiques : le cas des ossements exhumés de l’ancienne église Saint-Jacques de Douai (Nord, xvie-xviiie siècle)

Anthropological Evidence for Anatomical Dissections: the Example of 16th to 18th century Human Remains from the Ancient Church of Saint-Jacques in Douai
Zusammenfassung: Aus der früheren Jakobskirche zu Douai (Nordfrankreich) geborgene Gebeine als Zeugen anatomischer Sektionen (16.-18. Jh.)
William Devriendt, Sophie Vatteoni, Benoît Bertrand et Stéphane Venet
p. 117-130

Résumés

Une fouille préventive menée sur la place Carnot de Douai (avril-décembre 2007) a permis de mettre au jour les vestiges de l’ancienne église Saint-Jacques (1225-1798) et son cimetière attenant. Parmi les 1857 sépultures exhumées, quelques restes de l’époque moderne, présentant des traces d’interventions anthropiques (sciage, découpe), ont retenu l’attention. L’étude des stigmates a permis de restituer les modes opératoires à l’origine de ces modifications osseuses. Les gestes techniques ont été comparés à ceux décrits dans la littérature médicale contemporaine. À l’issue de cette analyse, trois interprétations sont discutées : l’embaumement, l’autopsie et la dissection. Le contexte des dépôts et l’histoire de la ville plaident en faveur de dissections à vocation pédagogique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis plus d’une vingtaine d’années, les découvertes, au sein des églises et des cimetières paroissiaux, de restes osseux portant des traces d’interventions anthropiques ont fait l’objet d’un intérêt croissant et, bien que les découvertes archéoanthropologiques de ce type se soient multipliées, elles conservent un caractère exceptionnel. Face à de tels vestiges, trois interprétations sont classiquement proposées : l’embaumement, l’autopsie et la dissection. Le contexte du dépôt, qui réclame une fouille minutieuse, conditionne généralement l’interprétation des vestiges.

  • 1 Georges 2006, p. 99.

2L’embaumement est l’hypothèse la plus fréquemment évoquée. En Europe, cette pratique fait son apparition dès le viiie siècle et, malgré une interdiction pontificale en 1299, elle se maintient chez les nobles et les personnes fortunées jusqu’au xixe siècle1.

  • 2 Mandressi 2003.

3Au cours du Moyen Âge, l’autopsie et la dissection ne vont être exécutées que de manière ponctuelle, bien que ni l’Église, ni l’État n’en interdisent la pratique. Ces opérations semblent se heurter à des tabous religieux et/ou culturels2 et ne vont réellement se vulgariser qu’à la faveur de la Renaissance et des Lumières.

  • 3 Nous remercions Nuria Villena i Mota pour sa contribution à la restauration et à l’examen de ces p (...)

4Les fouilles menées sur la place Carnot de Douai (Nord, France) ont conduit à la mise au jour de nombreux restes humains parmi lesquels des pièces osseuses isolées (N=4) et des squelettes en connexion partielle ou totale (N=4), présentant des traces de sciage3. L’étude anthropologique s’était fixé comme objectif de restituer les gestes techniques qui ont conduit à ces modifications et de comprendre les motivations qui ont gouverné ces pratiques. La recherche en laboratoire, combinée à celle des archives historiques, a mis en lumière un pan oublié de l’histoire de la ville et plus généralement du Nord-Pas-de-Calais.

1. Matériel et méthodes

1.1. L’ancienne église Saint-Jacques de Douai (xiiie-xviiie siècle)

5Née à la fin de l’époque carolingienne, Douai se révèle l’une des principales cités de Flandre au Moyen Âge. Située dans le département du Nord entre les villes de Lille, Arras et Valenciennes, elle est la cité la plus méridionale de Flandre, à la limite avec l’Artois (fig. 1).

Fig. 1 Localisation de Douai, de l’église Saint-Jacques et de son cimetière.

Fig. 1 Localisation de Douai, de l’église Saint-Jacques et de son cimetière.

6La fouille préventive de la place Carnot a été réalisée en prélude aux travaux d’installation du tramway. Elle était justifiée par la présence, à quelques centimètres sous le bitume, des vestiges de l'ancienne église paroissiale Saint-Jacques, érigée en 1225 et en fonction jusqu’en 1798, date de sa destruction (fig. 2). L'opération, réalisée entre avril et décembre 2007, a permis de dévoiler le plan du chœur primitif et l'évolution architecturale du bâtiment. En outre, elle a mis au jour 1857 sépultures, datées du xiiie au xviiie siècle, réparties entre l’église et le cimetière attenant (fig. 3 et 4).

Fig. 2 Restitution de l’église Saint-Jacques dans son dernier état avant sa destruction en 1798.

Fig. 2 Restitution de l’église Saint-Jacques dans son dernier état avant sa destruction en 1798.

D’après Leroy 1953.

Fig. 3 Vue aérienne du chantier de l’église Saint-Jacques.

Fig. 3 Vue aérienne du chantier de l’église Saint-Jacques.

Cl. Ph. Frutier

Fig. 4 Plan de répartition des tombes de l’église Saint-Jacques.

Fig. 4 Plan de répartition des tombes de l’église Saint-Jacques.

Chaque trait correspond à une sépulture. Les étoiles indiquent l’emplacement des ossements sciés en position erratique et les points celui des ensembles sciés retrouvés en connexion.

  • 4 L’inhumation en cercueil est attestée par la présence de clous en fer répartis autour de nombreux (...)
  • 5 L’existence de linceuls est attestée par la présence, dans de très nombreuses sépultures, d’épingl (...)
  • 6 En position allongée.

7La majorité des tombes découvertes correspondent à des sépultures individuelles en fosses simplement creusées dans le substrat. Cependant, au sein de l’église, les tombes les plus récentes (xviie-xviiie siècle) ont bénéficié de coffrages maçonnés, constitués de murets et de voûtes en briques. La plupart des individus ont été inhumés en cercueils de bois4 et/ou enveloppés dans un linceul5. La position d’inhumation privilégiée est le décubitus6 dorsal, mains croisées sur la poitrine ou sur le bassin, la tête orientée au nord-ouest. Parallèlement à ces sépultures, de nombreux ossements épars ou organisés en ossuaires ont été mis au jour.

8La fouille a révélé plusieurs ensembles particuliers, notamment des squelettes et ossements comportant des traces de découpe d’origine anthropique, faisant l’objet de cette étude.

1.2. Matériel d’étude

9C’est essentiellement dans le cimetière extérieur et dans les niveaux supérieurs qu’ont été découverts les ossements découpés. Ils coïncident avec la dernière utilisation du cimetière, soit du xvie au xviiie siècle. Ils consistent en ossements épars, ossements en connexion, et squelettes en connexion partielle ou totale.

  • 7 Os situé à l’arrière du crâne.
  • 8 Partie supérieure latérale du crâne.
  • 9 Proéminence osseuse située en avant du tibia sur sa partie supérieure.
  • 10 Terme désignant la voûte crânienne.

10Parmi les ossements en position erratique, on compte un fragment d’occipital7 (V214) ainsi qu’un fragment de pariétal8 gauche (V127), tous deux retrouvés de manière isolée au sein du cimetière (fig. 5B et A). Un tibia (V183), visiblement découpé transversalement sous la tubérosité tibiale9, a également été retrouvé au sein d’un vaste ossuaire (fig. 5C). Un seul élément a été découvert à l’intérieur de l’église. Il s’agit d’un crâne isolé (V481), mêlé à d’autres ossements épars (fig. 5D). Celui-ci montrait des signes de découpe au niveau de la calvaria10. L’ensemble de ces pièces appartiennent à des sujets visiblement adultes ou sub-adultes, à en juger d’après leurs dimensions et l’absence de signes d’immaturité osseuse.

Fig. 5 Ossements sciés retrouvés en position erratique.

Fig. 5 Ossements sciés retrouvés en position erratique.

A. Fragment de pariétal gauche V127 ;
B. Fragment d’occipital V214 ;
C. Tibia V183 (section et diaphyse) ;
D. Crâne isolé V481.

