Navigation – Plan du site

AccueilDossiers thématiquesToitures et matériaux de couvertu...2021Par-dessus les toits de Douai, ép...

2021

Par-dessus les toits de Douai, épis de faîtages et objets apparentés, xiiie-xve siècle

Over the roofs of Douai, finials and related objects, 13-15th century
Über den Dächern von Douai, Endstücke und verwandte Objekte, 13. bis 15. Jahrhundert
Étienne Louis et Éric Compagnon

Résumés

Les chantiers d’archéologie urbaine préventive de Douai (France, Nord) ont fourni plusieurs dizaines de fragments de céramique attribuables à des épis de faîtage et à divers autres accessoires de toiture. 36 pièces sont présentées, du xiiie au xve siècle, qui s’inscrivent, avec quelques variantes, dans le corpus des productions bien étudiées du bassin de l’Escaut. Il s’agit de pièces architecturales (aérateurs de cheminées, faîtières-supports, épis en pinacles, souvent fleuronnés) et de statuettes à composantes anthropomorphes et zoomorphes : animaux, cavaliers, guerriers, êtres fabuleux, personnages divers. Parmi eux, on citera deux pièces exceptionnelles, un zytiron (chevalier marin) récemment découvert et un homme sauvage chevauchant un griffon, une œuvre connue anciennement et désormais attribuable à l’atelier douaisien.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Présentation générale

1À l’emplacement d’un castrum fondé au bord de la Scarpe dans le premier quart du xe siècle, la ville de Douai connaît un rapide développement aux xie et xiie siècles, puis un apogée démographique et économique aux xiiie et xive siècles. À l’une des principales têtes du bassin de l’Escaut, Douai fait partie intégrante des anciens Pays-Bas, tiraillée politiquement entre la principauté flamande et l’orbite royale française. Elle a pu compter au second Moyen Âge une vingtaine de milliers d’habitants.

  • 1 Louis et Compagnon 2019.

2Grâce à l’activité inlassable du service territorial (municipal, puis communautaire) d’archéologie préventive, créé en 1972 sous la direction de Pierre Demolon, Douai est, pour la période médiévale, l’une des villes françaises les plus largement explorées. Parmi les matériaux accumulés en presque cinquante ans de recherches, les terres cuites architecturales constituent une catégorie trop souvent négligée par les archéologues médiévistes. Les tuiles douaisiennes viennent de faire l’objet d’un important article de synthèse qui dispense d’y revenir dans ces pages1. Associés aux toitures courantes en tuiles, il existe divers accessoires fonctionnels ou décoratifs, relativement fréquents, même si, numériquement, ils ne représentent qu’une part infime des découvertes. Parmi eux, les épis de faîtages en céramique sont réputés, peut-être à tort, être pour le second Moyen Âge (xiiie-xve siècle) une spécificité septentrionale ou flamande.

  • 2 L’opération a été dirigée par Stéphane Venet, de la communauté d’agglomération Douaisis Agglo : Ven (...)

3Ce sont ces épis et ces accessoires fonctionnels qui font l’objet du présent article. La plus grande partie des 36 pièces présentées est inédite. La moitié du corpus provient de divers sites de consommation, en contextes d’habitat urbain, répartis dans toute la ville (fig. 1). Une part notable des objets (19, soit un peu plus de la moitié) est issue des amas de tessons de rebuts de l’atelier céramique médiéval du Pont-de-Râches, fouillé en 2012. Cette officine était située le long de la Scarpe et de l’ancienne route de Lille, à l’extrémité du territoire communal de Douai (fig. 2). Le site a fourni pas moins de 5,344 tonnes de céramique. L’étude et le rapport de fouille sont en cours de finalisation2. La variété et la spécificité des objets constituant le présent corpus impliquent que sa présentation prenne principalement la forme d’un catalogue raisonné, suivi d’une brève conclusion.

Fig. 1 Douai, l’enceinte urbaine et le réseau hydrographique au xve siècle.

Fig. 1 Douai, l’enceinte urbaine et le réseau hydrographique au xve siècle.

Ateliers de potiers (a) et de tuiliers (b) attestés intra-muros (xiiie-xve siècle). Lieux de trouvaille du mobilier cité dans le texte : 1 - Rue de l’Abbaye-des-Prés ; 2 - Rue Théophile-Bra ; 3 - Rue François-Cuvelle ; 4 - Ruelle de l’Évêque ; 5 - Rue François-Lemaire ; 6 - Rue Mongat ; 7 - Rue Saint-Julien.

Fig. 2 Douai et les limites de l’échevinage.

Fig. 2 Douai et les limites de l’échevinage.

1 – Atelier du Pont de Râches ; 2 – Ateliers de potiers attestés intra-muros (xiiie-xve siècle) ; 3 – Tuileries attestées (xiiie-xve siècle) ; 4 – Briqueteries attestées (xive-xve siècle).

Fond de plan : minutes de la carte de l'état-major, vers 1835 (geoportail.fr).

2. Épis de faîtage de Douai et d’ailleurs ; approche historiographique et typologique

  • 3 Caumont 1850 ; Ramé 1853 ; de la Quérière 1846 ; Viollet-le-Duc 1861.
  • 4 Montier 1904 ; Deville 1927 ; Lemaître 2004.
  • 5 Diot 1988 ; Diot 1989 ; Lecherbonnier 2007.
  • 6 Importante collection réunie par la Musée des Arts et Traditions populaires (MNATP, aujourd’hui MuC (...)

4D'une manière générale, l'intérêt pour les épis de faîtage médiévaux en céramique est ancien, mais, à l'instar de l'ensemble des terres cuites architecturales, il n'a guère suscité en France jusque récemment d'étude poussée. Il convient néanmoins de citer les grands précurseurs, Arcisse de Caumont, Viollet-le-Duc ou, plus oubliés, Alfred Ramé et Eustache de la Quérière3. Depuis, les recherches ont plutôt été consacrées aux grandes productions d'époque moderne, telles celles du Pré-d'Auge4, étudiées du point de vue des arts décoratifs, ou concentrées autour des services de l'Inventaire du Patrimoine5. Les érudits et les amateurs se sont surtout intéressés au domaine si varié des productions locales du xixe siècle dans une optique régionaliste et dans celle de « l'art populaire »6.

  • 7 Dunning 1969.
  • 8 Derœux 1986.
  • 9 À l’exception de Cartier 2001.

5C'est en Angleterre que le développement de l'archéologie médiévale dans les années 1960 a suscité un regain d'intérêt pour les terres cuites médiévales, autour des travaux de Gérald Dunning7. Le besoin pour les archéologues britanniques de contextualiser leurs découvertes a orienté les recherches vers les anciens Pays-Bas : Hollande, Flandre néerlandophone et nord de la France. Toutefois, dans cette dernière région, peu a été fait depuis le colloque de Saint-Omer de 19858 et même les pièces des anciennes collections muséales (Beauvaisis, Boulogne-sur-Mer, Lille) n'ont guère suscité d'études de type archéologique9.

  • 10 Verhaeghe 1986.

6C'est précisément dans un important article consacré aux épis de faîtage flamands publié dans les actes du colloque de Saint-Omer que Frans Verhaeghe et Hubert De Witte proposent pour la première fois une typologie générale des accessoires de toiture en céramique10. Elle se décline ainsi :

  1. Épis de faîtage simples (il s’agit en fait uniquement des faîtières à crête) ;
  2. Épis de faîtage globulaires ;
  3. Pinacles ;
  4. Épis en forme de tourelles ;
  5. Épis floraux ;
  6. Épis zoomorphes (6a : les oiseaux, formant l’ensemble le plus nombreux ; 6b : les mammifères ; 6c : les animaux fabuleux) ;
  7. Épis anthropomorphes.

7Sauf erreur, cette classification ne semble guère avoir été reprise ou complétée par d’autres auteurs et la plupart des travaux récents sur le sujet se limitent à la présentation de pièces isolées. Le corpus douaisien se plie difficilement à la typologie de 1986. On propose ici un autre classement, sensiblement simplifié et mieux adapté à un ensemble riche mais très fragmenté et présentant sans doute quelques spécificités locales.

8On n’évoquera pas les faîtières à crête ou à boutons, très courantes à Douai du xiie au xve siècle (Type 1 de 1986). À Douai, ces petits ornements coiffent la plupart (peut-être même la quasi-totalité) des tuiles faîtières. Ils sont présentés dans l’article de synthèse cité plus haut. Les faîtières ne seront ici évoquées qu’en tant que base et support des épis. Nous suivrons par conséquent la typologie suivante :

  • Les accessoires fonctionnels ; mitres de cheminées et aérateurs de greniers ou de combles. Par leur technique de fabrication, leur mise en œuvre et leur aspect souvent décoratif, ils s’intègrent naturellement à la famille des épis proprement dits. Les études pionnières de Gerald Dunning pour l’Angleterre et le monde flamand avaient déjà souligné cette parenté11. On inclut dans cette famille les faîtières-supports, accessoires indispensables à l’installation des épis ;
  • Les épis globulaires ;
  • Pinacles et fleurons. Il apparaît qu’à Douai, les types 3, 4 et 5 de 1986 sont indissociables. Le caractère classique des pinacles gothiques, à fleurons étagés, bien connus dans la « grande architecture » en pierre et en métal12 est décliné par les potiers avec liberté, fantaisie et souvent rusticité. Les épis « en forme de tourelle » n’en sont qu’une forme particulière adaptée à la pratique du tour de potier. Quant aux terminaisons fleuronnées, très simplifiées, elles se retrouvent à titre accessoire sur beaucoup de ces objets sans en faire un type spécifique ;
  • Les épis à composantes zoomorphes et anthropomorphes. Là encore, la spécificité du corpus douaisien pousse à regrouper les types 6a, 6b, 6c et 7 de Frans Verhaeghe. Les épis ornithomorphes, si fréquents dans l’espace flamand (surtout des pigeons) semblent quasi-absents ou non identifiables à Douai (voir cependant les pièces D19 et D20). D’autre part, et autant qu’on puisse en juger, les épis figuratifs mêlent si fréquemment hommes et bêtes, en représentant soit des cavaliers, soit des animaux fabuleux composites, qu’une catégorisation fine, souvent irréalisable du fait de l’état fragmentaire des pièces, reviendrait à créer des types illustrés par un objet unique.
  • 13 Sauf mention contraire dans les notices, les objets sont inédits. La lettre D, en initiale de la no (...)
  • 14 En particulier les très nombreux petits fragments d’épis globulaires.
  • 15 Et non par les tuiliers, qui constituaient un corps de métier à part. Il en va de même à Bruges au (...)

