Navigation – Plan du site

Livres et périodiques reçus

p. 309-316

Plan

Haut de page

2013

Véronique Castagnet-Lars (dir.), De la recherche scientifique aux pratiques pédagogiques. L’éducation au patrimoine, collection Éducation et didactique, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Asq 2013, 402 p., illustrations noir et blanc dans le texte et 4 p. couleur, ISBN 978-2-7574-0459-1, prix : 28 €.

Cet ouvrage en trois parties rassemble les contributions de 24 chercheurs. La première partie est consacrée aux documents patrimoniaux authentiques : sceaux, chartes, fonds des archives de la marine, herbiers, Bible, la revue Le Volume, les recherches sur la vie quotidienne à Paris sous l’occupation, les recherches administratives sur les réfugiés espagnols. La seconde partie porte sur le choix et la transposition d’un document patrimonial : patrimoine cinématographique, expositions, archives et archives du sol, iconographie… La troisième partie relate des retours d’expérience portant sur le vol des canards, sur la démarche d’investigation en sciences de la terre, sur la construction d’un projet théâtral, sur l’élaboration d’un matériel pédagogique aux Archives nationales ou encore sur l’utilisation du patrimoine minier de Lille.

Sylvie Caucanas et Nelly Pousthomis, L’abbaye de Lagrasse. Art, archéologie et histoire, Actes des journées d’études des 14 et 15 septembre 2012, Archives départementales de l’Aude, Carcassonne 2013, 204 p., très nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN 978-2-86011-045-7, prix : 25 €.

L’abbaye de Lagrasse est une fondation carolingienne dont le patrimoine s’est constitué du IXe au XIe siècle. Rattachée de manière éphémère à l’abbaye Saint-Victor de Marseille (fin XIe-début XIIe siècle), elle a connu sa pleine expansion dans la première moitié du XIIe siècle avant une période de crise au XIIIe siècle suivie, jusqu’à la fin XIVe, d’une période de reconstruction. Elle traverse au XVe siècle une période de troubles avant d’être placée sous le régime de la commende.

Ce petit volume de format carré réunit les résultats acquis grâce au PCR qui avait pour thème l’abbaye. Dans une première partie les cartes et plans de référence ont été regroupés. L’histoire de l’établissement est rapportée dans une deuxième partie d’abord par Jean Blanc et Sylvie Caucanas qui évoquent l’abbaye au Moyen Âge, puis par Hélène Debax qui étudie les réseaux aristocratiques qui se tissent autour d’elle entre le IXe siècle et le XIe siècle. Enfin, Bénédicte Bousquet l’évoque durant l’époque moderne et jusqu’à la réforme mauriste. L’archéologie est le thème de la troisième partie. Bernard Pousthomis aborde en premier lieu la méthodologie du travail, puis Andréas Hartmann-Virnich décrit le monastère du Xe au milieu du XIIIe siècle à partir des indices archéologique avant que Nelly Pousthomis et Andréas Hartmann-Virnich se penchent sur les programmes architecturaux des XIIIe et XIVe siècles à l’époque de l’abbé Auger de Gogenx. L’histoire de l’art constitue la quatrième partie dans laquelle le décor est présenté. Géraldine Mallet examine les décors sculptés médiévaux, Les embellissements de l’abbaye aux XVe et XVIe siècles sont étudiés par Jacques Dubois, et l’architecture mauriste par Marie-Luce Pujalte Fraysse. Enfin la métamorphose de l’abbaye du XIXe au XXIe siècle est abordée par l’architecte Jean-Louis Rebière. Claude Andrault-Schmidt tire les conclusions de cette rencontre.

Jean-Noël Guyodo et Emmanuel Mens (sous la direction de), Les premières architectures en pierre en Europe occidentale du Ve au IIe millénaire avant J.-C., Actes du colloque international de Nantes, Musée Thomas Dobrée, 2-4 octobre 2008, préface de Jacques Santrot, Coll. Archéologie et Culture, Presses universitaires de Rennes, Rennes 2013, 305 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN 978-2-7535-2794-2, prix : 29 €.

Cet ouvrage offre un bilan complet sur une thématique peu abordée : l’exploitation du minéral et la lecture technologique des mégalithes et des structures domestiques bâties. Dans les seize articles qui le composent, il aborde le nord-ouest de la France et plus largement l’Europe occidentale.

Portugalia, XXXIV, 2013, illustrations en noir et blanc en fin d’articles, 217 p., ISSN : 0871-4290, prix : non communiqué.

Cette revue, publiée par le Departamento de Ciências e Técnicas do património de la Faculdade de Letras da universidade do Porto renferme huit contributions accompagnées de résumés en portugais et en anglais ou en français : un inventaire des sites rupestres de la vallée du Douro (Mário Reis), une étude de vases grecs (Rui Morais et Rui Centeno), une étude de l’administration de l’empereur Auguste (Ma Dolores Dopico Caínzos), une étude d’amphores (Rui Moaris), l’étude du parcours de Ibn Marwan à partir des chroniques arabes – en effet, après la conquête de Coimbra en 878, Ibn Marwan et al-Surunbaqui ont peut-être séjourné quelques années au sud de Coimbra et aidé les chrétiens dans la défense de la ville contre une éventuelle tentative de reprise par les Omeyyades de Cordoue (Jorge de Alarcão) – l’étude du monument à Rodrigo Sanches, mort en 1245 (Mário Jorge Barroca) et enfin l’étude de 190 monnaies d’argent du XVIIe et XIXe siècle (Rui M.S. Centeno).

