Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Une fenêtre archéologique sur l’a...

Une fenêtre archéologique sur l’agglomération de Moissac (Tarn-et-Garonne) du xiie au xixe siècle 

An archaeological window on the agglomeration of Moissac (Tarn-et-Garonne) of the 12th to the 19th century
Ein archäologisches Fenster zum Stadtgebiet von Moissac (Tarn-et-Garonne) vom 12. zum 19. Jh.
Bastien Lefebvre
p. 89-119

Résumés

Entre 2015 et 2018, plusieurs campagnes de fouille programmée ont été engagées, dans le cadre d’une recherche sur la formation de l’agglomération, au sud du monastère Saint-Pierre de Moissac. La puissance stratigraphique importante, la grande quantité de structures et la très bonne conservation des matériaux organiques due au sous-sol humide ont permis de documenter les dynamiques de l’occupation domestique dans un secteur de la ville entre le xiie et le xixe siècle. Si l’un des principaux résultats de cette recherche a été de mettre en évidence que le développement de l’agglomération n’est vraisemblablement pas antérieur à la seconde moitié du xiie siècle, les données recueillies concernant l’occupation domestique se sont révélées riches, avec la mise au jour d’une grande variété de mobilier en position de rejet, et la découverte de structures originales, comme un grand pressoir à levier construit à la fin du xiiie siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Lagrèze-Fossat 1870-1894.
  • 2 Momméja 1919.
  • 3 Lefebvre et al. 2013 ; Ollivier 2016.

1Située au bord du Tarn, à trois kilomètres en amont de sa confluence avec la Garonne, Moissac est implantée au croisement de voies de communication dont les deux principales sont d’origine gallo-romaine : la voie tolzane, de Toulouse à Agen, devenue par la suite « route royale », et le cami romio, de Moissac à Cahors. La liste des vestiges antiques, ou jugés comme tels, découverts à Moissac et dans ses environs depuis le xixe siècle, est longue (voies, aqueducs, tegulae, monnaies, tesselles de mosaïque, etc.1). Ces découvertes sont toutefois peu importantes, en dépit des fouilles ponctuelles de Jules Momméja et Armand Viré et des grands travaux de voirie et de creusement du canal latéral à la Garonne au xixe siècle. Si les conditions favorables à une occupation antique sont réunies et si des vestiges peuvent en témoigner, sa nature, son importance et son extension restent à définir. L’hypothèse d’une agglomération antique2 ne peut toutefois aujourd’hui plus être retenue, car bien que plusieurs villae de la fin de l’Antiquité soient attestées sur cette partie de la rive nord du Tarn3, rien ne témoigne sérieusement d’une occupation de nature urbaine avant le milieu du Moyen Âge.

Fig. 1 Carte des interventions archéologiques conduites dans l’agglomération de Moissac et localisation de la fouille du parking de la rue des Mazels.

Fig. 1 Carte des interventions archéologiques conduites dans l’agglomération de Moissac et localisation de la fouille du parking de la rue des Mazels.

DAO B. Lefebvre

  • 4 Poupardin 1900, p. 25-26.
  • 5 Ruiz 1993.
  • 6 Hautefeuille 1998, p. 723.
  • 7 Magnou-Nortier 1974, p. 90.
  • 8 Lagrèze-Fossat 1870-1894.
  • 9 Fayolle-Bouillon 2011.
  • 10 Ricalens 1997.
  • 11 Peña 2001.

2La fondation de l’abbaye Saint-Pierre (fig. 1) remonte au haut Moyen Âge. Implanté au débouché d’un petit vallon, l’établissement apparaît pour la première fois dans la vita de saint Didier, qui attribue à Ansbert et à son compagnon Leothadius ou Leutade l’achèvement du monastère de Moissac4. La réputation d’une fondation royale attribuée à Clovis, bien que légendaire, est peut-être l’indice d’une création effectivement royale et assez ancienne, qui pourrait se situer vers le milieu du vie siècle selon Philippe Ruiz5, vers la fin du vie ou le début du viie siècle selon Florent Hautefeuille6, ou précisément du temps de l’évêque Didier (630-654)7. Toutefois, il n’est actuellement possible de cerner ni la topographie de l’implantation monastique initiale, ni l’occupation périphérique antérieure à l’an Mil. Pendant longtemps, les recherches historiques ou archéologiques menées à Moissac ont été centrées sur l’abbaye, et rares ont été les travaux consacrés à l’agglomération monastique, qui apparaît pourtant dans les sources écrites à partir du xie siècle. La première et seule grande synthèse historique qui prenne comme objet la ville de Moissac est ainsi celle publiée par Adrien Lagrèze-Fossat à la fin du xixe siècle8. Plus récemment, quelques travaux universitaires ont été menés sur les riches fonds textuels de l’abbaye ou des consuls de la ville, et se penchent sur la fin du Moyen Âge9 ou l’époque moderne10, en privilégiant un type de document en particulier11.

  • 12 Une synthèse est proposée dans Georges 2014.
  • 13 Clamens 2013.
  • 14 Georges 2013.
  • 15 Foltran 2016 ; Pousthomis 2002 ; Rivals 2015.

3Les autres sources, archéologiques et architecturales, ont elles aussi surtout été mobilisées pour des recherches conduites sur l’abbaye : la majorité des diagnostics d’archéologie préventive concernent donc l’abbatiale ou ses abords immédiats12, et même le suivi de travaux réalisé rue Guileran, au sud de l’abbatiale, documente une occupation étroitement liée à l’abbaye, au moins jusqu’au xve siècle13. Les opérations archéologiques conduites ailleurs en ville sont rares. Hormis quelques interventions menées par Armand Viré entre les années 1910 et 1930, la seule véritable fouille conduite dans l’agglomération l’a été dans un cadre préventif en 2013, à travers un diagnostic puis une fouille réalisée au 18, rue de la République par Patrice Georges14 (fig. 1). Les données obtenues, qui ne sont pas encore toutes disponibles, témoignent d’une occupation domestique continue à partir du xiiie siècle. Moissac fait aujourd’hui partie des villes de taille modeste qui ne connaissent pas une activité économique très importante et qui échappent ainsi aux grands travaux urbains ; par ailleurs, grâce à son abbaye, la ville bénéficie d’un patrimoine et d’un centre ancien protégés qui limitent les aménagements. Malgré une série de travaux universitaires15, l’étude des agglomérations d’origine monastique n’a pas bénéficié du même engouement que celle des villes neuves. Les recherches restent encore essentiellement centrées sur les abbayes elles-mêmes. Ainsi, à Moissac comme ailleurs, les modalités d’installation des laïcs autour de l’abbaye sont-elles mal documentées voire inconnues, tandis que l’étude des dynamiques de la formation du bourg monastique n’a jamais été réellement engagée.

  • 16 Il s’agit d’un travail collectif ; aussi l’auteur tient-il à remercier Jean Catalo pour l’étude du (...)
  • 17 Lefebvre 2014.
  • 18 Chantier école de l’université Toulouse - Jean Jaurès. Sur le terrain, les interventions ont eu lie (...)
  • 19 Lefebvre 2018b.
  • 20 Moron 2018.

4Afin de poursuivre ces recherches, de nouvelles études ont été lancées à partir de 2014 sous la forme d’une série d’opérations archéologiques programmées16. D’abord menées au moyen d’une prospection thématique destinée à reprendre l’inventaire du patrimoine bâti conservé en élévation17, les investigations ont ensuite été resserrées à un îlot situé à environ 100 m au sud de l’abbaye Saint-Pierre, entre les rues de la République, Malaveille, des Mazels et Cavaillet. Afin de permettre une recherche détaillée sur la formation du tissu urbain, des fouilles ont été réalisées dans un secteur non bâti de l’îlot, là où deux maisons avaient été détruites et remplacées par un parking en 2000. Après une campagne de prospection radar et un sondage menés en 2015, une opération de fouille triennale a été réalisée entre 2016 et 2018 (fig. 2)18. Parallèlement, d’autres investigations ont été réalisées dans la ville de Moissac (fig. 1) afin de comparer ou mettre en perspective les informations recueillies, sous la forme d’études du bâti, d’opérations programmées19 ou de travaux universitaires20. Une reprise de la documentation textuelle de l’époque moderne a également été engagée par Florent Hautefeuille.

Fig. 2 Localisation des interventions conduites entre 2015 et 2018 sur la carte présentant le résultat de la prospection radar effectuée en 2015.

Fig. 2 Localisation des interventions conduites entre 2015 et 2018 sur la carte présentant le résultat de la prospection radar effectuée en 2015.

DAO T. Gragson et B. Lefebvre

  • 21 Ce que confirme l’étude menée par David Leigh et Ted Gragson à l’échelle de l’agglomération (Leigh (...)
  • 22 Au total, l’opération a permis de prélever 6 818 tessons de poterie, 3 208 restes de faune, et a en (...)

5Ensemble, les quatre interventions réalisées successivement sur le site du parking de la rue des Mazels ont permis la fouille de six secteurs totalisant une surface à l’ouverture de 165 m2, ce qui correspond à l’exploration d’environ 25 % de l’emprise des deux parcelles composant le parking. Si ces interventions ont permis d’étudier une stratification complexe sur près de 3,50 m d’épaisseur (fig. 3), l’installation de banquettes de sécurité a limité l’accès et la compréhension des niveaux les plus anciens, ceux-ci ne pouvant être explorés que sur des fenêtres de quelques mètres carrés, déconnectées les unes des autres (fig. 4). Malgré les efforts développés, il n’a pas été possible d’appréhender toute la séquence anthropique, le carottage réalisé en 2015 indiquant que le premier niveau sans traces d’activité humaine se situe à environ cinq mètres sous la surface actuelle21. Surtout, une telle intervention n’était pas envisageable dans le cadre d’une opération programmée aux délais contraints et aux moyens limités. Globalement, le site s’est révélé riche en mobilier, sans toutefois être exceptionnel. En revanche, il se singularise par une très bonne conservation des éléments organiques, due au sous-sol humide22.

Fig. 3 Campagne 2017 et 2018, relevé des coupes occidentales (coupes 32, 35 et 39).

Fig. 3 Campagne 2017 et 2018, relevé des coupes occidentales (coupes 32, 35 et 39).

DAO B. Lefebvre

Fig. 4 Le secteur 2 fouillé en 2016, vu depuis le nord-ouest.

Fig. 4 Le secteur 2 fouillé en 2016, vu depuis le nord-ouest.

Cl. B. Lefebvre

1. Des terrains saturés d’eau, anthropisés et occupés de l’an Mil à la fin du xiie siècle

1.1. Bilan des données de fouille

  • 23 Lagrèze-Fossat 1870-1894, p. 43.
  • 24 Viré et al. 1915.

6Si l’hypothèse qui veut que Moissac ait été bâtie sur un marais est ancienne23, rien ne permettait jusqu’alors de l’étayer sérieusement. Sans remettre en cause la qualité de travaux menés par Armand Viré, ni finalement les conclusions qu’il a proposées il y a maintenant un siècle24, il faut reconnaître que le raisonnement s’appuyait sur des données trop fragiles et manquait d’arguments scientifiques.

  • 25 Carozza 2016.
  • 26 Leigh et al. 2019.

7L’étude géomorphologique conduite en 2015-2016 a confirmé l’existence d’un marais qui s’étendait entre le cône de colluvion du Brésidou, là où se trouve l’abbaye, et le Tarn. L’expertise des sédiments extraits à l’occasion du carottage réalisé par Jean-Michel Carozza25 sur le site du Parking de la rue des Mazels confirme l’interprétation proposée par Ted Gragson et David Leigh26 et suggère qu’il s’agissait d’un marais distal du Tarn. La zone humide est ancienne : elle remonte à au moins 9269-9157 avant notre ère et existait encore a priori vers l’an Mil. Bien que l’on ne connaisse pas avec exactitude le tracé du lit du Tarn, on sait toutefois qu’il se trouvait plus au sud qu’actuellement. L’absence d’alluvions montre que le secteur compris entre la rivière et le coteau n’était pas soumis à des inondations. Au contraire, il semble que cette zone humide ait connu une sédimentation lente. Pour autant, la présence de charbons non exogènes montre que le site était fréquenté, mais on ignore quand et comment.

  • 27 Carozza 2016.
  • 28 Leigh et al. 2019.

8La partie supérieure de cette séquence montre une augmentation nette des indicateurs anthropiques dans un contexte de zone moins humide, même si les terrains restent saturés d’eau, comme le confirme l’étude conduite par Jean-Michel Carozza27. Des changements environnementaux et/ou climatiques sont-ils à l’origine de cette baisse du niveau d’humidité, qui a favorisé l’installation d’activités humaines à proximité ? Rien ne permet de le dire tout à fait, mais la présence d’alluvions suggère un ruissellement accru depuis les coteaux. Selon Ted Gragson et David Leigh, des défrichements pourraient être à l’origine de ces changements28.

  • 29 Vissac 2018, p. 180-182.
  • 30 FOS 512 et 513 (fig. 3).

9Les derniers dépôts de cette zone humide anthropisée ont été fouillés très partiellement. Il s’agit des niveaux les plus profonds mis au jour dans les secteurs 2, 4, 6 et peut-être 5-ouest (fig. 5). Bien que menée à une autre échelle, l’analyse micromorphologique, qui a porté en priorité sur ces niveaux en 2018, confirme ces observations29. Elle révèle aussi des marqueurs d’activité anthropique, finalement nombreux, qui relèvent d’activités domestiques proches. La présence de sols, de fosses30, et même d’aménagements tels que la palissade découverte lors de l’opération menée en 2018 ou les poteaux mis au jour en 2017 permettent de restituer une zone humide non seulement fréquentée et proche d’activités domestiques, mais aussi aménagée (fig. 5). La restitution du paysage reste toutefois difficile : on peut penser à une prairie humide au sein de laquelle se trouvent quelques structures et manifestement de l’habitat, mais qui témoignent d’une occupation peu intense. Les indices de datation permettent de proposer une occupation postérieure à l’an Mil, mais antérieure à la fin du xiie siècle, avec des tessons attribués aux xe-xie siècles et des bois abattus entre 1156 et 1165 pour la STR510, aménagée au sommet de ces niveaux.

Fig. 5 Synthèse de l’occupation antérieure à la fin du xiie siècle.