9Avec 36 pièces présentées13, le catalogue raisonné qui constitue le cœur de ce travail ne prétend pas à l’exhaustivité. Les impératifs de place liés à l’intégration dans le présent recueil ont conduit à négliger quelques menus fragments répétitifs ou non identifiables14. Surtout, le caractère fragmentaire des objets retrouvés, mis au rebut dans l’atelier de fabrication ou littéralement tombés des toits, rend leur identification souvent difficile. Le risque de confusion avec de la poterie ou des tuiles « ordinaires » est parfois réel et, bien souvent, on ne peut guère aller au-delà de l’attribution à la grande famille des « terres cuites architecturales ». La réalisation de ces objets par les potiers locaux15, démontrée par les découvertes d’épis défectueux dans les rebuts d’atelier, conduit à la mise en œuvre de procédés similaires (tournage, modelage, montage à la plaque, glaçure, etc.) qui renforcent la possible confusion avec d’autres types de production. Enfin, il ne faut pas minimiser le risque, pour ces objets inhabituels et parfois peu reconnaissables, de passer inaperçus lors de la fouille, du tri des mobiliers et de l’étude céramologique. Enfin, on ne s’étonnera pas du caractère souvent lâche des attributions chronologiques. Sur l’atelier de potiers du Pont-de-Râches, les rebuts sont pour l’essentiel étalés en vastes niveaux d’épandage mêlant deux siècles de production (milieu du xive-dernier tiers du xve siècle). À Douai, dans les sites de consommation, les épis comme le reste des toitures ont pu rester en place bien longtemps – plusieurs siècles – avant de se retrouver au sol, puis enfin piégés dans un remblai archéologique. Plusieurs des objets présentés, incontestablement médiévaux, proviennent de contextes modernes.

3. Catalogue raisonné

3.1. Accessoires fonctionnels : mitres de cheminées et aérateurs de greniers

Pièce D1 : mitre de cheminée en terre cuite grise (fig. 3)

  • 16 Référence archéologique : 307_99 US 1096. Bonvarlet 1998, p. 58 ; Louis et Compagnon 2019, fig. 15.

10Provenance, état de conservation, contexte : Douai, rue Mongat16, fragmentaire, éléments réemployés comme matériau de construction dans une maçonnerie de fondation du xviie siècle.

Fig. 3 Pièces D1 et D2, mitre de cheminée et aérateur de grenier.

Fig. 3 Pièces D1 et D2, mitre de cheminée et aérateur de grenier.

Sauf mention contraire, les dessins et photographies sont des auteurs.

11Il s’agit d’une pièce très inhabituelle à Douai, tant par sa morphologie que par son matériau, une pâte grise (cuisson de type B), non glaçurée. L’objet est globalement de forme pyramidale, sur une base plane et carrée, d’environ 45 cm de côté. Chaque face s’ouvre par un jour vertical quadrangulaire étroit à sommet arrondi, muni d’un rebord débordant en visière. Le sommet est manquant ; il pouvait se terminer en pointe et l’objet mesurer de 65 à 75 cm de haut ou être prolongé par un conduit étroit. L’ensemble se fixait par des clous grâce à des percements ad hoc ménagés avant cuisson sur la base débordante. On imagine le tout posé sur un conduit de cheminée. Le contraste entre cet objet et l’ensemble du corpus ici présenté, réalisé en pâte rouge (cuisson de type A) et glaçuré au moins partiellement, pourrait suggérer une datation tardive (xvie siècle ?).

Pièce D2 : aérateur de grenier à chapeau conique (fig. 3)

  • 17 Référence archéologique : 181_95_1032/2. Louis, Compagnon 2019, fig. 13.

12Provenance, état de conservation, contexte : Douai, rue Théophile Bra17, complète, pièce déposée au fond d’une cave remblayée au xve siècle.

  • 18 Par exemple : Bonvarlet 1998, p. 38.

13Une tuile faîtière de module usuel est percée d’un jour ovalaire de 13 x 15 cm. Quatre pieds fixés sur le bord de cette ouverture, hauts de 8 cm, supportent un chapeau conique aplati. Cette pièce tournée, d’un diamètre de 19,5 cm, est munie d’un bord inférieur arrondi qui ressemble en tout point aux lèvres des bassins en poterie réalisés à la même époque18. Une extrémité sommitale en pointe effilée et trois petits évents circulaires munis d’un rebord en visière complètent le chapeau. Une strie ondulée tracée au doigt sépare chaque évent. L’ensemble de la pièce, en pâte rouge, a reçu une glaçure plombifère transparente donnant un aspect orangé. L’aspect général est similaire à celui des tuiles de la même période. Aucune trace de suie n’est visible. L’analogie avec les tuiles et les bassins fait proposer pour cette pièce une datation au xive ou xve siècle.

Pièce D3 : éléments d’aérateur de grenier à chapeau (fig. 4)

  • 19 Référence archéologique : 156561_142_3041_1 et 156561_142_3192_1.

14Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches19, fragmentaire, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

Fig. 4 Pièces D3, D4, D6 et D7, aérateurs de grenier et faîtières-supports.

Fig. 4 Pièces D3, D4, D6 et D7, aérateurs de grenier et faîtières-supports.

15L'objet peut être reconstitué à partir de 4 fragments non jointifs provenant de deux US distinctes, mais facilement identifiables grâce à leur couleur noire très inhabituelle, résultant sans doute d’un accident de cuisson. Trois pieds-supports analogues à ceux de la pièce D2, avec un quatrième non retrouvé, servent de liaison entre une faîtière échancrée et un chapeau tronconique (pièce D2) ou cylindrique (pièce D5).

Pièce D4 : élément d’aérateur de grenier à base tronconique (fig. 4)

  • 20 Référence archéologique : 307_99_1096.

16Provenance, état de conservation, contexte : Douai, rue François Cuvelle20, fragmentaire, en position secondaire dans une fosse des xviie-xviiie siècles. Datation par analogie avec les tuiles : xive-xve siècles.

17Pièce tournée à base horizontale destinée à s’encastrer dans la rainure d’une faîtière (voir pièce D6) ou sur un élément support intermédiaire. Le profil tronconique ondulé avec un rehaut en baguette est celui des pinacles. La partie haute, très incomplète, est munie de jours découpés à contours curvilignes irréguliers qui permettent la ventilation. Aucune trace de suie. Pâte rouge à glaçure extérieure orangée, analogue à celle des tuiles.

Pièce D5 : éléments d’aérateur de grenier en forme de lanterne (fig. 5)

  • 21 Référence archéologique : 156265_142_2027_1.

18Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches21, fragmentaire, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

Fig. 5 Pièce D5, aérateur de grenier.

Fig. 5 Pièce D5, aérateur de grenier.

19Cette pièce presque entièrement tournée a été montée avec des parois fines analogues à celles des poteries usuelles, bien distinctes de celles, généralement plus épaisses, des terres cuites architecturales. Des fragments d’objets analogues ont pu très largement passer inaperçus lors des études céramologiques. Elle est constituée de trois éléments superposés, réalisés séparément et assemblés avant cuisson. À la base (manquante), trois pieds-supports sont analogues à ceux, toutefois plus grossiers, des pièces D2 et D3. On ignore comment ces supports pouvaient se fixer sur la toiture, sans doute d'une manière analogue aux pièces D2 ou D3. La partie centrale est cylindrique, de 20 cm de diamètre et 29 cm de haut. Elle est percée à mi-hauteur de trois jours circulaires de 10 cm de diamètre. Cette partie, irrégulièrement et partiellement glaçurée (orangé sur pâte rouge pâle), porte un décor de croisillons irréguliers, tracé à l’engobe blanc. La partie supérieure est formée d’un chapeau tronconique en forme de couvercle à bouton, un type connu localement, notamment dans les productions de l’atelier. Elle mesure 15 cm de haut. Le bouton a été percé avant cuisson d’un petit trou axial de section circulaire, que l’on retrouve sur certains couvercles. Un dépôt accidentel de glaçure s’est accumulé sur la face intérieure du bouton ; l’objet a par conséquent été cuit la tête en bas.

3.2. Faîtières-supports

20On présentera ici cinq exemples illustrant la manière dont les divers épis et autres accessoires pouvaient se fixer sur le faîte des toitures. Les pièces en question sont des faîtières munies de supports à emboîtement simple ne permettant pas de définir le type d’objet associé. Tout au plus peut-on assurer que ces derniers avaient une base circulaire creuse.

Pièce D6 : faîtière-support à gorge (fig. 4)

  • 22 Référence archéologique : 228_90_1561.

21Provenance, état de conservation, contexte : Douai, ruelle de l’Évêque22, pièce reconstituée quasi complète, en remblai dans une cave, associée à un important lot de tuiles et aux épis D9, D21 et D34. Contexte du xvie siècle, les tuiles et épis sont évidemment antérieurs.

  • 23 Une faîtière munie d’un emboîtement à gorge analogue provient de Semur-en-Auxois ; Viollet-le-Duc 1 (...)

22La faîtière présente, dans son axe sommital, une découpe circulaire un peu ovalisée dans l’axe de la tuile, de 13,5 à 14,5 cm d’ouverture, munie d’une lèvre rentrante et d’une gorge aplatie permettant la pose d’un objet à base quasi cylindrique23. La tuile, qui a été utilisée, ne présente pas de trace de mortier ou d’abrasion. La fixation était peut-être assurée par un ergot situé sur l’objet supérieur (pièce D34) et plus vraisemblablement par un axe métallique fixé à la charpente et traversant les différentes pièces céramiques superposées. Pâte et glaçure sont analogues à celles des tuiles.

Pièce D7 : faîtière-support à emboîtement cylindrique (fig. 4)

  • 24 Référence archéologique : 156265_142_1808_2.

23Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches24, fragmentaire, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

24La faîtière présente, dans son axe sommital, une ouverture circulaire de 16 cm, base d’un élément cylindrique vertical incomplet (hauteur minimale 5 cm) muni d’une forte moulure en saillie. Cette dernière devait servir de support et de calage à un élément amovible. La pâte a viré au noir à la suite d’un accident de cuisson ; il subsiste quelques gouttelettes de glaçure bulleuse.

Pièce D8 : faîtière-support à emboîtement cylindrique (fig. 6)

  • 25 Référence archéologique : 156265_142_1695_1.

25Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches25, fragmentaire, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

Fig. 6 Pièces D8 à D10, faîtières-supports.

Fig. 6 Pièces D8 à D10, faîtières-supports.

26La tuile présente, dans son axe sommital, une ouverture circulaire de seulement 8 cm de diamètre, base d’un élément cylindrique simple à rebord chanfreiné. L’absence de toute protection aux intempéries permet d’éliminer un usage comme aérateur ; il s’agit sans doute encore d’un support d’épi.

Pièce D9 : support tronconique à fleurons (fig. 6)

  • 26 Référence archéologique : 228_90_1561.

27Provenance, état de conservation, contexte : Douai, ruelle de l’Évêque26, fragments en remblai dans une cave, associés à un important lot de tuiles, à la faîtière D6 et aux épis D21 et D34. Contexte du xvie siècle, les tuiles et épis sont évidemment antérieurs.

28Quatre fragments jointifs permettent de restituer un socle tronconique de 14 à 15 cm de hauteur minimale et 16 cm de diamètre extérieur au sommet. Il prolongeait directement une tuile faîtière (non retrouvée). Un gros bourrelet grossièrement modelé conforte le rebord supérieur afin de stabiliser la pièce décorative qui venait s’y poser. Aux deux tiers de la hauteur, se trouvent de petits fleurons modelés en applique, à extrémité recourbée. Sur la pâte rouge, une glaçure couvrante orangée à marbrures vert de cuivre est analogue à celle des tuiles.

Pièce D10 : support tronconique (fig. 6)

  • 27 Référence archéologique : 156265_142_1032_1.

29Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches27, fragment, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

30Il s’agit d’un élément tronconique dont la partie supérieure plane est soulignée par un sillon. Diamètre intérieur de l’ouverture : 10 cm. Pâte rouge à cœur gris, glaçure orangée à verdâtre, analogue à celle des tuiles.

3.3. Épis globulaires

31Tant à Douai qu’en Flandre et ailleurs, les épis de faîtage globulaires ou à composante globulaire constituent au Moyen Âge et ultérieurement l’un des ornements de toiture les plus répandus. Formés généralement d’un support plus ou moins tronconique, d’un élément sphérique et d’une terminaison tubulaire effilée, ils sont habituellement retrouvés très fragmentés. L'épaisseur des parois sphériques de ces objets faits au tour permet de les identifier parmi les tessons de panses de poterie. La chance a voulu qu’un exemplaire presque intact de ces productions communes ait été retrouvé à Douai.

Pièce D11 : épi globulaire glaçuré (fig. 7)

  • 28 Référence archéologique : 118_79_fosse A_003 inv. 193 (globe), fosse A_001 inv. 184 (collerette). C (...)

32Provenance, état de conservation, contexte : Douai, rue de l’Abbaye des Prés28, fragmentaire, retrouvé isolé avec sa collerette amovible en place dans une fosse lors de travaux de voirie. Datation, par analogie avec les tuiles douaisiennes : xiiie-xve siècle.

Fig. 7 Pièces D11 à D14, épis globulaires.

Fig. 7 Pièces D11 à D14, épis globulaires.

33La pièce mesure 40 cm de hauteur, la base de la pièce est incomplète, ne permettant pas de connaître son système de fixation. Le pied tronconique subsistant est haut de 13 cm, la sphère légèrement aplatie mesure 27 cm de diamètre horizontal pour 20 cm de diamètre vertical. La liaison entre le pied et la panse est renforcée par une épaisse bande d’applique digitée. Une pointe tronconique effilée de 8 cm, légèrement oblique, forme la partie supérieure. Elle est creuse et tournée comme le reste de l’objet. L’ouverture sommitale est fermée par un bouchon de mortier, lui-même percé par un fin trou cylindrique de 5 mm de diamètre. L’ensemble de la pièce, en terre beige rosé, est recouvert d’une glaçure orangée à marbrures vertes d’oxydes de cuivre, typique des tuiles glaçurées de Douai les plus anciennes. En place, posée autour et à la base de la pointe lors de la découverte, une pièce accessoire en céramique non glaçurée, à pâte beige rosé, prend la forme d’un bracelet cylindrique de 14,5 cm de diamètre sur 8,5 cm de haut, soigneusement tourné et doté de deux collerettes superposées à bords rabattus au pouce. Il est difficile d’imaginer que cet objet, en dépit de sa finition soignée, mais presque hors de portée de vue, ait une simple fonction décorative. On pensera plus volontiers à un support permettant la mise en place et l’ajustement d’un élément amovible disparu, coiffant l’épi globulaire, emboîté sur sa pointe et maintenu par une tige métallique verticale et traversante.

Pièce D12 : fragment d’épi globulaire glaçuré (fig. 7)

  • 29 Référence archéologique : 156265_142_1205_1.

34Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches29, fragment, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

35L’élément conservé paraît très similaire à la pièce D11. Il a l’intérêt d’en démontrer la fabrication locale. Il correspond à la jonction entre le pied tronconique et la partie sphérique, avec une collerette de renfort en bande d’applique digitée.

Pièce D13 : fragment d’épi globulaire glaçuré (fig. 7)

  • 30 Référence archéologique : 226_90_2151. Bonvarlet 1998, p. 57-58.

36Provenance, état de conservation, contexte : Douai, rue Mongat30, fragment, dans une fosse en habitat urbain, xive-xve siècles.

37Élément conservé similaire à la pièce D12, jonction entre le pied tronconique et la partie sphérique, avec une collerette de renfort en bande d’applique digitée. Le pied porte en outre un décor de cordons d’appliques digités verticaux. Pâte rouge à glaçure couvrante vert de cuivre.

Pièce D14 : pointe d’épi globulaire glaçuré (fig. 7)

  • 31 Référence archéologique : 156265_142_1914_1.

38Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches31, fragment, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

39Par analogie avec les pièces D9 et D11, on peut interpréter ce fragment comme constituant la pointe sommitale d’un épi globulaire, avec les débuts de l’inflexion vers la partie sphérique. Une collerette modelée assez grossière est située à 4,5 cm sous le sommet ; elle est renforcée par un cordon d’applique digité. L’objet, tourné, est creux ; l’orifice supérieur mesure 35 mm de diamètre. Sous le cordon digité, la pièce est décorée de bandes verticales d’engobe blanc ; la glaçure couvrante alterne les bandeaux orangé et vert de cuivre. La collerette et la partie supérieure tubulaire non glaçurée devaient permettre l’emboîtement d’un élément supérieur amovible maintenu au mortier ou par une armature métallique traversante.

3.4. Pinacles et fleurons

Pièce D15 : épi fleurdelisé engobé (fig. 8)

  • 32 Référence archéologique : 156265_142_1493_1.

40Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches32, fragment, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

Fig. 8 Pièces D15 (engobé, non glaçuré) et D16 (bandes d'applique engobées et glaçure plombifère), pinacles.

Fig. 8 Pièces D15 (engobé, non glaçuré) et D16 (bandes d'applique engobées et glaçure plombifère), pinacles.
  • 33 Verhaeghe 1986, p. 117 et 123.

41Montée à la plaque, la pièce est de section quadrangulaire creuse. Elle adopte la forme d’une fleur de lis héraldique. La face principale se distingue par la présence d’un léger cordon soulignant les contours du fleuron et par un décor digité aux angles de la partie basse. Les côtés et l’arrière sont traités plus simplement. La base manque, ne permettant pas de définir le système de fixation. Dans son état actuel, la pièce mesure 24 cm de hauteur. La pâte est rouge, les faces extérieures de l’objet sont entièrement engobées en blanc. Il n’y a aucune trace de glaçure. On pourrait imaginer une pièce de rebut à l’état de biscuit, étape de la chaîne opératoire à l’instar de nombreux épis de la Potterierei de Bruges33. Toutefois, à ce moment du second Moyen Âge et dans cet atelier du Pont-de-Râches, rien n’indique l’usage pour les céramiques glaçurées de la double cuisson. Il s'agirait plutôt de témoins de séries d’objets à finition blanche sans glaçure.

  • 34 Dehaisnes 1868, p. 282.

42L’image de la fleur de lis est évidemment très répandue au Moyen Âge. Outre celui de la monarchie française, c’est également un symbole marial et le meuble des armoiries de la ville de Lille. Il n’est sans doute pas anodin de noter qu’à l’époque de fabrication de l’épi fleurdelisé, la ville flamande de Douai passe sous le contrôle royal direct de 1305 à 1369, les notables douaisiens étant alors réputés « leliaerts », partisans des lis, c’est-à-dire du roi de France34.

Pièce D16 : pinacle fleuronné (fig. 8)

  • 35 Référence archéologique : 156265_142_1414_1.

43Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches35, fragment, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

44Également à décor fleuronné monté à la plaque, cet objet présente néanmoins avec le précédent des différences notables qui lui interdisent d’appartenir à un même ensemble composite. Le corps principal vertical n’est pas de section quadrangulaire, mais plutôt à facettes de plan globalement ovalaire et les faces extérieures sont entièrement glaçurées. Avec une pâte rouge, cette glaçure aurait dû prendre une teinte orangée ; un accident de cuisson l’a rendue bulleuse, terne et gris verdâtre. Un décor de bandes d’engobe blanc (potentiellement jaune après glaçure) souligne les fleurons latéraux, en position redressée (et non recourbés vers le bas comme sur D15). La pièce devait comporter plusieurs étages de fleurons. Sa base est ouverte et un peu évasée pour permettre une fixation. La section ovalaire de cette base ne correspond pas aux emboîtements observés sur les faîtières (voir plus haut). On peut envisager que l’épi projeté ait comporté plusieurs sections superposées et emboîtées maintenues par une armature traversante, donnant à l’ensemble l’aspect d’un pinacle fleuronné, peut-être à terminaison en bouton ou fleurdelisé.

Pièce D17 : fragment d’épi tronconique glaçuré (fig. 9)

  • 36 Référence archéologique : 226_90_2151. Bonvarlet 1998, p. 57-58.

45Provenance, état de conservation, contexte : Douai, rue Mongat36, fragments, dans une fosse en habitat urbain, xive-xve siècles.

Fig. 9 Pièces D17 et D18, pinacles.

Fig. 9 Pièces D17 et D18, pinacles.
  • 37 De Groote 2010, p. 158-159.