11Parallèlement à ces ossements erratiques, plusieurs fragments de corps en connexion ont été découverts. Le premier (V100) correspond aux restes d’une jambe adulte gauche sciée sous la tubérosité tibiale (fig. 6A). Dans les niveaux directement sous-jacents se trouvait un individu en connexion partielle (S73) présentant également des traces de découpe au niveau de la calvaria (fig. 6B). Ce sujet se présentait sous la forme d’un squelette incomplet, visiblement déposé en décubitus ventral, la tête reposant sur son côté droit. Il ne subsistait de cet individu que la partie supérieure, à hauteur de la 8e vertèbre thoracique. Les membres supérieurs étaient également manquants. Il a été découvert mêlé à de nombreux ossements erratiques et il n’est pas impossible qu’un certain nombre d’entre eux lui appartiennent.

Fig. 6 Ossements sciés retrouvés en connexion sur le terrain.

Fig. 6 Ossements sciés retrouvés en connexion sur le terrain.

A. Jambe en connexion V100 ;
B. Squelette en connexion S73 ;
C. Squelette en connexion S93 ;
D. Squelette en connexion S123.

  • 11 Terme désignant le bassin osseux chez les vertébrés et qui est constitué des deux os coxaux et du (...)

12Le second individu (S123), également incomplet, était recoupé au niveau du bassin par une fosse de plantation d’arbre (fig. 6D). Il manquait la ceinture pelvienne11 dans sa quasi-totalité, une partie du rachis lombaire et l’avant-bras droit. Le sujet a été déposé en décubitus dorsal, main gauche sur la poitrine. La position générale du squelette rappelle celle qui a été observée dans la plupart des sépultures du site. De même que le sujet S73, ce squelette portait des signes de découpe de la calotte crânienne. Dans les deux cas, la partie supérieure de la calvaria était manquante.

  • 12 Partie supérieure du sternum.

13Le dernier cas correspond à un individu complet (S93), déposé au sein d’une fosse visiblement aménagée à cet effet (fig. 6C). Le sujet avait été préalablement sectionné en deux au niveau de la jonction entre la 2e et la 3e vertèbre lombaire. La partie haute du corps a été déposée en décubitus latéral droit. Cette partie du squelette est globalement orientée est-ouest, tête à l’est, bras croisés. La partie basse du corps a été déposée en décubitus ventral dans le sens inverse de la première puisqu’elle est globalement orientée ouest-est. Tous les éléments du squelette ou presque sont présents et en parfaite connexion anatomique. À ce titre, il s’agit du seul cas pour lequel subsiste la calotte crânienne découpée : celle-ci a été déposée sur le crâne du sujet au moment du dépôt du corps. Seuls manquent le manubrium12 et le sternum.

  • 13 Articulations qui, au cours des phases de décomposition du cadavre, se disloquent les premières.
  • 14 Duday 2005, p. 166-167.

14Pour chacun de ces individus, le maintien en position étroite des articulations labiles13 (rachis cervical, os du carpe, métacarpes, métatarses)14 plaide en faveur de dépôts primaires non perturbés. Seul le sujet S73 présentait des pertes osseuses qui vont de pair avec une manipulation secondaire.

1.3. Méthode d’étude en laboratoire

1.3.1. Caractérisation de l’échantillon

  • 15 Murail, Bruzek et al. 2005.
  • 16 Ferembach, Schwidetzky et Stloukal 1979.
  • 17 Au cours de la croissance, période durant laquelle les extrémités articulaires se soudent au corps (...)
  • 18 Scheuer et Black 2000.

15La caractérisation biologique de l’échantillon a été assurée par les méthodes classiques en anthropologie. Pour les ossements isolés ou pauvres en informations relatives à l’âge et au sexe, une simple identification de la maturité osseuse a été opérée afin de pouvoir séparer os adultes et os immatures. Pour les sujets en connexion, la détermination du sexe a été réalisée prioritairement à partir des os du bassin à l’aide de la méthode DSP15 et secondairement à l’aide du squelette céphalique pour les individus dépourvus de ceinture pelvienne16. L’estimation de l’âge des sujets en connexion a été réalisée d’après l’observation des différents stades de fusion diaphyso-épiphysaire17 pour les plus jeunes sujets (jeunes adultes et adolescents), en se référant à différentes tables, réunies dans l’ouvrage de Louise Scheuer et Sue M. Black18. L’étude paléopathologique a été réalisée sur la base d’un examen macroscopique de l’ensemble des pièces osseuses.

1.3.2. Traces de découpe

  • 19 Shipman 1981.
  • 20 Symes 1992, p. 99-129 ; Symes, Chapman et al. 2010, p. 13-29 ; Valentin et D’Errico 1995, p. 385.
  • 21 Symes 1992, p. 4 ; Symes, Chapman et al. 2010, p. 18.
  • 22 Valentin et D’Errico 1995, p. 383.
  • 23 Boulestin 1999, p. 69.
  • 24 White 1992, p. 140-141.

16Les différentes modifications osseuses d’origine anthropique ont été prioritairement observées à l’œil nu et à la loupe binoculaire (modèle Leica M80, avec un grossissement x25). On distingue trois types de marques : les stries de coupe, les traces de sciage et les entailles. Macroscopiquement, les stries de coupe se traduisent par des « rainures » allongées à section en « V » selon la définition de Shipman19. Les traces de sciage se présentent sur l’os sous forme d’un réseau de striations plus ou moins parallèles et de largeur variable. La distance séparant chacune de ces stries est fonction de la taille des dents de la scie utilisée20. Par ailleurs, l’action du sciage tend à laisser d’autres dommages sur l’os, notamment des éperons de cassure. Ceux-ci consistent en de petits éperons d’os non coupés qui surviennent lorsque la scie arrive en bout de course et que la partie restante de l’os se brise21. En outre, les entames ou « faux départs », qui interviennent lorsque la lame pénètre l’os, ont parfois tendance à être plus profondes et plus courtes que les stries laissées par la progression de la coupe22. C’est d’ailleurs ce qui permet de reconnaître les points de départ du sciage. Le terme d’entaille est utilisé ici dans le sens que lui accorde Bruno Boulestin23 et désigne l’ensemble des marques « correspondant à une action sécante due à un coup tranchant porté peu ou prou perpendiculairement à la surface de l’os ». L’entaille désigne ainsi une incision profonde dans l’os, réalisée à l’aide d’un instrument tranchant. À l’instar du sciage, l’entaille d’un os peut entraîner l’apparition d’autres dommages macroscopiques comme la desquamation que Timothy D. White24 compare, pour la définir, à l’aspect que prend le retrait de la connexion fibreuse qui relie deux fragments d’une branche de bois vert cassée. Que ce soit pour le bois ou l’os, cette zone présente de nombreux sillons fibreux parallèles.

  • 25 En anatomie, le plan de Francfort désigne le plan de repère qui permet l'étude du crâne. Il passe (...)

17La localisation et l’orientation des traces observées sur le matériel archéologique ont été reportées schématiquement pour chaque pièce, de même que l’emplacement des traits de coupe par rapport au plan de Francfort25.

2. Résultats

2.1. Âge et sexe

  • 26 Murail, Bruzek et al. 2005.
  • 27 Ferembach, Schwidetzky et Stloukal 1979.
  • 28 Rappelons que l’échelle de sexualisation de Ferembach, Schwidetzky et Stloukal 1979 va de -2 (hype (...)

18Tous les éléments examinés (ossements isolés et ensembles en connexions, N=8) appartiennent à des sujets adultes ou à de grands adolescents. L’ensemble des données relatives à l’âge et au sexe ont été obtenues à partir des squelettes en connexion et du crâne isolé V481. Tous ces individus ont été déterminés de sexe masculin. Seul le sujet S93 disposait d’éléments suffisants pour appliquer la méthode DSP26 : appliquée à partir de 10 paramètres métriques relevés sur le coxal droit, elle permet de déterminer un sexe masculin avec un seuil de probabilité supérieur à 0,95 (p=1). Pour les sujets S73, S123 et V481, l’évaluation s’est appuyée sur l’examen de paramètres non-métriques du crâne et de la mandibule27. Dans les trois cas, les individus présentent des reliefs osseux qui vont de pair avec le sexe masculin (degré de sexualisation évalué à 0,57 pour S73, à 0,5 pour S123 et à 0,71 pour V481)28. L’absence totale de signes de dégénérescence squelettique ou d’abrasions dentaires et la présence chez certains sujets de lignes de fusion des cartilages de croissance (crêtes iliaques de S93, notamment) indiquent qu’il s’agit de sujets relativement jeunes.