Revue archéologique d’Île-de-France (RAIF), n°6, 2013, 282 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 2101-3608, prix : 20 €

Une minorité des onze contributions qui composent ce volume traitent des périodes médiévale et moderne, ou abordent des questions d’ordre général. Nous limiterons notre propos à ces contributions. Blandine Lecomte-Schmitt rassemble les cas de puits boisés découverts dans les secteurs de Sénart et de Marne-la-Vallée depuis la période gauloise jusqu’à l’époque moderne et se penche particulièrement sur les vestiges ligneux qui ont subsisté. Elle dresse un « portrait régional » des structures (répartition, mise en œuvre des bois, assemblage) avant de les comparer aux structures de même type connues à l’extérieur de la région. Isabelle Abadie avec François Gentili, Bruno Boulestin, Philippe Charlier et Jean-Hervé Yvinec examinent un lot d’ossements humains du haut Moyen Âge découverts dans une fosse et portant des traces de découpe notamment des mutilations crâniennes évoquant le scalp soit punitif, soit à des fins de dissection. D’autres découpes, du type alimentaire, évoquent des cas de cannibalisme. François Renel présente la découverte d’un réseau hydraulique associant, fontaines, lavoirs et biefs et dépendant de la commanderie Saint-Jean-en-L’Isle à Corbeil. À travers l’exemple de Passy (maison de Balzac, 16e arrondissement de Paris) Sylvie Robin et Jean-Pierre Gély ont identifié de très anciennes carrières de pierre à ciel ouvert et souterraines. Ils étudient leurs aménagements successifs et les carrières-caves situées sous les maisons. Cette enquête régressive permet de mieux comprendre l’évolution du coteau dans un quartier fortement urbanisé. Enfin, et sous forme de journal de bord, Luz Mercedes Maya-Pion évoque l’émergence de la conservation préventive à l’Inrap, jusqu’à l’apparition d’un « métier » reconnu.

Revue archéologique de Picardie, 2013, n° 3-4, 220 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN 0752-5656, prix : 29 €.

Quatre contributions sur les cinq que propose le volume traitent du Moyen Âge. Amandine Gapenne et Vincent Legros étudient dans une brève contribution le mobilier archéologique métallique de la structure 39 de Glisy (Somme), ZAC « Jules Verne » qui se caractérise par la présence de nombreuses mèches à bois. René Legoux présente ensuite la nécropole mérovingienne (dernier tiers VIe-fin VIIe siècle) de Cuignières (Oise), fouille ancienne qui n’a pas fait l’objet d’une étude anthropologique mais a livré un abondant mobilier : colliers de perles, rouelles et ferrets, plaques-boucle, poteries biconiques, verrerie.

Sur le site de Quentovic, port du haut Moyen Âge, Sylvain Rassat, Bruno Wirtz et Michel Philippe ont réalisé des relevés micro-topographiques dont ils présentent les résultats qui viennent compléter les données archéologiques. Enfin Louis Hugonnier et Sylvain Rassat ainsi que d’autres chercheurs livrent les résultats préliminaires d’une étude archivistique associée à une campagne de télédétection par laser aéroporté sur le prieuré de Saint-Pierre-au-Mont-de-Châtre.

Revue archéologique d’Île-de-France (RAIF), 2013, 172 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 1146-25X, diffusion gratuite.

Ce numéro publié en 2013 reflète l’actualité archéologique d’Île-de-France en 2012, il renferme dix communications et le contenu de dix posters ainsi deux courts articles. Certaines contributions sont accompagnées d’un résumé. Le Moyen Âge est faiblement représenté tandis que l’époque moderne donne lieu à plusieurs interventions.

Séverine Hurard et Xavier Rochart, évoquent Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye. Camp d'entraînement des troupes de Louis XIV ; Ivan Lafarge, avec la collaboration de Sophie Roulley et Sabrina Parot présente l’opération de fouille (en cours) et d’archéologie du bâti de Noisy-le-Grand sur l’Église Notre-Dame et Saint-Sulpice. Violaine Bresson et Sabrina Parot évoquent La fouille (en cours) de l'église Saint-Germain de Charonne, Paris XXe, et enfin Pierre Kervella, aborde la photographie aérienne visible et infrarouge appliquée à la prospection du Val d'Oise et des Yvelines.

Plus succintement Jean Soulat présente La nécropole mérovingienne la plus vaste de France: Vicq (Yvelines), Michaël Wyss, la fouille d'archéologie préventive réalisée par l'Unité d'archéologie de la ville de Saint-Denis (UASD) sur le site de l'abbaye médiévale éponyme et Isabelle Abadie, traite des occupations alto-médiévale et moderne au sein du village d'Othis (Seine-et-Marne).

Julien Trapp et Sébastien Wagner (coordonné par), Atlas historique de Metz, Éditions des Paraiges, Metz, 2013, 287 p., très nombreuses illustrations couleur. ISBN 979-10-90185-36-4, prix : 35 €.

En dépit de son titre d’Atlas, ce volume carré grand format (25 cm x 25 cm) fait une plus large place à l’archéologie et aux photographies qu’à la cartographie pour illustrer les différents aspects de la ville. L’ouvrage est organisé chronologiquement et le Moyen Âge y occupe une place de choix. Les nombreux auteurs (Anne Adrian, Aurore Duchêne, Anthony Dumontet, Nicolas Gasseau, Kevin Kazek, Pierre-Marie Mercier, Nathalie Pascarel, Julien Trapp) abordent successivement : les Francs et l’époque carolingienne, les pouvoirs de l’évêque, la ville à la fin du Moyen Âge, l’enceinte fortifiée, les ponts, la cathédrale et le quartier canonial, les églises paroissiales, les cimetières, les églises bénédictines, les ordres mendiants, les collégiales, cisterciens et prémontrés, les femmes – pucelles et femmes repenties –, les ordres hospitaliers et militaires, les hôpitaux et léproseries, les symboles du pouvoir, les activités économiques, la production de manuscrits, la communauté juive, l’architecture civile, le patriciat urbain, le décor civil, les maisons fortes et fermes fortifiées, Metz : cité convoitée.

2014

Dominique Barthélemy et Jean-Marie Martin (édité par), Richesse et croissance au Moyen Âge. Orient et occident, Monographies 43, ACHCbyz, Paris, 2014, 286 p., quelques illustrations noir et blanc dans le texte ISBN 978-2-916716-49-7, prix : 30 €.

Dominique Barthélemy et Jean-Marie Martin rassemblent ici onze contributions qui visent à dresser un bilan économique à travers des études pionnières sur la monnaie, l’irrigation, la richesse des élites, l’ampleur des dettes… Ils tendent à démontrer, comme l’avait fait Pierre Toubert que le Moyen Âge n’est pas aussi pauvre, ni aussi stagnant qu’on l’imaginait autrefois.

La première partie de l’ouvrage est consacrée au monde byzantin, Cécile Morrisson y évoque en premier lieu la place de Byzance dans l'histoire de l'économie médiévale de 717 env. à 1204. Vivien Prigent se penche ensuite sur l'économie de la province byzantine de Sicile.