46Les quatre tessons retrouvés permettent de restituer un corps tronconique, tourné, au profil légèrement évasé, d’un diamètre de 10 à 13 cm. Il pourrait s’agir d'un support analogue à celui des pièces D11 à D13. Un décor de minces cordons d’applique dessine un réseau dont les nœuds sont ponctués de pastilles circulaires. Pâte rouge à glaçure vert de cuivre. Un objet très similaire (décor mis à part) se retrouve à Alost (Belgique), dans un contexte du xve siècle37.

Pièce D18 : épi à collerettes (fig. 9)

  • 38 Référence archéologique : 246_92_3009.

47Provenance, état de conservation, contexte : Douai, rue François-Lemaire38, presque complet, dans une fosse en contexte d’habitat, xve-xvie siècles.

48Épi globalement tronconique à profil ondulé, tourné, à base creuse. La terminaison supérieure est manquante. Deux collerettes superposées, obtenues par tournage, ont été repoussées au doigt de manière à former une ligne ondulée continue. L’objet présente sur toute sa face externe (à l’exception des premiers centimètres de la base) les restes d’un engobe dégradé par suite d’une longue exposition aux intempéries, mais aucune trace de glaçure. Comme la pièce D15, il a été conçu pour avoir un aspect blanc mat que l’on retrouve sur la pièce D16 et, à Douai, en contexte de consommation, sur quelques poteries d'usage courant.

3.5. Les épis à composantes zoomorphes et anthropomorphes

  • 39 Dunning 1968.

49Parmi les épis figuratifs étudiés par Frans Verhaeghe et avant lui par Gerald Dunning39, les oiseaux occupent une place prépondérante, et tout particulièrement les pigeons. Hôtes naturels et mobiles des toitures, il semble logique de les prendre comme modèle pour ces silhouettes fixes que constituent les épis en céramique. Pourtant, contrairement à la situation flamande, il semble bien que les oiseaux n’aient pas constitué un sujet très attractif pour les potiers douaisiens et leur clientèle. Seuls un objet et peut-être un deuxième peuvent être attribués à cette catégorie ; encore s’éloignent-ils des poncifs régionaux.

  • 40 Verhaeghe 1986, p. 121-128.
  • 41 Louis 2018b.
  • 42 Duthilloeul 1850 ; Espinas 1930.

50Outre les volatiles, la plupart des animaux représentés et identifiés du corpus douaisien sont des chevaux, tous associés à leur cavalier. Le prestige social et culturel associé à la pratique de l’équitation dans la société médiévale – on songe bien évidemment à l’univers de la chevalerie – a stimulé à l’évidence l’inspiration des potiers douaisiens comme celle de leurs homologues flamands ou anglais40. Bien évidemment, cela ne signifie pas que les épis au cavalier n’aient orné que des demeures aristocratiques. On sait bien que la bourgeoisie urbaine a adopté – et adapté à son propre usage – la même idéologie et la même imagerie courtoise et chevaleresque dominante. De multiples objets médiévaux régionaux illustrent ce propos41. Parmi bien d’autres témoignages locaux, on sait ainsi qu’à la fin du xiiie siècle les jeunes fils de la haute bourgeoisie douaisienne et lilloise s’affrontaient chaque premier mai dans des espèces de tournois équestres à grand spectacle. L’un d’eux, organisé à Douai en 1284, dégénéra en une sorte de « troisième mi-temps » avinée qui faillit causer une véritable vendetta meurtrière entre les deux municipalités42.

Pièce D19 : statuette de coq ? (fig. 10)

  • 43 Référence archéologique : 156265_142_1808_1.

51Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches43, fragment, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

Fig. 10 Pièces D19 et D20 (glaçure plombifère défectueuse), oiseaux.

Fig. 10 Pièces D19 et D20 (glaçure plombifère défectueuse), oiseaux.
  • 44 Voir par exemple le manuscrit du Traité des oiseaux, d’Hugues de Fouilloy, copié vers 1210-1225, Bi (...)
  • 45 Pour une bibliographie sur le sujet : Cordonnier 2012, p. 87.
  • 46 Voir par exemple les pièces berrichonnes du Musée de la poterie à La Borne (Cher).

52L’élément est constitué d’une plaque de céramique, de 10-12 mm d’épaisseur en moyenne, découpée de manière à représenter la queue en panache caractéristique d’un coq44. Des stries délimitant des bandes d’engobe blanc figurent des plumes glaçurées alternativement jaune et orangé (sur pâte rouge). Depuis le haut Moyen Âge, des coqs en métal, souvent à usage de girouette, ornent le toit des églises et saluent symboliquement le jour levant45. Coqs et poules se retrouvent souvent sur des épis de faîtage du xixe siècle46 ; à notre connaissance cependant, aucun épi médiéval en forme de gallinacé n’a été signalé.

Pièce D20 : patte griffue (fig. 10)

  • 47 Référence archéologique : 156265_142_1808_3.

53Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches47, fragment, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

  • 48 Voir par exemple le même manuscrit du Traité des oiseaux, cité note 47, fol. 16v.

54Bien que provenant de la même (vaste) unité stratigraphique, ce fragment ne peut appartenir, pour des questions d’échelle, au même objet que la pièce précédente D19. Une patte à trois doigts est soigneusement modelée ; elle est comme perchée sur un socle saillant. Le quatrième doigt situé en opposition, caractéristique des oiseaux, est manquant mais a pu exister48. Sur une pâte rouge présentant un coup de feu, une glaçure défectueuse, grisâtre et granuleuse, aurait dû être vert de cuivre. Il n'est pas possible de déterminer l’espèce animale représentée, un coq, comme la pièce D16, un aigle (héraldique ?), tout autre oiseau ou encore un être hybride de fantaisie, tel le griffon D36.

Pièce D21 : cavalier en tunique (fig. 11)

  • 49 Référence archéologique : 228_90_1561.

55Provenance, état de conservation, contexte : Douai, ruelle de l'Évêque49, fragments non jointifs trouvés en remblai dans une cave, associés à un important lot de tuiles et aux épis D6, D9 et D34. Contexte du xvie siècle, les tuiles et épis sont évidemment antérieurs.

Fig. 11 Pièces D21 à D24, cavaliers et leurs chevaux.

Fig. 11 Pièces D21 à D24, cavaliers et leurs chevaux.
  • 50 Verhaeghe 1986, fig. 17.

56Cette statuette modelée très fragmentée n'est connue que par deux tessons. Le premier représente un drapé au niveau des reins du cavalier (côté droit), retombant sur le dos du cheval. Le second correspond au pied droit du cavalier, le long du flanc du cheval. Un filet d’engobe blanc dessine la branche d’un éperon. La totalité de l’objet est glaçuré, orangé sur pâte rouge (jaune sur l’engobe). L’échelle de la figuration et la comparaison avec des pièces analogues, douaisiennes et flamandes, suggèrent de restituer une statuette de 80 cm environ. Le drapé et le pied non chaussé de mailles (voir pour comparaison la pièce suivante D22) suggèrent d’y reconnaître un cavalier « en civil » dans une pose plutôt courtoise que guerrière, à l’instar d’une statuette de la Potterierei de Bruges50.

Pièce D22 : pied de cavalier en mailles (fig. 11)

  • 51 Référence archéologique : 156561_142_3321_1.

57Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches51, fragment, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

58Ce petit fragment isolé est néanmoins très significatif ; il représente la partie centrale d’un pied droit, chaussé de mailles (figurées avec les impressions d’un poinçon tubulaire) et enserré dans un lourd étrier triangulaire, engobé de blanc. Il est plaqué sur le flanc du cheval dont ne subsistent que quelques centimètres. Sur pâte rouge, la glaçure couvrante est orangée, jaune sur engobe. Le tesson appartient à une statuette de cavalier en armes, de grande taille et d’un format analogue à D21 ou aux pièces qui suivent.

Pièce D23 : tête de cheval harnaché (fig. 11)

  • 52 Référence archéologique : 155_84.

59Provenance, état de conservation, contexte : Douai, rue Saint-Julien52, fragment isolé en contexte d’habitat des xvie-xviie siècles, attribuable par comparaison aux xiiie-xive siècles.

60La tête, modelée, est creuse à parois épaisses. Le rendu globuleux des yeux est sommaire et plutôt proche de celui d’un œil humain. Une mèche de crin tombe sur le front. L’élément le plus caractéristique est le licol, rendu sous forme d’un cordon rapporté à incisions obliques faisant penser à une corde. On reconnaît la muserolle, les montants, le dessus de tête et le départ des rênes. Les dimensions du fragment (environ 9 cm) et le licol ne laissent pas de doute sur l’appartenance de cette pièce à une statuette de cavalier de grande taille, d’un format analogue à celui des pièces précédentes. La pâte rouge a reçu une glaçure couvrante vert de cuivre foncée.

Pièce D24 : tête de cheval (fig. 11)

  • 53 Référence archéologique : 156265_142_0_1.

61Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches53, fragment isolé hors stratigraphie, xive-xve siècles.

62Ce fragment, très abîmé, peut néanmoins être identifié avec assurance à la tête d’un cheval, avec le départ de l’encolure et de la crinière. Objet modelé et creux. De légères appliques d’engobe blanc cherchent peut-être à rehausser l’aspect bigarré du pelage. Un trou d’évent perce verticalement le sommet du crâne. Sur une pâte rouge ayant viré au gris par défaut de cuisson, la glaçure orangée est devenue localement granuleuse et brunâtre. L’animal ne semble pas porter de harnais ; il est peut-être monté à cru par son cavalier, comme pour la pièce D36, à moins qu’il ne s’agisse de la seule statuette hippomorphe sans cavalier connue à Douai.

D25 et D26 : deux têtes casquées (fig. 12)

  • 54 Références archéologiques : 226_90, US 2265, Bonvarlet 1998, p. 51 ; 307_99, US 1497.

63Provenance, état de conservation, contexte : Douai, rue Mongat, et rue François-Cuvelle54, fragments en contexte d’habitat des xive-xve siècles.

Fig. 12 Pièces D25 et D26, têtes casquées.

Fig. 12 Pièces D25 et D26, têtes casquées.
  • 55 Par exemple : Roman de Guiron le Courtois, manuscrit du xve siècle, BnF, Fr. 338, fol. 89r. https:/ (...)
  • 56 Jones 1999, p. 155.