2.2. Traces de découpe

19L’examen des différents éléments osseux a mis en évidence plusieurs séries de stries localisées. Au niveau des crânes, celles-ci se situent essentiellement sur l’os frontal et les temporaux.

  • 29 La glabelle est un point de l'os frontal localisé au-dessus du nez, entre les arcades sourcilières
  • 30 En anatomie, une coupe coronale se situe perpendiculairement à la coupe horizontale ou transversal (...)

20En ce qui concerne le crâne V481, une première série de trois sillons subparallèles, orientés dans le sens sagittal du crâne, a été observée au centre de l’écaille frontale avec une terminaison située à 1 cm au-dessus de la glabelle29 (fig. 7A). Simultanément, une seconde série de stries, orientées dans le sens coronal30 cette fois, a été remarquée en bordure du conduit auditif externe gauche, au niveau du tiers postérieur de l’écaille temporale (fig. 7B).

  • 31 Os surnuméraire résultant d'une fusion incomplète de l'os occipital.

21Pour le crâne du squelette S123, une seule série de trois stries a été relevée. Celles-ci se localisent en bordure du trait de scie, dans la zone latérale droite de l’os épactal31 (fig. 7C).

Fig. 7 A. Localisation des traces de découpe sur le crâne V481 (vue frontale) ; B. Localisation des traces de découpe sur le crâne V481 (vue latérale gauche) ; C. Localisation des traces de découpe sur le crâne de S73 (vue occipitale) ; D. Sillons visibles à la loupe binoculaire sur la calotte crânienne de S93 ; E. Localisation des traces de découpe sur la calotte crânienne de S93 (vue supérieure) ; F. Localisation des traces de découpe sur le sternum de S123.

Fig. 7 A. Localisation des traces de découpe sur le crâne V481 (vue frontale) ; B. Localisation des traces de découpe sur le crâne V481 (vue latérale gauche) ; C. Localisation des traces de découpe sur le crâne de S73 (vue occipitale) ; D. Sillons visibles à la loupe binoculaire sur la calotte crânienne de S93 ; E. Localisation des traces de découpe sur la calotte crânienne de S93 (vue supérieure) ; F. Localisation des traces de découpe sur le sternum de S123.

22Aucune strie de ce type n’a été observée sur le crâne du squelette S73.

  • 32 Partie osseuse externe du crâne.
  • 33 Sur le crâne, le bregma désigne le point qui relie la suture coronale (située entre os pariétal et (...)

23L’examen de la seule calotte disponible (S93) a révélé la présence de très fines stries (fig. 7D) au niveau de la table externe32. Onze rainures au total ont été observées et suivent deux grands axes : le premier le long de la suture sagittale ; le second, coronal, localisé derrière le bregma33. Ces deux axes dessinent une croix qui divise la calotte en quatre parties relativement égales (fig. 7E). Par extrapolation, on peut penser que les stries observées sur les crânes V481 et S123 résultent de la même opération.

24En dehors des crânes, une seule strie a été relevée sur le squelette. Elle concerne le sternum de S123. Elle se situe en bordure inférieure droite du manubrium (fig. 7F).

25La finesse de l’ensemble des stries examinées est telle qu’elle permet d’envisager l’utilisation d’une lame effilée de type scalpel.

2.3. Traces de sciage

  • 34 Point anatomique définissant la plus grande largeur de la calotte crânienne.
  • 35 Point de jonction des os pariétaux et occipital. Point le plus haut de l'os occipital.
  • 36 Point anatomique situé à l’arrière du crâne définissant la plus grande longueur de la calotte.

26L’examen des crânes a permis de restituer l’emplacement des traits de coupe et donc la technique utilisée (fig. 8). Au niveau de l’os frontal, la découpe se place à quelques centimètres au-dessus de la glabelle puis passe près de l’euryon34 en épargnant la plupart du temps l’écaille temporale, quoique celle-ci puisse être légèrement entamée dans certains cas (S73). Sur l’occipital, la découpe se situe à un niveau médian entre le lambda35 et l’opisthocrânion36. Seul le crâne V481 présente un départ de coupe un peu plus haut que les autres, placé au milieu du frontal mais, globalement, la technique est identique pour tous les individus. On remarquera que les sections sont plus ou moins régulières selon les crânes : celles de S93 et de S73 sont planes tandis qu’elles sont sinueuses pour les crânes S123 et V481. Ces dernières témoignent d’une technique opératoire qui ne semble pas toujours bien maîtrisée. À ce titre, il est possible que ces interventions aient été exécutées par des opérateurs distincts, plus ou moins expérimentés.

Fig. 8 Emplacement des traits de coupes observés sur les différents crânes.

Fig. 8 Emplacement des traits de coupes observés sur les différents crânes.

27Pour chaque crâne examiné, la reproduction des traits de coupes a été réalisée. Si certains traits semblent évoquer une entame profonde de la lame dans la cavité crânienne jusqu’à l’encéphale (fig. 9), il semble que le but recherché était le retrait de la calotte en épargnant le cerveau. En témoignent les différents traits de coupes qui se chevauchent dans un sens giratoire.

Fig. 9 Reproduction des traits de coupes observés sur les différents crânes.

Fig. 9 Reproduction des traits de coupes observés sur les différents crânes.
  • 37 Zone anatomique correspondant à la jonction entre les os frontal, pariétal, sphénoïde et temporal.

28Sur le crâne V481, on a pu observer une série de sillons (au moins une quinzaine) plus ou moins parallèles entre eux, espacés les uns des autres d’à peine quelques millimètres et localisés au-dessus du ptérion37, entre la ligne supra-temporale et l’écaille temporale gauche (fig. 10). Une seconde série de sillons identiques se localise sur l’écaille temporale gauche. Deux sillons isolés, l’un se situant à 10 mm au-dessus du relief sus-orbitaire droit, l’autre au-dessus de l’orbite gauche, ont également été observés. Le même type de marque est présent au niveau du pariétal droit de S73 et du pariétal gauche de S93. La section de la plupart de ces rainures n’adopte pas la forme d’un « V » caractéristique mais plutôt celle d’un « U ». En outre, elles sont relativement larges et leur localisation, à proximité et parallèlement au trait de coupe de la scie, permet d’évoquer des « dérapages » de la scie ou des entames ou « faux départs ».

Fig. 10 Probables traces de sciage. Ces multiples sillons sont interprétés comme des entames ou « faux départs ».

Fig. 10 Probables traces de sciage. Ces multiples sillons sont interprétés comme des entames ou « faux départs ».

29Les traces de scies examinées sur le tibia et la fibula de l’ensemble V100 semblent indiquer une coupe réalisée en un seul geste continu et témoignent d’une exécution rapide. En effet, les stries sont régulières et parallèles et ne montrent aucune interruption ni d’aucune hésitation durant la progression de la coupe. De même, chaque strie observée sur la fibula se prolonge au niveau du tibia. La coupe a débuté au niveau de la crête tibiale pour traverser l’ensemble des diaphyses. Le tibia s’est brisé en fin de course comme en témoigne la présence d’un éperon de cassure au niveau de la partie postérieure de la diaphyse.

30Sur les crânes, plusieurs éperons osseux ont également été observés (fig. 11). Localisés en bordure interne des surfaces de coupe, ils se répartissent de manière aléatoire en périphérie du crâne.

Fig. 11 Exemple d’éperons osseux observés en bordure interne des surfaces de coupes (flèche).

Fig. 11 Exemple d’éperons osseux observés en bordure interne des surfaces de coupes (flèche).

Ces éperons, visibles sur l’ensemble des crânes à différents emplacements, correspondent à des zones non totalement sciées. Ils témoignent de l’utilisation « d’élévatoires ».

31De manière générale, la distance qui sépare chacun des traits de coupe est très réduite et indique une scie équipée de dents de petite taille.