Fig. 5 Synthèse de l’occupation antérieure à la fin du xiie siècle.

DAO B. Lefebvre

  • 31 Viré et al. 1915.
  • 32 Lefebvre 2016, p. 53-55.
  • 33 Lyon-14977.
  • 34 Poz-104493.

10Pour cette séquence comme pour la précédente, rien n’évoque des aménagements de berge ou un secteur en eau, contrairement à ce que propose Armand Viré31. Seule la fouille conduite en 2016 a permis d’identifier très partiellement une dépression qui accueillait de l’eau stagnante. Cette fouille très limitée ne permet pas de reconnaître avec certitude la nature de cette structure : c’est donc avec prudence que l’on propose d’y voir une mare peu profonde entourée d’un talus32. Les deux datations 14C de graines contenues dans le premier remplissage de cette dépression humide donnent des résultats différents, mais cohérents avec une occupation antérieure à la fin du xiie siècle : entre 776 et 97533 ou entre 1020 et 115534.

1.2. Mise en perspective, à l’échelle de l’agglomération

11Ces observations peuvent être mises en perspective avec d’autres réalisées antérieurement par Armand Viré, et par Patrice Georges, qui a réalisé un diagnostic puis une fouille préventive rue de la République. Parmi ces interventions, toutes n’ont pas permis d’atteindre les niveaux discutés dans le précédent paragraphe.

  • 35 Viré et al. 1915, p. 138.
  • 36 Ibid., p. 153.
  • 37 Ni dans la fouille programmée réalisée en juillet 2019 rue des Tourneurs (dir. B. Lefebvre) et dont (...)
  • 38 Viré et al. 1915, p. 140.

12L’opération la plus importante est celle qu’a conduite Armand Viré dans une maison sise 25, rue Malaveille et 14, rue Caillavet. La fouille correspond en réalité à un sondage de 5 m2 profond de plus de 9 m35. Une coupe de la séquence stratigraphique rencontrée est proposée dans l’article qui présente cette opération (fig. 6). Deux choses méritent d’être soulignées : d’une part, le fait qu’Armand Viré signale, au sujet des couches les plus anciennes, « que [les] argiles comprennent une alternance de couches fluviatiles et de couches terrestres, ce qui nous permet d’affirmer que ce point a toujours été dans les temps anciens au voisinage des limites d’un marécage » et, d’autre part, « qu’à partir de la couche V, antérieure au xie siècle, nous ne trouvons plus trace du régime marécageux ». Selon lui, il ne s’agit plus que de « déblais humains, […] des débris d’incendie, […] des détritus divers de l’activité humaine »36. Malgré le sérieux du travail d’Armand Viré, il faut utiliser avec prudence ces observations. En effet, de nombreuses couches sont décrites comme contenant de la vase ou de la tourbe, alors que rien dans les données recueillies lors de la fouille du parking de la rue des Mazels ne va dans ce sens37. Les niveaux organiques très noirs mis au jour à environ 1,50 m sous la surface du parking correspondent sans aucun doute à des rejets domestiques et non à de la vase de marais, comme Armand Viré l’indiquait pour la couche VI, par exemple. Par ailleurs, pour la couche VIII, Armand Viré signale « de 2 m 35 à 3 m. 70, limon bleu, limon sableux, petits lits de gravier. Tuiles, rares jusqu’à 3 mètres, très nombreuses de 3 mètres à 3 m 70. Au sommet de la couche, en contact avec la tourbe, très nombreux pépins de raisin, fragments de noix et de pêches. À 2 m. 80, fusaïole grossière ; à 3 mètres, clou en fer, en forme de clef de violon ; à 3 m. 50, fin des pieux »38, ce qui est parlant, au regard du mobilier décrit, mais néanmoins différent de ce qui a été observé sur le parking de la rue des Mazels où aucune trace de tourbe n’est à signaler.

Fig. 6 « Fig. I. Coupe du sous-sol de la rue Caillavet à Moissac ».

Fig. 6 « Fig. I. Coupe du sous-sol de la rue Caillavet à Moissac ».

Dans Viré et al. 1915

  • 39 AM Moissac, fonds Viré, n° 9, 3.

13En somme, il est difficile de proposer une réinterprétation fine de ces observations, qui ont été réalisées avec le présupposé que les niveaux organiques correspondaient à un marécage, ce que leur odeur « fétide » confirmait, alors qu’il s’agit d’un effet produit par l’oxydation de niveaux organiques anaérobies, quels qu’ils soient. Il est encore plus délicat d’interpréter les observations inédites d’Armand Viré qui mentionne par exemple à plusieurs reprises dans ses carnets de fouille la découverte de couches argileuses vaseuses bleu-noir dans le sondage réalisé au 42, rue Guileran39.

  • 40 Georges 2011, p. 28-56.
  • 41 Georges 2011.
  • 42 Les deux autres sondages ont livré moins d’informations au sujet de l’occupation précoce : d’une em (...)
  • 43 Ibid, p. 43.
  • 44 Ibid, p. 45.
  • 45 Ibid, p. 65.

14Dès sa première intervention à Moissac, Patrice Georges a dressé un sérieux bilan des interventions archéologiques menées non seulement dans l’emprise de l’abbaye mais aussi dans le centre de Moissac40. Cette synthèse lui a servi pour mettre en perspective les résultats des autres opérations préventives qu’il a menées à Moissac, dont celle réalisée au 18, rue de la République, d’abord sous la forme d’un diagnostic41, puis d’une fouille dont le rapport est en cours de finalisation. Trois sondages ont été réalisés. Le premier a été le plus vaste (15 m2) et aussi le plus profond (2,85 m)42 ; la description des données archéologiques a été complétée par une lecture géomorphologique. Deux types de dépôts ont été rencontrés : des niveaux anthropiques et des niveaux qualifiés de naturels en dépit de la présence d’artefacts (1019 et 1020)43. Selon le rapport du diagnostic, « ces niveaux profonds de Moissac ont déjà été observés au cours de différentes fouilles, comme la fouille effectuée en 1914 par A. Viré, G. Chenet et l’abbé A. Lémozi, 14, rue Caillavet. Les couches VI à IX de leur relevé stratigraphique relatent la présence de cette couche bleutée “à odeur fétide” sus-jacente à une couche contenant beaucoup de matière organique »44. Fort de ces observations, Patrice Georges identifiait, à l’instar d’Armand Viré, une ancienne tourbière sur laquelle aurait été construite la Moissac médiévale. Dans sa synthèse, Patrice Georges revient sur la couche de vase repérée dans les sondages 1 et 3 et cherche à la rapprocher des observations faites lors du diagnostic réalisé en 2011 dans l’aile Saint-Julien de l’abbaye : il souligne le caractère naturel de ce niveau et y voit le site marécageux dans lequel a été implanté le site de Moissac45, ce qui étonne cependant, compte tenu de la quantité de mobilier recueilli au sein de cette couche et nous incite à la prudence. Surtout, avec seulement 29 tessons de poterie, plutôt datés des xiiie-xive siècles, ce diagnostic n’a livré que peu de mobilier et reste difficile à mettre en perspective des conclusions faites précédemment. Pourtant, les descriptions des couches sont proches de celles rencontrées à des niveaux équivalents dans le parking de la rue des Mazels, tandis que la fouille réalisée à l’issue de ce diagnostic a semble-t-il livré des méreaux, du cuir, de nombreux carporestes, mais aussi des pièces de bois, à l’instar des opérations menées rue des Mazels entre 2015 et 2018. L’étude des données devrait donc permettre de préciser les observations, les datations et les interprétations faites à l’occasion du diagnostic et ainsi apporter un éclairage précieux aux propositions faites dans cet article.

  • 46 Lagrèze-Fossat 1870-1894, p. 43.

15Malgré ces incertitudes, il est aujourd’hui possible de retenir l’idée anciennement admise qu’un marais existait avant le développement de l’agglomération de Moissac. Toutefois, ce marais n’a pas fonctionné aussi tardivement qu’on pouvait le penser, car les indices recueillis signalent que l’extension de la ville s’est faite vers le sud, dans l’emprise d’une zone humide, à partir du milieu du Moyen Âge, probablement à la faveur de changements environnementaux. Ancien, le marais qui s’étendait entre le Tarn et le pied du coteau où se localise la villa puis l’église Saint-Martin ou le monastère Saint-Pierre a manifestement connu des changements importants entre l’an Mil et le xiie siècle. La fouille de la rue des Mazels montre qu’il fut remplacé par un milieu humide, mais non aquatique, suffisamment praticable pour accueillir des activités domestiques et artisanales. En dépit de ces indices, les modalités d’occupation et d’aménagement de cette zone humide restent encore difficiles à cerner. Toutefois, c’est ce type de paysage qui existait probablement au-devant de l’abbaye au moment de la construction de la tour porche, du portail de l’Apocalypse et du cloître. Rue des Mazels, à 100 m au sud du portail, les indices d’une occupation de nature « urbaine » n’apparaissent que dans la seconde moitié du xiie siècle. Adrien Lagrèz-Fossat signale d’ailleurs que « suivant Aymery de Peyrac, Moissac s’appelait, dans les temps anciens, Lutosa, à cause des marais bourbeux qui l’environnaient, et ce nom, qui diffère peu de celui de Paris, vers la même époque, aurait été remplacé plus tard par ceux de Musciacus, Mussiacum, Moyssiacum, Moysiacus, formés des mots moys, eau, et sacus, réservoir »46. Rien n’est moins sûr, mais l’archéologie permet néanmoins de restituer un marais puis une zone humide, antérieurs au développement méridional de la ville.

2. Des occupations domestiques intenses et renouvelées de la fin du xiie à la seconde moitié du xive siècle

16Passé la fin du xiie siècle, la zone humide aménagée a laissé place à des espaces qui accueillent de nombreuses structures ainsi que des rejets majoritairement domestiques, et, dans une moindre mesure, artisanaux. Bien que renouvelée et présentant plusieurs séquences d’aménagements successives, la nature de l’occupation reste similaire. Elle se caractérise par plusieurs constructions sur poteaux et des zones de rejet ouvertes ; dans l’emprise fouillée, un seul bâtiment en brique a été reconnu. Le parcellaire actuel est manifestement déjà en place et, bien qu’aucune maison n’ait été identifiée en front de rue, l’occupation apparaît clairement structurée selon un axe est-ouest, perpendiculaire à celui de la rue. Il semble donc que l’on soit passé rapidement d’une zone humide à un espace organisé en parcelles. Entre ces deux types d’occupation, l’identification d’une épaisse couche de remblai renforce l’hypothèse d’une mise en valeur du site.

2.1. Une mise en valeur du site : à quelle échelle ?

  • 47 Lefebvre 2016, p. 56-57.
  • 48 Vissac 2017, p. 155-157.

17L’un des apports originaux de cette opération a été de mettre en évidence que les niveaux interprétés comme appartenant à la zone humide aménagée ont été recouverts par un remblai massif de l’ordre de 80 cm d’épaisseur. Dans le détail, ce remblai est hétérogène. Il a été reconnu dans la partie septentrionale du site (secteurs 2, 4 et 6) : en 2016 à travers l’US 2066, un niveau hétérogène à matrice argileuse de couleur jaune à grise47 et, en 2017 et 2018, à travers des niveaux plus gris, comme 6119, 3167=6060=6129 (partie basse) et 3134=3151=6063=6081=6130 (partie haute) (fig. 7). L’analyse micromorphologique a permis de confirmer qu’il s’agissait bien d’un remblai, c’est-à-dire d’un dépôt massif à accumulation rapide, avec, pour 2066, un niveau composé de matériaux sédimentaires remaniés déposés massivement et, pour 3154, un assemblage d’agrégats plus homogènes, moins grossiers, constitué de mottes de sédiments48.

Fig. 7 Campagne 2017, relevé des coupes septentrionales (coupes 18, 22 et 33), avec, en gris clair, les niveaux de remblai de la fin du xiie siècle et, en gris foncé, les niveaux de rejets domestiques compris entre la fin du xiie siècle et le milieu du xive siècle.

Fig. 7 Campagne 2017, relevé des coupes septentrionales (coupes 18, 22 et 33), avec, en gris clair, les niveaux de remblai de la fin du xiie siècle et, en gris foncé, les niveaux de rejets domestiques compris entre la fin du xiie siècle et le milieu du xive siècle.

DAO B. Lefebvre

18L’identification d’un tel remblai, qui scelle les occupations antérieures partout où elles ont pu être observées et exhausse le niveau de sol de près d’un mètre, signale assurément un bouleversement dans la nature de l’occupation. Reste à savoir à quelle échelle le remblaiement a eu lieu : à celui de la parcelle (donc à l’échelle individuelle) ou à celui d’un ensemble de parcelles (donc à une échelle collective). La réponse ne s’impose pas dans la mesure où la stratification ne se retrouve pas à l’identique au sud (secteur 5). En effet, même si une couche de remblai vient aussi sceller les occupations interprétées comme liées à la zone humide anthropisée (US 5063=5069), il s’agit ici d’un niveau bien plus fin que ceux observés au nord et dont le sommet est aussi plus bas. Mais comment être certain que ce qui a été observé dans cette fenêtre est représentatif de l’occupation méridionale, compte tenu des importantes différences liées au fort pendage des niveaux dans ce secteur ?

19Faute de données supplémentaires, deux hypothèses peuvent être émises.

  • 49 L’analyse morphologique du plan de Moissac est un projet à venir.
  • 50 Ce sondage programmé réalisé en 2019 a permis la découverte d’un épais niveau qui offre peut-être u (...)