64Ces deux fragments sont très similaires et peuvent faire l’objet d’une description commune. Le principal élément conservé est une coiffe pyramidale à quatre facettes, à la base de laquelle se trouve un bourrelet circulaire irrégulier évoquant une couronne. Rue Cuvelle, les arêtes de la pyramide et la couronne ont fait l’objet d’un traitement plus soigné avec une reprise de stries et de ponctuations. Sous ce casque, la tête porte une coiffe de mailles, camail ou gorgerin, dont les anneaux sont figurés à petits coups de poinçon. Le visage n’est pas conservé, à l’exception du front et des arcades sourcilières. L’ensemble, en pâte rouge, a reçu une glaçure orangée sans effet de polychromie. Le diamètre de la couronne, entre 12 et 15 cm, montre qu’il s’agit d’objets de grande taille. Rue Mongat, une petite fente, réalisée avant cuisson dans la coiffe, n’est pas fonctionnelle ; des aspérités interdisent d’y glisser quelque objet que ce soit. Il s’agit donc d’un simple évent de cuisson et non de l’ouverture d’une tirelire comme on aurait pu l’imaginer au premier abord. La coiffe de fantaisie – on n’a pu retrouver dans la littérature ou dans l’iconographie de casque pyramidal de ce type – ne permet pas de suggérer une datation par typologie de l’armement. En revanche, l’association d’un casque conique, qui couvre la nuque, éventuellement agrémenté d’une couronne avec une coiffe de maille est courante tout au long des xive et xve siècles (fig. 1255). Quant au bandeau en forme de couronne, on le retrouve sur un épi de faîtage anglais de Worcester56.

65La similarité de ces accessoires quelque peu improbables sur deux objets différents suggère l’intervention d’une même main, sans que l’on puisse cependant postuler l’existence d’une vraie série. Il est évidemment impossible de savoir si ces guerriers étaient figurés seuls ou, ce qui semble plus probable, en cavalier.

Pièce D27 : tête humaine (fig. 13)

  • 57 Référence archéologique : 156265_142_0_1.

66Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches57, fragment isolé, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

Fig. 13 Pièces D27 à D34, tête de Sarrasin (?), ailette d’armure et écus armoriés.

Fig. 13 Pièces D27 à D34, tête de Sarrasin (?), ailette d’armure et écus armoriés.
  • 58 Parmi bien d’autres exemples : Histoire d’Outremer, li rommans de Godefroy de Buillon et de Salehad (...)

67On reconnaît dans ce fragment le côté droit d’une tête humaine, avec l’oreille, percée d’un trou d’évent, une partie de la joue et de la nuque. La chevelure n’est pas figurée, mais une série de ponctuations dessine une barbe courte. Une coiffure formée de bandeaux modelés pourrait éventuellement être un casque analogue à celui des pièces D25 et D26 ; on y verra plus volontiers la représentation de tissus torsadés, peut-être en guise de turban. Le thème iconographique du sarrasin barbu et enturbanné est courant à la fin du Moyen Âge (fig. 13)58. À la même époque, le sarrasin sert couramment de patronyme ou d’enseigne de maison et de taverne.

Pièce D28 : ailette d’armure (fig. 13)

  • 59 Référence archéologique : 156265_142_1041_2.

68Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches59, fragment isolé dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

69Plaquette rectangulaire à bords rentrants légèrement incurvés, mesurant environ 5 x 7,5 cm, épaisse d’une dizaine de millimètres. Un des longs côtés se prolonge par une languette brisée. Un petit décor rapporté en forme d’étoile à cinq branches se trouve à un angle. La pâte rouge est partiellement engobée de blanc de manière à former trois bandes verticales glaçurées alternativement jaune et orangée. L’étoile est glaçurée en vert. Ce petit objet doit être identifié avec une « ailette », « une pièce d’armure qui, vers la seconde moitié du xiiie siècle, fut posée sur les épaules de l’homme d’armes, afin de garantir cette partie du corps contre les coups de masse que le camail et la cotte de mailles ne protégeaient pas suffisamment »60. Les références iconographiques en sont nombreuses61. L’épi de faîtage au cavalier de Delft (Pays-Bas) présente le même type d’accessoire guerrier62.

70Comme le montrent les figurations médiévales et l’épi de Delft, les ailettes sont bien souvent armoriées ; c’est le cas de l’objet douaisien avec ses trois bandes verticales que l’on retrouve sur les écus provenant du même site (D30 à D32). La chronologie resserrée de ce type d’accessoire (seconde moitié du xiiie et début du xive siècle) suggère de restreindre la fourchette de datation de l’épi D28 à la première moitié du xive siècle.

Pièces D29 à D32 : écus de cavalier (fig. 13)

  • 63 Références archéologiques : 156265_142_1041_1 ; 156265_142_1414_2 ; 156265_142_1980_1 et 156265_142 (...)

71Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches63, fragments isolés, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

  • 64 Notamment ceux de Delft (cité avec la pièce D28), de Sarcus (MUDO - Musée de l’Oise à Beauvais), du (...)

72Ces quatre éléments très similaires entre eux proviennent de quatre objets différents, des statuettes de grande taille représentant des guerriers en armes, des cavaliers selon toute vraisemblance. Les plaquettes de terre cuite, d’une dizaine de millimètres d’épaisseur, mesurent chacune de 14 à 15 cm de haut pour 10 à 15 cm de large. Elles prennent la forme classique des écus triangulaires à bords incurvés, en usage chez les cavaliers du xiiie au xve siècle. On en retrouve d’analogues sur les épis douaisiens du chevalier marin « Zytiron » (D35) et de « l’homme sauvage » (D36) et sur de nombreux épis au cavalier flamands, picards et anglais64. Tous ces écus sont, comme il se doit, armoriés. Le plus sophistiqué (D29) est chargé d’une espèce de lion héraldique de fantaisie, réalisé par application de boulettes d’engobe écrasées. Les autres sont plus simplement ornés d’un fin revêtement d’engobe en bandes horizontales (des « fasces » selon le vocabulaire héraldique, D32) ou obliques (« barres », D31 ou « bandes », D30), soulignées par des stries. L’alternance des surfaces brutes en pâte rouge ou engobées de blanc assure la polychromie jaune ou orangée.

Pièce D33 : draperies (fig. 13)

  • 65 Référence archéologique : 156265_142_1161_1.

73Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches65, fragments isolés, dans un épandage de rebuts de fabrication, xive-xve siècles.

74Les trois tessons présentés, non jointifs, appartiennent clairement à un unique objet réalisé à la plaque. Il s’agit d’éléments de drapé d’une statuette de grande taille. Une bordure engobée en blanc et ornée d’incisions en zigzag représente un revers ou une broderie. Dépourvus de ce type de détail décoratif, de nombreux tessons analogues ont dû passer inaperçus dans la masse des céramiques communément retrouvées sur les sites de fabrication ou de consommation. En l’espèce, ces drapés pourraient tout aussi bien appartenir à un vêtement « civil », à une cotte d’armes, ou à la housse d’un cheval.

Pièce D34 : personnage drapé (fig. 13)

  • 66 Référence archéologique : 228_90_1561.

75Provenance, état de conservation, contexte : Douai, ruelle de l’Évêque66, fragment retrouvé en remblai dans une cave, associé à un important lot de tuiles et aux épis D6, D9 et D21. Contexte du xvie siècle, les tuiles et épis sont évidemment antérieurs.

  • 67 Deroeux et Verhaeghe 1986, p. 152.

76Le plissé d’un vêtement tombe directement sur une base arrondie creuse, munie d’un ergot latéral saillant servant probablement à assurer la stabilité de la pièce sur son support. Il pourrait s’agir de la représentation d’un personnage assis ou debout, comme l’épi de Boulogne-sur-Mer67.

Pièce D35 : Zytiron / chevalier marin (fig. 14)

  • 68 Référence archéologique : 156265_142_1980_2.
  • 69 Louis 2018a.

77Provenance, état de conservation, contexte : Douai, atelier de potier du Pont-de-Râches68, pièce presque complète, en comblement d’un fossé avec d’autres rebuts de fabrication, xive-xve siècles. Cette pièce exceptionnelle, trouvée en 2012, a fait l’objet d’une publication détaillée69. On se contentera ici d’une brève analyse.

Fig. 14 Pièce D35, zytiron (chevalier marin), glaçure localement défectueuse.

Fig. 14 Pièce D35, zytiron (chevalier marin), glaçure localement défectueuse.
  • 70 Dans l’iconographie du zytiron (voir plus loin), le bouclier n’est pas porté au bras, mais suspendu (...)

78Haute aujourd’hui de 54 cm, la statuette repose sur un piédestal évasé « en diabolo », non glaçuré, dont la base manque. Sur les faces latérales, la partie incurvée du socle est renforcée par une épaisse bande d’applique verticale, à impressions digitées. Le personnage, fortement cambré, est formé d’une partie basse, horizontale, pisciforme, et d’une partie haute verticale anthropomorphe, tronc, buste et membres. Sur la première, amputée de sa queue, sont figurées des nageoires saillantes, dorsale, ventrale et latérales. Sur l’abdomen, une quintuple rangée d’écailles est disposée en applique à l’aide de pastilles en engobe blanc. La partie haute représente un personnage vêtu d’une cotte à manches évasées au niveau des coudes. Le vêtement est orné de pastilles d’engobe blanc formant des quintefeuilles de taille variable, déposées aléatoirement. L’avant-bras droit est revêtu d’un gantelet en cottes de mailles montant presque jusqu’au coude. Les mailles sont figurées par des rangées d’incisions profondes. La main se referme sur un orifice circulaire oblique, destiné à accueillir un élément amovible disparu, épée, lance ou bannière. L’avant-bras gauche est masqué par un écu triangulaire qui couvre tout le buste70. Il est orné d’un semis de quintefeuilles, d’un modèle identique à ceux de la cotte. Le cou est grossièrement ébauché sous forme d’un cylindre creux formant tenon destiné à accueillir une tête amovible, manquante. Sur une pâte rouge et sur l’engobe, la glaçure plombifère est orangée ou jaune. La mise au rebut de cet objet coûteux résulte d’un accident de cuisson qui a détruit la glaçure sur tout le dos et sur une bonne partie du flanc droit de la partie pisciforme, d’aspect grisâtre et granuleux.

79Le sujet de cette pièce sans parallèle connu est très spécifique. On peut remonter le modèle iconographique jusqu’à des vignettes du milieu du xive siècle illustrant des manuscrits du « De naturen Bloemen » de Jacob van Maerlant71 (fig. 14). Une notice de cet ouvrage encyclopédique est consacrée à la description du « Zytiron » ou chevalier marin (miles marinus en latin, zeeridder en néerlandais), un être aquatique hybride et cuirassé. Le thème iconographique passe ensuite par le canal de divers auteurs jusque dans des ouvrages imprimés de la fin du xve siècle notamment le célèbre Hortus sanitatis et son chapitre De piscibus72. Le succès de ce thème dans les anciens Pays-Bas au xve et au début du xvie siècle est attesté, outre par diverses enluminures et marginalia, par des décors sculptés de stalles (fig. 14), des enseignes de plomb, des objets d’orfèvrerie, des girouettes métalliques, des enseignes de maisons, des éléments d’armoiries, etc.73.