2.4. Entaille

32Une seule trace a été interprétée comme une entaille, localisée au niveau du rachis lombaire de S93. Il existe une rupture de continuité au niveau des processus articulaires inférieurs de la deuxième vertèbre lombaire (L2) et supérieurs de la troisième vertèbre lombaire (L3) (fig. 12A). Il ne semble pas que l’outil utilisé ait été une scie, à en juger d’après l’absence de striations caractéristiques. Si l’apophyse articulaire supérieure gauche de L3 semble bel et bien coupée, les apophyses articulaires inférieures de L2 ont probablement été arrachées : on distingue sur celle de gauche une surface caractéristique d’une desquamation qui témoigne d’un arrachement osseux (fig. 12B). Par ailleurs, le plateau inférieur de L2 semble avoir été sectionné sur son tiers latéral droit par un objet tranchant. La présence de micro-esquilles adhérentes en arrière du corps vertébral et en bordure de la zone sectionnée paraît indiquer une pénétration violente de la lame ou exécutée avec force (fig. 12C). À ce titre, il est possible de proposer une restitution du geste qui a permis cette section vertébrale. Dans un premier temps, la lame a pénétré les deux tiers de la région inter-vertébrale. Une trace nette subsiste de ce passage. Puis un geste brusque et appuyé vers le bas est venu briser les apophyses. Il est possible que certains ligaments aient ensuite été coupés au scalpel. Pour effectuer cette opération, il est nécessaire que le cadavre ait été disposé en décubitus latéral gauche et que l’opérateur se soit placé derrière lui.

Fig. 12 Vertèbres lombaires 2 et 3 du squelette S93.

Fig. 12 Vertèbres lombaires 2 et 3 du squelette S93.

A. Rupture de continuité des processus articulaires postérieurs ;
B. Zone de desquamation ;
C. Micro-esquilles adhérentes au niveau du plateau inférieur de L2. On distingue les zones sectionnées du plateau inférieur (à gauche des pointillés).

3. Discussions

3.1. Données archéologiques et données anciennes : les observations confrontées aux ouvrages de médecine du xviiie siècle

  • 38 Nous avons pu consulter les ouvrages de Guillemeau et Courtin 1649 ; Dionis 1708 ; Guybert 1639 ; (...)

33Plusieurs ouvrages anciens38 ont été consultés afin de pouvoir comparer les procédures d’ouverture du corps observées sur l’échantillon de Saint-Jacques et celles décrites dans les livres médicaux du XVIIIe siècle.

  • 39 Guybert 1639, p. 344.
  • 40 Penicher 1699, p. 201.
  • 41 Dionis 1708, p. 601.
  • 42 Sue 1765, p. 265.
  • 43 Ce tableau se trouve actuellement au Rijksmuseum à Amsterdam.
  • 44 Dionis 1708.
  • 45 Sue 1765, p. 275.
  • 46 Penicher 1699, p. 201.
  • 47 Instrument de chirurgie ancien dont on se sert pour relever les os du crâne lorsqu'ils ont été enf (...)
  • 48 Pierre Dionis décrit très bien cette opération (Dionis 1708, p. 601) : « Toute la circonférence du (...)

34Selon Philibert Guybert39 et Louis Penicher40, les ouvertures crâniennes sont exécutées de la même manière selon qu’il s’agit d’un embaumement ou d’une démonstration anatomique : le cuir chevelu est incisé avant d’être retiré, puis la calotte crânienne est sciée. Si l’on se réfère aux écrits de Pierre Dionis41 et Jean-Joseph Sue42, la découpe du cuir chevelu s’effectue en deux incisions : l’une longitudinale depuis la racine du nez jusqu’à la nuque, l’autre transversale, d’une oreille à l’autre. Cette incision en croix est particulièrement bien représentée sur le célèbre tableau de Rembrandt « La leçon d’anatomie par le Professeur Deyman » terminé en 1656 43. Les traces d’incisions relevées sur la calotte crânienne de S93 et sur les zones latérales du crâne V481 sont compatibles avec cette méthode. La technique qui consiste à scier la calotte crânienne est particulièrement bien décrite dans l’ouvrage de Pierre Dionis44 : « Alors avec la scie […], qu’il posera sur le frontal assez près des sourcils, il commencera à le scier, il conduira peu à peu la scie sur l’un des temporaux, et ensuite sur l’autre, lesquels étant sciés, l’on retourne le corps pour en faire autant à l’os occipital ». Elle est également évoquée par Jean-Joseph Sue45 et Louis Penicher46 mais de manière moins détaillée. L’ensemble des traces qui se rapportent au sciage des crânes correspond parfaitement à la technique décrite par Jean-Joseph Sue : elle consiste à retirer la calotte sans endommager l’encéphale afin de pouvoir l’examiner. De même, les éperons osseux observés sur l’ensemble des crânes correspondent à de petites zones non totalement sciées. L’utilisation « d’élévatoires47 » permettait après sciage de lever la calotte48.

  • 49 Ensemble des tissus qui recouvrent le corps (peau, poils, cheveux…).

35Au niveau du tronc, l’incision des téguments49, graisses et muscles se fait en une ou deux étapes selon les ouvrages (ouverture de la poitrine puis du bas-ventre ou ouverture simultanée des deux) mais selon une technique toujours identique : une découpe longitudinale depuis le col (ou partie supérieure du sternum selon les auteurs) jusqu’au pubis. Puis une incision transversale de la partie lombaire gauche jusqu’à la droite en passant par l’ombilic. L’ouverture de la cage thoracique est toujours obtenue par la section bilatérale des cartilages sterno-costaux et sterno-claviculaires afin de pouvoir « lever » le sternum et examiner la cavité et son contenu. Aucune de ces opérations n’a laissé de traces directes sur les os examinés ici. Le sternum et le manubrium de S123 étaient en position anatomique au moment de la découverte : il se peut que le sujet n’ait pas subi d’ouverture thoracique. Il est également possible que ceux-ci aient été repositionnés préalablement à l’inhumation. Mais pourquoi alors ne pas avoir fait de même avec la calotte crânienne ? L’ouverture de la poitrine du sujet S93 peut être évoquée. Le squelette, bien conservé, était de surcroît bien représenté dans la mesure où la quasi-intégralité des éléments labiles étaient présents (y compris les phalanges distales des mains et des pieds ainsi que les sésamoïdes). Seuls manquaient les éléments du sternum. L’ablation de cette partie anatomique par découpe du cartilage sterno-costal et sterno-claviculaire, en usage à cette époque, peut donc être envisagée.

  • 50 Habicot 1660, p. 7.

36La division du corps de S93 ne trouve aucune comparaison dans la littérature consultée. Elle n’est pas compatible avec une pratique d’embaumement. Selon Nicolas Habicot50, la dissection de parties anatomiques isolées (tête, bras, jambes) était possible. Cependant, l’auteur évoque qu’il s’agit de parties démembrées (pour la jambe, au niveau de l’articulation de la hanche) et non découpées au niveau du rachis.

37On peut envisager que cette division a eu lieu après autopsie, pour faciliter le transport du cadavre du lieu de dissection vers le lieu d’inhumation.

  • 51 Dionis 1708, p. 741.
  • 52 Partie inférieure du membre inférieur, qui s'articule en haut avec la cuisse via le genou et en ba (...)
  • 53 Guillemeau et Courtin 1649, p. 710.
  • 54 Une zone de remodelage osseux, responsable de la fusion des extrémités distales sectionnées du tib (...)

38Les traces de sciage sur les membres inférieurs (V100 et V183) sont compatibles avec les techniques d’amputations thérapeutiques. En effet, si l’on se réfère aux écrits de Pierre Dionis51, la règle qui prévalait pour l’amputation d’une jambe52 était de la scier au niveau de la jarretière, c’est-à-dire sous les zones d’insertion terminales des muscles sartorius, demi-tendineux et droit interne, et ce quelle que soit la zone endommagée. Un siècle auparavant, Jacques Guillemeau et Germain Courtin53 préconisaient également de scier à « trois ou quatre doigts de la jointure ». C’est précisément à cet endroit que la jambe V100 et le tibia V183 ont été sectionnés. Cependant, une amputation thérapeutique de la jambe gauche54 a également été observée sur un individu inhumé dans le cimetière (S1027) : celle-ci avait été réalisée à mi–hauteur de la jambe et non sous la jointure du genou comme cela a été observé pour les éléments V100 et V183.

3.2. Les interprétations possibles

  • 55 Depierre et Fizellier-Sauget 1989 ; Masy 1995 ; Valentin et DErrico 1995 ; Mafart, Pelletier et F (...)
  • 56 Masy 1995, p. 94.
  • 57 Depierre et Fizellier-Sauget 1989, p. 134.
  • 58 Leblond 1968, p. 369-370.