20La première suggère un remblaiement massif effectué de manière hétérogène dans la zone humide qu’il est possible de restituer au sud de l’abbaye. Il s’agirait de travaux collectifs destinés à mettre en valeur tout ou partie des terrains compris entre l’abbaye et le Tarn (un espace déjà fortement anthropisé mais que l’on suppose trop humide pour accueillir des activités domestiques pérennes) par un assèchement réalisé à l’aide de terrassements. La découverte de niveaux de sols et d’aménagements au-dessus de ces niveaux signale qu’ils ont en effet servi de support à une occupation dense, divisée en plusieurs parcelles et structurée selon la rue, ce découpage de l’espace en lots ayant pu accompagner le remblaiement. Si aucune étude n’a jusqu’à présent été réalisée sur la morphologie de l’agglomération, et si l’incidence des contraintes de sites est difficile à évaluer49, il n’est pas impossible qu’une partie de la voirie de Moissac puisse témoigner d’une planification : la seconde moitié du xiie siècle correspond à la première grande période de fondation de villes neuves – les bastides – dans la région. Ici, la fondation ne serait pas opérée ex nihilo, mais partirait d’une agglomération préexistante qui aurait été agrandie. Si séduisante soit-elle, cette première hypothèse manque d’arguments pour pouvoir être retenue. Rien dans la documentation écrite ne renforce cette idée et, surtout, ces éventuels importants travaux de viabilisation n’ont a priori pas été repérés ailleurs pour l’instant. Quoi qu’il en soit, et en attendant l’analyse des données recueillies de la fouille de la rue des Tourneurs50, plusieurs questions se posent. Les remblais proviennent manifestement d’une remobilisation de terres proches, donc de creusements ou de décaissements, mais où ceux-ci ont-ils été réalisés ? Résultent-ils de l’aménagement de fossés ou de canaux de drainage ? Rien de tel n’a à ce jour été repéré, ni morphologiquement, ni dans les sources écrites, ni archéologiquement.

21La seconde hypothèse propose de restituer des travaux plus modestes. Dans le secteur 5, qui accueillait déjà des occupations plus structurées, un édifice a été aménagé sur un remblai. Le bâtiment, dont seul l’intérieur a été mis au jour, et qui a pu servir de bergerie, a été construit sans relation avec l’occupation septentrionale, ce qui suggère non seulement deux parcelles distinctes, mais aussi, compte tenu de l’analyse stratigraphique, un décalage d’altitude entre ces deux espaces, une situation qui semble perdurer (fig. 8). En effet, au nord (secteur 4), l’espace a rapidement été remblayé, selon une logique distincte : soit avant la construction du bâtiment, auquel cas ce dernier se serait trouvé plus bas, ce que les exhaussements successifs auraient progressivement atténué, soit après, auquel cas c’est le remblai qui aurait « rattrapé » la déclivité de terrain au nord. On peut aussi supposer que les travaux ont été réalisés conjointement (construction du bâtiment au sud et remblaiement au nord) : le décalage de niveau n’aurait été que d’une trentaine de centimètres. Comme la précédente, cette hypothèse pose un certain nombre de questions, à commencer par l’origine des terres mobilisées pour réaliser le remblai. La présence d’au moins une structure (FOS 618) au sein de cette séquence de remblai interroge également.

Fig. 8 Présentation schématique de la stratification observée sur le site, par type de dépôts (1) et par attribution chronologique (2).

Fig. 8 Présentation schématique de la stratification observée sur le site, par type de dépôts (1) et par attribution chronologique (2).

DAO B. Lefebvre

22La datation dendrochronologique des bois appartenant aux premiers aménagements installés sur ce remblai permet de l’attribuer à la seconde moitié du xiie siècle, tandis que les premiers niveaux d’occupation datés par la céramique autorisent une datation au xiiie siècle. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’à ce moment la zone fouillée est divisée en deux secteurs distincts correspondant potentiellement aux deux parcelles qui existent encore aujourd’hui (fig. 9).

Fig. 9 Synthèse de l’occupation à la fin du xiie siècle.

Fig. 9 Synthèse de l’occupation à la fin du xiie siècle.

DAO B. Lefebvre

2.2. Espaces domestiques et de rejets pluriels

23Entre la seconde moitié du xiie siècle-début du xiiie siècle et la seconde moitié du xive siècle, le site a accueilli de nombreux aménagements et a partiellement servi de zone de rejets. Malgré cela, une certaine stabilité ressort de la configuration de l’espace. Celui-ci est divisé en deux ensembles : au sud se trouvent un bâtiment ou, pour être exact, plusieurs bâtiments successifs, tandis qu’au nord, l’image fournie est celle d’un espace ouvert, même si la prudence s’impose compte tenu de l’étroitesse de la zone fouillée. L’une des questions essentielles concernant l’analyse spatio-fonctionnelle du site est celle de l’articulation entre ces deux secteurs à la stratification et aux usages si différents.

2.2.1. Un bâtiment mal documenté au sud

  • 51 Lefebvre 2019, p. 104-105.

24En 2018, la fouille conduite dans le secteur 5 a permis de repérer sur toute l’étendue de la surface fouillée à cette profondeur, soit sur un peu plus de 15 m2, deux sols successifs caractérisés par la présence de nombreux copeaux de bois compactés (5062 et 5043) (fig. 10). L’analyse des éléments constitutifs de ces sols permet de reconnaître des niveaux de circulation intérieurs, ce qui oblige à restituer les élévations hors de l’emprise de fouille, tandis que la présence de coprolithes d’ovins/caprins révélés à l’occasion du tamisage des prélèvements effectués dans ces niveaux suggère qu’il s’agissait de sols fréquentés par des animaux, peut-être au sein d’une bergerie51 (fig. 9).

Fig. 10 Campagne 2018, secteur 5, le niveau de sol 5043 vu depuis le sud-est.

Fig. 10 Campagne 2018, secteur 5, le niveau de sol 5043 vu depuis le sud-est.

Cl. B. Lefebvre

25L’architecture de la construction qu’il faut restituer est, en revanche, inconnue : on peut tout aussi bien imaginer un bâtiment annexe et/ou déconnecté d’un logis, ou une construction à plusieurs niveaux, avec un rez-de-chaussée destiné partiellement ou ponctuellement à l’élevage et le logis à l’étage. Il est bien difficile de comparer cette situation avec d’autres, car on connaît peu d’exemples de bâtiments en milieu urbain ou périurbain accueillant assurément des animaux.

26La raison pour laquelle le niveau de sol initial a été surhaussé est inconnue, mais elle ne semble pas marquer un changement d’usage : malgré la réalisation d’un nouveau sol, le bâtiment est resté le même. C’est sur ce second sol que furent aménagées deux pierres de taille surmontées d’une poutre placée horizontalement (5042). La nature de ce dispositif, sans doute incomplet, reste inconnue. Les indices de datation disponibles permettent de placer cette construction au xiiie siècle, sans plus de précision.

27Plusieurs niveaux suggèrent une rupture entre ce bâtiment et celui construit sur solins de briques (Bât. A) qui l’a remplacé, lui aussi au xiiie siècle. Malgré la fouille fine de ces niveaux intermédiaires, et l’interprétation qu’il est possible d’en faire, la nature de l’occupation du site est difficile à identifier : on observe des remblais, des niveaux d’utilisation, des couches de gravats comme 5037 (fig. 11) et au moins un incendie, qui entraîna peut-être une réaffectation du bâtiment accueillant la possible bergerie.

Fig. 11 Campagne 2018, secteur 5, le niveau de gravats 5037 vu depuis le sud.

Fig. 11 Campagne 2018, secteur 5, le niveau de gravats 5037 vu depuis le sud.

Cl. B. Lefebvre

2.2.2. Au nord, plusieurs états de constructions sur poteaux

28Aucun bâtiment n’a été repéré au nord. Pour autant, de nombreux poteaux et planches de bois ont été mis au jour, selon une chronologie qui n’est pas toujours évidente, notamment en ce qui concerne les piquets. Dans les secteurs 4 et 6, deux phases ont clairement été distinguées (fig. 12), avec d’abord l’aménagement d’une palissade (STR 317) (fig. 13), possiblement assez longue, puis la mise en place de deux poteaux, plus importants et mieux fondés puisqu’installés dans des trous et calés par des briques (fig. 14). Il n’est pas impossible que ces poteaux appartiennent à une construction qui se développait plus au nord-est, soit vers la rue, mais les indices font défaut. D’autres poteaux ont été mis au jour dans les secteurs 1 et 2, fouillés respectivement en 2015 et 2016. Leur positionnement stratigraphique et leur mode d’installation (enfoncés dans le sédiment, sans creusement préalable) suggèrent de les rapprocher de la première phase. Le plan qu’il est alors possible de produire reste difficile à appréhender. Néanmoins, l’analyse des données de fouille a permis d’identifier une stratification distincte de part et d’autre de ces aménagements, avec des rejets au nord et des niveaux moins organiques et moins riches au sud (fig. 15).

Fig. 12 Les deux phases d’occupation des secteurs 4/6, à la fin du xiie/début du xiiie siècle.

Fig. 12 Les deux phases d’occupation des secteurs 4/6, à la fin du xiie/début du xiiie siècle.

DAO B. Lefebvre

Fig. 13 Campagne 2017, secteur 4, la palissade STR 317, vue depuis le nord. En arrière-plan, le MUR 307=602.

Fig. 13 Campagne 2017, secteur 4, la palissade STR 317, vue depuis le nord. En arrière-plan, le MUR 307=602.

Cl B. Lefebvre

Fig. 14 Campagne 2018, secteur 6, le poteau 6067, dans la FOS 612. Malgré la bonne conservation du bois, celui-ci n’a pas pu être daté par dendrochronologie compte tenu de sa croissance atypique.

Fig. 14 Campagne 2018, secteur 6, le poteau 6067, dans la FOS 612. Malgré la bonne conservation du bois, celui-ci n’a pas pu être daté par dendrochronologie compte tenu de sa croissance atypique.

Cl B. Lefebvre

Fig. 15 Synthèse de l’occupation à la fin du xiie siècle, après le remblaiement massif au nord.

Fig. 15 Synthèse de l’occupation à la fin du xiie siècle, après le remblaiement massif au nord.

DAO B. Lefebvre

2.2.3. Des espaces de rejets

  • 52 Étude conduite par Charlotte Hallavant dans Lefebvre 2015, p. 54.
  • 53 Lefebvre 2019, p. 419.
  • 54 Vissac 2018, p. 182.

29L’occupation septentrionale est caractérisée par une importante séquence de rejets, particulièrement bien conservée compte tenu du caractère humide du site. Ces niveaux présentent une matrice limoneuse bleuté-marron ou noire. Dans le détail, ces rejets sont hétérogènes : certains proviennent de la sphère domestique et sont liés à la consommation (céréales, fruits, déchets d’assiette, probables restes de pain52) ; d’autres constituent des rebuts de combustion ou des rejets excrémentiels mêlés à divers objets perdus, cassés (poteries) ou trop usagés (chaussures) ; d’autres encore sont manifestement issus d’activités artisanales modestes (vinification, boucherie, travail du cuir, etc.), sans doute pratiquées à l’échelle domestique, compte tenu de leur faible spécialisation. Enfin, d’autres sont à l’évidence liés à la présence d’animaux (stabulation, fourrage, etc.)53. L’analyse micromorphologique permet de préciser qu’une part importante de la composante organique provient de débris végétaux et de résidus décomposés ou pourris, voire brûlés, mêlés à la fraction limoneuse54. Pour autant, des niveaux de gravats localisés alternent parfois avec ces épandages de rejets, ce qui prouve bien l’hétérogénéité des éléments rejetés. D’ailleurs, l’aspect lenticulaire des niveaux fouillés suggère une succession de dépôts chaque fois peu importante et, bien qu’il s’agisse de niveaux interstratifiés, l’absence de redéposition importante et de perturbation signale des recouvrements rapides, donc une fréquence de dépôt importante. Bien que délicate, la lecture stratigraphique conjuguée à l’étude du mobilier permet d’identifier deux grands ensembles, l’un du xiiie siècle, l’autre, plus important, du xiiie/xive siècle.

  • 55 Catalo 2017.
  • 56 Bonnot-Diconne et Heran 2019.

30Globalement, la céramique provenant de ces niveaux est assez homogène. Les groupes techniques représentés sont habituels dans la région : des pâtes rouges ou grises, présentant ou non des traces de polissage55. Les formes reconnues sont communes, avec des oules et pégaus (fig. 16). La fragmentation est peu importante avec des tessons parfois de grande taille, ce qui tend à suggérer un rejet primaire. Ces séquences de rejets sont aussi caractérisées par une grande quantité de pièces de cuir très bien conservées sous la forme de fragments ou de pièces entières (fig. 17). Parmi elles, une majorité concernent le semelage, qu’il s’agisse de portions de semelles ou de patins, mais des vestiges de parties hautes de chaussures à tige montante et des fragments de lacets ont aussi été observés. Quelques coupons ont également été mis au jour. Il s’agit de chutes secondes ou de rognures qui montrent que le cuir devait être travaillé sur place, manifestement de manière marginale en ne s’inscrivant pas dans un contexte artisanal de cordonnerie ou de bourrellerie spécialisé, mais plutôt domestique56.

Fig. 16 3121-1 : pégau évasé à pied paroi épaisse, cordons lisses verticaux ; points de glaçure verte, forme inédite ; 3121-2 : pégau à bec ponté et départ d'anse rubanée, cordon horizontal digité à mi-panse ; 3112-1 : oule au bord éversé et stries horizontales.

Fig. 16 3121-1 : pégau évasé à pied paroi épaisse, cordons lisses verticaux ; points de glaçure verte, forme inédite ; 3121-2 : pégau à bec ponté et départ d'anse rubanée, cordon horizontal digité à mi-panse ; 3112-1 : oule au bord éversé et stries horizontales.

DAO J. Touzeau

Fig. 17 Le cuir mis au jour au sein de l’US 3018, après restauration par C. Bonnot-Diconne (2CRC).

Fig. 17 Le cuir mis au jour au sein de l’US 3018, après restauration par C. Bonnot-Diconne (2CRC).

Cl. C. Bonnot-Diconne, 2CRC

  • 57 Dieulafait 2019.

31Alors que les objets en métal sont peu nombreux dans ces niveaux, trois méreaux d’un type identique ont été mis au jour (fig. 18), auxquels s’ajoute un autre exemplaire découvert hors stratification. Parmi ces petits jetons d’à peine 1,3 cm de diamètre, difficiles à dater, mais qui peuvent apparaître dès le début du xiiie siècle, deux ont été percés, sans doute afin d’être transformés en médailles. La découverte de plusieurs exemplaires identiques suggère une possible fabrication locale à partir d’un moule57.

Fig. 18 Les deux faces du méreau (obj. 305) découvert dans l’Us 3121.