Dans la deuxième partie, consacrée à l'Italie, Jean-Marie Martin se livre à quelques réflexions sur l'évolution économique du Mezzogiorno du VIe au XIIIe siècle et Jean-Pierre Delumeau évoque la croissance rurale et urbaine en Toscane, du Xe au XIIe siècle tandis que Paolo Cammarosano aborde les finances et la fiscalité publique d’une cité italienne entre le XIIe et le XVe siècle.

Dans la troisième partie consacrée à l'Espagne, Philippe Sénac s’interroge sur la frontière et présente quelques remarques sur les relations commerciales entre la Gaule carolingienne et al-Andalus au VIIIe-IXe siècle. Antonio Malpica Cuello se penche lui aussi sur al-Andalus, mais pour y étudier l’eau et l’agro-écosystème irrigué afin d’écrire une histoire économique à travers l’archéologie du paysage.

La quatrième partie est consacrée à la France, Luc Bourgeois aborde, principalement à partir de l’exemple d’Andone, le cas de l’artisan au château pour préciser deux notions : production et distinction dans le Nord-Ouest de l'Europe (Xe-XIIe siècle). Dominique Barthélemy cherche à éclairer les liens entre économie monastique et société féodale en évoquant les cadeaux ou « charités» des moines aux chevaliers, en France de l'Ouest au XIe siècle. Julie Claustre formule quelques remarques sur l'apport de la documentation judiciaire à l'histoire économique du Moyen Âge, enfin Nicolas Carrier tente de cerner le poids des Alpes dans la conjoncture économique de la fin de la période (XIIIe-XVe siècle).

Dans une postface, Pierre Toubert dresse les conclusions de cet ouvrage complété d’un index.

Pierre Bauduin et Alexander Musin (dir.), Vers l’Orient et vers l’Occident. Regards croisés sur les dynamiques et les transferts culturels des Vikings à la Rous ancienne, Publications du CRAHAM, Presses universitaires de Caen, Caen, 2014, 500 p., illustrations noir et blanc dans le texte, couverture cartonnée, ISBN 978-2-84133-499-5, prix : 45 €.

Issu d’un projet de recherches franco-russe, cet ouvrage présente les avancées récentes de la recherche sur les Vikings dans une perspective comparatiste. Il confronte les vues de chercheurs de plusieurs disciplines travaillant sur des sources qui se rattachent à des traditions historiographiques ou à des méthodologies variées, plus ou moins marquées idéologiquement.

Les trente-deux contributions publiées en anglais ou en français et accompagnées de résumés en français, anglais et russe, proposent de réfléchir sur les dynamiques des échanges culturels. Une large part est accordée aux acteurs de ces changements : élites, marchands, hommes d’église, artisans, femmes, etc., ainsi qu’aux lieux et espaces dans lesquels ils interviennent. L’ouvrage, organisé en trois parties participe ainsi à une réflexion plus large sur les notions d’acculturation et de transferts culturels.

La première partie porte sur les hommes entre l'Orient et l'Occident. Stéphane Lebecq présente en premier lieu Les Occidentaux dans l'espace scandinave et baltique aux VIIIe-IXe siècles, puis Matthias Hardt se penche sur les opérations navales danoises sur les rives sud de la mer Baltique et le long de l'Elbe durant le IXe siècle tandis que Tatjana N. Jackson évoque les scaldes islandais et l’ancienne Rous (Garðar). Judith Jesch aborde ensuite le cas des Vikings chrétiens au XIIe siècle : des Scandinaves en Europe occidentale. Felix Biermann s’interroge sur le rôle symbolique des riches sépultures du sud de la mer Baltique et, à travers les pratiques funéraires, Dawn M. Hadley aborde la création d’une identité dans l’Angleterre des Vikings. C’est à travers le costume que Sarah Croix évoque la question de l’identité entre Scandinavie et ancienne Rous tandis que Lyubov' V. Pokrovskaya tente de reconstituer ce dernier pour les femmes des premiers temps de Novgorod. Anna A. Peskova complète cette approche par une étude des éléments byzantins et scandinaves dans les objets de dévotion chrétienne (croix et croix reliquaire) de l’ancienne Rous au Xe-XIe siècle. Pour compléter cette approche Valentina M. Goryunova et Alexej V. Plokhov recherchent, à travers la céramique, les contacts entre populations au IXe-Xe siècle. Enfin Patrice Lajoye s’interroge à propos des Rous dans le récit du voyageur arabe Ibn Fadlân : sont-ils Slaves ou Scandinaves ?

La seconde partie est consacrée aux lieux et espaces d'échanges et de contacts. D’abord Søren Michael Sinobæk se penche sur l’implantation scandinave au sud de la mer Baltique, puis Jens Christian Moesgaard évoque Les échanges entre la Normandie et la Baltique au Xe-XIe siècle à travers la documentation numismatique dont il tente de cerner les limites. Vincent Carpentier, à partir des données archéologiques renseignant sur l'habitat rural en Neustrie, du VIIIe au Xe siècle, tente de définir dans quel contexte les Scandinaves s’y sont implantés, puis, pour illustrer l’histoire environnementale à l’époque viking, il présente l’exemple de l’estuaire de la Dives. Anatolij N. Kirpichnikov présente les fouilles de Staraya Ladoga comme témoignage des transferts culturels, puis Evgenij N. Nosov évoque les nouvelles découvertes archéologiques à Ryurikovo Gorodishche tandis que Natal’ya V. Khvoshchinskaya et Elena A. Rybina étudient les objets scandinaves des fouilles de Novgorod. Sergej E. Toropov aborde la question des découvertes isolées d’origine scandinave et les trésors vikings dans la zone du lac Il’men’, près de Novgorod, tandis que Elena V. Toropova évoque les découvertes archéologiques réalisées à Staraya Russa à la fin de l’âge viking et au-delà. Enfin Oleg I. Boguslavsklj, présente le sud du lac Ladoga au VIIIe-XIe siècle.