80L’épi de Douai s’inscrit parfaitement dans cette sphère culturelle, la ville faisant depuis 1386 partie des Pays-Bas bourguignons et ne revenant dans le giron français qu’en 1667. En outre, d’un point de vue chronologique, on ne peut que constater le parfait synchronisme entre la période de fonctionnement de l’atelier céramique retrouvé par les fouilles (milieu du xive-dernier tiers du xve siècle) et l’engouement régional pour le thème iconographique du « chevalier marin ».

Pièce D36 : Homme sauvage chevauchant un griffon (fig. 15)

  • 74 Castier 2008, p. 40.

81Provenance, état de conservation, contexte : Râches, incomplet, conservée au Musée des Beaux-Arts de Lille, inventaire céramique C38974. Contexte de découverte inconnu, xixe siècle. Ancienne collection Louis Dancoisne.

Fig. 15 Pièce D36, homme sauvage chevauchant un griffon.

Fig. 15 Pièce D36, homme sauvage chevauchant un griffon.

Cl. RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski

  • 75 Casier et Bergmans 1914, I, p. 50 et fig. 22.
  • 76 Verhaeghe 1976, p. 202-203 ; Id. 1986, p. 128-129.
  • 77 Et non pas un dragon ou une chimère, comme indiqué dans les anciennes nomenclatures.

82Signalé en 191475, l’épi a été publié par Frans Verhaeghe voici quelques décennies76. Il convient d’y revenir un peu. Haute de 49 cm, la statuette représente un « homme sauvage » nu, barbu, chevelu, tout le corps couvert de longs poils traités en mèches bouclées. Seuls le visage et les mains, soigneusement modelés et engobés, sont visibles et très détaillés. Le personnage porte au bras gauche un écu triangulaire (engobé) à umbo conique et bordure ourlée, partie supérieure rabattue. De la main droite, il tenait un objet disparu à hampe verticale, sans doute une massue, l’arme rustique caractéristique de ces créatures. Cet « homme sauvage » chevauche à cru et sans rênes un griffon77, quadrupède globalement d’aspect chevalin, mais doté d’un imposant bec de rapace et de grandes oreilles horizontales pointues. À l’exception de la face et des oreilles, engobées, l’animal est couvert, à l’instar de son maître, d’une épaisse toison bouclée. Les pattes, les jambes du cavalier et la base de la statuette sont manquantes.

  • 78 Il était notaire à Hénin-Liétard (aujourd’hui Hénin-Beaumont, Pas-de-Calais) et a publié de nombreu (...)

83L’objet, en pâte grisâtre à rougeâtre, est entièrement glaçuré. L’aspect en est tout à fait inhabituel. Cette glaçure aurait dû apparaître orangée pour le corps du cavalier, vert de cuivre pour la toison du griffon, la chevelure et la barbe du cavalier et jaune éclatant pour l’ensemble des parties engobées. En fait, le jaune a pris un aspect plombeux métallique, le vert est presque noir et l’orangé marron foncé. Selon nous, il n’y a guère de doute sur le caractère défectueux de la cuisson. Tout laisse penser à une pièce de rebut, comme le zytiron D35. Selon l’inventaire ancien du musée de Lille, la pièce provient de Râches, information fournie très certainement par le donateur Louis Dancoisne, un érudit, numismate et collectionneur local bien connu de la seconde moitié du xixe siècle78. Il se trouve que l’atelier céramique du Pont-de-Râches, qui a fourni une bonne partie du corpus présenté dans ces pages, se situe, comme son nom l’indique, à quelques dizaines de mètres de la limite communale entre Râches et Douai. On peut raisonnablement émettre l’hypothèse que la pièce considérée ait été retrouvée parmi les rebuts de fabrication. De toute manière, quand bien même elle aurait été installée au xve siècle sur une maison du village de Râches, la proximité géographique et stylistique la ferait appartenir au groupe douaisien.

  • 79 On se souvient du « bal des ardents » où le roi Charles VI, costumé en homme sauvage, manqua de pér (...)
  • 80 Historiens et historiens de l’art ont largement exploré le sujet, voir notamment Husband 1980.
  • 81 Heures Vanderbilt, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University, ms 436, fol. 10v.
  • 82 Cologne (RFA), Musée Schnütgen, inv. 2012.
  • 83 Verhaeghe 1986, p. 128.

84Le thème de « l’homme sauvage » est très populaire durant le second Moyen Âge. Ces figures étranges illustrent la face naturelle, primitive et barbare de l’humanité. Ils sont le sujet d’épisodes littéraires, de manifestations festives79, d’œuvres d’art de toute nature80. Leur principale caractéristique physique est leur aspect velu. Brutaux, ils sont souvent représentés combattant ou chevauchant des bêtes sauvages. Une enluminure d’un livre d’heures du dernier quart du xve siècle représente précisément l’un d’entre eux chevauchant un griffon (fig. 15)81. Un décor sculpté d’une stalle du xve siècle rhénan utilise le même traitement en mèches bouclées que l’épi de Râches82. Sur la jambe gauche, une grande patte griffue (qui n’est pas sans évoquer la pièce D20) indique que « l’homme sauvage » du musée Schnütgen combat une bête sauvage, oiseau ou griffon (fig. 15). Ces éléments de comparaison, et l’intégration stylistique de cette pièce au corpus douaisien, permettent d’attribuer l’épi de Râches au xve siècle, contrairement aux opinions émises précédemment suggérant une datation post-médiévale83.

En guise de conclusion

85À l’issue de ce long catalogue, il n’est pas aisé de produire des conclusions originales développées. L’essentiel concernant les techniques de fabrication, les usages, la signification économique et culturelle des épis de faîtage flamands a été exposé voici plus de trente ans par Frans Verhaeghe, et le corpus douaisien n’apporte sur ces thèmes que des éléments de confirmation, tout en nuançant et en condensant la typologie alors proposée.

  • 84 Diot 1989 ; Benoit 1985. Exemples régionaux : Dehaisnes 1890, p. 50, 52, 54, 55, 56, 57, 59.
  • 85 En 1483, un épi ou une girouette en tôle de laiton en forme de zeeridder (chevalier marin, zytiron, (...)

86Il est difficile de se prononcer sur la fréquence de ce genre d’objets sur les toitures douaisiennes du second Moyen Âge. Le catalogue, bien que non exhaustif, peut donner une impression d’abondance. L’aspect quantitatif doit cependant être évalué à l’aune des masses de céramique et de tuiles livrées par les multiples chantiers de fouilles urbaines. Les rebuts de l’atelier du Pont-de-Râches n'ont fourni « que » 19 objets, pour plus de 5 tonnes de céramiques. Sans pouvoir livrer une estimation chiffrée, les auteurs voudraient partager finalement une impression sommaire résultant de la longue fréquentation des chantiers et des réserves archéologiques. Les épis les plus simples, particulièrement ceux de type globulaire, ont dû être très courants et orner un bon nombre de toitures urbaines ; les figurations plus complexes restent rares. Sur ce point, il faut prendre en compte, mais aussi modérer le critère économique ou financier. Il est évident qu’un épi au cavalier devait représenter au xive ou au xve siècle un coût sensible ; il n’en reste pas moins que, dans le domaine des épis de faîtage comme dans celui de la vaisselle domestique, la terre cuite n’est bien souvent qu’un succédané bon marché aux véritables productions de luxe qui sont en métal84, ou en pierre. Les monuments conservés, l’iconographie et les comptabilités médiévales illustrent principalement ces produits haut de gamme : pinacles et rampants, épis de faîtages, girouettes et autres décors de toiture85.

  • 86 Pour la seule Belgique néerlandophone : Bult 1991 ; De Groote 2010; De Groote et Moens 2018 ; Vanh (...)

87D’autre part, et sans surprise, les recherches iconographiques et historiques montrent que les thèmes mis en forme par les potiers n’ont rien de spécifique et trouvent un large écho dans la culture matérielle et littéraire du temps et de la région : l’architecture gothique, le monde chevaleresque en général et jusqu’à des motifs plus spécifiques tels le zytiron et l’homme sauvage. Comme le montrent bien d’autres menus objets de la vie quotidienne, la culture des élites est très largement diffusée, adoptée ou adaptée par l’ensemble de la société urbaine médiévale. Enfin, il faut souligner une conséquence probable du caractère fragmentaire et souvent mal caractérisable des objets retrouvés : le défaut d’identification et peut-être aussi un manque d’intérêt global pour ces productions, du moins en France. Les études pionnières de Gerald Dunning et Frans Verhaeghe ont mis le projecteur sur les régions situées de part et d’autre de la mer du Nord : Angleterre et bassin de l’Escaut. Douai s’inscrit dans cette géographie. Il reste étonnant que les autres villes des Hauts-de-France, bien explorées depuis une vingtaine d’années par l’archéologie préventive, aient si peu fourni d’éléments de faîtages médiévaux (sauf erreur, aucun élément n’a été publié depuis le milieu des années 1990). Le contraste avec la Belgique voisine est frappant86. On peut aussi s’interroger sur l’absence de pièces médiévales identifiées ou publiées dans des régions où la tradition des épis en céramique, connue par des pièces de musée et par des objets toujours en place, fleurit au xvie siècle et au-delà : le Beauvaisis, la Normandie, le Sud-Ouest, le Berry, la Bourgogne...

88Comme pour l’ensemble des terres cuites architecturales, après 30 ans d’archéologie préventive, la mise en place d’enquêtes régionales s’impose à la communauté archéologique.

Haut de page

Bibliographie

Bardel S., Dalibard S. et al.,

2010, Compagnons célestes : épis de faîtage, girouettes, ornements de toiture, Lyon, Lieux dits.

Benoit P.

1985, « Le plomb dans le bâtiment en France à la fin du Moyen Âge : l'apport des comptes de construction et de réparation », dans Chapelot O., Benoit P., Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 339-355.

Bonvarlet A.

1998, Un habitat médiéval, rue Mongat à Douai (xiiie-xve siècles), Douai, Arkeos (Archaeologia Duacensis 12).