Fig. 18 Les deux faces du méreau (obj. 305) découvert dans l’Us 3121.

Cl. B. Lefebvre

  • 58 C’est ainsi qu’il est possible d’observer, sur quelques crânes fendus au couperet, des stigmates de (...)

32Le mobilier recueilli n’est toutefois pas suffisamment caractéristique pour reconnaître le niveau de vie des occupants. L’étude des ossements animaux montre une très forte représentation de la triade domestique, qui constitue entre 91 et 97 % du nombre de restes déterminés (fig. 19). On peut souligner la forte proportion de caprinés pour le début du xiiie siècle, qui serait notamment due à une forte représentation d’éléments anatomiques pauvres en ressource carnée, comme ceux de la tête. L’examen des traces de découpe sur ces ossements permet d’ailleurs de rendre compte de préparations et de découpes bouchères réalisées sur place, manifestement à l’échelle domestique58 (fig. 20). Certains restes provenant d’activités artisanales ont aussi été observés, bien que pour une part marginale, à l’instar du prélèvement de la corne bien visible sur certaines chevilles osseuses.

Fig. 19 Table générale du nombre de restes animaux (NR) par Us pour les phases du début du xiiie et du xiiie/xive siècle.

Fig. 19 Table générale du nombre de restes animaux (NR) par Us pour les phases du début du xiiie et du xiiie/xive siècle.

DAO V. Jeauffreau

Fig. 20 Traces de découpe observées à l’intérieur d’une boîte crânienne de capriné (Us 3116).

Fig. 20 Traces de découpe observées à l’intérieur d’une boîte crânienne de capriné (Us 3116).

Cl. V. Jeauffreau

  • 59 Hallavant 2019.
  • 60 Hallavant 2016, p. 146-147.
  • 61 Catalo 2002.

33Une spatialisation spécifique des rejets existe peut-être. L’analyse des carporestes signale que, dans les échantillons prélevés en 2018, « la présence de vestiges indiquant le rejet de déchets d’assiette et/ou excrémentiels n’est pas nette […] et la palette taxinomique est très peu diversifiée »59 alors que ce type d’assemblage a pu être identifié ailleurs sur le site, au même type que d’autres60, même si les rejets de vinification dominent largement. Est-ce à dire qu’il y a peut-être moins de déchets d’assiette et/ou excrémentiels dans le secteur le plus proche de la rue, et donc potentiellement de l’habitat ? Sans que l’on puisse trancher, la synthèse de ces observations conduit à restituer un espace ouvert servant de dépotoir. On imagine un terrain voisin de la maison, dans lequel sont jetés les déchets provenant de toutes les activités pratiquées dans la maison ou son voisinage, mais sans enfouissement, alors que c’est le type de gestion des ordures qui semble dominer dans les villes de la région61. Le site était-il marqué par un caractère encore péri-urbain ou appartenait-il à un ensemble suffisamment vaste pour que de telles activités de rejet aient lieu ? Rien ne permet de trancher, mais il est certain que ces couches signalent des activités proches. L’analyse micromorphologique permet par ailleurs de reconnaître des niveaux globalement peu fréquentés.

2.3.3. Chiens, vache, cochons : des animaux à proximité

  • 62 Jeauffreau et Lefebvre, à paraître. L’analyse paléoparasitologique est en cours.
  • 63 Dufour et Le Bailly 2016.
  • 64 Jeauffreau et Lefebvre, à paraître.

34Plusieurs indices signalent la présence d’animaux sur le site. On dénombre trois animaux complets : une vache datée du xiiie siècle, déposée entière dans une fosse, dont l’état de conservation est tout à fait remarquable puisque le contenu stomacal a été préservé62 (fig. 21) ; un porcelet découvert dans la même séquence, à proximité, qui avait été placé dans une fosse creusée contre la paroi septentrionale de la palissade STR 317 ; et un chat, enterré ou jeté au sein d’une séquence plus récente, sans doute du milieu du xive siècle. Comme il est difficile d’imaginer pourquoi ces animaux auraient été déplacés jusqu’à cet emplacement après leur mort, s’ils n’étaient pas décédés à proximité, il est permis de penser qu’ils vivaient dans un environnement proche, voire au sein de la parcelle. La présence de nombreux coprolithes et d’œufs de parasites renforce d’ailleurs cette idée. Des excréments d’herbivores ont ainsi été repérés au sein des niveaux de rejets (par exemple US 3114), tandis que des excréments d’ovins/caprins ont été reconnus au nord (6042). Les tests paléoparasitologiques suggèrent aussi la présence de tels animaux sur place63, tout comme d’éventuelles empreintes de pattes repérées en 2017 et 2018. La présence d’animaux au sein de la ville n’est pas en soi une chose surprenante mais, ici, les indices sont particulièrement nombreux. Néanmoins, les autres données issues de la fouille ne permettent pas de restituer des zones de pacage : les espaces ouverts ne semblent pas avoir été en herbe et les analyses micromorphologiques n’ont pas permis d’identifier de surfaces intensément piétinées. Enfin, on notera que si l’étude ostéologique de la vache montre que celle-ci a pu servir d’animal de traction64, le porcelet suggère pour sa part un élevage sur place, vraisemblablement destiné à la consommation.

Fig. 21 Dans le secteur 4, partie postérieure du squelette de la vache (iso 320) placée dans la FOS 320.

Fig. 21 Dans le secteur 4, partie postérieure du squelette de la vache (iso 320) placée dans la FOS 320.

Cl. B. Lefebvre

2.3.4. La construction d’un bâtiment en brique (Bât. A)

  • 65 Garrigou Grandchamp 1994.
  • 66 Lefebvre, à paraître.

35Sur l’ensemble de la zone fouillée, seul un bâtiment antérieur à la seconde moitié du xive siècle a pu être reconnu comme ayant été construit en maçonnerie. Enregistrée en tant que Bât. A, cette construction n’est connue que partiellement puisque seuls ses côtés septentrional et oriental ont été en partie mis au jour (fig. 22). Les données permettent de restituer un bâtiment d’au moins 8 m par 7 m hors œuvre, construit à cru, c’est-à-dire que la maçonnerie de briques liées à la terre a été installée directement à la surface du sol préexistant (fig. 13 et 23). Sans doute afin de fonder correctement la construction, et surtout pour rattraper la pente du terrain au sud, un important remblai a été installé. Malgré les difficultés d’interprétation liées au fort arasement de cette construction et au caractère partiel de la fouille, ce bâtiment en brique pourrait, compte tenu de la faible épaisseur des murs (0,65 m), n’avoir eu qu’un seul niveau. Une alternative serait d’envisager que la maçonnerie de briques servait de solin et qu’elle accueillait des élévations en pan de bois sur un ou plusieurs niveaux. L’arasement ne permet pas de reconnaître de porte. On ignore ainsi la relation de cette construction avec les espaces extérieurs. Toutefois, le décalage de niveau constaté entre l’intérieur du bâtiment et l’espace situé au nord suggère l’absence de communication directe, ce qui renforce l’idée de deux unités fonctionnelles distinctes (cf. supra). Enfin, l’absence de sol et d’aménagements internes ne permet pas de reconnaître l’usage de ce bâtiment, qu’il n’est pas possible de qualifier de maison en l’absence d’équipements dédiés, et ce malgré un environnement domestique révélé par le mobilier et le contexte. Le fait que la construction ait été bâtie en retrait de la rue permet difficilement de l’inscrire dans le modèle de la maison bourgeoise, qui se caractérise par un alignement en front de rue65. Peu d’éléments associés à son usage ont d’ailleurs été mis au jour, hormis une fosse dont la fonction n’est pas connue (FOS 508) et une structure en bois installée au sein d’un important creusement (FOS 509) (fig. 22). Malheureusement, la nature de cet aménagement particulier – qui d’ailleurs a été partiellement récupéré au moment de la démolition du bâtiment – nous échappe. La présence anecdotique d’une balle de jeu, faite de cuir et rembourrée de fibres végétales, dans le remplissage d’une troisième fosse de nature indéterminée (FOS 511) n’autorise aucune conclusion66 (fig. 24).

Fig. 22 Plan des maçonneries du bâtiment Bât. A et des structures associées.

Fig. 22 Plan des maçonneries du bâtiment Bât. A et des structures associées.

DAO B. Lefebvre

Fig. 23 L’angle septentrional du Bât. A mis au jour en 2018.

Fig. 23 L’angle septentrional du Bât. A mis au jour en 2018.

Cl. B. Lefebvre

Fig. 24 La balle (obj. 513) avant sa restauration.

Fig. 24 La balle (obj. 513) avant sa restauration.

Cl. B. Lefebvre

  • 67 Lefebvre 2014, p. 160-171.
  • 68 Czerniak 2002.

36Compte tenu des interrogations qui viennent d’être formulées, deux hypothèses peuvent être proposées. La première est celle d’une maison accueillant des activités économiques au rez-de-chaussée (commerce et/ou artisanat et/ou stockage) et un logis à l’étage. Dans ce cas, il est étonnant que cette maison n’ait pas été construite en front de rue ; ceci pose alors la question de l’usage du devant de la parcelle, et plus largement celle de son environnement. La seconde consiste à interpréter le bâtiment comme l’annexe d’une demeure, située dans un espace voisin, et accueillant des activités de stockage, élevage, production. Il serait alors tentant de l’associer à la grande demeure sise dans la parcelle immédiatement au sud : la maison qui occupe aujourd’hui les 13-15, rue Malaveille est une construction d’angle, composée d’un logis prolongé à l’est par une tour à l’angle formé par la rue des Malaveille et la rue des Mazels (fig. 1). L’examen du bâti mené en 2014 a permis de reconnaître que l’étage du logis était initialement muni de fenêtres géminées67 alors que l’on sait depuis le début des années 2000 que cette demeure conserve un très important décor peint sous charpente représentant une scène de tournoi datable de la fin du xiiie siècle68. L’ensemble aurait alors formé une vaste propriété seigneuriale, comme celle d’un chevalier par exemple.

2.4. Un secteur lié à la production du vin

37La présence de pépins de raisin en très grande quantité a été repérée dès la première campagne de fouille ; rapidement, l’examen des carporestes a permis de reconnaître que des fragments de pédicelles et de rafles étaient mêlés à ces pépins et que le site avait accueilli des rejets de viniculture. En 2018, la mise au jour des fondations de la structure d’un pressoir a donné une vision plus précise de cette activité au sein de l’espace fouillé. Toutefois, de nombreux niveaux antérieurs à l’aménagement de ce pressoir signalent que le site ou son environnement a été un lieu utilisé pour la production de vin, sinon la transformation du raisin.

  • 69 Hallavant 2019.
  • 70 Tels que l’US 3170, par exemple.
  • 71 Hallavant 2017.
  • 72 Lefebvre 2016, p. 70-71. Des analyses ADN ont été engagées par J. Salse et C. Pont (Inra Clermont-F (...)
  • 73 Vissac 2016.
  • 74 Ollivier 2016.
  • 75 . Münster et Belleforest 1575.
  • 76 La Haye 1999, p. 14.

38Les analyses carpologiques menées par Charlotte Hallavant ont permis d’identifier la présence de pépins de vigne en grande quantité, voire de baies entières69, y compris dans les niveaux interprétés comme liés à l’occupation de la zone humide70. La quantité et les types de restes mis au jour ne correspondent assurément pas uniquement à des rejets de consommation de raisin de table, car, sur certains échantillons, la vigne représente plus de la moitié des carporestes identifiés71. Néanmoins, si les rejets de vinification semblent marquer toutes les séquences et la plupart des niveaux, certains de ces derniers sont toutefois caractérisés par l’absence de tels restes. C’est chose attendue pour le niveau interprété comme un sol intérieur (5062), mais plus surprenante pour les niveaux interprétés comme des rejets domestiques (3106, 3113, 6119 ou 6129). Encore une fois, cela montre l’hétérogénéité de ces rejets domestiques. Parmi ceux-ci, un niveau épais de 7 à 8 cm (2054) (fig. 25) comprenant une très grande quantité de restes de vinification, interprétés comme un rejet de type marc de raisin72, mêlés à d’autres carporestes et à des déchets d’autres provenances, a bénéficié d’une étude micromorphologique73. Cette dernière souligne que les éléments de ce niveau observé sur plus de 20 m2 sont distribués en amas organiques ou en lits plus ou moins interstratifiés avec des limons argileux carbonatés. Sa formation relève d’une accumulation progressive, ou plus vraisemblablement d’épisodes d’apports massifs de pépins de raisin. La culture de la vigne à Moissac est ancienne et remonte à l’Antiquité74. À la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne, les cadastres anciens montrent une agglomération entourée de vignes, et sur le Pourtraict de la ville de Moissac réalisé par Belleforest en 157475, des montaignes au vignoble sont même représentées et légendées sur le coteau qui s’étend au nord de la ville, là où se trouvent aujourd’hui des terrains boisés (fig. 27). À Moissac, l’importance du commerce du vin est, quant à elle, attestée dès la fin du xiie siècle et tient une grande place dans l’économie. En 1284, le roi d’Angleterre, duc d’Aquitaine, publie d’ailleurs, à la demande des consuls de Toulouse, Rabastens, Montauban, Gaillac, L’Isle-sur-Tarn, Villemur et Moissac, un règlement sur ce trafic par voie fluviale, sur le Tarn et sur la Garonne76.

Fig. 25 Le niveau de rejet de vinification 2054 mis au jour en 2016.

Fig. 25 Le niveau de rejet de vinification 2054 mis au jour en 2016.

Cl. B. Lefebvre

Fig. 26 Synthèse de l’occupation à la fin du xiiie ou début du xive siècle.

Fig. 26 Synthèse de l’occupation à la fin du xiiie ou début du xive siècle.

DAO B. Lefebvre

  • 77 Lefebvre 2020.

39Il restait cependant impossible d’associer ces observations à un cadre domestique/individuel ou artisanal/collectif, jusqu’à la découverte, en 2018, de structures (STR 601, FOS 608 et 609) interprétées avec un degré de certitude élevé comme formant la fondation quasi complète d’un pressoir à levier, à taissons enterrés, long d’environ 7 m77 (fig. 26 et 28). Malgré le fort taux de bois en position de remploi, notamment de plusieurs lots de planches bouvetées destinées à former le platelage des taissons (fig. 29), le croisement de plus d’une vingtaine de datations dendrochronologiques et de l’étude du mobilier conduit à placer sa construction à la fin du xiiie siècle ou au début du xive siècle et à considérer qu’il fut en usage durant une partie du xive siècle. Ce pressoir a sans aucun doute été installé dans un espace fermé ou tout du moins couvert ; toutefois, aucune donnée archéologique ne permet de restituer cette structure ni même de la documenter.