La troisième partie porte sur les changements culturels, les nouvelles identités et la construction d'une mémoire. Elle s’ouvre sur une présentation des Scandinaves en Rous, entre paganisme et christianisme par Alexander E. Musin. Lesley Abrams dessine ensuite un aperçu de la conversion des Scandinaves en Grande-Bretagne et Irlande tandis que Sverre Bagge prend l’exemple de la Norvège sur le thème de l’identité nationale. Élisabeth Ridel aborde la question des langues et des identités dans les établissements vikings d'Europe de l'Ouest puis Elena A. Mel'nikova évoque l’acculturation de l’ancienne Rous à travers la langue et la littérature. Fjodor B. Uspensklj traite de l’anthroponymie médiévale et Alexej A. Gippius recherche, dans l’histoire des boyards de Novgorod, une trace scandinave. Adrian A. Selin aborde ensuite la question de l’historiographie dans l’histoire médiévale russe puis Leo S. Klejn présente le récit d’un témoin occulaire du normannisme et de l’antinormannisme en Russie.

Enfin Geneviève Bührer-Thierry présente les conclusions de la session française : « Affrontement, accommodation, médiation: mémoire des Vikings et construction des identités à l'Est et à l'Ouest de l'Europe » alors qu’Alexander E. Musin tire les Conclusions de la session russe en évoquant quelques réflexions sur les voyages vers l'Orient et vers l'Occident à l'époque viking et aujourd'hui.

L’ouvrage est complété d’un index des noms de lieux.

Rosemary Cramp, The Hirsel excavations, The Society for Medieval Archaeology, monograph 36, Londres, 2014, 359 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN 0583-9106, ISBN 978-1-909662-35-3, prix : 30 £.

Les prospections et fouilles qui sont l’objet de cet ouvrage ont débuté en 1978 par des prospections géophysiques sur une parcelle où, l’année précédente, avaient été découvertes des pierres tombales. Une fouille des études de mobilier et analyses post fouilles ont suivi jusqu’en 1990. Le site a révélé une longue occupation qui débute au néolithique. L’histoire et la topographie du domaine sont étudiés mais c’est surtout à l’église qui se développe entre le Xe et le XIVe siècle que ce volume est consacré, ainsi qu’au cimetière associé utilisé du XIIe au XVIe et même XVIIe siècle. C’est la fouille la plus complète conduite sur une église privée en Écosse. Celle-ci se développe à partir d’une construction en pierres sèches à nef unique pour devenir un édifice important en pierre de taille. Acquise par le prieuré voisin elle est néanmoins désacralisée, se délabre avant d’être condamnée au XVIe siècle et de tomber dans l’oubli au XVIIe siècle. Les artefacts très riches et abondants ainsi que le cimetière ont été étudiés, tout comme la faune et la botanique.

De nombreux chercheurs ont collaboré à cette entreprise : Micael Alexander, Sue Anderson, Marion Archibald, Arnold Aspinall ✝, Ian Bailiff, Paul Bidwell, David Birkett ✝, Philipp Clogg, Derek Craig, Valerie Dean, Lloyd Edwards, Blanche Ellis, Richard Fawcett, Louisa Gidney, Pamela Graves, Jacqui Huntley, Dawn McLaren, Andrew Millard, Susan Mills, Jennifer Price, Ian Riddler, Graeme Rimer, Alison Sheridan, John Waller, caroline Wickham-Jones, Robert Young.

Dawn M. Hadley et Katie A. Hemer (édité par), Medieval Childhood. Archaeological Approches, Chilhood in the Past Monograph Series : Volume 3, Oxbow Books, Oxford et Philadelphie, 2014, 170 p., quelques illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN 9781782976981, prix : 35 £.

Les huit contributions de cet ouvrage sont introduites par D. M. Hadley and K. A. Hemer qui définissent en premier lieu leur approche archéologique de l’enfance au Moyen Âge (c. 500-1500), puis Sally Crawford tente une archéologie de la famille, et Mark A. Hall s’interroge sur l’enfance au Moyen Âge vue à travers les jeux. Sally V. Smith aborde ensuite les espaces de la vie de l’enfant de paysans à la fin du Moyen Âge et s’interroge sur leur importance dans les phénomènes de reproduction sociale. Maureen Mellor observant l’enfant au Moyen Âge pose la question des tâches ménagères et artisanales que ces derniers pouvaient réaliser. Elizabeth Craig-Atkins aborde le traitement différentiel d'enfants de moins d’un an dans les premiers cimetières Chrétiens et Kirsty E. Squires aborde la recherche continue d'enfants Anglo-Saxons. Enfin K. A. Heme évoque enfants et migration en Grande-Bretagne occidentale durant le haut Moyen Âge. Pour conclure Carenza Lewis aborde l’interdisciplinarité, l’archéologie et l’étude de l’enfance au Moyen Âge.

Yves Henigfeld et Philippe Kuchler (sous la direction de), L'Îlot du palais de justice d'Épinal (Vosges). Formation et développement d'un espace urbain au Moyen Âge et à l'époque moderne, Document d’archéologie française 108, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2014, 210 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte, ISSN 0769-010X, ISBN 978 -2-7351-1518-1, prix : 46 €.

L'ouvrage présente les résultats de deux fouilles préventives réalisées à la fin des années 1990 préalablement à l'extension et à la restructuration du palais de justice d'Épinal. Ces interventions archéologiques, complétées par d'autres sources documentaires, apportent des informations inédites sur les origines de la ville et le développement d'un quartier localisé au cœur de j'espace urbain, entre le château et la basilique Saint-Maurice. Les plus anciennes traces de fréquentation du secteur remontent au Vllle-IXe siècle mais ce n'est qu'à partir du Xe siècle que les premiers aménagements sont attestés en bordure d'une zone humide, à l'emplacement d'un ancien cours d'eau. L'espace se structure progressivement entre le XIlle et le début du XVlle siècle avec le développement d'un habitat ouvert sur des arrière-cours, en lien avec des activités artisanales et commerciales. Dans les années 1620, le bâti est investi par la Congrégation Notre-Dame. Celle-ci y construira un nouveau couvent au XVllle siècle. À la Révolution, les bâtiments religieux sont affectés à des fonctions administratives, avant l'édification vers 1820 d'une maison d'arrêt, détruite à la fin du XXe siècle.

Outre les informations relatives aux origines et aux transformations de l'espace urbain, ce dossier documentaire offre un bel éclairage sur la vie matérielle et spirituelle des habitants d'un quartier durant près d'un millénaire. Il permet d'approcher de manière originale le quotidien d'une communauté religieuse à l'époque moderne.