Bult E. J.

1991, « Archeologische Kroniek van Delft, 1990-juni 1991 », Jaarboek Delfia Batavorum 1991, p. 99-120.

Burger P. (éd)

1995, Jacob van Maerlant, Het boek der natuur, Amsterdam, Querido’s (2e éd.).

Cartier J.

2001, Céramiques de l’Oise - La collection du musée départemental de l’Oise, Paris, Somogy, Beauvais, Conseil général de l’Oise.

Casier J. et Bergmans P.

1914, L’art ancien dans les Flandres (région de l’Escaut) : mémorial de l’exposition rétrospective organisée à Gand en 1913, Bruxelles, G. van Oest.

Castier A.

2008, Catalogue des céramiques du Palais des Beaux-Arts de Lille, Lille, IAC.

Caumont A. de,

1850, « Notes provisoires sur quelques produits céramiques du Moyen Âge ; épis et supports de girouettes », Bulletin monumental, 16, p. 377-395.

Compagnon É.

2012, « Céramiques douaisiennes de l’an Mil au xive s. Cinq ensembles clos du site de “La Fonderie” », dans Leroy-Langelin É., Willot J.-M. (éd.), Du Néolithique aux temps modernes, 40 ans d’archéologie territoriale. Mélanges offerts à Pierre Demolon, Revue du Nord hors-série (Art et archéologie, 17), p. 323-399.

Cordonnier R.

2012, « L'iconographie du coq à la cloche », dans Pomel F. (dir.), Cloches et horloges dans les textes médiévaux, mesurer et maîtriser le temps, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 79-106.

De Groote K.

2010, « Op zoek naar de oudste middeleeuwse bewoning aan de Grote Markt te Aalst (prov. Oost-Vlaanderen). Het onderzoek van afval- en beerkuilen uit de twaalfde tot de veertiende eeuw », dans De Groote K., Tys D., Pieters M. (éd.), Exchanging Medieval Material Culture. Studies on archaeology and history presented to Frans Verhaeghe, Bruxelles, Vlaams Instituut voor het Onroerend Erfgoed (Relicta monografieën, 4).

De Groote K., Moens J.

2018, Archeologie en geschiedenis van een middeleeuwse woonwijk onder de Hopmarkt te Aalst, Bruxelles, Agentschap Onroerend Erfgoed (Relicta Monografieën, 16).

Dehaisnes C.

1868, « La domination française à Douai et dans la Flandre wallonne depuis les origines jusqu'en 1667 », Mémoires lus à la Sorbonne dans les séances extraordinaires du comité impérial des travaux historiques et des sociétés savantes…, vol. 6, Paris, Imprimerie impériale, p. 278-294.

1890, L'art à Amiens vers la fin du Moyen Âge dans ses rapports avec l'école flamande primitive, Bruges, Desclée de Brouwers.

de la Quérière E.

1846, Essai sur les girouettes, épis, crêtes et autres décorations des anciens combles et pignons : pour faire suite à l'histoire des habitations au Moyen Âge, Paris et Rouen, Derache, Lebrument.

Derœux D. dir.

1986, Terres cuites architecturales au Moyen Âge. Actes du colloque de Saint-Omer (7-9 juin 1985), Arras, Commission départementale d'histoire et d'archéologie du Pas-de-Calais (Mémoires de la Commission départementale d'histoire et d'archéologie du Pas-de-Calais, tome XXII-2).

Deroeux D. et Verhaeghe F.

1986, « L’épi anthropomorphe de Boulogne-sur-Mer », dans Deroeux 1986, p. 152.

Desmet G., et Laleman M.-C.

1980, « Een bezienswaardigheid in het Gemeentelijk museum van Melle : Dobbel Slot Ruiterstatuette », Heemkundige Vereining « De Gonde » Melle, 13, 1980, p. 245-253.

Deville E.

1927, La céramique du pays d'Auge : l'art de terre à Manerbe et au Pré-d'Auge, Paris-Bruxelles, G. Van Oest.

De Witte H.

1986, « La production brugeoise d’épis de faîtage (13e siècle) », dans Deroeux 1986, p. 109-156.

Diot M. dir.

1988, Épis de faîtage en céramique, du xiiie au xixe siècle. Paris, Centre de recherches sur les monuments historiques.

1989, Épis de faîtage en plomb, du xve au xviiie siècle. Paris, Centre de recherches sur les monuments historiques.

Duchein P.

2003, Les épis de faîtage en France méridionale, Paris‎, Massin.

Dunning G. C.

1968, « Medieval Pottery Roof Ventilators and Finials found at Aardenburg, Zeeland, and Post-Medieval Finials at Deventer, Overijssel », Berichten van de Rijkdienst voor het Oudheidkundig Bodemonderzoek, 18, p. 209-225.

Duthilloeul H. D.

1850, Douai et Lille au xiiie siècle, Douai, Aubers.

Espinas G.

1930, Une guerre sociale interurbaine dans la Flandre wallonne au xiiie siècle. Douai et Lille. 1284-1285, Paris, Recueil Sirey, Lille, Raoust (Bibliothèque de la Société d’histoire du droit des pays flamands, picards et wallons, 1).

Gilliodts van Severen L.

1876, Inventaire des archives de la ville de Bruges, section première : inventaire des chartes, première série, treizième au seizième siècle, t. 4, Bruges, Gailliard.

Husband T.

1980, The Wild Man, Medieval Myth and Symbolism, New York, Metropolitan Museum of Art.

Jones L.

1999, « Four zoomorphic Roof Finials from Worcestershire », Medieval Ceramics, 22-23, 1998-1999, p. 154-159.

Kulig C.

1997, « Regards sur les épis de faîtage en terre cuite des Côtes-d'Armor », Mémoires de la société d'émulation des Côtes-d'Armor, 126, p. 1-21.

Lecherbonnier Y.

2007, Épis de faîtage : Cabourg, Deauville, Direction de l'Inventaire de Basse Normandie, Cabourg, Cahiers du Temps.

Lemaître C.

2004, « Les épis de faîtage du Pré d’Auge » dans Les céramiques du Pré d’Auge : 800 ans de production céramique dans le pays d’Auge, Catalogue d’exposition, Lisieux, Musée de Lisieux, 2004, p. 67-77.

Louis É.

2018a, « Un épi de faîtage en forme de “zytiron” à Douai au xve siècle : entre céramologie et iconographie médiévale », Cahiers LandArc, 26, 2018. URL : https://landarc.fr/uploads/cahiers/pdf/31-Cahier_landarc_26.pdf.

2018b, « Matières exaltées, le Moyen Âge », dans Audoly M., Bossard A., Les matières du temps ; les Hauts-de-France par l’archéologie, catalogue d’exposition, Lens, Musée du Louvre-Lens, p. 44-51.

Louis É., Compagnon É.

2019, « L’usage des couvertures en terre cuite dans une grande ville flamande : les tuiles à Douai, du xiie au xixe siècle », dans Thuillier F. (dir.), Les terres cuites architecturales en France du Moyen Âge à l’époque contemporaine : recherches sur les tuileries et les productions tuilières, Drémil-Lafage, Éditions Mergoil, (Archéologie moderne et contemporaine, 6), p. 39-82.

Montier A.

1904, « Études de céramique normande. Les épis du Pré-d'Auge et de Manerbe », Réunions de la Société des Beaux-arts des départements, XXVIII, p. 75-103.

Obereiner J.-L.

1980, Épis de faîtage en Quercy : technique et symbolisme, Cahors, Éditions du Comité de diffusion de la recherche quercynoise.

Pouvreau F.

2014, Du poil et de la bête. Iconographie du corps sauvage en Occident à la fin du Moyen Âge (xiie-xvie siècle), Paris, CTHS

Ramé A.

1853, « Note sur quelques épis en terre cuite des xiiie et xive s. », Bulletin monumental, 19, p. 480-487.

Robert M.,

1972, Les Poteries populaires et les potiers du Limousin et de la Marche : du XVIIIe siècle à nos jours, Parnes, Éditions F.E.R.N.

Vanholme N. dir.

2010, Archeologisch en historisch onderzoek Mechelen – Arresthuis (prov. Antwerpen), Bruxelles (Intern rapport Onroerend Erfgoed).

Venet S.

2013, « Douai - Frais-Marais », Direction régionale des Affaires Culturelles Nord – Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Bilan scientifique 2012 (Bilan scientifique, 15), p. 44-46.

Verhaeghe F.

1976, « Merkwaardige ruiterstatuetten uit hel middeleeuws graffschap Vlaanderen », dans De Laet S. J., Nenquin J. A. E., Van Doorselaer A., Oudheidkundige opgravingen en vondsten in Oost-Vlanderen, VII, Gand, Provinciebestuur Oost-Vlaanderen (Kultureel Jaarboek voor de Province Oost-Vlaanderen. Bijdragen. Nieuwe Reeks, 2), p. 187-204.

1986, « Quelques épis de faîtage produits par les potiers flamands (xiiie- xvsiècles) », dans Deroeux 1986, p. 108-156.

Viollet le Duc E.

1861, « Faîtière », Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, tome 5, Paris, B. Bance, p. 360-365.

1861, « Épi », Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, tome 5, Paris, B. Bance, p. 271-287.

1861, « Fleuron », Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, tome 5, Paris,

B. Bance, p. 474-485.

1864, « Pinacle », Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, tome 7, Paris, A. Morel, p. 176-187.

1874, « Ailette », Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque carlovingienne à la Renaissance, tome 5, Paris, A. Morel, p. 14-20.

Haut de page

Notes

1 Louis et Compagnon 2019.

2 L’opération a été dirigée par Stéphane Venet, de la communauté d’agglomération Douaisis Agglo : Venet 2013. Le volume des matériels à traiter est à l’origine du long délai de restitution du rapport.

3 Caumont 1850 ; Ramé 1853 ; de la Quérière 1846 ; Viollet-le-Duc 1861.

4 Montier 1904 ; Deville 1927 ; Lemaître 2004.

5 Diot 1988 ; Diot 1989 ; Lecherbonnier 2007.

6 Importante collection réunie par la Musée des Arts et Traditions populaires (MNATP, aujourd’hui MuCEM). Concernant les études régionales, parmi une très abondante bibliographie, d’un intérêt toutefois inégal : Bardel et Dalibard 2010 ; Duchein 2003 ; Kulig 1997 ; Obereiner 1980 ; Robert 1972.

7 Dunning 1969.

8 Derœux 1986.

9 À l’exception de Cartier 2001.

10 Verhaeghe 1986.

11 Dunning 1969, p. 213-215.

12 Voir les articles « fleuron » et « pinacle » du Dictionnaire raisonné de l’architecture… : Viollet-le-Duc 1861 ; Viollet-le-Duc 1864.

13 Sauf mention contraire dans les notices, les objets sont inédits. La lettre D, en initiale de la nomenclature, signe l’appartenance au corpus douaisien.

14 En particulier les très nombreux petits fragments d’épis globulaires.

15 Et non par les tuiliers, qui constituaient un corps de métier à part. Il en va de même à Bruges au xiiie siècle (De Witte 1986).

16 Référence archéologique : 307_99 US 1096. Bonvarlet 1998, p. 58 ; Louis et Compagnon 2019, fig. 15.

17 Référence archéologique : 181_95_1032/2. Louis, Compagnon 2019, fig. 13.

18 Par exemple : Bonvarlet 1998, p. 38.

19 Référence archéologique : 156561_142_3041_1 et 156561_142_3192_1.

20 Référence archéologique : 307_99_1096.

21 Référence archéologique : 156265_142_2027_1.

22 Référence archéologique : 228_90_1561.

23 Une faîtière munie d’un emboîtement à gorge analogue provient de Semur-en-Auxois ; Viollet-le-Duc 1861, p. 364.

24 Référence archéologique : 156265_142_1808_2.

25 Référence archéologique : 156265_142_1695_1.

26 Référence archéologique : 228_90_1561.

27 Référence archéologique : 156265_142_1032_1.

28 Référence archéologique : 118_79_fosse A_003 inv. 193 (globe), fosse A_001 inv. 184 (collerette). Compagnon 2012, p. 362 ; Louis et Compagnon 2019, fig. 5.

29 Référence archéologique : 156265_142_1205_1.

30 Référence archéologique : 226_90_2151. Bonvarlet 1998, p. 57-58.

31 Référence archéologique : 156265_142_1914_1.

32 Référence archéologique : 156265_142_1493_1.

33 Verhaeghe 1986, p. 117 et 123.

34 Dehaisnes 1868, p. 282.

35 Référence archéologique : 156265_142_1414_1.

36 Référence archéologique : 226_90_2151. Bonvarlet 1998, p. 57-58.

37 De Groote 2010, p. 158-159.

38 Référence archéologique : 246_92_3009.

39 Dunning 1968.

40 Verhaeghe 1986, p. 121-128.

41 Louis 2018b.

42 Duthilloeul 1850 ; Espinas 1930.

43 Référence archéologique : 156265_142_1808_1.

44 Voir par exemple le manuscrit du Traité des oiseaux, d’Hugues de Fouilloy, copié vers 1210-1225, Bibl. Agglo. Saint-Omer, ms. 094, fol. 23v., https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/1884.

45 Pour une bibliographie sur le sujet : Cordonnier 2012, p. 87.

46 Voir par exemple les pièces berrichonnes du Musée de la poterie à La Borne (Cher).

47 Référence archéologique : 156265_142_1808_3.

48 Voir par exemple le même manuscrit du Traité des oiseaux, cité note 47, fol. 16v.

49 Référence archéologique : 228_90_1561.

50 Verhaeghe 1986, fig. 17.

51 Référence archéologique : 156561_142_3321_1.

52 Référence archéologique : 155_84.

53 Référence archéologique : 156265_142_0_1.

54 Références archéologiques : 226_90, US 2265, Bonvarlet 1998, p. 51 ; 307_99, US 1497.

55 Par exemple : Roman de Guiron le Courtois, manuscrit du xve siècle, BnF, Fr. 338, fol. 89r. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8514424m

56 Jones 1999, p. 155.

57 Référence archéologique : 156265_142_0_1.

58 Parmi bien d’autres exemples : Histoire d’Outremer, li rommans de Godefroy de Buillon et de Salehadin, manuscrit du xive siècle, BnF, ms fr. 22495, fol. 154v, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10024631m.

59 Référence archéologique : 156265_142_1041_2.

60 Viollet-le-Duc 1874, p. 14.

61 Outre l’article de Viollet-le-Duc, on peut évoquer l’illustration déjà citée pour l’objet D27, voir la figure 11. On y retrouve les mêmes bordures incurvées.

62 Bult 1991, p. 105-108 et pour l’illustration : http://archeologie-delft.nl/component/content/article?id=873:vondst-dakruiter

63 Références archéologiques : 156265_142_1041_1 ; 156265_142_1414_2 ; 156265_142_1980_1 et 156265_142_1993_1.

64 Notamment ceux de Delft (cité avec la pièce D28), de Sarcus (MUDO - Musée de l’Oise à Beauvais), du Marché du vendredi à Gand (Verhaeghe 1986, p. 124), et sur un élément associé au cavalier du Dobble Slot à Gand (Desmet et Laleman 1980).

65 Référence archéologique : 156265_142_1161_1.

66 Référence archéologique : 228_90_1561.

67 Deroeux et Verhaeghe 1986, p. 152.

68 Référence archéologique : 156265_142_1980_2.

69 Louis 2018a.

70 Dans l’iconographie du zytiron (voir plus loin), le bouclier n’est pas porté au bras, mais suspendu au cou ou accroché à la poitrine.

71 Jacob van Maerlant, Der Naturen Bloeme, manuscrit copié vers 1375. Leiden Universiteitsbibliotheek, ms BPL 14A, fol. 91v. Sur le texte : Jacob van Maerlant, Het boek der natuur, Burger P. (éd) 1995, Amsterdam, Em. Querido's (2e éd.).

72 Chapitre 105 [en ligne] https://www.unicaen.fr/puc/sources/depiscibus/accueil. Illustration de l’édition princeps publiée par Jakob Meydenbach à Mayence en 1491.

73 On se permet de renvoyer pour les détails et les références à Louis 2018a.

74 Castier 2008, p. 40.

75 Casier et Bergmans 1914, I, p. 50 et fig. 22.

76 Verhaeghe 1976, p. 202-203 ; Id. 1986, p. 128-129.

77 Et non pas un dragon ou une chimère, comme indiqué dans les anciennes nomenclatures.

78 Il était notaire à Hénin-Liétard (aujourd’hui Hénin-Beaumont, Pas-de-Calais) et a publié de nombreux articles et opuscules.

79 On se souvient du « bal des ardents » où le roi Charles VI, costumé en homme sauvage, manqua de périr brûlé dans une mascarade le 28 janvier 1393.

80 Historiens et historiens de l’art ont largement exploré le sujet, voir notamment Husband 1980.

81 Heures Vanderbilt, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University, ms 436, fol. 10v.

82 Cologne (RFA), Musée Schnütgen, inv. 2012.

83 Verhaeghe 1986, p. 128.

84 Diot 1989 ; Benoit 1985. Exemples régionaux : Dehaisnes 1890, p. 50, 52, 54, 55, 56, 57, 59.

85 En 1483, un épi ou une girouette en tôle de laiton en forme de zeeridder (chevalier marin, zytiron, comme la pièce D35) est fabriquée à Bruges par un « faiseur de trompette » pour être posée sur le faîte de la halle échevinale. Elle coûte 10 livres : « Eeuwout van den Kelnare de trompetmakere, van eene zeede ruddere van latoene omme te stellene boven der cappe van der ouder halle in maniere van eender balsane [bannière, girouette] » (Gilliodts van Severen 1876, p. 491 n. 5). À Douai, où l’on utilise la même monnaie de compte qu’à Bruges, en 1480-1481, le millier de tuiles vaut 110 sous et la journée d’artisan 5 sous (Louis et Compagnon 2019, p. 19). À 20 sous par livre, l’épi ou la girouette de Bruges valent donc l’équivalent de quelque 1800 tuiles ou de 40 journées d’artisans.

86 Pour la seule Belgique néerlandophone : Bult 1991 ; De Groote 2010; De Groote et Moens 2018 ; Vanholme 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Douai, l’enceinte urbaine et le réseau hydrographique au xve siècle.
Légende Ateliers de potiers (a) et de tuiliers (b) attestés intra-muros (xiiie-xve siècle). Lieux de trouvaille du mobilier cité dans le texte : 1 - Rue de l’Abbaye-des-Prés ; 2 - Rue Théophile-Bra ; 3 - Rue François-Cuvelle ; 4 - Ruelle de l’Évêque ; 5 - Rue François-Lemaire ; 6 - Rue Mongat ; 7 - Rue Saint-Julien.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2 Douai et les limites de l’échevinage.
Légende 1 – Atelier du Pont de Râches ; 2 – Ateliers de potiers attestés intra-muros (xiiie-xve siècle) ; 3 – Tuileries attestées (xiiie-xve siècle) ; 4 – Briqueteries attestées (xive-xve siècle).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Titre Fig. 3 Pièces D1 et D2, mitre de cheminée et aérateur de grenier.
Crédits Sauf mention contraire, les dessins et photographies sont des auteurs.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Titre Fig. 4 Pièces D3, D4, D6 et D7, aérateurs de grenier et faîtières-supports.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 834k
Titre Fig. 5 Pièce D5, aérateur de grenier.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 6 Pièces D8 à D10, faîtières-supports.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 7 Pièces D11 à D14, épis globulaires.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Fig. 8 Pièces D15 (engobé, non glaçuré) et D16 (bandes d'applique engobées et glaçure plombifère), pinacles.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 9 Pièces D17 et D18, pinacles.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 10 Pièces D19 et D20 (glaçure plombifère défectueuse), oiseaux.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Fig. 11 Pièces D21 à D24, cavaliers et leurs chevaux.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 12 Pièces D25 et D26, têtes casquées.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 785k
Titre Fig. 13 Pièces D27 à D34, tête de Sarrasin (?), ailette d’armure et écus armoriés.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 14 Pièce D35, zytiron (chevalier marin), glaçure localement défectueuse.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 15 Pièce D36, homme sauvage chevauchant un griffon.
Crédits Cl. RMN-Grand Palais / Hervé Lewandowski
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/31635/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Louis et Éric Compagnon, « Par-dessus les toits de Douai, épis de faîtages et objets apparentés, xiiie-xve siècle »Archéologie médiévale [En ligne], Toitures et matériaux de couverture au Moyen Âge, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/31635 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.31635

Haut de page

Auteurs

Étienne Louis

Conservateur en chef honoraire du patrimoine, Douai

Articles du même auteur

Éric Compagnon

Archéologue, direction de l’archéologie préventive, Douaisis-Agglo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search