Fig. 27 Pourtraict de la ville de Moissac réalisé en 1574.

Fig. 27 Pourtraict de la ville de Moissac réalisé en 1574.

Dans Münster et Belleforest 1575

Fig. 28 Proposition de restitution du pressoir, à partir des éléments conservés en fondation.

Fig. 28 Proposition de restitution du pressoir, à partir des éléments conservés en fondation.

DAO B. Lefebvre

Fig. 29 Vue de détail des taissons reliés par une traverse (STR 610), reposant sur le platelage de planches en remploi.

Fig. 29 Vue de détail des taissons reliés par une traverse (STR 610), reposant sur le platelage de planches en remploi.

Cl. B. Lefebvre

  • 78 La question de la topographie des lieux de production vinicole en ville au Moyen Âge et à l’époque (...)
  • 79 L’un dans le quartier Saint-Michel, l’un près de la porte Saint-Ansbert et deux à la porte Saint-Ja (...)
  • 80 Fayolle-Bouillon 2010, annexe 48.
  • 81 AM Moissac, CC 5.

40Si ce type de pressoir est relativement bien connu pour la fin du Moyen Âge et l’époque moderne, de nombreuses questions restent ici sans réponse. La place de cette infrastructure vinicole au sein de la ville interroge78. Sa taille importante, qui signale selon toute vraisemblance un usage collectif, et l’investissement que la construction de cet ouvrage représente suggèrent de l’associer à un individu établi ou à une institution. Aucun indice ne permet de supposer que ce pressoir relevait de l’abbaye. En revanche, il est possible, compte tenu de sa proximité avec la résidence élitaire déjà mentionnée, d’envisager que les deux aient pu fonctionner ensemble. Le pressoir pourrait alors correspondre à un investissement privé. L’exploration des données textuelles n’apporte pas de renseignements à ce sujet ; toutefois, l’enquête conduite sur les acquisitions de l’abbaye entre 1275 et 1319 permet de savoir que celle-ci était devenue récemment propriétaire de plusieurs pressoirs, localisés aux portes de la ville79. Le compoix de 1480 autorise l’identification des pressoirs autour de la rue Saint-Catherine, dans la partie sud-ouest de la ville80, tandis que le compoix de 1610 localise ailleurs un pressoir (truelh) et des chais, dans des parcelles contiguës donnant sur l’ancienne carriera del vignasse, située dans l’espace aujourd’hui occupé par la Halle de Paris81.

2.5. Une nouvelle occupation au nord

  • 82 Lefebvre 2016, p. 76-80.

41Si les données archéologiques relatives au bâtiment identifié au sud (Bât. A) ne permettent pas de repérer d’éventuels changements, il est établi que l’espace septentrional a connu une importante restructuration. Le pressoir a été détruit et remblayé comme, semble-t-il, l’ensemble de la parcelle. La fouille des secteurs 1, 2, 4 et 6 montre en effet que d’importants remblais ont été déposés au-dessus de l’aire de rejet identifiée précédemment. Dans la partie occidentale (secteur 1 et 2), il a été possible de reconnaître, à la surface de ce remblai, l’aménagement d’une cour faite pour partie d’une calade de galets et de carreaux de terre cuite, pour partie de sols en terre indurés82 (fig. 30). En revanche, rien d’équivalent n’a été repéré plus à l’est (secteurs 4 et 6). Bien qu’il ne soit pas possible d’associer cette cour à des bâtiments ou à d’autres aménagements, sa mise en place marque un changement net dans la nature de l’occupation : la cour correspond désormais à un espace aménagé, construit, qui n’est plus destiné à accueillir des successions de rejets domestiques. Seuls des rejets de foyer (cendres et charbons) ont été identifiés sur le sol de la cour. Il semble aussi que l’exhaussement du niveau de sol ait eu raison du caractère humide du terrain.

Fig. 30 Les sols de galets (SOL 108) et de carreaux de terre cuite (SOL 106) mis au jour en 2015, vus depuis l’ouest. Au premier plan, on reconnaît la FOS 107.

Fig. 30 Les sols de galets (SOL 108) et de carreaux de terre cuite (SOL 106) mis au jour en 2015, vus depuis l’ouest. Au premier plan, on reconnaît la FOS 107.

Cl. B. Lefebvre

42L’étude du mobilier céramique suggère une datation du deuxième tiers du xive siècle. Le pressoir, qui a pu être détruit avant l’aménagement de la cour, a toutefois potentiellement pu fonctionner jusqu’à cette période. C’est dans un second temps qu’un mur perpendiculaire à l’axe de la rue a été bâti (MUR 308=605). Sa mise en œuvre indique qu’il a été construit dans le remblai décrit supra, mais qu’il présentait un parement au sud, en d’autres termes qu’il s’agissait d’un mur de terrasse matérialisant un décalage de niveau avec un espace septentrional plus haut que celui au sud (fig. 31). Manifestement, ce mur observé sur plus de 12 m, sans retour, servait de limite parcellaire ; il est même probable qu’il formait, avec le mur nord du Bât. A (MUR 307-602), un entremis entre deux parcelles distinctes (fig. 32).

Fig. 31 Dans le secteur 6, le mur MUR 308=605 vu depuis l’est.

Fig. 31 Dans le secteur 6, le mur MUR 308=605 vu depuis l’est.

Cl. B. Lefebvre

Fig. 32 Synthèse de l’occupation au milieu du xive siècle.

Fig. 32 Synthèse de l’occupation au milieu du xive siècle.

DAO B. Lefebvre

  • 83 Ibid., p. 84-85.

43Au milieu du xive siècle, la parcelle méridionale devait donc accueillir un bâtiment (Bât. A) construit en retrait de la rue, alors qu’au nord la nature du ou des bâtiments était forcément différente si l’on considère que les FOS 107, 204 et 207 portaient une élévation83. Toutefois, le décaissement réalisé postérieurement (cf. infra) ne permet plus de connaître la nature de cet aménagement qui recoupe le sol de la cour, ni d’associer avec certitude l’alignement des trois fosses pleines de maçonneries qui le constituent à la construction du mur de terrasse, bien qu’ils partagent la même orientation (fig. 30, 32 et 33).

Fig. 33 Les fosses FOS 204 (à gauche) et FOS 205 (à droite) mises au jour lors de la campagne de 2016.

Fig. 33 Les fosses FOS 204 (à gauche) et FOS 205 (à droite) mises au jour lors de la campagne de 2016.

Cl. B. Lefebvre

3. Une nouvelle forme d’occupation domestique, de la seconde moitié du xive à la fin du xxe siècle

44Les deux parcelles décrites précédemment ont fait l’objet d’une importante restructuration à la fin du xive siècle : les constructions et les aménagements préexistants ont été détruits pour accueillir dans la foulée un important mur mitoyen qui forma, jusqu’à sa destruction en 2000 ou 2001, une limite parcellaire contre laquelle ont été appuyées les maçonneries de plusieurs maisons modernes et contemporaines.

3.1. L’arasement des bâtiments et la construction d’une puissante limite parcellaire

  • 84 Lefebvre 2019, p. 147-149.

45La restructuration de l’espace a débuté par la destruction des constructions préexistantes : celle du Bât. A, celle du mur de terrasse (MUR 308=605) et celle de la construction portée par les FOS 107, 204 et 207. Ces destructions ont été coordonnées et soignées : le niveau d’arase de toutes ces maçonneries est identique, à 72,40 m NGF, tandis que l’absence de niveau de démolition signifie un enlèvement de matériaux et un décaissement, sans doute modeste, des niveaux de sol tant au nord qu’au sud. La datation de ces travaux est difficile à documenter. Toutefois, il est possible d’associer à ce chantier deux creusements interprétés comme des fosses de récupération de la ou des structures identifiées dans l’angle nord-est du Bât. A. En effet, la FOS 507 correspond à un recreusement opéré dans la FOS 509, manifestement destiné au démantèlement de la structure non identifiée qu’elle contenait. Bien sûr, cette récupération a pu intervenir plus tôt, avant la destruction du bâtiment, mais la datation du comblement oblige à la rapprocher de la fosse voisine (FOS 316=506) qui, elle, est assurément postérieure à la démolition du Bât. A84. La synthèse des datations obtenues par dendrochronologie, sur les pièces de bois contenues dans ces fosses, et par l’étude du mobilier céramique permet de retenir que le bâtiment a été détruit au plus tôt dans le deuxième tiers et au plus tard dans le dernier tiers du xive siècle.

Fig. 34 Vue du MUR 303=604 depuis le nord-ouest. On distingue, directement sous l’empierrement de castine, l’élévation 3011=6011 et le ressaut de la fondation 3105=6134. Au premier plan, le MUR 307=602 apparaît recoupé par ce puissant mur.

Fig. 34 Vue du MUR 303=604 depuis le nord-ouest. On distingue, directement sous l’empierrement de castine, l’élévation 3011=6011 et le ressaut de la fondation 3105=6134. Au premier plan, le MUR 307=602 apparaît recoupé par ce puissant mur.

Cl. B. Lefebvre

  • 85 Boudon 1975.

46C’est probablement dans la foulée de ces travaux de démolition qu’a été construit l’imposant MUR 303=604 constitué d’une maçonnerie de briques, large de 1,05 m à 1,30 m, reposant sur une importante fondation réalisée en blocage, dans une tranchée aveugle (fig. 34). Un remblai a été installé après la construction de ce mur, au nord comme au sud, afin d’exhausser le niveau de circulation. Les importantes dimensions de cette construction (profonde d’un peu plus de 1,60 m) s’expliquent difficilement. L’idée première serait qu’il s’agit d’un mur destiné à porter une construction élevée : les données ne permettent toutefois pas de retenir cette hypothèse, car sur les 12,30 m observés, aucun retour n’est à signaler (fig. 35). Une autre hypothèse, plus cohérente, consiste à interpréter cette maçonnerie comme une limite parcellaire robuste destinée à servir d’appui à des constructions ultérieures, par exemple en pan de bois, élevées tant au nord qu’au sud. L’importante fondation s’expliquerait par le souhait de disposer d’un mur solide, capable d’épauler des constructions à étages, et par la volonté d’assurer la stabilité d’une maçonnerie installée dans un terrain humide et argileux. Cette proposition fonctionnerait bien avec le contexte. En effet, après la destruction des constructions présentes sur les deux parcelles et après nivellement, l’espace aurait été recomposé : le découpage parcellaire aurait été maintenu et matérialisé en dur par un mur mitoyen, partant de la rue. Il s’agirait alors en quelque sorte d’un « relotissement », réalisé soit par l’action coordonnée de deux propriétaires, ce qui est difficile à imaginer puisque cela suppose que les deux s’entendent sur la démolition conjointe des constructions existantes sur leur parcelle et sur la construction du mur, soit par l’action d’un propriétaire qui possède les deux parcelles et qui souhaite les revaloriser dans le cadre d’une opération immobilière, pour des raisons conjoncturelles (comme un incendie par exemple), ou non. Il n’est pas impossible que ce réaménagement intervenu durant la guerre de Cent Ans en soit l’une des conséquences, soit parce que les difficultés économiques et la diminution du nombre d’habitants ont entraîné l’abandon de plusieurs maisons et ont donc permis des opérations immobilières, selon un dispositif reconnu par exemple à Paris au xve siècle85, soit parce que ces travaux de restructuration ont pu être engagés à la suite du siège de 1370 et de la reddition de la ville au duc d’Anjou et aux troupes françaises. La chronologie proposée permet de l’envisager, mais sans plus.

Fig. 35 Synthèse de l’occupation à la fin du xive siècle.

Fig. 35 Synthèse de l’occupation à la fin du xive siècle.

DAO B. Lefebvre

  • 86 AM Moissac, CC1.
  • 87 Lefebvre 2018b.
  • 88 Ibid.

47Un autre cas, bien que plus tardif, peut être mis en perspective. En effet, dans le compoix de 148086, on apprend que les maisons sises rue Tourneuve sont appuyées contre la muralha de la vila, c’est-à-dire la section septentrionale de la fortification médiévale de Moissac (fig. 1). Traditionnellement, on considérait que cette partie de l’enceinte était encore visible rue de l’Abbaye et que, à la fin du Moyen Âge, elle avait servi d’appui à l’installation d’une série de maisons en pans de bois. Or, les récents travaux réalisés dans ce secteur obligent à reconsidérer cet usage et cette attribution chronologique87. En effet, l’étude du bâti de ce mur épais de 1,50 m et haut d’au moins 5 m montre qu’il ne présente pas de caractère militaire évident, exception faite de sa position et éventuellement de ses dimensions, même si celles-ci sont relativement peu importantes. Surtout, plusieurs datations 14C permettent de placer sa construction au plus tôt en 1489, tandis que les prélèvements dendrochronologiques effectués sur la maison sise au 21, rue Tourneuve indiquent que celle-ci a été bâtie en 1496, en lieu et place d’une maison plus ancienne. Ainsi, le mur comme la maison correspondent à des reconstructions postérieures au compoix de 1480 ; en raison de la proximité entre ces deux dates, il convient désormais de rejeter l’hypothèse d’un lotissement réalisé contre un mur d’enceinte bien plus ancien, et de privilégier l’idée que ce mur a été bâti, certainement en remplacement de l’enceinte, afin de servir d’appui à de nouvelles constructions réalisées dans le cadre d’un lotissement88.

3.2. Des fosses dépotoirs

48Dans le parking de la rue des Mazels, les niveaux de sols et les aménagements associés à cette réorganisation des parcelles ne sont pas connus : ils ont été détruits lors du curage du site en 2000 ou 2001 (cf. infra). Toutefois, au sud, la mise au jour de deux fosses dépotoirs (FOS 315 et FOS 316=506), datées de la fin du xive siècle, signale que cette partie du site correspondait à un espace ouvert, situé en périphérie de l’habitat au regard du contenu de leur remplissage (fig. 35).