Après un premier chapitre consacré à la présentation du site et aux conditions de la fouille, les trois chapitres qui suivent portent sur le développement de l’ilot, la vie matérielle et spirituelle et l’apport des fouilles. Ils sont complétés d’annexes (coupes, diagrammes stratigraphiques) et d’un dossier de sources.

Pierre-Yves Laffont avec la collaboration de Yvon Pellerin (sous la direction de), Les élites et leurs résidences en Bretagne, Actes du colloque organisé par le conseil général des Côtes-d'Armor (Guingamp et Dinan, 28 et 29 mai 2010), préface de Claudy Lebreton, Coll. Archéologie et Culture, Presses universitaires de Rennes et Société d’émulation des côtes d’Armor, Rennes 2014, 238 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN: 978-2-7535-3301-1, prix : 29 €.

Après une préface de Claudy Lebreton et une introduction, l’ouvrage est organisé en quatre parties. Il aborde en premier lieu le cas des résidences des élites laïques avec un état de la question sur l’aristocratie de Basse-Bretagne au Moyen Âge présenté par Patrick Kernévez. Le principat d'Étienne, comte de Bretagne (fin du XIe-premier tiers du XIIe siècle) est abordé ensuite par Stéphane Morin. Frédéric Morvan évoque ensuite les pouvoirs princiers et structures féodales dans le Trégor, le Penthièvre et le pays de Dinan du début du XIIIe siècle au milieu du XIVe siècle tandis que Sébastien Ronsseray présente le cas de Dinan comme exemple de l'encadrement seigneurial en Bretagne aux XIe-XlIle siècles. Enfin Patrick Pichouron aborde Les Coëtmen, les ducs de Bretagne de la maison de Montfort et le château de Tonquédec à la fin du Moyen Âge.

Les élites ecclésiastiques font l’objet de la deuxième partie introduite par Florian Mazel qui présente l’actualité de la recherche historique sur les relations entre Église et société dans la Bretagne du premier Moyen Âge. Anne Lunven revient ensuite sur de la datation des églises en tau et à contre-abside de la cité d'Alet (Saint-Malo) ce qui lui permet de formuler de nouvelles considérations sur les débuts de l'évêché breton.

La troisième partie est consacrée aux résidences rurales des élites. Pierre-Yves Laffont esquisse d’abord un bilan historiographique sur le château médiéval en Bretagne. Puis, Joseph Le Gall présente une résidence aristocratique des VIIIe-IXe siècles au cœur de la Bretagne. L’enceinte de Bressilien à Paule (Côtes-d'Armor). Jocelyn Martineau évoque un château du Goëlo redécouvert. Le diagnostic archéologique du château de Coëtmen en Tréméven. Enfin Laurent Beuchet tente de préciser les origines du château du Guildo.

Les élites et le développement urbain constituent le thème de la quatrième partie. Introduite par Daniel Pichot, elle présente les villes castrales en Bretagne au Moyen Âge. Gwénaël Herviaux y aborde la naissance de la ville de Lamballe au Moyen Âge tandis que Julien Bachelier se penche sur la ville castrale de Dinan aux XIe-XIIIe siècles. Manuelle Aquilina achève cette partie en évoquant Les remparts médiévaux aux XIXe et XXe siècles et leur redécouverte touristique.

Jerzy Maik (éd.), Recent research into Medieval and Post Medieval Firearms and Artillery, FAH Fasciculi Archaelogiae Historicae, fasciculus XXVII, Institute of Archaeology and Ethnology of Polish Academy of sciences, Polish Academy of sciences, Łódź, 2014, 111 p., dessins et photos noir et blanc dans le texte, PL ISSN 0860-0007, prix non communiqué.

Ce fascicule est traditionnellement introduit par une préface de Jerzy Maik, il est consacré aux recherches récentes sur les armes à feu et l’artillerie médiévale et post médiévale. Il renferme dix contributions en anglais, allemand et russe, introduites par une préface de Jerzy Maik. Mariusz Mielczarek évoque en premier lieu « L'Armée Bosporan » et « Armée sur le Bosphore » au temps de Mithradate VI Eupator, roi du Pont. Puis Anfoni Romuald Chodyński présente l’épée du XIIe siècle de l’ermitage de Montesiepi de l’abbaye du Galgano en Toscane et s’interroge sur une possible transmission de la légende arthurienne.

Pawel Klucypera, et Jiří Hošek s’interrogent sur l’acier hypereutectoïde (dont la teneur en carbone est comprise entre 0,77 et 2,11 %C massique) dans production d'épée du haut Moyen Âge en Europe.

Sven Ekdahl analyse ensuite le contenu de l'ultimatum du 17 juin 1410 de Sigmund de Luxembourg à Wladyslaw Jagiello. Romuald Odoj fait l’archéologie des recherches sur le champ de bataille de Grunwald/Tannenberg (1410). Klaus Militzer évoque les soldats de Cologne au Moyen Âge et Aleksander Boldyrew, L'armement de l'infanterie mercenaire polonaise dans la première partie du XVIe siècle. Entrant dans le détail de l’armement, Lech Marek aborde les rapières de Juan Martinez l'Aîné, forgeron d'épées royal de Tolède retrouvé en Pologne. Mais c’est à propos de l’épée de Gdansk que s’interrogent Grzegorz Żabiński et Janusz Stȩpiński qui se demandent s’il s’agit d’une révolution technologique ou d’une réplique de reconstitution historique.

Une liste des auteurs complète le volume.

Portugalia, XXXV, 2014, illustrations en noir et blanc en fin d’articles, 163 p., ISSN : 0871-4290, prix : non communiqué.

Ce numéro de la revue Portugalia réunit huit contributions portant pour l’essentiel sur des périodes anciennes (préhistoire ou antiquité). Deux cependant concernent des périodes plus récentes : Luis Sebastian présente la fonderie des cloches du royaume pour le Brésil d’après un document du historique étranger de Lisbonne et Francisco Calo Lourido oppose la culture de terre et la culture de mer.

Revue Archéologique de Picardie, 2014, n° 1-2, 260 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN 0752-5656, prix : 28 €.