39Depuis plus d’une vingtaine d’années, les découvertes de restes humains sciés et découpés font l’objet d’un intérêt grandissant. Le contexte du dépôt et le soin porté à la fouille président généralement à l’interprétation de tels vestiges. Dans de nombreux cas, ces découvertes ont été faites en contexte funéraire, souvent au sein d’édifices religieux où ils sont fréquemment associés à des ossuaires55. C’est la raison pour laquelle ils sont fréquemment interprétés comme les restes perturbés d’individus initialement embaumés ou autopsiés. La distinction entre ces deux opérations reste cependant délicate dans la mesure où toutes deux nécessitent l’ouverture du cadavre de la même manière. La dissection est une hypothèse régulièrement exclue : comme elle n’est pas censée être pratiquée sur la dépouille de personnages de haut rang, les restes disséqués n’ont aucune raison d’être enterrés dans les sous-sols des églises, ceux-ci étant réservés à l’inhumation de l’élite sociale56. En effet, seules les dépouilles non réclamées ou celles des condamnés à mort faisaient l’objet de dissections57. Celles-ci peuvent également être pratiquées sur les corps d’individus fraîchement décédés et exhumés clandestinement58.

  • 59 Dionis 1708, p. 606 ; Sue 1765, p. 279.
  • 60 Quoique cette pratique ait constitué un interdit majeur de l’héritage gréco-romain et juif (Bertra (...)
  • 61 Devriendt, Venet et al. 2012.

40Durant le Moyen Âge et l’époque moderne, l’embaumement est une pratique réservée à la noblesse et aux personnes les plus fortunées59, catégories d’individus généralement inhumées au sein des églises60. Ainsi, c’est naturellement au sein des bâtiments religieux que les traces archéologiques d’embaumements se retrouvent le plus fréquemment. À ce titre, l’hypothèse d’embaumement peut être envisagée pour le crâne V481, qui constitue le seul reste osseux scié retrouvé au sein de l’église. Il peut en effet correspondre aux restes d’un individu embaumé et dont la sépulture a été ultérieurement détruite par les fossoyeurs, dans le cadre de la gestion de l’espace funéraire. Cette supposition est d’autant plus crédible que la pratique de l’embaumement a été observée sur le site : au sein du chœur moderne de l’église a été retrouvé le cœur embaumé d’une dame noble attachée à la paroisse61.

  • 62 Dionis 1708, p. 607 ; Sue 1765, p. 279.

41Le 10 mars 1776, Louis XVI interdit formellement l’inhumation au sein des édifices religieux au nom d’arguments hygiénistes et urbanistiques. D’après les registres de sépultures, cette ordonnance royale semble avoir été scrupuleusement respectée à Saint-Jacques : il n’y a plus aucune mention d’inhumation à l’intérieur de l’église à compter de 1777. Ainsi, tous les individus, quel que soit leur statut social, sont inhumés dans le cimetière à partir de cette date. Par conséquent, si des individus avaient été embaumés après 1777, ils auraient dû logiquement intégrer le cimetière paroissial. Or, les squelettes retrouvés en connexion sont peu compatibles avec l’hypothèse d’embaumement. En effet, cette pratique est destinée à préserver de la corruption le corps du défunt afin de garantir de longues funérailles ou pour permettre le transport du corps sur de longues distances62. Dans ce cadre, un grand soin est porté à la dépouille : la calotte crânienne est repositionnée de même que le cuir chevelu et toutes les parties incisées sont soigneusement recousues. Pour des raisons évidentes de présentation du corps, tout démembrement est exclu. Or, aucun des individus étudiés ne témoigne d’un tel soin : les calottes crâniennes n’ont pas été repositionnées, et les positions d’inhumation ne témoignent d’aucune application particulière pourtant indissociable de l’acte funéraire.

  • 63 Bertrand 1973, p. 219.
  • 64 Georges 2009.

42En ce qui concerne les autres pièces isolées, retrouvées à l’extérieur de l’édifice, l’hypothèse d’embaumement reste plausible si l’on en croit Régis Bertrand63. Selon cet auteur, des ossuaires aménagés au sein des cimetières ont pu recevoir les restes « vidangés » des caveaux d’église. Cependant, l’embaumement procède à l’incision des membres jusqu’à l’os. Cette opération laisse généralement de profonds sillons sur les diaphyses des os longs64. De telles traces sont totalement absentes dans l’échantillon de Saint-Jacques.

  • 65 Dionis 1708, p. 599.
  • 66 Ibid., p. 600-604.
  • 67 Fouille réalisée sous la responsabilité scientifique de Jean-Paul Nibodeau (Inrap), http://www.inr (...)
  • 68 Signoli, Léonetti et al. 1997.

43Si l’on se réfère à Pierre Dionis65, l’autopsie se pratique sur des personnes dont la mort est qualifiée de suspecte ou de curieuse sur le plan médical. Elle peut par exemple être faite à la demande de parents qui souhaitent connaître les causes de la mort d’un enfant pour prémunir celle des autres enfants, frères et sœurs, présents ou à venir. Dans certains cas, on peut imaginer que les circonstances de la mort d’un individu attisent la curiosité du praticien et l’incitent à pratiquer une autopsie. À Saint-Amé, paroisse proche de celle de Saint-Jacques, un tel acte a été enregistré en 1712 dans les comptes rendus de sépulture, à propos d’un enfant présentant une grosseur au crâne. Bien que le curé ait accepté cette requête, il demanda explicitement que le corps soit rendu à la paroisse après l’opération. Ainsi, à l’inverse de la dissection, l’autopsie implique qu’un minimum de soin soit porté à la dépouille qui doit souvent être rendue à la famille préalablement aux funérailles. C’est ce que démontre la lecture de l’ouvrage de Pierre Dionis66. Cet auteur décrit en effet chacune des étapes nécessaires à la réalisation d’une autopsie. Toutes se terminent par le repositionnement des parties osseuses (calotte crânienne et sternum) et des téguments, ces derniers étant systématiquement recousus. Dans ce cadre, il faut s’attendre à ce que les corps autopsiés bénéficient des mêmes soins que ceux réservés à toute sépulture « normale ». La fouille d’un hospice protestant du XVIIIe siècle à La Rochelle a révélé la présence d’un squelette compatible avec cette hypothèse. Il s’agit de la sépulture primaire d’un jeune adolescent dont la calotte crânienne a été sciée puis repositionnée préalablement au dépôt funéraire du corps67. Le repositionnement des parties osseuses sciées n’est cependant pas systématique : en contexte épidémique notamment, les individus autopsiés sont traités sans égard et sont jetés en fosse commune au même titre que l’ensemble des victimes de la maladie68. Dans ce cas, les parties osseuses sciées ne sont pas repositionnées pour de probables raisons d’urgence sanitaire. Dans le cas de Saint-Jacques, l’hypothèse d’une autopsie est tout à fait recevable pour l’ensemble des pièces isolées (y compris le crâne V481). En revanche, les squelettes en connexion ne présentent pas les caractéristiques de sépultures « normales » au sens où leur mode de dépôt se distingue nettement de celui majoritairement observé dans le cimetière et l’église. En effet, la position de la plupart des individus témoigne du peu d’attention qui a été réservé aux dépouilles : à l’exception du squelette 123 qui reposait en décubitus dorsal, les sujets 73 et 93 semblent avoir été simplement jetés. Par ailleurs, le squelette 93, sectionné en deux au niveau des 2e et 3e vertèbres lombaires, a été inhumé sans que l’on prenne soin de redonner une cohérence anatomique au cadavre. De même, au-dessus du squelette 73 déposé en décubitus ventral, d’autres éléments anatomiques ont été jetés sans ordre. Cependant, l’ensemble ne présente pas les caractéristiques de sépultures de catastrophe (accumulation simultanée d’individus dans des charniers afin de pallier une urgence sanitaire).

  • 69 Sue 1765, p. 33 ; Habicot 1660, p. 4 ; Penicher 1699, p. 250-251 ; Guillemeau et Courtin 1649, p. (...)

44À partir de ces observations, la dissection à but pédagogique paraît l’hypothèse la plus vraisemblable. Le recrutement de ce petit échantillon vient étayer cette hypothèse : il s’agit exclusivement de jeunes individus masculins. Or, la plupart des ouvrages anciens d’anatomie préconisent souvent la pratique de dissections ou de préparations (injections) sur des cadavres de sujets jeunes69. Certains auteurs mentionnent même une préférence pour les hommes dont l’âge se situe entre 24 et 30 ans.