Fig. 36 Méreau au motif de la porte de ville, ou du châtel (obj. 501, US 5016).

Fig. 36 Méreau au motif de la porte de ville, ou du châtel (obj. 501, US 5016).

Cl. B. Lefebvre

  • 89 Catalo 2019.
  • 90 Jeauffreau 2019, p. 232-233.

49Dans le remplissage 5016 de la fosse FOS 316=506, la mise au jour d’un mobilier important et varié donne une image de l’occupation de ce secteur à la fin du xive siècle. Les objets sont relativement peu nombreux puisque, hormis une dizaine de clous en fer, seuls un méreau (fig. 36) et des fragments de peigne en os (fig. 37) ont été recensés, ainsi que deux fragments de cuir. Le mobilier céramique est abondant (Nombre minimum d’individus [NMI] : 100, pour 103 restes). Si les formes représentées appartiennent à plusieurs groupes techniques, toutes évoquent un usage domestique, avec notamment des fragments de marmites. Les décors apparaissent assez nombreux, sous la forme d’incisions, d’estampes ou de pastilles estampées89 (fig. 38). Alors que les carporestes et les déchets d’assiette sont présents en faible quantité, la faune est abondante. L’étude archéozoologique souligne que la représentation squelettique des taxons de la triade (71 % du nombre de restes déterminés, fig. 39) peut tout à fait correspondre à « des rejets de consommation, avec notamment une sous-représentation des bas de patte pour toutes les espèces, et de la tête pour les caprinés et les bovins. Pour ces deux derniers taxons, ce sont d’ailleurs principalement les parties dites “à viande” que l’on retrouve »90. Chose attendue dans le cadre de rejets domestiques, les restes d’oiseaux sont également nombreux (25 %).

50Les autres indices de l’occupation de la toute fin du Moyen Âge ne sont pas connus.

Fig. 37 Les deux peignes obj. 502 et 503, ou les deux fragments d’un même peigne provenant de l’US 5016.

Fig. 37 Les deux peignes obj. 502 et 503, ou les deux fragments d’un même peigne provenant de l’US 5016.

Cl. B. Lefebvre

Fig. 38 Fragment de décor à pastilles en appliques estampées d’une rouelle pointée, n° 5016-1.

Fig. 38 Fragment de décor à pastilles en appliques estampées d’une rouelle pointée, n° 5016-1.

Cl. J. Catalo, Inrap

Fig. 39 Table des déterminations de l’US 5016 (FOS 316=506) (NR et MR).

Fig. 39 Table des déterminations de l’US 5016 (FOS 316=506) (NR et MR).

DAO B. Lefebvre

3.4. Le bâti et les latrines de l’époque moderne

  • 91 AM Moissac, CC5.
  • 92 AM Moissac, CC 5, vol. 1, fol. 142 et 146.
  • 93 AM Moissac, CC 5, vol. 1, fol. 146.
  • 94 Le compoix de 1610 a été créé à partir d’éléments provenant d’un document plus ancien, datant de 15 (...)

51Il reste difficile à partir des maigres vestiges de maçonneries mis au jour et interprétés comme appartenant à l’époque moderne de restituer avec précision l’organisation intra-parcellaire des maisons ayant occupé les parcelles entre le xve et le xixe siècle, dans un îlot densément bâti à en juger par la documentation textuelle91 (fig. 40). L’occupation méridionale attestée par la présence des MUR 501 et 504 est impossible à restituer. Au nord, en revanche, les maçonneries de briques manifestement contemporaines mises au jour permettent de reconnaître certains traits caractéristiques de l’organisation d’une maison urbaine. La restitution varie seulement en fonction de l’interprétation que l’on doit faire du MUR 322 (façade arrière d’un corps de logis ou refend ?) et surtout du statut de l’espace compris entre le MUR 303=604 et l’alignement MUR 301-MUR 302. En effet, ce passage pourrait appartenir à la maison située au nord : il s’agirait alors d’une demeure bâtie en front de rue, disposant d’un couloir d’accès latéral. Selon un schéma bien connu à partir de la fin du Moyen Âge, la présence d’un couloir placé le long du logis permet de relier directement l’espace public (la rue) à la partie privative (la cour) où se trouvent les éléments de distribution (escaliers, galeries), indépendamment de l’occupation du rez-de-chaussée souvent dédiée au commerce ou à l’artisanat. C’est ce type d’organisation de demeure qui est conservé à quelques mètres, dans la partie occidentale de l’îlot, au 7, rue de la République (fig. 1, fig. 41). Une autre interprétation amènerait à voir, dans l’espace compris entre le MUR 303=604 et l’alignement MUR 301-MUR 302, un couloir appartenant non pas à la maison au nord mais à une propriété sise plus à l’ouest. Il se pourrait en effet que ce passage corresponde au « courroir d’Antoine Coumbe » mentionné dans le compoix de 161092 et que Florent Hautefeuille propose de restituer précisément à cet emplacement. L’absence de retour vers le nord du MUR 301 permet d’appuyer cette seconde interprétation. Notons aussi que, grâce à l’analyse du même document, il serait possible d’identifier les maçonneries MUR 301, 302, 322 comme appartenant à la « maison et boutique » que possèdent les héritiers de « feu François Livinières »93. Subséquemment, si ces deux hypothèses pouvaient être vérifiées, cela signifierait que les maçonneries mentionnées plus haut seraient antérieures à 157094.

Fig. 40 Synthèse de l’occupation de l’époque moderne.

Fig. 40 Synthèse de l’occupation de l’époque moderne.

DAO B. Lefebvre

Fig. 41 Plan du premier niveau des bâtiments au 7, rue de la République à Moissac.

Fig. 41 Plan du premier niveau des bâtiments au 7, rue de la République à Moissac.

Dans Lefebvre 2014, p. 73 ; DAO B. Lefebvre

52Quoi qu’il en soit, ces murs sont antérieurs à 1833 : le plan cadastral réalisé à cette date représente des bâtiments dont l’emprise est bien différente. D’autres constructions de l’époque moderne ont donc succédé à celles décrites supra, même si aucune observation archéologique ne le corrobore. Le puits PUI 305, qui recoupe la maçonnerie du MUR 303, est lui aussi antérieur à 1833 (fig. 42). Par sa mise en œuvre, cette structure devait être mitoyenne et accessible depuis les deux parcelles.

Fig. 42 Le site en cours de fouille durant l’été 2017. On distingue, entouré de rubalise, le puits PUI 305, aménagé dans le MUR 303.

Fig. 42 Le site en cours de fouille durant l’été 2017. On distingue, entouré de rubalise, le puits PUI 305, aménagé dans le MUR 303.

Cl. B. Lefebvre

Fig. 43 La fosse d’aisance maçonnée FOS 313, vue depuis le sud.

Fig. 43 La fosse d’aisance maçonnée FOS 313, vue depuis le sud.

Cl. B. Lefebvre

  • 95 Catalo 2002, p. 237-238
  • 96 Lefebvre 2016, p. 88-90.
  • 97 Avec un nombre minimal d’individus (NMI) par litre de 3 740. Sur l’étude de cet ensemble, voir Hall (...)
  • 98 Lefebvre 2016, p. 90.
  • 99 Lefebvre 2015, p. 65.

53Au sein de l’espace fouillé, trois fosses maçonnées ont été interprétées comme des latrines. Deux ont été identifiées en limites d’emprise et n’ont pas pu être fouillées (STR 105 et 210). En revanche, la STR 313 a pu être appréhendée dans sa totalité (fig. 43). Ce type de fosse d’aisance maçonnée est fréquent en contexte d’habitat dans les villes de la région (comme Toulouse, Cahors ou Figeac95) ou ailleurs. Les cuves, de plan rectangulaire ou carré, sont en général aménagées à l’extérieur, contre la maison, voire à l’intérieur, et sont parfois voûtées, à l’instar de la STR 210 partiellement fouillée96. La situation des fosses de latrines par rapport aux espaces bâtis avec lesquels elles fonctionnaient n’est pas assurée, mais on peut penser qu’elles se situaient à l’extérieur de l’habitat. Aucun système de canalisation n’a été repéré. Bien que la structure ait été vidangée, le fond de la STR 313 conservait encore des sédiments liés à son utilisation. Leur tamisage a permis d’identifier non seulement de nombreux restes végétaux97, mais aussi d’autres vestiges alimentaires, d’origine animale, ainsi que des insectes diptères, caractéristiques de ce type de contexte où se mêlent déchets d’origine excrémentielle, rebuts d’assiette et déchets domestiques variés. L’étude des importants fragments de verre et des marmites en céramique à pâte claire, à bord, encoche et anses rondes, qui ont été retrouvées entières dans le remplissage de cette structure, permet de dater son abandon du xvie siècle (fig. 44). C’est aussi cette attribution chronologique qui avait été retenue pour la STR 21098, alors que la STR 105 avait été reconnue comme un peu plus ancienne, car possiblement construite au xve siècle99.

  • 100 Catalo 2002, p. 238.
  • 101 Lefebvre 2015, p. 72-75.

54L’installation de ces structures souligne les changements importants opérés dans la gestion des ordures au sein des parcelles, peut-être en lien avec la densification du quartier. Alors qu’au xiiie siècle et encore dans la première moitié du xive siècle, les déchets semblent avoir été épandus dans des espaces ouverts, ils sont, à la fin du xive siècle, ensevelis dans des fosses-dépotoirs qui constituent alors des aménagements « perdus », puis à partir du xve-xvie siècle, placés dans des structures bâties qui peuvent être vidangées et réutilisées. Ce schéma rejoint globalement celui décrit par Jean Catalo pour les « grandes métropoles » de la région100. Sur le site, l’usage des fosses-dépotoirs ne disparaît toutefois pas entièrement à l’époque moderne : la fouille de la FOS 101, que le mobilier permet de dater de la fin du xviie siècle, le prouve101.

Fig. 44 Marmites provenant de l’US 3069, au fond de la fosse d’aisance FOS 313.

Fig. 44 Marmites provenant de l’US 3069, au fond de la fosse d’aisance FOS 313.

DAO J. Touzeau

3.5. Les maisons contemporaines (xixe-xxe siècle)

  • 102 Id. 2014, p. 172-182.
  • 103 Moissac, Serv. urbanisme, PD 82 112 94 G0002. Avant leur démolition, les bâtiments inscrits dans ce (...)

55Lors de la fouille, les maçonneries appartenant aux constructions contemporaines (12 et 14, rue des Mazels) ont été relevées et enregistrées de manière ordinaire, puis ont été enlevées à la pelle mécanique. Les parties conservées en élévation ont pour leur part été étudiées lors de la campagne de prospection thématique, en 2014102. Le relevé de ces structures a pu être confronté à celui dessiné en 1994103, quelques années avant la démolition des bâtiments : on reconnaît alors une corrélation parfaite entre les deux (fig. 45).

Fig. 45 Synthèse de l’occupation des xixe et xxe siècles (dernier état des bâtiments).

Fig. 45 Synthèse de l’occupation des xixe et xxe siècles (dernier état des bâtiments).

DAO B. Lefebvre

  • 104 Lefebvre 2016, p. 92-96.
  • 105 Ce dernier n’est pas représenté sur le plan de 1994 mais figure sur le plan de masse du cadastre de (...)

56Les structures appartenant à la maison la plus au nord (12, rue des Mazels) ont surtout été appréhendées en 2015 et 2016. Le tracé du mur arrière de la maison a clairement été reconnu à travers le MUR 201, dont l’arrachement est encore visible au nord (fig. 46)104. Lors de la fouille, seule la fondation de ce mur a été identifiée sous la forme d’une maçonnerie de moellons en blocage. C’est la même mise en œuvre qui a été repérée pour la fondation du MUR 103=202, qui correspond, avec le MUR 620 repéré en 2018, non seulement au refend de cette maison tel qu’il est dessiné sur le plan de 1994, mais aussi à un petit appendice construit à l’est, contre la façade, et fermé par le MUR 104105. La fouille a également mis au jour un puits (PUI 102) installé dans la cour – de manière un peu singulière, dans l’emprise d’une ancienne fosse de latrines – des canalisations, ainsi qu’une structure maçonnée indéterminée (STR 208). Une fosse peu profonde doit potentiellement être associée à cet état contemporain (FOS 203), mais aucun niveau de sol n’a été conservé (fig. 46). La maison, détruite récemment, est relativement bien documentée et son élévation sur rue est connue par quelques clichés. Tout concorde pour envisager une construction élevée dans la seconde moitié du xixe siècle.

Fig. 46 Vue générale du MUR 201 dans le prolongement du MUR 002 en partie conservé en élévation. L’empreinte du MUR 202 est également visible au premier plan, comme le remplissage 2005 de la FOS 203, à gauche de la photo.

Fig. 46 Vue générale du MUR 201 dans le prolongement du MUR 002 en partie conservé en élévation. L’empreinte du MUR 202 est également visible au premier plan, comme le remplissage 2005 de la FOS 203, à gauche de la photo.

Cl. B. Lefebvre

57Des vestiges de la maison (Bât. B) qui occupait la parcelle méridionale (14, rue des Mazels) ont été mis au jour lors de la fouille des secteurs 4 et 5. Le MUR 304=502 correspond à la fondation du mur arrière de cette maison, dont l’arrachement visible dans le mur sud permet de restituer deux niveaux. Ce mur fondé sur pieux (fig. 47) fonctionnait avec le MUR 312=505, pourtant construit différemment, afin de former une cage d’escalier, d’après le plan de 1994 (fig. 45) ; une fosse septique montre la présence de latrines à cet emplacement. Une autre fosse maçonnée, cette fois-ci extérieure, a été repérée (STR 309). Enfin, signalons que l’amorce du refend de cette maison a également été mise au jour (MUR 514). Aucun indice archéologique ne permet de dater la construction de cette maison dont les maçonneries s’appuient clairement contre le MUR 303=604. En revanche, les matrices cadastrales permettent d’attribuer sa construction à l’année 1848.

Fig. 47 La maçonnerie 3012 du MUR 304 après démontage. On remarque les trous non colmatés correspondant à l’empreinte des pieux de fondation (3015).