Ce numéro de la Revue archéologique de Picardie contient six contributions dont trois consacrées au Moyen Âge. Gilles Desplanque et Stéphanie Normant avec les contributions de Michel Hourlier, Gaëtan Jouanin et Nadège Robin présentent le site d’Ambleny « Le Soulier » dans l’Aisne, un hameau à parcelles en lanières (XIe-XIIIe siècle). Thierry Galmiche, François Blary, Vincent Buccio et Gilles Desplanque, avec la collaboration de Vincent Legros, évoquent ensuite Les tuileries médiévale et surtout moderne du prieuré fontevriste du Charme à Grisolles (Aisne). Enfin Guillaume Hulin, Gilles Prilaux et Marc Talon abordent l’intégration de la géophysique à un projet archéologique d'envergure. L'exemple du projet canal Seine-Nord-Europe.

Territorio, Sociedad y Poder. Revista de Estudios Medievales, n° 9, 2014, 155 p., illustrations en couleur dans le texte, ISSN 1886-1121, prix : non communiqué.

Ce volume renferme cinq contributions et deux recensions d’ouvrages. Il s’ouvre sur un long article de Gisela Ripoll et Nuria Molist Capella qui présentent le traitement des morts au nord-est de la péninsule Ibérique du IVe au XIIe siècle. La seconde contribution, due à Daniel Rico Camps, porte sur les inscriptions monumentales du VIIIe siècle (de Cangas à Pravia). Gloria Fernandez Somoza évoque ensuite des murs consacrés : l'environnement liturgique médiéval de la lipsanothèque de Bagüés. Puis Eduardo Carrero Santamaría aborde l’épigraphie et la liturgie Epigrafîa et la liturgie de l'abbaye de Santa María la Real de las Huelgas à Burgos. Enfin Marco Alvise Meneghetti dresse une biographie historique de Teresa Bermúdez, fille de Bermudo II.

Setúbal Arqueológica, vol. 15, 2014, II Encontro de Arqueologia da Arrábida, Homenagem a A.I. Marques da Costa (1857-1933), Museu de Arqueologia e Etnografia do Distrito de Setúbal/Assembleia Distrital de Setúbal, 382 p., ISSN 0872-3451, dessins et photos noir et blanc dans le texte, prix : non communiqué.

Le volume qui constitue les actes de ces rencontres est organisé en trois parties chronologiques. Les deux premières sont consacrées à l’archéologie préhistorique et à l’archéologie classique, la troisième, d’une quarantaine de pages, porte sur l’archéologie médiévale et moderne. Susana Duarte, Joaquina Soares et Carlos Tavares da Silva présentent l’intervention archéologique aux numéros 38 et 40 de la rue Álvaro Castelões et ses relations avec le tremblement de terre de 1755. Teresa Quilhó procède à l’identification d’un échantillon de bois provenant de cette fouille. Enfin, Miguel Correira tente une reconstruction du village d’Alcochete au XVe et XVIe siècle sur la base des données archéologiques.

Magdalena Valor et Avelino Gutiérrez (édité par), The Archeology of Medieval Spain 1100-1500, Equinox, Sheffiels, Bristol, 2014, 336 p. illustrations noir et blanc et couleur dans le texte et ISBN 978-1-84553-173-7, prix : 12 £.

L’archéologie de l’Espagne est particulière. Au Moyen Âge chrétiens, musulmans et juifs y cohabitent mais le pays est divisé entre les royaumes chrétiens du nord et les musulmans d’Al-Andalous au sud. Au fil du temps, les deux espaces changent de multiples manières et les chrétiens étendent peu à peu leur territoire jusqu’à la victoire en 1492. Cet ouvrage se concentre sur les différences et similitudes entre les cultures qui ont abouti à l’héritage de l’Espagne actuelle.

Les auteurs : Ricardo Cordoba, Iñaki Garcia Camino, J Maíz Chaćon, Fernando Gil, Avelino Gutiérrez, Fernando Miguel, B González Montes, John Shoffield et Magdalena Valor, abordent successivement : le paysage et les implantations rurales, les établissements urbains, la maison et la vie domestique, la technologie, l’artisanat et l’industrie, le commerce, les transports et les voyages, les châteaux et fortifications, le pouvoir laïque, les religions et établissements religieux, la vie, la mort et la mémoire. Un glossaire, une bibliographie et un index complètent ce volume ainsi que des encadrés portant sur des points spécifiques tels que le monnayage chrétien ou des fours à pots islamiques.

Else Roesdahl, Søren Michael Sinobæk, Anne Pedersen et David M. Wilson (édité par), Aggersborg. The Viking-Age settlement and fortress, National Museum of Denmark, Jutland Archaeological Society vol. 62, Aarhus, 2014, 478 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, 3 grands plans en encart, ISBN 978-87-88415-87-2, prix : 450 DKK.

Aggersborg, fortification danoise parfaitement circulaire, avait un diamètre intérieur de 240 m, un fossé situé à 8 m en dehors du rempart périphérique qui devait atteindre 4 m de hauteur. C’est la plus grande des anciennes forteresses circulaires de l’époque viking. Construite par le roi Harald à la dent bleue dans la seconde moitié du Xe siècle elle occupait une position stratégique sur le rivage du Limfjord. Avec d’autres fortifications danoises, elle devait jouer un rôle majeur dans la politique de l’Europe du nord. La forteresse a recouvert un établissement rural d'âge viking qui a été détruit quand elle a été construite. Les vestiges bien conservés de bâtiments et les nombreux artefacts découverts apportent des renseignements uniques sur les structures sociales et la culture matérielle de cet établissement. Ce livre rend compte de l’ensemble des fouilles conduites tant sur la forteresse que sur l’établissement rural, sur leurs structures et sur les objets découvert d’époque viking.

L’ouvrage qui s’ouvre avec une introduction de Else Roesdahl et Søren Michael Sinobæk est composé de sept parties et complété de six appendices, d’une bibliographie, d’index et de trois grands plans des structures placés en encart. La première partie (Else Roesdahl, Anne Pedersen, Gordon Albøge and Peder Gammeltoft) présente la situation et l’histoire du site, en étudie le nom et présente l’historique de la recherche. La seconde partie (Else Roesdahl et Søren Michael Sinobæk) porte sur la terminologie et les plans généraux, ainsi que sur la documentation et l’enregistrement. Elle retrace la méthodologie de l’enquête.

La troisième partie aborde l’établissement d’âge viking (Søren Michael Sinobæk). Elle débute par la description du sous-sol et du niveau des cultures puis présente les bâtiments découverts sous forme de plans bien conservés dessinés par les trous de poteau (maisons A, C, D, F, GS) ou plus fragmentaires (B, E, GN, L, H, K, XA, XB…). Les dimensions et aménagements internes de ces édifices sont comparés. Les bâtiments excavés, souvent assortis de trous de poteau sont présentés ensuite, leur mode de construction est examiné, tout comme leur fonction encore souvent mal définie. Fossés, drains, tracks ont été repérés et contribuent à l’histoire de cet établissement avant la construction de la forteresse (c. 850) puis simultanément et après elle.

La quatrième partie (Søren Michael Sinobæk et Else Roesdahl) traite de la forteresse dont la fouille, bien que partielle permet de retracer l’organisation très géométrique. Elle présente d’abord la construction du rempart formé d’une large armature de bois sur laquelle, du côté du fossé, sont plaquées des planches, et qui était recouverte de terre vers l’intérieur de l’enceinte. Le mode de construction est soigneusement étudié ainsi que les quatre entrées, la berme et le fossé. Les voies de circulation sont évoquées et la construction des bâtiments longuement évoquée ainsi que leurs rapports avec le système de drainage. Les objets sont mis en relation avec les fonctions du lieu. les unités de mesure et les matériaux utilisés pour la construction sont présentés, enfin Aggersborg est comparé aux autres forteresses du même type : Fyrkat, Trelleborg mais aussi Nonnebakken ou Borgeby. Les maisons font également l’objet d’une comparaison ainsi que le mode de construction du rempart. En tenant compte de ces comparaisons, la datation de la forteresse est finalement abordée.

Près de 200 pages (la cinquième partie présentée par Else Roesdahl, Anne Pedersen, Andres Dobat, Søren Michael Sinobæk, Hans Jørgen Madsen, James Graham Campbell, Ulf Näsman, Jens Christian Moesgaard, Jørgen Steen Jensen, Sarah Croix, Lise Bender Jørgensen, Heid G. Resi) sont consacrées aux objets de toute nature : argile cuite, rivets, poterie souvent modelée a décor estampé ou incisé ainsi que vases de stéatite, pierres à aiguiser, meules dont, en outre, la répartition est étudiée et dont les carrières ont été retrouvées. Les mortiers et moulins à bras sont également présentés ainsi que l’équipement domestique, les objets personnels, accessoires vestimentaires et amulettes. Les perles, l’ambre et le verre s’ajoutent à cette liste. Les monnaies, les armes, les accessoires d’équitation et de harnachement et les patins à glace sont abordés ensuite, puis les objets utilisés pour l’agriculture, la pêche, le tissage et le travail du tissu et enfin tous les autres outils, résidus, et fragments d’usage inconnu. Une partie est consacrée aux objets préhistoriques et une autre aux objets médiévaux et plus tardifs. L’étude archéozoologique complète cette partie.

La dernière partie présentée par Else Roesdahl et Søren Michael Sinobæk vient en quelque sorte conclure le volume en tentant de définir le but de cette forteresse, du type Trelleborg à travers ses caractéristiques et son contexte.

Le volume est complété par des appendices sur les trouvailles réalisées au détecteur de métaux, les monnaies, les principales sources primaires, les prises de mesures, les découvertes botaniques et les datations dendrochronologiques, par des notes, par une bibliographie et par des index.

Benjamin Saint-Jean Vitus (sous la direction de), Pas de fumet sans feu : cuisine et vie quotidienne auprès des moines de Tournus (IXe-XVIe s.), Revue archéologique de l'est, Trente-cinquième supplément, 2014, 175 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN 1773-6773 -ISBN 2-915544-26-3, prix : 20 €.

C'est sur un espace utilisé depuis la fin du IXe siècle et occupé aux environs de l'an mil par une étonnante construction de bois à sol de béton et à vocation funéraire, que s'implante au XIIe siècle la nouvelle cuisine de l'abbaye Saint-Philibert de Tournus. Le bâtiment, lié au réfectoire voisin, empiète sur des niveaux de circulation extérieurs. Sa conception architecturale est un plan centré octogonal flanqué de vastes cheminées à contrecœur semi-circulaire qui évoquent des modèles de l'ouest de la France disparus pour la plupart, à l'exception de la cuisine de Fontevraud en Anjou. Toutefois, contrairement à ces exemples connus uniquement pour leur architecture, c'est la conservation en place des dépôts d'utilisation intérieurs, compressés à force d'accumulation et de piétinement jusqu'au milieu du XVIe siècle, qui fait la richesse de cette cuisine. Pendant quatre siècles, c'est autour de grandes langues de cendres étalées depuis les quatre foyers jusqu'au milieu de la pièce, que se concentre l'essentiel de l'activité. Les postes de préparation sont révélés par des tas de déchets spécialisés : coquilles d'œufs, fragments d'os, écailles de poisson ... Une conduite d'eau et un drain de pierre traversent la pièce, portiques ou paravents de bois sont déplacés sans cesse. La permanence de déchets de consommation carnée sur le même site depuis la fin du IXe siècle, l'abondance des restes de poisson dans la cuisine, permettent de retracer l'évolution de l'approvisionnement el de l'alimentation des moines et de leurs familiers laïcs. Quant aux nombreux fragments de poteries, également présents depuis les premiers niveaux, ils offrent sur huit siècles, avec d'autres sites tournusiens, un référentiel de productions en usage dans la région. À cela s'ajoutent quelques restes d'ustensiles en métal, verre ou pierre, (probable tête de robinet des XIIIe-XIVe siècles ou mortier décoré du XIVe, ils éclairent, plus ponctuellement, d'autres aspects de la préparation culinaire ou du service de la table. De tout point de vue, en plein contexte monastique, le matériel recueilli trahit les usages d'une population aristocratique.

L’ouvrage est composé de six parties complétées d’annexes. La première présente le site, puis les sépultures et le bâti antérieurs à la cuisine sont abordés, ensuite ce sont l’architecture et l’occupation de l'espace du XIIe au XVIe siècle et enfin les abondants restes de faune: alimentation et approvisionnement en viande et poisson entre le IXe et le XVIe siècle. La vaisselle et les objets d'usage courant sont présentés, ainsi que la cuisine elle-même. L’ouvrage est complété d’annexes comme la micromorphologie des dépôts de la cuisine, ou les tableaux des restes de faune mammalienne et aviaire, ou encore le contenu anthracologique des cheminées.