45En outre, les différentes craniotomies observées témoignent de gestes plus ou moins bien maîtrisés. Les sections les plus sinueuses pourraient être le fruit de novices, tandis que les sections planes semblent avoir été exécutées par des mains expertes.

  • 70 Voir supra (3.1., S1027).

46Enfin, plusieurs sépultures découvertes sur le site témoignent d’une activité médicale : on compte ainsi deux individus trépanés (dont une opération réalisée au trépan), un individu amputé70 et deux sujets pourvus de bandages herniaires.

3.3. Les cas archéologiques de dissections

  • 71 Mitchell, Boston et al. 2011.
  • 72 Hillson, Waldron et al. 1998.

47Les restes humains témoins de dissections médicales sont rares en archéologie. Au cours du Moyen Âge et jusqu’à la Renaissance, ces actes sont peu répandus en Europe, principalement en raison de tabous religieux. Ils vont cependant connaître un véritable essor à la faveur des Lumières. La plupart des témoins archéologiques de dissections humaines sont issus de cette période. Récemment, plusieurs fouilles réalisées à Londres, Newcastle et Oxford ont révélé les traces de ces pratiques. L’hypothèse de dissections anatomiques fait peu de doutes tant les indices sont nombreux. En effet, quoique les contextes de découvertes soient variables, il s’agit presque exclusivement de cimetières associés à des unités hospitalières. Très souvent, des liens historiques existent entre ces unités et certaines institutions universitaires d’enseignement de la médecine. Les indices archéologiques les plus évidents consistent en squelettes en connexion, ossements épars ou portions anatomiques (groupe d’os en connexion) présentant des traces de sciage71. La présence concomitante de produits et objets communément utilisés dans le cadre de préparations (mercure, pigments, fragments de tubes et de fines lames en verre pour observations microscopiques, etc.) constitue la preuve la plus convaincante de pratiques anatomiques à vocation pédagogique72.

48Les restes ostéologiques découverts sur ces sites ont de nombreux traits communs avec ceux exhumés du site de l’ancienne église Saint-Jacques de Douai. Tout d’abord, les craniotomies s’observent aussi bien sur des sujets en connexion ayant bénéficié de sépultures que sur des pièces isolées. Dans certains cas, il semble qu’un soin ait été apporté pour inhumer les parties anatomiques disséquées, puisqu’elles se trouvent associées aux sépultures conventionnelles. La présence de squelettes incomplets ou amputés de plusieurs de leurs membres suggère que certaines opérations (amputations) ont été réalisées à titre d’entraînement, probablement par des élèves. La division des cadavres afin de garantir la multiplicité des séances de dissection est également évoquée. Cette hypothèse peut être envisagée pour le squelette S73, l’ensemble en connexion V100 et le tibia V183 de Saint-Jacques.

  • 73 Preux 1867, p. 11.
  • 74 Mocq 1997, p. 114.
  • 75 Dehon 1998, p. 109.

49L’hypothèse de dissections anatomiques est également compatible avec l’histoire de la ville de Douai qui se dote d’une université à compter de 1562, celle-ci regroupant cinq facultés dont la médecine. Selon Auguste Preux73, l’enseignement de l’anatomie par l’intermédiaire de dissections est pratiqué dès 1598. La faculté ne disposant pas encore de ses propres locaux, cet enseignement est initialement dispensé dans la salle dite des « Huit prêtres » qui dépend de la faculté de théologie74 et qui se situe à quelque distance de l’église Saint-Jacques. Il faut attendre 1700 pour que la faculté de médecine dispose d’un véritable théâtre anatomique75. La localisation précise de ce théâtre n’est pas connue. Cependant, l’arrivée de l’université a occasionné de nombreux changements dans le quartier : de grands espaces peu peuplés sont disponibles et vont permettre l’implantation de collèges et séminaires.

Conclusion

50La découverte de restes osseux humains présentant des traces de sciage conduit classiquement à la formulation de trois hypothèses interprétatives : la dissection, l’autopsie ou l’embaumement. Distinguer ces trois types d’interventions sur le cadavre peut s’avérer difficile sur la base des seuls restes osseux. Comme l’écrivent les auteurs anciens, l’autopsie et l’embaumement pratiquent tous deux l’ouverture du cadavre selon une méthode et des techniques similaires. De ce fait, leur différenciation s’avère particulièrement délicate. En définitive, la dissection est l’interprétation la plus aisée à démontrer. Elle repose sur la présence des indices suivants :

  • restes humains portant des traces de sciage et de découpe ;
  • absence d’attention particulière réservée aux restes, comparativement à celles observées dans les pratiques funéraires « conventionnelles »76. À ce titre, la « déshumanisation » des restes doit être palpable (désorganisation, position de rejet) ;
  • restes en position primaire. Ce point est primordial et indissociable du précédent car il permet d’écarter l’hypothèse de sépultures (individus embaumés ou autopsiés) secondairement remaniées ;
  • présence simultanée d’objets et accessoires destinés aux préparations anatomiques. La présence de tels artefacts constitue un argument décisif en faveur de l’hypothèse de dissection et de préparation anatomique. Cependant, leur découverte reste à ce jour exceptionnelle ;
  • existence, historiquement avérée, d’une activité ou d’un enseignement médical proche du site. Dans la mesure du possible, une consultation des archives historiques doit compléter l’étude.

51Sur la base de ces critères, il reste difficile de savoir si la jambe V100 et le tibia V183 correspondent à des amputations thérapeutiques ou à des opérations réalisées sur des cadavres à titre d’entraînement. De même, le crâne V481 peut être lié à l’embaumement d’un individu dont la sépulture aurait été secondairement remaniée. En revanche, l’hypothèse de dissection peut être évoquée à propos de tous les individus en connexion et, par extension, pour l’ensemble des pièces crâniennes isolées découvertes dans un contexte similaire.

  • 77 Mercier 1781, p. 152-154.

52À ce titre, ces restes permettent d’exhumer un pan oublié de l’histoire de la ville de Douai qui abrita, entre 1570 et 1793, la première faculté de médecine du Nord-Pas-de-Calais. Les archives de la paroisse Saint-Jacques n’ont laissé aucune trace de tels actes, alors qu’au moins un texte faisant mention d’une autopsie a été retrouvé pour la paroisse contemporaine de Saint-Amé, située au sud-ouest de la ville (voir supra). Quoique des trafics de cadavres à des fins de dissection soient connus à Paris pour le XVIIIe siècle77, aucune mention n’est faite à ce sujet pour la ville de Douai. On sait cependant qu’en 1720, un professeur et médecin douaisien, Albert-François Des Razières, seigneur des Enclosses, subit un procès après avoir réalisé clandestinement des dissections et des préparations anatomiques à son domicile. À partir de quels corps réalisait-il ses démonstrations ? Les archives ne le stipulent pas mais la question peut être soulevée.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand R.
1973, « Cimetières marseillais aux XVIIIe et XIXe siècles », Provence historique, t. 23, fasc. 92, p. 217-246.

2000, « Le statut des morts dans les lieux de culte catholiques à l’époque moderne », Rives nord-méditerranéennes, 6, p. 9-19.

Boulestin B.
1999, Approche taphonomique des restes humains. Le cas des mésolithiques de la grotte des Perrats et le problème du cannibalisme en préhistoire récente européenne, Oxford, Archeopress, collection BAR International Series, 776.

Dehon G.
1998, L’Université de Douai dans la tourmente (1635-1765). Heurs et malheurs de la faculté des Arts, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, collection Histoire et civilisations.

Depierre G. et Fizellier-Sauget B.
1989, « Ouverture volontaire de la boîte crânienne à la fin du Moyen Âge et aux temps modernes », dans Buchet L. (dir.), Homme et milieu. Approches paléoanthropologiques, actes des 4es journées anthropologiques de Valbonne, 25-27 mai 1988, Paris, Éditions du CNRS, collection Dossier de documentation archéologique, 13, p. 121-138.

Devriendt W., Venet S., Defgnée A., Garnier N., Gillet B., Hänni C. et Rossetti L.
2012, « Découverte d’un cœur-reliquaire à Douai (ancienne église Saint-Jacques, place Carnot) : approche pluridisciplinaire de l’embaumement à l’époque moderne », Archéologie Médiévale, 42, p. 23-42.

Dionis P.
1708, Cours d’opérations de chirurgie démontrées au Jardin Royal, Bruxelles, Frères T’Serstevens, A. Claudinot.

Duday H.
2005, « L’archéothanatologie ou l’archéologie de la mort », dans Dutour O., Hublin J.J. et Vandermeersch B. (dir.), Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris, CTHS, collection Orientations et méthodes, 7, p. 153-215.

Ferembach D., Schwidetzky I. et Stloukal M.
1979, « Recommandations pour déterminer l’âge et le sexe sur le squelette », Bulletin et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, XIIIe série, t. 6, fasc. 1, p. 7-45.

Georges P.
2006, « L’embaumement médiéval des nantis », Les maux de nos ancêtres, dans Dossier Pour la science, 50, p. 98-101.

2009, « Les modifications de surface osseuse d’origine anthropique de « l’ossuaire » médiéval du clos des Cordeliers de Sens (89) : contribution à l’étude de l’embaumement », dans Charlier P. (dir.), 2e colloque international de Pathographie, Loches, avril 2007, Paris, de Boccard, collection Pathographie, 4, p. 233-292.

Guillemeau J. et Courtin G.
1649, Les œuvres de chirurgie de Jacques Guillemeau chirurgien ordinaire du roy et juré à Paris avec les portraits et figures de toutes les parties du corps humain, et des instruments nécessaires au chirurgien, augmentées et mise en un et enrichies de plusieurs traités, pris des leçons de Me Germain Courtin, Docteur en Médecine, Rouen, J. Viret, F. Vaultier, C. Malassis et J. Besongne.

Guybert P.
1639, Le médecin charitable enseignant la manière de faire et préparer en la maison avec facilité et peu de frais, les remèdes propres à toutes sortes de maladies selon l’avis du médecin, Paris, Michel Blageart, rééd.

Habicot N.
1660, La semaine ou pratique anatomique, Paris, M. Bobin, rééd.

Hillson S., Waldron T., Owen-Smith B. et Martin L.
1998, « Benjamin Franklin, William Hewson and the Craven Street bones », Archaeology International, 2, p. 14-16.

Joubert J.
1580. La grande chirurgie de M. Guy de Chauliac, médecin très fameux de l'Université de Montpellier, composée l'an de grâce 1363, restituée nouvellement à sa dignité. Lyon, Estienne Michel.

Kacki S., Georges P. et Blanchard P.
2009, « Un cas de sciage crânien avorté chez un sujet du cimetière médiéval de la Madeleine à Orléans (Loiret) », Revue archéologique du Loiret et de l’axe ligérien, 33, p. 45-52.

Leblond S.
1968, « Anatomistes et résurrectionnistes en France », Canadian Medical Association Journal, vol. 99, fasc. 8, p. 368-370.

Leroy P.
1953, Les monuments civils et religieux sur le plan de Martin le Bourgeois, manuscrit de l’auteur.

Mafart B., Pelletier J. P. et Fixot M.
2004, « Post-mortem ablation of the heart : a medieval funerary practice. A case observed at the Cemetery of Ganagobie Priory in French department of Alpes-de-Haute-Provence », International Journal of Osteoarchaeology, vol. 14, fasc. 1, p. 67-73.

Mandressi R.
2003, Le Regard de l'anatomiste : dissections et invention du corps en Occident, Paris, éditions du Seuil, collection L’Univers historique.

Masy P.
1995, « Quatre cas d’ouverture volontaire de la boîte crânienne dans des sépultures médiévales tardives ou postmédiévales », Bulletins des chercheurs de la Wallonie, XXXV, p. 79-101.

Mercier L.S.
1781, Tableau de Paris, t. 1, Hambourg, Virchaux & Compagnie.

Mitchell P., Boston C., Chamberlain A., Chaplin S., Chauhan V., Evans J., Fowler L., Powers N., Walker D., Webb H. et Witkin A.
2011, « The study of anatomy in England from 1700 to the early 20th century », Journal of Anatomy, vol. 219, fasc. 2, p. 91-99.

Mocq J.M.
1997, « La faculté de médecine de Douai et les écoles de chirurgie des origines à la Révolution », Histoire des Sciences Médicales, tome XXXI, n° 2, p. 113-121.

Murail P., Bruzek J., Houët F., Cunha E.
2005, « DSP: A tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip-bone measurements », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle série, t. 17, fasc. 3-4, p. 167-176, http://bmsap.revues.org/1157, consulté le 12 mai 2015.

Penicher L.
1699, Traité des embaumemens selon les anciens et les modernes. Avec une description de quelques compositions balsamiques et odorantes, Paris, B. Girin.

Preux A.
1867, « Notes pour servir à l’histoire de la faculté de médecine de l’université de Douai », Souvenirs de la Flandre-Wallonne, 7, p. 5-27.

Scheuer L. et Black S.
2000, Developmental Juvenile Osteology, San Diego, Academic Press.

Shipman P.
1981, « Applications of Scanning Electron Microscopy to Taphonomic Problems », dans Cantwell A.M., Griffin J.B., Rotschild N. (dir.), The research Potential of Anthropological Museum Collections, New-York, New York Academy of Sciences, collection Annals of the New-York Academy of Science, 376, p. 357-385.

Signoli M., Léonetti G., Champsaur P., Brunet C. et Dutour O.
1997, « Mise en évidence d’une autopsie crânienne réalisée pendant la Grande Peste de Marseille (1720-1722) », Comptes rendus de l’Académie des Sciences de Paris. Série III, Sciences de la Vie, 320, p. 575-580.

Sue J.J.
1765, Anthropotomie ou l’art d’injecter, de disséquer, et d’embaumer et de conserver les parties du corps humain. Seconde édition, revue & considérablement augmentée, Paris, P.G. Cavelier.

Symes S.
1992, Morphology of Saw Marks in Human Bone: Identification of Class Characteristics, Thèse de doctorat en anthropologie, Université de Tennessee, sous la direction de Bass W., dactylographié.

Symes S., Chapman E., Rainwater C., Cabo L. et Myster S.
2010, Knife and Saw Toolmark Analysis in Bone: A Manual Designed for the Examination of Criminal Mutilation and Dismemberment – Final Technical Report, Rockville, Erie, National Institute of Justice, Mercyhurst College.

Valentin F. et D’Errico F.
1995, « Skeletal evidence of operations on cadavers from Sens (Yonne, France) at the end of the xvth century », American Journal of Physical Anthropology, vol. 98, fasc. 3, p. 375-390.

White T.D.
1992, Prehistoric Cannibalism at Mancos, 5MTUMR-2346, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Georges 2006, p. 99.

2 Mandressi 2003.

3 Nous remercions Nuria Villena i Mota pour sa contribution à la restauration et à l’examen de ces pièces.

4 L’inhumation en cercueil est attestée par la présence de clous en fer répartis autour de nombreux squelettes voire, dans certains cas, par la présence de résidus de bois.

5 L’existence de linceuls est attestée par la présence, dans de très nombreuses sépultures, d’épingles en alliage cuivreux.

6 En position allongée.

7 Os situé à l’arrière du crâne.

8 Partie supérieure latérale du crâne.

9 Proéminence osseuse située en avant du tibia sur sa partie supérieure.

10 Terme désignant la voûte crânienne.

11 Terme désignant le bassin osseux chez les vertébrés et qui est constitué des deux os coxaux et du sacrum.

12 Partie supérieure du sternum.

13 Articulations qui, au cours des phases de décomposition du cadavre, se disloquent les premières.

14 Duday 2005, p. 166-167.

15 Murail, Bruzek et al. 2005.

16 Ferembach, Schwidetzky et Stloukal 1979.

17 Au cours de la croissance, période durant laquelle les extrémités articulaires se soudent au corps de l’os.

18 Scheuer et Black 2000.

19 Shipman 1981.

20 Symes 1992, p. 99-129 ; Symes, Chapman et al. 2010, p. 13-29 ; Valentin et D’Errico 1995, p. 385.

21 Symes 1992, p. 4 ; Symes, Chapman et al. 2010, p. 18.

22 Valentin et D’Errico 1995, p. 383.

23 Boulestin 1999, p. 69.

24 White 1992, p. 140-141.

25 En anatomie, le plan de Francfort désigne le plan de repère qui permet l'étude du crâne. Il passe par le bas de l’orbite oculaire et le haut de l’ouverture du conduit auditif.