Fig. 47 La maçonnerie 3012 du MUR 304 après démontage. On remarque les trous non colmatés correspondant à l’empreinte des pieux de fondation (3015).

Cl. B. Lefebvre

  • 106 Moissac, Serv. urbanisme, PD 82 112 00 S0003.
  • 107 Moissac, Serv. urbanisme, PD 82 112 94 G0002.

58Le parking qui s’étend aujourd’hui sur les deux parcelles est le résultat d’un projet immobilier plusieurs fois modifié. Fin 2000 ou début 2001106, après la démolition des maisons107, un « curetage » (sic) des parcelles, a non seulement entraîné la suppression des sols contemporains mais aussi de la partie supérieure de la stratification ancienne, soit l’ensemble des niveaux d’occupation postérieurs au xve siècle, à l’exception des structures les plus profondes. Des remblais épais d’une trentaine de centimètres ont ensuite été installés sous la forme de niveaux de castine sur toute la surface des parcelles, puis recouverts par un enrobé.

Conclusion

59Bien que limitée, l’opération conduite dans le parking de la rue des Mazels livre des données originales au sujet de l’histoire de l’agglomération de Moissac et de la vie quotidienne de ses habitants. Les données recueillies permettent avant tout de constater qu’au sud de l’abbaye, l’occupation urbaine n’est pas clairement attestée avant la seconde moitié du xiie siècle. Contrairement à ce qui était attendu – et espéré compte tenu de l’ancienneté de la fondation du monastère localisé à seulement une centaine de mètres –, la fouille n’a pas livré d’information significative sur l’occupation du haut Moyen Âge. Au contraire, les données recueillies démontrent a priori l’absence d’une occupation intense, donc « urbaine », avant la fin du xiie siècle. Avant cela, le site est une zone humide, fréquentée et aménagée sur un ancien marais distal du Tarn, mais où l’intensité et la nature exacte des activités nous échappent encore. Cette conclusion sous-entend un développement tardif de l’agglomération, alors que la ville apparaît dans les sources écrites dès le xie siècle. Où cette « ville » se trouvait-elle ? Au nord, sur le coteau, dans un secteur moins humide ? Ou était-elle étendue d’est en ouest, autour de l’abbaye, en pied et le long du coteau ? Actuellement, et probablement aussi à court terme (car les possibilités d’explorer ces secteurs paraissent bien maigres), rien ne permet de renseigner la chronologie et les modalités d’installation des premières occupations civiles autour de l’abbaye. Néanmoins, le fait qu’une zone humide se trouve au-devant de l’abbaye ne signifie pas forcément l’absence de toute occupation domestique plus ou moins agglomérée. Bien que la fenêtre soit très réduite, la fouille tend d’ailleurs à montrer le contraire, puisque des aménagements et peut-être une division parcellaire ont été repérés dans ces terrains saturés d’eau. Toujours est-il qu’en se limitant aux données disponibles et en tenant compte de leurs lacunes, il est possible d’affirmer que la zone humide qui s’étendait au sud de l’abbaye existait, au moins encore partiellement, au moment où furent construits la tour-porche, le cloître et le portail de l’abbatiale. L’échelle de l’importante mise en valeur du site dans la seconde moitié du xiie siècle reste à définir et cette question constitue un axe de recherche privilégié pour de futures investigations. La mise en contexte est également nécessaire : la seconde moitié du xiie siècle est, pour la région, une période considérée comme prospère, même si elle est marquée par les rivalités entre les Plantagenêts et les comtes de Toulouse. Elle voit la création de nombreuses villes neuves, dont Montauban. Le développement de Moissac s’inscrit-il dans ce mouvement général ou davantage dans celui de l’abbaye qui, après son rattachement à Cluny au xie siècle, connaît une période de prospérité dont témoignent encore l’architecture et la sculpture de l’abbatiale et de son cloître ?

60Passé le xiie siècle, les questions que soulève la fouille touchent plus l’occupation intra-parcellaire que celle de la ville. Toutefois, les périodes de bouleversement méritent d’être examinées de près : l’importante recomposition qui concerne simultanément, à la fin du xive siècle, les deux parcelles, pourrait ne pas être isolée. S’il faut être prudent et se garder d’inscrire trop hâtivement les données de fouille dans l’histoire événementielle, il ne faut peut-être pas non plus écarter trop rapidement l’incidence qu’ont eue certaines « crises » dans le tissu urbain, comme la première phase de la guerre de Cent Ans. Il s’agit d’une autre piste à explorer qui rejoint plus globalement celle de l’identification et de l’interprétation des rythmes et des recompositions parcellaires. Les comparaisons locales manquent et les opérations modestes réalisées ne sont pas encore suffisantes pour l’étude de la fabrique urbaine. C’est pour cela que de nouvelles opérations ont d’ores et déjà été engagées, et que d’autres sont à l’étude à partir de 2021.

Haut de page

Bibliographie

Sources

AM Moissac, CC1.

AM Moissac, CC5.

AM Moissac, fonds Viré, n° 9, 3.

Moissac, Serv. urbanisme, PD 82 112 94 G0002.

Moissac, Serv. urbanisme, PD 82 112 00 S0003.

Études et publications

Bonnot-Diconne C. et Heran M.

2019, « Traitement et études de cuirs archéologiques gorgés d’eau – Moissac », dans Lefebvre 2019, p. 371-391.

Boudon F.

1975, « Tissu urbain et architecture : l’analyse parcellaire comme base de l’histoire architecturale », Annales ESC, 30-4, p. 773-818. https://doi.org/10.3406/ahess.1975.293645

Carozza J.-M.

2016, « Analyse de la séquence de Mazels 1 réalisée en 2015 », dans Lefebvre 2016, p. 200-205.

Catalo J.

2002, « La gestion des déchets domestiques dans la maison médiévale urbaine, réflexions à partir de données archéologiques du sud-ouest de la France », dans La maison au Moyen Âge dans le midi de la France, Mémoires de la Société archéologique du midi de la France, Hors-Série, p. 229-238.

2017, « La céramique issue de la fouille 2017 », dans Lefebvre 2017, p. 169-182.

Clamens G.

2013, Moissac, Rue Guileran, AP047, Rapport de fouille préventive, Cellule archéologique du Lot-SRA Occitanie.

Czerniak V.

2002, « Les peintures murales de la maison Lobios à Moissac », Mémoires de la Société archéologique du midi de la France, t. LXII, p. 255-259.

Dieulafait F.

2019, « Étude des monnaies et méreaux », dans Lefebvre 2019, p. 269-271.

Dufour B. et Le Bailly M.

2016, « Rapport de l’analyse paléoparasitologique sur les prélèvements effectués en 2015 », dans Lefebvre 2016, p. 167-172.

Fayolle-Bouillon E.

2010, La ville de Moissac à la fin du Moyen Âge d’après le livre d’estimes de 1480, Mémoire de Master 2 d’histoire, université Toulouse 2-Le Mirail.

2011, « Topographie de la ville de Moissac (Tarn-et-Garonne) à la fin du Moyen Âge à partir des estimes de 1480 », Archéologie du Midi médiéval, t. 29, p. 187-207. https://doi.org/10.3406/amime.2011.2016

Foltran J.

2016, Les monastères et l’espace urbain et périurbain médiéval en pays d’Aude : Lagrasse, Alet et Caunes, Thèse de doctorat d’histoire, Toulouse, Université de Toulouse - Jean Jaurès.

Garrigou Grandchamp P.

1994, Demeures médiévales. Cœur de la cité, Paris REMPART - Desclée de Brouwer.

Georges P.

2011, Moissac, Tarn et Garonne, Abbaye Saint-Pierre, Aile Saint-Julien, Rapport de diagnostic, Inrap-SRA Occitanie.

2013, 18 rue de la République, Moissac, Rapport de diagnostic, Inrap-SRA Occitanie.

2014, « L’aile ouest de l’abbaye Saint-Pierre de Moissac : interprétation des dernières découvertes à la lumière des fouilles anciennes », Mémoires de la Société archéologique et historique de Tarn-et-Garonne, vol. I, p. 37-118.

Hallavant C.

2016, « Étude d’une partie des carporestes issus de la campagne de fouilles 2015 », dans Lefebvre 2016, p. 131-166.

2017, « Étude carpologique du comblement 3070 de la latrine STR313 » suivi de « Expertise carpologique – campagne de fouille 2016 », dans Lefebvre 2018a, p. 183-197.

2019, « Expertise carpologique-campagnes de fouille 2017-2018 », dans Lefebvre 2019, p. 191-203.

Hautefeuille F.

1998, Structures de l’habitat rural et territoires paroissiaux en bas-Quercy et haut-Toulousain du viie au xive siècle, Thèse de doctorat d’histoire, Toulouse, université Toulouse 2-Le Mirail.

Jeauffreau V.

2019, « Études archéozoologiques des campagnes 2015-2018 », dans Lefebvre 2019, p. 206-250.

Jeauffreau V. et Lefebvre B.

à paraître, « Premières observations sur le dépôt et les restes d’une vache à Moissac, à la fin du xiie s. », Archéologie du Midi médiéval.

La Haye R. de

1999, Les archives brûlées de Moissac, reconstitution du chartrier de la ville de Moissac brûlé le 1er novembre 1793, Maastricht/Moissac, Ouvrage édité par l’auteur.

Lagrèze-Fossat A.

1870-1874, Études historiques sur Moissac, 3 vol., Paris, J.-B. Dumoulin.

Lefebvre B.

2014, Moissac, Ville, Îlot des Mazels, Rapport de prospection thématique, SRA Occitanie.

2015, Moissac, Sondage archéologique dans le parking rue des Mazels, Rapport de sondage, SRA Occitanie.

2016, Moissac, Fouille archéologique dans le parking rue des Mazels, campagne 2016, Rapport de fouille programmée, SRA Occitanie.

2018a, Moissac, Fouille archéologique dans le parking rue des Mazels, campagne 2017, Rapport de fouille programmée, SRA Occitanie.

2018b, Moissac, Sondage archéologique et étude dendrochronologique au 21 rue Tourneuve, campagne 2017, Rapport de sondage, SRA Occitanie.

2019, Moissac, Fouille archéologique dans le parking rue des Mazels, campagne 2018 et synthèse 2015-2018, Rapport de fouille programmée, SRA Occitanie.

2020, « Un pressoir et des résidus de vinification de la fin du xiiie s./début du xive s., découverts dans le centre de Moissac (Tarn-et-Garonne) », Crescentis : Revue internationale d’histoire de la vigne et du vin, n° 3, p. 83-101. http://preo.u-bourgogne.fr/crescentis/index.php?id=1079

à paraître, « La découverte d’une balle en cuir du xiiie s. à Moissac », Archéologie du Midi médiéval.

Lefebvre B., Pousthomis N., Sédilleau J.

2013, Moissac – Étude archéologique de l’ancienne église Saint-Martin, Rapport de fouille programmée, SRA Occitanie, 3 vol.

Leigh D., Gragson T., Lefebvre B.

2019, « Rapid alluvial sedimentation aided expansion of Moissac during the High Middle Ages along the Tarn River in southern France », Geomorphology, vol. 331, p. 49-58.

Magnou-Nortier É.

1974, La société laïque et l’Église dans la province ecclésiastique de Narbonne (zone cispyrénéenne) de la fin du viiie à la fin du xie siècle, Toulouse, Association des publications de l’université de Toulouse-Le Mirail, Publications de l’université de Toulouse-Le Mirail, série A, t. 20.

Momméja J.

1919, « L’église Saint-Martin à Moissac (Tarn-et-Garonne) », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 285-298.

Moron J.

2018, L’architecture en pan de bois à Moissac, Tarn-et-Garonne, Mémoire de Master 1 d’histoire, 2 vol., Toulouse, Université Toulouse-Jean Jaurès.

Münster S. et Belleforest F. de

1575, Cosmographie Universelle, Paris, Michel Sonnius.

Ollivier J.

2016, Pignol-bas, Moissac, Tarn-et-Garonne, Rapport de fouille archéologique d’urgence, SRA Occitanie, 3 vol.

Peña N. de

2001, Les Moines de l’abbaye de Moissac de 1295 à 1334. Entre coutumes clunisiennes et nécessités économiques, Turnhout, Brepols, Cahiers Mabillon, 1.

Poupardin R.

1900, La Vie de saint Didier, évêque de Cahors, 630-655, Paris, A. Picard et fils.

Pousthomis N.

2002, À l’ombre du moustier, morphogénèse des bourgs monastiques en midi Toulousain, dossier d’Habilitation à diriger des recherches, université Toulouse 2-Le Mirail.

Ricalens H.

1997, Moissac sous l’Ancien Régime : la cité et les hommes, l’éclairage d’un fonds familial et des documents publics, Thèse de doctorat d’histoire, Toulouse, université Toulouse 2-Le Mirail.

Rivals C.

2015, La construction d’une ville de confluence : les dynamiques spatiales de Saint-Antonin-Noble-Val (82) du Moyen Âge à la période pré-industrielle, Thèse de doctorat d’histoire, Toulouse, Université Toulouse - Jean Jaurès.

Ruiz P.

1993, Moissac et le Moissagais. L’abbaye, la ville, les campagnes du viie au xve siècle, Mémoire de DEA d’histoire, Toulouse, université Toulouse 2-Le Mirail.

Viré A., Chenet G. et Lémozi A.

1915, « Fouilles exécutées dans le sous-sol de Moissac en 1914 et 1915 » et « Addendum et rectification historique », Bulletin archéologique historique et artistique de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, t. 45, p. 137-158.

Vissac C.

2016, « Premières analyses micromorphologiques sur les données 2016 », dans Lefebvre 2016, p. 117-130.

2017, « Analyse micromorphologique », dans Lefebvre 2018a, p. 145-167.

2018, « Analyse micromorphologique », dans Lefebvre 2019, p. 170-184.

Haut de page

Notes

1 Lagrèze-Fossat 1870-1894.

2 Momméja 1919.

3 Lefebvre et al. 2013 ; Ollivier 2016.

4 Poupardin 1900, p. 25-26.

5 Ruiz 1993.

6 Hautefeuille 1998, p. 723.

7 Magnou-Nortier 1974, p. 90.

8 Lagrèze-Fossat 1870-1894.

9 Fayolle-Bouillon 2011.

10 Ricalens 1997.

11 Peña 2001.

12 Une synthèse est proposée dans Georges 2014.

13 Clamens 2013.

14 Georges 2013.

15 Foltran 2016 ; Pousthomis 2002 ; Rivals 2015.

16 Il s’agit d’un travail collectif ; aussi l’auteur tient-il à remercier Jean Catalo pour l’étude du mobilier céramique et Julie Touzeau pour les dessins, Céline Bonnot-Diconne pour l’étude des cuirs, Francis Dieulafait pour l’étude des monnaies et méreaux, Charlotte Hallavant pour l’étude carpologique, Florent Hautefeuille pour l’étude des compoix, Victor Jeauffreau pour l’étude archéozoologique, Yannick Le Digol et Vincent Labbas pour les datations dendrochronologiques ainsi que Carole Vissac pour l’étude micromorphologique.

17 Lefebvre 2014.

18 Chantier école de l’université Toulouse - Jean Jaurès. Sur le terrain, les interventions ont eu lieu quatre années de suite et ont duré entre deux et quatre semaines : elles totalisent 72 jours de terrain.

19 Lefebvre 2018b.

20 Moron 2018.

21 Ce que confirme l’étude menée par David Leigh et Ted Gragson à l’échelle de l’agglomération (Leigh et al. 2019). Pour atteindre le niveau naturel, il aurait donc fallu ouvrir, en une seule fois, une fenêtre de fouille de 121 m2, ce qui n’était pas possible dans la mesure où le parking devait rester en usage, même pendant la fouille.

22 Au total, l’opération a permis de prélever 6 818 tessons de poterie, 3 208 restes de faune, et a engendré l’enregistrement de 616 unités stratigraphiques et de 89 faits ; 265 litres de sédiments ont été tamisés.

23 Lagrèze-Fossat 1870-1894, p. 43.

24 Viré et al. 1915.

25 Carozza 2016.

26 Leigh et al. 2019.

27 Carozza 2016.

28 Leigh et al. 2019.

29 Vissac 2018, p. 180-182.

30 FOS 512 et 513 (fig. 3).

31 Viré et al. 1915.

32 Lefebvre 2016, p. 53-55.

33 Lyon-14977.

34 Poz-104493.

35 Viré et al. 1915, p. 138.

36 Ibid., p. 153.

37 Ni dans la fouille programmée réalisée en juillet 2019 rue des Tourneurs (dir. B. Lefebvre) et dont le rapport est en cours de réalisation.

38 Viré et al. 1915, p. 140.

39 AM Moissac, fonds Viré, n° 9, 3.

40 Georges 2011, p. 28-56.

41 Georges 2011.

42 Les deux autres sondages ont livré moins d’informations au sujet de l’occupation précoce : d’une emprise de 11 m2, le deuxième sondage a été réalisé dans une cave tandis que le troisième, d’emprise très réduite (3,44 m2) a essentiellement livré des informations complémentaires au sondage 1.

43 Ibid, p. 43.

44 Ibid, p. 45.

45 Ibid, p. 65.

46 Lagrèze-Fossat 1870-1894, p. 43.

47 Lefebvre 2016, p. 56-57.

48 Vissac 2017, p. 155-157.

49 L’analyse morphologique du plan de Moissac est un projet à venir.

50 Ce sondage programmé réalisé en 2019 a permis la découverte d’un épais niveau qui offre peut-être un point de comparaison.

51 Lefebvre 2019, p. 104-105.

52 Étude conduite par Charlotte Hallavant dans Lefebvre 2015, p. 54.

53 Lefebvre 2019, p. 419.

54 Vissac 2018, p. 182.

55 Catalo 2017.

56 Bonnot-Diconne et Heran 2019.

57 Dieulafait 2019.

58 C’est ainsi qu’il est possible d’observer, sur quelques crânes fendus au couperet, des stigmates de découpe interne résultant de l’extraction de la cervelle (Jeauffreau 2019, p. 225). Bien que donnant sur la rue des Mazels (boucheries), les parcelles fouillées ne se situent pas dans l’emprise des boucheries que les sources médiévales permettent de localiser plus au nord, dans la maison commune (Fayolle-Bouillon 2011, p. 204). La rue des Mazels n’est pas celle des boucheries, mais celle qui y mène.

59 Hallavant 2019.

60 Hallavant 2016, p. 146-147.

61 Catalo 2002.

62 Jeauffreau et Lefebvre, à paraître. L’analyse paléoparasitologique est en cours.

63 Dufour et Le Bailly 2016.

64 Jeauffreau et Lefebvre, à paraître.

65 Garrigou Grandchamp 1994.

66 Lefebvre, à paraître.

67 Lefebvre 2014, p. 160-171.

68 Czerniak 2002.

69 Hallavant 2019.

70 Tels que l’US 3170, par exemple.

71 Hallavant 2017.

72 Lefebvre 2016, p. 70-71. Des analyses ADN ont été engagées par J. Salse et C. Pont (Inra Clermont-Ferrand) sur ce niveau et sur d’autres contenant des restes de vigne.

73 Vissac 2016.

74 Ollivier 2016.

75 . Münster et Belleforest 1575.

76 La Haye 1999, p. 14.

77 Lefebvre 2020.

78 La question de la topographie des lieux de production vinicole en ville au Moyen Âge et à l’époque moderne a été peu étudiée. Elle a fait l’objet d’un colloque qui s’est tenu à Toulouse les 17 et 18 octobre 2019.

79 L’un dans le quartier Saint-Michel, l’un près de la porte Saint-Ansbert et deux à la porte Saint-Jacques : Peña 2011, p. 51

80 Fayolle-Bouillon 2010, annexe 48.

81 AM Moissac, CC 5.

82 Lefebvre 2016, p. 76-80.

83 Ibid., p. 84-85.

84 Lefebvre 2019, p. 147-149.

85 Boudon 1975.

86 AM Moissac, CC1.

87 Lefebvre 2018b.

88 Ibid.

89 Catalo 2019.

90 Jeauffreau 2019, p. 232-233.

91 AM Moissac, CC5.

92 AM Moissac, CC 5, vol. 1, fol. 142 et 146.

93 AM Moissac, CC 5, vol. 1, fol. 146.

94 Le compoix de 1610 a été créé à partir d’éléments provenant d’un document plus ancien, datant de 1570, voir Lefebvre 2019, p. 53, 436.

95 Catalo 2002, p. 237-238

96 Lefebvre 2016, p. 88-90.

97 Avec un nombre minimal d’individus (NMI) par litre de 3 740. Sur l’étude de cet ensemble, voir Hallavant 2017.

98 Lefebvre 2016, p. 90.

99 Lefebvre 2015, p. 65.

100 Catalo 2002, p. 238.

101 Lefebvre 2015, p. 72-75.

102 Id. 2014, p. 172-182.

103 Moissac, Serv. urbanisme, PD 82 112 94 G0002. Avant leur démolition, les bâtiments inscrits dans ces deux parcelles ainsi que ceux occupant les parcelles DK 1191 et 1192 étaient réunis : l’ensemble appartenait à la grande quincaillerie Fargeas.

104 Lefebvre 2016, p. 92-96.

105 Ce dernier n’est pas représenté sur le plan de 1994 mais figure sur le plan de masse du cadastre de 1980 et sur un plan sans date annexé au dossier du permis de démolir. Moissac, Serv. urbanisme, PD 82 112 94 G0002.

106 Moissac, Serv. urbanisme, PD 82 112 00 S0003.

107 Moissac, Serv. urbanisme, PD 82 112 94 G0002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Carte des interventions archéologiques conduites dans l’agglomération de Moissac et localisation de la fouille du parking de la rue des Mazels.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 2 Localisation des interventions conduites entre 2015 et 2018 sur la carte présentant le résultat de la prospection radar effectuée en 2015.
Crédits DAO T. Gragson et B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 997k
Titre Fig. 3 Campagne 2017 et 2018, relevé des coupes occidentales (coupes 32, 35 et 39).
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 4 Le secteur 2 fouillé en 2016, vu depuis le nord-ouest.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Titre Fig. 5 Synthèse de l’occupation antérieure à la fin du xiie siècle.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Fig. 6 « Fig. I. Coupe du sous-sol de la rue Caillavet à Moissac ».
Crédits Dans Viré et al. 1915
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 7 Campagne 2017, relevé des coupes septentrionales (coupes 18, 22 et 33), avec, en gris clair, les niveaux de remblai de la fin du xiie siècle et, en gris foncé, les niveaux de rejets domestiques compris entre la fin du xiie siècle et le milieu du xive siècle.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 8 Présentation schématique de la stratification observée sur le site, par type de dépôts (1) et par attribution chronologique (2).
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 769k
Titre Fig. 9 Synthèse de l’occupation à la fin du xiie siècle.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Fig. 10 Campagne 2018, secteur 5, le niveau de sol 5043 vu depuis le sud-est.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Titre Fig. 11 Campagne 2018, secteur 5, le niveau de gravats 5037 vu depuis le sud.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 12 Les deux phases d’occupation des secteurs 4/6, à la fin du xiie/début du xiiie siècle.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 13 Campagne 2017, secteur 4, la palissade STR 317, vue depuis le nord. En arrière-plan, le MUR 307=602.
Crédits Cl B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Fig. 14 Campagne 2018, secteur 6, le poteau 6067, dans la FOS 612. Malgré la bonne conservation du bois, celui-ci n’a pas pu être daté par dendrochronologie compte tenu de sa croissance atypique.
Crédits Cl B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 15 Synthèse de l’occupation à la fin du xiie siècle, après le remblaiement massif au nord.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 16 3121-1 : pégau évasé à pied paroi épaisse, cordons lisses verticaux ; points de glaçure verte, forme inédite ; 3121-2 : pégau à bec ponté et départ d'anse rubanée, cordon horizontal digité à mi-panse ; 3112-1 : oule au bord éversé et stries horizontales.
Crédits DAO J. Touzeau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 17 Le cuir mis au jour au sein de l’US 3018, après restauration par C. Bonnot-Diconne (2CRC).
Crédits Cl. C. Bonnot-Diconne, 2CRC
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Fig. 18 Les deux faces du méreau (obj. 305) découvert dans l’Us 3121.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 19 Table générale du nombre de restes animaux (NR) par Us pour les phases du début du xiiie et du xiiie/xive siècle.
Crédits DAO V. Jeauffreau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 20 Traces de découpe observées à l’intérieur d’une boîte crânienne de capriné (Us 3116).
Crédits Cl. V. Jeauffreau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 21 Dans le secteur 4, partie postérieure du squelette de la vache (iso 320) placée dans la FOS 320.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 22 Plan des maçonneries du bâtiment Bât. A et des structures associées.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Titre Fig. 23 L’angle septentrional du Bât. A mis au jour en 2018.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 24 La balle (obj. 513) avant sa restauration.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 25 Le niveau de rejet de vinification 2054 mis au jour en 2016.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 26 Synthèse de l’occupation à la fin du xiiie ou début du xive siècle.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Fig. 27 Pourtraict de la ville de Moissac réalisé en 1574.
Crédits Dans Münster et Belleforest 1575
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 28 Proposition de restitution du pressoir, à partir des éléments conservés en fondation.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 29 Vue de détail des taissons reliés par une traverse (STR 610), reposant sur le platelage de planches en remploi.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1014k
Titre Fig. 30 Les sols de galets (SOL 108) et de carreaux de terre cuite (SOL 106) mis au jour en 2015, vus depuis l’ouest. Au premier plan, on reconnaît la FOS 107.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Fig. 31 Dans le secteur 6, le mur MUR 308=605 vu depuis l’est.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 955k
Titre Fig. 32 Synthèse de l’occupation au milieu du xive siècle.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 33 Les fosses FOS 204 (à gauche) et FOS 205 (à droite) mises au jour lors de la campagne de 2016.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 34 Vue du MUR 303=604 depuis le nord-ouest. On distingue, directement sous l’empierrement de castine, l’élévation 3011=6011 et le ressaut de la fondation 3105=6134. Au premier plan, le MUR 307=602 apparaît recoupé par ce puissant mur.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 35 Synthèse de l’occupation à la fin du xive siècle.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 36 Méreau au motif de la porte de ville, ou du châtel (obj. 501, US 5016).
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 37 Les deux peignes obj. 502 et 503, ou les deux fragments d’un même peigne provenant de l’US 5016.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Fig. 38 Fragment de décor à pastilles en appliques estampées d’une rouelle pointée, n° 5016-1.
Crédits Cl. J. Catalo, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Titre Fig. 39 Table des déterminations de l’US 5016 (FOS 316=506) (NR et MR).
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 40 Synthèse de l’occupation de l’époque moderne.
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Fig. 41 Plan du premier niveau des bâtiments au 7, rue de la République à Moissac.
Crédits Dans Lefebvre 2014, p. 73 ; DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Titre Fig. 42 Le site en cours de fouille durant l’été 2017. On distingue, entouré de rubalise, le puits PUI 305, aménagé dans le MUR 303.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Fig. 43 La fosse d’aisance maçonnée FOS 313, vue depuis le sud.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k
Titre Fig. 44 Marmites provenant de l’US 3069, au fond de la fosse d’aisance FOS 313.
Crédits DAO J. Touzeau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 45 Synthèse de l’occupation des xixe et xxe siècles (dernier état des bâtiments).
Crédits DAO B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Fig. 46 Vue générale du MUR 201 dans le prolongement du MUR 002 en partie conservé en élévation. L’empreinte du MUR 202 est également visible au premier plan, comme le remplissage 2005 de la FOS 203, à gauche de la photo.
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 47 La maçonnerie 3012 du MUR 304 après démontage. On remarque les trous non colmatés correspondant à l’empreinte des pieux de fondation (3015).
Crédits Cl. B. Lefebvre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/30342/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bastien Lefebvre, « Une fenêtre archéologique sur l’agglomération de Moissac (Tarn-et-Garonne) du xiie au xixe siècle  »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 89-119.

Référence électronique

Bastien Lefebvre, « Une fenêtre archéologique sur l’agglomération de Moissac (Tarn-et-Garonne) du xiie au xixe siècle  »Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/30342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.30342

Haut de page

Auteur

Bastien Lefebvre

Université Toulouse - Jean Jaurès, UMR 5608 TRACES - équipe Terrae

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search