Christian Sapin, Les cryptes en France. Pour une approche archéologique, IVe-XIIe siècle, photographies de Jean-François Amelot, Picard, Paris, 2014, 320 p., nombreuses illustrations couleur dans le texte, couverture cartonnée, ISBN 978-2-7084-0965-1, prix : 76 €.

Dans ce beau livre, richement illustré par les photographies de Jean-François Amelot, Christian Sapin tente de sortir des idées reçues en reconstituant le processus historique des cryptes dans une démarche à la fois archéologique et anthropologique. En effet, la crypte renvoie, de manière souvent abusive, à une réalité que l'on croit uniquement souterraine, cachée ou mystérieuse. L'auteur montre que, conçue pour recevoir des reliques ou pour accueillir des pèlerinages, chaque crypte a son histoire qui s'est constituée souvent bien après sa construction. Dans ce but l'auteur accorde une place particulière aux textes et à l'examen des espaces pour reconstituer les usages et les parcours. Les réponses qu'il apporte s'inscrivent dans un panorama plus général de l'évolution de l'espace sacré de l'Antiquité tardive à l'époque médiévale. En restituant la crypte dans sa dimension architecturale, artistique et historique, l'enquête bouscule l'histoire locale pour mieux saisir l'épreuve du temps, la trace d'une croyance et l'expression d'une société. Cet ouvrage est le fruit d'un travail de longue durée. Christian Sapin a recensé près de 400 cryptes en France datées entre le IVe et le XIIe siècle, il établit en outre des comparaisons à travers l'Europe occidentale et propose de nombreuses reconstitutions.

Après avoir évoqué l’origine des cryptes du IVe au VIe siècle, Christian sapin s’interroge sur la place des corps saints et des reliques du VIe au IXe siècle. Il montre la crypte comme une église dans l’église aux XIe et XIIe siècle et la fin de leur utilisation entre le XIIIe et le XXe siècle. La dernière partie de l’ouvrage présente un paysage des cryptes en France et affiche l’objectif d’un inventaire avant de dresser sur une centaine de pages un corpus des cryptes françaises.

2015

Daniel Mouton (sous la direction de), La Moutte d' Allemagne-en-Provence, un castrum précoce du Moyen Âge provençal, Bibliothèque d'Archéologie Méditerranéenne et Africaine - 19, Éditions Errance/Centre Camille Julian, Aix-en- Provence, 172 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN: 978-2-87772-581-1, ISSN BiAMA: 2101-2849, prix : 39 € , préface de Michel Fixot.

Auteur de deux ouvrages de référence (La « Roca » de Niozelles et les mottes castrales du bassin de la Durance moyenne et de ses abords en 2004 et de Mottes castrales en Provence: les origines de la fortification privée au Moyen Âge en 2008) Daniel Mouton n’est pas un néophyte de l’étude des fortifications. Avec ce livre, il ajoute deux sites à la série initiale avec principalement les résultats de la fouille d'un petit castrum de haute Provence occupé durant quelques décennies autour de l'an Mil. Deux incendies successifs ont contribué à la conservation de macrorestes qui ont livré de nombreux détails sur la vie quotidienne et les pratiques alimentaires en produits végétaux, en viandes et même en poissons. Le dernier incendie a provoqué l'effondrement d'une construction dans laquelle ont été retrouvés, en place, tant le mobilier domestique que des armes. Mobilier et organisation des bâtiments traduisent un niveau de vie élevé. Néanmoins les constructeurs ont utilisé des matériaux locaux assez frustes qui ont nécessité des mises en œuvre tout à fait originales. Les deux états successifs se situent autour de l'an Mil et montrent des changements radicaux suivis à chaque fois d'un ensevelissement. Cette pratique, qui n'est pas isolée, a suscité des hypothèses. Ces découvertes, montrent que la construction de ces châteaux se faisait sans modèle prédéfini, chacun des titulaires cherchant d'abord à s'installer sur un site dominant topographiquement un terroir pour le constituer ensuite en territoire.

L’étude du site est proposée selon un schéma très traditionnel. Les structures sont d’abord décrites par phase: d’abord le premier état, comprenant le bâtiment maître, puis la maison de bois, la construction 1C, la galerie et les espaces et circulations. Le second état est plus modeste : la maison et le foyer sont décrits ainsi que les poteries. Le mode de construction et la stratigraphie sont présentés. Le mobilier livré par la fouille et correspondant à chacun des états est abordé dans une seconde partie : céramique, mobilier métallique, monnaies et objets en matière dure d'origine animale (Marie-Astrid Chazottes) ainsi que le mobilier illustrant le jeu, la musique ; tous contribuent à définir la vie quotidienne

L'exploitation des ressources animales est longuement présentée : Martine Leguilloux évoque La faune terrestre. Après avoir exposé sa méthodologie elle aborde l’étude archéozoologique avec successivement les porcs, les petits ruminants : moutons et chèvres, les bovins, les oiseaux de basse-cour et la faune sauvage. Un bilan est fait sur les animaux dans l'alimentation avant de conclure en mettant en évidence le choix des espèces, celui des âges d'abattage, les éléments révélant la pratique de boucherie et la sélection des quartiers, les espèces mises en évidence lors de l’étude de l’ichtyofaune sont présentées par Stéphanie Cravinho.

Le chapitre cinq aborde les datations et les restitutions. Il comporte les résultats de la dendrochronologie (Frédéric Guibal), de l’étude de la céramique (Daniel Mouton), les datations apportées par les mesures de radiocarbone (Daniel Mouton), par la numismatique (Daniel Mouton) ainsi qu’un bilan chronologique (Daniel Mouton). Restitutions et interprétations des foyers, des pots, des états 1 et 2 et de l’église sont ensuite proposées.

C'est pour insister sur la diversité des formes qu'est également présenté le site défensif tout à fait original du « Champ du Seigneur », à Gaubert, près de Digne. Après une évocation du cadre géographique et historique par Jean-François Devos, Daniel Mouton décrit le site : le bâtiment principal, la défense, l'annexe domestique, les accès, le mobilier, avant d’en tirer le bilan.

Une conclusion générale et une bibliographie complètent le volume.

  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals