Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Bulletin critiqueChristopher M. Gerrard et Alejand...

Bulletin critique

Christopher M. Gerrard et Alejandra Gutiérrez (dir.), The Oxford Handbook of Later Medieval Archaeology in Britain

Luc Bourgeois
p. 378
Référence(s) :

Christopher M. Gerrard et Alejandra Gutiérrez (dir.), The Oxford Handbook of Later Medieval Archaeology in Britain, Oxford, Oxford University Press, 2018, 1058 p., nombreuses ill. noir et blanc. ISBN : 978-0-19-874471-9 (relié) et 978-0-19-885804-1 (broché), prix : 150 et 45 £.

Texte intégral

1L’énorme somme éditée par Christopher Gerrard et Alejandra Gutiérrez s’inscrit à la suite du Oxford Handbook of Anglo-Saxon Archaeology (Helena Hamerow, David Hinton et Sally Crawford dir., 2011). Elle témoigne toutefois d’orientations assez différentes, qui sont pour partie liées aux problématiques propres au Moyen Âge tardif (Late Middle Ages ou High Middle Ages, 1066-ca 1550) et à la diversité croissante des sources mobilisables pour cette période. Synthétiser en quelques paragraphes le contenu d’un ouvrage encyclopédique qui a mobilisé 61 chercheurs et s’étend sur soixante chapitres parait hors de portée : nous nous limiterons donc ici à en présenter l’organisation générale avant de discuter des choix thématiques qui ont été opérés et de tendre quelques fils entre l’archéologie médiévale d’outre-Manche et la recherche française.

2Ce Handbook est divisé en dix sections thématiques, chacune débutant par quelques pages de synthèse. La première partie brosse une historiographie de l’archéologie médiévale anglaise et revient sur l’évolution des théories et des méthodes, avant de dresser un inventaire des différentes catégories de sources écrites permettant de faire dialoguer les textes et le terrain. Les campagnes médiévales font l’objet d’une seconde partie, dans laquelle sont successivement abordées les formes agraires, la flore et la faune. C’est dans la section suivante que prennent place les diverses formes de l’habitat rural, réparties entre cinq chapitres qui traitent des modes de vie des ruraux et de leur perception de l’environnement, de la maison paysanne, des annexes agricoles, des manoirs et moated sites. La quatrième partie s’étend sur la fabrique urbaine. Après un chapitre liminaire consacré à la typologie des agglomérations, les infrastructures collectives, les maisons, les boutiques et les relations villes-campagne font l’objet de développements particuliers.

3Sous le titre « Power and display », la cinquième partie considère la forme des résidences royales et des châteaux et l’impact des élites sur le paysage environnant, ainsi que l’archéologie des champs de bataille et les objets symboliques du pouvoir. La section suivante paraît moins cohérente que les autres puisqu’elle envisage à la fois les productions industrielles et artisanales (activités d’extraction, structure des ateliers, énergies), les monnaies et les jeux. Les religions et les croyances font l’objet de huit chapitres, qui abordent les bâtiments (cathédrales, monastères, églises paroissiales) et leurs aménagements, puis les pratiques et les expressions de la croyance (formes de la sacralité dans l’espace, graffitis dans les édifices religieux, pèlerinages et images de dévotion). La huitième partie du volume réunit des contributions consacrées à l’archéologie des sens : le goût à travers la nourriture, l’odorat sollicité par les odeurs de la ville et la vue par les couleurs, le paysage sonore. Les âges de la vie et les corps médiévaux sont abordés dans la section suivante, selon la lecture qu’en a donnée Roberta Gilchrist dans son ouvrage Archaeology of the life course (2012). Cette trajectoire humaine est rythmée par les étapes qui vont de la naissance et la mort (et à la conception de l’au-delà) mais elle permet également d’aborder l’usage du vêtement comme « seconde peau », l’archéologie du genre et la santé (à travers la paléopathologie, les savoirs médicaux et les infrastructures hospitalières). Enfin, la dernière partie, intitulée A wider context : trade and exchange, Europe and beyond, débute par un panorama des échanges à longue distance mais les auteurs des contributions qui suivent (Irlande, France, Scandinavie, Péninsule ibérique) ont souvent brossé un rapide tableau de l’état de l’archéologie dans la contrée qu’ils traitaient sans toujours aborder pleinement cette question du commerce et des transferts culturels.

4La réalisation d’un ouvrage aussi ample entraîne bien sûr des choix éditoriaux et, dans un travail collectif, chaque auteur aborde son sujet selon les orientations qui ont sa préférence. Il subsiste donc naturellement quelques angles morts dans ce vaste panorama : en particulier, les lendemains de la Conquête – qui n’étaient pas traités dans le volume précédent de la collection – n’apparaissent guère dans ce volume, pas plus que la navigation, qu’il s’agisse des structures portuaires ou des embarcations. Enfin, dans la dernière partie, on peut s’étonner de l’absence d’un chapitre sur les riches relations qu’entretenaient l’Angleterre, la Flandre et les Pays-Bas pendant la période considérée. C’est évidemment bien peu par rapport à l’énorme masse d’informations que fournit cette synthèse, d’autant plus indispensable à un lecteur extérieur qu’il serait bien en peine de rassembler l’immense bibliographie qui accompagne ces pages.

5Dans sa conclusion, Christopher Gerrard dresse un constat des faiblesses des recherches conduites outre-Manche (masse des opérations inédites, nécessité de synthèses, difficulté des collaborations entre disciplines, ouverture vers le grand public) : cette liste pourrait sans difficulté être plaquée sur les autres archéologies médiévales européennes et elle semble inhérente à la nature et au développement de cette discipline. Toutefois, si on tente une comparaison avec l’archéologie médiévale française, un tel ouvrage met pourtant assez cruellement en lumière l’avance prise par nos voisins pour synthétiser et diffuser les acquis récents de l’archéologie. D’autre part, la convergence entre archéologie et histoire des textes, qui a progressé pour les premiers siècles du Moyen Âge, demeure plus médiocre pour les derniers siècles de cette période. On relèvera aussi que certains des thèmes abordés ont connu une bien faible réception dans l’archéologie française (même si celle-ci n’a pas non plus à rougir de ses résultats), qu’il s’agisse entre autres des relations villes-campagnes, de l’impact paysager des élites, de l’archéologie des champs de bataille ou de l’histoire des sens, accaparée par les historiens. Il est également intéressant d’analyser le programme pour les années futures qui clôt ce volume. D’une part, l’établissement de tels agendas devrait – comme ce fut le cas en Grande-Bretagne – faire l’objet de véritables projets de recherche collectifs plutôt que d’une vague programmation (voir par exemple l’ouvrage Town and country in England : frameworks for archaeological research, paru il y a presque deux décennies). D’autre part, il apparaît que la plupart des orientations évoquées et qualifiées de grand challenges ne paraissent pas au cœur des orientations actuelles de l’archéologie médiévale française, qu’il s’agisse de la complexité sociale, de la résilience de l’Humain aux risques naturels et sociaux ou du comportement et de l’identité. Sans doute est-ce l’effet d’une moins grande sensibilité aux théories développées par les autres sciences humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Bourgeois, « Christopher M. Gerrard et Alejandra Gutiérrez (dir.), The Oxford Handbook of Later Medieval Archaeology in Britain »Archéologie médiévale, 50 | 2020, 378.

Référence électronique

Luc Bourgeois, « Christopher M. Gerrard et Alejandra Gutiérrez (dir.), The Oxford Handbook of Later Medieval Archaeology in Britain »Archéologie médiévale [En ligne], 50 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/30371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.30371

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search