26 Murail, Bruzek et al. 2005.

27 Ferembach, Schwidetzky et Stloukal 1979.

28 Rappelons que l’échelle de sexualisation de Ferembach, Schwidetzky et Stloukal 1979 va de -2 (hyperféminin) à +2 (hypermasculin).

29 La glabelle est un point de l'os frontal localisé au-dessus du nez, entre les arcades sourcilières.

30 En anatomie, une coupe coronale se situe perpendiculairement à la coupe horizontale ou transversale.

31 Os surnuméraire résultant d'une fusion incomplète de l'os occipital.

32 Partie osseuse externe du crâne.

33 Sur le crâne, le bregma désigne le point qui relie la suture coronale (située entre os pariétal et os frontal) à la suture sagittale (située entre les deux os pariétaux, sur la ligne médiane). C'est le point le plus haut de l'os frontal.

34 Point anatomique définissant la plus grande largeur de la calotte crânienne.

35 Point de jonction des os pariétaux et occipital. Point le plus haut de l'os occipital.

36 Point anatomique situé à l’arrière du crâne définissant la plus grande longueur de la calotte.

37 Zone anatomique correspondant à la jonction entre les os frontal, pariétal, sphénoïde et temporal.

38 Nous avons pu consulter les ouvrages de Guillemeau et Courtin 1649 ; Dionis 1708 ; Guybert 1639 ; Habicot 1660 ; Joubert 1580 ; Penicher 1699 et Sue 1765.

39 Guybert 1639, p. 344.

40 Penicher 1699, p. 201.

41 Dionis 1708, p. 601.

42 Sue 1765, p. 265.

43 Ce tableau se trouve actuellement au Rijksmuseum à Amsterdam.

44 Dionis 1708.

45 Sue 1765, p. 275.

46 Penicher 1699, p. 201.

47 Instrument de chirurgie ancien dont on se sert pour relever les os du crâne lorsqu'ils ont été enfoncés ou pour soulever la calotte crânienne sectionnée après une opération de craniotomie.

48 Pierre Dionis décrit très bien cette opération (Dionis 1708, p. 601) : « Toute la circonférence du crâne étant sciée, l’on prend cet élevatoire D, dont on fourre un des bouts dans la voie de la scie pour faire éclater quelques éminences qui excèdent au-dedans de l’épaisseur du crâne et que la scie n’aura point entièrement coupées. »

49 Ensemble des tissus qui recouvrent le corps (peau, poils, cheveux…).

50 Habicot 1660, p. 7.

51 Dionis 1708, p. 741.

52 Partie inférieure du membre inférieur, qui s'articule en haut avec la cuisse via le genou et en bas avec le pied via la cheville.

53 Guillemeau et Courtin 1649, p. 710.

54 Une zone de remodelage osseux, responsable de la fusion des extrémités distales sectionnées du tibia et de la fibula, témoigne d’une cicatrisation complète et du succès de l’opération.

55 Depierre et Fizellier-Sauget 1989 ; Masy 1995 ; Valentin et DErrico 1995 ; Mafart, Pelletier et Fixot 2004 ; Georges 2009 ; Kacki, Georges et Blanchard 2009 ; Signoli, Léonetti et al. 1997.

56 Masy 1995, p. 94.

57 Depierre et Fizellier-Sauget 1989, p. 134.

58 Leblond 1968, p. 369-370.

59 Dionis 1708, p. 606 ; Sue 1765, p. 279.

60 Quoique cette pratique ait constitué un interdit majeur de l’héritage gréco-romain et juif (Bertrand 2000), elle continua d’être tolérée en échange de passe-droits versés aux paroisses jusque vers la fin du xviiie siècle.

61 Devriendt, Venet et al. 2012.

62 Dionis 1708, p. 607 ; Sue 1765, p. 279.

63 Bertrand 1973, p. 219.

64 Georges 2009.

65 Dionis 1708, p. 599.

66 Ibid., p. 600-604.

67 Fouille réalisée sous la responsabilité scientifique de Jean-Paul Nibodeau (Inrap), http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Actualites-des-decouvertes/p-10251-L-hopital-protestant-de-La-Rochelle.htm

68 Signoli, Léonetti et al. 1997.

69 Sue 1765, p. 33 ; Habicot 1660, p. 4 ; Penicher 1699, p. 250-251 ; Guillemeau et Courtin 1649, p. 11.

70 Voir supra (3.1., S1027).

71 Mitchell, Boston et al. 2011.

72 Hillson, Waldron et al. 1998.

73 Preux 1867, p. 11.

74 Mocq 1997, p. 114.

75 Dehon 1998, p. 109.

76 Celles-ci varieront en fonction de la région et de la chronologie.

77 Mercier 1781, p. 152-154.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation de Douai, de l’église Saint-Jacques et de son cimetière.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 2 Restitution de l’église Saint-Jacques dans son dernier état avant sa destruction en 1798.
Crédits D’après Leroy 1953.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 3 Vue aérienne du chantier de l’église Saint-Jacques.
Crédits Cl. Ph. Frutier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Fig. 4 Plan de répartition des tombes de l’église Saint-Jacques.
Légende Chaque trait correspond à une sépulture. Les étoiles indiquent l’emplacement des ossements sciés en position erratique et les points celui des ensembles sciés retrouvés en connexion.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Fig. 5 Ossements sciés retrouvés en position erratique.
Légende A. Fragment de pariétal gauche V127 ; B. Fragment d’occipital V214 ; C. Tibia V183 (section et diaphyse) ; D. Crâne isolé V481.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 6 Ossements sciés retrouvés en connexion sur le terrain.
Légende A. Jambe en connexion V100 ; B. Squelette en connexion S73 ; C. Squelette en connexion S93 ; D. Squelette en connexion S123.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 A. Localisation des traces de découpe sur le crâne V481 (vue frontale) ; B. Localisation des traces de découpe sur le crâne V481 (vue latérale gauche) ; C. Localisation des traces de découpe sur le crâne de S73 (vue occipitale) ; D. Sillons visibles à la loupe binoculaire sur la calotte crânienne de S93 ; E. Localisation des traces de découpe sur la calotte crânienne de S93 (vue supérieure) ; F. Localisation des traces de découpe sur le sternum de S123.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig. 8 Emplacement des traits de coupes observés sur les différents crânes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 9 Reproduction des traits de coupes observés sur les différents crânes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Fig. 10 Probables traces de sciage. Ces multiples sillons sont interprétés comme des entames ou « faux départs ».
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 11 Exemple d’éperons osseux observés en bordure interne des surfaces de coupes (flèche).
Légende Ces éperons, visibles sur l’ensemble des crânes à différents emplacements, correspondent à des zones non totalement sciées. Ils témoignent de l’utilisation « d’élévatoires ».
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Titre Fig. 12 Vertèbres lombaires 2 et 3 du squelette S93.
Légende A. Rupture de continuité des processus articulaires postérieurs ; B. Zone de desquamation ; C. Micro-esquilles adhérentes au niveau du plateau inférieur de L2. On distingue les zones sectionnées du plateau inférieur (à gauche des pointillés).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/2889/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Devriendt, Sophie Vatteoni, Benoît Bertrand et Stéphane Venet, « Témoins anthropologiques de dissections anatomiques : le cas des ossements exhumés de l’ancienne église Saint-Jacques de Douai (Nord, xvie-xviiie siècle) », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 117-130.

Référence électronique

William Devriendt, Sophie Vatteoni, Benoît Bertrand et Stéphane Venet, « Témoins anthropologiques de dissections anatomiques : le cas des ossements exhumés de l’ancienne église Saint-Jacques de Douai (Nord, xvie-xviiie siècle) », Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/2889 ; DOI : 10.4000/archeomed.2889

Haut de page

Auteurs

William Devriendt

Anthropologues, Communauté d’agglomération du Douaisis, Direction de l’archéologie préventive

Articles du même auteur

Sophie Vatteoni

Anthropologues, Communauté d’agglomération du Douaisis, Direction de l’archéologie préventive

Benoît Bertrand

Anthropologues, Communauté d’agglomération du Douaisis, Direction de l’archéologie préventive

Stéphane Venet

Archéologue responsable d’opération, Communauté d’agglomération du Douaisis, Direction de l’archéologie préventive

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals